Phobie du dentiste : Comment se faire soigner malgré tout ?


La stomatophobie, la peur des soins dentaires !!! Si vous êtes comme moi, aller chez le dentiste est un fardeau, même pour un simple examen. D’autres par contre ont tellement peur qu’ils aillent seulement si c’est un dernier recours
Nuage

 

Phobie du dentiste : Comment se faire soigner malgré tout ?

 

Phobie du dentiste : comment se faire soigner malgré tout ?

 

Avoir peur d’aller chez le dentiste, c’est très répandu. Mais quand cette angoisse devient une vraie phobie, il est difficile de se faire soigner les dents… Heureusement, il existe des solutions.

Pourquoi la phobie du dentiste ?

Les phobies peuvent s’attacher à tout et n’importe quoi. On ne les définit pas par leur objet, mais par leur impact sur la vie des personnes qui en souffrent. Et la phobie du dentiste (ou plus exactement des soins dentaires) n’est pas rare, elle a même son petit nom – stomatophobie. Il faut dire qu’une visite chez le dentiste nous demande de supporter beaucoup de désagréments. Il y a la possibilité de la douleur, la nécessité d’admettre une invasion de notre sphère intime, le bruit, les vibrations, les piqûres, l’anesthésie, les produits utilisés… Bref, rien d’étonnant à ce que pour certains, la peur du dentiste devienne incontrôlable.

Le problème, c’est que qui dit phobie dit évitement. Or éviter le dentiste, c’est toujours une mauvaise idée : la santé dentaire demande en effet une visite par an, au moins pour effectuer un détartrage. Pour certains, laphobie du dentiste entraîne donc une qualité de vie très nettement diminuée, à cause de douleurs dentaires, de problèmes esthétiques liés aux dents, etc.

Comment résoudre le problème ?

Contre les troubles anxieux comme la phobie du dentiste, les thérapies cognitives et comportementales sont généralement efficaces. Le thérapeute va aider la personne affectée à se confronter à ses peurs petit à petit. Cela passe souvent par une ou plusieurs visite(s) chez le dentiste, au cours desquelles aucun soin ne sera fait. La personne va simplement découvrir les lieux, écouter les bruits faits par les instruments, voire subir une petite anesthésie pour se familiariser avec la sensation (et la piqûre). Tout dépend bien sûr de ce qui, précisément, fait peur chez le dentiste. Le seul inconvénient, c’est que la thérapie prend du temps. Les TCC font partie des méthodes les plus rapides, mais il faut tout de même compter plusieurs semaines : ce n’est pas une solution pour la personne qui fait une rage de dents et a besoin d’être prise en charge très rapidement…

Quand il faut soigner les dents malgré tout

Il existe aujourd’hui des solutions qui permettent de soigner ses dents malgré une phobie. La plus douce est l’utilisation de l’hypnose : elle offre une relaxation profonde et permet au patient de « dissocier » son esprit de la situation, ce qui peut l’aider à surmonter la peur.

Pour les enfants ou les personnes souffrant de handicaps mentaux, on peut aussi utiliser le protoxyde d’azote. Ce gaz est anxiolytique et amnésiant, c’est-à-dire qu’il diminue l’angoisse et empêche de se souvenir des événements, mais sans endormir. Son grand avantage est qu’il n’agit que pendant quelques minutes : une fois que l’inhalation s’arrête, son effet disparaît presque aussi rapidement. Il peut éventuellement être proposé à des adultes phobiques, mais n’est pas toujours très efficace.

Enfin, dans les cas les plus graves, on peut tout simplement procéder à une anesthésie générale pour soigner la ou les dents pendant que la personne est complètement inconsciente.

Conclusion : il y a toujours des solutions, même les phobiques les plus réfractaires peuvent se faire soigner les dents. Mais il est important de consulter le plus tôt possible. En effet, des soins dentaires effectués dans des conditions d’urgence qui ne permettent pas de tenir compte de la phobie risquent d’alimenter l’angoisse…

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé

Sources : Pr Charles Pilipili, Chef du service de Dentisterie pédiatrique et soins dentaires aux handicapés aux Cliniques universitaires Saint-Luc (Bruxelles).

http://www.e-sante.fr/

8 choses que votre bouche révèle sur votre état de santé


À chaque année, il est conseillé de voir son dentiste, même si cela est vraiment stressant. En fait, c’est aussi important que d’aller voir son médecin de famille, car l’examen fait par le dentiste peut déceler d’autres problèmes de santé.
Nuage

 

8 choses que votre bouche révèle sur votre état de santé

 

Oprah.com  |  Par Emma Haak

Votre dentiste peut découvrir bien des choses sur votre santé.

