Delson ► Arnaquée de 39 000 $ par un «ami» Facebook


Encore une personne qui s’est fait avoir avec une relation virtuelle promettant mer et monde, cela lui a coûter cher. Heureusement, un chat échaudée craint l’eau chaude, elle ne s’est pas affaire deux fois quand elle a vue qu’on essayait de la frauder encore une fois et a préférer se référer à la Sureté du Québec. Ca prouve une chose peut importe l’âge, les la cybercriminalité vise toute personne naïve
Nuage

 

Delson ► Arnaquée de 39 000 $ par un «ami» Facebook

 

Arnaquée de 39 000 $ par un «ami» Facebook

Crédit photo : AFP

Par Hélène Gingras | Agence QMI

Une résidante de Delson, en Montérégie, a été victime d’une fraude de près de 39 000 $ après s’être fait un nouvel «ami» sur Facebook. Et ça aurait pu être encore plus.

La dame dans la soixantaine a déclaré à la Régie de police Roussillon avoir été victime d’une «arnaque amoureuse». Le fraudeur a abusé de sa naïveté, de ses sentiments et de ses croyances en Dieu, selon elle.

Entre l’espace d’un mois, entre la fin juillet et la fin août, la victime a signé cinq chèques à ce supposé ami et huit à la réceptionniste de l’hôtel où il affirmait séjourner, en Côte d’Ivoire.

La dame, qui a épuisé toutes ses économies et hypothéqué et sa sécurité financière pour les années à venir, ne s’est rendue compte qu’après-coup qu’elle avait été piégée.

«J’avais confiance en lui. Je trouvais que son histoire était plausible», a-t-elle confié à la police, il y a quelques jours.

Longue correspondance

C’est par l’entremise d’une personne qu’elle connaissait que la résidante de Delson est devenue amie Facebook, à la mi-juin, avec un prétendu architecte belge. Celui-ci affirmait devoir se rendre en Côte d’Ivoire pour finaliser un projet de construction d’hôpital.

Un mois et demi plus tard, il lui a raconté s’être fait voler son passeport, son argent et ses documents. Il lui a alors demandé environ 1000$, une somme qu’elle lui a fait parvenir.

Son «ami» aurait continué d’éprouver divers ennuis par la suite, l’invitant à lui envoyer d’autres chèques. Certains étaient faits au nom de la réceptionniste de l’hôtel et envoyés au Mali, sous prétexte qu’il ne pouvait pas les récupérer autrement parce qu’il n’avait pas de papiers d’identité.

Lorsque la victime n’a plus eu d’argent à lui donner, à la fin août, son ami a insisté pour qu’elle en trouve. Ils sont restés amis Facebook et ont continué à échanger jusqu’au début décembre. Il l’a finalement supprimée de ses contacts il y a quelques jours.

Plainte à la police

La victime a eu un appel d’une agence privée en cybercriminalité oeuvrant en Côte d’Ivoire.

L’Organisation internationale des procédures criminelles savait tout de la fraude et promettait de la dédommager pour une somme de plus de 58 000$.

Après avoir échangé avec la supposée agence par courriel, la victime a soupçonné une seconde fraude malgré l’apparence professionnelle de la correspondance. On lui réclamait 3700$ pour s’acquitter de différents frais de justice.

La dame a porté plainte à la police. Le dossier devait être confié à la Sûreté du Québec.

http://tvanouvelles.ca

Abandonné dans une boîte en carton Deuxième chance pour un petit lapin


Un lapin chanceux dans sa malchance. Encore chanceux qu’il n’était pas dans le conteneur car pas sur qu’il aurait survécu ! Au moins ce lapin abandonné sera la vedette pour venir en aide a certains enfants
Nuage

Abandonné dans une boîte en carton

Deuxième chance pour un petit lapin

Deuxième chance pour un petit lapin

Crédit photo : Agence QMI

Par Hélène Gingras | Agence QMI

Une dame qui allait déposer des vêtements dans le conteneur d’un organisme de charité à Delson, en Montérégie, a eu la surprise d’y trouver un lapin domestique vivant enfermé dans une boîte en carton hermétique.

«La boîte (déposée à côté du conteneur) s’est mise à bouger et elle s’est demandé ce qu’elle contenait», a raconté Rita O’Toole, responsable des dîneurs et bénévole à l’école John Adam à Delson.

«Elle l’a ouverte avec difficulté parce qu’elle était fermée avec beaucoup de papier adhésif, a-t-elle ajouté. Elle a eu toute une surprise!»

L’animal avait été abandonné à côté du conteneur de la Fondation des grands frères et grandes sœurs dans le stationnement d’un centre d’achats pour une période indéterminée. La boîte ne contenait aucun trou pour faire passer de l’air.

La bonne samaritaine l’a ramené chez elle. Le lendemain, elle a fait le tour des écoles primaires de Delson et Saint-Constant en espérant qu’une classe donne une deuxième chance à l’animal.

L’école John Adam l’a accueilli à bras ouverts. L’animal vivra dans une classe spéciale qui accueille des élèves en difficulté. La technicienne en éducation spécialisée s’en servira pour faire de la zoothérapie auprès des enfants.

http://tvanouvelles.ca