Il est minuit


Pour ceux qui cherche et ne trouve pas l’amour de leur vie
Pour ceux qui ont tant rêver,  mais rien ne viens
Peut-être un jour, ou un soir quelqu’un viendra frapper a votre porte
Nuage

 

Il est minuit

Il est minuit 
Et tout est calme
Le rêve s’enfuit
Mais sans vacarme

Dans mon château
Ou mon palais
Plus rien n’est beau
Plus rien me plait

J’attends l’appel
Qui ne viens pas
Destin cruel
Quel embarras !

Les chiens aboient
Pour adoucir
Mon désarrois
Vers l’avenir

On nous surnomme
Les oubliés
Qui sont en somme
Des estropiés

Quêtant pitance
D’un peu de vie
Sans arrogance
Ni eau-de-vie

Il est  minuit 
J’attends encore
Et je m’ennuie
Mais ont m’ignore

Comme autrefois
Dans la nuit sombre
J’attends ta voix
À travers l’ombre

À cet instant
Tout m’abandonne
Tout est distant
Que j’en frisonne

Dois-je ruser ?
Ou bien mentir ?
Dois-je oser ?
Ou m’abêtir ?

Le moi devient scène
Jouant tragédie
Avec ton haleine
Noyant l’hérésie

Mes nerfs sont rouillés
Mes cellules éclatent
Ma peau est mouillé
Mon coeur se dilate

Il est minuit 
J’attends  toujours 
Qu’il me réjouit
Ce grand  amour 

Seul sur ce point
Coupé du monde
Le mal s’enjoint
Puis se féconde

À mon chagrin
Qui se poursuit
Vers le déclin
Comme la nuit

Une déception
Ou bien la peur
Ou suspicion
D’idées trompeurs

Tout ce silence
Prive mon coeur
D’une joie immense
D’ou ma rancoeur

Il est minuit
Puis je m’endors
Sans aucun bruit
Dans les remords

Me réveillé ?
Non, non et non
Me réveillé
?
Encore non

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
12 Mars 2004

L’amour jusqu’au déclin


Quand l’amour nait pourquoi faut-il laisser la routine s’installer pour finir en un amour fanée
Nuage

 

L’amour jusqu’au déclin

 

L’amour un rêve, l’amour un espoir
Germant milles sentiments d’unisson
Fondre l’un dans l’autre tel qu’un miroir
Et récolter les fruits de la passion

Tous les mots deviennent inutiles
Que les lèvres parfumées de roses
En tout, les yeux fredonnent l’idylle
Effaçant tous les malheurs en proses

Puis, à pas feutré viens la routine
Qui s’installe dans l’âtre de l’amour
Éteindre la flamme qui s’incline
Ainsi laisser l’autre au carrefour

Mais, quand ce bel amour deviens haine
Et le coeur transpercer par le glaive
Fait couler la douleur dans les veines
Emportant dans sa voie tous les rêves

Quand seul, l’amour fuit vers les méandres
Laissant une larme de son poison
Chavire l’être à se pourfendre
Devant cette ultime trahison

Puis s’engouffre dans un tunnel sans fin
Que seul les croassements des corbeaux
Accompagne l’âme dans son déclin
Jusqu’à la fermeture du rideau

Rachel Hubert (Nuage)  Saïd
3 mars 2004

La rive


Écrire en partageant  un plus avec les idées d’une personne d’une autre culture apporte aussi un autre savoir, les mots sont employé souvent différemment, ou encore des mots nouveaux surgissent de leur coin de pays.
Nuage

 

La rive

 

 

Tout  seul dans mon univers
Tu m’as jeté dans mon trou
Comme un vilain jouet pervers
Fermant ton cœur sous verrou

Après tant de mois d’oublie 
Tu reviens tel qu’un pandour
(1)
Comme un illettré jabli (2) 
Qui ne sait rien de l’amour

Sans blagues et sans aucune humeur
Tu veux  réveiller les souvenirs 
Avec un sourire qui fait peur 
Tu me vexe et augmente mon ire 

Nulle envie de braire 
Le mot immolé perd son charme
Pourquoi rester  frère ?
Où bien ennemis même sans armes !

Tu n’es qu’un oiseau, vautour
Épiant les signes de détresse
Et me griffer au détour
Mais quelle indélicatesse !

Je suis pour toi qu’un minable
Une existence sans raison 
Alors, que tu ailles au diable
Je t’oublie comme les saisons

Si les saisons se répètent
Pour alléger toute les peines
Ton amour n’est qu’une défaite 
Qui fait éclater mes veines 

Ton cœur, emblème de l’abstrait
Ton présent n’est que l’illusoire
Souligné de plusieurs traits
Tu n’as donc aucun savoir ?

A tout début, a toute fin
Je geins d’avoir commencer
Devant mes rêves en déclin ?
C’est une folie d’avancer ?

Rien ne peut plus me fendre
Je naîtrais de mes cendres
Et que le temps engendre 
Tout ce que j’ai de tendre

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
30 Novembre 2003

(1) pandour : pillard soldat, soudard
(2)  Jablis : paysan sans instruction (au Maroc) Une commune portant le nom de Jabal, situé en montagne. Les jabli donnent importance à la terre pour survivre. Parler de douceur et de sentiments pour eux peut paraître comme un caractère féminin.

Chauve-souris en voie de disparition au Canada


Les chauves-souris sont en danger, ils sont de plus en plus rare et leur perte sera d’autant plus grande car ces bestioles nous rendent de grands services a notre insu .. Car ils se nourrissent d’insectes en énormes quantités. Leur disparitions aura un impacts directe sur l’agriculture et les forêts
Nuage

 

Chauve-souris en voie de disparition au Canada

 

Chauve-souris en voie de disparition au Canada

© Shutterstock

Trois espèces de chauve-souris sont «en voie de disparition», selon une étude menée en février par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

 

Un dénombrement dans un gîte d’hibernation au Québec a démontré que la population de pipistrelles de l’Est, une espèce de chauve-souris relativement rare, a connu une diminution de 94% en deux ans.

Des données recueillies dans des gîtes d’hibernation au Canada ont également indiqué que les populations de chauves-souris brunes, la plus commune au Québec, et de chauves-souris nordiques ont enregistré une baisse de plus de 90% en deux ans.

Le syndrome du museau blanc, causé par un champignon pathogène, serait à l’origine de ce déclin.

Ce champignon a été découvert pour la première fois dans l’État de New York, en février 2006. Il se propage à une vitesse de 200 à 400 km par année. Sa présence est maintenant confirmée en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Le syndrome du museau blanc, qui tire son nom de la prolifération de champignons blancs autour du museau et sur les ailes des chauves-souris infectées, interrompt l’hibernation des chauves-souris. Elles sortent avant la fin de l’hiver, épuisent rapidement leurs réserves de graisse et finissent par mourir de déshydratation ou de faim.

Un lien a déjà été établi entre ce syndrome et la mort de plus de 5,7 millions de chauves-souris en Amérique du Nord.

Des chercheurs américains estiment que la mortalité massive de chauves-souris coûtera 3,7 milliards $ chaque année au secteur de l’agriculture de l’Amérique du Nord, puisque celles-ci agissent en tant qu’agents antiparasitaires pour l’agriculture et les forêts.

Le syndrome du museau blanc n’a aucun impact connu sur la santé humaine

.http://fr.canoe.ca