Voilà ce qui se passe en vous après avoir mangé un Big Mac


En bref, il n’y a rien de bon de manger un big mac ou tout autre malbouffe du même genre, surtout quand c’est trop souvent. La digestion est difficile et plus long sans compter les effets négatifs sur le corps
Nuage

 

Voilà ce qui se passe en vous après avoir mangé un Big Mac

 

Voilà ce qui se passe en vous après avoir mangé un Big Mac

Que se passe-t-il dans votre corps après avoir mangé un Big Mac?

Quels effets provoque la malbouffe sur notre corps? Vilipendé par les nutritionnistes et les adeptes de la nourriture bio, le Big Mac n’a pas bonne presse. Accusé d’être à l’origine de désordres dans notre organisme, le célèbre hamburger de chez McDonald’s n’est pas ce que l’on pourrait appeler «un menu diététique». Mais est-il si mauvais que cela?

DES CONSTATATIONS DIFFICILES À DIGÉRER 

Selon une récente étude, voilà comment réagit votre corps lors de la digestion d’un Big Mac. Composé de deux tranches de pain dans lesquelles viennent s’insérer un boulette de boeuf haché, une tranche de cheddar, des feuilles de laitue, ainsi que des oignons et des cornichons, il faut déjà  savoir que ce hamburger fait généralement pas moins de 520 calories.

Dix minutes après avoir avalé la dernière bouchée de votre hamburger, le niveau de sucre dans le sang augmente et notre cerveau déclenche aussitôt la production de dopamine. La molécule du plaisir par excellence, qui procure un sentiment de bien-être et de satisfaction.

Dix minutes encore plus tard, voilà que le fructose et le sel contenus dans le burger rentrent à leur tour en scène. Lorsqu’ils se trouvent en trop grande quantité dans l’organisme, ces deux-là  menacent d’obésité, d’hypertension, de diabète ou encore de maladies cardiaques.

Une demi-heure après avoir terminé votre Big Mac, votre corps commence à souffrir d’un début de déshydratation. En cause: les 950 milligrammes de sodium (le sel) cachés dans le hamburger.

Une heure après, c’est cette fois votre taux de sucre dans le sang qui se met à chuter. Résultat: une sensation de faim irrépressible vous assaille à nouveau.

Enfin, sachez qu’il vous faudra peut-être trois jours au lieu des 24 à 72 heures habituelles pour digérer complètement votre repas. La cause? La présence d’acides gras trans qui auront également une incidence sur l’augmentation du «mauvais» cholestérol (LDL), sur les risques cardiovasculaires, ainsi que sur l’apparition de certains cancers.

http://fr.canoe.ca/

Transit, ballonnements et constipation : 10 règles d’hygiène de vie


Ballonnements, constipations, sont des maux qui ne sont pas agréables et qui peuvent être évités en prenant de bonnes habitudes
Nuage

 

Transit, ballonnements et constipation : 10 règles d’hygiène de vie

 

Digestion et transit sont pour tous des préoccupations quotidiennes.

Comment améliorer sa digestion et son transit ?

Voici 10 règles d’hygiène de vie à suivre pour réduire les troubles digestifs : ballonnements, constipation.

1. Contre la constipation, mieux vaut éviter les repas à table ? C’est faux !

Les déjeuners sur le pouce et les diners expédiés à toute vitesse ne sont pas favorables au transit intestinal. Il est important de prendre son temps, de s’asseoir et de transformer les repas en moments privilégiés.

2. Pour améliorer le transit intestinal, il faut boire beaucoup :

De l’eau uniquement, voire des infusions.

Effectivement, la quantité compte, il est important de boire un litre et demi par jour. Mais il est conseillé de toujours privilégier l’eau et de limiter les boissons sucrées, et l’alcool bien sûr. A noter que les infusions peuvent être bénéfiques, certaines plantes ayant des qualités digestives.

3. La constipation peut être liée au stress.

Le stress est un facteur qui contribue aux troubles digestifs. C’est pourquoi il est recommandé aux personnes menant une vie stressante de s’investir dans une activité de loisirs type relaxation ou yoga pour faire baisser la tension et aider le transit intestinal.

4. Les fibres alimentaires augmentent le volume des selles.

En retenant l’eau, elles augmentent le volume des selles et accélèrent ainsi le transit.

5. L’activité physique est recommandée car elle muscle le ventre.

Le manque d’activité physique entraîne un relâchement des muscles abdominaux, ce qui contribue à ralentir le transit. Un peu de marche tous les jours au minimum est recommandée.

6. Les graisses n’améliorent pas le transit.

Les graisses saturées (plats cuisinés, sauces, fritures, viennoiseries…) ralentissent l’assimilation des aliments et donc le transit.

7. Fruits et légumes cuits ou crus, c’est pas pareil.

Il est bénéfique d’augmenter la part des fruits et des légumes car ces aliments contiennent beaucoup d’eau, ce qui est favorable au transit. Mais il faut savoir que lorsqu’ils sont crus, leur digestion entraîne une fermentation intestinale, ce qui peut accentuer les ballonnements. Il faut donc bien doser et privilégier les versions cuites en cas de ballonnements.

8. Les céréales, moins elles sont raffinées, plus elles accélèrent le transit.

Il faut systématiquement privilégier les aliments complets, type pain complet, riz complet.

9. Mieux vaut faire plusieurs petits repas.

Les repas copieux, et encore plus s’ils sont gras, ralentissent le travail des intestins.