1. Ce qu’observe votre dentiste. Ou, en l’occurrence, ce qu’il sent. Votre haleine empeste.

Les causes possibles. Si, le plus souvent, une haleine pas très fraîche est la conséquence d’une hygiène buccale déplorable ou d’un problème de gencives, l’halitose peut aussi être le signe d’une infection des sinus. Surtout si votre dentiste remarque l’odeur même quand vous expirez par le nez, explique le docteur Mark Wolff, chirurgien dentiste et directeur du service de cardiologie à l’université de médecine dentaire de New York. Il peut également s’agir d’un reflux gastrique (uneétude publiée dans le Journal of General Internal Medicine démontre la forte corrélation entre le reflux gastro-œsophagien et la mauvaise haleine) ou une apnée du sommeil, indique Ruchi Sahota, porte-parole de l’association américaine des chirurgiens-dentistes. Les victimes d’apnées du sommeil respirent davantage la bouche ouverte, ce qui peut assécher la langue, autre facteur de mauvaise haleine.

Ce qu’il faut faire. Si votre dentiste détermine que le brossage des dents et les gencives ne sont pas en cause, il va probablement vous orienter vers votre généraliste pour identifier l’origine du problème.

2. Ce qu’observe votre dentiste. Vos gencives saignent sous l’effet du fil dentaire, comme à la maison.

Les causes possibles. Il est tout à fait normal, quand on reprend l’habitude de se passer du fil dentaire, de constater un saignement les premiers jours, souligne le docteur Sahota.

En revanche, si le phénomène persiste, “cela peut indiquer que vous êtes pré-diabétique, diabétique mais que vous l’ignorez, ou bien que vous avez un souci de glycémie non maîtrisée”.

Bien que l’on ne sache pas exactement en quoi les problèmes de gencive et le diabète sont liés (ni s’il existe une relation de cause à effet), l’Académie américaine de parodontologie estime que les diabétiques sont plus enclins à développer cette pathologie parce que celle-ci les rend plus vulnérables aux infections.

Ce qu’il faut faire. Si vous êtes diabétique et que vos gencives continuent à saigner, voyez avec votre généraliste comment résoudre le problème. Et si le dentiste est le premier à soupçonner que vous êtes diabétique, il ou elle vous conseillera d’effectuer un examen de glycémie.

3. Ce qu’observe votre dentiste. Des taches blanches sur votre langue ou l’intérieur de vos joues.

Les causes possibles. Votre système immunitaire est peut-être affaibli. Un muguet buccal – prolifération de champignons du type Candida, ou levure, dans la bouche –, dont la présence se manifeste par des taches blanches crémeuses sur la langue ou l’intérieur des joues, peut en être le signe. La levure est présente dans toutes les bouches, mais elle reste modérée quand le système immunitaire joue efficacement son rôle. Une chimiothérapie ou une maladie immunosuppressive de type HIV peuvent favoriser l’émergence de ce phénomène, tout comme une faiblesse du système immunitaire due à un rhume ou une prise d’antibiotiques ou de corticoïdes pour des maladies telles que l’asthme.

Ce qu’il faut faire. Un traitement antifongique peut aider à se débarrasser des taches.

4. Ce qu’observe votre dentiste. Vos dents sont usées.

Les causes possibles. Vous êtes plus stressé que vous ne le pensez et, à force de grincer des dents, vous les abîmez.

“Dans des cas extrêmes, elles peuvent être complètement usées”, affirme le docteur Wolff. Votre type de personnalité peut aussi vous prédisposer au bruxisme (ou grincement de dents).

Une étude publiée en 2010 dans le Journal of Research in Personnality nous apprend que les individus les plus enclins à la neurasthénie grinçaient davantage des dents. Une autre étude, parue en 2014 dans l’International Journal of Oral Science, signale qu’une crispation soutenue des mâchoires – autre caractéristique du bruxisme – peut sérieusement endommager les tissus de l’articulation qui relie la mandibule au reste du crâne.

Ce qu’il faut faire. Votre dentiste peut vous installer un protège-dents en acrylique à porter la nuit pour limiter les dégâts.

5. Ce qu’observe votre dentiste. Vos dents sont étincelantes, mais vos gencives, enflammées.

Les causes possibles. C’est un cas rare (le docteur Wolff ne l’a vu qu’une fois en trente-quatre ans de carrière), mais certains types de leucémie myéloïde aiguë peuvent s’étendre jusqu’aux gencives et créer saignement, gonflement et inflammation.

“Ce qui peut mettre la puce à l’oreille, ce sont des gencives rouge vif qui saignent dès qu’on les touche, tandis que les dents elles-mêmes sont d’un blanc immaculé et pratiquement dépourvues de plaque”, dit-il.

Si vous montrez également des signes de fatigue et de perte de poids, consultez un généraliste.

Ce qu’il faut faire. Si vous présentez ces symptômes, prenez rendez-vous chez votre médecin traitant.

6. Ce qu’observe votre dentiste. Vos radios dentaires sont curieuses.

Les causes possibles. Les os de votre mâchoire peuvent être touchés par l’ostéoporose, et ressembler à du verre dépoli sur une radio, prévient le docteur Wolff. L’ostéoporose augmente également les risques de perdre ses dents. Les patientes atteintes de cette maladie ont en moyenne 3,3 dents de moins que les autres femmes, révèle une étude du Journal of Clinical Periodontology.

