Les dangers d’un sac à main trop lourd


Il est vrai que bien des femmes ont tout dans leur sac à main et bien souvent des choses inutiles. Personnellement, je préfère les sacs avec bandoulières, que porter sur les épaules
Nuage

 

Les dangers d’un sac à main trop lourd

 

Les dangers d'un sac à main trop lourd

Les dangers d’un sac à main trop lourd

Un sac lourd peut provoquer des douleurs au dos, au cou, aux épaules, aux articulations, et aggraver les problèmes de dos.

Si vous portez un sac à main, il est probable que la moitié de votre vie tienne dedans. Portefeuille, téléphone, clés, trousse de maquillage, bloc-notes, stylos, livre à lire dans les transports, écouteurs, dossiers du bureau… la liste des objets que nous arrivons à y glisser est longue. Résultat : notre sac à main frôle les 3 kg. Ce fourre-tout surchargé n’est pas seulement gênant, il peut devenir dangereux pour notre santé.

D’après le docteur Sabrina Stickland, chirurgien orthopédiste à l’hôpital de chirurgie de New York, interrogée par le Time, « lorsque vous portez un sac lourd sur l’épaule, vous devez en quelque sorte soulever l’épaule en question, ou vous pencher sur le côté pour éviter qu’il tombe. Donc, aussi longtemps que vous tenez ce sac, votre colonne vertébrale est courbée ».

Selon la spécialiste, ce désalignement peut entraîner des douleurs dans le dos, le cou, les épaules et les muscles, des douleurs articulaires, et l’aggravation d’hernie discale. Chez les enfants, il peut provoquer une scoliose.

Les solutions pour protéger son dos

Une étude de 2013 publiée par le Journal of Physical Therapy Science a également révélé que le fait de porter toujours son sac d’un même côté peut affecter la façon dont nous marchons. Afin de limiter les dégâts, vous pouvez suivre ces quelques conseils.

  •  Répartissez le poids uniformément sur les deux épaules, avec un sac à dos, ou un sac à main et un tote bag pour les dossiers et les livres. De cette façon, on évite l’asymétrie.
  • Diminuez la charge que vous transportez. Avez-vous réellement besoin de chaque objet qui se trouve dans votre sac ? D’après les spécialistes du Time, un sac à main ne devrait jamais dépasser 10% du poids corporel. Pour vous en assurer, pesez-vous sur votre balance, puis tenez votre sac et faites le calcul. Cette technique vous permet de vous assurer que tout le sac est pesé correctement, et de vous ajuster en conséquence.
  • Pensez au sac en bandoulière. Le sac à dos reste le meilleur choix, le plus ergonomique. Mais si vous optez pour un sac en bandoulière et que vous changez de côté régulièrement pour égaliser la charge sur les épaules, votre corps sera déjà soulagé.
  • Renforcez-vous ! Quel que soit le poids de votre sac à main, renforcer le centre du corps permet de se tenir droit et d’éviter tout problème d’alignement. Vous pouvez donc ajouter quelques exercices comme la planche, les renforcements des obliques, et les renforcements du dos à votre routine d’entraînement. Vous améliorerez ainsi votre posture, et limiterez les éventuels dommages causés par le sac. 

 

Auteur: Elena Bizzotto

http://www.santemagazine.fr/

Quatre bonnes raisons de bien choisir son oreiller


Quelques notions importantes sur le choix de nos oreillers pour mieux dormir et éviter où au moins diminuer les courbatures dues aux mauvaises postures pendant le sommeil
Nuage

 

Quatre bonnes raisons de bien choisir son oreiller

 

On passe le tiers de sa vie au lit. C’est considérable, sans compter que plusieurs d’entre nous seront, un jour ou l’autre, incommodés par l’insomnie, qu’elle soit due à l’anxiété, la douleur ou des difficultés respiratoires chroniques ou passagères comme une simple toux. L’oreiller peut alors devenir un atout précieux pour favoriser un meilleur sommeil.

