Oui, les caries sont contagieuses!


C’est important de faire soigner ses caries surtout qu’ils peuvent se transmettre à cause d’une bactérie. Et les enfants sont souvent sujets aux caries dentaires à cause du sucre, mais peuvent aussi être contaminée par les adultes
Nuage

 

Oui, les caries sont contagieuses!

Oui, les caries sont contagieuses!

Ouch! Qui est le coupable?Photo Fotolia

Faites attention à qui vous embrassez! Ça devrait aller de soi, encore plus lorsqu’on apprend que les bactéries qui causent les caries sont transmises d’une personne à l’autre, un peu comme on se partage une vilaine gastro ou une grippe.

Les caries dentaires surviennent lorsque certains types de bactéries transforment le sucre présent sur les dents en acide. Ce dernier déminéralise les couches protectrices de la dent: l’émail, la dentine, le cément. C’est alors qu’un trou peut apparaître et l’infection se propager à l’intérieur de la dent.

Les bactéries de type Streptococcus mutans sont les plus susceptibles de causer des caries, selon le Dr Eugene Gambler, un spécialiste dentaire britannique interrogé par Medical Daily.

Une étude australienne avait démontré en 2008 révélait que dès l’âge de deux ans, près de 80 % des bambins avaient été infectés à cette bactérie. Ils avaient donc plus de risques de développer des caries.

Chez les jeunes enfants, les parents sont souvent la source de l’infection. Ils peuvent transmettre des bactéries de leur bouche à celle de leur bébé en partageant des ustensiles, par exemple, mais aussi en éternuant ou en embrassant.

Alors si les conseil général de limiter la consommation de sucres est impératif pour éviter de nourrir les vilaines bactéries, des précautions hygiéniques peuvent également aider à limiter la transmission de celles-ci, particulièrement chez les jeunes parents.

Ils peuvent notamment porter attention à ce qu’ils mettent dans leur bouche, pour ne pas que cela se retrouve dans celle de leur progéniture. Ou ne pas les embrasser sur la bouche.

Mais, presque inévitablement, il faudra amener un jour le petit chez le dentiste, car les caries sont les maladies infectieuses les plus répandues chez les enfants.

Et évidemment, le brossage des dents régulier est essentiel!

http://fr.canoe.ca/

Des dents blanches, mais à quel prix?


Vive le naturel ! Même si on évite les aliments qui tâches, les dents blanches ne sont pas vraiment naturels, même si c’est plus joli
Nuage

 

Des dents blanches, mais à quel prix?

 

Les traitements de blanchiment des dents en clinique sont de plus en plus populaires, mais ils peuvent être dangereux, surtout lorsqu’ils ne sont pas effectués par des professionnels de la santé. Brûlures aux lèvres et aux gencives, les problèmes liés à une mauvaise utilisation des produits blanchissants sont si nombreux que l’Office des professions du Québec a décidé d’intervenir.

Anna-Maria Harb voulait un sourire radieux pour sa photo de finissante en avril dernier. Cette étudiante en cinéma à l’Université Concordia a choisi de faire blanchir ses dents à la clinique Pearl White Solutions, à Dollard-des-Ormeaux.

Grâce à un coupon-rabais, elle a payé 60 $ pour le traitement, beaucoup moins que chez le dentiste.

Mais c’est un choix qu’elle regrettera, puisqu’elle a subi des brûlures aux lèvres et aux gencives qui lui ont valu une visite aux urgences. Un médecin lui a prescrit un traitement à base de cortisone.

« Pendant le traitement, ça faisait mal », raconte Anna-Maria Harb. Elle affirme que la technicienne a banalisé la chose. « Elle m’a dit : « si c’est des petits picotements, c’est normal » ».

La technicienne a donc procédé à un deuxième traitement de 25 minutes, toujours aussi souffrant, selon la jeune étudiante.

Munis d’une caméra cachée, nous avons visité la clinique de Pearl White Solutions. Nous avons constaté que l’employée ne protégeait ni les dents ni les gencives.

« C’est une perte de temps et d’argent », a dit la technicienne à notre collaboratrice.

Joint au téléphone, le propriétaire de la clinique Richard Priesler avoue qu’il ne prend pas de mesures de protection. Selon lui, son employée n’aurait pas dû dire que c’était une perte de temps et d’argent, mais plutôt qu’elle n’avait pas besoin de protéger les lèvres et les gencives, puisqu’elle utilise « une solution douce, comme les bandelettes Crest Whitestrips », vendues en pharmacie.

Le Dr Hugo Ciaburro, professeur à la faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal, croit au contraire que les bandelettes disponibles en pharmacie présentent moins de risque que les gels liquides utilisés en clinique.

« Qu’on utilise un peroxyde à 3 %, 10 % ou 15 %, il faut mettre une protection, dit-il. C’est la règle de l’art. »

Des inquiétudes

L’Ordre des dentistes demande à Québec d’interdire le blanchiment des dents par des non-professionnels.

