L’univers des zombies sociaux


Êtes-vous un zombie ? Du genre a marcher, conduire, et même pédaler en textant? Où aller au restaurant avec des amis, en famille et texter pendant le repas sans vraiment communiquer avec les gens qui nous accompagne ? Ce policier à la retraite expose vraiment la réalité qui se passe aujourd’hui dans la société.
Nuage

 

L’univers des zombies sociaux

 

Essayez ça une fois: regardez les gens, dites «bonjour» et laissez votre cerveau portatif dans votre poche.

SIRINAPA WANNAPAT / EYEEM VIA GETTY IMAGES

Claude Aubin

Policier à la retraite, chroniqueur et auteur

Il est tellement intéressant de regarder l’attitude vide de ces êtres privés de cerveau, qu’il m’arrive de m’asseoir dans un parc juste pour en constater l’ampleur.

Essayez ça une fois: regardez les gens, dites «bonjour» et laissez votre cerveau portatif dans votre poche.

Depuis quelques années, et c’est encore plus vrai maintenant, notre société se peuple de plus en plus de zombies sociaux. L’humain communique de plus en plus que par les textos, les réseaux sociaux et les blogues. Ne plus se parler devient lentement la norme.

Il est tellement intéressant de regarder l’attitude vide de ces êtres privés de cerveau, qu’il m’arrive de m’asseoir dans un petit parc près de chez moi juste pour en constater l’ampleur.

Nombreuses sont les personnes traversant les rues sans même lever les yeux de leur cerveau portatif. Pire, plusieurs portent même des écouteurs pour être sûrs de ne pas s’engager dans cette société réelle. La société virtuelle est tellement plus enivrante. Plusieurs conducteurs ne sont guère mieux, ils textent en conduisant, croyant qu’on ne peut les voir baisser la tête, relever les yeux un instant et retourner à l’écran. Nous avons créé la peur de manquer quelque chose d’important.

Communiquer oralement? Hein? Ouais… quand on en est obligé.

Communiquer oralement? Hein? Ouais… quand on en est obligé. Au resto avec la serveuse et dans un minimum de mots. Il y a quelques jours, nous étions, mon épouse et moi, dans un restaurant assez chic, presque romantique, et autour de nous quelques couples de jeunes zombies textaient l’un et l’autre sans se dire un traitre mot. Drôle, bouteille de vin, repas cinq étoiles et pas un mot, sauf quelques «Hum…» ou un petit hochement de tête.

Puis, en sortant du resto, juste au coin de la rue, je pointai à ma femme mon habituel zombie habillé de noir, traversant la rue, cerveau au bout des mains, sans même jeter un œil aux voitures faisant des miracles pour ne pas le frapper.

Oui, nous entrons avec plaisir dans l’ère du zombitisme.

Oui, nous entrons avec plaisir dans l’ère du zombitisme. Ton téléphone cellulaire contrôle ta vie, il contrôle tes pensées, tes actions et ton sens civique. En fait, ta vie passe par ce filtre.

Il y a des siècles de ça, mon petit-fils vous dirait dans l’ancien temps, nos parents nous disaient:

«Quand tu traverses la rue, tu regardes des deux côtés et tu traverses s’il n’y a pas de voitures».

Ils devaient être totalement rétrogrades, voyons, ce n’est pas à nous de faire attention, c’est aux voitures qu’il faut dire ça. MOI… zombie, je n’ai pas à me préoccuper de ces détails. Et, c’est connu… les automobilistes ne doivent pas être distraits par leurs cellulaires, c’est dangereux un cellulaire au volant. Donc, MOI le zombie, je suis déchargé de toute responsabilité.

Le hic, c’est qu’il y a aussi des zombies conducteurs textant avec passion, sur des kilomètres. Ces zombies conducteurs ont marché jusqu’à leur voiture de la même façon que les zombies piétons. Pourquoi deviendraient-ils tout à coup plus responsables?

Je ne parlerai pas des cyclistes qui font exactement la même chose; il semblerait que les lois ne s’appliquent pas aux zombies à pédales. S’il fallait que la police serre la vis et sévisse tout comme pour les conducteurs, nos gouvernants n’auraient pas de déficit.

Une voiture qui vous rentre dedans, ça fait mal. Ce bolide n’est pas virtuel, il est en métal et il n’y a pas de bouton «recommencez le jeu».

