Manipuler un objet… et se calmer!


Je n’ai pas encore vue sauf sur Internet le fidget spinner, une sorte de toupie que l’on manipule pour le faire tourner entre les doigts et qui permet de se concentrer. Il semblerait que pour certains comportements, que cet objet serait utile en autant que l’enfant ou même l’adulte en prenne conscience du pourquoi, qu’il a ce besoin de manipulation. Il y a d’autres objets qui peuvent faire l’affaire. À l’école, que je devais écouter un professeur, je dessinais sur mes cahiers, pour me concentrer sur le cours
Nuage

 

Manipuler un objet… et se calmer!

 

 

Le « fidget spinner », l'objet de modulation sensorielle de... (PHOTO FOURNIE PAR FDMT)

Agrandir

Le « fidget spinner », l’objet de modulation sensorielle de l’heure

PHOTO FOURNIE PAR FDMT

ISABELLE AUDET
La Presse

Les enfants et les adolescents se ruent ces jours-ci sur le fidget spinner, tout petit objet qui tournoie entre leurs doigts. Outil attrayant, certes, mais qui favoriserait aussi la concentration. Au-delà de cet engouement, en quoi la manipulation d’un objet nous rend-elle plus attentifs ?

Le « fidget spinner » est présenté comme le jouet de l’année 2017 par le magazine Forbes aux États-Unis.

IMAGE TIRÉE DE TWITTER

Bien qu’il soit d’abord annoncé comme un outil favorisant la concentration, le fidget spinner connaît depuis le début de l’année un succès qui dépasse largement les besoins thérapeutiques. Tant et si bien que cette toupie nouveau genre est présentée comme le jouet de l’année 2017 par le magazine Forbes aux États-Unis.

« C’est vraiment la folie ! C’est la première fois que je vois ça. On a beaucoup de mal à en garder en stock », confirme Karine Gagner, présidente de FDMT, une entreprise spécialisée dans les outils d’apprentissage.

Au-delà du divertissement, cet objet tient-il ses promesses ?

« On peut en débattre, tempère-t-elle. Le faire tourner et ressentir la vibration dans sa main peut permettre à certains de mieux se concentrer. Mais est-ce l’idéal pour la salle de classe ? Je n’en suis pas convaincue, surtout qu’il y a un phénomène de nouveauté. »

Certaines personnes éprouvent effectivement un besoin irrépressible de manipuler de petits objets, de les déformer ou encore de les tourner dans tous les sens.

Ça aide à moduler notre niveau d’éveil, qui est éventuellement notre niveau de stress », explique Caroline Huard, ergothérapeute.

Ainsi, le fait de triturer un objet répond à un besoin – un besoin de se stimuler ou, au contraire, de se détendre.

« Disons qu’à un niveau d’éveil à zéro, je ne suis pas motivée du tout, et qu’à neuf ou dix, je suis en mode panique ; il faut que je me situe environ au niveau cinq pour bien fonctionner », explique-t-elle.

« Manipuler un objet permet de me garder éveillée, ou encore de me calmer si j’éprouve le besoin de me lever ou de courir partout. » – Caroline Huard, ergothérapeute

Balles de stress, objets de caoutchouc à mordiller, bracelets de plastique à déformer : ces outils permettent notamment à des personnes atteintes d’une affection comme un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ou un trouble du spectre de l’autisme de s’« autoréguler », et d’être disposées à écouter ou à travailler.

Ces objets connaissent aussi beaucoup de succès dans la population en général.

« Il y a plus de demande qu’il n’y en avait pour des personnes avec ou sans diagnostic, constate Mme Gagner. On est tous des êtres humains plus ou moins sensibles. Si j’assiste à une conférence pendant deux heures, c’est utile ! »

PAS UNE SOLUTION MAGIQUE

Il ne suffit toutefois pas d’un objet à manipuler pour régler un problème d’attention ou de stress, ajoute Caroline Huard :

« Disons qu’un enfant a accès à un spinner dans son coffre à crayons. S’il sent que quelque chose ne va pas, il va avoir le réflexe d’aller le chercher et de « gosser » avec. Ça peut l’aider, mais pour qu’il en retire des bienfaits, il doit y avoir une approche plus globale. On va amener l’enfant à être conscient qu’il est stressé, par exemple, et que c’est pour cette raison qu’il utilise cet outil. »

L’ergothérapeute précise que l’utilisation de ce type d’objet de modulation sensorielle demande un certain niveau de conscience. Elle invite notamment les enfants à comprendre quelles sont les raisons qui les poussent à les utiliser.