Le président de l’Ordre, le Dr Barry Dolman, affirme qu’on voit de plus en plus de patients avec des problèmes à la suite d’une mauvaise utilisation des produits blanchissants. Il dénonce uniquement les traitements offerts en clinique et non les produits vendus en pharmacie.

Est-ce qu’on est obligé d’attendre que quelqu’un [soit] défiguré pour réagir? Je ne pense pas. – Dr Barry Dolman, président de l’Ordre des dentistes

De son côté, l’Office des professions du Québec vient d’étudier cette question dans le cadre des Travaux de modernisation des pratiques dans le domaine bucco-dentaire.

L’Office a conclu que la pratique était une activité à « haut risque de préjudice » et recommande donc lui aussi que le blanchiment des dents devienne un acte réservé aux professionnels de la santé. Cette recommandation sera transmise sous peu au gouvernement. Pour le moment, il n’y a donc rien qui n’empêche qui que ce soit de faire du blanchiment des dents, même sans aucune formation.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Il se fait soigner par un dentiste et se réveille édenté!


Franchement, il y a de quoi d’avoir peur du dentiste. Avant d’enlever des dents, s’il y a des risques d’un abcès, le dentiste soigne d’abord ensuite, il extrait la ou les dents désignées
Nuage

 

Il se fait soigner par un dentiste et se réveille édenté!

 

Alors qu’il ne devait se faire enlever que quatre dents, un Américain s’est réveillé sans plus aucune «ratiche» dans la bouche.

Le mois dernier, Donny Grigsby s’est rendu à la clinique dentaire «White River» de Columbus dans l’Indiana pour se faire retirer quatre molaires.

Sa conjointe, Amanda a décidé de l’accompagner pour pouvoir le ramener chez eux. Mais après plus de cinq heures d’attente, la femme a commencé à s’inquiéter pour son mari.

«Ils m’ont alors dit qu’ils lui avaient enlevé toutes les dents! Une employée m’a expliqué que l’équipe médicale avait fait cela, car les médecins craignaient qu’un abcès découvert sous l’une des dents ne se propage à toute la bouche», a-t-elle expliqué à WRTV.

«Je l’ai récupéré couvert de sang et dans un état second.»

La femme a alors décidé d’appeler une ambulance pour conduire Donny à l’hôpital le plus proche.

«Les médecins m’ont dit qu’il avait été plongé dans un coma médicamenteux et laissé comme cela. Ils ont ajouté que ce dentiste ne devrait plus pratiquer», a-t-elle ajouté.

Donny Grisby garde peu de souvenirs de cette journée, mais il a cependant du mal à vivre avec les conséquences.

«J’ai honte, je n’ai plus aucune dent (…) Et surtout, je ne sais pas pourquoi ils m’ont fait ça», a-t-il confié.

Interrogés par la chaîne de télévision WRTV, les dirigeants de la clinique dentaire ont indiqué qu’ils ne voulaient pas commenter cette affaire pour le moment.

La famille Grisby de son côté a embauché un avocat et cherche maintenant de quelle façon poursuivre le dentiste incriminé.

http://www.tvanouvelles.ca/

Le perçage buccal et les bijoux dentaires


Je n’aime pas tellement les piercings sur la langue ou sur les lèvres, d’autant plus que cela n’est pas sans risque pour la santé dentaire
Nuage

 

Le perçage buccal et les bijoux dentaires

 

Le perçage buccal se veut une pratique de plus en plus populaire. On retrouve des perçages buccaux sur la langue, les lèvres et quelques fois dans la joue, le frein de la langue ou de la lèvre et, dans de rares cas, sur la luette. Or, cette procédure est loin d’être sans risques.

La bouche est un endroit humide contenant de nombreuses bactéries. Ce milieu est donc idéal au développement d’infections. La bouche comporte également plusieurs vaisseaux sanguins et nerfs importants, en plus de présenter une muqueuse beaucoup plus fragile qui s’endommage plus facilement que la peau.

Les risques et complications liés au piercing des lèvres et de la langue vont de l’usure dentaire anormale et fracture de dents à la récession gingivale et infections systémiques sévères.

La pose de bijoux dentaires doit être réalisée dans un environnement approprié qui respecte les règles d’hygiène et d’asepsie, en plus d’être précédée d’un examen dentaire complet par un professionnel.  De plus, il faut s’attendre à devoir enlever le bijou pour certains traitements dentaires. Si le bijou reste en place, il dérange et limite le travail des professionnels. De plus, la présence de métal peut fausser les radiographies.

