Le tueur en série Clifford Olson est mort et une chronologie


En 1976 avant ses meurtres  Clifford Olson  avait déjà été arrêté en Saskatchewan. Il avait fait un jeune prisonnier son esclave sexuel Un détenu ayant déjà vécu des sévices sexuels plus jeune voulait le tuer et avait presque réussit …  Opéré à l’hôpital de Prince Albert, le futur tueur en série a survécu. Il a même obtenu 3500 $ d’indemnisation de la part du gouvernement de la Saskatchewan en tant que victime de crime.
J’ai pas de pitié pour ce genre de personne .. On peut se consoler qu’il n’a jamais eu droit a la libération conditionnelle .. car il a toujours été considéré comme dangereux

Nuage

Justice – Le tueur en série Clifford Olson est mort

Justice - Le tueur en série Clifford Olson est mort

Clifford Olson, un des pires tueurs en série de l’histoire du Canada, est mort à 71 ans. Il a succombé à un cancer dans un hôpital de Laval.

Il était incarcéré depuis 1997 au pénitencier à sécurité maximale de Saine-Anne-des-Plaines, au Québec, avant d’être transféré dans un centre de soins en septembre dernier, en raison de son état de santé.

Olson avait reconnu avoir tué 11 enfants et adolescents de la région de Vancouver.

Ces crimes ont été commis en l’espace de huit mois, en 1980 et en 1981. Ses victimes étaient des jeunes de 9 à 18 ans. À la suite de ses aveux, il a été condamné à la prison à vie en janvier 1982.

Il attirait les jeunes avec une promesse d’emploi et leur donnait de l’alcool et des drogues. Ensuite, ils les agressaient sexuellement et les torturaient avant de les tuer.

Son arrestation le 12 août 1981 mit fin à sa série de crimes. Mais avant de plaider coupable, il proposa aux policiers un marché qui souleva l’indignation des familles des victimes. Après avoir mené les enquêteurs au lieu où il avait abandonné les corps, 100 000 $ ont été remis à sa femme.

Déclaré délinquant dangereux à la suite de son procès, Olson s’est souvent d’écrit comme la « bête de la Colombie-Britannique ».

Il a d’abord été emprisonné à Kingston en Ontario, puis en 1992, il a été envoyé au pénitencier de Prince Albert, en Saskatchewan. Il y est demeuré pendant cinq ans.

Clifford Olson s’était vu refuser une demande de libération conditionnelle en novembre 2010. Il avait alors déclaré qu’il ne se représenterait plus devant la Commission nationale des libérations conditionnelles.

Le reportage de Pierre Martineau

http://actualites.ca.msn.com

Olson: une chronologie

Décès - Olson: une chronologie

La prison de Sainte-Anne-des-Plaines, où Clifford Olson a été détenu.

© Dave Abel / Agence QMI

MONTRÉAL – Voici une chronologie des dates importantes dans le parcours criminel du tueur en série Clifford Olson.

1er janvier 1940: naissance de Clifford Olson à Vancouver.

25 décembre 1980: le corps de Christine Anne Weller, 12 ans, est découvert près de la rivière Fraser à Richmond en Colombie-Britannique. Elle avait été enlevée au mois de novembre précédent.

2 mai 1981: le corps roué de coups de Daryn Todd Johnsrude, 16 ans, est découvert. Originaire de la Saskatchewan, il avait été porté disparu en avril lors d’une visite en Colombie-Britannique.

15 mai 1981: Olson marie Joan, qui est déjà sa conjointe de fait.

Juin 1981: Ada Anita Court, 13 ans, disparaît après avoir gardé des enfants. Elle avait pris un autobus pour rencontrer son copain et elle n’a plus jamais été revue.

Juillet 1981: Olson tue six de ses victimes. Simon Patrick Partington, 9 ans, est porté disparu alors q’il circulait à bicyclette. Olson bourre d’alcool et de pilules Judy Elizabeth Kozma, âgée de 14 ans, avant de la tuer. Olson leurre Raymond Lawrence King, âgé de 15 ans, en lui promettant un emploi, avant de le frapper à la tête avec des pierres. Une étudiante allemande participant à un échange international, Sigrun Charlotte Arndt, âgée de 18 ans, est tuée. Il propose de raccompagner Terri Lynn Carson, âgée de 15 ans, avant de l’étrangler. La dernière victime connue d’Olson est Louise Marie Chartrand, âgée de 17 ans.

17 septembre 1981: les restes de Colleen Marian Daignault, âgée de 13 ans, sont découverts en forêt. Elle avait été enlevée par Olson en avril alors qu’elle attendait l’autobus.

Fin 1981: la police donne 10 000 $ à la femme d’Olson, Joan, pour chaque corps découvert grâce à son aide. Elle reçoit 100 000 $ pour 11 cadavres. Olson avait déclaré que le 11e corps était un «cadeau».

Janvier 1982: dans un geste surprenant, Olson plaide coupable du meurtre de 11 jeunes.

14 janvier 1982: Olson écope de 11 peines concurrentes de 25 ans pour les meurtres en Colombie-Britannique de 11 jeunes, huit filles et trois garçons, âgés de 9 à 18 ans.

15 décembre 1989: Olson témoigne pendant deux heures lors d’une enquête portant sur le suicide d’un prisonnier au pénitencier de Kingston et dit que Dieu lui a pardonné ses meurtres. «En ce qui me concerne, ils sont devant Dieu aujourd’hui. J’ai demandé pardon, j’ai été pardonné, et c’est la fin de l’histoire.»