Voici comment bien choisir son oreiller et quatre bonnes raisons pour le faire.

L’élément principal

Quel est l’élément le plus important à considérer lorsque vient le temps de choisir un oreiller: le prix, le matériau ou les dimensions? Aucun de ces trois choix de réponses.

La première règle consiste à vous assurer que votre oreiller vous procure un maximum de confort. Le principe est plutôt simple, j’en conviens, mais beaucoup plus utile que des éléments mercantiles ou de prétendus avantages ergonomiques absolus. Duvet, latex, naturel ou synthétique, aucune étude scientifique n’a démontré la supériorité universelle d’un matériau sur un autre en terme de confort et de qualité de soutien. Installez-vous donc avec l’oreiller et fiez-vous à vous, à ce qui plaît à vos épaules, à votre dos, à votre cou et à votre tête. Pourquoi? Parce que votre corps est muni d’une quantité quasi infinie de terminaisons nerveuses qui agissent comme de petits détecteurs de tensions musculaires, ligamentaires et de positionnement. Votre cerveau reçoit donc des milliers d’informations ultra-précises, chaque seconde, et il les interprète afin de vous indiquer si l’oreiller est adéquat ou non. Notez qu’il faut quelques minutes aux articulations pour qu’elles s’adaptent à l’oreiller, notamment pendant un essai en magasin.
Raison 1: supporter le cou

Une bonne position de sommeil fait en sorte qu’on dort mieux. Votre oreiller devrait d’abord maintenir les articulations du cou dans une position neutre. Trop de flexion ou d’extension augmente le stress sur les muscles, les ligaments et les vertèbres. L’oreiller devrait donc supporter la tête et le cou, mais aussi, chez certaines personnes, une partie des épaules et le haut du dos. Pour y arriver, il est possible de mieux épouser les formes du cou en glissant sous la partie inférieure de la taie un petit rouleau fabriqué à l’aide d’une serviette (ou un autre matériau). Il est important de préciser que si votre colonne vertébrale est raide ou voûtée, la hauteur de l’oreiller devient un élément très important.

Raison 2: soulager le bas du dos

Votre posture couchée et debout devrait avoir plusieurs points en commun en matière d’alignement postural. Les douleurs articulaires nocturnes, notamment au dos et aux hanches, sont parfois causées par un mauvais alignement des jambes et des cuisses, ce qui fait en sorte que les genoux sont en contact durant plusieurs heures. Imaginez si vous passiez toute une journée, debout, dans une position où les genoux se touchent l’un et l’autre? Il vous serait évident que des tensions musculaires surviendraient rapidement. Pourtant, c’est ce qui peut se passer lorsque vous êtes couché. Or, la situation se corrige en plaçant un oreiller entre les genoux: un conseil particulièrement utile pour les femmes enceintes dont la posture change de semaine en semaine, et aussi pour les personnes dont la mobilité articulaire est réduite notamment par l’arthrose et une maladie inflammatoire.

Raison 3: contrer l’insomnie par le confort

L’insomnie se caractérise par une difficulté de s’endormir ou de rester endormi. Les causes sont souvent multiples: circonstancielles, hormonales, physiques, psychologiques, etc. L’inconfort et la douleur articulaire en font souvent partie. Aussi, l’influence insomnie-douleur est bidirectionnelle, c’est-à-dire que l’une peut agir négativement sur l’autre et faire en sorte que la situation devienne chronique. Plusieurs études ont effectivement démontré que les personnes dont le sommeil est perturbé sont plus à risque de douleur, un peu comme si leur système se fragilisait, et en retour, ces mêmes personnes éprouvent de la difficulté à bien dormir parce qu’elles peinent à se positionner correctement à cause de la douleur.

L’utilisation adéquate de l’oreiller devient alors un élément à considérer, ce qui n’empêche en rien de mettre en place une intervention plus globale, comme de réévaluer votre routine de sommeil (ex.: ce que vous faites avant d’aller au lit).