10. Une cure de produits laitiers durant 2-3 jours n’élimine pas les flatulences et ballonnements.

Les produits laitiers consommés en grandes quantités sur de courtes périodes font partie des principaux aliments responsables des ballonnements et des flatulences.

par Isabelle Eustache

http://www.e-sante.fr

Faut-il attendre une heure avant d’aller se baigner ?


Quand j’étais petite, on disait qu’il ne fallait pas aller se baigner après avoir manger. Un conseil, que nous n’avons jamais suivi. De puis, depuis l’eau à coulée….
Nuage

 

Faut-il attendre une heure avant d’aller se baigner ?

 

Selon une très vieille croyance populaire, il ne faut pas aller se baigner juste après le déjeuner, mais attendre au moins une heure que digestion se fasse.

Cette croyance est-elle vraiment justifiée ? Faut-il vraiment attendre une heure avant d’aller se baigner ?

Quel délai entre le déjeuner et la baignade ?

Selon des experts canadiens et américains de la Croix Rouge, cette légende ne repose sur aucun fait concret.

Autrement dit, il n’existe aucun argument valable pour interdire la baignade après un déjeuner, qu’il s’agisse de la baignade récréative des enfants, de la baignade rafraîchissante des parents ou d’une baignade sportive.

Bien entendu, il est préférable d’éviter les repas très copieux, très gras et arrosés d’alcool, car en prolongeant la digestion, de tels repas s’accompagnent d’un sentiment d’inconfort quel que soit le type d’activités, allant de la lecture à la sieste en passant par la baignade.

Sur quoi repose une telle croyance ?

Certains disent qu’il est nécessaire d’attendre la fin de la digestion.

Or, la digestion est un processus qui dure des heures, au minimum 3 heures selon la nature du repas. Il faudrait donc attendre plus de 3 heures avant d’aller se baigner et non pas seulement une petite heure.

Selon d’autres croyances, c’est une question de température.

En effet, lors de la digestion, la température corporelle s’accroît, ce qui augmente le risque de malaise par choc thermique lorsque l’on entre dans l’eau. Cette différence est cependant minime et il suffit d’entrer progressivement dans l’eau et de mettre un peu d’eau sur sa nuque pour atténuer la transition.

Une autre hypothèse repose sur le fait que l’estomac et les muscles des membres entreraient en compétition pour le sang oxygéné. Après un repas, le sang afflue au niveau de l’abdomen, mobilisé pour la digestion, et donc indisponible pour les muscles. Seulement voilà, le volume de sang oxygéné est largement suffisant pour subvenir en même temps à la digestion et à l’activité musculaire des membres.

En conclusion, mieux vaut faire un repas pas trop riche avant une baignade pour une question de confort.
Mais
se baigner juste après manger n’est pas associé à un risque accru de noyade….

D’ailleurs, il est bien recommandé aux nageurs olympiques de manger un peu avant une compétition….

par Isabelle Eustache

Sources : La presse canadienne, 16 juillet 2008.

http://www.e-sante.fr

En Roumanie, les abeilles à l’aide de la médecine


Les abeilles sont des insectes merveilleux autant pour leur pollen, leur miel, leur cire, leur gelée royale, le propolis, et même leur venin sont des merveilles de la nature, surtout dans produits chimiques crée par l’homme. Je suis certaines que nous avons avantage ont mieux connaitre les abeilles et leurs atouts qui peut rendre un grand service point de vue médical
Nuage

 

En Roumanie, les abeilles à l’aide de la médecine

 

Du venin d'abeille pour combattre la sclérose en plaques, du pollen pour la... (Photo Sherjaca/shutterstock.com)

PHOTO SHERJACA/SHUTTERSTOCK.COM

ISABELLE WESSELINGH
Agence France-Presse
BUCAREST

Du venin d’abeille pour combattre la sclérose en plaques, du pollen pour la digestion, du miel comme cicatrisant: la Roumanie cultive l’apithérapie, une médecine alternative dont les racines remontent à l’Antiquité.

Dans la Grèce antique, Hippocrate appliquait du miel pour soigner les blessures et les Romains qualifiaient le pollen de «poudre qui donne la vie».

«La ruche constitue la plus ancienne pharmacie naturelle et la plus saine», explique Cristina Mateescu, directrice générale de l’Institut roumain de recherche et de développement apicole.

Médecin allopathe classique durant des années, le Dr Mariana Stan pratique aujourd’hui à Bucarest l’apithérapie «qui donne des résultats plus lents, mais plus durables et plus profonds».

«Dans mon village, mon arrière-grand-mère était guérisseuse et utilisait les produits de la ruche. Elle m’a inspirée», explique-t-elle à l’AFP.

La Roumanie est un des rares pays au monde où des modules d’apithérapie ont été inclus dans les formations médicales classiques.

L’extrait de propolis développé par l’Institut de recherche et de développement apicole a été officiellement reconnu comme médicament.

En Inde, en Chine et dans l’Égypte antique, la propolis, substance résineuse butinée par les abeilles dans les bourgeons, était déjà prisée pour ses vertus cicatrisantes et antiseptiques.

Fondé en 1974, cet Institut emploie aujourd’hui 105 personnes. Outre ses recherches pour maintenir en bonne santé les colonies d’abeilles, il commercialise une trentaine de traitements homologués.

Une nouvelle gamme permet aussi aux chats et chiens d’être traités par apithérapie…

Pionnière de l’apithérapie

«La Roumanie est une pionnière de l’apithérapie qu’elle a reconnue très tôt comme une composante de la médecine scientifique», explique à l’AFP le professeur américain Theodor Charbuliez, président de la Commission d’apithérapie d’Apimondia, fédération regroupant des milliers d’apiculteurs dans le monde.

