Cette entreprise vous fera tourbillonner dans de magnifiques créations en verre lors de votre décès.


Je ne crois pas faire ce genre de chose, car je ne veux pas être incinérée. Cependant, c’est magnifique ces oeuvres d’art fait avec des cendres de personnes décédées
Nuage

 

Cette entreprise vous fera tourbillonner dans de magnifiques créations en verre lors de votre décès.

 

L’entreprise Artful Ashes, basée à Seattle, aux États-Unis, aide les proches durant le processus de deuil en créant des objets commémoratifs uniques en verre pour les décédés.

En utilisant l’art du soufflage de verre, Artful Ashes collecte une cuillère à soupe de cendres de votre proche et l’inclut dans un orbe ou un cœur de verre.

Proposé par Gaz metro

“Nos artistes capturent l’essence de l’esprit de votre proche en un tourbillon de couleurs et de cendres, scellé pour toujours dans une magnifique pièce d’art en verre”, écrivent-ils.

“Ces extraordinaires pièces vous réconfortent durant le deuil, vous permettant de la tenir et de chérir vos souvenirs.”

Les cendres apparaissent en suivant un motif enroulé enchevêtré avec des couleurs effervescentes. Chaque pièce commémorative est accompagnée d’un message gravé avec le nom du proche.

oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-01oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-02oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-03oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-04oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-05

oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-06oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-07oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-08oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-09oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-10

oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-11oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-12oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-13oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-14oubliez-les-cercueils%e2%80%89cette-entreprise-15

Elles mesurent approximativement 8,9 cm sur 8,9 cm et pèsent 6,35 kg. Selon quelqu’un qui en a acheté une sur Reddit, elle coûte environ 135 €, mais vous pouvez trouver plus d’informations ici. Vous pouvez également les suivre sur leur page Facebook.

http://bridoz.com/

Le Saviez-Vous ► Que se passerait-il si vous mangiez du cerveau humain?


Si l’habitude est de pratiquer le cannibalisme, il y a un risque d’avoir une maladie très grave causée par le prion. Cependant, l’être humain est comestible, mais contient énormément de calories et n’est donc pas un aliment de choix à mettre dans notre menu même occasionnellement. De toute manière, juste à y penser, cela coupe l’appétit
Nuage

 

Que se passerait-il si vous mangiez du cerveau humain?

 

Que se passerait-il si vous mangiez du cerveau humain?

Manger du cerveau humain ou ne pas manger du cerveau humain là  est la question

Le cannibalisme est en effet un thème récurrent et plutôt apprécié des films d’horreur. De quoi susciter chez certains de véritables questions. Mais que se passe-t-il réellement lorsqu’on mange de la viande humaine?

Si un tel comportement peut nous sembler peu ragoûtant voire carrément psychopathe, l’histoire ne manque pas d’exemples en la matière. Et certains révèlent des choses assez fascinantes sur les conséquences potentielles du cannibalisme. L’un des plus célèbres est celui d’une tribu vivant en Papouasie-Nouvelle Guinée: la tribu des Fore. Depuis toujours, celle-ci avait pour tradition de manger ses défunts.

UNE MALADIE QUI DÉVORE LE CERVEAU

En effet, les Fore croyaient que le seul moyen d’atteindre la terre des morts était d’être mangé. Dès que l’un d’entre eux perdait la vie, la tribu organisait ainsi un vaste festin funéraire au cours duquel le récent défunt était au menu. Il était cuisiné et mangé dans son intégralité, y compris les organes dont le cerveau et les parties génitales. Toutefois, ce rituel n’a pas été sans conséquence pour les Fore.

À partir des années 1950, des médecins ont commencé à observer l’apparition d’une étrange maladie chez les aborigènes. Celle-ci se traduisait par l’apparition de troubles neurologiques: perte de l’équilibre, de la coordination des mouvements, démence avant de conduire à  la mort. En étudiant les cas, les spécialistes ont fini par trouver l’origine du mal et nommer la maladie.

Désigné sous le nom de Kuru, il s’agit d’une encéphalopathie spongiforme transmissible. Similaire à  la maladie de Creutzfeldt-Jakob, elle est causée par un prion, une protéine anormale qui se met à  attaquer le cerveau et percer des trous à  l’intérieur jusqu’à le faire ressembler à une éponge.

