Première : le cerveau d’un rat commandé par un cerveau humain


La Chine encore fait des siennes en science. Je vois du mauvais oeil qu’un humain pour commander à distance un animal même si c’est un rat. Si aujourd’hui, c’est un rat, demain, ce sera quoi ?
Nuage

 

Première : le cerveau d’un rat commandé par un cerveau humain

 

Fabrice Auclert
Journaliste

Une équipe de chercheurs chinois est parvenue à faire déplacer un rongeur dans un labyrinthe grâce à une interface cerveau-cerveau qui nécessite un ordinateur, puis une technologie sans fil pour transmettre les instructions de l’Homme à l’animal.

Une équipe de chercheurs chinois vient de publier dans la revue Nature une méthode pour contrôler un animal par la pensée. En reliant, sans fil, une interface neuronale directe (également appelée interface cerveau-machine) à un rat cyborg, un être humain a pu guider le rongeur à travers un labyrinthe.

Pour commencer, et après une période d’entraînement pour habituer les rats à ce système, six volontaires ont ainsi fait évoluer les rongeurs à travers un parcours en étoile à huit branches en atteignant, après plusieurs sessions, 98 % de commandes correctement interprétées. Forts de ces très bons résultats, ils ont ensuite guidé les rats au travers d’un labyrinthe beaucoup plus complexe. Le tout, dans un temps limité.

Commandés par Bluetooth

 

Uniquement avec la pensée d'un humain, le rat est parvenu à parcourir un labyrinthe avec des changements de direction et des marches à descendre © Nature's Scientific Reports

Uniquement avec la pensée d’un humain, le rat est parvenu à parcourir un labyrinthe avec des changements de direction et des marches à descendre © Nature’s Scientific Reports

Pour parvenir à guider les animaux à distance, l’équipe chinoise a créé une connexion entre deux cerveaux en utilisant des machines pour transmettre les informations. Le système est composé tout d’abord, côté humain, d’une électroencéphalographie qui détecte l’intention de bouger le bras gauche ou le bras droit. Il génère ainsi les commandes pour tourner à gauche ou à droite. Les chercheurs ont ensuite utilisé le clignement des yeux pour commander au rat d’avancer.

Côté rongeur, les rats sont des « cyborgs » équipés de puces micro-stimulateurs implantées dans le cerveau et contrôlées par Bluetooth. Deux paires d’électrodes stimulent les parties du cortexsomatosensoriel correspondant aux vibrisses (ou « moustaches ») du rat, pour l’inciter à tourner. Deux autres paires d’électrodes ont été implantées sur le faisceau médian du télencéphale (aussi appelé « circuit de la récompense ») pour commander l’animal à avancer, et lui fournir une récompense virtuelle.

https://www.futura-sciences.com

Pour voir le monde comme une chauve-souris, il s’est fait implanter un sonar dans les joues !


C’est triste de voir comment des gens peuvent se mutiler pour devenir ce qu’ils ne sont pas de nature. Devenir autre chose qu’un être humain tout simplement.
Nuage

 

Pour voir le monde comme une chauve-souris, il s’est fait implanter un sonar dans les joues !

 

Crédits : Carlos Pareja, cortesía / Joe Dekni

par Yohan Demeure

Un nouveau cyborg est né ! Un jeune artiste espagnol a souhaité voir le monde comme une chauve-souris. Ainsi, celui-ci s’est récemment fait implanter un organe artificiel dans les pommettes !

Qu’est-ce que le concept de cyborg ?

Un cyborg (ou organisme cybernétique) est un être humain amélioré, le plus souvent par le biais de greffes de dispositifs mécaniques ou électroniques. Ce terme abondamment utilisé dans la science-fiction – notamment dans le sous-genre cyberpunk – est de plus en plus employé pour des faits réels. En 2017, nous évoquions la prochaine étape de l’évolution de l’Homme, qui pourrait être l’avènement des cyborgs. Plus tôt encore, nous nous demandions si pour survivre aux machines, l’humain n’aurait d’autre choix que de devenir lui-même un cyborg.

Cet artiste est devenu un cyborg !

La nouvelle a été révélée par la version espagnole de i-D – un média appartenant àVice Newsdans un article publié le 24 octobre 2018. Une dizaine de jours avant la parution de l’article, l’artiste espagnol Joe Dekni s’est fait implanter un appareil similaire au sonar d’écholocation des chauves-souris. L’opération a eu lieu à la Transpecies Society de Barcelone (Espagne), une association dont la mission est de représenter la voix de personnes qui s’identifient comme n’étant pas entièrement humaines.

« J’étais intrigué par l’idée de pouvoir percevoir le paranormal ou l’invisible. Je me suis appuyé sur l’écholocation : un sens ou une qualité qui existent déjà, et que des animaux comme les chauves-souris ou les dauphins possèdent naturellement », a déclaré Joe Dekni.

Une démocratisation de la pratique ?

Dans sa démarche, l’intéressé a été assisté par Neil Harbisson, le premier humain à s’être fait greffer une antenne dans le crâne. Par ailleurs, l’intervention a eu des allures de spectacle, puisque du monde a été invité pour l’occasion – selon la volonté de l’artiste. Celui-ci a notamment déclaré vouloir populariser ce genre d’opération.

« La technologie nous offre bien plus que tout ce qui nous est encore inconnu. J’ai décidé de m’en servir de cette façon. Mon but avec ce projet est de pouvoir expérimenter le fait d’avoir un nouveau sens et de percevoir ce qui est invisible à la capacité humaine », a poursuivi l’artiste.

Ainsi, Joe Dekni vit désormais avec un appareil accroché à ses oreilles, et ce dernier a indiqué avoir ressenti à la fois de la joie et de la douleur. Quoi qu’il en soit, celui-ci semble satisfait. Fort heureusement pour lui, car il est désormais plutôt compliqué de revenir en arrière !

Sources : UlycesMomo Mag

https://sciencepost.fr/