Le Saviez-Vous ► Oui, ces 10 objets de célébrités se sont VRAIMENT retrouvés aux enchères


La stupidité humaine est vraiment sans limite. Je peux concevoir qu’on puisse aimer certaines stars, mais en faire des idoles très peu pour moi. L’idolâtrie de ces célébrités va jusqu’à vendre n’importe quoi pour des milliers de dollars. Franchement ! Des caleçons sales d’Elvis, c’est dégoutant. Un mouchoir, une rayon-x ou pire de l’air d’une vedette, cela vaut vraiment la peine de débourser autant ? Il y aurait des dépenses plus productives que ce genre de conneries
Nuage

 

Oui, ces 10 objets de célébrités se sont VRAIMENT retrouvés aux enchères

 

Seriez-vous prêt à acheter un caleçon sale ou un soutien-gorge déjà porté de votre artiste préféré?

  •  

  • HuffPost Québec

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour? D’autant plus, lorsque cet amour est dirigé vers une personne qu’on «idolâtre». L’amour n’a pas de prix, dit-on… Et les sites de ventes aux enchères l’ont bien compris. Sur ces sites, on retrouve de nombreuses annonces étonnantes comme des petits bouts de célébrités (mèches, ongles, dents) ou des objets farfelus. Le HuffPost Québec revient sur les ventes les plus surprenantes.

10. Rouleau de papier de toilette appartenant à Kanye West

CAPTURE D’ÉCRAN EBAY

À la dixième place de notre palmarès, on retrouve le phénoménal Kanye West et son rouleau de papier toilette terminé. Selon une ancienne annonce publiée sur le site eBay, ce rouleau proviendrait de la chambre d’hôtel du rappeur. Le vendeur a également expliqué la manière dont il l’aurait obtenu. Il semblerait qu’un de ses amis travaillait à l’un des hôtels où le couple, Kim Kardashian et Kanye West, a séjourné.

9. La cabane au fond du jardin de Snoop Dogg

GETTY IMAGES FOR ADIDASL

Snoop Dog a mis en vente sa petite cabane de jardin, qu’il considérait comme son «sanctuaire», afin de récolter des fonds pour sa ligue de football, Snoop Youth Football League. Dans ces quatre murs, l’artiste aurait connu des moments «mémorables» avec de nombreuses célébrités.

8. Le mouchoir de Scarlett Johannson

CAPTURE EBAY

Lors de son passage à l’émission The Tonight Show with Jay Leno, Scarlett Johannson avait mis en vente son mouchoir utilisé. Le montant recueilli: 5 300 $US. La somme avait été donnée à l’association caritative USA Harvest.

MARTINO PEREZ / CAPTURE VIDÉO

7.Le soutien-gorge de sport de Jennifer Lawrence

HTTP://NATEDSANDERS.COM/

Le soutien-gorge de sport de Jennifer Lawrence avait été mis en vente en 2013 sur le site Nate D. Sanders. Il a trouvé preneur pour 3 175 $US. L’actrice avait porté ce sous-vêtement dans le film Happiness Therapy.

6. La mèche de cheveux de Justin Bieber

GETTY IMAGES

Lors de son passage dans l’émission d’Ellen DeGeneres en 2011, Justin Bieber a remis à la présentatrice une boîte qui contenait une mèche de ses cheveux. Celui-ci a demandé par la suite à l’animatrice de la vendre pour qu’une association caritative puisse profiter de la somme. La mèche de cheveux a été vendue sur eBay pour 40 668 $US.

