5 choses à savoir sur les enfants et la famine


La guerre, les divers conflits et la sécheresse n’aident en rien pour surmonter la famine dans certains pays. Ceux qui en souffrent le plus serait les enfants, leur avenir est à se point hypothéqué que c’est toute une génération qui sera perdue
Nuage

5 choses à savoir sur les enfants et la famine

 

Avec la famine, les conflits et les enfants déplacés, le monde fait face à la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Sur le terrain, l’UNICEF intensifie son action dans les régions les plus touchées, mais, pour réagir à la famine, il faut faire plus que seulement envoyer des aliments d’urgence aux enfants. Il faut aussi prévenir les conséquences néfastes de la faim sur le développement des enfants, qui peuvent restreindre leurs perspectives d’avenir.

Les conséquences à long terme de la faim comprennent :

– Déficits permanents dans le développement social et émotionnel;
– Lésion cérébrale;
– Difficulté à l’école;
– Baisse de la motricité et de l’activité;
– Anxiété ou dépression;
– Problèmes de comportement.

Si nous tardons trop avant d’agir, la faim nuira aux capacités d’apprentissage des enfants et les répercussions seront permanentes.

Voici cinq choses que vous devriez savoir sur la crise alimentaire.

1. Les enfants ne peuvent pas attendre. La famine, la sécheresse et les conflits armés brisent leur vie et leur avenir.

La famine a déjà été déclarée au Soudan du Sud et menace d’autres pays. Les enfants souffrent de malnutrition et de maladies. Ils ont besoin de notre aide.

2017-04-19-1492630976-2225213-4famines3FR.jpg

2. Les enfants sont les plus durement touchés. Des millions d’entre eux sont près de mourir de faim.

Cette année, près de 1,4 million d’enfants sont en danger imminent de mort. Dans chacun des quatre pays touchés ou menacés par la famine, et dans des régions entières, des enfants succomberont à des maladies, dont le choléra et la rougeole, qui entraînent la diarrhée et la déshydratation.

2017-04-19-1492631048-2437410-UN053447_MedRes.jpg

3. Pour l’instant, quatre pays constituent l’épicentre de la crise : le Yémen, la Somalie, le Soudan du Sud et le nord-est du Nigeria.

Dans ces quatre pays, 22 millions d’enfants sont affamés, malades, déplacés et déscolarisés. Tant que la violence, la faim et la soif pousseront les populations de ces pays à se déplacer au sein et au-delà de leurs frontières, les taux de malnutrition ne cesseront d’augmenter dans ces quatre pays, dans le bassin du lac Tchad et dans la Grande Corne de l’Afrique.

2017-04-19-1492631098-2801814-UN056039_MedRes.jpg

4. L’activité humaine est le moteur de la crise

Les guerres et les conflits persistants ont des effets dévastateurs sur la vie de millions d’enfants et de leur famille, et créent des risques de famine. Les belligérants chassent les habitants de chez eux, détruisent les récoltes et les moyens de subsistance et empêchent les organismes humanitaires de se rendre jusqu’aux personnes qui ont désespérément besoin d’une aide vitale, comme de la nourriture et de l’eau potable. La sécheresse aggrave ces crises alimentaires causées par l’homme dans certaines régions de l’Afrique, en particulier en Somalie et dans la Corne de l’Afrique.

2017-04-19-1492631147-9062687-BLOG4Famineyemen4.jpg

5. C’est une situation d’urgence

Si la situation ne s’améliore pas, les enfants risquent de mourir de faim, et leur avenir risque d’être menacé. En effet, la malnutrition sévère affecte de façon irréversible le développement intellectuel et physique, et restreint les perspectives d’avenir des enfants. Plus nous attendons avant de répondre aux besoins de ces enfants, plus nous mettons en péril leur avenir.

Que pouvez-vous faire ?

Trois choses sont absolument nécessaires pour sauver des centaines de milliers de vies :

1. Demandez la fin des violations des droits de l’homme, qui sont des vecteurs majeurs des famines.

2. Exigez que toutes les parties prenant part à ces conflits autorisent l’accès de l’aide humanitaire sans restriction et sans condition à tous les enfants et familles démunis.

3. Donnez. Il est urgent de recueillir des fonds pour permettre aux équipes qui sont déjà sur le terrain de renforcer rapidement les programmes vitaux de nutrition et de distribution d’aliments, ainsi que les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

Les enfants ne peuvent pas attendre qu’une nouvelle famine se déclare pour que des mesures soient prises. Aidez-les maintenant.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Boire du Coke, vraiment un remède pour la gastro?


Ma première gastro, j’ai été à l’urgence et le médecin m’a prescrit du Coca-Cola dégazéifié à la température de la pièce. Est-ce une légende urbaine ? Il semble que non, cependant, il est déconseillé pour les petits, de toute manière, il y a des produits vendus à la pharmacie pour les bébés. On peut toujours faire de l’eau de riz pour diminuer la diarrhée, mais il faut toujours faire attention à la déshydratation
Nuage

 

Boire du Coke, vraiment un remède pour la gastro?

Boire du Coke, vraiment un remède pour la gastro?

Le soda, bon pour soulager les symptômes de la gastro?Photos Fotolia

Chaque année, principalement durant l’automne et l’hiver, la gastro-entérite fait son grand retour. 

