Un nouveau succès pour le «Dr House du Québec»


Il semble qu’au Québec, nous avons aussi un Dr House. Non pas par l’arrogance ou le mauvais caractère du personnage de la série télévisé, ni par sa dépendance aux médicaments, mais bien pour trouver ce qui cloche dans des maladies rares.
Nuage

 

Un nouveau succès pour le «Dr House du Québec»

 

MATHIEU PERREAULT
La Presse

Donald Vinh est décrit depuis quelque temps par ses collègues de McGill et des médias comme le Dr House du Québec.

L’infectiologue montréalais vient d’imiter à nouveau le héros de la télévision en identifiant le problème génétique à l’origine des infections qui minent depuis 20 ans la vie d’un homme de 35 ans.

UN ENFANT-BULLE ADULTE

Le patient, qui ne veut pas être identifié, vient d’« une région de l’est de la Gaspésie », explique l’infectiologue de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). « À partir de l’adolescence, il a commencé à être souvent malade, dit le Dr Vinh. Mais il a réussi à travailler et à avoir deux enfants. Il y a quelques années, une interniste de sa région a décidé de l’envoyer en consultation dans des hôpitaux universitaires. Quand je l’ai vu, il y a quatre ans, j’ai utilisé un nouveau laboratoire immunitaire que j’avais mis sur pied et j’ai tout de suite vu qu’il lui manquait beaucoup de globules blancs. Il avait l’air d’un enfant-bulle adulte. On a fait des tests génomiques à mon laboratoire de recherche et on a trouvé un gène candidat qui pourrait expliquer ses symptômes. Ensuite, on a cerné le mécanisme par lequel ce gène causait ces problèmes immunitaires. Il y a six mois, on a établi toutes les preuves et on a soumis un papier au Journal of Experimental Medicine. » L’étude a été publiée ce matin.

La prochaine étape est de trouver une manière de pallier la faible activité du gène en cause.

LE Dr HOUSE DU QUÉBEC

Le Dr Vinh a été décrit à plusieurs reprises dans les médias comme le Dr House du Québec, parce que comme le personnage de télévision, il s’attaque à des cas en apparence insolubles. L’an dernier, il a aussi identifié un gène responsable des infections à répétition d’un autre patient, qui avait aussi des problèmes auto-immuns. Dans ce cas, le gène en question était connu, mais pas le type de mutation du patient, complètement nouveau. Le patient de l’an dernier, qui avait alors 35 ans et était malade depuis l’enfance, avait subi de nombreux tests dans les centres les plus réputés du Canada et des États-Unis, sans succès.

DE L’ESPOIR POUR LA TRISOMIE

La découverte du Dr Vinh pourrait avoir des impacts positifs pour les patients atteints de trisomie 21.

« C’est là qu’est située la mutation génétique de mon patient de 36 ans, dit le Dr Vinh. On sait que les patients atteints du syndrome de Down ont plus de risques de problèmes immunitaires. Chez les patients [trisomiques 21], il semble que contrairement à ce qui se passe chez mon patient de Gaspésie, le gène est surexprimé. Nous devons maintenant prouver que le gène de mon patient de la Gaspésie est bel et bien impliqué dans les mêmes problèmes pour le syndrome de Down et que la surexpression de ce gène pose problème. »

Le nouveau gène n’avait jamais été lié à une maladie auparavant et semble très important pour le système immunitaire, ce qui ouvre aussi la porte à des avancées plus générales en infectiologie.

https://www.lapresse.ca/

Le Dr House sauve une vraie vie


Pour une fois qu’une série télévisée qui a été fortement écoutée partout dans le monde, puisse avoir été un atout important pour diagnostiquer un mal mystérieux pour amorcer le bon traitement
Nuage

 

Le Dr House sauve une vraie vie

 

Le Dr House sauve une vraie vie

Hugh Laurie dans le rôle du Dr House. Photo Fox

Une insuffisance cardiaque aussi sévère qu’inexplicable, une fièvre d’origine inconnue, une inquiétante déficience visuelle et auditive, une mystérieuse inflammation de l’oesophage: le cas de cet Allemand de 55 ans sans antécédent médical sérieux restait un mystère pour la médecine.