« Faire une utilisation inconsciente de cet outil ne fait que mettre un pansement sur un bobo. » – Caroline Huard

« Si l’enfant apprend à reconnaître ses besoins, il pourra se dire qu’à ce moment-là, il a plutôt besoin de se lever pour bouger un peu, ou encore de respirer pour mieux gérer son stress. C’est comme ça qu’on l’amène à devenir un adulte en meilleure santé », explique l’ergothérapeute.

L’ergothérapeute conseille d’utiliser différents outils sensoriels et de vérifier leur efficacité auprès des enfants afin d’éviter qu’ils ne soient qu’une distraction.

« Tenir un journal de bord peut être utile. Est-ce que l’anxiété baisse quand on utilise un objet en particulier ? Est-ce qu’elle remonte par la suite ? Ça peut nous aider. »

LE QUOTIDIEN DE FRÉDÉRIC

Les outils sensoriels font partie du quotidien d’Isabelle* et de son fils Frédéric, 10 ans. Le garçon vit avec un TDAH, des troubles orthographiques, mais aussi avec une douance. Résultat : il a du mal à se concentrer en classe et ses difficultés entraînent beaucoup d’anxiété.

« Je teste tous les objets parce que j’ai peur qu’il joue avec ces bébelles, mais ça fonctionne généralement bien, parce qu’il a vraiment besoin de bouger et de se calmer », raconte Isabelle, qui a elle-même une formation d’ergothérapeute.

Au quotidien, Frédéric utilise une chaise qui lui permet de bouger, une bague qui tournoie… et un fidget spinner aussi. Après plusieurs changements d’école, Frédéric et ses parents ont trouvé un environnement où l’utilisation des outils nécessaires à sa réussite ne pose aucun problème.

À la maison, Frédéric peut aussi bouger à sa guise. Trampoline, ballon d’exercice pour s’asseoir… tous les moyens sont bons.

« La meilleure façon pour lui d’apprendre ses mots en anglais, c’est de les réciter dans le hamac ! Ça fonctionne vraiment bien avec lui. » – Isabelle, mère de Frédéric

Sans installer de trampoline en classe, Caroline Huard suggère aux enseignants d’intégrer des pauses pour bouger toutes les 20 minutes au primaire.

« Ça n’a pas besoin d’être long. Trente secondes suffisent quand on remarque que tout le monde a envie de bouger », explique-t-elle.

Frédéric comprend très bien ce que les périodes pour bouger et les outils sensoriels lui apportent.

« Il me dit : « Maman, ces outils me gardent éveillé et intéressé à ce qui se passe autour de moi » », raconte Isabelle.

Une conscience qui échappe encore à beaucoup d’adultes.

« La plupart des adultes ne sont pas conscients de leur propre niveau d’éveil, constate Caroline Huard. On va toujours aller consulter son téléphone, on va se lever, on va grignoter, on va aller prendre un autre café… on va tous s’autoréguler quand notre niveau d’éveil n’est pas optimal. Ce sont des stratégies socialement acceptables, mais il faut identifier la cause sous-jacente. »

* Isabelle, la mère de Frédéric, nous a demandé de ne publier que leurs prénoms pour préserver l’anonymat de son fils.

Quelques bjets de modulation sensorielle

 

BALLE DE STRESS

C’est le classique des objets de modulation sensorielle.

Les boutiques spécialisées en offrent plusieurs modèles pour des sensations diverses, mais « celles que l’on trouve dans les [magasins à bas prix] fonctionnent aussi très bien », dit Caroline Huard, ergothérapeute.

TANGLE

Cet outil est fait de pièces de plastique reliées les unes aux autres. Il ressemble à un collier ou à un bracelet, mais sa conception à la fois souple et rigide permet à l’utilisateur de le tordre dans tous les sens.

CUBE RUBIK

Sans nécessairement le réussir, faire tourner les faces d’un Cube Rubik peut avoir un effet apaisant, fait remarquer Caroline Huard. Pour certains, le simple fait de manipuler l’objet peut aider à maintenir l’attention.

CURE-PIPE

Ce petit accessoire de bricolage peut aussi avoir des effets apaisants ou stimulants.