Dans la plupart des cas, la gastro-entérite ne dure que peu de temps et se soigne d’elle-même, sans avoir recours à  des traitements médicamenteux. Toutefois, il existe certains remèdes qui peuvent permettre de soulager les symptômes tels que la diarrhée, les nausées ou les vomissements. Parmi eux, le soda (Coca-Cola, Pepsi, ce que vous voulez…).

Cette boisson gazeuse est régulièrement recommandée par certains spécialistes mais qu’en est-il réellement? Interrogé par le site Femme Actuelle, le nutritionniste Raphaël Gruman semble confirmer son utilité. Selon ce spécialiste, le secret du soda se cache en réalité dans son contenu.

UNE BOISSON QUI RECHARGE LE CORPS

Le soda est une boisson particulièrement riche en sucres qui contient aussi des minéraux. Or, en provoquant de la diarrhée et des vomissements, la gastro expose le corps à  un risque important de déshydratation et à une grande perte de minéraux essentiels. Sans parler du fait que la maladie empêche généralement de s’alimenter normalement, aggravant les manques.

Boire du soda permet donc d’apporter du sucre et de recharger le corps en énergie. Un effet auquel s’ajoute les propriétés antiseptiques et apaisantes de certains composés contenus dans la boisson qui vont agir sur l’inflammation du système digestif. Néanmoins, pour que le soda soit efficace, il faut respecter certaines règles. 

DES RÈGLES À RESPECTER

D’après Raphaël Gruman, la boisson doit être consommée à température ambiante et sans bulles. La boire trop froide peut en effet aggraver la diarrhée et les bulles peuvent agresser la paroi de l’estomac déjà irritée. C’est d’ailleurs pour cette raison que les boissons gazeuses sont généralement déconseillées en cas de gastro.

Par ailleurs, il vaut mieux préférer la version originale aux versions diète ou zéro, et ne consommer la boisson qu’en petites quantités (environ deux verres par jour). Le remède peut être efficace chez les adultes comme les enfants, en revanche, il est fortement déconseillé chez les nourrissons.

http://fr.canoe.ca/

e

Voilà ce qui se passe en vous après avoir mangé un Big Mac


En bref, il n’y a rien de bon de manger un big mac ou tout autre malbouffe du même genre, surtout quand c’est trop souvent. La digestion est difficile et plus long sans compter les effets négatifs sur le corps
Nuage

 

Voilà ce qui se passe en vous après avoir mangé un Big Mac

 

Voilà ce qui se passe en vous après avoir mangé un Big Mac

Que se passe-t-il dans votre corps après avoir mangé un Big Mac?

Quels effets provoque la malbouffe sur notre corps? Vilipendé par les nutritionnistes et les adeptes de la nourriture bio, le Big Mac n’a pas bonne presse. Accusé d’être à l’origine de désordres dans notre organisme, le célèbre hamburger de chez McDonald’s n’est pas ce que l’on pourrait appeler «un menu diététique». Mais est-il si mauvais que cela?

DES CONSTATATIONS DIFFICILES À DIGÉRER 

Selon une récente étude, voilà comment réagit votre corps lors de la digestion d’un Big Mac. Composé de deux tranches de pain dans lesquelles viennent s’insérer un boulette de boeuf haché, une tranche de cheddar, des feuilles de laitue, ainsi que des oignons et des cornichons, il faut déjà  savoir que ce hamburger fait généralement pas moins de 520 calories.

Dix minutes après avoir avalé la dernière bouchée de votre hamburger, le niveau de sucre dans le sang augmente et notre cerveau déclenche aussitôt la production de dopamine. La molécule du plaisir par excellence, qui procure un sentiment de bien-être et de satisfaction.

Dix minutes encore plus tard, voilà que le fructose et le sel contenus dans le burger rentrent à leur tour en scène. Lorsqu’ils se trouvent en trop grande quantité dans l’organisme, ces deux-là  menacent d’obésité, d’hypertension, de diabète ou encore de maladies cardiaques.

Une demi-heure après avoir terminé votre Big Mac, votre corps commence à souffrir d’un début de déshydratation. En cause: les 950 milligrammes de sodium (le sel) cachés dans le hamburger.

Une heure après, c’est cette fois votre taux de sucre dans le sang qui se met à chuter. Résultat: une sensation de faim irrépressible vous assaille à nouveau.

Enfin, sachez qu’il vous faudra peut-être trois jours au lieu des 24 à 72 heures habituelles pour digérer complètement votre repas. La cause? La présence d’acides gras trans qui auront également une incidence sur l’augmentation du «mauvais» cholestérol (LDL), sur les risques cardiovasculaires, ainsi que sur l’apparition de certains cancers.

http://fr.canoe.ca/

Un truc à faire absolument en se levant pour la santé


On préconise de boire de l’eau au réveil, ce qui aiderait a relancer le métabolisme et perdre du poids. Quoiqu’il en soit un bon grand verre d’eau le matin, ne fait pas tord et permet de s’hydrater en commençant la journée
Nuage

 

Un truc à faire absolument en se levant pour la santé

 

Un truc à faire absolument en se levant pour la santé

Allez, hop! Hors du lit.Photo Fotolia

Vous avez de la difficulté à vous sentir alerte dès le lever? Vous voulez perdre du poids? Boire un grand verre d’eau dès que vous mettez le pied hors du lit pourrait vous aider à y arriver.

