Le prix de la moralité


Tout le monde sait que plus de gens connaissent un secret, il sera dévoilé tôt ou tard. Plus de la moitié des Américains ont jugé acceptable les écoutes téléphoniques après les révélations de Snowden. Ce qui est pire dans tous cela, c’est que probablement tous les pays font de l’espionnage, mais personne en parlent vraiment. Ce qui pour moi serait acceptable, c’est ce qui concerne la protection d’un pays et sa stratégie en cas de guerre, d’alerte, de catastrophes … pour le reste ce n’est pas sûr que cela a sa raison d’être … Enfin du compte, les secrets finissent un jour ou l’autre par se retourner contre eux, surtout qu’on apprend que le gouvernement s’espionnait lui-même
Nuage

 

Ces lanceurs d’alerte, traîtres ou héros?

Le prix de la moralité

 

Daniel Ellsberg, Bradley Manning, Julian Assange, Edward Snowden… Sauf le fait qu’ils aient tous dévoilé des secrets d’État, rien ne semble lier ces hommes aux profils et aux parcours si différents.

Un texte de Christine Bureau

Et pourtant, ces lanceurs d’alerte partagent bien plus que le seul fait de se retrouver sur la même liste noire à Washington. Ils ont chacun la particularité d’avoir un sens de la morale hors du commun, cette « science du bien et du mal » qui empêche une personne d’agir contre sa conscience.

Quelle que soit la raison qui a poussé ces quatre hommes à agir selon leurs principes, il reste que chacun a dû apprendre à vivre avec les conséquences de ses gestes. Ils espéraient changer le monde, mais voilà qu’ils doivent affronter un gouvernement en colère et une horde de médias avides de nouveaux secrets. Mais le citoyen ordinaire lui, que tire-t-il de ces révélations?

Retour sur le feuilleton Snowden et les enjeux qu’il a soulevés.

Bradley Manning (à gauche) et Edward Snowden

Bradley Manning (à gauche) et Edward Snowden

Traîtres ou héros?

« C’est un traître », a déclaré sans détour le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, faisant référence à Snowden.

La question a été posée à maintes reprises et elle continuera de l’être. Les lanceurs d’alerte sont-ils des héros ou des traîtres? Le président Barack Obama est lui aussi catégorique : « Edward Snowden n’est pas un patriote ».

Pour le professeur à l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en surveillance, Stéphane Leman-Langlois, l’enjeu est plus complexe. Edward Snowden, par exemple, est un peu des deux à la fois. Au sens de la loi américaine, c’est un traître, mais la réponse change si la question est abordée d’un point de vue éthique.

« Il y a une tendance depuis une quinzaine d’années au Canada, aux États-Unis et en Europe. Les gouvernements se referment énormément et cachent de plus en plus leurs activités aux citoyens. » La tentative de M. Snowden ou de Bradley Manning de renverser la vapeur devient donc, sous cet angle, un acte héroïque.

L’ancien lieutenant-colonel des Forces canadiennes, Rémy Landry, n’est pas d’accord.

« Il a trahi l’engagement qu’il avait signé avec l’agence de la sécurité nationale, il n’y a aucun doute dans mon esprit », explique-t-il, dénonçant au passage la fuite d’Edward Snowden en Russie.

« S’il est réellement convaincu, donc à ce moment-là, qu’il fasse face à la justice américaine, plutôt que de chercher à fuir. » Rémy Landry, ancien lieutenant-colonel des Forces canadiennes

Un partisan d'Edward Snowden participe à un rassemblement de soutien à Manhattan le 10 juin 2013.

Un partisan d’Edward Snowden participe à un rassemblement de soutien à Manhattan le 10 juin 2013. Photo :  AFP/Getty images/MARIO TAMA

La réaction de l’ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) Michel Juneau-Katsuya est plus nuancée.

« Il a énoncé quelque chose et engagé une discussion dans un processus démocratique […] peut-être que les manières de le faire sont questionnables, mais la question de fond est importante », estime-t-il.

Même son de cloche du côté du titulaire de la Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l’information et du commerce électronique, Pierre Trudel, qui croit qu’il existe en quelque sorte des « règles supérieures » qui permettent à une personne de parler lorsque ces dénonciations, « à court et à moyen terme, sont salutaires pour la démocratie ».

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

La cote « ultrasecrète »

En plus de soulever un débat important sur le droit à la vie privée, les secrets révélés par l’ancien employé de la NSA ont mis en lumière une pratique largement répandue aux États-Unis : celle de privatiser des centaines de milliers d’emplois liés de près ou de loin à la sécurité de l’État.