Raison 4: mieux respirer

Les articulations du cou sont à considérer quand vient le temps de réfléchir à sa position de sommeil. Bien sûr, parce qu’on y trouve de nombreux muscles, vertèbres, ligaments et autres structures impliqués dans le mouvement, mais en plus, la région du cou abrite une partie des voies respiratoires. Les personnes qui ont du mal à respirer bénéficient donc d’un meilleur positionnement au lit, comme les personnes atteintes d’emphysème et les femmes enceintes (oui, oui, encore une fois!), notamment durant les derniers trimestres de la grossesse.

L’utilisation d’un ou plusieurs oreillers permet de surélever le haut du corps et de maintenir les poumons, l’ossature et la musculature dans une position adéquate.

***

Deux mini tests concernant le cou et l’utilisation de l’oreiller

Comment déterminer la hauteur de votre oreiller ?

  1. Couchez-vous directement au sol, sur le dos.
  2. Placez un ou plusieurs livres sous votre tête jusqu’à ce que vous soyez confortable.
  3. Votre cou ne devrait pas être exagérément cambré et votre regard devrait se diriger naturellement vers le plafond (et non vers le mur derrière vous).
  4. Réajustez le nombre de livres, si nécessaire, en fonction du point 3.
  5. La hauteur des livres correspond à la hauteur idéale de votre oreiller.

Comment vérifier rapidement la mobilité de votre cou?

Si vous répondez non à l’une de ces questions, portez une attention particulière à votre position de sommeil et à l’utilisation adéquate de l’oreiller.

  1. Êtes-vous capable de regarder les étoiles ou un plafond pendant quelques minutes, sans douleurs ni tensions?
  2. Êtes-vous confortable lorsque vous vous adossez au mur, sans plier les genoux?
  3. Dans la position décrite au point 2, êtes-vous capable de maintenir la tête, le cou et les épaules détendus?
  4. Êtes-vous confortable lorsque vous êtes couché au sol, en ne mettant rien sous la tête ni les genoux?
  5. Lorsque vous ouvrez la bouche, pouvez-vous mettre trois doigts entre les dents, dans le sens de la largeur?

Pour continuer sur le thème de l’oreiller, cliquez ici pour écouter l’entrevue de Denis Fortier donnée à l’émission Les éclaireurs, à la ICI Radio-Canada Première.

Denis Fortier est physiothérapeute et l’auteur du livre Conseils d’un physio, publié aux Éditions Trécarré. Vous y trouverez une multitude de conseils, plus de 50 exercices thérapeutiques, des façons simples de diminuer vos douleurs ainsi que 10 autoévaluations qui vous permettront de mesurer notamment votre mobilité, votre force et votre souplesse

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les textos ennemis de notre dos ?


Les ordinateurs, téléphones intelligents ont changé notre posture et malheureusement, des maux de dos sont apparus qui auraient pu être évitée
Nuage

 

Les textos ennemis de notre dos ?

 

Ceux qui passent de nombreuses heures à envoyer et lire des SMS vont peut-être faire un peu plus attention en lisant les résultats des recherches d’un médecin orthopédiste américain. Apparemment, le texto ferait mal au dos !

Nos maux de dos pourraient-ils venir de notre utilisation de nos smartphones ? Possible répond le Dr Kenneth Hansraj, chirurgien orthopédiste de New York, qui a publié une étude dans laquelle il pointe du doigt la position que l’on adopte pour écrire ou regarder nos textos et qui serait mauvaise pour notre dos.

Le poids 3 pack d’eau sur le cou avec une mauvaise position

Publiées dans la revue Surgical Technology International, ces recherches indiquent en effet que l’inclinaison de la tête au moment de la lecture d’un SMS augmenterait la force gravitationnelle et donc le poids de la tête.