Plusieurs dirigeants d’entreprises de haut calibre ont adopté cette habitude, selon le Business Insider, et une experte a corroboré les nombreux bienfaits de celle-ci.

Selon Raina Batayneh, nutritionniste, boire une bonne quantité d’eau tôt le matin relance le métabolisme. Si vous êtes déshydratés, votre métabolisme fonctionne au ralenti, donc un grand verre d’eau viendra donner un coup de pied dans l’engrenage.

Mais cet ajout à votre routine pourrait aussi vous permettre de perdre du poids.

«Lorsque nous ne sommes pas adéquatement hydratés, nous pouvons confondre la soif avec la faim, ce qui nous pousse à manger davantage», a affirmé Raina Batayneh au Business Insider. Cela reste vrai tout au long de la journée.

La déshydratation est aussi une cause typique d’un sentiment de manque d’énergie, de léthargie ou de somnolence. Après avoir dormi durant plus ou moins 8 heures, sans boire, évidemment, il est important de se réhydrater avec une bonne dose de H20.

Pour ceux qui ont plutôt l’habitude d’amorcer la journée avec un café, le verre d’eau est d’autant plus nécessaire. Le café est un léger diurétique – substance qui augmente le besoin d’uriner et qui accroît donc la déshydratation.

Maintenant, devriez-vous boire une tasse d’eau chaude avec une tranche de citron – par exemple – ou une chope d’eau bien glacée?

Certains experts affirment que boire de l’eau froide vous permet de brûler plus de calories, car votre organisme doit réchauffer celle-ci à la température de votre corps. D’autres estiment que l’effet est minime.

À vous de voir. Mais l’important c’est de boire (de l’eau)!

http://fr.canoe.ca/

Déshydratation : une bouteille d’eau connectée pour les enfants


Comment avons-nous fait pour survivre pendant l’enfant sans connexion Internet ? Il est vrai qu’il faut faire penser aux enfants de boire de l’eau mais dépenser de l’argent pour une bouteille connectée, c’est à mon sens du gaspillage d’argent
Nuage

 

Déshydratation : une bouteille d’eau connectée pour les enfants

 

par Agathe Mayer

La santé connectée se met au service des enfants. La société Bowhead Technology a lancé Gululu, la bouteille d’eau connectée pour éviter la déshydratation des plus petits.

Pour inciter les plus jeunes à boire plus d’eau et éviter les risques de déshydratation, la société Bowhead Technology a mis au point une bouteille d’eau connectée, la bouteille d’eau Gululu Interactive. Gululu ressemble à un animal virtuel. Au look coloré, aux formes amusantes, il vit dans un univers marin. Sa mission : aider les plus petits membres de votre famille (et pourquoi pas vous aussi) à boire assez d’eau.

Doté d’un écran, d’une paire de capteurs tactiles, du Wi-Fi, et sans fil, Gululu est une bouteille d’eau connectée qui prévient l’utilisateur qu’il est temps de boire. Plus l’enfant s’hydrate correctement plus, il donne vie à son animal virtuel. La bouteille d’eau est connectée au smartphone des parents qui vérifient dont la consommation d’eau de leur progéniture.

Identifier la déshydratation chez l’enfant

Il est nécessaire de boire entre 1 et 1,5 litres d’eau par jour, surtout en période de grosses chaleurs, selon la Caisse Primaire d’ Assurance maladie.

La déshydratation se manifeste avec plusieurs symptômes : la soif, les lèvres sèches, une perte de poids débutante (inférieure à 5 % du poids du corps), une fatigue anormale et une perte de force.

En cas de déshydratation légère, la CPAM recommande d’allonger la personne, la déshabiller, la rafraîchir, l’éventer et lui donner à boire une boisson contenant assez de sucre et de sel comme de l’eau sucrée ou un bouillon de légumes. En cas de déshydratation grave, « il faut contacter le Samu au plus vite

Pour participer au projet retrouvez Gululu sur Kickstarter pour financer le projet, à l’adresse www.kickstarter.com .

http://www.topsante.com/

Coup de chaleur, potentiellement fatal !


Nous vivons notre première vague de chaleur, il est donc important de se préserver des coups de chaleur.
Nuage

Coup de chaleur, potentiellement fatal !

Coup de chaleur, potentiellement fatal !

     

    En été, lorsque les températures grimpent, le redoutable coup de chaleur guette.

    Véritable urgence médicale, il peut en effet être fatal.

    On ne le dira jamais assez : si les températures grimpent, restez à l’ombre et au frais !

    Quand le corps surchauffe

    Le coup de chaleur résulte d’une exposition prolongée à la chaleur, en voiture par exemple.

    Comme tous les mammifères, l’être humain vit avec une température corporelle constante de près de 37°C. Quand les températures extérieures grimpent, nous transpirons pour refroidir notre corps. Mais si nous nous déshydratons, la transpiration s’arrête brutalement, la température du corps monte en flèche. Notre cerveau et notre coeur sont alors gravement mis en danger.

    Les symptômes du coup de chaleur :

  • Fièvre supérieure à 40°C,

  • Vertige,

  • Fatigue inhabituelle, confusion.