5. Un caleçon sale d’Elvis

DAVE THOMPSON – PA IMAGES VIA GETTY IMAGES

Qui pourrait bien se procurer cette chose… répugnante? Ce caleçon usé et taché a été mis aux enchères, le 8 septembre 2012 à Stockport au Royaume-Uni, par Omega Auctions, pour 7 000 livres sterling (environ 12 500 $CAN). Elvis Presley aurait porté ce sous-vêtement lors d’un concert en 1977, selon BBC. Malheureusement, le caleçon du chanteur n’a pas remporté le succès escompté. Les enchères n’ont pas atteint le montant minimal imposé. C’était le père d’Elvis, Vernon Presley, qui aurait fourni le sous-vêtement. Les organisateurs de la vente assuraient que ce boxer «authentique» n’avait jamais été lavé

4. Une radiographie des poumons de Marilyn Monroe

JULIEN’S AUCTIONS, AFP / GETTY IMAGES

En 2010, trois radiographies de la poitrine et du bassin de Marilyn Monroe prises lors d’une visite en 1954 avaient été vendues aux enchères pour 45 000 $.

3. Un tableau d’Amy Winehouse réalisé avec son sang

AOL

Un tableau d’Amy Winehouse réalisé avec son sang a été mis aux enchères par Pete Doherty.

Selon The Independent, Winehouse a aidé Doherty à créer le chef-d’œuvre – qui croyait obtenir aux enchères 80 000 £ (près de 143 000 $CAN). Mais le tableau a été vendu pour 35 000 £ (près de 63 000 $CAN).

«Elle était au téléphone avec son père quand elle l’a fait», avait déclaré Pete Doherty au journal The Independent. «Elle a dit: « Papa, je suis avec Pete et il fait un portrait de moi avec mon sang! » Son père ne m’a pas beaucoup aimé.»

Voir l'image sur Twitter

2. L’eau d’une piscine dans laquelle Tom Cruise s’était baigné

CAPTURE D’ÉCRAN EBAY

En 2012 sur eBay, un internaute avait mis aux enchères une bouteille contenant 110 ml d’eau d’une piscine où Tom Cruise et Katie Holmes s’étaient baignés. La bouteille a été vendue «avec son certificat d’authenticité» pour 135,50 $US (175 $CAN).

1. L’air de Kanye West

Voir l'image sur Twitter

Non, vous ne rêvez pas! De l’air dans un sachet, mais pas n’importe lequel… celui de Kanye West. En fait, plusieurs sacs étaient disponibles. Il semble qu’un d’eux aurait été vendu plus de 60 000 $US Vraiment?

L’air proviendrait d’un concert de la tournée mondiale, Yeezus, du rappeur. À la suite de la publication, Kim Kardashian avait réagi sur son compte twitter :

«Waouh, il peut vendre n’importe quoi! LOL RT « http://dailym.ai/1MczfNY : 65 000 $ pour un sac d’air d’un concert de Kanye West»

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Un papyrus de l’Évangile en vente sur eBay sauvé par un chercheur


Drôle d’endroit pour trouver un manuscrit ancien surtout qu’à l’origine, il aurait dû être offert en don à des scientifiques. J’aurais bien aimé savoir ce que dit ce bout de texte, voir les différences avec le texte actuel, surtout qu’il date de plus de 200 ans après J.C
Nuage

 

Un papyrus de l’Évangile en vente sur eBay sauvé par un chercheur

 

INSOLITE – L’histoire du docteur Geoffrey Smith, c’est un peu celle d’un Indiana Jones « 2.0 ». Spécialiste de l’histoire du christianisme (et tout particulièrement des débuts de la religion) à l’université du Texas, ce dernier a remarqué sur eBay une étrange enchère en janvier dernier, rapporte le New York Times. Un papyrus grec de l’Evangile selon Saint-Jean était effectivement en vente au prix initial de 99 dollars.

« Je ne pensais pas que ce type de vente ne pouvait être autorisé sur ce site », explique le chercheur cité le New York Times, qui a donc contacté directement le vendeur l’exhortant de mettre fin aux enchères sur le champ.

 Demande entendue puisque le vendeur en question a mis fin à la vente, laissant ainsi Geoffrey Smith étudier ce fragment de papyrus.

