L’accumulation compulsive: bien plus qu’une simple «collection»


Le trouble d’accumulation compulsive est une vraie prison pour ceux qui en souffre. Il est possible de les soigner, mais cela demande du temps et de la patience ..
Nuage

 

L’accumulation compulsive: bien plus qu’une simple «collection»

 

Au Québec, entre 165 000 et 420 000 individus pourraient être touchés par cette problématique.

CARLOS CIUDAD PHOTOGRAPHY VIA GETTY IMAGES

L’accumulation commence avec un doute, une idée intrusive liée à une potentielle utilisation de l’objet dans le futur, qui amène généralement le besoin de le conserver.

François Bilodeau
Psychologue clinicien

Au Québec, entre 165 000 et 420 000 individus pourraient être touchés par cette problématique.

«J’en aurai peut-être besoin un jour, on ne sait jamais!», «Cela pourrait être utile à quelqu’un d’autre!», «Il pourrait y avoir un objet de valeur que je n’ai pas remarqué!», «Il me semble irresponsable de jeter cet objet!», «Peut-être qu’il y a de l’information utile! Mes biens sont une partie de moi!»

Le trouble d’accumulation compulsive, aussi connu par son nom anglais «hoarding», entraine l’encombrement de l’espace de vie d’un individu à un point tel que la qualité de vie et l’environnement de celui-ci en est affecté.

Ce trouble touche autant les hommes que les femmes. La prévalence dans la population varie entre 2% et 5%.

Au Québec, entre 165 000 et 420 000 individus pourraient être touchés par cette problématique.

Des émotions négatives sont souvent générées par l’accumulation et le désencombrement. L’accumulateur est également dans l’incapacité de se débarrasser d’objets, indépendamment de leur valeur réelle. L’accumulation entraine une souffrance importante et se répercute habituellement sur le fonctionnement social, professionnel et relationnel.

Plusieurs types d’objets peuvent être cumulés: journaux, livres, nourriture, vêtements, contenants vides, meubles, appareils électroniques, factures, sacs, animaux. Certaines personnes accumulent seulement des biens de même nature, d’autres n’ont pas de préférence et accumulent tout ce qui leur tombe sous la main.

Les objets forment souvent des piles désorganisées disposées de manière aléatoire. Dans bien des cas, ces piles d’objets sont à la vue de tous et sont rarement rangées dans des espaces prévus à cette fin. Lorsque les espaces sont désencombrés, c’est souvent en raison d’interventions de tiers (ex.: membres de la famille, nettoyeurs, autorités).

MUSLIANSHAH MASRIE / EYEEM VIA GETTY IMAGESLes objets forment souvent des piles désorganisées disposées de manière aléatoire.

    Accumuler, ce n’est pas collectionner!

    Il est important de différencier l’accumulation de la collection. L’accumulateur compulsif n’est pas un collectionneur. L’accumulateur vit dans l’embarras et la honte face à ses possessions, s’isole, tente de cacher le plus que possible les pièces encombrées, oublie les objets ou ceux-ci demeurent introuvables.

    À l’opposé, le collectionneur est fier de ses possessions qui sont une réalisation positive amenant un sentiment de fierté. Les collectionneurs cherchent également à partager leur passion avec les autres et les objets collectionnés sont souvent organisés et en nombre limités.

    Le doute, l’élément central à l’accumulation

    L’accumulation commence avec un doute. Une idée intrusive liée à l’utilisation potentielle de l’objet dans le futur amène généralement le besoin de le conserver. La prise de décision de l’accumulateur, face à un objet à acquérir ou à jeter, se trouve souvent affectée par cette intolérance au doute (ex.: j’en aurai peut-être besoin un jour, on ne sait jamais!).

    Cette intolérance au doute contribue ensuite au développement d’un motif d’accumulation:

  • Vouloir sauver les objets brisés,

  • Accumuler pour aider les autres ou donner à une noble cause

  • Vouloir être écologique (ex.: accumuler les objets pour leur donner une deuxième vie),

  • Vouloir se garder informé en accumulant (ex.: les journaux),

  • Avoir peur de jeter quelque chose par inadvertance,

  • Vouloir maintenir un souvenir d’enfance vivant,

  • Combler un besoin de sécurité.