Cette pratique peut s’avérer dangereuse pour qui veille à cultiver le secret. Selon le professeur Leman-Langlois, tant que le gouvernement continuera à distribuer des accès à des documents secrets – ce qu’il appelle des « cotes de sécurité » – à des Américains ordinaires, il continuera d’augmenter ses risques de voir éclore de nouveaux lanceurs d’alerte.

« C’est ridicule », affirme le chercheur, « mais on est dans un État de sécurité et on a besoin de tellement de monde pour faire ce travail qu’on leur donne des cotes de sécurité ».

D'après le Spiegel, l'agence de renseignement américaine, la NSA, surveillait les systèmes de communication de l'immeuble du Conseil européen à Bruxelles.

D’après le Spiegel, l’agence de renseignement américaine, la NSA, surveillait les systèmes de communication de l’immeuble du Conseil européen à Bruxelles. Photo :  AFP/JOHN THYS

Ils sont aujourd’hui près d’un million d’employés à détenir la cote de sécurité la plus élevée, la cote « ultrasecrète ». Près de 4 millions de personnes ont la cote « secrète » aux États-Unis.

Chez Booz Allen Hamilton, la firme privée qui a engagé Edward Snowden, 25 000 employés, dont 12 000 qui ont la cote « ultrasecrète ». L’analyste travaillait depuis quatre ans pour le compte de la NSA lorsqu’il a révélé le programme PRISM.

Bradley Manning, lui, faisait partie de l’armée américaine depuis deux ans quand il a été transféré en Irak pour être nommé analyste du renseignement militaire. Il avait 21 ans lorsqu’il a eu accès aux 700 000 documents envoyés aux dirigeants de WikiLeaks.

La NSA a déjà annoncé qu’elle supprimait 90 % de ses postes d’administrateurs de système. L’automatisation rendra ainsi ses systèmes « plus faciles à défendre et plus sûrs », affirme l’agence.

Le professeur Leman-Langlois n’y croit pas.

« Le lobby industriel de la sécurité est tellement puissant qu’il est pratiquement impossible de faire marche arrière maintenant. » Stéphane Leman-Langlois

Edward Snowden, dans l'oeil de « Big Brother »

Une caméra de surveillanceUne caméra de surveillance Photo :  Radio-Canada/Yvon Thériault

Un constat que ne conteste pas l’ancien analyste militaire de la guerre du Vietnam Daniel Ellsberg, qui affirme dans une entrevue donnée au média en ligne Salon que 70 % du budget de l’intelligence américaine – presque 60 milliards de dollars – va à des contractants privés.

M. Ellsberg craint les dérives qui pourraient découler de l’ampleur d’un tel programme sécuritaire.

« À l’évidence, les États-Unis ne sont pas aujourd’hui un État policier. Mais, au regard de l’ampleur de cette invasion de la sphère privée, nous avons là l’infrastructure électronique et législative d’un tel État », avance M. Ellsberg dans une lettre ouverte publiée le lendemain des révélations de Snowden.

Et maintenant?

La révélation de l’existence d’un programme de cybersurveillance a peut-être ralenti la course à l’opacité du gouvernement américain, mais elle ne l’a pas arrêtée, estime le professeur Leman-Langlois.

Même les récents engagements de transparence pris par Obama ne l’ont pas convaincu.

« On va trouver toutes sortes de moyens pour se soustraire à ce système-là », dit-il en parlant de la promesse d’Obama de faire entendre les deux parties aux séances de la FISA, la cour spéciale affectée à l’approbation des actions de la NSA.

Une seule requête à la FISA permet aux gouvernements de mettre sous écoute des dizaines de milliers d’Américains, ajoute M. Leman-Langlois.

Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA)
Loi américaine datant de 1978 et encadrant les procédures de surveillance physique et électronique. Elle est amendée en 2007 par le président George W. Bush, ce qui permet à la NSA de s’autoréguler plutôt que d’avoir à obtenir un mandat pour espionner ses cibles à l’extérieur des États-Unis.

L'ex-analyste militaire de la guerre du Vietnam Daniel Ellsberg lors d'un rassemblement en soutien à Bradley Manning, le 1er juin 2013, au Maryland.

L’ex-analyste militaire de la guerre du Vietnam Daniel Ellsberg lors d’un rassemblement en soutien à Bradley Manning, le 1er juin 2013, au Maryland. Photo :  AFP/LEXEY SWALL

Dans son entrevue au média en ligne Salon, Daniel Ellsberg confirme l’obsolescence de la FISA.

