La réaction incroyable de ce chiot devant la célèbre scène du film "Le Roi Lion"


Luna a 4 mois. Quand Mufasa dans le film le Roi Lion de Disney est tombé de la falaise, ce chien a regarder la télévision et il s’est mis  à pleurer en se couchant comme Simba. On dirait vraiment qu’il a été touché par la tragédie de l’histoire.
Nuage

 

La réaction incroyable de ce chiot devant la célèbre scène du film « Le Roi Lion »

 

Le Saviez-Vous ► Connaissez-vous la face cachée de ces contes de fées ?


Les contes de fées que nous racontons à nos enfants et petits enfants, les dessins animés de Disney qui ont fait sa renommée. Pourtant, l’origine de ces contes est très différente de ce que nous connaissons aujourd’hui, à vrai dire, ils étaient plutôt glauques.
Nuage

 

Connaissez-vous la face cachée de ces contes de fées ? 

 

 

Inutile de rappeler les phrases qui commencent et concluent les contes les plus célèbres – elles ne sont que trop connues. Ce qui l’est moins en revanche, c’est la véritable version de ces histoires que nous pensons connaître sur le bout des doigts. Récemment, les dessins animés et autres fictions nous ont en effet souvent proposé une version largement édulcorée de ces récits merveilleux. Faisons donc tout de suite le point sur les versions “originales” les plus surprenantes de ces cinq contes !

Raiponce, les frères Grimm

Récemment adaptée par le studio Disney, l’histoire de l’héroïne aux cheveux (très) longs ne figure pas parmi les plus connues de la littérature du genre. Quoi qu’il en soit, l’histoire des frères Grimm la met bien plus à l’épreuve. Déjà, son père accepte avant sa naissance de la donner à une sorcière, en échange du droit de cueillir des raiponces (les fleurs, donc) sur les terres de cette dernière. Il est vrai que la reine se sent très mal et que seules ces fleurs la soulagent. L’enfant du couple royal est donc enlevé à la naissance par la vieille femme.

Des années plus tard, nous retrouvons Raiponce enfermée dans sa grande tour. Elle tombe amoureuse du prince du royaume voisin qui a fait sa connaissance en déjouant l’attention de la sorcière. Mais pas pour longtemps : son stratagème est découvert, et il se retrouve aveugle après avoir chuté du haut de la tour et atterri dans les ronces. Perdu, il erre ainsi seul pendant des années, croyant que Raiponce n’est plus.

De son côté celle-ci est punie pour sa trahison. La sorcière coupe sa chevelure et l’abandonne à un triste sort. Dans sa solitude, elle mettra au monde des jumeaux. Des années plus tard, le prince la retrouvera par hasard, et les larmes de joie de la jeune fille soigneront la cécité de son bien-aimé.

Blanche-Neige, les frères Grimm

Les versions diffèrent parfois quant aux châtiments imposés par la belle-mère de Blanche-Neige. Avant la pomme empoisonnée, les frères Grimm évoquent plusieurs tentatives de la part de la sorcière pour tuer sa belle-fille. D’abord avec un lacet de corset trop serré, puis avec un peigne empoisonné. Dans tous les cas, rien de bien réjouissant puisque la jeune fille finit par mourir – du moins jusqu’à l’arrivée du prince.

En effet, l’histoire se finit bien pour l’héroïne aux cheveux noirs comme l’ébène. En revanche, c’est un tout autre dénouement pour la sorcière rongée par la jalousie. Si elle ne parvient effectivement pas à ses fins, elle finit d’une bien triste manière. Certes, elle est tout à fait diabolique – mais son châtiment ne l’est pas moins.

Elle se retrouve en effet contrainte de danser avec des souliers en fer, sauf que ceux-ci sont brûlants et rougis par le feu. Le tout jusqu’à ce que mort s’ensuive. Pas sûr que cette scène ait sa place dans un film pour enfants…

pomme neige blanche-neige

Crédits : PxHere / Domaine Public

La Belle aux bois dormant, Charles Perrault

C’est l’un des rares contes qui ne s’arrête pas au mariage des héros. En vérité, ils ont ensemble deux enfants : Aurore et Jour. La princesse – devenue reine – part vivre dans le château de son époux avec la mère de ce dernier. Dans les contes de fées, la figure récurrente de la belle-mère est rarement de bon augure. Une fois n’est pas coutume donc, celle de ce conte est une ogresse qui désire faire de ses petits-enfants (et de sa belle-fille) son repas.