Ce qu’il faut faire. Demandez à votre médecin de vous prescrire un examen de densité osseuse. Si celui-ci montre que vous souffrez d’ostéoporose ou que vous êtes un sujet à risque, vous pouvez envisager des médicaments ou d’autres façons de ralentir sa progression.

7. Ce qu’observe votre dentiste. Vous avez la bouche vraiment très sèche.

Les causes possibles. Des médicaments tels que les antihistaminiques peuvent l’assécher, mais si vous êtes incapable d’avaler un biscuit sans boire un verre, vous présentez l’un des symptômes caractéristiques du syndrome de Sjögren, une maladie auto-immune dans laquelle les globules blancs s’attaquent aux glandes salivaires. Elle survient le plus souvent après l’âge de 40 ans et touche à 90 % les femmes. Notre spécialiste demande aux patients qui souffrent d’une telle sécheresse s’ils prennent des médicaments susceptibles de causer un tel effet secondaire et s’ils ont aussi les yeux trop secs (un autre symptôme de Sjögren). L’absence de salive risque également de provoquer des caries.

Ce qu’il faut faire. S’il suspecte un syndrome de Sjögren, le docteur Wolff oriente ses patients vers un rhumatologue.

8. Ce qu’observe votre dentiste. Des lésions tout au fond de votre bouche.

Les causes possibles. Il peut s’agir d’un cancer de la bouche qui, sans être commun, n’est pas rare non plus. L’American Cancer Society estime que 45 780 nouveaux cas de cancer de la cavité buccale ou du pharynx seront diagnostiqués en 2015, soit plus de la moitié du nombre de cancers de la peau attendus. Les cancers de la base de la langue et des amygdales (appelés tumeurs oropharyngées) sont le plus souvent dus au virus du papillome humain (VPH). Si les lésions peuvent surgir n’importe où dans la bouche, elles sont plus susceptibles de se développer sur la base de la langue et près de l’œsophage, indique le docteur Judith Haber, du programme Teaching Oral-Systemic Health (TOSH) mis en place par l’école d’infirmières de l’université de New York. Les tumeurs oropharyngées et de la cavité buccale surviennent deux fois plus souvent chez les hommes que chez les femmes, et l’American Cancer Society a fait état d’une légère hausse des cas de liés au VPH.

Ce qu’il faut faire. Si votre dentiste constate de telles lésions, il peut vous interroger sur votre activité sexuelle dans la mesure où les caresses bucco-génitales sont l’un des principaux vecteurs de propagation du VPH, explique le docteur Haber. Il peut alors vous orienter vers votre médecin traitant ou un cancérologue pour procéder à des examens.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Grande-Bretagne 16 dents complètement pourries à seulement 4 ans


Les dents de lait sont importantes à préserver. Les bouteilles de lait ou autre liquide ne devraient pas rester toute la nuit avec l’enfant et malheureusement beaucoup d’en eux n’ont pas cette habitude de se brosser les dents alors que l’idéal est de commencer avant l’apparition des dents
Nuage

 

Grande-Bretagne : 16 dents complètement pourries à seulement 4 ans

 

(Daily Mail)

Une enfant de quatre ans a dû se faire enlever 16 de ses 20 dents de lait en raison de leur état de détérioration avancée. Les dents étaient littéralement pourries, selon un rapport médical rendu public en Grande-Bretagne.

La petite a dû subir une opération sous anesthésie générale après l’horrible découverte des médecins. Alors qu’au départ la mère croyait que quatre des 20 dents étaient cariées, il y en avait plutôt 16 de gravement atteintes, rapporte le Daily Mail.

La maman de la jeune fille ne l’avait jamais emmenée chez le dentiste avant ses 4 ans. Elle a toutefois débuté à s’inquiéter lorsque sa fille a commencé à avoir du mal à manger. L’enfant est également devenue soudainement tranquille, et retirée, dans son coin.

La petite mettait des «heures» à manger un repas.

Selon les médecins, les dents auraient pourri de cette manière parce que la petite aurait bu son lait dans un biberon, jour et nuit, au moins jusqu’à l’âge de trois ans.

Les associations de dentistes un peu partout sur la planète préviennent les parents des risques de donner du lait ou des boissons sucrés à des enfants qui ont leurs dents, et plus particulièrement pour ceux qui s’endorment avec un biberon dans la bouche. L’acidité de la salive a également un rôle à jouer dans le développement des caries.

La petite fille a été traitée au Bristol Dental Hospital afin de faire extraire les dents pourries.

Évidemment, elle risque d’avoir de la difficulté à manger et devra probablement réapprendre à mastiquer.

Elle devra également patienter au moins encore 8 années avant de profiter de ses dents d’adultes.

Selon un rapport, 30% des enfants en Grande-Bretagne vont voir une ou plusieurs dents carier dans leur bouche avant l’âge de cinq ans.