  • Transpiration abondante qui peut soudainement s’arrêter

  • Perte de connaissance dans les cas les plus graves

  • Augmentation du rythme cardiaque

  • Respiration rapide et de faible amplitude

  • Chute de la tension artérielle

    Des signes à prendre au sérieux ! Le taux de mortalité est estimé à 10% (1).

    Coup de chaleur : quelles sont les personnes à risque ?

    Les personnes les plus à risque sont celles qui se déshydratent le plus facilement : les enfants et les personnes âgées.

    Par ailleurs, les enfants disposent de réserves d’eau plus faibles et les ainés ressentent moins la soif et la chaleur.

    Les personnes fragilisées souffrant de maladies cardiovasculaires, neurologiques, métaboliques (diabète) sont également plus à risque.

    Les sportifs ou les personnes qui ont un travail physique peuvent également souffrir de coups de chaleur. Les efforts intenses et prolongés peuvent aussi entraîner une augmentation importante de la température corporelle. La cause est alors plus « interne » qu’ »externe ».

    Comment prévenir les coups de chaleur ?

    Pour éviter les coups de chaleur, respectez quelques conseils simples :

  • Evitez les expositions prolongées au soleil, et notamment aux heures les plus chaudes (de 11h à 16 h).

  • Buvez beaucoup, au minimum 1,5 litre d’eau par jour.

    Assurez-vous que les enfants et les personnes âgées de votre entourage en fassent autant.

    S’il fait chaud, buvez très régulièrement : toutes les 15 à 30 minutes.

  • Des vêtements amples (ils favorisent la circulation d’air et l’évaporation de la sueur) et clairs seront plus confortables.

  • Si vous avez un ventilateur ou un climatiseur à disposition, utilisez-le !

  • Sportifs, buvez de l’eau avant, pendant et après l’effort.

    En cas de sensations anormales, arrêtez-vous : aspergez-vous d’eau fraiche et mettez-vous à l’ombre.

  • Prenez des précautions plus attentives encore avec les tout petits.

    En voiture, veillez à ce qu’ils soient à l’ombre et couverts. Ne les laissez en aucun cas seuls dans une voiture à l’arrêt, même quelques minutes.

  • Soyez attentifs aux signes d’une montée de la température corporelle : fatigue, maux de tête, nausées ou vomissements…

    Les gestes qui sauvent en cas de coup de chaleur

  • Transportez la victime d’un coup de chaleur à l’ombre ou dans un endroit frais.

    Déshabillez-la au maximum et enveloppez-la dans un drap humide et frais pour la rafraichir ou appliquez-lui un linge humide sur le visage ou le corps.

  • Si elle est consciente, faites lui régulièrement boire de petites quantités d’eau.

    Vous pouvez aussi lui administrer un soluté de réhydratation. Il contient des sels minéraux et du sucre immédiatement absorbables par l’organisme.

  • Dans tous les cas, appelez les urgence

Isabelle Eustache
Créé initialement par Thérèse Dupont, journaliste santé

Sources : Croix rouge française http://www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers/Les-accidents-de-l-ete/Coup-de-chaleur
Document de l’institut national de prévention et d’éducaton pour la santé (INPES).
Guide de prévention des coups de chaleurs, commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSSTQ), 2008.

http://www.e-sante.fr/

La météo influence-t-elle notre santé ?


La météo influence notre état de santé. Chaque saison, le froid, la chaleur, l’humidité, vent ont des répercussions sur notre corps que ce soit des maladies cardiaques, les rhumatismes, l’asthme, les allergies, des dépressions et encore bien d’autres maux
Nuage

 

La météo influence-t-elle notre santé ?

meteo et sante

© iStock

– par Isabelle Gonse

Les rhumatismes qui se réveillent lorsque le temps change, les virus qui se propagent avec le froid, le vent qui provoque des migraines… On invoque souvent la météo pour expliquer nos problèmes de santé… Mais qu’en est-il vraiment ?

À en croire la sagesse populaire, le lien entre les conditions climatiques et nos petits et grands bobos n’est plus à prouver. La fréquentation des cabinets médicaux et des services d’urgence augmente d’ailleurs par temps froid, humide ou trop chaud. Si le lien entre la météo et certaines maladies comme l’infarctus est prouvé, pour d’autres il est plus aléatoire et ne s’explique que de façon indirecte : par mauvais temps on sort moins, on fait moins d’exercice, on mange plus gras… La qualité de vie perçue et le moral s’en ressentent. Voici ce que l’on sait à ce jour sur l’influence des différents types de temps

Le froid sec augmente les problèmes cardiaques et respiratoires

Plus la température diminue en-dessous de 0°C, plus les hospitalisations et les décès par infarctus augmentent. C’est ce que montre une récente étude canadienne (1). Le froid entraine une contraction des vaisseaux, il augmente lapression artérielle et la viscosité du sang, tandis que le rythme cardiaque s’accélère, d’où plus de risque de caillots et de thrombose, donc d’infarctus. Ce mécanisme favorise aussi les crises d’angine de poitrine et les accidents vasculaires cérébraux. L’inhalation d’air froid peut déclencher une crise d’asthme, surtout en cas d’effort, en entrainant une constriction des bronches et un spasme respiratoire. En hiver, les muqueuses du nez et de la gorge se défendent moins bien contre les agressions. Et comme on a tendance à rester confiné à l’intérieur et à moins aérer, les germes prolifèrent et les infections se propagent. Le froid peut aussi provoquer des crevasses (il dessèche la peau), des engelures ou un syndrome de Raynaud (il contracte les vaisseaux).