Il est préférable d’être informé adéquatement afin de poser un choix éclairé. N’hésitez pas à consulter un professionnel qui pourra vous informer de tous les risques et complications, des précautions et des effets à long terme.

https://centreslapointe.com/

Les caries n’auraient pas toutes besoin d’être réparées


Ah les caries, le cauchemar de bien des gens obligé d’aller chez le dentiste. La dentisterie aussi évolue pour le mieux et il semble qu’un nouveau traitement préventif peut aider arrêter l’évolution de la carie voir même inverser le processus.
Nuage

 

Les caries n’auraient pas toutes besoin d’être réparées

 

Les chercheurs ont découvert qu'il est même possible... (PHOTO RÉMI LEMÉE, ARCHIVES LA PRESSE)

Les chercheurs ont découvert qu’il est même possible d’arrêter, de renverser et de prévenir la carie.

PHOTO RÉMI LEMÉE, ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne

Les caries dentaires n’ont pas toutes besoin d’être réparées en utilisant les méthodes traditionnelles, prévient une étude australienne.

Les chercheurs ont découvert qu’il est même possible d’arrêter, de renverser et de prévenir la carie.

L’auteur principal de l’étude, le docteur Wendell Evans de l’Université de Sydney, a expliqué que la carie n’est pas un problème progressif aussi rapide qu’on le croyait. Bien au contraire, a-t-il dit, il faut en moyenne de quatre à huit ans avant qu’une carie ne progresse de la couche extérieure de la dent (l’émail) jusqu’à la couche interne (la dentine).

Un protocole mis au point par le docteur Evans et son équipe, le CMS (pour Caries Management System), prévoit l’application d’une laque à forte concentration de fluorure sur la carie, une attention particulière au brossage à la maison et des restrictions à la consommation d’aliments sucrés entre les repas.

Le CMS a été mis à l’essai pendant sept ans en différents endroits, sous la supervision d’une agence fédérale australienne. Le risque de carie aurait été abaissé de manière considérable et le recours aux obturations dentaires réduit de 30 à 50 %.

Le docteur Evans estime que l’étude démontre qu’une approche préventive comporte des avantages marqués comparativement aux pratiques courantes.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical Community Dentistry and Oral Epidemiology.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ►À chaque pays son sourire


Les demandes chez le dentiste (ou l’équivalent) pour améliorer le sourire peuvent être différentes d’un pays à un autre. La mode y joue donc un grand rôle
Nuage

 

À chaque pays son sourire

En matière de dents, chaque pays a ses traditions. Certaines sont parfois surprenantes…

Sourire rend heureux, abaisse le niveau de stress et la pression artérielle. Et pour offrir leur plus beau sourire, beaucoup sont prêts à avoir recours aux dispositifs médicaux. Quelles sont les modes selon les continents ?

Les informations de l’Académie d’art dentaire Isabelle Dutel.

  • En Europe et aux Etats-Unis, un sourire de star : pour arborer un magnifique sourire aux dents blanches et étincelantes, les femmes et les hommes n’hésitent pas à cacher leurs dents tachées ou mal alignées en ayant recours aux facettes dentaires en porcelaine ou en matériaux composites. Collées directement sur la surface antérieure des dents, elles assurent un sourire de star pendant 20 ans environ.

  • Au japon, des prothèses de canines : la chanteuse Tomomi Itano a fait d’un défaut dentaire une véritable mode. Ses molaires ont poussé ses canines vers l’avant, comme des « petits crocs ». Ainsi, les Japonaises  qui trouvent cela très « kawai », c’est-à-dire mignon, se font poser des prothèses en forme de petites canines. Ces dernières sont temporaires, mais elles peuvent aussi être permanentes. Il faut alors être sûr de vouloir garder « ces crocs » toute une vie…

  • En Asie du Sud-Est, des appareils dentaires de couleur : l’Asie du Sud-Est comprend la Birmanie, la Thaïlande, le Viêt-Nam, le Laos, le Cambodge, l’Indonésie… Dans ces pays, comme ailleurs, avoir de belles dents bien alignées est une envie. C’est pourquoi, comme en Europe, les adolescents et les adultes n’hésitent pas à porter des appareils multibagues. Mais, si, chez nous, ces traitements orthodontiques sont plutôt perçus comme quelque chose de fastidieux, que l’on cherche même à cacher en portant des bagues invisibles ou en se les faisant poser à l’intérieur, en Asie du Sud-Est, on arbore des appareils multicolores ! Les porteurs cherchent à créer des ensembles colorés : rouge et jaune ou rose et vert. Tous les goûts sont dans la nature…

  • A Bali, des canines limées : en France, on n’hésite pas à dire que “pour réussir, il faut avoir les dents longues”. A Bali, on pense plutôt le contraire. C’est pourquoi les Balinais et les Balinaises se font limer les canines afin de ne pas souffrir d’envie, de jalousie, de colère. Cette cérémonie s’appelle le Potong Gigi, et elle marque le passage de l’adolescence à l’âge adulte, soit la sagesse. En France, certaines personnalités politiques ont opté pour cette tradition, c’était le cas de François Mitterrand en 1980, et de Ségolène Royal en 2000.

http://www.santemagazine.fr/