Après de multiples ruses pour les accommoder à sa sauce en l’absence du prince (parti à la guerre), elle parvient à ses fins. Enfin, presque. Le valet chargé de tuer les victimes trompe l’ogresse en cachant la reine et ses enfants. À la place, il lui sert de la viande animale. Mais elle découvre la ruse et furieuse, prépare une cuve remplie de crapauds, vipères et autres serpents.

On s’en doute, ce stratagème a pour but de la venger de la tromperie dont elle a été victime. La reine et ses enfants sont donc amenés au-dessus de la cuve pour y être jetés. C’est le moment que le prince choisit pour rentrer in extremis au château et sauver sa famille. Figure royale ou non, l’ogresse finit jetée dans la fosse remplie de serpents.

La petite sirène, Hans Christian Andersen

C’est sûrement l’un des contes les plus repris par le cinéma. En témoignent les versions de Disney avec La petite sirène (1989) et des studios Ghibli avec Ponyo sur la falaise (2008). Mais elles n’ont pas la même fin que l’histoire de l’écrivain danois, bien au contraire. Il s’agit même de l’un des contes les plus tristes qu’il ait pu écrire.

Au début, l’héroïne sauve bel et bien d’un naufrage le prince dont elle est tombée amoureuse. Après l’avoir ramené sur une plage, elle se cache alors qu’il est recueilli par une jeune fille. Pour le retrouver, elle fait un pacte irréversible avec une sorcière pour devenir humaine et le rester – seulement si le prince se marie avec elle. Mais à quel prix ? Sa voix, et la douleur.

Sa transformation s’accompagne de terribles sensations, comme si une épée lui tranchait les jambes pour les séparer. À chaque pas, c’est comme si des lames acérées s’enfonçaient dans la plante de ses pieds. Une fois transformée, elle souffre le martyre mais retrouve son bien-aimé. Or il a beau tomber sous son charme, il ne reconnaît pas en elle celle qui l’a autrefois sauvé.

Un beau matin, les cloches des églises sonnent pour annoncer des noces : celles du prince et de la princesse du royaume voisin, qui n’est autre que la jeune fille qui l’a recueilli sur la plage. Dévorée par le chagrin, la petite sirène refuse cependant le marché de ses sœurs, qui lui proposent de tuer le prince pour retrouver sa vie de sirène. Incapable de faire du mal à celui qu’elle aime, elle préfère finir transformée en écume, et ce pour l’éternité.

Le petit chaperon rouge, Charles Perrault

C’est sans conteste le personnage de conte par excellence, qui n’a cessé d’alimenter l’imaginaire collectif depuis sa création. Inutile ici de rappeler le début de l’histoire, penchons-nous sur la rencontre avec le loup. Notons au passage que cette figure a souvent été associée à celle d’un prédateur sexuel… Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un personnage néfaste avec lequel il ne fait pas bon s’attarder. La jeune fille le sait, mais l’on connaît la suite de l’histoire. Enfin, pas tout à fait.

Dans le récit écrit par Perrault, il n’y a tout simplement pas de chasseur ! Certaines versions plus rassurantes évoquent en effet cette figure providentielle qui vient tuer le loup et sauver la petite fille et sa grand-mère après qu’elles aient été mangées. Mais ce n’est pas le cas chez l’auteur qui nous intéresse. Ici, cette fin abrupte signifie que l’imprudence du petit chaperon rouge lui coûte bel et bien la vie à elle et sa grand-mère… La “leçon idéale” pour éviter aux jeunes filles de l’époque les mauvaises fréquentations, au risque d’y perdre leur vertu et de se compromettre.

Si l’on peut se demander pourquoi les versions récentes des contes de fées sont “allégées” par rapport à celles que nous venons d’évoquer, il ne faut pas perdre de vue que le premier objectif de ces histoires est de divertir et de s’adapter à un public qui change selon les époques. Il existe en effet autant de versions qu’il y a de narrateurs !