Des gens se sont plaints à moi, dernièrement, des mesures plus fermes, visant à faire cesser les textos au volant. Moi j’irais plus loin: j’y ajouterais les texteurs traversant les rues sans même regarder. Je sais, comme la faute incombe aux autres et que «vous avez le droit». C’est une belle phrase vide de sens, permettant aux zombies de ne pas avoir à se responsabiliser. Je vous le dis de la part de la génération des responsabilités individuelles. Une voiture qui vous rentre dedans, ça fait mal. Ce bolide n’est pas virtuel, il est en métal et il n’y a pas de bouton «recommencez le jeu».

Juste dans la dernière fin de semaine, cinq piétons ont été heurtés. Pour quatre d’entre eux, il s’agirait de zombies traversant sans regarder; l’autre est une vieille dame de 87 ans, peut-être un peu perdue.

À tous mes amis zombies… Essayez ça une fois: regardez les gens, dites «bonjour» et laissez votre cerveau portatif dans votre poche.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► L’Histoire du pneu vélo


L’histoire des pneus à commencer en Allemagne pour les automobiles puis repris et améliorer pour être adapté au bicycle
Nuage

 

L’Histoire du pneu vélo

 

Publié par Virginie de Citycle,

Ils n’ont pas toujours eu cette apparence. Il a fallu plusieurs années et de nombreuses évolution pour arriver aux pneus vélo tels que nous les connaissons. Petit retour en arrière.

Une invention qui remonte à 1835

Le pneu vélo fête ses 180 ans cette année. C’est dès 1835 que l’Allemand Charles Dietz invente un pneu dont les brevets furent déposés en 1845. Son invention porte alors le nom de « roues à air ». Il s’agissait d’un « dispositif pneumatique applicable aux voitures » et consistant en une ceinture creuse de plusieurs épaisseurs de toile caoutchoutée, entourée de cuir et fixée via des boulons à une roue en bois.

Quatre ans après, l’Américain Charles Goodyear fait la découverte de la vulcanisation. Il fabrique pour la première fois du caoutchouc. Un élément qui servira plus tard à un certain John Boyd Dunlop…

Le cadeau de John Boyd Dunlop à son fils

john-boyd-dunlop

L’histoire peut parfois être étonnante. C’est à partir d’un fait que l’on pourrait qualifié de plutôt anodin que l’idée de la création de pneus d’un nouveau genre est apparue. Tout commence en février 1888. Un vétérinaire écossais répondant au nom de John Boyd Dunlop souhaite remplacer les roues en bois du tricycle de son fils. Il a alors la brillante idée d’inventer un tube creux de caoutchouc gonflé d’air afin de réduire le bruit et de gagner en confort. C’est comme ça que naît le premier pneu vélo populaire !

Il commence alors par débarrasser les pneus du tricycle de son fils des minces segments de caoutchouc les équipant et remplace l’étroite gorge qui les maintenait en place par une large jante en bois. C’est sur ces jantes qu’il fixe ensuite du caoutchouc, obtenu par la dissolution d’une chambre de caoutchouc souple qu’il enfermera par la suite dans une enveloppe de toile de coton. Il gonfle finalement cette chambre avec une pompe à ballon… donnant ainsi naissance aux premiers pneumatiques pratiques.

A la suite de tout cela, les pneus Dunlop entrent dans le monde de la compétition cycliste en 1889. L’année suivante, Dunlop devient une grande entreprise commerciale et se fait rapidement connaître sous le nom de Dunlop Pneumatic Tyre Co. Ltd.

Une évolution constante

D’autres entreprises se mettent dans le commerce des pneus. Continental se crée en Allemagne en 1891. Pirelli voit le jour en 1872 en Italie ou encore Michelin en France en 1889.Dès 1891, les pneus se perfectionnent et ceux à tringles font leur apparition. Ils consistent en une séparation de la jante à gouttière du pneu renforcé par une tringle.

C’est à la même période que le pneu à talon aussi appelé « clincher » fait son apparition. Il exclut alors toute partie métallique du pneu et se caractérise par un bandage dont les deux rebords sont constitués par un talon circulaire en caoutchouc, rigide et dur. C’est ce caoutchouc qui viendra ensuite se loger dans une rainure correspondante de la jante. Avec le progrès et toujours dans le but de procurer encore plus de confort aux cyclistes, les pneus connaîtront alors de nombreuses autres innovations qui au fil des années donneront naissance aux pneus actuels : dans leurs formes, leurs caractéristiques et leurs profils actuels

.