« C’est vraiment intéressant au niveau tactile, soutient Mme Huard. Dans une formation, on avait mis un cure-pipe sur notre bureau sans nous dire pourquoi, et tout le monde jouait avec ! »

PAPIER ET CRAYON

En griffonnant, certains semblent inattentifs, mais au contraire, ils sont plus concentrés que jamais.

« Je suggère parfois [aux enfants] de dessiner dans un cahier de mandalas, explique l’ergothérapeute. On leur demande de répéter ce qu’on a dit pour vérifier, et c’est souvent très efficace. »

http://www.lapresse.ca

Le Saviez-Vous ► Une petite histoire des bouffons du Roi


On voit souvent dans les films du temps du Moyen-âge, des gens habillés en bouffon dans le but de divertir le roi. Ces personnes avaient un statut particulier et pouvaient être très proche du roi
Nuage

 

Une petite histoire des bouffons du Roi

Photo: Yvon Deschamps

Yvon Deschamps, incontestablement un des plus grands humoristes du Québec, est né le 31 juillet 1935. Profitons de ses 80 ans pour nous intéresser à l’histoire de l’humour et plus particulièrement aux ancêtres des humoristes actuels: les bouffons du roi!

Des mots aux origines très anciennes

Photo: « Fou du roi », William Merritt Chase (1874)

On les appelait bouffon ou fou du roi. Saviez-vous que ces deux noms tirent leurs origines du grec et du latin? Le mot bouffon nous viendrait en effet d’anciennes cérémonies religieuses de la Grèce antique appelées « bouffonies », pendant lesquelles on sacrifiait un boeuf. L’origine du fou du roi vient quant à elle du latin. Le mot « follis » signifie un sac d’air vide, laissant sous-entendre que les fous du roi étaient parfois un peu simples d’esprit.

Un métier du Moyen Âge

Photo: « Laughing Jester », possiblement par Jacob Cornelisz van Oosstsanen (circa 1500)

Les bouffons ont commencé à travailler dans les cours royales d’Europe au Moyen Âge, en lien avec la montée en puissance des rois. Ces derniers voulaient se divertir simplement pendant les repas et comment ils étaient souvent entourés de gens qui ne cherchaient qu’à user de flatteries, ils désiraient aussi entendre la vérité. Comme les bouffons étaient souvent des gens un peu simplets, ils étaient incapables de mesquineries et disaient ce qui leur passaient par la tête!

Des gens d’une classe à part

Photo: Le bouffon loyal du Roi Lear

Les bouffons n’appartenaient à aucune classe sociale précise et ils étaient classés en deux catégories: naturels ou officiels. Les bouffons dits naturels étaient souvent des simples d’esprits alors que les autres étaient choisis pour leur intelligence et leur capacité à faire rire, en usant surtout de l’ironie. Les deux étaient officiellement excusés pour leurs pitreries. Un parce qu’il ne pouvait s’en empêcher, et l’autre par permission légale du roi. Bien qu’ils ne faisaient parti d’aucune catégorie, ils étaient en même temps très proches du roi, au point d’avoir le droit de se moquer de lui et de ses travers. Certains ont même servi d’espions royaux!

Un uniforme particulier

Photo: Le fou du roi tenant une marotte, Heinrich Vogtherr (1540)

Pour se distinguer des autres classes de gens présents à la cour, la plupart des bouffons avaient un uniforme. Celui-ci devait être coloré et le bouffon devait porter un chapeau qui pouvait rappeler parfois les oreilles d’un âne, souvent agrémenté de grelots. Il disait des blagues, chantait et dansait lors des banquets. Mais il pouvait également frapper sur la tête des gens avec sa marotte, soit un bâton dit de la folie, surmonté d’une tête à l’allure grotesque!

Deux bouffons célèbres

Photo: Henry VIII et sa famille. Dans l’alcôve de gauche, Jane la Folle et dans l’alcôve de droite, William Sommers (1545)

Le roi Henry VIII d’Angleterre et sa deuxième épouse, Anne Boleyn, ont chacun eu un fou et une folle à leur service, que nous retrouvons dans les archives de la cour anglaise du 16e siècle. Jane la Folle, une femme chauve à l’esprit un peu simple, semble avoir accompagné Anne Boleyn un peu partout alors que cette dernière était la maîtresse puis l’épouse d’Henry VIII. Le roi lui-même avait son bouffon, William Sommers, qui parvenait même, par l’humour, à faire réaliser au souverain qu’il dépensait trop. Les gens de la cour des Tudors le craignait, car il pouvait aisément les humilier face au roi. 