En plus du sucre et des biberons, plusieurs enfants refusent de se brosser les dents, un geste de prévention essentiel selon les dentistes.

http://tvanouvelles.ca/

Floride : Le dentiste de l’horreur qui torture les enfants


Je suis sidéré qu’un vieux dentiste puisse encore pratiquer malgré les plaintes de ses clients. Qu’une assistante dentaire viendrais me dire que je ne dois pas accompagner un enfant, je trouverais cela très louche
Nuage

 

Floride : Le dentiste de l’horreur qui torture les enfants

Un dentiste qui aurait fait vivre l’horreur à des enfants sans défense qu’il aurait pourtant dû soigner n’a jamais été arrêté ou même accusé. Pire encore, il peut continuer de pratiquer sans problème.

Le réseau CNN a mis la main sur une vidéo enregistrée secrètement dans le bureau du Dr Howard Schneider, un dentiste de Jacksonville, en Floride.

Les images sont terrifiantes. On y voit l’homme de 78 ans intervenir dans la bouche de ce que l’on croit être une petite fille. Celle-ci est attachée sur la chaise de traitement, et on l’entend hurler de douleur. On la voit également se débattre, mais elle est incapable de se libérer de ses liens.

Son histoire n’est pas unique

«L’infirmière m’a dit que c’était mieux ainsi, que les enfants réagissent mieux quand les parents ne sont pas dans la salle. « Nous n’aimons pas que les parents soient présents»

Des dizaines de parents qui ont emmené leurs enfants pour les faire soigner par le Dr Schneider, ont découvert trop tard le traitement «choc» qui était réservé aux petits.

En plus de faire souffrir atrocement ses patients, le dentiste aurait réclamé auprès des assurances dentaires des millions de dollars pour des procédures dont les patients ne voulaient pas ou n’avaient pas de besoin, rapport CNN.

Un patient furieux a même été vu en train d’agresser physiquement le médecin. Le Dr Schneider affirme pour sa part n’avoir jamais rien fait de mal.

Dénonciation sur Facebook

 

Les dénonciations ont commencé lorsqu’une mère de famille, Brandi Motley, a raconté qu’elle avait amené sa fille de 6 ans chez le Dr Schneider pour lui faire enlever une dent.

Le jour de la procédure, le dentiste lui a dit qu’elle ne pouvait pas s’asseoir avec sa fille dans la salle d’opération.

«L’infirmière m’a dit que c’était mieux ainsi, que les enfants réagissent mieux quand les parents ne sont pas dans la salle. « Nous n’aimons pas que les parents soient présents», lui aurait-on dit.

La mère était assise depuis trois heures dans la salle d’attente lorsqu’une infirmière a surgi subitement.

«Elle m’a dit qu’il y avait eu un incident. Elle hyperventilait. Elle avait du sang partout sur elle», a expliqué la maman.

En colère, Brandi Motley, n’a jamais été capable d’obtenir des explications de la part de l’équipe, mais surtout du dentiste. Elle a choisi d’amener sa fille aux urgences sur-le-champ.

«Une fois dans le stationnement je lui ai retiré les tampons de gaze, et j’ai vu que toutes ses dents avaient été retirées».

Au lieu d’extraire une seule dent à la fillette, le dentiste lui en avait retiré sept.

Dans tous ses états, Brandi a raconté son histoire sur Facebook et son texte est devenu viral, incitant ainsi d’autres parents à raconter le drame qu’ils avaient également vécu.

En plus de nombreuses poursuites au civil entamées par les parents, l’État de Floride poursuit également le dentiste pour fraude.

Plusieurs poursuites

 

D’autres poursuites plus anciennes avaient également été engagées contre le Dr Schneider. En 1995, il a été poursuivi pour avoir placé 16 couronnes dans la bouche d’un bambin de 3 ans, ce qui n’était évidemment pas nécessaire. Une entente de 7500$ est survenue entre la famille et le médecin.

Le dentiste a toujours nié les accusations à son endroit, et n’a jamais été arrêté. Malgré tous les soupçons et les doutes, le médecin a toujours sa licence et peut pratiquer sans problème.

http://tvanouvelles.ca/

Le Saviez-Vous ► Au Bistouri ?


Côté médical et dentisterie, je suis contente d’être à notre époque. Leurs outils du temps passé ont l’air de vrais outils de torture
Nuage

 

Au Bistouri ?

 

Saviez-vous que les chirurgies crâniennes étaient très anciennes? Que certains instruments chirurgicaux du passé peuvent apparaître de nos jours comme terrifiants, voire barbares ? 

Photo: Le chirurgien, une peinture de Jan Sanders van Hemessen (1555)

L’histoire de la médecine et de la chirurgie regorge d’exemples d’instruments ou de pratiques médicales qui nous apparaissent comme invraisemblables aujourd’hui, notamment parce que nous vivons dans un monde où l’hygiène et la technologie ont nettement amélioré la pratique médicale.

Si les incantations magiques et les appels aux dieux étaient une normalité au Néolithique et dans l’Antiquité pour aider à soigner les malades, il n’en demeure pas moins que les premières sociétés humaines ont aussi pratiqué la chirurgie.