Sources :

https://www.citycle.com/

Un coureur se blesse sur un dangereux piège installé sur une piste cyclable à Longueuil


Faut vraiment que des gens soient stupides pour faire de tels gestes. Mettre une planche avec de longues vis camouflées par des feuilles dans le but de provoquer des blessures
Nuage

 

Un coureur se blesse sur un dangereux piège installé sur une piste cyclable à Longueuil

 

FACEBOOK

Quelqu’un aurait installé un piège visiblement destiné à blesser les passants sur la piste cyclable du parc Marie-Victorin, à Longueuil.

Quelqu’un aurait installé un piège visiblement destiné à blesser les passants sur la piste cyclable du parc Marie-Victorin, à Longueuil. Un coureur aurait pilé sur une vis.

Les images du piège ont été affichées dimanche sur la page Facebook du Club de course CCC. On voit une planche de bois transpercée de longues vis pointant vers le haut.

Le tout était camouflé sous un tas d’herbe et de feuilles.

«J’ai vu le tas de feuilles par terre et j’ai trouvé ça bizarre, c’était dans le milieu de la track. Normalement, j’aurais sauté par-dessus ou je lui aurais donné un coup de pied comme un petit garçon. Mais cette fois, je ne sais pas pourquoi, j’ai pilé dessus», affirme la victime, Vincent Lepage, en entrevue au HuffPost Québec.

FACEBOOK

Une des vis a transpercé le soulier de M. Lepage, qui a maintenant un trou de quelques millimètres de profondeur tout juste sous le gros orteil.

Lorsqu’il s’est penché pour voir ce qui lui avait fait mal, il a vu les vis qui dépassaient des feuilles. Son compagnon de course et lui-même ont retiré la planche pour la prendre en photo.

Une seconde planche parsemée de vis avait déjà été retirée, probablement par d’autres passants, et se trouvait dans l’herbe. Les deux objets ont été apportés au Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).

M. Lepage croit qu’il pourrait s’agir d’un geste posé par quelqu’un qui n’aime pas les cyclistes, ou encore par des jeunes qui voulaient faire un mauvais coup.

«Ce n’était pas de la construction, c’était malicieux. On dirait qu’il y a une tendance contre les cyclistes», lance-t-il.

Le coureur, cycliste à ses heures, ne croit pas que la blessure est sérieuse. Il compte toutefois se faire vacciner contre le tétanos au CLSC.

Le HuffPost Québec a contacté le Service de police de l’agglomération de Longueuil. Au moment d’écrire ces lignes, personne n’était disponible pour commenter l’affaire.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez–Vous ► La Vérif : cellulaire, alcool, trottoirs… et 5 autres choses que les cyclistes devraient savoir


Des fois, j’aimerais bien refaire du vélo .. et avoir un vélo électrique. Enfin, il important quand on est cycliste de connaitre le code sécurité routière du Québec, ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. Bien sûr, il y a quelques lacunes, comme interdire les enfants d’aller à vélo sur trottoir, ou le cellulaire au volant quoique selon le code, les deux mains être sur le guidon. Cependant en temps qu’automobiliste et piéton, ils doivent savoir comment anticiper les cyclistes et respecter eux aussi le code pour la sécurité des cyclistes
Nuage

 

La Vérif : cellulaire, alcool, trottoirs… et 5 autres choses que les cyclistes devraient savoir

 

Un cycliste utilise son téléphone portable alors qu'il se trouve sur sa bicyclette. Il porte également des écouteurs.

Un cycliste utilise son téléphone alors qu’il se trouve sur son vélo. Photo : iStock

Alors qu’une réforme du Code de la sécurité routière est attendue l’automne prochain au Québec, Radio-Canada s’est penchée sur les comportements de certains cyclistes et sur des aspects méconnus de la loi encadrant leurs déplacements.

Un texte de François Cormier et Nathalie Lemieux

1. Pas de limite d’alcool, mais…

Il n’existe pas de limite quant aux facultés affaiblies à vélo. Non, le fameux 0,08 (80 mg d’alcool pour 100 ml de sang) ne s’applique pas.

