YouTube interdit les défis dangereux


Je crois que c’est la chose la plus intelligente que YouTube peut faire en changeant ses règles sur les défis dangereux, les blagues qui peuvent faire croire un danger. Je crois que le défi des yeux bandés suite à un film a fait débordé la goutte pour qu’enfin, on prenne les choses en main, vue que des youtubeurs ne sont pas assez intelligents pour le faire eux-mêmes. Espérant quand même, que les autres supports pour vidéo feront la même chose
Nuage

 

YouTube interdit les défis dangereux

 

YouTube interdit les défis dangereux

Benjamin Walewski

Photo : © Youtube.

Avec ses nouvelles règles, Youtube veut éviter les vidéos de farces et défis potentiellement dangereux.

(CCM) — Si vous êtes un consommateur avide de vidéos Youtube, et fan de certains Youtubeurs, vous savez sans doute que la communauté Youtube se passionne souvent pour des défis et des blagues. Qui peuvent être parfois drôles, parfois stupides et parfois parfaitement dangereux. C’est pour éviter les contenus mettant en avant ce dernier genre de défis que Youtube a revu ses règles pour les interdire.

Depuis peu, on a vu fleurir sur Youtube de nombreuses vidéos Bird Box Challenge, inspiré par le récent film à succès de Netflix. Comme dans le film, les protagonistes des vidéos effectuent diverses actions les yeux bandés comme marcher dans la rue, jouer au basket…ou encore conduire un véhicule. De quoi affoler Netflix qui a même publié un tweet incitant à ne pas suivre ce challenge(en anglais). Et ce n’est pas la première fois que ce genre de jeu dangereux affole Youtube : l’an dernier, un défi incitant à croquer des dosettes de lessiveinitialement parti d’une blague – avait envoyé plus d’une centaine d’ados dans des centres antipoisons.

Youtube a donc décidé de limiter les dégâts en modifiants ses conditions d’utilisation et l’entreprise a été claire (lien en anglais) :

« Nous avons mis à jour nos directives externes pour indiquer clairement que nous interdisons les défis comportant un risque de danger grave ou de mort, ainsi que des farces qui font croire aux victimes qu’elles courent un grave danger physique ou qui provoquent une détresse émotionnelle grave chez les enfants ».

Youtube va également se montrer plus sévère sur les contenus des images d’aperçus des vidéos et sur les liens sortants.

Les créateurs de contenus sont donc désormais prévenus que les vidéos encourageant des comportements dangereux ne seront plus tolérés, et Youtube a donné deux mois aux contrevenants pour supprimer leurs vidéos. Il va falloir que les Youtubeurs trouvent des façons moins dangereuses de faire des vues !

https://www.commentcamarche.

Pourquoi a-t-on peur du noir ?


La peur du noir, ce n’est pas juste les enfants qui ont peur du noir, mais aussi des adultes. De plus, nous avons tout fait pour que le noir total disparaisse alors je crois que c’est aussi une raison que beaucoup de personne ont peur de la noirceur
Nuage

 

Pourquoi a-t-on peur du noir ?

 

maraisea

maraisea

par Olivier

On a tous ces souvenirs de peur du noir lorsque nous étions de jeunes enfants. Le noir sous-entend l’inconnu, la peur de ce qu’on ne connaît pas.

Mais comment s’explique cette peur ? Est-ce une peur irrationnelle ? 

Avoir peur du noir n’est pas l’apanage des enfants. De nombreux adultes ressentent aussi cela et ne peuvent se passer de lumière pour dormir. Comme toutes les phobies, la peur du noir est une peur irrationnelle. De nombreuses personnes en souffrent et restent enfermées dans leur angoisse du noir. Chez les phobiques du noir (quel que soit l’âge des personnes concernées), le noir est synonyme de peur comme si des monstres pouvaient sortir de nulle part.

De quoi ont-ils peur justement ? Parfois d’un agresseur au bout de la rue, de se retrouver face à un danger imprévu, etc., l’obscurité les prive de tous les repères.