Cendrillon

 

Cendrillon est loin d’être la petite fille innocente que nous connaissons chez Disney. Dans la version de Basile apparue en 1634 dans le Pentamerone, Cendrillon s’appelait en fait Zezolla. Elle aurait aimé que son père se marie avec sa gouvernante, qu’elle adore. Malheureusement, le père choisit une horrible femme. La gouvernante, qui n’est pas contre l’idée de monter en grade, élabore un plan avec Zezolla. La petite, téméraire et sans scrupule, demande à sa belle-mère d’attraper un vêtement dans une malle et alors qu’elle plonge la tête au fond de celle-ci, Zezolla referme le couvercle d’un coup sec, lui brisant la nuque : le coup du lapin ne pardonne pas.

Ce que Zezolla n’avait pas prévu est que sa gouvernante et ses six filles sont plus pestes encore que sa défunte belle-mère. Elle devient malgré elle la servante de la maison que l’on surnomme Cat Cendrillon, littéralement « celle qui dort avec les cendres ». Quand le père part en voyage, il demande toujours à ses filles ce qu’elles aimeraient recevoir en souvenir. Zezolla, elle, n’est pas intéressée par les objets de grande valeur, elle supplie que les fées lui envoient quelque chose. Elle finit par recevoir un dattier. Rien d’extraordinaire, pensez-vous, mais un jour, une fée en sort et offre un vœu à Zezolla. La suite, vous la connaissez : elle demande de pouvoir quitter la maison sans que personne ne s’en aperçoive.

Zezolla s’en va donc au bal, où elle rencontre le roi qui tombe fou amoureux d’elle. Le seul moyen qu’il a de la revoir est d’organiser un autre bal et faire essayer la pantoufle que Zezolla a perdue derrière elle. Et c’est là que l’on comprend pourquoi Perrault et même Basile ont choisi d’occulter ce passage sordide : dans des versions anciennes, la belle-mère coupe les orteils et le talon de ses filles afin qu’elles puissent rentrer leur pied dans la pantoufle. Et dans le conte des frères Grimm « Aschenputtel », les demi-sœurs de Zezolla se mutilent elles-mêmes les pieds. C’est alors que de petits moineaux chantent afin d’avertir le roi de la boucherie qui a lieu. Et pour finir, ces mêmes oiseaux (mais n’imaginez pas ceux de Disney) se mettent à attaquer les demi-sœurs, alors en route pour le mariage de Cendrillon, et à leur dévorer les yeux.

La morale de ce conte en reste inchangée : les méchants finissent toujours par payer. Perrault a ajouté toute la dimension féerique au conte : la citrouille magique, la fée marraine, la pantoufle en verre, etc. Effectivement, essayez d’imaginer les pieds mutilés ensanglantés se laissant apercevoir dans la pantoufle transparente. Heureusement que Walt Disney a choisi d’adapter la version de Perrault pour son film !

Peter Pan

 

Peter Pan est à l’origine un personnage du roman pour adulte le Petit Oiseau blanc, de J. M. Barrie, publié en 1902. En raison du succès de ce personnage qui n’apparaissait que dans quelques chapitres seulement, J. M. Barrie en fait le héros d’une pièce qu’il écrivit en 1904 : Peter Pan où le garçon qui ne voulait pas grandir(Barrie l’adapte ensuite dans un autre roman beaucoup plus connu : Peter Pan et Wendy). La pièce introduit pour la première fois les personnages de Capitaine Crochet, Wendy et la fée clochette.

« Le nombre des garçons vivant dans l’Ile peut varier, évidemment, selon qu’il leur arrive d’être tués ou bien d’autres choses. Dès qu’ils semblent avoir grandi – ce qui est contraire au règlement- Peter les supprime».

 Ce que Disney ne dit pas, mais ce qu’il faut pourtant comprendre ici, est que Peter Pan, ni plus ni moins, tue les garçons perdus avant qu’ils ne grandissent.

« Mourir sera une terriblement grande aventure ».

Peter Pan est en fait moins obsédé par le fait de rester jeune que par la mort elle-même. Cela peut trouver son explication dans l’enfance de l’auteur qui perdit son frère très jeune. Les moments les plus tragiques se résument à Wendy passant à côté de la mort à cause d’un tir de flèche, Peter Pan attaqué par le capitaine Crochet se noyant et le capitaine lui-même se faisant manger par un crocodile. La féérie et l’innocence n’atténuent pas moins les atrocités de ce conte.