Pour mesurer tout cela, le Dr Hansraj a utilisé un logiciel qui lui a permis de simuler une colonne vertébrale humaine. Résultat : quand un adulte inclinerait sa tête de plus de 60 degrés, cela équivaudrait à avoir un poids de 22 kg sur le cou, soit l’équivalent 4 ou 5 boules de bowling ou trois pack de 6 bouteilles d’eau.

Avec la répétition de cette position sur le long terme, on risquerait une déformation de la colonne vertébrale entraînant diverses déchirures et nécessitant une intervention chirurgicale. Mais que faut-il faire pour éviter de finir avec des cervicales tordues ? Le Dr Hansraj préconise de ne pas rester scotché à son téléphone et de garder la tête droite quand on le consulte.

Attention aussi à sa posture au bureau

Mais les smartophones ne seraient pas les seuls avec lesquels nous adoptons une mauvaise posture. Le chirurgien attire aussi l’attention sur les employés assis de longues heures derrière un bureau, souvent avachis. Là encore, on ferait peser un lourd poids sur notre cou. Pour éviter de souffrir, il conseille de faire des pauses régulières et d’aller marcher, de s’étirer et de faire attention à la position de son écran d’ordinateur (le mieux étant d’avoir la tête la plus droite possible).

http://www.aufeminin.com

Pelletage et mal de dos: le secret est dans la courbe


Après la tempête de neige que nous avons eue, il a fallu déplacé quelque 10 à 30 cm de neige, dépendant de la région. S’il faut utiliser la pelle, pour éviter les maux de dos à cause du poids de la neige, mieux vaut prendre celle qui convient le mieux
Nuage

 

Pelletage et mal de dos: le secret est dans la courbe

 

Photo Joël Lemay / Agence QMI

Le choix du type de pelle serait primordial pour éviter les maux de dos hivernaux, selon un chercheur canadien.

Une étude, qui peut sembler banale à première vue, mais qui touche un grand nombre de Canadiens en cette saison hivernale, se penche sur les maux de dos liés à l’infâme pelletage et propose une solution.

C’est ce que rapporte Radio-Canada, qui reprend les propos du chercheur Ryan Lewinson, basé à l’Université de Calgary. L’étude de ce dernier conclut que les maux de dos qui surviennent après le pelletage découlent d’un mauvais choix de pelle,

Il faudrait donc choisir une pelle au manche incliné, selon le chercheur, puisqu’une telle courbe permettrait de réduire le poids de la neige de 16%.

«Se pencher ne cause pas les douleurs au bas du dos. C’est le poids de la neige qui compte. Nous sommes allés plus loin pour montrer que cette flexion permet également de réduire la quantité de neige à prendre», lance Lewinson, le plus sérieusement du monde.

Cette étude pourrait contribuer à un pelletage moins éreintant cet hiver, et à une hausse des ventes des pelles inclinées!  et que le secret repose dans la courbure de celle-ci.

http://sante.canoe.ca

Douleurs au dos et aux pieds. Attention aux gougounes!


Si vous êtes comme moi, l’été a la saison chaude, j’aime bien avoir les pieds a l’air .. et comme je marche beaucoup, les gougounes ou sandales semblable ne sont vraiment pas adapter pour faire de longues promenades. Voici quelques conseils qui peut-être pour les adeptes des tongs, vont comprendre d’ou viennent certains malaises aux pieds et aussi le reste du corps
Nuage

 

Douleurs au dos et aux pieds. Attention aux gougounes!

 

 

attention gougounes

© iStockphoto

Les gougounes semblent inoffensives, mais elles ont un effet nocif sur les articulations, les muscles et les tendons.

Par Dre Geneviève Fournier , chiropraticienne, B.Sc, M.Sc, D.C. , Lavaltrie, Canada

Les gougounes, ou tongs, qu’on s’empresse de sortir dès que le soleil pointe son nez, peuvent être aussi dommageables pour les pieds et le dos que les souliers à talons hauts.