Photo: Crâne de jeune fille trépanée à l’aide d’un couteau de silex, Néolithique (3500 av. J.-C.) ; la patiente a survécu.

Une des plus impressionnantes, et réalisée simplement avec un couteau de silex ou un outil de cuivre, s’appelle la trépanation. Cette technique consistait à percer un trou dans le crâne afin d’aider à replacer les os brisés à la suite d’une fracture ou à soulager des maux de tête. Fait intéressant, les spécialistes sont capables d’identifier si les patients du passé ont survécu ou non à ce type d’opération risquée… ce qui est assez souvent le cas !

Photo: Couteau de silex (2900  av. J.-C), trouvé en 2003 à Allensbach, en Allemagne

Les guerres ont quant à elle causé bien des blessures au fil du temps, qui elles, nécessitaient souvent des amputations par manque de connaissances de certaines techniques chirurgicales. Ce fut notamment le cas pendant la Première Guerre mondiale, où les médecins n’avaient souvent d’autres choix que d’amputer les soldats sur place avec des instruments de boucherie ! L’Association des amputés de guerre est par ailleurs née en 1918, à la suite de cette guerre meurtrière.

Que ce soit pour la trépanation ou l’amputation, comment les médecins arrivaient-ils à soulager la douleur ? Généralement avec de l’opium, qui était mangé dans l’Antiquité et injecté sous sa forme de morphine aux 19e- 20e siècles.

Photo: Scie à amputation du 17e siècle

Sur un ton plus léger, certains maux du quotidien que nous soignons aujourd’hui à l’aide de médicaments étaient jadis soulagés à l’aide d’instruments qui semblent… douloureux. C’est entre autres le cas des forceps à hémorroïdes, qui permettaient aux médecins de libérer les patients de leurs douleurs.

Photo: Forceps à hémorroïdes

Et la dentisterie elle? Si le dentiste vous effraie, sachez que soigner vos maux de dents dans le passé était simple et efficace, puisqu’un boucher ou un barbier essayait simplement d’arracher la dent malade. Jusqu’à l’arrivée au 18e siècle de la clé dentaire, qui facilita l’extraction des dents!

Photo: Clé dentaire

Besoin d’un médecin ?

Par Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com/

«Dentiste au mains sales»: 22 000 patients se font dépister


 

 

Comment une personne travaillant en milieu de la santé peut-il être aussi négligent avec l’hygiène. Vous imaginez qu’il a plongé ses mains dans toutes sortes de bouches, avec toutes sortes de problèmes puis viens farfouiller dans la votre Beurk !
Nuage

 

«Dentiste au mains sales»: 22 000 patients se font dépister

 

Photo Fotolia

Un dentiste britannique a pratiqué son métier sans respecter les normes d’hygiène pendant 32 ans. Le ministère de la Santé demande d’ailleurs aux patients de passer un test de dépistage du VIH.

Les victimes du Dr Desmond D’Mello, le «dentiste aux mains sales», rapporte Top Santé, doivent à l’heure actuelle passer un test de dépistage du VIH, en plus des hépatites B et C. Non pas qu’il soit atteint de ces maladies, mais il ne changeait pas de gants entre les patients.

Le dentiste aura pu pratiquer pendant 32 ans avant que quelqu’un se décide à dénoncer ses pratiques douteuses. Des caméras ont été placées à son insu, démontrant toutes les mesures d’hygiène non respectées.

Sur la vidéo, le spécialiste traite 166 patients pendant trois jours et range son matériel dans des lieux insalubres.

Le Dr Desmond D’Mello est désormais suspendu de ses fonctions, et radié espère-t-on. Le ministère de la Santé du Royaume-Uni ne veut prendre aucun risque, même si celui-ci est «faible».

 «Le dentiste n’est porteur d’aucune des maladies transmissibles par le sang», assurent les autorités.

Cependant, une enquête doit être ouverte, puisqu’une jeune femme de 23 ans est décédée peu de temps après avoir reçu un traitement de ce dentiste en 2013.

http://fr.canoe.ca/

Non, ce n’était pas mieux avant !


Une journaliste française, sur le site Linternaute.com à décider de poser la question suite a cette éternelle réplique ‘, C’était mieux qu’avant ‘, C’est-à-dire, dans le bon vieux temps. Alors que, la médecine à fait de grands pas, la technologie permet de s’ouvrir au monde, le transport, le déneigement l’hiver, et même le dentiste qui jadis était une vraie torture (bon, c’est toujours stressant quand même) Pouvons-nous vraiment préférées au bon vieux ? J’entends dire avec les téléphones intelligents, l’internet, les jeux vidéo, on reste enfermé entre quatre murs, les enfants ne jouent plus dehors … Ce n’est pas la technologie qui fait défaut, mais ceux qui l’utilisent. Ils l’utilisent mal et ne se mettent pas de limite
Nuage

 

Non, ce n’était pas mieux avant !