 

https://lesavaistu.fr/

https://www.abebooks.fr/

33 vieilles photos terrifiantes


Il fut une époque que l’horreur n’était pas juste au cinéma. Des photos du passé qui peuvent donner la chair de poule
Nuage

 

33 vieilles photos terrifiantes

 

1. Des mannequins fondus et endommagés après un incendie au musée de cire de Madame Tussaud à Londres. [1930]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

2. Des patrons du Hell’s Café à Paris, qui a fermé ses portes au milieu du 20e siècle.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

3. Des candidates à un concours de beauté où les juges ne devaient pas les évaluer sur leurs looks.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

4. Un ancien costume d’Halloween terrifiant. [1910]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

5. Deux ingénieurs réparent un animatronique de Disney.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

6. Une femme subit un traitement antitaches de rousseur. [1930]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

7. Un masque à gaz Mickey Mouse, utilisé à l’époque pour rendre ces appareils plus attrayants pour les enfants. [1942]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

8. Myrtle Corbin est née en 1868 avec un bassin supplémentaire. Myrtle a passé ses premières années dans un numéro de cirque.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

9. Un premier exemple du «horsemanning», la version de 1920 du «planking».

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

10. Deux parents posent avec leur fille morte au milieu. La photographie étant dispendieuse à l’époque, une photo était prise à votre naissance, votre mariage et votre décès. [Ère victorienne]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

11. Deux femmes portant des masques d’oiseaux ont une conversation.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

12. Une photo de famille très étrange.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

13. Une fille qui a grandi dans un camp de concentration dessine sa «maison» dans une résidence pour enfants perturbés. [1948]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

14. Des troupes américaines dans des armures corporelles Brewster. [1917]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

15. Katharina Detzel, une malade mentale qui a construit un homme fait de la paille de son lit. [1910]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

16. Deux clowns et le père Noël visitent une fille à l’hôpital. [1950]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

17. L’isolateur, un chapeau qui exclut tous les sons. L’oxygène était acheminé à l’aide d’un réservoir et les yeux avaient des fentes de sorte que vous ne pouviez voir qu’une seule ligne de texte à la fois. [1925]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

18. Des enfants à l’Halloween. [1900]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

19. Le père Noël n’était pas toujours de bonne humeur.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

20. Des participantes à un concours des plus beaux yeux en Floride. Elles portaient des masques afin que les juges ne voient que leurs yeux. [1930]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

21. Une infirmière et un nouveau-né posent dans leurs masques à gaz. [1940]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

22. Un soldat en état de choc lance un regard effrayant. [1916 – 1918]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

23. Un train à vapeur R’lyehian après l’explosion d’une chaudière.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

24. Le neurologue Duchenne de Boulogne électrocute le visage d’un homme pour étudier les muscles du visage en France. [1862]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

25. Une réunion du Club Mickey Mouse. [1930]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

26. Le costume d’Halloween de l’homme pauvre. [1940]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

27. Deux patrons à la fête Rothschild «Illuminati». [1972]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

28. Ella Harper souffrait d’un trouble affaiblissant les ligaments dans les genoux. Elle était connue comme la Fille Chameau. [1870-1921]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

29. Un homme Navajo habillé comme un esprit Nayenezgani.

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

30. Le ventriloque Jules Vernon avec sa famille de marionnettes terrifiante. [1867 – 1937]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

31. Un poumon d’acier utilisé pour traiter les enfants avec la polio. [1930]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

32. Des garçons reviennent de leur initiation dans le Poro, une société secrète dans certaines parties de l’Afrique. [1936]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

33. Max Schreck assis entre les prises du film muet Nosferatu: A Symphony of Horror. [1922]

33 vieilles photos terrifiantes pratiquement inexplicables

https://www.ipnoze.com

Ce Pinocchio pendu fait débat sur les réseaux sociaux


Ce n’est pas le genre de livre de Pinocchio que j’achèterais pour mes petits enfants, même si la vraie histoire écrite en 1881, la marionnette avait été torturée autant physiquement que moralement et avait fini pendu. Les enfants, n’ont pas besoin de voir dans les contes ce genre d’atrocité
Nuage

 

Ce Pinocchio pendu fait débat sur les réseaux sociaux

© Capture d’écran.