Bucarest abrite depuis 1984 un centre médical d’apithérapie, le premier ouvert dans le monde.

Doïna Postolachi, 34 ans, y vient deux fois par semaine pour recevoir des injections de venin d’abeille (apitoxine), qui lui ont «redonné espoir» dans sa lutte contre la sclérose en plaques.

«Il y a un an, je ne pouvais plus marcher ni entrer dans ma baignoire. Mes pieds étaient cloués au sol, mais aujourd’hui le traitement au venin m’a redonné de la force dans les jambes, je marche, je peux prendre un bain», affirme, rayonnante, cette poétesse aux yeux d’un bleu intense.

Le venin est récolté de manière douce, sans provoquer la mort des abeilles.

Doïna n’a jamais voulu des traitements chimiques classiques «qui s’accompagnent de nombreux effets secondaires».

Malgré le scepticisme de certains médecins allopathes, de nombreux patients dans le monde louent cette méthode alternative, y compris aux États-Unis.

Pour ses défenseurs, l’industrie pharmaceutique pourrait voir d’un mauvais oeil les traitements avec les produits de la ruche, car ils sont très abordables.

Des abeilles qui font des merveilles

En 2013, l’université américaine Washington de Saint-Louis a publié une étude sur l’efficacité de la mélittine (toxine contenue dans le venin d’abeille) sur le virus du sida.

En France, des milliers de patients ont bénéficié de pansements au miel dans le service de chirurgie digestive de l’hôpital de Limoges (centre).

Des produits comme la gelée royale sont aussi de plus en plus utilisés en cosmétique. «Ils peuvent retarder les signes de vieillissement», relève Nelly Pfeiffer qui tient un salon spécialisé en apicosmétique à Bucarest.

Partout dans le pays, des officines proposent un vaste choix de produits apicoles.

Ce qui plaît, c’est l’image naturelle de ces traitements, qui ont toujours été présents dans la médecine traditionnelle d’un pays à la nature sauvage traversé par le massif des Carpates.

«En Roumanie, nous avons la chance d’avoir une nature très préservée», note Cornelia Dostetan, apicultrice et membre de la Société nationale d’apithérapie.

Durant le communisme, les pénuries empêchèrent l’utilisation des pesticides. Aujourd’hui, la flore est encore très diverse en raison de l’absence de grandes zones de monocultures agricoles comme en Europe de l’Ouest.

Certifiée bio, la société roumaine Apiland, basée en Transylvanie, exporte du pollen cru aux États-Unis, en France, en Grande-Bretagne.

Selon le dernier recensement agricole de 2010, la Roumanie comptait 42 000 apiculteurs et 1,3 million de colonies d’abeilles.

«Ces êtres minuscules font des merveilles», dit Doïna qui ressent à leur égard «une immense reconnaissance».

http://www.lapresse.ca/

Clou de girofle : un remède malin !


Des petits trucs pour soulager certains maux avec des clous de girofle. Cependant, savoir s’ils fonctionne tous faudrait vérifier, mais surement que nos grand-mères les utilisaient
Nuage

 

Clou de girofle : un remède malin !

 

Mal de dent, digestion, grippe… Avez-vous déjà essayé le clou de girofle ? Ce bouton floral issu du giroflier est un véritable allié médicinal !

Mal de dent : mâcher un clou de girofle

Abcès, carie, rage de dents…  Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, le clou de girofle soulage les douleurs dentaires rapidement.

En pratique : Appliquer un clou de girofle écrasé sur la partie douloureuse de la dent, en attendant le rendez-vous chez le dentiste.

Contre-indication : Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol

Une décoction de clou de girofle contre la diarrhée

Le clou de girofle est un remède efficace contre la diarrhée. Véritable source antibactérienne, le clou de girofle va désintégrer le microbe responsable de l’infection de la flore intestinale. Le système digestif est rééquilibré et vous êtes soulagé.

En pratique : Verser une tasse d’eau dans une casserole et y ajouter 3 clous de girofle. Porter le tout à ébullition et laisser frémir pendant 5 minutes. Retirer du feu et laisser infuser  encore une dizaine de minutes. Boire 3 fois par jour, après les repas.

Contre-indication : Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol.

Soigner une grippe

Courbatures, nez qui coule, mal de tête… Vous avez un début de grippe ? N’attendez plus !  Les  clous de girofle sont non seulement antibactériens mais aussi antiviraux, ils vous débarrasseront de ce vilain virus et empêcheront sa propagation.

En pratique : Dans l’équivalent d’une tasse d’eau, verser 2 clous de girofle + 1 morceau d’écorce de cannelle et 1 branche de thym.  Faire bouillir le tout pendant 3 minutes, et laisser infuser une quinzaine de minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour, éloignée des repas jusqu’à amélioration.

Contre-indication : Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol.

Nettoyer une plaie

Le clou de girofle c’est LE désinfectant naturel par excellence. A la fois antibactérienne et antivirale, cette plante puissante nettoie les plaies. Et ce n’est pas tout ! Son action anti-inflammatoire anesthésie localement la douleur.

En pratique : Verser une tasse d’eau dans une casserole et y ajouter 3 clous de girofle. Porter le tout à ébullition et laisser frémir pendant 5 minutes. Retirer du feu et laisser infuser  encore une dizaine de minutes. Imbiber une compresse avec la préparation et tamponner la plaie qui doit avoir été  bien nettoyée avant.

Contre-indication : Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol.