 

Marie Rialland

Linternaute.com

 

Halte à la nostalgie. Certaines choses sont quand même beaucoup mieux aujourd’hui qu’hier : Internet, la radio libre ou encore… le matériel du dentiste. Paroles de lecteurs.

Qui pourrait nier que la tente « 2 secondes » de Quechua a grandement facilité la vie des amateurs de camping ? Ou que les plats surgelés sauvent parfois la vie quand on est pressé et pas très bon cuisinier ? Il y a quelques temps, nous avons demandé aux lecteurs de lutter contre le « c’était mieux avant », d’arrêter de jouer au « vieux con » et de reconnaître quelles sont les choses auxquelles ils ne pourraient plus renoncer aujourd’hui. Retrouvez un florilège de leurs réponses ci-dessous.

Et si, après ça, vous n’êtes toujours pas convaincu, laissez-vous aller à la nostalgie en replongeant dans les années 1980 grâce au cinéma ! De nombreux films mettent en scène cette période si chère à la génération Mitterrand (voir la sélection), comme Des Lendemains qui chantent qui suit le destin de quatre amis à travers les grands basculements qui ont suivi l’élection du 10 mai 1981. L’occasion de revoir sur grand écran, à partir du 20 août 2014, l’explosion du Minitel rose, les débuts de la « Politique spectacle » ou encore la débâcle du club mythique des Verts de Saint-Étienne. (En France )

Les grandes avancées médicales

« Concernant la médecine, les plus gros progrès ont été réalisés ces 15 ou 20 dernières années, affirme Roland. Changement de valves cardiaques, dilatation des artères par des stens sans opération, traitement du sida, greffes des mains, du visage… »

Dans tous les domaines médicaux, les équipes de recherche ont en effet permis des avancées extraordinaires qui ont contribué à la hausse de l’espérance de vie (lire Histoire de la médecine).

dentisteSiège chez le dentiste ou fauteuil de torture ? © Peter D. – Fotolia

Non sans humour, l’un des lecteurs va plus loin :

« Sans les progrès de la médecine, je serais mort depuis 33 ans, et depuis 7 ans, et depuis 5 ans ; ce qui fait 3 morts pour une seule vie. Je vais très bien pour le moment… (Pourvu que ça dure !) »

George évoque, lui, la peur du dentiste !

« Dans les années 50, aller chez le dentiste était effrayant. Les progrès sont énormes par rapport à la vieille roulette « quetin ». Maintenant : même pas peur, même pas mal ».

Vive le confort !

Dominique-Alexandre loue les progrès des transports :

« Les temps de déplacements se sont améliorés. Louis XIV mettait 4-5 jours pour aller à Chambord ; je mets 3/4 d’heure avec ma Bugatti Veyron ! »

Personne ne regrette le temps « où les voitures étaient très souvent en panne ». Gérard préfère « la sécurité et le confort des autos » actuelles (« Quand on pense aux automobiles dans lesquelles on roulait il y a trente ans… »)

L’apparition des voitures hybrides, du tramway, du TGV sont aussi des nouveautés appréciées des lecteurs.

Jean-Pierre résume bien les choses :

« Malgré tout, à part les regrets des années passées, tout est mieux. Surtout pour ceux qui ont connu les maisons sans WC et douche, les guerres, l’absence de piscine en ville… »

Liberté, égalité, fraternité

Fidèle à la devise de la République française, Jean-Claude

« pense que « l’invention » de la Sécurité Sociale est majeure. On s’approche de « l’Egalité » avec les soins presque gratuits et d’une certaine « Fraternité » pour les prodiguer. Enfin, en France, on a, comparativement, beaucoup de chance de pouvoir vivre Libre, même si c’est dans un cadre forcément limité, pour le bien de tous ». 

Autres libertés : celle de la radio FM, qui n’existait pas avant 1981, comme le rappelle Pierre ; la liberté sexuelle ; la liberté de voyager (« le transport aérien s’est démocratisé, ouvrant les frontières » et permettant « l’épanouissement par les voyages en rencontrant d’autres gens et d’autres cultures »)

internet

Internet permet d’avoir accès à la connaissance en un clic. © nali – Fotolia

L’ère de la communication

Bien sûr, de nombreux témoignages évoquent Internet :

« C’est extraordinaire lorsque l’on s’en sert convenablement. C’est une source infinie de savoir » argue Cloalpes.

Le progrès technologique est également souligné par Jean-Claude :

« J’apprécie les nouvelles technologies, qui améliorent la vie de tous et des handicapés en particulier, ainsi que les moyens extraordinaires de communication » ;

ou encore par Pierre :

« Internet et le téléphone portable sont des progrès majeurs ».

http://www.linternaute.com

Caries : adieu roulette et plombages !


Moi qui a un rendez-vous pour mon examen annuel chez le dentiste en juillet. Et que celui-ci, ne semble pas vraiment apprécier ma grande nervosité. Vivement qu’arrive cette nouvelle technique, mais bon faudra s’armer de patience … avant que cela arrive jusqu’ici
Nuage

 

Caries : adieu roulette et plombages !