D’après les spécialistes, la période d’incubation peut être très longue, plus de 50 ans, mais une fois la maladie déclarée, l’état de la personne s’aggrave rapidement. Du fait de l’augmentation du nombre de cas, la tribu des Fore a fini par cesser de se nourrir de ses morts et toute pratique cannibale. Mais son histoire et le Kuru ont inspiré de nombreuses études scientifiques.

UNE VIANDE RICHE EN LIPIDES SATURÉS 

Cet exemple est régulièrement évoqué pour argumenter les éventuelles conséquences du cannibalisme. Toutefois, ce n’est probablement pas la seule maladie que vous pourriez contracter en mangeant de la viande humaine infectée. Même si celle-ci est cuisinée, certains micro-organismes pourraient facilement survivre à la température pour ensuite infecter celui qui vient de se régaler.

Reste que dans la pratique, ragoûtant ou non, le corps humain peut bel et bien être considéré comme une viande comestible. Mais elle se rapproche alors plus de la viande rouge que de la viande blanche, en raison du taux élevé de myoglobine, le pigment rouge qui la colore. Or, si la viande contient des protéines, elle contient aussi beaucoup de lipides saturés. Des nutriments à  consommer avec modération, d’après les spécialistes.

Selon une récente étude, un homme adulte totaliserait pas moins de 80 000 calories. Rien qu’un bras contiendrait quelque 1800 calories quand un coeur en réunirait plus de 700. Faire un festin d’un corps humain n’est donc pas particulièrement recommandé, ni d’en manger régulièrement d’ailleurs. Sans oublier que ça peut vous amener quelques ennuis d’un point de vue juridique et moral. Voilà qui devrait finir de vous couper l’appétit!

http://fr.canoe.ca/

Une application pour capter des messages de proches décédés


Même si des personnes que j’aime sont mortes, j’aime mieux garder des souvenirs qu’entendre un message outre-tombe
Nuage

 

Une application pour capter des messages de proches décédés

 

Une entreprise de pompes funèbres japonaise s’est inspirée de l’application phare Pokémon Go et propose d’attraper des messages de défunts.

La réalité virtuelle s’immisce partout, vraiment partout. Cimetières compris. Dérivée de Pokémon Go, une application lancée au Japon permet de « capturer » un message personnalisé délivré par un proche, et préenregistré avant son décès.L’application Spot Message a été créée par Yoshiyuki Katori, un entrepeneur de pompes funèbres.

«  »Mon oncle, qui était peintre, est décédé des suites d’un accident de travail. Sa mort a été si soudaine, elle a bouleversé la vie de sa famille (…) Je me suis dit que ce serait réconfortant s’il pouvait me parler depuis sa tombe, avec des messages comme : ‘Comment vas-tu ?’ ou ‘Accroche-toi' ». Et grâce à la réalité augmentée, cela peut devenir réalité », confie-il au Japan Times.

Chaque personne qui le désire peut enregistrer, gratuitement, jusqu’à 10 messages destinés à une consultation post-mortem. Trois fois plus de messages peuvent être mémorisés en cas de souscription à un abonnement.

A l’instar de l’application Pokémon Go, des éléments virtuels viendront se greffer dans le décor réél.

http://www.7sur7.be/

La veillée funèbre des éléphants


On penserait et à tort que le deuil serait uniquement chez l’être humain, alors que certains animaux ont des comportements qui laissent croire qu’eux aussi vive le deuil à leur façon
Nuage

 

La veillée funèbre des éléphants

 

 

Les éléphants manipulent les ossements de leurs congénères. © SkyLeaf709 / Youtube

Les éléphants manipulent les ossements de leurs congénères. © SkyLeaf709 / Youtube

 

Les éléphants sont des animaux démontrant énormément d’empathie. Dans cette vidéo, ils rendent visite à leurs morts.

EMPATHIE. Les éléphants connaissaient eux aussi le recueillement auprès des défunts.

