L’humain gagne dans l’affaire du selfie du macaque


Tout cela pour un macaque qui s’est emparer d’un appareil photo d’un photographe. Je ne suis pas toujours d’accord avec les agissements de PETA, là, je crois vraiment que c’est une perte de temps et d’argent alors qu’il y a beaucoup plus à faire pour la protection des animaux que créer une discorde pour un égoportrait d’un animal
Nuage

 

L’humain gagne dans l’affaire du selfie du macaque

 

ROBYN BECK/AFP/GETTY IMAGES

L’égoportrait devenu viral est maintenant affiché au Musée des selfies à Glendale en Californie.

Mais cet égoportrait demeurera à jamais l’un des plus célèbres du monde.

Une cour d’appel américaine a jugé qu’un macaque ne pouvait prétendre aux droits d’auteur sur un autoportrait qu’il avait lui-même pris en déclenchant l’appareil d’un photographe sur une île indonésienne.

Cette décision rendue lundi pourrait marquer le point final d’un litige juridique spectaculaire à plusieurs titres: le visage du singe, grimaçant (ou souriant) de toutes ses dents, est devenu l’un des selfies les plus célèbres du monde.

Cette affaire a également posé un problème de droit inédit, une association de défense de la cause animale, PETA, soutenant que la capacité d’un primate à prendre une photo prouvait qu’il était un être pensant complexe, méritant de bénéficier des règles de la propriété intellectuelle.

Tout a commencé en 2011 sur l’île de Sulawesi, en Indonésie, quand un macaque noir à crête s’était emparé de l’appareil photo de David Slater et avait appuyé sur le déclencheur.

Le photographe animalier britannique avait réussi à récupérer son appareil et avait publié les clichés pris par le singe baptisé Naruto.

Ces photos exceptionnelles ont fait le tour de la planète, étant reprises par de multiples journaux, magazines, sites internet ou émissions de télévision.

Le litige a éclaté quand la Fondation Wikimedia, une banque de données libres de droits, a refusé de retirer de sa collection le selfie de Naruto.

L’organisation People for the Ethical Treatment of Animals a alors fait irruption dans le débat. PETA a saisi la justice en affirmant que, le macaque ayant pris les images, il en détenait les droits, « comme ce serait le cas pour un humain ».

PETA a été débouté une première fois devant un juge en septembre 2017, David Slater acceptant toutefois de donner 25% des futurs revenus tirés des selfies de Naruto à des organismes protégeant l’habitat des macaques à crête d’Indonésie.

La cour d’appel de Californie a infligé lundi un second revers à l’association de défense des animaux, en estimant que les violations de droits d’auteur ne pouvaient être dénoncées que par des humains.

Les trois magistrats de la cour accusent même PETA de récupération.

« PETA apparaît utiliser Naruto malgré lui, comme un pion pour atteindre ses objectifs idéologiques », ont-ils écrit dans leur décision unanime.

PETA a estimé en réponse que la cour d’appel était « passée à côté » de la vérité.

Le macaque « est victime d’une discrimination simplement car il est un animal non humain », a commenté l’organisation.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Le Kopimisme


En 2010, la Suède a reconnu une nouvelle religion, le Kopisme ! Cette religion permet de tout copier et partager sur le web, c’est même pour eux des “gestes sacrés” Je ne suis pas sûr par contre, que légalement, les autres pays suivent ce pas
Nuage

 

Le Kopimisme

 

par Catherine Segurane

Ce mot vient de l’anglais « copy me » ; l’Eglise kopimiste, fondée en 2010, revendique 3000 membres dans une dizaine de pays. Ce mouvement religieux juge que « l’information est sacrée »et que « la copie est un sacrement ».

Le kopimisme s’inscrit dans le mouvement qui a aussi donné lieu au « parti pirate », qui a recueilli près de 9 % des voix dans une élection locale à Berlin.

Les valeurs du kopimisme, centrées sur l’idée de générosité, feraient honneur à toute religion ou philosophie, et s’expriment ainsi :

« L’information est sacrée »

« Copiez, téléchargez, partagez ».

Le culte consiste à copier et faire circuler ce qui parait sur internet. La copie est un sacrement.

Comme toutes les religions « reconnues » dans la sphère culturelle à laquelle appartient la Suède, l’Eglise kopimiste a le droit de voir ses pratiques respectées. La liberté religieuse, au sens que les Anglo-Saxons donnent à ce mot, interdit de poursuivre devant les tribunaux un kopimiste qui n’a fait qu’exercer son culte.

Depuis la séparation de l’Église et de l’État en 2000, la Suède a reconnu vingt-deux religions, en plus de l’Église de Suède (luthérienne) , parmi lesquelles les Témoins de Jehovah opposés à la transfusion sanguine, l' »Eglise »de Scientologie, les Mormons rêvant de polygamie et le Pentecôtisme s’imaginant « parler en langues ».

Un rapport du département d’État américain publié fin 2010 lui en donne acte. Car bien sur, le peuple supérieur, les Américains, surveillent la Suède, comme les autres pays, pour s’assurer qu’elle applique bien la « liberté religieuse » au sens où les Anglo-Saxons l’entendent.

Donc, la Suède fait les choses comme il faut. Avant, elle avait une Eglise d’Etat (luthérienne) mais maintenant, elle distribue toutes sortes de privilèges à tout un tas de « religions » qui ont la chance d’être « reconnues ».

On estime que 5 % environ de la population est musulmane (450 000 à 500 000 personnes).

On trouve aussi de toute : des Témoins de Jéhovah, des Mormons, des Sikhs reconnaissables à leur poignard à la ceinture, des Hari Krishna, etc …

La plupart de ces groupes ont une pratique faible (d’après le rapport du Département d’Etat précedemment mis en ligne) mais les communautés se regroupent à l’occasion de grandes fêtes quelques fois par an, et elle bénéficient du droit légal de voir leur pratique protégée.

Si une personne pense avoir été discriminée pour sa religion, elle remplit un dossier auprès du Discrimination Ombudsman (DO), et celui-ci, c’est à dire l’Etat, fait avancer son dossier à sa place, au besoin jusqu’au procès. Il a traité 101 plaintes pour discrimination religieuse en 2010. Ah ! mais ! La liberté religieuse est protégée, qu’on vous dit !

Les « discours de haine » contre les religions sont interdits et poursuivis.

(….)

http://www.agoravox.fr/