LES 12 REVELATIONS D’UN VENDEUR DE CHAUSSURES


Acheter des chaussures c’est tout un exploit, d’abord choisir le modèle, la pointure .. et quoi encore .. est-ce confortable, de bonnes qualité dépendant du prix ? Alors que le vendeur  ou vendeuse, quand il est présent a de bon et de mauvais moments
Nuage

 

LES 12 RÉVÉLATIONS D’UN VENDEUR DE CHAUSSURES

 

Et si votre vendeur de chaussures vous dévoilait les déboires du métier… en 12 vérités.

1- Ne prenez pas un 7 si vous chaussez du 9. La taille de vos pieds n’a rien à voir avec la coquetterie: je souhaite vous vendre des chaussures avec lesquelles vous pourrez marcher!

2- Personne n’a les deux pieds de la même taille.Chez les hommes, le gauche est généralement plus long, et, chez les femmes, c’est le droit! Comme je ne peux pas vous vendre des   chaussures dépareillées, je vous suggère de prendre celles qui conviennent à votre pied le plus grand.

3- Je vends des chaussures, je ne les fabrique pas. Si je n’ai pas le modèle que vous recherchez, il m’est impossible de l’assembler vite fait dans l’arrière-boutique…

4- Il n’y a pas de mystère: une paire de chaussures à 20$ n’offrira jamais le confort d’une paire à 120$. Et elle n’aura pas non plus la même durée de vie.

5- Ce n’est pas parce que je m’agenouille à vos pieds que je suis votre esclave soumis! N’abusez pas de la situation… Nous ne sommes pas là pour jouer les paillassons.

6- L’appareil qui sert à mesurer vos pieds pour déterminer votre pointure s’appelle un pédimètre. Expliquez à vos enfants qu’il doit rester bien à plat sur le sol et qu’il n’est pas destiné à être brandi dans les airs en direction de ma tête. Merci d’avance.

7- S’il vous plaît, ne me faites pas patienter 10 minutes pendant que vous terminez votre conversation téléphonique. Et si je vous infligeais le même traitement?

8- N’essayez pas les modèles exposés s’ils ne correspondent à votre pointure.Vous allez les déformer et vous risquez de vous faire mal.

9- Si vos chaussures ne vous conviennent pas, nous vous les échangerons avec plaisir, mais elles doivent être dépourvues de toute marque d’usure. Un conseil: avant tout achat, prenez le temps de faire quelques pas dans le magasin…

10- Cela fait une demi-heure que je m’occupe de vous, et vous me dites qu’il vous faut l’avis de votre conjoint… La prochaine fois, venez avec lui!

11- Vous voulez vraiment partir avec les socquettes que le magasin prête pour l’essayage? Celles que tout le monde utilise? Si elles vous plaisent tant, prenez-les!

12- Si vous portez vos chaussures tous les jours, elles donneront des signes de fatigue au bout d’un an. Ce n’est pas un défaut de fabrication.

http://selection.readersdigest.ca

Lettre à mon cœur


D’autres poèmes de la peine de cet ami a suivi, car cela a duré plusieurs mois voir plus d,un an, avant qu’elle s’atténue A tous les soirs sur MSN, il racontait quelques fois d’espoir mais souvent ce fut son désespoir que cet amour n’aboutisse point
Nuage

Lettre à mon cœur

Cet amour était signe d’un destin
L’éclat du tonnerre se fige en vain
Puis, deviens lumière blanche dans les cieux
J’ai surpris la tristesse dans ses yeux
Mon amour aurait sans doute vaincu
Cet état de solitude vécu

Je créais des palais en papier
Agrémenté de jardins princiers
Espoir qu’un jour des fontaines de marbres
Jaillissent au milieu de centaines d’arbres
Peut-être que le mur des amertumes
Reste  un cauchemar décrit par ma plume

Respirant à même son souffle errant
À la vue d’images de rires d’enfants
Que l’aquarelle colore ses joues rouges
J’ai cru que son cœur, pour moi seul bouge
Pour cette âme solitaire, j’ai juré
Donnant ma folie pour l’enivrer

Celui qui offre sa vie à une âme
Donne à l’humanité  tout un charme
Cette destinée, je cherchais refuge
Car mes sentiments étaient déluge

Ma vie, reflétait  que des tourments
A perdre l’esprit de discernement
Cette romance a réduit mon sommeil
A chercher souvenirs de merveille

Tout  n’était que simple magie de lune
Par sa voix musique de ma fortune
Laissant mes nerfs pincés à ses cordes
Que son influence en moi déborde
Malgré le temps, son hypocrisie
M’a aveuglé à croire au sursis

La faveur des sales jeux de ce monde
Par méprise a étouffé ma ronde
Mon cœur maintenant est divisé
Ma peau trouer, mes forces épuisées
Je ne cesse de seriner des mots
Sans trouver des remèdes à mes maux

Mon intérieur s’est trop révolté
Devant la déception récolté
Comment ai-je pu croire en cet amour !
Et me conduire comme un troubadour
En fait n’était que suicide d’une flamme
Donnant grande douleur  devant ce drame

Mon cœur tu murmures de si grands signes
De ton ire à ma faiblesse indigne
Montrant à ton tour le désespoir
Je ne peux adoucir mes déboires

Gavé en tout sens par les génies
Cette vérité en moi, je renie
Ma vision demeure dans ce mirage
Scruter le regard de cette image
Me laissant errer dans ce désert
Sans eau, sans amour a découvert
Je brûle par ma grande perte, d’un brasier
Qui consume mon destin humilié

Rachel Hubert (Nuage)
21 Janvier 2003