JIÉ CHÉNG ZHEN WU / EYEEM VIA GETTY IMAGESL’accumulateur vit dans l’embarras et la honte face à ses possessions.

Un aperçu des stratégies d’intervention

À ce jour, les écrits scientifiques montrent que la thérapie cognitive et comportementale est celle qui réussit le mieux à traiter le trouble d’accumulation compulsive. Il s’agit d’une approche proactive et axée sur les solutions concrètes.

Lors de la thérapie, le psychologue visera à identifier le cycle lié à l’accumulation et aidera la personne à modifier ses croyances liées au besoin d’accumuler et au désencombrement.

    La gestion des émotions est également au centre de la thérapie: l’accumulateur doit parvenir à développer une meilleure tolérance au doute afin de se départir de ses biens, mais également pour réduire l’accumulation. Le désencombrement se fait graduellement: l’individu doit se départir de ses biens en ordre croissant de difficultés.

    Quand devrais-je consulter?

    N’attendez surtout pas que votre fonctionnement global se détériore ou que des pièces de votre logement ne soient plus accessibles.

    Plusieurs manifestations peuvent indiquer le besoin de consulter en psychothérapie:

  1. Ne plus oser ou refuser de recevoir des gens à la maison en raison d’un fort sentiment de honte lié à l’état du logement,

  2. Présence d’un sentiment de culpabilité lié à l’accumulation,

  3. Présence de compulsions de rituels de tri ou d’évitement menant à l’incapacité de se départir d’objets,

  4. Difficultés à contrôler son envie d’acquérir ou d’accumuler des objets,

  5. Présence d’un doute persistant lié à l’utilisation potentielle d’un objet,

  6. Acheter plusieurs fois le même item,

  7. Ne pas déballer ou utiliser les objets achetés,

  8. Présence d’un attachement émotionnel irrationnel aux objets.

Conseil aux proches

Évitez surtout de vous débarrasser des objets de l’individu en son absence. Cela pourrait être hautement déstabilisant pour la personne accumulatrice. Évitez également de tenir des propos menaçants ou contraignants visant à inciter la personne à jeter ses objets. Cela pourrait contribuer à renforcer le sentiment de honte et d’échec auprès de la personne. Optez plutôt pour un soutien actif et aidez la personne à trouver des ressources psychologiques ou communautaires.

Si vous voulez en apprendre plus sur la question, une lecture incontournable au sujet du trouble d’accumulation compulsive est le manuel de traitement Entre monts et merveilles: comment reconnaitre et surmonter l’accumulation compulsive. Par ailleurs, un groupe de soutien pour les personnes accumulatrices se tient une fois par mois et est organisé par le Groupe de parole sur l’accumulation compulsive au CLSC de Verdun.


Références:

– O’Connor, K., Delorme, M.E., Koszegi, N. (2013). Entre monts et merveilles: comment reconnaître et surmonter l’accumulation compulsive. Éditions Multimondes inc.
– Tolin, D., Frost, R. O., & Steketee, G. (2013). Buried in treasures: Help for compulsive acquiring, saving, and hoarding. Oxford University Press.
– Tolin, D. F., Frost, R. O., Steketee, G., & Muroff, J. (2015). Cognitive behavioral therapy for hoarding disorder: A meta‐analysis. «Depression and Anxiety», 32(3), 158-166.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

En cas de doute


Il y a des conversations qui peuvent tourner en dispute et pire encore. Il y a des sujets qu’ils ne sont pas toujours bons de discuter quand cela tourne en rond, puis on peut ne pas être sur de ce que nous avançons … Le silence dans bien des cas, est toujours le meilleur choix, quitte à revenir plus tard pour discuter plus calmement
Nuage

 

En cas de doute

 

En cas de doute, choisissez toujours le silence ! Il dérange, irrite, agace, mais surtout il ne gaspille pas votre énergie et préserve votre image !