En finir avec la mauvaise haleine

Vous avez des problèmes de mauvaise haleine? Ne vous inquiétez pas, le clou de girofle est un remède naturel  très efficace.  Un seul clou suffit pour éliminer les microbes et assainir la bouche. Haleine fraîche garantie toute la journée !

En pratique : Prendre un clou de girofle, le croquer et le garder en bouche quelques instants, puis recracher.

Contre-indication : Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol.

Pour faciliter la digestion

Haricots, lentilles, pois cassés… Certains aliments perturbent notre transit intestinal. Pour éviter tous désagréments, ajoutez quelques clous de girofle à vos plats. Ladigestion est facilitée et cela évite les ballonnements et les flatulences.

En pratique : Ajouter des clous de girofle ou de l’huile essentielle de clou de girofle (2 gouttes pour 500g de plat), en fin de cuisson.

Contre-indications : L’huile essentielle de girofle est déconseillée aux femmes enceintes allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans. Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol.

Prévenir l’apparition de la plaque dentaire

Pris en bain de bouche,  le clou de girofle peut aider à prévenir l’apparition de plaque dentaire. En prenant régulièrement une décoction de ce puissant antibactérien, vos dents sont protégées et propres.

En pratique : Préparer d’abord une décoction en versant une tasse d’eau dans une casserole et en y ajoutant 3 clous de girofle. Ensuite, porter le tout à ébullition et laisser frémir pendant 5 minutes. Retirer du feu et laisser infuser une dizaine de minutes. Faire un bain de bouche avec la préparation et recracher. Renouveler l’opération 2 à 3 fois par semaine.

Contre-indication : Les clous de girofle peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques à l’eugénol.

Source

La pharmacie familiale au naturel, Christine Cieur-Tranquard, 2012, Edisud.

http://sante.planet.fr

5 TRUCS À FAIRE AVEC LA LAVANDE


La lavande est souvent utilisée pour parfumer une pièce, peut-être même que certain, on un sachet de lavande sous l’oreiller mais, la lavande peut être aussi utile a autre chose
Nuage

 

 

5 TRUCS À FAIRE AVEC LA LAVANDE

 

Qui aurait pensé qu’un remède puisse sentir si bon? Découvrez 5 bienfaits de lavande pour votre santé!

Tirée de 1001 Remèdes maison 
 

1. Apaiser les tensions et retrouver le sommeil

Crédit photo: Thinkstock

L’arôme de lavande provient de molécules volatiles d’acétate de linalyl, qui stimulent le nerf olfactif au niveau cérébral et calment le système nerveux central. La simple odeur de lavande peut être aussi propice à un repos paisible que des somnifères (qui sont potentiellement responsables d’une accoutumance). Il suffit parfois de remplir un coussinet de fleurs séchées et de le placer sous l’oreiller pour retrouver un sommeil réparateur.

La lavande est également une plante recommandée en cas d’anxiété ou de tension. Des chercheurs ont découvert qu’elle accroissait la quantité d’ondes cérébrales associées à la relaxation.

Versez de l’huile de lavande dans un diffuseur pour répandre son parfum dans toute la pièce. Si vous n’en possédez pas, mettez trois gouttes d’huile de lavande dans un bol d’eau fumante et inhalez la vapeur. Ou bien profitez de l’effet apaisant de la lavande en ajoutant à votre bain de l’huile de lavande ou une poignée de fleurs séchées.

Ce n’est pas un hasard si l’on fait souvent infuser de la lavande dans les huiles de massage. Les huiles essentielles de lavande pénètrent facilement la peau et leurs effets sédatifs sur le système nerveux central peuvent vous aider à vous sentir mieux. Contrairement à d’autres huiles essentielles, l’huile de lavande (vendue dans les magasins de produits bien-être) peut être appliquée directement sur la peau.

Elle peut toutefois provoquer une réaction d’hypersensibilité et doit donc être utilisée avec précaution si vous êtes prédisposé à ce genre de trouble. Vous pouvez également la mélanger à une huile de base légère telle que l’huile d’olive

2. Réguler le transit

Crédit photo: Thinkstock

La tisane à la lavande facilite la digestion. Les huiles décontractent les muscles lisses de l’appareil digestif et soulagent les crampes d’estomac survenant après les repas. La lavande permet également de combattre les gaz intestinaux. Pour préparer une infusion, plongez une cuillerée à café bombée de fleurs de lavande dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes, puis filtrez.

3. Lutter contre les infections

Crédit photo: Thinkstock

Les tannins de la lavande tuent les bactéries et permettent d’éviter que des coupures et écorchures sans gravité ne s’infectent. Imbibez un linge propre d’infusion de lavande et appliquez cette compresse sur la plaie.

4. Soulager la douleur

Crédit photo: Thinkstock

L’huile de lavande a des propriétés antalgiques mineures. Elle semble réduire la transmission des impulsions nerveuses qui véhiculent les signaux douloureux. Mélangez quelques gouttes d’huile de lavande à une cuillerée à soupe d’huile de base et faites pénétrer.

5. Contre les démangeaisons

Crédit photo: Thinkstock

La lavande soulage également les démangeaisons grâce à son action anti-inflammatoire. C’est le remède parfait en cas de piqûre d’insecte.
 

http://selection.readersdigest.ca

UNE JOURNÉE DANS LA VIE DE VOTRE INTESTIN


C’est une histoire fictive oui, mais basé sur la réalité avec quelques variantes de la routine des gens. C’est une façon amusante d’apprendre le rôle de notre intestin qui après la lecture, on comprend qu’il est vraiment sophistiqué. Mais comme toute chose, il faut lui donner l’occasion de faire du bon travail
Nuage

 

UNE JOURNÉE DANS LA VIE DE VOTRE INTESTIN

 

Un intestin plutôt loquace explique en quoi une mauvaise journée peut affecter votre humeur, votre immunité et votre digestion.