 

La fraise, bientôt dans un musée grâce à des chercheurs du King's College de Londres ? La fraise, bientôt dans un musée grâce à des chercheurs du King’s College de Londres ? © Philippe Huguen / AFP

Le Point.fr

 

Des chercheurs britanniques ont mis au point une technique révolutionnaire pour soigner les caries, naturelle, indolore et définitive.

La nouvelle réjouira tous ceux qui sont pris d’une sueur froide à la simple idée d’aller chez le dentiste. Des chercheurs du King’s College de Londres ont mis au point une nouvelle technique pour soigner les caries grâce à laquelle le bruit terrifiant de la fraise perçant une cavité à l’intérieur de votre bouche devra être décrit aux plus jeunes par les anciens comme l’exemple d’une barbarie inimaginable et disparue.

Aujourd’hui, pour soigner une carie, il n’y a pas le choix : il faut faire un trou dans la dent et le remplir d’un amalgame ou d’une résine composite. Un net progrès par rapport aux plombages de naguère, mais qui ne règle pas un problème majeur : il faut sans cesse recommencer, les nouveaux matériaux finissant eux aussi par s’user. C’est ce qu’affirme au Guardian le professeur Nigel Pitts, de l’institut dentaire du King’s College :

« Les techniques actuelles ne sont pas idéales. Aujourd’hui, quand on soigne une carie, la dent entre dans un cycle de creusement et de rebouchage, puisque chaque réparation est finalement provisoire. »

Pas plus cher

La nouvelle technique ne nécessite aucun perçage ni rebouchage. Baptisée EARER (Electrically Accelerated and Enhanced Remineralisation), elle consiste à stimuler la recalcification naturelle de la dent. La réparation s’effectue en deux temps, explique le Guardian : d’abord en préparant l’émail endommagé puis par l’introduction, via un courant électrique faible, des minéraux (calcium et phosphate) dans la zone abîmée.

L’avantage, selon le Pr Pitts : le traitement est sans douleur, il est plus respectueux de la dent et il ne devrait pas être plus coûteux que les traitements actuels. Cerise sur le gâteau, la même technique pourrait être utilisée pour blanchir les dents.

Seule mauvaise nouvelle, elle ne devrait pas débarquer dans les cabinets des dentistes avant trois ans. En attendant, il vous faudra encore serrer les poings, à défaut de pouvoir serrer les dents, en voyant aiguilles et fraises s’approcher dangereusement de votre bouche.

http://www.lepoint.fr/

Dents: 5 symptômes à ne jamais négliger


Tous devraient avoir accès aux dentistes, les dents, c’est important, même si pour plusieurs, comme moi, c’est stressant et un mauvais moment a passer. Pour éviter toute l’artillerie du dentiste, font dans notre bouche, mieux faire un auto-examen lors du brossage de dent
Nuage

 

Dents: 5 symptômes à ne jamais négliger

 

 

Crédits photo: ThinkStock

Gencives sensibles, tâches blanches sur les dents… certains problèmes dentaires sont à surveiller très attentivement.

    Dès lors qu’on fréquente régulièrement son dentiste, aucun problème ne devrait se présenter inopinément. Il est quand même utile d’être au courant des symptômes qui justifieraient une visite exceptionnelle chez le dentiste, surtout s’il vous arrive de manquer un peu d’assiduité.

    « Quand on se brosse les dents, il n’y a rien de compliqué à s’examiner la bouche pour voir si tout y est normal, » déclare le docteur Edmund Peters, professeur à la faculté d’art dentaire de l’Université de l’Alberta.

    Rappelez-vous que quand des symptômes apparaissent dans votre bouche, le problème qui les cause est déjà avancé – alors n’hésitez pas à appeler le dentiste.

    Voici une liste de symptômes dentaires établis par le docteur Peters et que vous ne devriez pas négliger.

    1. Modification des gencives

    Parmi les maladies des gencives, il y a la gingivite (inflammation des gencives) et la parodontite (état plus grave qui, s’il n’est pas traité, peut amener la perte de dents) ; elles sont causées par la plaque, pellicule presque invisible constituée de bactéries et qui peut se former en 24 heures sur une dent saine. Avec le temps, cette plaque durcit et devient le tartre dentaire. Le tartre peut s’accumuler sous la gencive où il cause encore plus d’inflammation.

    Communiquez avec le dentiste si les symptômes  suivants apparaissent :

  • La couleur de la gencive se modifie, par exemple de rose, elle devient rouge ou bleu-rouge ;

  • Les gencives enflent et sont spongieuses au toucher ;

  • Les gencives se rétractent, faisant paraître les dents plus grosses – vous pouvez même voir un peu de leur racine ;

  • Vous notez pus, mauvaise odeur ou nouveaux espaces entre les dents.

 

2. Points blancs sur les dents

La carie dentaire est essentiellement une infection de la dent ; l’émail dur commence à se dissoudre sous l’action de l’acide produit par les bactéries.

