Catastrophes naturelles au Canada : Les inondations en première place en 2011


Du côté de l’environnement 2011 a été assez mouvementé partout au monde, Au Québec normalement nous entendons surtout parler de feux de forêts mais cette année les inondations, les pluies intenses, des affaissements de terrains et j’en passent sont venus s’ajouter aux aléas de l’année
Nuage 

Catastrophes naturelles au Canada : Les inondations en première place en 2011


Image aérienne des inondations en Venise-en-Québec, en Montérégie, le mercredi 1er juin 2011.

© Agence QMI / Archives

Charles Lecavalier

MONTRÉAL – Malgré les feux de forêt, les tornades, les ouragans et les orages qui ont frappé le Canada en 2011, ce sont des inondations, celles de l’ouest du pays et de la Montérégie, qui tiennent le haut du pavé du palmarès des évènements météo d’Environnement Canada.

Dame Nature n’a pas été tendre durant l’année 2011, la seconde plus destructrice et la deuxième plus chaude de l’histoire du pays. Les assureurs ont dû payer collectivement une somme de 1,6 milliard $ pour réparer les dégâts causés par des catastrophes météorologiques, selon le Bureau d’assurance du Canada.

Pour le Québec, Environnement Canada retient les débordements de la rivière Richelieu comme étant le désastre le plus long jamais connu par les Québécois.

«C’est comparable au déluge du Saguenay ou à la crise de verglas», a expliqué René Héroux, météorologue à Environnement Canada.

En mai dernier, près de 3000 maisons ont été inondées durant 37 jours.

«C’est un stress physique et moral inimaginable pour les riverains», a rappelé M. Héroux.

Ouragans et été extrême

En deuxième position: le passage de l’ouragan Irene, qui a déversé 150 mm de pluie sur le sud du Québec.

«Les gens étaient prêts, ils en avaient entendu parler. En regardant les dégâts au Vermont, le Québec l’a échappé belle», a dit le météorologue.

L’été extrême a laissé place à un nombre record de 21 orages, soit près du double de la moyenne, et à plusieurs averses diluviennes.

«Les Gatinois se rappellent sans doute les 150 mm de pluie qui sont tombés le soir de Saint-Jean-Baptiste, transformant les rues de la ville en véritables torrents», a souligné le météorologue.

L’automne très doux qu’a connu la province arrive au quatrième rang. La tempête de neige de 70 cm qui a frappé Sherbrooke le 7 mars dernier ferme la marche.

Catastrophe dans l’Ouest

À l’échelle canadienne, les inondations dans les prairies prennent le premier échelon du classement. Le Manitoba et la Saskatchewan ont fracassé leur record historique de niveau des cours d’eau. Près de 7000 personnes ont dû être évacuées.

Au deuxième rang, les incendies de forêt qui ont détruit une partie de la ville de Slave Lake en Alberta en mai – le tiers des maisons et des entreprises du village ont été détruites – ont coûté à eux seuls 700 millions $, dont 400 millions $ de pertes non assurables.

Environnement Canada souligne aussi que les glaces de l’Arctique sont à leur plus bas niveau jamais enregistré

http://fr.canoe.ca/

La marée noire dont personne ne parle


Comment peut-on fermer les yeux devant l’ampleur des dégâts causés par les fuites de pétrole qui ont changer pour le pire le mode de vie des habitants ? C’est tout l’écosystème et l’économie de ce pays qui est en péril et ce depuis des années
Nuage

La marée noire dont personne ne parle

Deux enfants jouent sur un bateau abandonné près du village de Bidere, dans le delta du fleuve Niger où se sont déversés neuf…

Reuters

La Presse
 

Depuis 50 ans, 9 millions de barils de pétrole brut se sont déversés dans le delta du Niger. En mai dernier, au moment où les yeux du monde étaient tournés vers le golfe du Mexique et la fuite de la plateforme de forage Deep Horizon, une énième rupture d’oléoduc a provoqué une autre marée noire à l’autre bout du monde.

Alors que les dégâts causés par la société British Petroleum au large de la Louisiane ont fait l’objet de centaines de reportages dans les médias du monde entier, les fuites à répétition de Shell au Nigeria passent pratiquement inaperçues.

Pourtant, on le constate avec notre photoreportage, cette marée noire quasi permanente a d’énormes effets sur l’écologie, mais aussi sur les populations qui vivent aux abords de ces cours d’eau.

L’ONU estime que l’ampleur de la pollution pétrolière dans le sud du Nigeria, après 50 ans d’extraction de brut, est telle qu’elle pourrait…

Photo: AP

Un coquillage couvert de pétrole brut récolté dans le delta du fleuve Niger en août dernier.

Reuters

Un petit garçon du village d’Ikarama, dans le delta du fleuve.

Reuters

Cet homme du village de Bodo tente d’isoler le pétrole brut de l’eau qui s’est accumulée dans sa barque.

AFP

L’Ogoniland est quadrillé d’oléoducs et jonché de puits et autres installations pétrolières. Sur cette photo de 2010, on distingue bien les rives souillées…

Des hommes pêchent au filet au bord d’une rivière polluée par le pétrole près du village de Bidere.

Reuters

Sur cette photo de 2010, un homme marche sur les rives souillées près d’un village de la région de l’Ogoniland.

AFP

http://www.cyberpresse.ca