Dans cette vidéo, on peut apercevoir un petit groupe de six pachydermes s’approchant d’un lieu où s’étalent quelques ossements de membres de leur famille. Grâce à leur trompe, les animaux les touchent et les manipulent avec délicatesse. Un comportement de deuil qui évoque celui décrit par des chercheurs d’Oxford (Angleterre) et de Californie (États-Unis) en 2006. Ceux-ci avaient observé dans la réserve nationale de Samburu (Kenya) une douzaine de pachydermes se déplacer afin de rester au chevet de la femelle dominante au moment de son trépas. Ces grands mammifères montrent beaucoup d’intérêt pour leurs morts et en particulier pour les ossements. Ils les manipulent et les rassemblent. Parfois même le cadavre d’un congénère est recouvert de feuilles. Le deuil n’est pas le propre de l’homme, loin de là.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Il y a quatorze fois plus de morts que de vivants sur Terre


Il n’y a pas a dire, aujourd’hui les sujets sont plutôt glauques. Êtes-vous déjà demandé comment il y avait de mort sur terre depuis l’apparition de l’être humain ? Penseriez-vous à faire un portrait-robot du mort moyen ? Et bien, une journaliste s’est amusée a faire ses suppositions d’après certains chiffres de la population
Nuage

 

Il y a quatorze fois plus de morts que de vivants sur Terre

 

À quoi ressemblerait la population de tous les morts qu’il y a eus sur Terre? | Michael Coghlan via Flickr CC License by

À quoi ressemblerait la population de tous les morts qu’il y a eus sur Terre? | Michael Coghlan via Flickr CC License by

Repéré par Daphnée Leportois

Depuis l’aube de l’humanité, 108,2 milliards d’individus sont nés. Et 93% sont morts.

Imaginons, en cette veille de la Toussaint, que tous les morts se réveillent. À quoi ressembleraient-ils? En ce qui concerne leur aspect, vous pouvez à loisir les imaginer sous les traits des White Walkers de Game of Thrones ou de ceux des revenants de la série éponyme. Mais à combien de défunts ferions-nous face? Quel serait leur âge? Et leur sexe? Et c’est à ces questions que répond avec humour et logique la journaliste Mona Chalabi sur le site spécialiste dans le journalisme de données FiveThirtyEight. Chiffres à l’appui, elle esquisse un panorama démographique de la population terrienne aujourd’hui trépassée.

Premier point: combien y a-t-il eu de morts dans le monde depuis le début de l’humanité? La réponse (arrondie): 100,8 milliards.

Portrait robot du mort moyen

Tous les démographes ne s’accordent pas sur ce chiffre, puisqu’il faudrait déjà qu’ils s’entendent sur la date à laquelle le décompte de morts commence. Le chiffre fourni par Five Thirty Eight provient des calculs du démographe Carl Haub, qui travaille au Population Reference Bureau, une organisation à but non lucratif qui suit de près les évolutions de la population. Lui fait démarrer ce début d’exercice comptable à 50.000 avant J.-C. (date de l’apparition d’Homo sapiens selon les Nations unies) et estime que la croissance démographique a été constante jusqu’en 1850 (difficile à vérifier, les statistiques n’étant pas très poussées dans l’Antiquité).

Il arrive donc à un total de 108,2 milliards de personnes nées sur cette planète, chiffre auquel il convient de retrancher les 7,4 milliards d’êtres humains vivants que nous sommes actuellement sur Terre. Cela signifie donc que seuls 6,8% de la population terrienne est encore en vie et que les morts sont quatorze fois plus nombreux que les vivants (mais, avec la croissance actuelle de la population, les vivants vont peu à peu rattraper les morts et, en 2050, les défunts ne seraient que onze fois plus nombreux que leurs descendants en vie).

Pour compléter cet aperçu démographique de l’au-delà, FiveThirtyEight évoque un portrait robot du mort moyen: il serait jeune (l’espérance de vie entre 3.500 et 2.000 avant J.-C. était par exemple de 36 ans), rural (en 1950, seuls 29% des Terriens vivaient en ville) et un homme (si l’on suppose que, comme aujourd’hui, il est toujours né plus de garçons que de filles).

http://www.slate.fr/

Cannibalisme: niveau goût, à quoi ressemble la viande d’humain?


Sujet un peu morbide certes, mais c’est un peu l’histoire du cannibalisme en essayant de savoir ce que l’ont peut trouver a la viande humaine. Faut dire que dans certaines régions le cannibalismes, est autorisé mais heureusement pas chez nous, c’est un crime odieux et inadmissible
Nuage

 

Cannibalisme: niveau goût, à quoi ressemble la viande d’humain?

 

Ces dernières semaines, des cas de cannibalisme ont été rapportés aux Etats-Unis et en Suède et le doute persiste autour du cas de Luka Rocco Magnotta.

 

A Berlin, la police a arrêté Luka Rocco Magnotta, le Canadien soupçonné d’avoir tué et dépecé un étudiant chinois. Selon certaines sources Magnotta aurait mangé des morceaux du corps de sa victime. Ces deux dernières semaines, des cas de cannibalisme ont été rapportés en Floride, au Maryland et en Suède. Quel est le goût de la chair humaine?