Le chercheur date ce document entre 250 et 350 après Jésus-Christ et indique que sa taille correspond à peu-près à celle d’une carte de crédit. Sur un côté, sont inscrites six lignes de l’Évangile selon Saint-Jean alors que sur l’autre face apparaît un texte d’inspiration chrétienne non encore identifié. Rédigé en grec ancien, ce papyrus pourrait être d’une très grande importance pour le monde de la recherche. En effet, si toutes les hypothèses de Geoffrey Smith se confirment, ce serait la première fois qu’un texte issu du Nouveau Testament serait retrouvé sur un fragment issu d’un rouleau de papyrus (à l’inverse d’un codex qui était d’usage à l’époque).

Trafic de manuscrits

Reste que Geoffrey Smith ne digère pas vraiment l’idée d’être tombé sur un tel document en surfant sur eBay.

« Le fait que ce document ait émergé sur Internet en dit long sur la réalité du trafic de manuscrits et d’antiquités« , a-t-il déploré pointant le manque de surveillance de la part des sites concernés dans ce domaine.

Surtout que nous ne parlons pas là d’un timbre rare où autres objets pouvant être prisés des collectionneurs. Les textes bibliques en grec ancien figurent tout simplement parmi les plus anciennes traces de l’écriture chrétienne.

Dès lors, une question se pose. Comment un tel document a-t-il pu se retrouver sur eBay et pour des enchères dont le prix de départ a été fixé à 99 malheureux dollars ? Il se pourrait que ce fragment ait appartenu à Harold R. Willoughby, ancien spécialiste du christianisme décédée en 1962. Le vendeur est un parent de cet ancien professeur et a expliqué avoir trouvé ce papyrus dans de vieilles affaires de famille… Geoffrey Smith lui a donc demandé de faire don de ce papyrus à la communauté scientifique. Ce que l’intéressé n’a visiblement pas encore fait.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

La «propriétaire» du soleil porte plainte contre eBay


Ouf ! Je trouve cela présomptueux de se considérer propriétaire d’un astre céleste alors que nous ne pouvons assurer d’une parcelle de terre soit éternellement à une personne ou un groupe. Qu’on vende en plus des lots d’un soleil, d’une planète ou d’une lune est à mon avis une escroquerie. C’est comme vendre du vent.
Nuage

 

La «propriétaire» du soleil porte plainte contre eBay

María Ángeles Durán brandit sa déclaration de propriété du soleil. Crédit: NASA

Une Espagnole, après s’être fait déclarer propriétaire du soleil, a eu l’idée d’en mettre en vente des parcelles sur eBay. Bloquée par le site de e-commerce, elle vient de porter plainte.

Devenir propriétaire d’une parcelle du soleil pour 1 euro (environs 1.40 $ cad). C’est ce que proposait Maria Angeles Duran, sur eBay. La mère de famille, se revendiquant propriétaire du soleil, revendait ainsi généreusement des mètres carrés de son bien, avec en prime un certificat de propriété délivré par ses soins. Son petit manège lui aurait permis en deux ans de vendre 600 parcelles pour une valeur de 1200 euros (1,671 $ cad). Depuis le site de e-commerce a bloqué le compte pour «tricherie», invoquant le fait que le bien vendu ne peut être ni touché ni transporté. Or le blocage de son compte empêche Maria Duran de toucher l’argent de ses «ventes». Une situation qui l’agace au point qu’elle vient de porter plainte contre eBay Europe. Maria Duran réclame la somme de 10.000 euros (13 924 $ cad) au titre du bénéfice des ventes qu’elle n’a jamais reçu et du préjudice occasionné. Le tribunal madrilène a jugé la plainte recevable et jugera l’affaire en juillet.

Une faille dans le droit européen?

Car Maria Duran dispose bel et bien d’un document enregistrant à son nom le soleil. A sa demande, un cabinet de notaire espagnol lui a délivré une déclaration stipulant qu’elle est «la propriétaire du soleil, une étoile de type spectral G2, située au centre du système solaire, à une distance moyenne de 149.600.000 kilomètres de la Terre».