Inconnu

Silence


Le silence dans des conversations sans fond, sans issu, qui tourne en rond, est toujours mieux que l’argument
Nuage

 

Silence

 

En cas de doute, choisissez toujours le silence
Il dérange, irrite, agace, mais surtout,  il ne gaspille pas votre énergie et préserve votre image

Inconnu

Le Saviez-Vous ► 8 signes qu’on essaie de vous manipuler


Nous avons tous connus un manipulateur dans notre entourage. Il y a des signes qui ne trompe pas et qu’il faut être attentif
Nuage

 

8 signes qu’on essaie de vous manipuler

Les manipulateurs sont rusés quand vient le moment d’obtenir ce qu’ils veulent. Faites attention de ne pas subir leur influence. Repérez ces 8 signes qui montrent qu’on essaie de vous manipuler.

1. On vous fait sentir coupable.

Jouer avec vos émotions est l’arme ultime des manipulateurs. Ceux-ci excellent dans l’art de vous faire sentir coupable pour des trucs (ou des pensées!) que vous n’avez même pas faits. Si vous réussissez à ne pas plier à leurs demandes, ils s’arrangent pour vous faire sentir coupable pendant des heures… voire des jours! Ils peuvent même vous lancer des phrases comme

« Qu’est-ce que j’ai pu faire pour mériter que tu me traites ainsi… ».

Et vous voilà partie pour cohabiter avec la culpabilité! Soyez ferme et convaincu dans vos décisions. Au besoin, écrivez pourquoi vous avez tenu tête à un manipulateur et relisez-vous pour ne pas que la culpabilité vous ronge.

2. Vous doutez de vous.

Quand on vous manipule, on joue sur votre esprit. On vous fait constamment douter de vous. Vous n’arrivez plus à prendre une décision simple sans penser aux conséquences ou aux commentaires qu’on vous dira. Devant un manipulateur (avouez que vous avez déjà un visage en tête!), vous perdez tous vos moyens alors qu’habituellement, vous étiez plus sûr de vous. C’est signe qu’on vous manipule quand vous devez ultra-vulnérable au point de ne plus avoir confiance en votre jugement. Appliquez quelques-uns de ces 20 gestes pour augmenter votre confiance en vous et vous libérez du joug des manipulateurs qui vous entourent.

3. Vos paroles sont déformées.

Discuter avec un manipulateur est une chose difficile… presqu’impossible. Vous ne voulez même pas avoir le dernier mot, mais bien pouvoir en glisser un seul. Quand vous le faites, vous êtes surpris de voir que l’autre déforme vos paroles. Parfois même, tout se retourne contre vous. Vous avancez un propos puis BANG, sans vous en rendre compte, on vous accuse de quelque chose d’autre. Et évidemment, on vous fait passer pour le « méchant », car le manipulateur fait tout en son pouvoir pour être le parfait souffre-douleur! C’est son rôle de prédilection.

4. Vous n’avez pas l’esprit en paix.

Quand un manipulateur rôde autour de vous, vous n’avez jamais l’esprit tranquille. Vous êtes constamment tourmenté. Vous ressassez le passé, vos actions, vos paroles (et les siennes) et vous angoissez pour la suite. On note aussi une baisse de votre estime de vous : vous craignez de décevoir tout le monde (pas juste le manipulateur!). Si votre calme intérieur a disparu, il faudrait examiner vos relations personnelles et professionnelles pour déterminer si quelques-unes ne seraient pas toxiques pour vous.

5. On use de flatterie envers vous.

Pour arriver à ses fins, un manipulateur est prêt à tout. Il sait quelles sont vos cordes sensibles sur lesquelles jouer pour obtenir ce qu’il désire. Attention! Ces flatteries ne sont qu’un tissu de mensonges : vous le savez, mais avez de la difficulté à résister. Ces faux compliments vous éblouissent parfois et vous réussissent à vous faire flancher. Ensuite, vous regrettez. Car une fois qu’il a gagné, plus rien de ceci ne subsiste. Fini! Basta! Protégez-vous et ne soyez pas trop naïf. Sans perdre toutes vos illusions, vous ne devez pas accorder une trop grande confiance aux manipulateurs.