Spécialiste en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com/

Selon les experts Les téléphones de moins en mois utilisés pour… téléphoner


Le téléphone comme nous connaissions quand nous étions petits ont presque disparus … maintenant a l’ère du sans fil et du téléphone intelligent ,.. la communication a bien changé
Nuage

Selon les experts

Les téléphones de moins en mois utilisés pour… téléphoner

 

Selon les experts - Les téléphones de moins en mois utilisés pour... téléphoner

Photo AFP / Shutterstock

LAS VEGAS (États-Unis) – Les téléphones intelligents sont de plus en plus utilisés pour des activités autres que téléphoner, constate un spécialiste du secteur qui annonce l’arrivée d’une ère «post-téléphones intelligents» à la veille de l’ouverture à Las Vegas du plus grand salon technologique au monde.

Les téléphones intelligents ont tellement de succès qu’ils sont devenus davantage une plateforme numérique qu’un outil de communication dans la vie des gens, selon Shawn DuBravac, économiste en chef pour l’association de consommateurs Consumer Electronics Association.

«Je pense que nous sommes en train d’entrer dans une ère post-smartphone», a déclaré M. DuBravac aux journalistes avant l’ouverture du salon mardi.

Il affirme que 65% du temps passé sur les téléphones intelligents est consacré à des activités qui ne sont pas liées à la communication, avec l’usage d’applications dédiées à la santé, le divertissement ou d’autres activités.

«Nous nous sommes éloignés non seulement de la téléphonie mais aussi des communications qui étaient l’activité première de ces appareils», a-t-il expliqué.

Les gens ayant aujourd’hui des écrans de meilleure qualité, «nous nous orientons vers une demande d’images en haute résolution ce qui va avoir un impact sur les offres des services internet».

Mais l’économiste a également noté que les télévisions ultra haute définition (ultra-HD) mises sur le marché par quelques fabricants peinaient à trouver leur clientèle en raison de leur coût très élevé.

Seulement 1,5 million de ces téléviseurs devraient être vendus annuellement jusqu’en 2016, a-t-il estimé, affirmant que cette technologie n’allait pas s’imposer rapidement.

L’International Consumer Electronics Show (CES), plus grand salon au monde pour un secteur technologique qui pèse un millier de milliards de dollars, est ouvert du mardi 8 au vendredi 11 janvier.

http://fr.canoe.ca

Facebook : sa vie en cinémascope


Facebook refuse de rester tranquille et s’en tenir a un façon simple de communiquer tout en laissant l’utilisateur faire a sa tête. Bref d’autres changements risque d’ébranler notre routine et nos mises a jours .. du moins pour ceux dont leur billet sont public ..
Nuage

Facebook : sa vie en cinémascope

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/branchezvous/timeline-apps-facebook.jpg

Facebook a lancé une série d’applications pour sa nouvelle ligne de temps (la fameuse «Timeline » ). Ces applications ont pour objectif de faciliter le partage de nos activités avec nos amis, que ce soit la chanson qu’on écoute sur Spotify, le film que l’on regarde sur Netflix ou la recette que l’on a trouvée sur Foodily.

Facebook assure qu’il y en aura pour tous les goûts. Déjà, plus de 60 applications sont offertes, réparties entre les catégories musique, information, voyage, cadeaux, alimentation, magasinage, mise en forme et divertissement.

Attention cependant avant de vous mettre à installer ces applications à tous crins. Comme le souligne le site CNet, ces applications, aussi appelées « Open Graph apps », ont un fort penchant pour le partage automatique de vos statuts. En effet, une fois que l’on accorde, au départ, le droit à l’application de partager des contenus sur notre profil (c’est évidemment obligatoire pour l’installer), cette application n’a plus besoin de notre consentement effectuer des mises à jour.

De plus, ces nouvelles seront publiées à la fois sur votre fil de nouvelle, sur votre profil et sur les messages défilant. Les usagers n’auront pas le contrôle sur l’ordre de publication. Bien que le classement de base des événements soit l’ordre chronologique, l’algorithme qui classe les publications le fait selon les personnes qui viennent voir notre profil, mais aussi selon le fait que Facebook ait été payé pour montrer ces publications en premier.

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut choisir les amis à qui ont veut montrer ces nouvelles informations (faites des listes!). Il est aussi possible de révoquer les autorisations données à une application à tout moment.

Sources: Blogue de Facebook, CNet

par Charles Prémont

http://www.branchez-vous.com