L’Espagnole affirme avoir tiré profit d’une faille dans le Traité et principes des Nations unies relatifs à l’espace extra-atmosphérique, afin de se voir remettre ce document. Entré en vigueur en 1967, l’article 2 du traité des Nations unies précise bien qu’aucune entité étatique ne peut s’approprier un corps céleste. En revanche il n’est pas précisé que c’est le cas pour une personne physique, c’est-à-dire un particulier.

Pour le Conseil supérieur du notariat français, le «certificat» dont dispose Maria Duran n’est qu’une vulgaire farce:

«Nous avons contacté nos homologues espagnols. Le document que possède Madame Duran n’est en aucun cas un titre de propriété», précise l’institution. «Cette dame s’est présentée devant un notaire, lui a fait  une déclaration selon laquelle elle serait propriétaire du soleil et il a pris acte de cette déclaration en l’écrivant sur un papier. Juridiquement ce document n’a donc aucune valeur.»

Les étoiles, un business très lucratif

Le commerce des astres et planètes fleurit depuis quelques années. On ne compte plus le nombre de sites Internet qui délivrent de prétendument certificat de possession d’un corps céleste.

Dans les années 1990, Dennis Hope, un Américain, s’est ainsi approprié la Lune, Mars, Vénus, Mercure et Io. Après en avoir revendiqué les droits de propriété au Nations unies, il s’est mis à en vendre des parcelles sur son site internet. Le succès a été immédiat. Dans une interview au magazine Vice, il déclare:

«Nous avons vendu 300 millions d’hectares sur la Lune, 160 millions sur Mars et 62 millions sur Vénus, Io et Mercure combinés.»

Des ventes qui lui ont permis de se constituer une fortune de plus de 10 millions de dollars.

Comme il aime à le préciser, «si ces parcelles ne trouvaient pas preneur, mon entreprise n’existerait pas».

http://www.lefigaro.fr/

eBay L’air d’un spectacle de Kanye West vendu 60 000 $


Il faut vraiment manquer jugement pour vouloir acheter un sac du genre ‘baggies’ remplie d’air d’un spectacle. Le gars qui a mis cet air en vente, doit bien en rire, surtout s’il a pu profiter de  sa connerie
Nuage

 

eBay : L’air d’un spectacle de Kanye West vendu 60 000 $

 

TVA Nouvelles

Un sac de plastique contenant de l’air d’un spectacle du rappeur Kanye West a été mis en vente aux enchères sur eBay.

Croyez-le ou non, mais les offres sont allées jusqu’à 60 000 dollars!

Le prix de départ du sac d’air était de 5 $, lorsqu’il a été mis en vente sur le populaire site, dimanche dernier, selon le Telegraph.

Plus de 90 personnes ont tenté d’acquérir l’objet décrit simplement comme de «l’air de la tournée Yeezus de Kanye West» par l’utilisateur «Stangeedon1» de la Pennsylvanie.

Le propriétaire du sac a expliqué avoir obtenu l’air en «tenant le sac ouvert dans les airs et en le refermant», peut-on lire sur la petite annonce. Le vendeur n’a pas précisé durant quel concert l’air avait été obtenu.

La vente de ce sac d’air n’a pas manqué de faire rigoler la femme du rappeur sur Twitter.

«WOW. Il peut vraiment vendre n’importe quoi! LOL», a écrit Kim Kardashian.

L’histoire ne dit toutefois pas si le sac a bel et bien été vendu, mais le New York Daily News soutient que l’annonce a été supprimée du site d’eBay. Les enchères devaient se terminer lundi.

http://tvanouvelles.ca/

La chasse aux souvenirs est lancée sur internet


La nouvelle du décès de Robin Williams venait juste de tomber dans les médias que des gens que je qualifie de vautours ont senti que sa mort pourrait être payant pour eux. C’est vraiment pitoyable
Nuage

 

La chasse aux souvenirs est lancée sur internet

 

La mort de Robin Williams a mis en alerte plusieurs collectionneurs qui tentent d’écouler des souvenirs de l’acteur à fort prix.