Cette illustration postée sur Facebook ne plaît pas à tous les parents.

© Capture d’écran.

Il y a quelques jours, une jeune maman a posté, sur les réseaux sociaux, une image d’un livre pour enfants, fraîchement paru aux Éditions Piccolia, qui l’a particulèrement choquée. On y voit Pinocchio pendu à un arbre avec une mine toute triste.

Sous cette dernière, le texte explique que les voleurs ne pouvant détrousser la marionnette en bois, avaient alors décidé de la pendre sur une branche. En lisant l’histoire à son petit garçon, la maman en question a donc voulu rapidement tourner la page, estimant que l’image n’était pas appropriée à des petits enfants.

Pourtant, depuis toujours, Disney s’obstine à adoucir les versions originales des contes de fées. Dans la vraie histoire de Pinocchio parue en 1881, la marionnette est littéralement torturée, physiquement et psychologiquement avant de finir pendue.

Un détail que d’autres parents ont tenu à préciser sur la toile

http://www.7sur7.be/

50 ans après Le livre de la jungle de Disney, comment se portent les animaux?


Petits et grands connaissent tous « le Livre de la Jungle » de Walt Disney inspiré du recueil de nouvelles de Rudyard Kipling né en Inde. Tous ces animaux cité dans l’histoire sont présent en Inde, 50 ans après, leur population est en danger de disparition, causé par l’activité humaine, l’habitat de plus en plus restreint, le braconnage et autres raisons
Nuage

 

50 ans après Le livre de la jungle de Disney, comment se portent les animaux?

 

« Le livre de la jungle » de Disney, inspiré du recueil de nouvelles de Rudyard Kipling, est sorti dans les salles de cinéma en 1967« Le livre de la jungle » de Disney, inspiré du recueil de nouvelles de Rudyard Kipling, est sorti dans les salles de cinéma en 1967.   Photo : Walt Disney Pictures

Si Mowgli retrouvait ses vieux amis, il se ferait du souci pour eux. La plupart des animaux de l’histoire sont dans une situation préoccupante. La forêt indienne (« jungle » en hindi) qui a inspiré l’auteur britannique Rudyard Kipling puis les créateurs de Disney, abrite de nombreuses espèces en danger.

Un texte de Thomas Gerbet, correspondant en Inde

Le saviez-vous? Le nom des personnages du Livre de la jungle est en fait l’appellation en hindi de ces animaux. « Baloo » veut dire ours, « Bagheera » : panthère, « Kaa » : python, « Sheer Khan » : tigre royal… Voici l’état de leurs populations.

Éléphant (« Hathi » en hindi)

Il reste moins de 30 000 éléphants sauvages en Inde, l’espèce est en danger. La population a décliné de 50 % depuis la moitié du 20e siècle. Or, c’est en Inde qu’on retrouve la majorité des éléphants d’Asie. Les pachydermes sont victimes de la perte de leur habitat à cause de la déforestation et de l’urbanisation.

Le développement des routes et l’expansion de l’agriculture ont aussi favorisé les conflits directs entre humains et animaux dans cette région qui est la plus densément peuplée du globe. Des centaines d’éléphants et d’humains sont tués chaque année en raison de ces conflits, sans parler du braconnage pour l’ivoire.

Vautour (« Ko » en hindi)

C’est l’espèce la plus en danger de la liste, davantage même que les éléphants. Les vautours indiens sont dans un état critique, selon les experts. Ils font partie des oiseaux les plus menacés de la planète, alors qu’ils sont aussi les plus utiles pour endiguer la propagation des maladies. Des dizaines de millions de vautours indiens qui se nourrissaient des carcasses d’animaux à la fin du 20e siècle, il n’en reste que 30 000, en raison d’un empoisonnement d’origine humaine.

C’est un anti-inflammatoire, le diclofénac (semblable au Voltaren), qui est à l’origine de l’hécatombe. Administré au bétail pour le soigner, il s’est révélé mortel pour les vautours qui mangeaient les carcasses. En leur absence, ce sont d’autres animaux qui se sont occupés des charognes, comme les chiens, les rats ou les corbeaux. Le problème, c’est que ces derniers, contrairement aux vautours, vivent au contact direct des humains. Une recrudescence des cas de rage a été constatée en même temps que le nombre de vautours déclinait.