Le froid humide aggrave les douleurs rhumatismales

S’il y a bien un domaine où la météo a la réputation de jouer un rôle important, voire de servir de baromètre, c’est dans les rhumatismes. Une majorité de personnes souffrant de douleurs articulaires se plaignent de l’influence du temps sur la douleur et la raideur. Elles sont augmentées par le froid, l’humidité, la baisse de pression à l’approche du mauvais temps, ou plus rarement par la chaleur… La sensibilité à la pression atmosphérique (ressentie aussi parfois lors d’un vol en avion) s’explique : l’air appuie avec une certaine force sur les tissus, réduisant leur congestion quand ils sont inflammatoires. L’humidité, la pluie et le brouillard augmentent aussi les infections respiratoires : ils font retomber sur la terre les bactéries, virus et polluants transportés par le vent.

Le vent favorise la migraine, les AVC et l’asthme

Selon la médecine chinoise, le vent chamboule l’équilibre énergétique. Vent d’autan, mistral, tramontane, foehn… On dit de certains vents qu’ils « rendent fou ». Ce qui est sûr, c’est que le vent augmente l’irritabilité et favorise maux de tête,migraines et insomnies. La fréquence des accidents vasculaires cérébraux (AVC) augmente en hiver par temps anticyclonique (température basse, faible humidité), surtout lorsque la vitesse du vent est importante. Plus il souffle fort, plus la température ressentie est basse, d’où une exacerbation des problèmes de santé liés au froid.

En saison pollinique, du printemps à l’automne, un temps sec et venteux transporte les allergènes et augmente le risque d’allergies respiratoires (rhinite, asthme allergique) et de conjonctivite.

La chaleur entraîne déshydratation et accidents cardiaques

La chaleur peut être dangereuse si elle se transforme en canicule (par exemple à Paris, plus de 31°C le jour et 21°C la nuit trois jours d’affilée). Les jeunes enfants, les personnes âgées ou souffrant d’une maladie chronique sont particulièrement exposés au risque de déshydratation : fatigue, risque de confusion, coup de chaleur, mais aussi crampes, coliques néphrétiques… Et augmentation des crises chez les personnes souffrant de schizophrénie ou de dépression.

Une augmentation de la chaleur, même modérée (de 20°C à 25°C sur 2 jours) est associée à plus de décès par défaillance cardiaque, accident vasculaire cérébral et arythmie (2). Ceci s’expliquerait notamment par une hausse de la charge de travail du cœur, une déshydratation et un appauvrissement en sel.

La pollution joue aussi un rôle

Elle amplifie encore les conséquences de la météo sur la santé, de façon différente selon la saison :

– Pollution à l’ozone : l’été, par temps chaud et ensoleillé : elle aggrave surtout les problèmes respiratoires.

– Pollution aux particules fines : l’hiver, par temps nuageux sans vent : elle augmente surtout le risque cardiovasculaire.

(1) Étude canadienne présentée au congrès de l’ESC en septembre 2015 (Liu S.)

(2) Étude allemande portant sur 188 000 personnes, publiée dans la revue Heart en 2014 (Breitner S.)

Pour aller plus loin

http://www.topsante.com/

Le Saviez-Vous ► 12 causes surprenantes de migraines


Les causes des maux de têtes et des migraines peuvent être pour plusieurs raisons comme les odeurs, la charcuterie, la lumière etc … Savoir ce qui les provoque, peut aider à les éviter
Nuage

 

12 causes surprenantes de migraines

 

Tout le monde a déjà eu mal à la tête, un jour ou l’autre. Et de nombreuses personnes souffrent également de migraines chroniques, qui peuvent se déclarer plus ou moins fréquemment. 

Le mal de tête est une chose vraiment fréquente, et pourtant relativement mal connue : si certaines causes peuvent sembler évidentes, d’autres le sont beaucoup moins ! Il faut savoir aussi que l’apparition soudaine d’une migraine extrême et prolongée peuvent être les symptômes de graves problèmes de santé. Mais la plupart des cas de douleurs bénignes trouvent leurs causes dans des choses beaucoup plus simples… et qui peuvent être évitées.

Si certaines de ces causes de migraines peuvent nous paraître familières, comme la lumière ou le café, d’autres sont vraiment… surprenantes.

1. La chaleur

LittleThings / Maya Borenstein 

La météo, et en particulier la température, peut avoir une grande incidence sur les maux de tête ! Bien sûr, comme vous le savez, si vous prenez une insolation, vous aurez mal à la tête, mais ça ne s’arrête pas là. La chaleur et l’humidité peuvent provoquer des douleurs, mais également la pluie ou encore les changements brutaux de temps. Et pour cause, lorsque la pression atmosphérique (le poids de l’air, mesuré par les baromètres) augmente ou tombe de manière soudaine, notre cerveau peut avoir du mal à se mettre à niveau ! C’est également cela qui déclenche des douleurs aux articulations chez certaines personnes.