Pour l’enfant, la peur du noir est synonyme de grand vide intérieur, car cela renvoie à la coupure avec la mère au moment de dormir. Le sommeil est un moment de séparation avec la mère, ainsi le noir est synonyme de solitude et donc de peur. Et l’angoisse de mort est sous-jacente dans des cas critiques. Chez certaines personnes, ces peurs d’enfance ne sont pas dissipées.

Nombreuses sont les personnes qui associent le noir avec la peur et d’autres idées néfastes.

Le docteur Mokeddem le remarque : « Lorsque ces personnes se trouvent dans le noir, la machine à imagination va se lancer. Quand on est petit, c’est quelque chose de plutôt positif, mais cette peur du noir devient anormale quand elle s’inscrit dans le temps ».

La peur des araignées est rationnelle aux yeux des individus, alors que la peur du noir suscite la honte.

D’après certains experts, la peur du noir peut se résorber en allant consulter un psychologue et en suivant une thérapie. La prise en charge va consister à affronter progressivement sa peur pour la vaincre.

https://lesavaistu.

Système de défense : cette plante attaquée par une chenille a une réaction étonnante


Les scientifiques ont réussi à démontrer que les plantes réagissent face au danger. Elles envoient un message chimique. Donc quand un herbivore se délecte de ses feuilles, ou quand une personne coupe une tige, la plante réagit
Nuage

 

Système de défense : cette plante attaquée par une chenille a une réaction étonnante

 

Dans cette vidéo, une chenille mange une feuille d’Arabidopsis. Une vague de messages se propage pour préparer des feuilles éloignées à l’agression. La fluorescence permet de visualiser un message calcium. © Simon Gilroy, UW-Madison Campus Connection

Une vidéo surprenante visualise en direct la transmission d’un message dans une plante : l’agression d’une feuille conduit à la propagation d’un signal électrique qui alerte d’autres feuilles du danger. Le végétal utilise le glutamate et des mouvements d’ions calcium.

Les plantes, fixées au sol, ne peuvent pas s’enfuir à l’approche d’un herbivore. C’est pourquoi elles ont développé des systèmes de défense chimiques pour éloigner leurs prédateurs. Lorsqu’une feuille est attaquée, la plante a des moyens de préparer ses autres feuilles à l’agression. Dans la vidéo ci-dessus, vous verrez une chenille grignoter une feuille de la plante ; en moins d’une minute, un message, visualisé par une lumière fluorescente, se transmet dans la plante.

Cette vidéo a été obtenue par le laboratoire de Simon Gilroy, professeur de botanique à l’université du Wisconsin-Madison, qui explique dans un communiqué :

« Nous savons que si vous blessez une feuille, vous obtenez une charge électrique et vous obtenez une propagation qui se déplace à travers la plante ».

Les chercheurs voulaient mieux comprendre comment se propageait cette décharge électrique. La réponse à ce problème fait intervenir des ions calcium.

Des points communs avec le système nerveux des vertébrés

Un chercheur post-doctoral, Masatsugu Toyota, a mis au point des plantes Arabidopsis thaliana qui produisent une protéine fluorescente en présence de calcium. La vidéo permet donc de visualiser la propagation du message « calcium ». Dans leur recherche parue dans Science, les scientifiques ont aussi montré que le glutamate intervient dans cette signalisation.

L’acide aminé glutamate est un neurotransmetteur excitateur du système nerveux des vertébrés. Les récepteurs du glutamate sont des ces canaux qui déclenchent une cascade de modifications dans la concentration du calcium intracellulaire. Les chercheurs ont aussi montré que des plantes sans récepteur au glutamate ne transmettent plus de signaux électriques de défense utilisant le calcium.

https://www.futura-sciences.com/

Le Saviez-Vous ► Des vagues carrées


La nature est parfois très étrange. En mer, il existe un phénomène naturelle appelé croix de mer, avec des vagues perpendiculaires qui forme des carrés. Ce phénomène est assez rare que les scientifiques n’arrivent pas à l’expliquer
Nuage

 

Des vagues carrées

 

Twitter/Ghrebaa

Parfois, nos yeux peuvent nous jouer des tours – surtout à l’ère de Photoshop, où presque n’importe quelle image peut être manipulée pour avoir l’air réelle.