Crédit photo: Serge Bloch

C’est étonnant comme les choses changent vite dans une journée.Tout avait pourtant bien commencé. Le Corps avait avalé l’un de mes petits-déjeuners préférés: yaourt, flocons d’avoine et bleuets. Grâce aux fibres de ces derniers, je fonctionnerai sans secousses, si vous voyez ce que je veux dire. Mieux encore,le yaourt grouille de probiotiques,de petites créatures bactériennes qui contribuent à la santé de ma flore intestinale (FI). Ces microbes étonnants ont élu domicile chez moi et favorisent la digestion et la santé immunitaire. Quand ma FI est équilibrée et heureuse, le Corps est moins exposé à une indigestion s’il avale des mets chinois qui croupissent au frigo depuis des lustres.

Mais j’y reviendrai. Pour l’instant, il n’est que 8 h 30 et, sur le chemin du travail, mon optimisme décline. Soudain, le Corps se souvient d’un courriel envoyé par son patron en fin de soirée («Passez me voir demain à 15 h 30»). Aïe, ça ne ressemble pas à une promotion. Et la circulation est infernale! Je salue au passage les substances chimiques du stress, comme le cortisol. Celles-ci peuvent devenir mes ennemies quand elles participent aux journées exigeantes du Corps. D’accord, il bosse dur, mais j’en paie le prix! Quand le taux de ses hormones de stress grimpe, son cerveau ordonne aux cellules spécialisées de ma paroi de libérer des substances inflammatoires. Ces dernières sont utiles en cas d’infection à combattre. Mais en l’absence de véritable menace, elles provoquent des contractions musculaires. Je deviens alors ballonné et irrité. (Bonjour, crampes et course affolée vers les toilettes! ) En quatrième vitesse, elles peuvent également provoquer le syndrome du côlon irritable (CI). Autrement dit, je dois endurer des douleurs lancinantes et insupportables. Amusant, non?

Note à moi-même: avec l’aide du cerveau, cherche des moyens d’aider le Corps à se détendre. Le yoga ne lui sera d’aucune utilité s’il consulte son BlackBerry avant chaque posture du chien renversé.

Le secret de mon équilibre

Je crois bien avoir tout juste senti ma FI passer à l’action. Il faut le reconnaître, cette masse de près de 100 trillions de microorganismes qui logent sur ma paroi est impressionnante. La plupart d’entre eux sont de bons citoyens et des ouvriers efficaces. Ils facilitent la digestion en dissolvant les nutriments et en éloignant divers germes. C’est pourquoi je supplie le Corps de consommer plus de fibres et de yaourt, comme il l’a fait ce matin. Ces prébiotiques (flocons d’avoine et bleuets), de même que les probiotiques du yaourt, agissent comme des surveillants zélés. Ils permettent aux bons gars de ma FI de faire leur boulot sans être gênés par les semeurs de zizanie.

Eh oui, ma FI abrite aussi certains citoyens, disons, mal éclairés. Quand ces mauvais garçons sévissent, le Corps le sait. Je me détraque et provoque gaz et ballonnements qui lui donnent l’impression d’avoir grossi. (Adieu, jean moulant!) Selon des experts, quand j’accueille certains microbes en trop grand nombre, je risque de lui faire prendre du poids, de déclencher des maladies auto-immunes ou de causer une dépression. (Mon Dieu, voilà de quoi me mettre mal à l’aise!)

Le Corps se met à travailler dur aussitôt arrivé au bureau. Je me sens un peu altéré. Est-il vraiment trop occupé pour prendre un verre d’eau ou un goûter? Quand arrive l’heure du déjeuner, je suis anxieux (le rendez-vous de 15 h 30 approche) et affamé, une très mauvaise combinaison. Je sais qu’il va engloutir ce plat de tacos en un rien de temps.

Quand ce repas mastiqué et réduit en bouillie arrive dans mon estomac, je me mets au boulot. Je lui fais un bon massage, contractant mes muscles de manière douce et rythmée dans le but de le dissoudre. Puis, mes substances chimiques passent à l’action: aidé de mes muscles masseurs, l’acide chlorhydrique détruit tortillas, haricots et guacamole. C’est un truc puissant. Voyez-moi comme une machine à laver qui, au lieu de tordre pour enlever les taches, essore les nutriments de la nourriture avalée par le Corps.

J’avoue, je suis une machine complexe. Mon estomac est probablement plus petit que vous le croyez. Imaginez une pochette de la grosseur d’un poing, située côté droit, juste sous les côtes. Mais je suis ultra-extensible. À l’Action de grâce, par exemple, je peux facilement loger un litre, voire un litre et demi, de dinde, farce et patates douces caramélisées. Et je suis assez futé pour transformer chaque groupe alimentaire – protéines, lipides et glucides – à différentes vitesses et avec l’aide d’enzymes en tous genres.

Au fait, ce sont les lipides qui prennent plus de temps. Alors, ce plat de tacos copieux, qui, outre les protéines et les fibres, est riche en lipides, me demandera plusieurs heures de travail.