Panthère (« Bagheera » en hindi)

La panthère noire du dessin animé est en fait de la famille des léopards indiens. La population de léopards, entre 12 000 et 14 000, s’est globalement stabilisée grâce à des efforts de conservation, mais elle reste vulnérable. Des menaces perdurent, comme la perte et la fragmentation de leur habitat ainsi que le braconnage, qui est en augmentation ces dernières années.

Quatre léopards sont tués chaque semaine pour leur peau (trophées de chasse) ou leurs os (médecine chinoise). Par ailleurs, ces félins entrent souvent en conflit avec les éleveurs, qui les tuent pour protéger leur bétail. Les spécialistes estiment que le nombre de léopards devrait décliner dans l’avenir.

Ours (« Baloo » en hindi)

Le personnage de Baloo a l’allure d’un ours canadien, mais c’est en fait un ours lippu indien, plus petit, avec un long nez pour manger des termites. Cette espèce unique en son genre est en situation vulnérable. Il en resterait moins de 20 000 dans les forêts indiennes. Encore une fois, ce sont la perte et la fragmentation de leur habitat qui constituent la principale cause du déclin.

Les activités forestières et minières, la cueillette et l’agriculture sont autant de menaces pour l’animal sauvage. Ayant moins d’espace pour vivre, l’ours lippu s’approche davantage des villages pour se nourrir, ce qui cause de plus en plus de conflits avec les humains… et des décès, des deux côtés.

Python (« Kaa » en hindi)

Le python indien peut mesure 6 mètres et peser 100 kilos. Il vit dans les mangroves et les forêts tropicales. L’espèce est considérée comme vulnérable et en déclin, même s’il n’existe pas de recensement précis. Le reptile est chassé par les humains pour le commerce de sa peau, pour son sang (médecine chinoise) ou tout simplement pour être vendu en animalerie. Le python est aussi de plus en plus souvent écrasé par des voitures sur les routes qui bordent ou traversent son habitat.

Singe (« Bandar » en hindi)

Tout d’abord, une précision : le personnage du roi Louie, l’orang-outan, n’existe pas en Inde. Il n’était pas non plus présent dans le livre original de Kipling. C’est un ajout des créateurs de Disney.

Les autres singes du dessin animé, plus petits, sont des langurs gris, bien présents en Inde. Ils ne sont pour le moment pas menacés, même si un déclin est constaté par les experts. Il resterait une dizaine de milliers d’individus. En plus de leur proximité toujours plus grande avec les zones urbaines, les singes sont victimes d’électrocution lorsqu’ils s’accrochent à des fils électriques. Comme les autres espèces de cette liste, la diminution de la taille des forêts, due à l’activité humaine, leur cause également préjudice. Plus de la moitié des espèces de singe indiennes sont menacées.

Loup (« Akela », qui veut dire « solitaire » en hindi)

Même si le loup bénéficie d’une grande protection par la loi indienne, il est régulièrement chassé par des bergers ou des villageois qui craignent cet animal, souvent de façon exagérée, en raison du mythe qui l’entoure. La fragmentation de l’habitat des loups par l’agriculture ou l’activité minière les menace également. Certaines forêts sont devenues trop petites pour permettre la survie à long terme des populations de loups qu’elles renferment.

Tigre royal (« Shere Khan » en hindi)

Les tigres indiens sont en danger. Il en reste 2226 en Inde, selon le recensement mené l’an dernier. En comparaison, au début du 20e siècle, il y en avait jusqu’à 100 000. Toutefois, il existe une lueur d’espoir. L’an dernier, pour la première fois en plus d’un siècle, le déclin continu des tigres s’est arrêté et leur nombre est reparti à la hausse. Les Indiens ont fait d’importants efforts de conservation pour protéger leur habitat au cours des dernières années. Le pays souhaite doubler sa population de tigres d’ici 2022.

http://ici.radio-canada.ca

Ce que les dialogues Disney nous disent sur l’image des femmes


Ceux qui connaissent les contes de Disney d’hier et d’aujourd’hui voient la différence avec les nouvelles princesses telle qu’Elsa et Ana qui ont de fortes personnalités et sont indépendantes et que dire de la princesse Mérida qui vient tout chambouler de l’image de la princesse conventionnelle. Bref, ce n’est pas la beauté, mais  l’action et leurs prouesses qui semblent être mis plus en avant et le sois belle et tais-toi
Nuage

 

Ce que les dialogues Disney nous disent sur l’image des femmes

 

Les princesses de Disney classiques étaient surtout mises en valeur pour leur beauté | Jenny park via Flickr CC License by Creative Commons

Les princesses de Disney classiques étaient surtout mises en valeur pour leur beauté | Jenny park via Flickr CC License by Creative Commons

Repéré par Fatma-Pia Hotait

Les nouveaux dessins animés Disney laissent peu la parole aux héroïnes mais ils sont quand même plus centrés sur leurs accomplissements.

