Onze tonnes de déchets ramenés de l’Everest


Cela n’a aucun sens que le mont Everest soit autant pollué. On a même demandé a des équipes 4 000 $ qui leur serait rembourser s’ils ramenaient avec eux 8 kilos de déchet. Mais le compte n’y ait pas. Pour ma part, on devrait au moins minimiser le nombre d’alpinismes et de s’assurer que tous équipements, ainsi que tous déchets et excréments (oui les excréments, car avec la fonte des glaciers, pas besoin de faire un dessin) soit redescendu sinon, interdire complétement l’accès à l’Everest.
Nuage


Onze tonnes de déchets ramenés de l’Everest


Agence France-Presse
Katmandou

Une dizaine de tonnes de déchets, échelles en aluminium, tentes fluorescentes, canettes et autres objets abandonnés par les alpinistes ont été recueillis sur les pentes de l’Everest par des équipes népalaises et doivent maintenant être recyclés.

Quatorze personnes dépêchées par le gouvernement de Katmandou ont ainsi passé six semaines entre le camp de base vers le « toit du monde » et le camp numéro 4, à près de 8000 mètres d’altitude, pour y ramasser des objets en plastique, comme des bouteilles ou du matériel d’escalade hors d’usage, ou encore des récipients d’excréments humains.

Avec le réchauffement climatique, la fonte des glaciers met à jour des détritus abandonnés par les grimpeurs au fil des décennies, peu soucieux des traces qu’ils pouvaient laisser derrière eux.

Des sacs entiers de déchets ont été acheminés vers Katmandou par des hélicoptères de l’armée ou à bord de camions qui sont descendus vers la vallée le long de routes sinueuses. Ces tonnes de détritus sont désormais destinées au recyclage dans une usine locale qui a pris possession de la marchandise mercredi, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement.

« Nous avons recueilli (les déchets) mais les gérer est également très important », a déclaré à la presse le responsable du département du Tourisme au Népal, Dandu Raj Ghimire.

Les détritus seront triés manuellement et recyclés en conséquence.

« Il y a généralement beaucoup de métal, d’aluminium, de verre, de métal léger et lourd qui peuvent être aisément recyclés », a expliqué Nabim Bikash Maharjan, de l’organisation Blue Waste to Value.

 Certains éléments seront dirigés vers une usine de Katmandou.

Le nombre des alpinistes venus du monde entier à l’assaut de l’Everest (8848 mètres d’altitude) ne cesse de grandir, représentant un véritable casse-tête pour les autorités.

Le Népal avait exigé il y a six ans un dépôt de 4000 dollars par équipe d’alpinistes, remboursable si chaque grimpeur ramenait de son expédition au moins huit kilos de déchets. Mais seulement la moitié des alpinistes ramène leurs déchets.

La Chine a interdit en février aux non-grimpeurs de gagner le camp de base vers l’Everest au Tibet, afin de tenter de nettoyer les pentes menant au sommet.

Des centaines de grimpeurs ont gagné la saison actuelle le « toit du monde » et leur nombre total pourrait dépasser le record de 807 grimpeurs atteint l’année dernière.

https://images.lpcdn.ca/

Le Saviez-Vous ► Qu’est-ce que le syndrome de Diogène ?


Syndrome de Diogène ou bien le trouble du désordre compulsif est une maladie mentale qui ne se guérit pas avec des médicaments. Homme ou femme de tout âge peut en être atteint. Le danger à ce syndrome est cette accumulation disparate qui peut amener les cafards, incendie, etc
Nuage

 

Qu’est-ce que le syndrome de Diogène ?

 

Pile de vêtements et autres objets
Le syndrome de Diogène touche environ 30 000 personnes en France. Ce trouble mental est caractérisé par un besoin irrépressible d’amasser des objets de toute nature (dont des détritus) dans son logement.

Le nom “Diogène” ne provient pas du découvreur de la maladie mais d’un philosophe grec. Cet homme décédé en 324 avant JC avait pour habitude de vivre dans un tonneau, seul et sans lien social.

Ce comportement n’est pas sans danger pour le malade et son entourage. L’accumulation d’objets hétéroclites dans un lieu confiné favorise l’apparition de bêtes nuisibles comme des cafards, des souris et des rats et cet entassement facilite la propagation des incendies. La montagne de détritus peut également constituer un risque important d’effondrement qui peut mettre en péril les occupants .

Le syndrome de Diogène n’est pas une maladie, mais un comportement qui découle parfois d’un problème psychiatrique. Ainsi, les jeunes atteints de ce mal souffrent souvent de schizophrénie alors que les personnes plus âgées sont fréquemment atteintes de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, chez 44% des «Diogènes», aucune pathologie n’est identifiée.