Décembre 1990: les responsables du pénitencier lancent une enquête après avoir découvert qu’Olson était en possession de drogues illégales, alors qu’il était en cellule d’isolement à Kingston. Il a été accusé de possession de huit grammes de haschich. En se rendant à une audience, Olson se bat avec les gardiens de prison.

Mai 1991: Olson est placé dans une cellule spéciale au pénitencier de Kingston pour «s’assurer qu’il ne fait pas face à des menaces ou des provocations lorsque des gens circulent autour de lui», explique le directeur Tom Epp.

8 octobre 1992: lors d’un examen de routine aux rayons X, on découvre qu’Olson cache une clé pour des menottes et des entraves aux jambes dans son bas intestin. Une source de la prison dit qu’Olson pourrait avoir caché la clé en sachant qu’on l’amenait à l’hôpital Hôtel-Dieu de Montréal et qu’il «n’attendait que la bonne occasion».

19 novembre 1992: Olson perd le privilège d’utiliser le téléphone au pénitencier de Kingston en raison «d’abus».

1er décembre 1992: un manche à balai en bois est découvert dans la cellule d’Olson au pénitencier de Kingston, après que le meurtrier se fut vanté de planifier une évasion.

6 décembre 1992: Olson est transféré au pénitencier de la Saskatchewan. Il déclare que sa nouvelle prison ressemble à «un hôtel cinq étoiles en comparaison avec le trou à rats du pénitencier de Kingston».

13 décembre 1994: Olson demande à un juge de lui permettre de se mêler aux autres prisonniers, même s’il sait qu’il pourrait être tué. «Je réalise que cela pourrait se produire si je suis avec certains détenus. Regardez ce qui est arrivé à Jeffrey Dahmer», dit-il au juge. Dahmer, qui avait reconnu avoir tué 17 jeunes hommes et garçons et avoir parfois fait preuve de cannibalisme, avait été tué en prison au Wisconsin en novembre 1994.

Mai 1995: Olson se voit refuser l’accès aux médias par Service correctionnel Canada. «Nous ne voulons pas donner une tribune à ce genre de personne», explique le porte-parole Jacques Bélanger. Trois autres prisonniers se voient aussi refuser l’accès aux médias.

Avril 1996: un juge de la Saskatchewan ordonne à Olson de cesser d’importuner les tribunaux après que ce dernier eut fait appel contre son transfert du pénitencier de Kingston à celui de Prince Albert en Saskatchewan en 1992.

Mars 1996: Olson révèle qu’il a enregistré un droit d’auteur sur une série télévisée intitulée: «Les motivations sexuelles du tueur d’enfants en série Clifford Robert Olson ». Il a fait une douzaine d’enregistrements. On lui avait donné la permission de se servir d’une caméra vidéo en prison, mais un juge a statué plus tard au cours de la même année qu’on n’aurait pas dû donner cette autorisation à Olson.

Septembre 1996: Olson envoie par la poste des images obscènes et une lettre au député de Toronto John Nunziata pour lui montrer qu’il a accès à de la pornographie en prison. On découvre aussi qu’il envoyait des magazines pour adultes à des prisonniers en sécurité maximum à Edmonton.

11 mars 1997: Olson demande une libération conditionnelle anticipée après avoir servi 15 des 25 années de sa sentence en prison.

Juin 1997: Olson est transféré de son pénitencier en Saskatchewan au pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines, situé à 50 km de Montréal.

21 août 1998: Olson se voit refuser sa demande de libération conditionnelle.

Septembre 2000: deux officiers supérieurs de la GRC à la retraite soutiennent dans un livre intitulé «Where Shadows Linger: The Untold Story of the RCMP’s Olson Murders Investigation», qu’Olson aurait dû être arrêté bien avant.

Janvier 2001: Olson et plus de 2000 prisonniers, incluant Paul Bernardo, sont obligés de donner leur ADN à une banque de données génétiques.

Juillet 2006: Olson obtient une audience de libération conditionnelle, mais on décrète qu’il ne peut être libéré, parce qu’il représente un grand risque de récidive et qu’il affiche des tendances narcissiques, psychopathiques et au sadisme sexuel.

Mai 2008: une page MySpace est produite pour Olson, comprenant des photos en prison, des essais personnels et des reportages. Service correctionnel Canada mène une enquête, constatant que les prisonniers n’ont pas accès à internet en prison.

Mars 2010: Olson déclare au chroniqueur Peter Worthington du Toronto Sun qu’il reçoit chaque mois un montant de 1200 $ du Programme de la sécurité de la vieillesse. La controverse qui s’ensuit amène le gouvernement à annuler les pensions pour les prisonniers qui passent deux ans et plus de prison. Septembre 2010 : Olson fait parvenir au premier ministre Stephen Harper son chèque de la Sécurité de la vieillesse. Le chèque est retourné à l’expéditeur.

29 novembre 2010: Olson se voit refuser la libération conditionnelle pour une troisième fois. Il déclare qu’il s’agit de sa dernière demande.

1er janvier 2011: la loi C-31 amendée entre en vigueur, ce qui veut dire que les prisonniers âgés ne peuvent plus recevoir un chèque du Programme de la sécurité de la vieillesse tant qu’ils sont en prison.

Septembre 2011: Olson est transféré à un hôpital de la région de Montréal pour des traitements de cancer. Les familles de ses victimes sont contactées par téléphone par Service correctionnel Canada pour les informer qu’il est mourant.

http://fr.canoe.ca