Vivre dans un café Internet


Quel triste qualificatif : travailleur-jetable. Au Japon, un phénomène social s’est formé dans les cyber-cafés pour les sans emplois, ceux qui restent trop loin pour rentrer à la maison, un hébergement à long terme dans une pièce grand comme un placard
Nuage

 

Vivre dans un café Internet

 

Scène tirée du documentaire Les réfugiés des Net Café de Shiho Fukada

Photo: Pulitzer CenterScène tirée du documentaire Les réfugiés des Net Café de Shiho Fukada

Fabien Deglise

Il s’appelle Tadayuki Sukai. Il a perdu son emploi et depuis quatre mois, il habite dans… un café Internet de Tokyo au Japon. Et il n’est pas le seul à avoir élu domicile fixe dans un placard. Au sens presque propre.

Le phénomène est troublant. Dans la capitale japonaise, les cafés Internet sont devenus en effet des lieux d’hébergement à temps plein pour des exclus du marché du travail, mais également pour des centaines de travailleurs qui n’ont pas le temps de rentrer chez eux le soir, dans les banlieues éloignées, entre deux journées trop chargées en heures supplémentaires.

La tendance s’est ancrée dans le tissu social nippon au début des années 90, avec l’apparition de ces cafés branchés offrant des postes informatiques dans des cabines individuelles pour accéder à l’Internet. Elle a pris de l’ampleur dans les dernières années sous l’effet de la crise économique qui frappe le Japon et de l’augmentation du coût de la vie, particulièrement en zone urbaine où l’accès à un toit est problématique, particulièrement pour les 38 % des travailleurs temporaires que compte le pays.

En 10 minutes, le réalisateur Shiho Fukada témoigne de cette étrange réalité dans un web-documentaire sensible présenté en ligne et intitulé Les réfugiés des Net Café. (voir la vidéo) L’objet est la composante d’une série de capsules qui explorent le thème des travailleurs-jetables au Japon. Claustrophobes s’abstenir.

http://www.ledevoir.com/

L’homme qui a mené à l’arrestation de Magnotta Kadir, le héros de Berlin


L’alerte lancé a travers le monde a porter fruit pour l’arrestation de Magnotta. Ce matin aux nouvelles à la télé, on racontait que c’était un client du cybercafé qui a reconnu Magnotta et qui était sortie dehors pour appeler la police disant qu’une personne rechercher était au cybercafé .. mais les policiers sont partis sans vérification a cause d’un appel d’urgence .. Alors le gars semble t’il a attendu qu’une autre voiture de police pour leur faire signe et ce fut l’arrestation …
Nuage

 

L’homme qui a mené à l’arrestation de Magnotta : Kadir, le héros de Berlin

 

Kadir, le héros de Berlin

Crédit photo : Reuters

Kadir Anyalisi, l’homme qui a mis fin à la cavale de Luka Rocco Magnotta.

Par Philippe Bourdon | Journal de Montréal

Consultez la chronologie de cette affaire

«C’est un héros ! Il a réussi à mettre la main sur un malade, mon fiancé a arrêté un monstre!»

Kadir Anyalisi, qui a mis fin à la cavale de Luka Rocco Magnotta dans son petit café internet de Berlin, croule depuis sous les éloges, selon sa compagne Jessica.

«Kadir est inondé de demandes d’entrevues de médias étrangers et locaux. Il est considéré comme un héros. Il a su garder son sang-froid. Il a fait exactement ce qu’il fallait faire et si cet homme passe sa vie derrière les barreaux, c’est grâce à Kadir!», a conté la jeune femme jointe au café Helin, où elle travaille également.

«Les Berlinois lui sont tellement reconnaissants. Il a mis la main sur un gars qui aurait pu faire des dommages dans notre ville», a ajouté Jessica.

Présente lors de l’arrestation du dépeceur, elle a indiqué que Luka Rocco Magnotta s’est présenté au cybercafé vers 10h30, heure locale hier matin.

Il était vêtu d’un manteau noir, de jeans bleu et portait des lunettes de soleil foncé.

C’est ce dernier détail qui a mis la puce à l’oreille de son copain, dit-elle, qui déjà se disait «que son visage lui rappelait quelque chose».

À cause des lunettes

 

«C’est quand l’homme a enlevé ses lunettes que Kadir a réalisé que l’homme était sans doute celui recherché par la police à travers le monde», a expliqué Jessica.

N’ayant plus aucun doute sur l’identité de l’homme qui chattait et consultait alors des vidéos sur YouTube, il est sorti pour interpeller un véhicule policier qui passait en face du commerce, rue Karl-Marx.

Les policiers berlinois se sont alors amenés à l’intérieur et ont exigé de Magnotta qu’il produise son passeport.

«Vous m’avez eu»

 

«Il tentait de donner de faux noms, mais il s’est rendu compte assez vite qu’il n’irait nulle part, alors il a juste dit: ‘’vous m’avez eu »», a relaté Jessica.

Elle a ajouté que Magnotta n’a d’aucune façon tenté de résister à son arrestation, tout en revenant à nouveau sur sa fierté face au geste posé par son fiancé.

Toute la journée, il a serré des mains, donné des entrevues. «Il est traité comme un héros par les médias allemands. Je suis tellement fière de lui», a soufflé Jessica, émue au bord des larmes.

http://tvanouvelles.ca