Ce trouble peut toucher des personnes de tout âge, aussi bien les femmes que les hommes. Malheureusement à l’heure actuelle, il n’existe aucun médicament pour remédier à ce comportement. Des aides peuvent permettre à la personne souffrant de la maladie de Diogène de réduire l’amoncèlement d’objets et de déchets.

Les personnes atteintes de cette pathologie vivent souvent seules et sont très réfractaires à toute aide matérielle ou psychologique. L’identification des personnes présentant ce syndrome est souvent réalisée grâce à l’aide des voisins incommodés par les odeurs des déchets laissés à l’abandon. Dans certains cas, il est aisé de repérer les individus souffrant du syndrome de Diogène en raison de leur apparence négligée et de l’absence flagrante d’hygiène corporelle. Mais d’autres personnes peuvent être parfaitement intégrée à la société et leur trouble n’est découvert que par hasard comme lors de la visite d’un médecin.

Une hospitalisation peut être envisagée pour les cas les plus graves, mais il est préconisé de ne pas perturber la vie quotidienne d’un malade souffrant du syndrome de Diogène au risque d’aggraver son état voire de le pousser au suicide.

https://www.chosesasavoir.com/

«Trashtag challenge»: un défi qui vaut (enfin) la peine d’être fait


La plupart des challenger (défi) sur les réseaux sociaux sont stupides voir dangereux. En voilà un qui est utile et profitable pour l’environnement. Le défi est de photographier avant et après un lieu plein de déchet et montrer tout ce qui a été ramasser #trashtag
Nuage

 

«Trashtag challenge»: un défi qui vaut (enfin) la peine d’être fait

 

KOTANGENS VIA GETTY IMAGES

Et qui donne des photos très impressionnantes.

 

    Par Mathieu Galarneau

Voilà pour une fois un défi émanant des réseaux sociaux qui n’est pas dénué de sens, comme lancer une tranche de fromage dans la face d’un bébé. Ou conduire les yeux bandés. Ou manger des capsules de détergent.

Au lieu de ces absurdités, vous pourriez trouver un endroit rempli de détritus, prendre une photo, ramasser les détritus et publier le résultat avant/après pour inciter vos contacts à faire de même avec le mot-clic #trashtag. Ce serait un gros plus pour l’environnement.

L’idée a commencé à circuler sur Facebook à la suite d’une publication de Byron Román devenue virale. Celui-ci appelait les ados «qui s’ennuient» à participer au défi. La photo avait déjà été partagée plus de 314 000 fois lundi après-midi.

Depuis, de nombreux internautes, et pas seulement des ados, ont embarqué dans la vague du #trashtag challenge, comme on peut le constater sur Twitter.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Reddit est surprenant parfois ; ils ont lancé l’idée d’un #CleanUpChallenge #TrashTag pour rire en mode « imaginez si le nouveau challenge pour avoir des internet points c’était ça » et des gens l’ont fait.
TWITTER, WORK YOU MAGIC!

 

Voir l'image sur Twitter

«Voici de Nagaland, en Inde. Des étudiants du #tetsocollege avec le mouvement #trashtag !»

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

«J’ai décidé de ramasser des déchets pour ma fête et j’ai rempli 4 sacs»

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

 

«Aux abords de la rivière Potomac au sud de Washington, DC»

Insider informe que le mot-clic #trashtag est d’abord apparu sous forme de concours en 2015 commandité par la compagnie d’équipement de plein air UCO (Utility, Comfort, and Originality) aux États-Unis. Les gens devaient alors se photographier en train de ramasser des ordures pour avoir la chance de gagner de l’équipement.

En souhaitant que ce défi rende la Terre un peu plus propre!

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Dans le ventre du croco


Il est difficile de séparer le territoire avec les animaux sauvages et l’être humain. Quand c’est un animal comme un crocodiles,  il va de soit que la prudence près des étendues d’eau est une question de survie. Par contre, il est triste de constater que l’animal se nourrit de nos déchets qui ne sont pas tous comestibles
Nuage

 

Dans le ventre du croco

 

Dans le ventre du croco

© Shutterstock

Des rangers qui avaient tué un crocodile accusé de dévorer les chiens de compagnie autour d’un village du nord de l’Australie ont découvert dans l’estomac du saurien le cadavre d’un chien, une couche-culotte et un ballon de foot, a rapporté la presse mercredi.

Alertés par la police de la présence d’un crocodile maraudeur, les rangers ont tiré sur l’animal de 3,5 mètres de long mardi près de Galiwinku, alors qu’il venait de saisir dans sa gueule un chien pris par les pattes.

«C’est peut-être comique pour les titres de presse, mais il est aussi choquant de découvrir autant de détritus dans un animal sauvage», a regretté le Northern Territory News qui fait régulièrement sa Une avec les histoires de crocodiles.

Les crocodiles marins (appelés «salties») sont fréquents dans les régions tropicales et sauvages du nord de l’Australie. Ils tuent en moyenne deux personnes par an.

http://fr.canoe.ca