Mon instinct viscéral

De retour au bureau, le Corps essaie de se concentrer sur les 53 courriels à lire, mais mon malaise le distrait et je n’y peux rien. Ce qui l’amène à comprendre qu’il s’inquiète au sujet de Luke, son ado. Il dit que ça le prend aux tripes, et à juste titre. Des chercheurs me considèrent comme un second cerveau, car j’abrite dans ma paroi 100 millions de cellules nerveuses, collectivement appelées «système nerveux entérique».

Toute la journée, nous travaillons de concert, l’autre cerveau et moi, à transmettre de l’information par le biais de nos cellules nerveuses et de nos hormones, essentiellement comme des marionnettistes jouant sur l’humeur du Corps. Quand je ne suis pas dans mon assiette, j’envoie à mon collègue cérébral des messages qui rendent le Corps anxieux. Je l’oblige ainsi à se concentrer sur les signaux qu’il a reçus de Luke voulant que quelque chose cloche. Le cerveau en récolte tout le mérite, mais je suis très intelligent moi aussi. (En passant, j’ai raison à propos de Luke: il a échoué à son examen de math et ne veut pas le dire au Corps.)

Oh! C’est l’heure de ce rendez-vous mystérieux. Le taux de cortisol grimpe, le cœur bat la chamade, la pression artérielle s’élève dangereusement. J’aimerais pouvoir dire que je suis calme, mais je suis noué. Puis mon pire cauchemar se produit: des gargouillements sonores rompent le silence du bureau. Cela vient de moi. Dites donc, essayez de masser une énorme platée de tacos dans le but de les transformer en simples molécules sans émettre le moindre son! Impossible. Heureusement, son patron voulait seulement le remercier d’avoir fait des heures supplémentaires la semaine dernière. Il soupire de soulagement.

Comme son stress tombe, je peux me remettre à digérer correctement les tacos, qui quittent tranquillement mon estomac pour entrer dans mon intestin grêle.

Vous avez dit grêle? Ce boyau d’environ 3 cm de diamètre n’a rien de fluet. Il serpente dans le bas du tronc, sur un parcours de plus de six mètres. Chaque centimètre de cette énorme surface est un lieu de transit pour les nutriments que je viens de récolter. Ceux-ci traversent ma paroi intestinale en direction du système circulatoire, parcourant 37500 km de vaisseaux sanguins afin de livrer les matériaux bruts essentiels à la moindre petite partie constituante de mon hôte.

Après le travail, le Corps décide d’aller directement au gym, mais j’aurais souhaité qu’il attende un peu. Il vient tout juste d’engloutir une grosse part de gâteau. Le cours d’aérobie a pour effet d’éloigner le sang de mon système pour l’acheminer vers son cœur et ses muscles. D’accord, ces derniers font tout le travail, mais l’entraînement intense me ralentit. En fait, je suis un grand amateur d’exercices réguliers, à condition que le Corps attende au moins une heure après avoir mangé avant d’en faire. Je suis alors plus efficace. C’est la danse aérobique que je préfère. L’exercice tonifie mes muscles qui se contractent alors plus facilement et propulsent les aliments sans que j’aie recours à du renfort.

Quand le Corps rentre finalement à la maison, je réclame à manger sur-le-champ. Salade grecque et crevettes, miam-miam! C’est nettement mieux que ces tacos minables. Mais… vlan! Il s’allonge sur le canapé aussitôt sa dernière bouchée avalée. On peut difficilement le lui reprocher; il est épuisé. Mais dès qu’il se couche, tout cet acide chlorhydrique que j’ai mis en branle afin de digérer son repas reflue vers mon œsophage, dont l’accès lui est pourtant interdit.

http://selection.readersdigest.ca

Des trucs simples pour combattre les problèmes de digestion


Quoi de plus désagréables que le ballonnements, il peut exister plusieurs facteurs  qui peuvent causer les problèmes digestifs .. Avant d’arrêter de manger des aliments sains .. il serait préférables d’éliminer les moins bons et de consommer petits a petits les autres
Nuage

 

Des trucs simples pour combattre les problèmes de digestion

 

De plus en plus de gens souffrent de problèmes de digestion, à commencer par les « ballonnements ». Ces désagréables symptômes digestifs pourraient être évités, selon ce qu’avance conseilsnutrition.tv.

D’abord, il faut comprendre que ceux-ci sont souvent causés par des aliments dits « fermentescibles », dont les sucres ne sont pas digérés par l’organisme.

Malheureusement, les aliments de ce genre sont souvent ceux que l’on conseille pour une bonne santé, ce qui peut créer un problème de taille pour ceux qui surveillent leur alimentation. On parle ici des légumineuses, des choux, des brocolis, de l’ail et de l’oignon, entre autres.

Les boissons gazeuses sont aussi à éviter pour contrer ce type de problème digestif, ce qui vous permet de faire d’une pierre deux coups pour votre santé.

On parle également de ce qui laisse « entrer de l’air » lorsqu’on mange, comme la soupe. La gomme à mâcher est aussi à éviter.

Aussi, on recommande de prendre six repas (plus petits) par jour au lieu des trois conventionnels, et d’espacer les desserts. Ainsi, il faudrait attendre une heure après le repas pour manger son plaisir sucré.

En terminant, on suggère de consommer des probiotiques pour contrer les effets de « ballonnements » ou d’autres problèmes digestifs connus.

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net

Aliments à privilégier ou à éviter

A privilégié

Le gingembre

Le gingembre peut aider les maux de ventre et le système digestif, selon Mme Kadlovski.

 

Le miel naturel

Souvent utilisé pour les maux de gorge, le miel peut aussi éviter des gaz indésirables.