Photo d’archives

 

Cédric Bélanger

 

Quelque 2000 articles reliés au défunt acteur sont mis en vente par des collectionneurs

Un costume de Peter Pan qu’il aurait porté dans Capitaine Crochet: 18 400 $. Une paire de bottes qui aurait servi dans VR: 1550 $. Une photo autographiée avec Matt Damon et Ben Affleck: 1200 $. Depuis lundi soir, des collectionneurs tentent de profiter de la mort de Robin Williams pour faire un coup d’argent sur eBay.

Ce costume de Peter Pan aurait été porté par Williams dans Capitaine Crochet.

Photo d’archives

Une véritable chasse aux souvenirs est en cours sur le populaire site internet, où pas moins de 2000 articles, principalement des affiches et des photographies prétendument signées de la main de l’acteur, avaient été mis en vente hier.

L’objet le plus rare et qui semble avoir été le plus convoité est le costume de Peter Pan. Celui-ci date du tournage du film Capitaine Crochet, en 1991, et son authenticité serait prouvée par un reçu de Sotheby’s, où il aurait été acquis pour 4000 $ en 1997.

Selon le quotidien The Independent, un Écossais a mis le vêtement en vente pour la somme de 10 000 livres sterling (18 400 $) quelques minutes après l’annonce du décès de l’acteur. Une offre aurait été acceptée en soirée et l’annonce a été retirée du site immédiatement.

un trophée de 2000 $

Payeriez-vous 2000 $ pour ce trophée?

Photo d’archives

Par contre, les bottes et la photo avec Affleck et Damon n’avaient pas trouvé preneur en fin de journée, hier. Tout comme le trophée signé par Williams, pour lequel 2000 $ sont réclamés, ainsi que l’affiche du film Mrs Doubtfire, également assortie d’un autographe et offerte pour 700 $.

On peut chausser des bottes qui auraient appartenu à l’acteur, à la condition cependant d’avoir les moyens de débourser 1550 $.

Photo d’archives

Une photo qui vaut de l’or: Williams avec Matt Damon et Ben Affleck à l’époque de Good Will Hunting.

Photo d’archives

Des authentiques?

La question est de savoir si ces articles, offerts à fort prix, sont des vrais ou des faux. Certains d’entre eux détiennent le sceau d’approbation d’une des principales maisons d’authentification américaines, soit PSA, DNA ou JSA.

Mais plusieurs objets n’affichent pas cette garantie d’authenticité. Et les maisons contactées par Le Journal hier ont toutes dit ne pas avoir reçu de demandes d’authentification depuis lundi soir.

Betty Guzman, représentante de JSA, a affirmé qu’il était trop tôt pour savoir si la mort de Williams allait entraîner une vague de demandes d’authentification. «Rappelez-nous la semaine prochaine», a-t-elle dit.

C’est aussi dans les prochains jours qu’on saura si la disparition de l’acteur aura un effet sur les ventes et la location de films. Chez Archambault et Vidéotron, une porte-parole affirme qu’un engouement est à prévoir comme le cas chaque fois qu’un artiste de cette stature nous quitte.

En ligne, c’était déjà le cas, hier. Sur iTunes Canada, on retrouvait plusieurs titres de Williams parmi les plus loués, dont La société des poètes disparus et Le destin de Will Hunting, respectivement cinquième et sixième, de même que Good Morning Vietnam, Mme Doubtfire et Patch Adams.

http://www.journaldequebec.com

Lisez-vous les conditions d’utilisation?


Que ce soit avec le cellulaire, des téléchargements de logiciel, des jeux et bien des choses, juste avant il faut cocher comme de quoi que nous ayons lu et, ou accepter les conditions d’utilisation, on ne lit pas, sauf que, ces contrats qui peuvent être vraiment longs, permettent d’utiliser nos données personnelles pour différentes occasions et ce tout à fait légalement Il est temps que les choses changent
Nuage

 

Lisez-vous les conditions d’utilisation?