Quelles chaussures sont aussi dommageables pour les pieds et le dos que celles à talons hauts? Les gougounes, ou tongs! À première vue, elles semblent inoffensives, mais elles ont un effet nocif sur la santé musculosquelettique, c’est-à-dire les articulations, les muscles, les tendons et les ligaments. Il ne faudrait donc pas porter ce type de sandales toutes les journées ensoleillées, au risque de voir notre dos et nos pieds en souffrir.

Problème de pieds… c’est le talon qui souffre!

Les gougounes et les talons hauts entraînent le même type de problème, mais celui-ci touche des parties différentes du pied. La hauteur du talon fait en sorte que les orteils supportent le poids du corps. À l’inverse, la semelle trop plate et trop basse de la gougoune occasionne des souffrances au talon.

Lorsqu’on marche, le pied se dépose au sol par l’entremise du talon, qui encaisse la plus grande part des chocs. Il est donc important de le protéger au moyen d’une bonne semelle, certes assez plate, mais aussi suffisamment coussinée. Ce qu’on retrouve rarement sur les gougounes! De plus, celles-ci n’offrent aucun soutien au pied et à la cheville. Quand on les porte, les ligaments (petites cordes qui relient les os ensemble) de la cambrure du pied subissent une tension constante, ce qui peut provoquer des tendinites (inflammation du tendon), de même que des douleurs au bas du dos, aux hanches, aux genoux et aux chevilles.

Les personnes qui marchent trop souvent avec des tongs risquent de se retrouver avec des douleurs chroniques au talon et même des problèmes plus graves, comme la fasciite plantaire ou l’épine de Lenoir

La fasciite plantaire est une inflammation du fascia de la plante du pied (couche de tissu en soutenant la cambrure) qui peut occasionner des d’importantes douleurs à la cambrure ou au talon. Quant à l’épine de Lenoir, indolore en soi, elle survient souvent en présence d’une fasciite plantaire chronique. Il s’agit d’une excroissance osseuse qui apparaît à l’intérieur du pied au niveau du talon. Malgré les multiples possibilités thérapeutiques pour traiter la fasciite plantaire, les personnes qui en ont souffert risquent de connaître des récidives. Surtout si elles ne changent pas leurs habitudes de vie nuisibles pour la santé des pieds comme le port de chaussures inadéquates.

 

L’orteil en marteau, un problème… d’orteil!

Étant donné que les gougounes offrent un support inadéquat aux pieds, ceux-ci et les jambes doivent compenser. Les orteils se contractent, ce qui force les muscles du devant de la jambe à travailler alors qu’ils devraient être au repos. Ce mouvement trop souvent répété peut causer la formation d’orteils en marteau. Il s’agit d’une déformation du deuxième, troisième ou quatrième orteil qui se recourbe au niveau de l’articulation vers l’intérieur du pied, ce qui lui donne l’apparence de l’outil duquel il tient son nom.

Risque de blessures en tout genre

L’absence de support au pied et à la cheville peut également avoir une incidence plus élevée quant au risque d’entorses, de foulures et de fractures. C’est pourquoi il est déconseillé de faire du sport en gougounes.

Problèmes de dos

Le port de tongs entraîne de mauvaises postures et peut être à l’origine de divers problèmes de dos. Lorsqu’on marche avec ce type de chaussures, toute la démarche est modifiée, puisque les orteils sont la plupart du temps recroquevillés pour empêcher les pieds de sortir. De plus, on a tendance à faire de plus petits pas, ce qui a pour effet de changer l’angle de la cheville lors de l’attaque du talon au sol. Les risques de se retrouver avec des problèmes aux hanches ou au dos sont alors considérablement accrus.

Que faire pour réduire les risques?

Malgré ces mises en garde, les gougounes restent une chaussure de choix pour les chaudes journées d’été. Heureusement, on n’est pas obligé de s’en passer complètement. Il est toutefois important d’alterner le port de tongs avec celui d’autres chaussures mieux adaptées à notre corps. On fait cependant attention aux ballerines, qui possèdent plusieurs lacunes similaires à celles des gougounes, comme le manque de support et une semelle trop mince. Il est préférable d’opter pour un soulier de sport ou de marche.