Un homme se trouve en-avant plan de l'image. Il tient une bouteille de vin et une coupe. En arrière plan, on voit une bicyclette.

Un homme avec une bouteille de vin à la main devant son vélo. Photo : iStock

Toutefois, les policiers peuvent procéder à l’arrestation d’une personne représentant un danger pour elle-même ou pour autrui. Certaines règlementations municipales peuvent également être appliquées. Par exemple, à Montréal, il est interdit de flâner ivre sur la voie publique.

La présidente-directrice générale de l’organisme Vélo Québec, Suzanne Lareau, déconseille aux gens de prendre leur bicyclette en état d’ébriété.

 « Ce n’est pas comparable à quelqu’un qui prend sa voiture après avoir trop bu. Le cycliste qui a trop bu sera plus dangereux pour lui-même que pour les autres », nuance-t-elle.

2. Le cellulaire au guidon n’est pas interdit

L’utilisation du cellulaire alors qu’on roule à bicyclette n’a pas été interdite au Québec.

Un cycliste utilise son téléphone portable alors qu'il se trouve à côté de sa bicyclette. Il se trouve sur une place publique.

n cycliste utilise son téléphone portable alors qu’il se trouve à côté de sa bicyclette. Photo : iStock

« Par contre, un article au Code de la sécurité routière indique que le conducteur de son vélo doit tenir le guidon », mentionne l’inspecteur Vincent Richer, du Service de police de la Ville de Montréal.

En 2016, 77 contraventions ont été données à cet effet à Montréal.

Il s’agit d’ailleurs d’une préoccupation des Québécois, si l’on se fie à un sondage réalisé dans le cadre des consultations publiques sur la réforme du Code de la sécurité routière.

« Il y a quand même eu 3500 répondants et 93 % étaient favorables à ce que nous interdisions le cellulaire à vélo », souligne le porte-parole de la Société de l’assurance automobile du Québec, François Rémillard.

Un cycliste circule alors qu'il porte des écouteurs. Il porte aussi des verres fumés et semble se trouver en milieu urbain.

Un cycliste circule alors qu’il porte des écouteurs. Photo : iStock

3. Écouteurs interdits

Que vous en portiez deux ou un, qu’il y ait de la musique ou non, les écouteurs (et le baladeur) sont bel et bien interdits lors des déplacements à bicyclette. Les cyclistes peuvent ainsi mieux entendre les bruits ambiants.

Les policiers de Montréal ont donné 1415 contraventions en 2016, une augmentation de près de 30 % par rapport à l’année précédente. Les amendes varient de 30 $ à 60 $. Par ailleurs, les écouteurs sont aussi interdits en voiture… Sachez-le!

4. Pas le droit de traverser au feu pour piétons

Bien qu’il puisse être très tentant pour les cyclistes de traverser une intersection avec feu rouge lorsque s’allume le feu pour piéton, ce n’est pas permis.

Un feu pour piéton indique que les passants peuvent traverser puisque le petit bonhomme blanc est allumé. Le feu de circulation, lui, est au vert.

Un feu pour piéton. Photo : iStock

Cela dit, la présidente-directrice générale de Vélo Québec n’hésite pas à inciter les gens à désobéir à cet article du Code de la sécurité routière.

« Moi, comme cycliste, je le dis, je recommande aux cyclistes de prendre le petit bonhomme blanc même si c’est contre le Code de la sécurité routière. Je sais très bien qu’en faisant ça, je peux avoir une amende et je la paierai. À ce moment, c’est le moment le plus sécuritaire pour un cycliste de traverser l’intersection. »

5. Les cyclistes ne peuvent pas circuler sur les trottoirs… même pas les enfants

Non, les cyclistes n’ont pas le droit, en règle générale, de circuler sur les trottoirs du Québec. Vélo Québec reconnaît qu’il s’agit d’une problématique, mais croit que la loi pourrait être adaptée pour permettre aux enfants de le faire.

Ça ne va pas. Il faut pouvoir autoriser les enfants à rouler sur le trottoir. Dans bien des cas, la rue n’est pas assez sécuritaire pour les déplacements à vélo. Suzanne Lareau, présidente-directrice générale, Vélo Québec

Toutefois, à Montréal, il est permis de circuler sur les trottoirs sous les principaux viaducs, dans certains arrondissements.

