Le Saviez-Vous ► 8 symptômes bizarres dont vous ignorez qu’ils sont liés au stress


Je suis une personne qui a toujours été stressé et qui n’est pas facile à gérer. Parfois, nous avons besoin d’un professionnel pour apprendre à vivre sans se stresser. Plusieurs symptômes peuvent nous indiquer que nous souffrons de stress et il est important d’y remédier
Nuage

 

8 symptômes bizarres dont vous ignorez qu’ils sont liés au stress

 

Le stress vous empêche de garder les yeux ouverts

 

Vous est-il déjà arrivé d’être si accablé qu’il vous a fallu faire une sieste? Il est possible que vous soyez simplement épuisé, mais aussi que cette grosse fatigue soit liée au stress et au besoin du corps d’essayer de faire tomber celui-ci en vous reposant. Selon l’American Psychological Association, 50 % des personnes souffrant de stress ont déclaré que la fatigue en était un symptôme, ce qui est plus élevé que les changements de l’appétit, la tension musculaire et les maux de tête.

La fatigue extrême se manifeste principalement sous trois formes: la fatigue issue du stress peut être émotionnelle, du type de celle que vous éprouvez après une grosse dispute avec un proche; elle peut être physique, comme l’épuisement de votre corps après une longue course; et elle peut être cognitive lorsque, par exemple, votre niveau d’énergie s’effondre après une rencontre marathon au travail. La sieste peut vous faire du bien dans de nombreux cas, mais si vous vous mettez à somnoler chaque fois que vous sentez monter le stress, il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas d’une sieste qui va vous remettre d’aplomb, mais que le sommeil  est devenu pour vous une béquille psychologique. Trop dormir est un des symptômes de la dépression, alors si votre fatigue s’associe davantage à une forme de détresse mentale persistante, une thérapie pourrait vous aider. Sinon, profitez des bienfaits du repos de temps en temps

Symptôme du stress: Vous êtes une boule d’émotions

 

Vous êtes submergé par de nombreuses émotions – rage, frustration, solitude, peur – et avez l’impression que tout votre corps subit une attaque. Vous avez un poids sur la poitrine, vos pensées partent dans tous les sens et vous êtes incapable de vous concentrer sur l’instant présent. Peut-être êtes-vous dévoré d’inquiétudes concernant l’avenir, à moins que vous soyez aux prises avec des douleurs du passé. C’est ce qu’on appelle l’immersion ou l’inondation. La vie quotidienne est remplie d’expériences émotionnelles, mais les émotions impossibles à gérer, comme la frustration que l’on éprouve lorsqu’on se dispute violemment avec notre conjoint, entrent dans la catégorie des expériences d’immersion.

«L’immersion est la somme des réactions émotionnelles à laquelle une personne est confrontée à un moment donné et qui dépasse sa capacité à réagir efficacement», explique Arielle Schwartz, psychologue clinicienne.

L’antidote : concentrez-vous sur l’instant présent.

Vous êtes pétrifié à cause du stress

 

Dans certaines situations stressantes, la peur peut nous tétaniser. Nous figeons littéralement. Cela se traduit par une sensation de raideur, une difficulté à respirer et une impression de paralysie dans certaines parties du corps. Lorsque nous sommes confrontés à une grave menace comme une attaque physique ou lors d’une catastrophe naturelle, notre corps peut se mettre en mode de dissociation, c’est-à-dire qu’il essaie de bloquer cette réalité qui met sa vie en danger. Cette réaction de tétanisation ne se manifeste pas seulement dans des circonstances extrêmes, mais aussi lorsque nous nous sentons impuissants soit à cause de notre âge (un enfant qui apprend à affronter le monde, par exemple), soit à cause d’un état d’esprit particulier (si, par exemple, vous êtes en convalescence à la suite d’un traumatisme).

«Vous êtes paralysé par une peur exagérée, et vous êtes incapable de faire face convenablement à ce qui vous menace, écrit le Dr Leon F. Seltzer dans Psychology Today. Paradoxalement, cette réaction d’autoparalysie peut être sur le moment tout aussi valable d’un point de vue adaptatif que la courageuse lutte contre l’ennemi ou la fuite, plus prudente.