 

Lisez-vous les conditions d'utilisation?

Photo Fotolia

WASHINGTON – Personne, ou presque, ne lit les conditions d’utilisation et règles de confidentialité avant d’installer une application sur son téléphone. Tout le monde, ou presque, clique «j’accepte». Des visionnaires ont des idées pour mettre fin à cette hypocrisie.

En ouvrant un compte Gmail, l’utilisateur approuve 16 pages de conditions d’utilisation et de confidentialité (plus de 20 minutes de lecture). Sur un iPhone, il faut environ 20 écrans pour lire celles d’eBay. Une fois acceptées à l’aveuglette, ces sortes de contrats tombent aux oubliettes bien qu’ils régissent la collecte, l’exploitation et la dissémination de données personnelles en permanence.

Qui sait que le jeu Angry Bird ou telle application qui transforme l’iPhone en lampe de poche collecte les données de localisation (à des fins publicitaires)?

Pour prouver l’inefficacité du système actuel, une entreprise, PC Pitstop, avait écrit en 2005 dans ses conditions d’utilisation qu’elle donnerait 1000 $ au premier qui les lirait; il fallut quatre mois pour qu’un utilisateur s’en aperçoive (il a reçu sa récompense, selon l’entreprise).

De fait, ces règles, rédigées par des juristes, servent plus à protéger les entreprises que les utilisateurs, qui louent leurs âmes les yeux plus ou moins fermés.

«Parfois le consommateur a bu un coup, ou il a un bébé dans les bras», explique Jules Polonetsky, directeur du Forum sur l’avenir de la vie privée (Future of Privacy Forum).

Le problème, selon lui, est une affaire de design, de conception des applications. Les longs contrats pourraient être en partie remplacés, dit-il, par des notifications courtes et ponctuelles au moment où des données personnelles sont collectées par l’application, comme le fait l’iPhone aujourd’hui avec la géo-localisation.

En outre, toutes les données personnelles ne sont pas égales: certaines sont très sensibles et méritent que l’utilisateur donne son consentement explicite (photos, contacts, informations bancaires…), mais d’autres ne devraient pas forcément susciter la même attention. Le but: des avertissements rares mais qui donnent lieu à une vraie décision informée.

LUTTER CONTRE LE «J’ACCEPTE» MACHINAL

 

«Nous devons déterminer, de façon très prudente, les situations où il faut nous interrompre, et celles où on peut se contenter d’être informés, avec un symbole, un signal, une lumière qui clignote ou une vibration», imagine Jules Polonetsky.

Les géants de l’internet sont conscients que personne ne lit leurs règles de confidentialité, et que cela nuit à la relation de confiance avec leurs utilisateurs.

Ilana Westerman, directrice générale du cabinet de design Create with Context, travaille avec Yahoo! et d’autres entreprises pour créer des icônes, logos, sons ou lueurs qui informeraient les utilisateurs – et les rassureraient – sans alourdir la navigation.

«La plupart des professionnels en charge de la confidentialité dans les entreprises viennent des services juridiques, alors qu’il faudrait qu’ils participent au développement des produits», explique-t-elle.

L’enjeu est éviter les moments «qui donnent la chair de poule», quand un utilisateur découvre avec stupeur qu’il partageait publiquement sur Facebook ou ailleurs une photo ou une information.

Mais les lois actuelles forment un obstacle à cette transition.

«Si Microsoft voulait faire des notifications limitées, juste à temps, je ne pense pas que les autorités de régulation, des deux côtés de l’Atlantique, le laisseraient faire», dit Fred Cate, qui a dirigé un groupe de travail visant à mettre à jour des principes fondateurs sur la protection de la vie privée, adoptés en 1980 par l’OCDE.