La menthe

Si vous éprouvez de la difficulté à digérer vos aliments, Mme Kadlovski suggère de manger quelques feuilles de menthe ou simplement d’en ajouter dans votre thé.

La cannelle

La cannelle aide à réduire les graisses dans le processus digestif, ce qui prévient la formation de gaz excessifs, selon le site LiveStrong.com.

Boire de l’eau

Votre corps aussi a besoin de se faire nettoyer… de l’intérieur!

Les jus verts

Les jus verts fraîchement pressés qui contiennent des épinards, du chou frisé, du concombre, entre autres, peuvent réduire les gaz.

Les ananas

Les ananas aident à déconstruire les aliments, ce qui aide la digestion.

Le fenouil

Dans certaines cultures, on mange les graines de fenouil après un gros repas pour réduire l’inflammation de l’estomac et des intestins et assurer la bonne digestion des aliments.

Les graines de lin

Elles ne préviennent non seulement des gaz odorants et indésirables, mais aident contre la constipation. Vous pouvez les ajouter dans vos smoothies, vos vinaigrettes ou le yogourt pour une bonne dose de fibres.

Le chou

On sait ce à quoi vous pensez. Mais les aliments qui créent les gaz peuvent aussi les réduire.

À ÉVITER:

Les fèves

Les fèves et haricots causent des gaz s’ils sont consommés en trop grande quantité. Les tremper dans l’eau aident à mieux digérer.

La famille des Crucifères

Les Crucifères, dont le brocoli, le choufleur et les choux de Bruxelles, devraient être cuits avant d’être consommés pour éviter les gaz.

Les glucides

Oui, les gâteaux, muffins et bagels sont bons au goût, mais contiennent aussi des glucides transformés difficiles à digérer et autres composantes chimiques qui ne sont pas toujours reconnus par notre corps!

Les produits laitiers

Certaines personnes peuvent être intolérantes au lactose. Si c’est votre cas, évitez le lait, le fromage et le yogourt pour ne pas connaître des moments gênants.

Les oignons

Non, ne pleurez pas! Même si l’ail et les oignons sont bons au goût, ils contiennent du soufre qui peut entraîner des gaz.

Les boissons gazeuses

Les petites bulles y sont peut-être pour quelque chose, mais les boissons gazeuses contiennent assez de sucre et très peu de nutriments. Notre corps réagit mal!

http://quebec.huffingtonpost.ca

10 symptômes et leur signification


Des symptômes divers peuvent devenir embêtant. Il est important de noter les symptômes pour en parler au médecin, mais rien n’empêche par contre de voir si quelques changements de nos habitudes alimentaires peuvent faire la différence
Nuage

 

10 symptômes et leur signification

 

Inconforts, douleurs, petits soucis physiques, mauvaise mine… Qu’est-ce que vos symptômes veulent vous dire? Votre corps vous parle, écoutez-le!

1. Faim incontrôlable et rages de sucre

Un estomac sans fond et des rages de sucre incontrôlables pourraient être des signes que votre corps ne digère pas ou n’absorbe pas la nourriture correctement. Résultat ? Puisque votre corps a de la difficulté à absorber les nutriments dont il a besoin, il vous fait ressentir des envies sucrées afin qu’il puisse obtenir de l’énergie rapidement. Et quand ces fringales vous prennent, il est pratiquement impossible de leur résister!

Solution: Donnez un coup de pouce à votre digestion en mangeant des combinaisons alimentaires simples ou complétez votre alimentation avec des enzymes digestives pendant un mois. De plus, évitez de boire beaucoup au moment des repas car cela dilue vos sucs digestifs. Également, combinez dans votre assiette protéines et glucides complexes afin d’équilibrer votre taux de sucre sanguin.

2. Prise de poids inexpliquée

Vous mangez normalement, faites de l’exercice mais continuez à prendre du poids? Vous vous sentez aussi un peu léthargique. Pourquoi? Il pourrait y avoir de nombreuses raisons, mais l’une des plus communes pourrait être que votre thyroïde fonctionne au ralenti. Résultat ? Votre métabolisme est plus lent et la vitesse à laquelle vous brûlez les calories aussi.

Solution: Faites vérifier votre glande thyroïde et mangez des aliments sains riches en vitamine B. Obtenez votre apport en acides gras essentiels en consommant des poissons gras, des noix, et des graines. Ajoutez à votre menu des amandes, des avocats, des bananes, des haricots, de la volaille pour obtenir votre dose de tyrosine. Faites le plein d’iode en dégustant des poissons et des fruits de mer, celui de sélénium en croquant dans des noix du Brésil et celui de zinc mangeant des graines de sésame.

À éviter: Les brocolis, les choux-fleurs, la moutarde, le chou, le navet et les produits à base de soja, car ils peuvent interférer avec la fonction thyroïdienne.

3. Peau sèche et eczéma

L’eczéma est un problème commun, mais il peut aussi être un signe que votre corps ne consomme pas assez de poissons d’eau froide comme le saumon, les sardines, le maquereau et pas assez de noix et de graines qui contiennent des acides gras essentiels tels que les oméga-3. Ces acides gras sont essentiels pour la santé de la peau. Beaucoup de personnes souffrant d’eczéma sont par ailleurs souvent allergiques ou intolérantes au blé et aux produits laitiers. Elles sont aussi souvent gravement déshydratées.

Solution: Mangez des poissons d’eau froide trois fois par semaine, coupez le blé et les produits laitiers pendant un mois (pour voir comment vous vous sentez), mangez une poignée de noix et buvez huit verres d’eau par jour. Vous pouvez aussi essayer de prendre certaines huiles de poisson contenant des oméga-3.