Vous vous laissez entraîner par le courant du stress

 

Selon Curtis Reisinger, psychologue clinicien à l’hôpital Zucker Hillside, une autre réaction au stress moins connue est la soumission totale qui se traduit par une volonté irrépressible de coopérer face à une menace ou à un ravisseur. Cette variation de l’apaisement s’enracine dans une réponse évolutive. Pensez à un vol: nous pouvons réagir en nous pliant aux demandes de la personne qui peut nous faire du mal. Dans une situation très tendue sur le plan émotif, la soumission a le même objectif, même si la menace n’est pas aussi grande. Si vous vous disputez avec un être cher, vous pourriez par exemple dissimuler ce que vous ressentez vraiment pour éviter les conflits. Au lieu de l’affronter, vous feriez tout pour amadouer l’autre. Dans une moindre mesure, cette attitude peut être comparée à celle de ces personnes qui font tout pour faire plaisir à tout le monde, un comportement que nous connaissons tous.

Stress: Vous avez l’impression que vous allez perdre connaissance

 

Si un épisode de stress s’accompagne d’un vertige qui vous brouille la vision ou provoque des nausées, il y a de bonnes chances que la défaillance s’installe. La Dre Arielle Schwartz indique que dans les cas de stress post-traumatique complexe résultant de facteurs de stress persistants particulièrement intenses, de nombreux patients qui éprouvent des symptômes proches de l’évanouissement disent se retrouver alors dans un tel état qu’ils doivent interrompre leurs fonctions physiques pour survivre.

«Beaucoup d’entre eux apprennent à se déconnecter de leurs émotions et de leurs besoins», continue-t-elle.

Elle attribue cette réaction de stress à un sentiment d’impuissance qui peut persister même après que les circonstances liées à ces facteurs de stress intenses ont disparu. Elle recommande une approche thérapeutique telle que l’EMDR, qui est également un traitement du stress post-traumatique.

Votre corps vous fait mal

 

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller fourbu comme si vous aviez couru un marathon la veille… alors que vous n’avez même pas mis les pieds au gymnase? Bien sûr, il est fréquent d’éprouver une violente envie de marcher après avoir passé la journée assis ou de vous étirer pour évacuer la tension et la raideur quotidiennes mais, dans bien des cas, les douleurs corporelles sont des manifestations physiques du stress. «Les maux de tête, les lombalgies, les douleurs musculaires et les symptômes gastro-intestinaux sont les plus courants, indique David Clarke, président de la Psychophysiologic Disorders Association. Mais il est possible d’avoir beaucoup plus de symptômes, et souvent plusieurs à la fois. Assurez-vous d’adopter ces 50 idées pour la gestion du stress, mais si vos douleurs corporelles persistent, alors votre niveau de stress pourrait nuire à votre santé et une thérapie pourrait vous aider.

Vous grincez des dents

 

Demi Moore a déjà avoué à Jimmy Fallon lors du Tonight Show que le stress avait fait tomber ses deux dents de devant. Ce n’est pas si farfelu que ça en a l’air : la crispation excessive des mâchoires est associée à l’instabilité émotionnelle, selon une recherche de l’Institut national de la santé américain. Les grincements de dents peuvent entraîner des maux de tête, des douleurs aux mâchoires, des douleurs faciales et une sensibilité générale des dents. Selon la clinique Mayo, les grincements de dents induits par le stress peuvent déformer les dents, les ébrécher et même causer leur chute. Le grincement ou le serrement des dents se produit généralement pendant le sommeil, de sorte qu’il passe facilement inaperçu. Des visites régulières chez votre dentiste peuvent aider à détecter ce type de réaction. Comme cette pression dans votre bouche peut être le signe d’une pression dans votre vie, il peut être vraiment bénéfique de déterminer les causes de ce stress et de réévaluer ensuite votre vie en conséquence.

Vous «mangez vos émotions»

 

Il nous est tous arrivé de nous jeter sur un paquet de Doritos après une rencontre professionnelle difficile ou de nous ruer sur une crème glacée après un échange un peu vif avec notre conjoint. Nous devons bien admettre alors que nous mangeons pour des raisons émotionnelles plutôt que physiques. Bien sûr, l’acte de manger est indissociable des émotions qui y sont liées, surtout parce que c’est une forme de plaisir et une façon d’entrer en relation avec les autres. Mais quand nous voyons la nourriture comme un moyen d’adoucir les dures exigences de l’existence, nous courrons le risque de prendre du poids et d’éprouver d’autres problèmes de santé. La Dre Elizabeth Trattner, une spécialiste de la médecine intégrative, affirme que, d’un point de vue physiologique, le stress tend à se concrétiser sous la forme d’un gain de poids autour du tronc; le cou, la tête et les épaules sont également à risque. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des astuces pour ne plus «manger ses émotions».

http://selection.readersdigest.ca/