Avec d’autres chercheurs et la participation de Microsoft, Fred Cate planche sur des lignes directrices révisées qui prohiberaient certaines utilisations abusives mais donneraient plus de flexibilité aux entreprises pour le reste.

«Le but est d’arrêter de transférer la responsabilité sur l’utilisateur en lui demandant de cliquer en bas d’un long texte qui permet ensuite une utilisation extraordinaire de ses données», explique-t-il.

Mais aucun consensus n’existe encore. Le «j’accepte» machinal des propriétaires de téléphones devrait encore perdurer de longues années.

http://fr.canoe.ca/

Le Saviez-vous ► Internet, en quelques dates clés


En 25 ans, Internet en a fait du chemin. Des dates qui ont été marquantes pour la toile virtuelle qui a changé la vie de plus de 40 % de la population mondiale
Nuage

 

Internet, en quelques dates clés

 

Internet, en quelques dates clés

Photo Fotolia

NEW YORK – Si certains concepts sur lesquels repose internet remontent aux années 1950, l’histoire publique du world wide web a vraiment débuté il y a 25 ans.

Voici quelques grandes dates de son histoire:

– 12 mars 1989: l’informaticien britannique Tim Berners-Lee fait circuler sa «proposition de gestion de l’information» au sein de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (Cern), posant les fondement de l’internet mondial.

Les codes informatiques sont rendus public l’année suivante, parallèlement à un premier navigateur baptisé «WorldWideWeb».

– 1993: une équipe de l’université de l’Illinois (nord des États-Unis) emmenée par Marc Andreessen développe Mosaic, un navigateur avec une interface intuitive qui aide à populariser internet et sert de base au navigateur Netscape lancé l’année suivante.

– 1994: le libraire en ligne Amazon.com fait ses débuts. La Chine accède àinternet mais filtre les contenus.

La Maison blanche lance son site internet, mais certains utilisateurs tapent une adresse en .com et atterrissent sur un site pornographique.

– 1995: première connection internet en Afrique. Le groupe informatique Microsoft initie une «guerre des navigateurs» en sortant Internet Explorer, qui finira par tuer Netscape, et eBay lance ses premières enchères en ligne.

Le monde compte 16 millions d’internautes, soit 0,4% de sa population.

– 1996: le finlandais Nokia lance un premier téléphone mobile avec une connectivité internet.

– 1998: les autorités américaines confient la régulation mondiale des noms de domaine (extensions en .com, .gov, etc) à un organisme privé mais basé aux États-Unis, l’Icann. Débuts de Google, qui deviendra le premier moteur de recherche en ligne.

– 2000: le virus ILOVEYOU infecte des millions d’ordinateurs dans le monde, causant des milliards de dollars de dommages et mettant en lumière l’importance de la sécurité en ligne.

L’emballement autour d’internet et de ses startups emmène l’indice boursier américain Nasdaq, à dominante technologique, à un record de 5048 points plus jamais égalé à ce jour. L’explosion de la «bulle» le ramènera à 1114 points en 2002.

– 2001: le populaire service de partage de musique en ligne Napster est fermé par la justice américaine, un symbole des débats sur les droits d’auteurs en ligne.

– 2005: internet compte un milliard d’utilisateurs dans le monde

– 2007: l’Estonie organise la première élection parlementaire en ligne

– 2012: le réseau social en ligne Facebook dépasse le milliard d’utilisateurs. Le robot Curiosity de la NASA s’enregistre sur l’application de localisation Foursquare depuis la planète Mars. La France débranche son Minitel.

– 2012: un traité controversé de l’ONU sur le règlement des télécommunications est signé par 89 États, mais 55 autres, dont les États-Unis et la France, s’y opposent au nom de la liberté d’internet. Certains pays critiquent le contrôle trop important des États-Unis sur la toile.

– 2013: 40% de la population mondiale, soit environ 2,7 milliards de personnes, sont connectées à internet. Le chinois dépasse l’anglais comme langue dominante.

http://fr.canoe.ca/