Bref, lorsque la météo change, que ce soit du beau vers le mauvais temps ou l’inverse, vous encourez plus de chances d’avoir une migraine.

2. La déshydratation

LittleThings / Maya Borenstein

C’est elle que vous devez remercier pour vos fameuses gueules de bois des lendemains de fête. Lorsque vous buvez de l’alcool, votre corps se déshydrate et notamment les tissus de votre cerveau qui « tirent » car ils sont trop secs : conséquence, vous avez mal au crâne.

Mais sachez que même sans boire une seule goutte d’alcool, vous pouvez potentiellement ressentir les effets dévastateurs d’une gueule de bois ! Si vous ne buvez tout simplement pas assez d’eau, ou que vous vous déshydratez d’une quelconque autre manière (nourriture salée, chaleur, etc.), les mêmes causes entraînant les mêmes effets, vous gagnerez une bonne migraine. Alors si vous avez mal à la tête, demandez-vous tout simplement si vous avez bu assez d’eau avant de vous jeter sur les médicaments. La déshydratation est peut-être tout simplement la cause.

3. Les belles-mères (ou, plus sérieusement : le stress)

LittleThings / Maya Borenstein 

Vous avez un mal de crâne inexpliqué à chaque fois que votre belle-mère passe à la maison ? Ne cherchez pas plus loin la cause de votre douleur soudaine ! Et pour ceux qui n’ont pas de belle-mère, rassurez-vous, il y en a pour tous les goûts, tous les âges et tous les trains de vie : certains profs, votre banquier, des collègues de boulot agaçants, votre copine qui vous parle d’avoir des enfants…

Le pire dans tout ça, c’est qu’on vous reprochera sans doute de vous inventer des excuses, alors que bien au contraire, les causes sont on ne peut plus biologiques ! Selon une étude datant de 2012 et publiée sur le Journal of Health Psychology, les situations déplaisantes et stressantes jouent un rôle dans l’apparition des migraines. En fait, les nerfs situés dans votre cerveau peuvent envoyer des messages de douleur lorsqu’ils sont soumis au stress, comme le ferait n’importe quelle autre partie de votre corps lorsqu’elle se sent agressée.

4. Le vin rouge

LittleThings / Maya Borenstein  

Le vin rouge peut faire des miracles et possède de nombreuses vertus cachées, chose qu’on vous avait d’ailleurs expliqué dans plusieurs articles. Mais il peut aussi provoquer des migraines… et pas seulement le lendemain si vous en avez trop bu ! En effet, le vin rouge contient un composant chimique particulier, la tyramine, qui affecte les vaisseaux sanguins du corps et les dilate. À petite dose, cela a pour effet de faciliter la circulation sanguine. Mais attention, cela peut aussi dilater les vaisseaux situés dans votre crâne, provoquant ainsi une migraine.

5. Le sport

LittleThings / Maya Borenstein

Faire du sport, en général, c’est bon pour la santé (et c’est même plutôt recommandé). En revanche, se livrer à des efforts trop intenses peut avoir des conséquences négatives !

Selon Mayo Clinic, « Les maux de tête liés au sport surviennent souvent après un exercice trop soutenu et trop épuisant par rapport aux capacités d’une personne. Certaines activités associées avec ce type de migraine incluent la course de fond, l’aviron, le tennis, la natation et la musculation. »

Notons au passage que ce type de migraines est habituellement sans conséquences dramatiques, même si elles peuvent avoir l’air inquiétantes lorsqu’elles surviennent. Il s’agit juste des vaisseaux sanguins qui se dilatent un peu sous l’effet de l’effort… Si cela vous arrive, arrêtez immédiatement et reposez-vous un peu !

6. Les odeurs

LittleThings / Maya Borenstein

Votre sens de l’odorat est directement connecté à votre cerveau. En conséquence, certaines odeurs fortes peuvent déclencher des migraines.

Selon WebMD, « les fragrances puissantes, même celles qui sentent bon, peuvent être la cause de migraines chez de nombreuses personnes. On ne sait pas encore exactement pourquoi, mais on pense que certaines odeurs surchargent le nerf olfactif et brouillent le système nerveux. »

De la même façon qu’écouter une musique trop forte peut faire mal à la tête, si votre nez est surchargé d’informations à transmettre à votre cerveau, vous risquez d’obtenir les mêmes effets. Essayez d’analyser attentivement quelles odeurs semblent provoquer des douleurs chez vous. Cela peut être des odeurs puissantes comme certains parfums, l’odeur de peinture, ou même certaines fleurs.

7. Une mauvaise posture

LittleThings / Maya Borenstein

Écoutez les conseils de votre maman : se tenir bien, c’est important, et pas seulement pour votre dos ! Bien sûr, cela peut être difficile de garder le dos bien droit toute la journée, surtout pour ceux qui doivent rester assis pendant de longues périodes au cours de la journée. Mais avoir une mauvaise posture peut être une cause importante de maux de tête !

Toujours selon WebMD, être avachi ou avoir le dos courbé aura pour conséquence de « créer une forte pression au niveau de la tête et des muscles du cou. »

 Cette tension peut rapidement se développer et se transformer en de violentes migraines ! Si votre travail ou vos études vous obligent à rester souvent assis pendant la journée, profitez des pauses pour faire des étirements, marcher un peu et prendre l’air. Certains étirements peuvent même être exécutés en étant assis, notamment le cou et le haut du dos !