« Alors vous avez une cour. Et le président dit : »Bien, ayons notre requête approuvée par la cour. » Oui. Et cette cour, qui se rencontre en secret et entend seulement le point de vue du gouvernement, a rejeté au total six requêtes du gouvernement sur des dizaines de milliers. »— Daniel Ellsberg 

Daniel Ellsberg croit tout de même que l’« alerte » lancée par Edward Snowden en juin 2013 risque d’avoir de nombreux échos. Il qualifie même ses révélations des « plus importantes » depuis les Papiers du Pentagone (Pentagon Papers).

Selon lui, les Papiers du Pentagone n’étaient d’ailleurs que la pointe de l’iceberg. Dans les années 1970, le scandale du Watergate a suivi, puis celui de l’affaire Iran-Contra en 1986.

Le président Barack Obama lors de sa conférence de presse du 9 août 2013.

Le président Barack Obama lors de l’annonce des nouvelles mesures de transparence Photo :  AFP/SAUL LOEB

Mais si la surveillance du citoyen et la culture du secret n’étaient pas à redouter?

Il y a effectivement une logique de défense derrière les arguments visant à protéger les secrets d’État, estime le professeur Pierre Trudel.

Mais à trop vouloir étiqueter les programmes d’« ultrasecrets », l’État court un autre danger qui lui, n’a rien à voir avec la menace terroriste.

« C’est sûr que si les mécanismes mis en place pour surveiller se font cacher des choses, les citoyens n’auront pas confiance, et quand on n’a pas confiance dans un système, c’est extrêmement dangereux et néfaste pour la démocratie », soutient le professeur Trudel.

Il ajoute que le citoyen, s’il est en désaccord avec les pratiques du gouvernement, doit se montrer plus exigeant en matière de transparence.

Au lendemain de l’affaire Snowden, cependant, plus de la moitié de la population américaine appuyait l’argument sécuritaire évoqué par l’administration Obama. Comme l’a révélé un sondage du Washington Post et du Pew Reasearch Center, 56 % des Américains jugent « acceptable » que la NSA recueille des données téléphoniques pour mener des enquêtes sur le terrorisme.

Julian Assange, Bradley Manning et Edward Snowden ont lancé une alerte à la population parce qu’ils estimaient que les actions du gouvernement étaient illégitimes.

Le futur dira si elle a entendu leur message.

  • 5 millions : le nombre d’Américains qui ont l’une des deux cotes de sécurité les plus élevées aux États-Unis
  • 60 milliards : le coût approximatif des programmes de sécurité américains
  • 70 % : le pourcentage du budget de l’intelligence américaine qui va à des contractants privés
  • 56 % : le pourcentage des Américains qui jugent « acceptable » que la NSA recueille des données téléphoniques

http://www.radio-canada.ca

Attention! Vos gadgets vous épient sans cesse


Aujourd’hui, que ce soit les télévisions intelligents, le récepteur numérique, les cellulaires, les médias sociaux tout est appelé a être surveiller. L’espionnage a grande échelle. Préserver sa vie privée, n’est qu’un écran de fumée, car a l’ère de cette technologie, il n’y a pu de vie privée
Nuage

 

Attention! Vos gadgets vous épient sans cesse

 

Vie privée - Attention! Vos gadgets vous épient sans cesse

Photo ktsdesign / Fotolia

Canoe.ca
Stéphane Vaillancourt

Depuis les révélations au sujet de PRISM, ce vaste projet de cybersurveillance des internautes par le gouvernement américain, les gens se sentent soudainement épiés, croient leur vie privée violée par de l’écoute électronique ou l’interception de messages textes.

Or, les appareils et logiciels que l’on utilise au quotidien dévoilent tout autant d’information à votre sujet aux fabricants (dans le meilleur cas) ou à des bidouilleurs ayant réussi à exploiter une faille de sécurité (dans le pire cas).

Les téléphones et tablettes sont équipés d’un module GPS et d’une antenne Wi-Fi, qui peuvent servir à connaître votre emplacement en tout temps. On se souviendra du cas Apple, où le stockage des données de localisation s’effectuait dans un fichier facilement accessible et non chiffré avait soulevé bien des questions, en 2011.

Les téléviseurs intelligents et récepteurs numériques personnels aussi peuvent servir à connaître beaucoup de choses à votre sujet: les sites visités et services utilisés dans un cas, les émissions que vous écoutez dans l’autre.