6. Obligation de rouler à droite

Plusieurs cyclistes s’aventurent entre deux rangées de voitures lorsqu’ils circulent sur la chaussée. Or, il est obligatoire de rouler à l’extrême droite sur les routes du Québec.

« L’année dernière, on a donné 1000 contraventions pour cette raison-là. En 2015, on en avait donné environ 500. On constate que c’est une problématique en hausse », explique l’inspecteur du SPVM Vincent Richer.

À une intersection, les automobilistes ont l’obligation de laisser passer les cyclistes et les piétons sur leur droite, même si ces voitures effectuent un virage.

« La seule raison permettant aux cyclistes de rouler à gauche, c’est parce qu’ils doivent effectuer un virage à l’intersection », poursuit l’inspecteur Richer.

7. Pas plus de 15 cyclistes dans une file

L’article 486 du Code de la sécurité routière spécifie que « les conducteurs de bicyclettes qui circulent en groupe de deux ou plus doivent le faire à la file. En aucun cas, la file ne peut comporter plus de 15 cyclistes. ».

Une infraction à cet article peut entraîner une amende de 15 $ à 30 $.

8. Vous roulez la nuit? Vous devez avoir un phare… pas juste un réflecteur

L’article 233 du Code de la sécurité routière est clair :

« toute bicyclette doit […], la nuit, être munie d’au moins un phare blanc à l’avant et d’un feu rouge à l’arrière ».

Selon le site Internet de la CAA, « il est facile de se procurer sur le marché des feux clignotants très efficaces et à bon prix. Bref, il est prudent de ne pas compter uniquement sur l’éclairage de rue pour s’assurer de voir et surtout d’être vu. »

http://ici.radio-canada.ca/

La sécurité des vélos selon Michelin


 

Je trouve que l’idée du cercle lumineux intermittent autour du vélo est une très bonne idée pour limiter les accrochages et les accidents impliquant automobilistes et cyclistes
Nuage

La sécurité des vélos selon Michelin

 

Avec BikeSphere, Michelin lance un cercle lumineux innovant pour protéger les cyclistes du trafic automobile.

(CCM) — Dans le cadre de son programme d’innovations liées à la sécurité routière, Michelin lance BikeSphere. Cette petite sphère se fixe sur le guidon d’un vélo pour projeter un cercle lumineux rouge au sol. Ainsi, les automobilistes visualisent facilement la zone de sécurité à respecter autour du vélo.

Avec son programme Trendy Drivers, Michelin a l’ambition d’améliorer la sécurité routière en mettant sur le marché des produits high-tech innovants. L’initiative cible toutes les causes d’accidents de la route et s’attaque dans un premier temps aux accrochages impliquant des cyclistes. Le constructeur de pneumatique indique que 5 000 accidents chaque année en Francesont directement liées au non-respect de la distance de sécurité lorsqu’une voiture double un vélo.

C’est là qu’intervient l’innovation BikeSphere. Autour du cycliste, une zone laser est délimitée en rouge, sur la chaussée. Les automobilistes prennent alors conscience de l’espace à laisser lors du dépassement. L’objet connecté de Michelin est également capable de détecter la présence d’une voiture qui approche. Dans ce cas, le cercle projeté est dédoublé et le cycliste est alerté du danger.

Pour découvrir BikeSphere en images, voici la vidéo officielle de démonstration proposée par Michelin :

http://www.commentcamarche.net/

Un chaton perdu se fait un ami


Pendant son entraînement Viitor Fonseca un Brésilien a trouver un chaton laissé à lui-même. N’ayant rien pour l’amener avec lui, il le glisse dans son maillot, Le cycliste raconte que cette boule de poils ne l’a griffée, mais jouait et s’évertuait a lui donner des léchouilles
Il lui a trouvé une famille qui a voulu l’adopter
Nuage

 

Un chaton perdu se fait un ami

Des cyclistes professionnels pris en chasse par une autruche


Des cyclistes s’entraînaient sur les routes du Cap, en Afrique du Sud, en vue d’une prochaine course Ils ont pu avoir un excellent entraînement quand ils ont été pris en chasse par une autruche. Faut dire que ça cours vite ces oiseaux-là. Ils peuvent courir jusqu’à 50km/h pendant une bonne demie heure. Les cyclistes ne pouvaient pas avoir meilleur coach
Nuage

Des cyclistes professionnels pris en chasse par une autruche