8. La caféine… et l’absence de caféine.

LittleThings / Maya Borenstein

Boire trop de café peut faire mal à la tête, vous le saviez déjà et l’avez sans doute déjà expérimenté par vous-même… Mais sachez que si vous êtes buveur de café et que vous décidez d’arrêter soudainement, vous vous exposez à des douleurs bien pires ! En cause, un effet de sevrage comparable sur le principe à celui que ressentent les personnes qui tentent d’arrêter la drogue (bien que moins violent dans les faits)

Et la dépendance au café peut survenir très vite.

 La Fondation Nationale des maux de têtes américaine explique ainsi que les douleurs liées au sevrage de caféine peuvent survenir « après avoir consommé plus de 200mg de caféine par jour, pendant 2 semaines ou plus ».

Alors, que faire si pas de café = migraine et trop de café = migraine ? Eh bien, si vous voulez arrêter, il est conseillé de diminuer lentement et progressivement votre dose quotidienne de caféine plutôt que d’essayer d’arrêter d’un jour à l’autre.

9. La viande fumée, saumurée ou salaisonnée

LittleThings / Maya Borenstein 

Cela pourrait bien vous surprendre, mais c’est pourtant bel et bien vrai : la viande fumée ou séchée peut provoquer des maux de tête.

Selon WebMD, ce type d’aliment contient, tout comme le vin, de la tyramine qui a pour effet de dilater des vaisseaux dans le cerveau. De plus, les viandes fumées que l’on trouve dans le commerce industriel contiennent souvent des additifs comme des nitrites, qui se traduisent par des maux de tête chez certaines personnes. Le corned-beef ainsi que certaines charcuteries industrielles (jambon cru, saucisson) font partie des aliments qui peuvent être responsables de migraines. Et même si cela n’affecte pas tout le monde, dans le doute, vous pouvez toujours vous rendre chez un charcutier artisanal qui n’utilise pas d’additifs dans ses produits.

10. Le fromage

LittleThings / Maya Borenstein

Ahhh, le fromage… une chose aussi délicieuse pourrait-elle vraiment être responsable de nos migraines occasionnelles ? Ça dépend. Tout comme le vin et la charcuterie, certains fromages contiennent de la tyramine, qui dilate les vaisseaux sanguins. C’est le cas des fromages à moisissure type fourme, bleu ou roquefort, ainsi que certains fromages vieillis comme le cantal.

Si certaines personnes pourront manger des kilos de roquefort sans autre conséquence directe que de puer un peu du bec, d’autres sont moins bien lotis et risquent d’avoir des migraines. Si vous pensez que les fromages sont potentiellement la cause de vos migraines, essayez de réduire vos portions et voyez si cela s’arrange !

11. Attacher vos cheveux

LittleThings / Maya Borenstein

Attacher vos cheveux en arrière provoque des tiraillements au niveau des racines capillaires. Cette tension peut se développer rapidement en maux de tête !

Selon Mayo Clinic, les maux de tête peuvent être également causés par la pression exercée par les objets provoquant un serrement au niveau de la tête, comme les casques ou les lunettes de piscine trop serrés.

12. Certaines lumières trop intenses ou changeantes

LittleThings / Maya Borenstein

La cause de ce phénomène n’est pas clairement définie, mais il faut savoir que le nerf optique est directement lié au cerveau. Lorsque vos yeux travaillent trop, vous avez mal à la tête… mais la même réaction peut être déclenchée par certains types de lumière.

Ainsi, certaines personnes supportent mal la lumière des néons, ou de certains types d’ampoules. Si vous pensez que la lumière de votre maison ou de votre appartement vous donne mal à la tête, essayez de changer avec des ampoules plus douces pour voir le résultat. Et bien sûr, les flashes de lumière répétés rapidement peuvent vous donner des migraines ou pire, des crises d’épilepsie si vous êtes sensible.

Bien que cette liste ne soit pas exhaustive, cela peut être d’une importance vitale de détecter rapidement la cause des petites migraines. Et comme toujours, si vous ressentez des douleurs sévères ou soudaines, n’hésitez pas à consulter immédiatement un docteur : des problèmes de santé très graves peuvent avoir pour premiers symptômes d’intenses douleurs au cerveau. 

http://www.demotivateur.fr/

5 aliments à privilégier pour vaincre la grippe


Même si une grippe ou un rhume doit faire son temps, l’alimentation et l’hydratation sont un enjeu pour la guérison. Le contraire ne fera que s’éterniser les malaises et notre état de santé pourrait qu’empirer
Nuage

 

5 aliments à privilégier pour vaincre la grippe

 

Nez qui coule, fièvre, maux de tête, mal de gorge, vous n’êtes certainement pas seuls à souffrir des symptômes de la grippe, alors que les retrouvailles du temps des Fêtes sont propices à la propagation du virus.

Voici donc 5 aliments à privilégier pour vaincre la grippe, selon le médecin omnipraticien Denis Boucher.

«Mais attention, ces remèdes sont davantage tirés de la légende urbaine, plutôt que de la science!» a-t-il lancé.