Mais il y a aussi des phénomènes qui peuvent sembler incroyables, mais en fait, ce n’est que Mère Nature qui étale son pouvoir impressionnant.

Les vagues carrées d’images capturées au large de l’île française Île de Ré en sont un exemple.

L’île de Ré est une île française d’environ 30 km de long et 5 km de large. C’est une destination touristique populaire, et un jour, il y a quelques années, les habitants de l’île ont été témoins de quelque chose de bizarre.

À première vue, les vagues devant le phare de l’île semblaient former une grille. Aussi loin que l’œil pouvait voir, des carrés se formaient à la surface de l’eau.

On pourrait presque penser qu’un pouvoir magique a ordonné aux vagues de faire ce motif, mais il y a une explication scientifique à cela.

Twitter/Ghrebaa

C’est un phénomène appelé une croix de mer. Cela arrive quand deux phénomènes climatiques éloignés font des vagues qui se rejoignent à 90 degrés. Le résultat étant ces vagues perpendiculaires impressionnantes qui forment une sorte d’échiquier aquatique à la surface de l’océan.

Aussi belle soit-elle, une telle chose peut aussi être extrêmement dangereuse. Car les bateaux s’en sortent mieux généralement contre les grosses vagues lorsqu’ils sont perpendiculaires aux vagues. Avec des vagues venant de deux directions opposées, la probabilité qu’un bateau chavire est plus grande.

Twitter/Ghrebaa

Heureusement, aucun bateau n’a été endommagé ce jour-là et quelqu’un a pu prendre ces photos fabuleuses.

https://fr.newsner.com/

Mettre les voiles


Comment de fois qu’on s’est empêché d’aller de l’avant souvent pour des raisons surmontables ? À ne pas prendre des risques, on ne peut avancer, conclure un projet ou simplement vivre notre vie
Nuage

 

Mettre les voiles

 

Celui qui attend que tout danger soit écarté pour mettre les voiles, ne prendra jamais la mer.

Thomas Fuller

Science décalée : les gens coléreux voient vraiment la vie en rouge


Vous connaissez le terme voir rouge ? Quand nous sommes en colère, nous voyons rouge, c’est symbolique. Est-ce vraiment le cas ? Les personnes qui aiment la couleur rouge, sont-elles hostiles, colériques ?
Nuage

 

Science décalée : les gens coléreux voient vraiment la vie en rouge

Par Janlou Chaput, Futura

Les personnalités agressives ont tendance à voir plus de rouge dans le décor que les individus plus calmes, selon une étude de 2014. Un phénomène qui viendrait de l’époque où nos ancêtres vivaient de la chasse et de la cueillette. Comme quoi, les goûts et les couleurs ont peut-être une racine plus profonde que ce que l’on pouvait penser.

Lorsque la personne en face de nous nous prévient qu’elle voit rouge, il faut se préparer au pire. Et si cette expression avait une vérité scientifique ? C’est ce que laissent entendre des psychologues états-uniens dans la revue Journal of Personality. Une conclusion qui mérite de plus amples explications.

Le contexte : des couleurs psychologiques

Chacun ses goûts. Et lorsqu’on demande à chacun sa couleur préférée, les réponses varient fortement : bleu, rouge, vert olive ou encore rose fuchsia, pour ceux et celles qui aiment la précision. Bref, une tendance à la diversité, qui caractérise si bien l’humanité.

Oui mais il est malgré tout certaines constantes qui sous-entendent que nos préférences ne relèveraient pas uniquement de l’esthétique. Des études précédentes soulignaient une association entre la couleur rouge et la sensation d’agressivité, et ce à travers de nombreuses cultures humaines. Y compris dans la nôtre, où cette teinte symbolise l’interdit et du risqué (jusque dans les symboles de la circulation : sens interdit, feu tricolore, annonce d’un danger, etc.. C’est aussi la couleur du sang, qui, lors des grosses colères, s’accumule notamment au niveau de la tête et nous fait devenir tout rouge.