De plus, des téléviseurs vulnérables permettraient à des gens malveillants non seulement de s’introduire dans le système et accéder aux informations qui y sont stockées, mais aussi de propager des virus ou espiogiciels par l’entremise des ports USB dont ces appareils sont équipés.

Les consoles de jeu n’y échappent pas. On pense immédiatement au module Kinect de Microsoft, que l’on soupçonne de rester en veille pour épier nos moindres faits et gestes. La nouvelle version, intégrée à même la nouvelle Xbox One dont la sortie est prévue à l’automne 2013, est même fortement soupçonnée d’être un espion à la solde de la NSA et de PRISM, selon Inquisitr (en anglais).

Enfin, le logiciel de téléphonie IP Skype ferait, lui aussi, partie intégrante du réseau d’espionnage gouvernemental avec son «Project Chess», mis sur pied il y a déjà 5 ans de cela et exploité par la NSA et le FBI depuis février 2011, alors que Skype appartenait encore à eBay.

Pas que les États-Unis…

On apprenait aussi récemment que les services de renseignement français, la DGSE, possède aussi un système permettant de collecter les «signaux électroniques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l’étranger».

Bref, que «l’ensemble des courriels, des messages textes, des relevés d’appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter et autres réseaux sont ensuite stockés pendant des années», selon le quotidien Le Monde.

On note toutefois que la surveillance cible surtout «qui parle à qui», plutôt que le contenu des conversations en soi – probablement la deuxième étape, une fois une conversation ciblée.

Étiqueté «terroriste potentiel»

Une fois les informations recueillies, il ne reste plus qu’à les jumeler aux données publiques (caméras dans les transports ou lieux publics) et surveiller les comportements jugés suspects, comme l’a appris à ses dépens David Mery, en 2005, alors que la police de Londres était sur les dents, peu de temps après un attentat dans le métro.

 

Le problème, c’est qu’une fois une personne étiquetée « terroriste potentiel », on interprète tout geste, tout acte comme étant suspect. Une fois la personne arrêtée, même si une erreur est admise par la suite, son nom demeure dans les registres pendant un bon bout de temps (9 à 10 ans, dans ce cas-ci), l’empêchant de voyager ou, simplement, de vivre une vie normale.

Si vous n’avez rien à cacher…

Le fameux prétexte voulant que « si vous ne faites rien de mal, vous n’avez alors rien à cacher » est plutôt douteux, à la lumière de l’histoire de David Mery (et probablement de plusieurs autres).

Que dire alors, si l’on suit cette logique, de ceux qui décident de ne pas avoir de compte Facebook? Ceux qui ne publient jamais de photo d’eux ou ne font jamais de «check-in» sur les réseaux sociaux? Est-ce que désirer conserver un peu de vie privée serait devenu un comportement suspect?

On est en droit de se demander où la logique Big Brother va nous mener…

http://fr.canoe.ca

Surveillance : Le père du Web dénonce l’hypocrisie de l’Ouest sur l’espionnage


Que les jeunes n’utilisent moins le web pour parler de leur vie intime, a cause des révélations que les États-Unis fait de l’espionnage des internautes, me surprendrait … Pour les plus vieux, probablement qu’ils feront peut-être plus attention, mais quoiqu’il en soit il est vrai que si l’Occident montre du doigt des pays qui ont des politiques plus dures et espionnent le peuple .. l’Occident n’a vraiment pas de leçon a donné
Nuage

 

Surveillance : Le père du Web dénonce l’hypocrisie de l’Ouest sur l’espionnage

 

Surveillance - Le père du Web dénonce l'hypocrisie de l'Ouest sur l'espionnage

Tim Berners-Lee, le père du web

Photo Vincent West / Reuters

LONDRES – Tim Berners-Lee, crédité d’être à l’origine du World Wide Web (WWW) en 1989, dénonce l’«hypocrisie» des gouvernements occidentaux qui espionnent le monde tout en faisant la leçon aux régimes autoritaires qui font exactement la même chose.

«Au Moyen-Orient, les citoyens se sont vus octroyer l’accès à la Toile pour être aussitôt espionnés, puis emprisonnés», relève ce savant de 58 ans, inventeur du célèbre système de liens hypertexte en réseau, dans les colonnes du Times de Londres.

«Il est facile pour les Occidentaux de dire ‘il ne faudrait pas que ces méchants gouvernements puissent se livrer à de l’espionnage’. Mais il est évident que les pays développés font de même eux-aussi à grande échelle sur internet», dit-il.