Impensable pour vous de laisser les gougounes dans la garde-robe? Voici quelques conseils pour vous aider à trouver les sandales qui seront les moins dommageables possible pour vos pieds!

Une semelle légère qui procure du support

L’avant de la sandale doit être relevé et plus souple que le reste de la chaussure. De plus, la semelle devrait être légère et offrir un bon soutien, ce qui permet d’absorber les chocs occasionnés par la pose du pied au sol.

Une semelle pas trop flexible

Si l’avant de la semelle est relevé, les deux tiers arrière doivent être rigides. Le pied bénéficie d’un meilleur support lorsque la surface sur laquelle il repose n’est pas trop flexible, car la torsion est alors contrôlée.

Un intérieur coussiné

Une doublure spongieuse permet d’éviter que les pieds soient stressés, puisqu’une infime fraction des chocs est transmise au talon.

Un effet antipronation

Des sandales antipronation (dotées de renforts pour limiter la pronation excessive, le mouvement qui permet d’atténuer le choc du contact entre le pied et le sol) corrigeront l’effondrement du pied. Une bosse au centre de la semelle intérieure permet d’en supporter la cambrure.

Un petit talon

De quelle hauteur doit-il être? Celle qu’on recommande est de deux à quatre centimètres. Et on choisit un modèle pourvu d’un support autour du talon afin de réduire le risque de foulure.

Des sandales bien attachées

On essaie de trouver des chaussures qui ont des attaches robustes. On opte pour des modèles à bande velcro ou, dans le cas des sandales de sport, pour un système de fermeture à lacets qui contribue à bien maintenir le pied.

http://www.servicevie.com

Parler trop longtemps au téléphone nuit à votre corps


Il faut réapprendre a se tenir droit pour éviter des problèmes sérieux a la colonne vertébrale, Déjà que plusieurs doivent ressentir des maux de dos vis a vis du coup et du haut du dos … démontre bien nos mauvaises habitudes devant l’écran, le cellulaire.
Nuage

 

Parler trop longtemps au téléphone nuit à votre corps

 

 

Santé - Parler trop longtemps au téléphone nuit à votre corps

«Nous mettons à rude épreuve nos muscles du cou, du haut du dos et des épaules pour tenir la pause».

© Shutterstock

Les mobinautes qui passent trop de temps la tête penchée sur leur téléphone mettent en péril leurs cervicales et la santé des muscles de leur cou et du haut du dos, d’après un avertissement du chirurgien orthopédique Alton Barron, du St. Luke’s – Roosevelt Hospital, lors de l’émission CBS This Morning du jeudi 19 janvier.

«Nous mettons à rude épreuve nos muscles du cou, du haut du dos et des épaules pour tenir la pause», précise le Dr Barron dans l’émission. «Et on passe tellement de temps dans cette position…»

La tête pèse en moyenne entre 4,5 et 5,5 kg, et le cou et les épaules ne sont pas faits pour soutenir son poids pendant des périodes prolongées. Chaque pouce (2,54 cm) d’inclinaison supplémentaire décuple le poids porté sur le cou. Incliner sa tête de 7,62 cm vers l’avant revient à ajouter 13,6 kg au poids porté sur les cervicales et les épaules.

Une étude présentée il y a quelques années à la American Public Health Association indiquait que les douleurs au cou et aux épaules signalées par des étudiants d’université pouvaient être dues à leurs habitudes d’utilisation de téléphones portables, d’après WebMD.

Si vous êtes un inconditionnel des textos, il est conseillé de prendre souvent des pauses et d’étirer votre tête, cou et dos. Certains experts conseillent également de tenir votre téléphone plus haut pendant que vous rédigez des textos afin d’aligner votre cou avec votre colonne vertébrale.

http://fr.canoe.ca