1 – Soupe aux légumes «maison»

Selon le Dr Boucher, la soupe aux légumes procure à la fois une bonne hydratation et une dose de vitamine C.

«La fièvre est un des premiers symptômes de l’influenza, qui cause ainsi de la déshydratation. Certains sont aussi touchés par la diarrhée», a expliqué le médecin, en précisant toutefois les que les soupes aux légumes «maison» sont à privilégier, puisqu’elles contiennent moins de sel que celles du marché.

«Les gens souffrant d’hypertension doivent faire attention à leur consommation de sel», a-t-il ajouté.

Le Dr Boucher conseille également d’ajouter un peu de poulet à la soupe, question d’ingérer un peu de protéines, importantes dans le processus de guérison.

«La soupe reste un bon choix lorsqu’on a la grippe, puisqu’on n’a pas toujours très faim».

2- Boisson réhydratante à l’orange

La recette de cette boisson «d’électrolytes maison» est très simple. Il suffit d’ajouter 1 tasse et demie de jus d’orange naturel dans 2 tasses et demie d’eau bouillie pendant au moins une minute, puis d’incorporer ½ cuillère à thé de sel.

«Cette boisson contient du sodium, potassium et du chlore, nécessaire à la réhydratation», a mentionné le docteur, en ajoutant qu’elle aura aussi meilleur goût que celle vendue en poudre.

3- Le bon vieux «Popsicle»

Même s’il estime que les friandises glacées ne sont que très peu efficaces, le Dr Boucher avoue toutefois qu’elles seront populaires auprès des enfants.

«Même si elles contiennent du sucre, c’est toujours le principe de l’hydratation qui est important», a-t-il affirmé, en précisant qu’il est préférable de choisir des friandises à base de vrais fruits.

«Ça peut aider à geler la gorge», a ajouté le médecin, en prenant soin de mentionner que ça ne remplacera jamais les sirops ou pastilles vendues en pharmacies.

4- Les bleuets

Les antioxydants, présents notamment dans les bleuets, auraient un effet préventif contre l’influenza.

«Ça aide à guérir plus vite les infections», a dit le médecin.

Il ajoute que le bleuet est un des fruits disponibles en épiceries, qui contient une bonne quantité d’antioxydants.

«C’est aussi très bon pour prévenir les maladies cardio-vasculaires et la démence. Avec l’âge les cellules ont tendance à s’oxyder et il est important d’en consommer.»

5- Le thé

Que ce soit du vert, noir, blanc ou oolong, le thé peut aussi un bon moyen de s’hydrater lorsque nous sommes atteints de la grippe.

«C’est hydratant, mais c’est plus réconfortant qu’autre chose. Si vous préférez le café, optez pour un décaféiné», a précisé le Dr Boucher.

Les propriétés antioxydantes contenues dans le thé sont aussi bénéfiques en cas de grippe ou de rhume

http://fr.canoe.ca

Enfants laissés dans des véhicules Combien de temps un adulte peut-il endurer la chaleur?


Qu’est ce qui est difficile a comprendre sur le fait qu’on ne laisse jamais un enfant seul dans une auto et encore plus quand il fait chaud. ? L’enfant dort et c’est juste 2 minutes ? 2 minutes qui peuvent signé son arrêt de mort ! On en parle a tous les années, mais on dirait que cette situation empire !  Juste a Montréal, il y en a eu 37 depuis juin, c’est presqu’une fois par jour.
Nuage

 

Enfants laissés dans des véhicules

Combien de temps un adulte peut-il endurer la chaleur?

 

(capture d’écran, TVA Nouvelles)

TVA Nouvelles

Alors que les cas d’enfants laissés dans des voitures se multiplient au Québec comme ailleurs, notre journaliste Denis Therriault a fait le test. Combien de temps un adulte peut-il rester dans une voiture surchauffée en plein soleil?

Lors des 10 premières minutes, la température est montée environ de 1 degré Celsius par minute. Alors qu’il faisait 26 degrés au début de l’expérience, il faisait déjà 36 degrés après 8 minutes seulement.

Après 16 minutes, il faisait 38 degrés, et après 50 minutes, 43 degrés, et ce, même si les fenêtres étaient entrouvertes. Le cobaye a d’ailleurs décidé de sortir du véhicule à ce moment.

Si notre journaliste n’a pas subi de coup de chaleur, son rythme cardiaque et sa pression se sont emportés, et la déshydratation s’est mise de la partie.

Toutefois, le phénomène est beaucoup plus dangereux sur les enfants en bas âge, et encore plus sur les poupons. Les conséquences sont extrêmement dangereuses et surtout imprévisibles.

Le bébé de 7 mois qui est resté enfermé en plein soleil dans un véhicule au Centre Rockland hier y est resté plus de 30 minutes.

(capture d’écran, TVA Nouvelles)

«Étant donné qu’il est plus petit, il va réagir moins que nous, il va suer moins ou suer plus. Il peut se déshydrater très rapidement, perdre connaissance. Et le reste s’ensuit,» explique Nathalie Pilote, urgentologue.

Depuis le 1er juin dans la grande région de Montréal, 37 signalements d’enfants enfermés dans des voitures ont été effectués, indiquent les autorités.

http://tvanouvelles.ca