Adam Fetterman, de l’université du Dakota du Nord (États-Unis), a voulu creuser la question : les personnes les plus agressives sont-elles celles qui préfèrent le rouge ? Autrement dit, les goûts pour les couleurs révèlent-ils une certaine psychologie ? Il semble que oui.

Le rouge est la couleur de la colère et du combat. © Bring Back Words, Flickr, cc by 2.0

Le rouge est la couleur de la colère et du combat. © Bring Back Words, Flickr, cc by 2.0

L’étude : le rouge de la colère

Cette recherche consiste en plusieurs petites expériences auprès de 376 étudiants. Dans un premier temps, on interrogeait les participants sur leur couleur préférée, avant de leur faire passer un test de personnalité. Ceux qui manifestaient le plus d’hostilité vis-à-vis de leurs pairs avaient tendance à préférer le rouge.

Lors d’une deuxième épreuve, chacun était invité à observer une image où du rouge et du bleu délavés étaient mêlés, de telle sorte qu’aucune des deux couleurs ne prédomine sur l’autre. Pourtant, les auteurs ont demandé aux étudiants de définir laquelle des deux teintes était la plus représentée. Ceux qui ont répondu le rouge avaient globalement une personnalité 25 % plus hostile que leurs homologues manifestant plus d’intérêt pour le bleu.

Enfin, pour couronner le tout, les scientifiques ont placé les participants dans plusieurs scénarios, dans lesquels ils devaient faire face à un danger et disposaient de diverses possibilités pour s’en sortir. Les personnes qui expliquaient vouloir se défendre plutôt que fuir étaient plus enclines à préférer… le rouge.

L’œil extérieur : un héritage ancestral

À la lueur de leurs expériences, les auteurs écrivent dans leur article que les pensées agressives sont implicitement associées à la couleur rouge, et donc les personnes pleines d’inimitié sont plus à même de percevoir cette teinte autour d’eux. L’hostilité fait donc voir la vie en rouge.

Mais d’où viendrait cette particularité ? Les scientifiques pensent trouver la réponse dans notre passé. Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, et peut-être même avant encore, ont dû apprendre à se méfier de ce qui est écarlate et ainsi l’associer au danger : des fruits toxiques, des insectes dangereux ou du sang qui coule, synonyme de blessure ou de mort. Cette symbolique serait si solidement ancrée dans nos esprits qu’elle altérerait encore notre perception du monde.

https://www.futura-sciences.com

Le son de l’aile du pigeon


Quand il y a danger potentiel, on voit des oiseaux s’envoler en groupe. Certains émettent des sons, et les autres ? Il semble que certaine plume joue un rôle dans le signal de danger. Tout dépendant de la vitesse de l’envol et son imperceptible répété donne l’alerte à un groupe d’oiseau
Nuage

 

 

Le son de l’aile du pigeon

 

 

Pigeon

La colombine longup est une espèce de pigeon qui vit en Australie.

Shutterstock.com/ChameleonsEye

En battant des ailes rapidement durant son envol en cas de danger, le pigeon australien émet un bruit qui alerte les autres oiseaux.

Lorsqu’un oiseau s’envole en cas de danger, ses congénères décollent en général à sa suite. Certaines espèces lancent un cri d’alarme, mais ce n’est pas toujours le cas. Le mouvement ou le bruit de l’envol serait-il le signal ? D’après Trevor Murray, de l’université australienne, à Canberra, et ses collègues, un bruit caractéristique des ailes peut être interprété comme un signal de danger, au moins dans le cas de la colombine longup (Ocyphaps lophotes), un pigeon australien.

Les chercheurs ont montré que la huitième plume primaire de ce pigeon émet deux sons, l’un à une fréquence de 1,3 kilohertz lorsque les ailes montent et l’autre à 2,9 kilohertz lorsque les ailes descendent. Cette alternance de notes est répété à la vitesse des battements de l’aile. Les chercheurs ont enregistré cette séquence et l’ont jouée à des pigeons en modulant la vitesse. Si le son est joué normalement, les oiseaux s’envolent ; s’il est ralenti (comme si l’oiseau s’envolait en absence de danger), les oiseaux ne s’enfuient pas.

http://www.pourlascience.fr