Enfants, les princesses Disney nous ont fait rêver. Mais avez-vous déjà examiné ces dessins animés sous un angle sociologique? Deux linguistes l’ont fait, rapporte The Washington Post.

Carmen Fought et Karen Eisenhauer ont comparé entre eux les films Disney qui mettent en scène des princesses. Elles ont distingué trois périodes-clés de l’histoire du géant d’animation américain. La période classique (1937-1959), la période qu’elles appellent la Renaissance (1989-1998) et la période actuelle (2009-2013). Elles remarquent que le temps de parole des hommes dans les films est largement supérieur à celui des femmes, sauf dans la période classique, où la parité était respectée. Dans Blanche Neige (1937), la prise de parole entre les genres est de 50% pour chaque. En 1995, en revanche, les hommes dans Pocahontas monopolisaient 73% de la parole. La tendance se manifeste même dans les dessins animés les plus récents, comme La Reine des neiges (2013): malgré le fait que les deux héroïnes soient des femmes, elles ne détiennent que 46% des répliques.

Néanmoins, juger un film seulement sur la base du nombre de mots prononcés par les femmes aurait été incomplet. C’est pourquoi les linguistes ont examiné ce que disent les personnages et se sont focalisées sur les compliments qui leur sont faits. Et là, l’évolution n’est pas aussi négative. Au contraire.

Valoriser les filles pour leur intelligence

L’apparence était très importante dans les dessins animés de la période classique. La beauté des femmes faisait l’objet de 55% des compliments. Quant à leurs talents et leurs réussites, ils ne constituaient que 11% des éloges qui leur étaient faits. Lors de la Renaissance, les chercheuses observent une amélioration: 38% des compliments visent la beauté et 25% se concentrent sur les capacités et les actes des princesses.

Le vrai changement se fait à la période actuelle. Les héroïnes des nouveaux films d’animation inversent la tendance.

«Pour la première fois, les femmes sont plus propices à être mises en valeur pour leurs qualités et leurs accomplissements plutôt que pour leur apparence», écrit le journaliste du Washington Post Jeff Guo. 

Dans ces films, 40% des compliments faits aux femmes parlent de leurs talents et de leurs capacités contre 22% pour la beauté.

Les classiques mettaient en scène «la princesse isolée qui cherche quelqu’un pour l’épouser», dit Carmen Fought au Washington Post.

Les nouvelles princesses ont une personnalité forte et indépendante. La Reine des neiges et Rebelle ont été conçus, écrits et produits «par des femmes ou une équipe qui incluait des femmes», explique le Washington Post

. Dans un entretien avec le site destiné aux parents A mighty girl, Brenda Chapman, qui a écrit et coproduit Rebelle, explique les objectifs qu’elle s’était donnés lorsqu’elle a créé le personnage de la princesse Mérida:

«Mérida était conçue spécifiquement pour sortir du moule. Elle a été créée pour bouleverser l’image de la princesse Disney habituelle, pour montrer qu’elle est proche d’une vraie princesse […]. Les princesses étaient des femmes actives, tout comme leurs mères et c’est pourquoi j’ai décidé de donner une touche de modernité.»

Se concentrer sur les compétences des princesses plutôt que sur leur beauté est essentiel pour les enfants. Les psychologues conseillent aux parents de ne pas les complimenter sur leur apparence, comme le souligne le site Famili.fr. Dans une interview au Daily Telegraph, la ministre des Femmes britannique affirmait que

«complimenter [les enfants] pour leur capacité à faire un puzzle […] ou pour leur curiosité à poser des questions»était plus bénéfique que de les complimenter sur leur apparence. 

http://www.slate.fr/