Un des principaux symptômes d’Alzheimer est aussi le plus ignoré


La malade d’Alzheimer est reconnue grâce à divers symptômes, sauf qu’il y en a l’apathie qui ne semble pas être souligné. Il apparaît selon une étude à 45 % de personnes atteinte de cette démence. Ce qui pourrait laisser entrevoir des traitements plus personnalisés de motivation ou d’activités sociales
Nuage


Un des principaux symptômes d’Alzheimer est aussi le plus ignoré

Près de la moitié des personnes atteintes d’Alzheimer soufrent d’apathie. © De Visu - Fotolia

Près de la moitié des personnes atteintes d’Alzheimer soufrent d’apathie. © De Visu – Fotolia

Céline Deluzarche

Journaliste


La maladie d’Alzheimer est fréquemment associée à la perte de mémoire, la désorientation ou la dépression. L’un des principaux symptômes passe cependant sous le radar.

Miguel de Silva Vasconcelos et Clive Ballard de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) ont analysé des données portant sur 4.320 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ayant participé à 20 études de cohorte. Ils ont découvert que 45 % d’entre elles présentaient une apathie au début de l’étude et 20 % une apathie persistante avec le temps. Se définissant comme une perte d’intérêt et d’émotion ainsi qu’une difficulté à agir de façon volontaire, l’apathie est distincte de la dépression, n’induisant pas forcément une tristesse ou un manque d’énergie.

Bien que courante, « l’apathie est souvent ignorée car elle est moins perturbatrice que des symptômes comme l’agressivité ou la désorientation mais elle a des conséquences dévastatrices sur la qualité de vie des patients », alerte Clive Ballard.

Une moindre activité aggrave les symptômes de la démence et augmente le taux de mortalité, soulignent les chercheurs qui appellent à développer de nouveaux traitements comme des exercices de motivation personnalisés ou le développement d’activités sociales.

https://www.futura-sciences.com/

Les bébés tortues pris au piège des lumières artificielles


Par notre présence, nous empêchons souvent la nature suivre son cours. Les bébés tortues peuvent être incommodés par les lumières artificielles et malheureusement, sauf s’il y a une règle pour éteindre les lumières de temps à autre … Reste que la pollution lumineuse continue à prendre de plus en plus de place dans la nuit
Nuage

 

Les bébés tortues pris au piège des lumières artificielles

 

Les chercheurs concluent que les trajectoires des bébés... (PHOTO SONNY TUMBELAKA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Les chercheurs concluent que les trajectoires des bébés tortues sont très largement perturbées par la lumière artificielle.

PHOTO SONNY TUMBELAKA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Agence France-Presse
Paris

Les bébés tortues, naturellement attirés vers la mer après leur naissance grâce au reflet de la lune, sont désorientés par les lumières artificielles de plus en plus nombreuses sur les côtes et en mer selon une étude publiée mercredi dans le journal Royal Society Open Science.

Pour leur étude, Michele Thums de l’Université d’Australie-Occidentale et son équipe ont équipé 40 toutes jeunes tortues vertes (Chelonia mydas) d’un émetteur à ultrasons miniature. Ils les ont ensuite suivies grâce à un réseau sous-marin de 36 récepteurs placés autour de leur plage natale.

Les chercheurs en concluent que les trajectoires des bébés tortues sont très largement perturbées par la lumière artificielle.

Dans des conditions de lumière ambiante, les trajectoires de tortues sont relativement identiques, principalement orientées vers le nord/nord-ouest depuis l’endroit où ils ont été relâchés.

En présence de lumières artificielles, les trajectoires diffèrent totalement, à 80% la première nuit de tests et jusqu’à 100% la deuxième nuit.

«Ceci est la première preuve expérimentale que les jeunes tortues sauvages sont attirées par les lumières artificielles après leur entrée dans l’océan», selon l’étude.

Ce comportement est susceptible de les soumettre à un plus grand nombre de prédateurs notamment en les incitant à rester plus longtemps au bord des rivages.

Selon l’étude, les bébés tortues sont clairement attirés par la lumière artificielle, mais ils ne sont pas indéfiniment piégés par l’éclairage, et peuvent reprendre leur baignade après une pause.

Mais les pollutions lumineuses sont de plus en plus nombreuses et s’étendent désormais bien au-delà du rivage avec des installations industrielles telles que les plates-formes pétrolières.

http://www.lapresse.ca/