Celui du veau. En 1931, dans son livre Jungle Ways [Secrets de la jungle], l’aventurier et journaliste William Buehler Seabrook donna au monde la description la plus détaillée du goût de la chair humaine. Selon Seabrook, crue, la viande d’humain ressemble au bœuf, mais en un peu moins rouge et avec un gras jaune clair.

Cru ou cuit?

Grillée, la viande tourne au gris, comme l’agneau ou le veau, et son odeur rappelle celle du bœuf cuit. Et niveau goût, Seabrook écrit:

«C’était si proche d’une bonne pièce de veau à pleine maturité qu’à mon sens, aucune personne dotée d’un palais ordinaire et d’une sensibilité normale n’aurait pu faire la différence.»

Mais on peut légitimement douter du témoignage de Seabrook. Il était parti en Afrique de l’Ouest pour obtenir des informations de première main sur le cannibalisme auprès des Guero, mais avoua ensuite que les membres de cette tribu, méfiants, ne lui avaient pas permis de partager leurs traditions.

Dans son autobiographie, Seabrook prétend avoir obtenu le corps d’un patient récemment décédé dans un hôpital français, qu’il cuisit ensuite à la broche. Quand il se dépeint en mangeur d’homme dans Secrets de la jungle, il n’a pas vécu cette expérience en Afrique de l’Ouest, mais à Paris.

Malgré ses soucis de crédibilité, la description de Seabrook reste encore la plus précieuse. De nombreux témoignages sur le goût de la viande humaine nous viennent de fous –des tueurs en série comme Karl Denke, par exemple, ou le meurtrier allemand Armin Meiwes– ce qui fait qu’on ne peut pas vraiment compter dessus.

Pour le reste, ces propos sont souvent vagues et contradictoires. Plus cohérente et prévisible, l’idée que la viande d’enfants serait plus tendre que celles d’adultes, du fait du développement du collagène qui s’accroît avec l’âge. Certains ont même laissé entendre que cette viande juvénile était si tendre que sa texture rappelait celle du poisson.

Cela dépend de l’assaisonnement

Par ailleurs, des cannibales ont décrit la viande d’humain à des anthropologues comme étant sucrée, amère, tendre, coriace et grasse. Des variations qui pourraient s’expliquer par différents modes d’accommodement. De nombreuses tribus mangent la viande d’humains décédés après l’avoir laissée faisander quelques temps.

La grillade et le ragoût sont visiblement les modes de cuisson les plus répandus et beaucoup de tribus assaisonnent le tout avec des piments ou d’autres épices. En Afrique centrale, pendant la cuisson de leurs ragoûts d’humain, les Azande ont apparemment l’habitude d’écumer la graisse pour l’utiliser ensuite dans des sauces ou des lampes à huile. Dans le Pacifique sud, des cannibales enveloppent des morceaux d’humain dans des feuilles qu’ils cuisent à la broche. Et on a vu des anthropophages du Sumatra servir des criminels avec du sel et du citron.

Les auteurs de la récente vague de cannibalisme ont tous opté pour des morceaux différents. Rudy Eugene, l’agresseur de Floride, a mangé le visage de sa victime. Le cannibale suédois s’est contenté de ses lèvres, tandis qu’un Tokyoïte aurait cuisiné et servi ses propres organes génitaux à des convives qui avaient gagné leur repas aux enchères.

Dans les tribus cannibales, on observe une diversité comparable. Selon Seabrook, en Afrique de l’Ouest, les cannibales préfèrent le milieu du dos, les côtes, les fesses et les paumes des mains, qu’ils considèrent comme particulièrement tendres. Ils mangent des organes humains, écrit-il, sans trouver aucune différence de goût avec ceux d’autres animaux.

Au XIXe siècle, des cannibales des îles Fidji préféraient visiblement le cœur, les cuisses et le haut des bras. Pour d’autres tribus, les seins de jeunes femmes sont apparemment des morceaux de choix. (Quand le cannibalisme est rituel, la symbolique des morceaux consommés est souvent bien plus importante que leur goût. Selon certaines croyances, avaler le cœur d’un courageux guerrier ou les bras d’un puissant combattant permettrait au mangeur d’assimiler les qualités souhaitables du défunt).

 

Brian Palmer

Traduit par Peggy Sastre

http://www.slate.fr