6. On vous menace.

Quand un manipulateur sent que vous lui résistez, il peut aller jusqu’à vous faire des menaces. C’est l’un des enjeux les plus pernicieux de la manipulation. Un des derniers retranchements de ces êtres capables de bien des bassesses. En effet, les manipulateurs sont capables de vous dire des phrases comme « Si tu fais (ceci), je vais faire (cela)… » (ou son contraire « Si tu ne fais pas [ceci], ne pense pas que je ferai [cela]… »), « Voilà comment tu me montres que tu m’aimes/que tu me remercies/que tu m’aides » ou autres phrases pleines de sous-entendus menaçants. Voilà une spirale inquiétante dans laquelle ne jamais mettre les pieds (ou s’en sortir le plus vite possible) : personne n’a le droit de s’en prendre à votre intégrité. N’acceptez pas les menaces. Allez chercher de l’aide dans votre entourage ou dans une ligne d’écoute si vous sentez que vous perdez pied dans cette spirale.

7. On change les faits.

Pour fabriquer des excuses, pour trouver des preuves de tout ce qu’ils avancent, pour inventer des faits ou pour avancer toutes sortes d’arguments (parfois farfelus ou exagérés), les manipulateurs sont les champions! Ils seraient même assez hardis pour prétendre que 2+2=3. Sans hésiter, ils prétendent être des experts et sont capables de faire (et dire!) n’importe quoi pour vous convaincre qu’ils ont raison. Dans leur discours, on retrouve souvent des termes catégoriques comme « jamais », « toujours, “tout le monde”, “personne”, etc. Et s’ils ont tort et s’en aperçoivent, ils remettent la faute sur les autres, bien sûr! Ne croyez pas tout ce que les gens manipulateurs avancent. Questionnez-les, remettez en question leur parole et osez vous affirmer. Vous n’êtes pas dupe et n’avez pas à subir leurs grands discours.

8. Vous avez changé.

Parfois, à force de côtoyer des manipulateurs au quotidien, il se pourrait que plusieurs pans de votre vie aient souffert de ces relations. Votre sommeil est perturbé. Votre niveau de stress ne descend que rarement. Vous avez du mal à décrocher. Vous arrivez difficilement à vous détendre. Vous êtes plus nerveux. Voilà des signes que vous subissez physiquement et mentalement des contrecoups de la manipulation. Aussi, soyez attentif aux commentaires de ceux qui vous connaissent le mieux. Si, autour de vous, on vous dit que vous avez changé, que vous n’êtes plus comme avant ou que vous semblez différent, il serait temps de faire un petit examen sur ce qui a causé ces changements probablement non volontaires. Est-ce que vous subiriez une forme de manipulation qui vous force, sans vous en rendre compte, à modifier votre comportement? Faites une mise au point et, au besoin, allez consulter un thérapeute ou un psychologue pour vous dégager de cet engrenage étouffant.

http://selection.readersdigest.ca/

Nos pensées


L’attitude peut faire une grande différence entre notre esprit fermé ou esprit ouvert, car nous sommes ce que nous pensons
Nuage

 

Nos pensées

 

 

« Quand vos pensées sont pleines de doutes et que vous avez un esprit fermé, vous allez nécessairement agir selon ces doutes et avec un esprit fermé, et vous verrez pratiquement partout où vous irez les preuves de votre façon de penser. Par contre, si vous décidez, d’avoir l’esprit ouvert à tout, alors vous agirez avec cette énergie intérieure et vous serez non seulement le créateur mais aussi le bénéficiaire des miracles où que vous soyez. »

Wayne W. Dyer

Les réalisations de demain


C’est comme quand on remet souvent a demain ce que l’on peut faire aujourd’hui, ou bien que nous pensons que cela ne vaut pas la peine alors on fini qu’on ne fait rien
Nuage

 

Les réalisations de demain

 

«Les seules limites de nos réalisations de demain, ce sont nos doutes et nos hésitations d’aujourd’hui»

Eleanor Roosevelt