Des chats capturés en plein secouage


Les chats sont élégants mais au ralenti lors ébrouement, il passe outre des bonnes manières!!!
Nuage

Des chats capturés en plein secouage

chat-secoue-01

Carli Davidson réalise ces images humoristiques qui gèlent des chats dans des positions extravagantes en plein milieu d’une séquence de secouage intensif.

Les chats ne sont pas maltraités, il suffit apparemment de caresser un chat en ayant juste la main un peu humide pour qu’il se secouent.

Les photos sont disponibles sur son site ou dans ce livre.

chat-secoue-02

chat-secoue-03

chat-secoue-04

chat-secoue-05

http://www.laboiteverte.fr/

Des chiens, des secousses, de magnifiques photos


Des photos fantastiques, on dirait presque que certains chiens sont tirés d’une bande dessinée. Qui aurait cru que l’ébrouement d’un chien qui veut se sécher est une vraie essoreuse et la vidéo en plus vient couronner les efforts de ces beaux toutous a devenir sec
Nuage

 

Des chiens, des secousses, de magnifiques photos

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Carli Davidson – Harper Collins

Lorsqu’un chien s’ébroue, il perd 70% de l’eau de sa fourrure en seulement 4 secondes. Incroyable non ?
Mais ce qui impressionne le plus la jeune photographe Carli Davidson, ce sont les mouvements qui agitent le corps et le visage tout entier des toutous lorsqu’ils se secouent pour se sécher.

65 toutous en train de s’ébrouer

Yeux roulants, oreilles et babines se balançant dans tous les sens… Un moment qu’elle a voulu immortaliser, armée de son appareil photo. Et c’est naturellement son propre compagnon à 4 pattes, Norbert, un Dogue de Bordeaux âgé de 8 ans, qui fut son premier modèle.

« Je dois nettoyer sa bave de mes murs et mes meubles tout le temps«  raconte-t-elle avec tendresse au site Today.com.


Norbert, le Dogue de Bordeaux de Carli Davidson


Vito, un Bouledogue français

Et les photos de son gros toutou en train de s’ébrouer ont rencontré un tel succès que Carli Davidson a eu envie de photographier d’autres chiens. Elle a commencé cette drôle de série dès 2011. Le résultat ? Un livre baptisé Shake, mettant à l’honneur 65 toutous en train de s’ébrouer, qui sortira le 22 octobre prochain de l’autre côté de l’Atlantique.

Si certains chiens photographiés sont les compagnons à 4 pattes d’amis de Carli, la plupart des toutous apparaissant dans ce livre viennent d’un refuge, Panda Paws Rescue, situé à Washington.


Roz, un chien chinois à crête


Katie, un Springer anglais

Une véritable passion pour les animaux

Bien sûr, photographier des chiens qui n’en ont pas du tout l’habitude n’a pas toujours été évident. Mais la jeune photographe est une amoureuse des chiens, et de tous les animaux. Elle sait comment leur parler, comment les rassurer.

« J’ai crée un environnement très relaxant«  explique celle qui a reçu quelque 130 modèles à 4 pattes de tous poils et de toutes races dans son studio pour la réalisation de son livre.

Carli Davidson a toujours vécu entourée d’animaux, et se rend régulièrement dans des refuges pour offrir son aide.

« Les animaux me donnent tant. Quand j’étais enfant, à chaque fois que je traversais un moment difficile, ils m’apportaient du réconfort. Aujourd’hui, être entourée d’animaux m’apporte la paix. Je veux leur rendre ce qu’ils m’offrent, autant que je le peux«  confie-t-elle.

 

http://wamiz.com/

L’ébrouement des animaux, un mécanisme impressionnant


Savez-vous ce qu’est l’ébrouement ? Donner un bain a un chien et vous aurez une démonstration assuré !!! De gauche a droite et de droite a gauche le chien et d’autres animaux se secoue pour enlever l’eau sur leur poils … et en même temps vous retrouvez tout mouillé !!!
Nuage

 

L’ébrouement des animaux, un mécanisme impressionnant

 

 

Impressionnant : quand un chien s’ébroue, il perd 70% de l’eau de sa fourrure en 4 secondes seulement ! De notre côté il nous faut bien plusieurs minutes pour nous sécher et ce à l’aide d’une serviette ! Les chiens nous épaterons toujours. A tel point que des chercheurs tentent de s’inspirer d’eux pour concevoir de nouveaux systèmes de…sèche-linge !

Des études scientifiques pour comprendre

Quand un chien sort de l’eau et qu’il souhaite se débarrasser de toute l’eau emprisonnée dans sa fourrure,il s’ébroue. C’est-à-dire qu’il se secoue en tous sens pour évacuer l’eau de ses poils. Ainsi, un chien éjecte une très grande quantité d’eau en très peu de temps, si bien que si l’on se trouve à ses côtés, on se fait littéralement tremper !

Pour comprendre ce mécanisme puissant dont est capable le chien, des chercheurs de Georgia Techont décidé d’étudier cette technique impressionnante. Utilisant la vidéographie à haute vitesse du mouvement oscillatoire, les scientifiques ont alors observé ce mouvement chez plusieurs races de chiens, ainsi que chez des rongeurs comme la souris ou encore chez les ours. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Royal Society Journal Interface.

Un séchage ultra-rapide et ultra-efficace

Grâce à ces recherches, il a été démontré que les fréquences d’oscillations sont inversement proportionnelles à la masse de l’animal. Ces fréquences varient d’une espèce à une autre, par exemple :

– Un Labrador: se secoue à une fréquence de 4 oscillations par seconde
– Un chat : 9 oscillations par seconde
– Un rat: 18 oscillations par seconde
– Une Souris: 30 oscillations par seconde

Rapides ces animaux ! Mais plus incroyable encore, tous, sans exception, maintiennent exactement la bonne fréquence d’oscillations selon leur espèce.

La masse corporelle de l’animal permet ainsi de déterminer la fréquence d’oscillation de l’animal, mais également l’élasticité de la peau qui multiplie la force des oscillations et facilite l’éjection de l’eau.

L’ébrouement, un mécanisme d’adaptation des animaux ?

 

D’après les chercheurs, ce mécanisme serait le résultat d’une adaptation des animaux à leur milieu naturel. Dans les contrées froides, durant l’ère glaciaire, si un animal tombait dans l’eau, il allait de sa survie de se sécher au plus vite.

De la même manière, les chercheurs font remarquer que les animaux vivant dans les régions chaudes du globe comme les éléphants d’Afrique ou les kangourous d’Australie, ne s’ébrouent pas pour se sécher. Le climat ne favorise pas le mécanisme qui demande de l’énergie.

http://wamiz.com