Ado de 15 ans sévèrement brûlé suite à la nouvelle « tendance Internet »


Franchement, les défis entre jeunes sont de plus en plus stupides et comme si cela n’était pas suffisant, ils impliqueraient des amis ou famille à leur insu. Le défi de l’eau chaude sur YouTube est un exemple idiot. Qu’elle soit bu ou verser sur une personne peut entrainer des conséquences graves pouvant aller jusqu’à la mort.
Nuage

 

Ado de 15 ans sévèrement brûlé suite à la nouvelle « tendance Internet »

 

Image Source: Youtube

Être jeune consiste à explorer de nouvelles choses, à être créatif et à s’engager dans de nouvelles expériences. Grâce à la croissance incroyable d’internet, il est maintenant possible non seulement d’apprendre des choses en cliquant sur un bouton, mais aussi de partager ces choses avec d’autres personnes comme jamais auparavant.

Malheureusement, il y a aussi des conséquences : les farces et les tendances dangereuses se répandent rapidement. Il peut s’agir de choses inoffensives – celles qui visent à générer des rires ou à sensibiliser les gens à une cause ou à une autre – mais il existe aussi celles qui ont des conséquences plus sinistres.

Quand j’étais plus jeune, nous organisions souvent des « soirées pyjama », où vous séjourniez chez un ami avec d’autres enfants. Ce n’est pas un phénomène nouveau, et il reste populaire parmi les jeunes d’aujourd’hui.

Cependant, des rapports alarmants nous viennent des États-Unis au sujet d’une nouvelle tendance Internet – une tendance qui a souvent lieu pendant les soirées pyjama – qui semble aussi dangereuse qu’insensée.

« Le défi de l’eau chaude »

Nous en avons parlé récemment, mais il semblerait que le’jeu’ est toujours aussi populaire. Il s’appelle « Le défi de l’eau chaude » et peut souvent impliquer un groupe qui surprend un de leurs amis en versant de l’eau bouillante sur eux. Il va sans dire que cela peut causer des brûlures graves, parfois même mortelles.

Il y a plusieurs clips sur YouTube de personnes jouant au jeu. Des adolescents se défient les uns les autres pour savoir qui peut supporter de l’eau bouillante sur leur peau, ou même la boire. Tragiquement, il semblerait que l’engouement soit particulièrement marqué chez les plus jeunes.

Décès et blessures graves

En août 2017, une fillette de 8 ans est morte en Floride après avoir bu de l’eau bouillante. Un garçon de 11 ans a également été transporté à l’hôpital après que ses amis aient versé un pichet d’eau bouillante sur lui pendant qu’il dormait. Un autre adolescent a souffert de brûlures hideuses sur le dos après s’être engagé dans la même tendance.

Malheureusement, ces cas sont loin d’être isolés. Un garçon de 15 ans, Nicholas Conrad, a publié une vidéo sur YouTube où il montre les brûlures qu’il a subies après que ses amis aient jeté de l’eau bouillante sur lui pendant qu’il dormait lui aussi.

Nicholas explique dans la vidéo que ses amis ne savaient pas à quel point l’eau était chaude. Heureusement, il a pu s’en sortir avec « seulement  » de mauvaises brûlures. Cependant, cela aurait pu être pire. Nicholas a révélé que les garçons responsables ne sont plus ses amis.

https://fr.newsner.com/nouvelle

Des "super coraux" capables de résister à des eaux acides et chaudes


Il y aurait-il un espoir pour les coraux ? En Nouvelle-Calédonie, il y a un endroit ou l’environnement marin serait en 2100, voir pire. Acidification, eau chaude et manque d’oxygène et pourtant des espèces de coraux survivent
Nuage

Des « super coraux » capables de résister à des eaux acides et chaudes

 

Photo prétexte. © thinkstock.

Une équipe scientifique franco-australienne a découvert dans une zone de Nouvelle-Calédonie où l’eau est acide, chaude et pauvre en oxygène des coraux capables de résister à cet environnement, ont-ils indiqué. Mais il reste nécessaire de combattre le réchauffement.

Les résultats de cette étude, conduite par des chercheurs de l’IRD de Nouméa (Institut de recherche pour le développement) et de l’Université de technologie de Sydney (UTS), viennent d’être publiés dans la revue « Scientific Reports » du groupe Nature.

Véritable « laboratoire naturel », un chenal marin d’environ 800 mètres, qui s’enfonce dans la mangrove à Bouraké (85 km au nord de Nouméa), a été le terrain des travaux. Il possède en effets tous les paramètres d’évolution prévus: acidification, eau plus chaude (+2°) et faible oxygène.

Les investigations des chercheurs ont mis en évidence qu’une quarantaine d’espèces de coraux constructeurs de récifs, des « super coraux », ont réussi à s’adapter à ces conditions environnementales « comparables et même pires que celles prévues d’ici 2100 ».

« Des espèces coralliennes qui ont été parmi les premières à succomber lors de l’épisode de blanchissement massif de 2016 qui a largement décimé les récifs mondiaux » ont été observées vivantes dans ce chenal, a également indiqué le Pr David Suggett, coauteur de cette étude. Pour lui, ce phénomène est « incroyable ».

Les analyses vont désormais se poursuivre afin « de déterminer le matériel génétique que ces espèces ont acquis ».

 

http://www.7sur7.be