Il redoute aussi que les récentes révélations sur l’ampleur des programmes américain et britannique de cybersurveillance ne modifient la manière de faire des internautes, notamment chez les jeunes générations très friandes de réseaux sociaux pour exposer et partager leur univers intime.

Il évoque ainsi «les adolescents incertains de leur sexualité et qui sont désireux de communiquer avec leurs semblables, (…) les personnes qui ont été victimes d’abus et sont en quête d’aide».

«(…) Les gens vont maintenant hésiter à se livrer sur la Toile sachant qu’il y a quelqu’un qui les regardent derrière leur épaule», explique ce diplômé d’Oxford anobli en 2004 par la reine d’Angleterre.

Ce dernier s’interroge enfin sur la capacité des gouvernements à protéger le caractère confidentiel de données «sensibles» une fois celles-ci recueillies.

http://fr.canoe.ca

Annonceur condamné à 18 mois «Cherche femme monoparentale pour abuser de ses enfants»


Qu’est ce qui se passe dans leur tête ? Comment peut-on faire une telle annonce ? Comment se fait-il qu’il y a de plus en plus d’adulte vicieux et immoral .. ? Mais jusqu’où nous allons pour mettre en danger nos jeunes .. si ce n’est pas de l’intimidation par leurs pairs et d’un côté, de l’autre côté c’est de la pédophilie par des cons et le mot est faible .. car il y a des cons qui ont plus d’allure que ca
Nuage

Annonceur condamné à 18 mois

«Cherche femme monoparentale pour abuser de ses enfants»

«Cherche femme monoparentale pour abuser de ses enfants»

Crédit photo : Agence QMI

La Cour d’appel vient de confirmer la peine imposée en première instance à Joël Gagné, , ainsi que les verdicts de culpabilité prononcés contre lui pour possession, distribution et production de pornographie juvénile

Par Éric Thibault | Journal de Montréal

L’annonce sur Internet se lisait comme suit:

«Homme cherche femme monoparentale pour abuser de ses enfants».

L’annonceur a trouvé la police et il se retrouve maintenant derrière les barreaux pour 18 mois.

La Cour d’appel vient de confirmer la peine imposée en première instance à Joël Gagné, ainsi que les verdicts de culpabilité prononcés contre lui pour possession, distribution et production de pornographie juvénile.

Le résident d’East Angus, en Estrie, avait mis en ligne cette annonce peu subtile sur un site de clavardage, à l’hiver 2008. Une mère indignée n’a pas tardé à lui répondre.

L’internaute de 33 ans a tenté de la convaincre «de lui laisser ses deux jeunes enfants pendant quelques heures dans le but d’abuser d’eux sexuellement ou d’obtenir d’eux des faveurs sexuelles moyennant rétribution», a relaté le plus haut tribunal du Québec dans sa décision rendue la semaine dernière.

Défense inédite

La mère avait alerté la Sûreté du Québec, dont les policiers du Module de cybersurveillance sont passés à l’action.

Se faisant passer pour une adolescente de 13 ans, les limiers virtuels ont clavardé avec le suspect à trois reprises.

À chaque occasion, Gagné a offert de l’argent en échange de services sexuels. Les policiers ont arrêté l’internaute et saisi son ordinateur renfermant les preuves incriminantes.

Gagné a d’abord plaidé coupable à des accusations de leurre informatique d’une mineure à des fins sexuelles, mais il a contesté le fait que ses avances virtuelles constituaient du matériel pornographique infantile.

Le juge Conrad Chapdeleine l’a déclaré coupable au terme d’un procès, tenu il y a 13 mois.

La Cour d’appel a ensuite accepté d’entendre la cause à la demande de la défense, qui soulevait un argument inédit dans son interprétation du Code criminel.

«L’appelant prétend qu’en utilisant le terme «écrit» (…), le législateur voulait y inclure des écrits tels que des livres ou des essais, et non pas les conversations sous forme de clavardage entre deux personnes. Selon lui, ces conversations ne sont pas des écrits ni des documents. Rien dans les dispositions (des articles de loi) ne supporte cette prétention de l’appelant», ont tranché les juges François Doyon, Paul Vézina et Jacques Viens.

Joël Gagné a pris le chemin de la prison à la suite de la décision de la Cour d’appel, lui qui bénéficiait jusque-là d’une liberté provisoire.

http://tvanouvelles.ca