Jusqu’à ce qu’un professeur de la Clinique universitaire de Marbourg, Juergen R. Schaefer, fasse le rapprochement avec un épisode de la série américaine Dr House dans lequel était évoqué un cas improbable d’empoisonnement au cobalt, rapporte vendredi The Lancet.

«À la recherche d’une cause combinant tous ces symptômes et se souvenant d’un épisode de la série télé Dr House que nous avions utilisé comme matériel pédagogique pour des étudiants en médecine, nous avons suspecté une intoxication au cobalt», explique ce professeur dans un article publié dans la revue médicale britannique.

«Son dossier médical était pratiquement vide, mis à part le remplacement des deux hanches par des prothèses», indique le médecin.

LE DIVERTISSEMENT QUI SAUVE DES VIES

En novembre 2010, la prothèse gauche avait cassé et été remplacée par une prothèse utilisant du métal. Six mois après, cet homme jusqu’alors en bonne santé, avait commencé à souffrir de symptômes inexplicables allant des reflux oesophagiens aux problèmes cardiaques.

Une fois le rapprochement fait, une radiographie a permis de déceler des débris de métal dans la hanche tandis que des examens de sang et d’urine ont montré une intoxication au cobalt et au chrome, deux métaux utilisés dans la prothèse.

«L’intoxication au cobalt est une cause bien connue de cardiomyopathie depuis plus de cinquante ans mais principalement pour des employés d’aciéries, exposés au métal ou dans des cas de nourriture ou de boisson contaminées par du cobalt», explique ce professeur.

Le remplacement de la prothèse défectueuse a permis de faire baisser les concentrations de cobalt et de chrome dans le sang et de réduire fortement les problèmes cardiaques du patient.

«C’était une chance pour moi d’être au courant de cela grâce à Dr House» explique-t-il à l’AFP. «Tout ceci démontre qu’un divertissement bien réalisé n’est pas seulement capable de divertir et éduquer mais aussi de sauver des vies».

Cette série américaine a pour personnage central le Dr Gregory House, interprété par l’acteur britannique Hugh Laurie, qui à chaque épisode se charge de résoudre un mystère médical.

http://fr.canoe.ca/

 

 

Les séries qui rendent malades


Il y a des gens qui sont plus sensible que d’autres a ce qu’ils écoutent a la télévision. Je me souviens en autre que Madame Andrée Champagne qui jouait Donalda dans la série télévisée  »Les pays dans Haut » Des gens l’arrêtait dans la rue pour leur offrir leur soutien croyant qu’elle vivait vraiment dans la misère, elle avait même reçu des dons pour qu’elle  puisse subvenir a ses besoins .. Curieux n’est-ce pas ? C’est comme s’ils seraient incapable de faire la différence entre la fiction et la réalité
Nuage

 

Les séries qui rendent malades

 

Les séries qui rendent malades

Dr House
© Fox

À trop regarder Urgences, Dr House ouDre Grey, leçons d’anatomie, les gens finissent par s’inventer des maladies. Est-ce votre cas?

 

L’abus de séries télévisées commeUrgences, Dr House ou Dre Grey, leçons d’anatomie peut conduire le spectateur à s’inquiéter sur sa propre santé et finir par lui gâcher la vie.

C’est ce que démontre une étude de l’Université de Rhodes Island. Selon la chercheuse Yinjiao Ye, les personnes qui regardent ce genre de séries ont tendance à croire que leur santé est plus exposée que celles des autres et qu’ils courent des risques plus grands.

«Les médias de masse sont assez puissants pour modifier les comportements en diffusant des séries qui véhiculent des connaissances médicales. Mais ces connaissances peuvent pousser les gens à croire qu’ils ont plus de chance d’être atteints par les maladies dont on parle dans ces fictions», explique l’université dans un communiqué.

Les maladies souvent rares dont il est question dans les séries peuvent aussi inquiéter les spectateurs quant à leur durée de vie, ajoutent les chercheurs. Au bout du compte, ils risquent de ne plus arriver à se sentir heureux de vivre.

Ne pas regarder la télévision peut, dans ce cas, conduire au bonheur, conclut l’étude.

Yinjiao Ye a interrogé 274 étudiants de l’Université d’Alabama âgés de 18 à 31 ans.

Le résultat de ses travaux a été publié dans le périodique Mass Communication and Society.

http://www.canoe.com