Premiers symptômes : des points blancs.

Quand commence la carie, surtout si elle surgit entre les dents, vous ne vous en apercevez probablement pas ; voilà pourquoi les examens périodiques avec radiographies sont si importants. À ce stade, vous pouvez interrompre le processus avant que ne se forme une cavité qui exigera une obturation. Ainsi donc, si vous remarquez la présence nouvelle de points blancs, consultez.

3. Sensibilité accrue au froid et au chaud

Quand la carie a traversé l’émail et pénétré au centre de la dent où se trouvent les nerfs et les vaisseaux sanguins, vous remarquez de nouveaux symptômes, soit une sensibilité nouvelle ou accrue au chaud et au froid ainsi qu’à certains aliments. Prenez alors rendez-vous sans tarder avec votre dentiste : plus vite vous faites traiter une cavité, mieux c’est.

La sensibilité au chaud et au froid pourrait aussi signaler des problèmes moins graves : un grincement des dents – que vous n’avez pas remarqué, surtout s’il se produit la nuit, ou une obturation qui a besoin d’être réparée. Il est toujours utile d’en parler à votre dentiste.

4. Mal de dents

Un mal de dents persistant est généralement l’indice d’un problème grave.

Autres symptômes apparentés : une dent sensible au toucher ou la formation de pus près d’une dent estime Tom Hanks dans Castaway.

Sachez que même si la douleur disparaît après un jour ou deux, vous pourriez encore avoir un problème ; aussi faudrait-il en parler au dentiste – votre organisme a pu lutter avec succès contre l’infection, mais le problème demeure, de sorte que l’infection peut réapparaître.

 

5. Modification de la couleur ou de la texture de la bouche.

Au moment où vous vous brossez les dents, prenez le temps d’examiner l’intérieur de vos joues, ainsi que le dessus et le dessous de votre langue. Il s’agit de voir si quelque chose est apparu qui n’y était pas auparavant. Par exemple, si vous voyez des plaques blanches ou rouges qui ne disparaissent pas, mais au contraire s’agrandissent, ou des bosses qui se sont formées là où tout était lisse, montrez-les au dentiste.

Quand faut-il être prudent

Plusieurs médicaments rendent la bouche sèche. Cela veut dire qu’il y a moins de salive pour lutter contre l’infection, car on sait que la salive a des propriétés antibactériennes. Si donc vous prenez des remèdes, soyez attentif à tout symptôme qui se manifesterait.

Avec l’âge, votre bouche devient plus vulnérable. Vous devez donc y voir de plus près, surtout si vous prenez régulièrement des médicaments. Votre dentiste peut vous suggérer des gels au fluorure et des rince-bouche.

Enfin, il est très important pour vous de faire équipe avec votre dentiste et votre hygiéniste dentaire si vous voulez avoir une bouche saine et détecter rapidement d’éventuels problèmes. Soyez sur vos gardes et mentionnez-leur sans tarder tout nouveau symptôme qui se manifesterait

.

http://selection.readersdigest.ca/

D’où vient la peur du dentiste ?


Avec les changements apportés en dentisteries, peut-être que les générations suivantes n’auront pas aussi peur des dentistes. En tout cas, non pas que cela fasse mal, enfin moins pire qu’avant, mais plusieurs comme moi vont chez le dentiste de reculons.
Nuage

 

 

D’où vient la peur du dentiste ?

 

Une étude japonaise explique les origines de la peur du dentiste. Contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas la douleur qui nous effraie le plus.

Ceux qui ont peur du dentiste réagissent cérébralement plus au son de la fraise que ceux qui ne le sont pas. Voilà la découverte du dentiste japonais Hirokuyi Karibe au cours d’une étude menée sur 21 volontaires âgés de 13 à 19 ans. Dans un premier temps, il a demandé à ces sujets ce qu’ils ressentaient lors d’un rendez-vous chez le dentiste pour évaluer leur niveau de peur sur une échelle de 1 à 5. Hirokuyi Karibe a ensuite rassemblé les plus effrayés d’un côté et ceux qui ne le sont pas de l’autre.

Le dentiste, synonyme de mauvais souvenirs ?

Les volontaires ont ensuite subi un scanner permettant d’étudier la réaction de leur cerveau soumis aux différents bruits perçus dans le cabinet dentaire.

Résultat ?

Chez les personnes qui n’ont pas peur, c’est la partie du cerveau liée aux aires auditives primaires qui a réagi. Ils entendent le bruit mais ça ne va pas plus loin.

Chez ceux qui ont peur, c’est le noyau caudé du cerveau, responsable de l’apprentissage et des souvenirs qui a été fortement stimulé.

Conclusion : les bruits leur rappellent leurs anciennes visites chez le dentiste comme de mauvais souvenirs. Or, selon le scientifique, plus on a peur plus on ressent la douleur. La séance devient donc une vraie torture et laisse des traces !

Bénédicte Demmer, rédactrice santé

http://www.medisite.fr/