4. Cheveux gris précoces

Voir apparaître ses premiers cheveux gris, particulièrement lorsque qu’on est encore jeune, est assez déprimant, n’est-ce pas? Heureusement, vous pouvez faire quelque chose ! Si vos premiers cheveux gris sont dus à votre consommation de cigarettes ou à un manque de vitamine B5 ou B12, plutôt qu’à votre génétique : bonne nouvelle, vous pouvez revenir en arrière!

Solution: Évitez le stress et complétez votre alimentation avec un supplément de vitamine B complexe, incluant les vitamines B5 et B12 pendant au moins trois mois. Évitez le thé et le café qui appauvrissent ces vitamines et arrêtez de fumer. Les fumeurs sont quatre fois plus susceptibles d’avoir des cheveux gris que les non-fumeurs.

5. Crampes musculaires et spasmes

Avez-vous souvent des crampes musculaires et des spasmes? Avez-vous un train de vie exigeant et stressant? Vous manquez peut-être de magnésium, un minéral impliqué dans la contraction musculaire et dans la relaxation. Votre corps utilise davantage de magnésium pendant les périodes de stress, et quand vous n’en avez plus assez en banque, vous pouvez souffrir de crampes persistantes.

Solution: Mangez des aliments riches en magnésium, tels que des amandes, des noix de cajou, des graines de citrouille et des légumes verts.

6. Cernes foncés

Vous avez l’impression d’avoir des yeux de panda et passez votre temps à vouloir les couvrir ? Outre le manque de sommeil, ces cernes foncés pourraient signaler d’éventuelles allergies alimentaires, une insuffisance rénale, une déshydratation profonde ou un mauvais contrôle glycémique.

Solution: Réhydratez votre corps, réduisez votre consommation de caféine et d’alcool et donnez un petit coup de pouce à vos reins avec un régime alimentaire plus sain. Vous devriez également équilibrer votre taux de sucre sanguin avec des repas réguliers qui ne vous laissent pas sur votre faim.

À éviter : Le glutamate monosodique (MSG), les viandes en conserve, marinées ou fumées. Évitez également d’ajouter du sel à votre nourriture.

7. Pellicules

Votre shampooing antipelliculaire a beau être efficace, mais vous êtes-vous déjà demandé(e) quelle était la cause réelle de vos pellicules? Une tête couverte de pellicules est souvent le signe d’une carence en vitamine B6, en zinc, en magnésium, ou en biotine. Elle peut également indiquer que vous souffrez d’un déséquilibre hormonal, que vous mangez trop de sucre, que vous êtes stressé(e) ou que vous êtes allergique aux produits laitiers, au chocolat, aux noix ou aux crustacés.

Solution : Consommez des fruits et des légumes frais, des grains entiers et des protéines maigres. Votre régime alimentaire doit être pauvre en gras saturés et en sucre. Votre consommation d’alcool et de caféine ne doit pas être excessive car cette dernière peut éliminer les vitamines et minéraux essentiels dont vous avez besoin. Mangez des aliments riches en vitamine B6 et en zinc tels que le riz brun, les céréales entières, les arachides, les noix, les avocats, les pois, les navets, la viande rouge maigre, le poisson, la volaille et l’agneau.

8. Saignement des gencives

Une carence en vitamine C peut causer des saignements des gencives et peut conduire à un sentiment de faiblesse et à de l’anémie.

Toutefois, cela peut être corrigé facilement. Un saignement au niveau des gencives peut aussi être causé par l’accumulation de plaque qui conduit à l’inflammation et aux saignements de celles-ci. Parlez-en à votre dentiste. Si le saignement des gencives persiste, il peut être un signe de graves troubles médicaux. Vous devriez alors en parler sans tarder à votre médecin.

Solution : Mangez des aliments riches en vitamine C, tels que des baies, des pêches, des kiwis, des poivrons et des agrumes.

9. Intérieur des paupières blanches

Tirez vos paupières inférieures vers le bas et vérifiez si l’intérieur est très pâle. Si c’est le cas, vous manquez peut-être de fer ; ce qui est assez fréquent chez les femmes en raison de la perte de sang menstruel. Toutefois, les hommes peuvent souffrir d’anémie eux aussi. Vérifiez également si vous avez la peau pâle, un pouls rapide ou si vous ressentez une fatigue excessive.

Solution: Faites vérifier votre taux de fer et consommez des aliments riches en fer et en vitamine C dont vous avez besoin afin d’absorber le fer de votre alimentation. Les aliments riches en fer comprennent : la viande rouge maigre (agneau, gibier, bœuf) et les œufs. Les aliments riches en vitamine C comprennent : les kiwis, les poivrons, les baies, les agrumes, les tomates et le chou vert.

10. Ulcères buccaux

Les ulcères buccaux sont assez communs mais ils peuvent également être liés à diverses carences en éléments nutritifs tels que la vitamine B12, l’acide folique, la vitamine B6 et le zinc. Beaucoup de végétariens et les végétaliens souffrent d’ulcères buccaux car il est difficile d’obtenir suffisamment de vitamine B12 et d’acide folique à partir d’un régime végétarien. Les ulcères buccaux récurrents sont parfois un signe de la maladie coeliaque (sensibilité au gluten dans l’alimentation). Consultez un médecin si vos ulcères reviennent souvent ou durent plus de trois semaines.

Solution: Essayez des aliments riches en vitamines B12 tels que de la viande rouge, les sardines, les œufs, le foie et faites-vous tester pour la maladie coeliaque.

http://styledevie.ca.msn.com