Quand le culte du corps tourne au cauchemar


Le culte du corps ne concerne pas juste les filles, les hommes aussi sont touchés et c’est important de ne pas prendre cela à la légère
Nuage

 

Quand le culte du corps tourne au cauchemar

 

Égoportrait d’Hugo Gauthier Photo : Hugo Gauthier

L’obsession du corps parfait chez les jeunes hommes intéresse de plus en plus les psychiatres. Ce trouble de santé mentale, connu sous le nom de bigorexie, incite les gens qui en sont atteints à s’entraîner de longues heures, à se sous-alimenter et à utiliser des suppléments alimentaires. Ce décalage entre la réalité et la perception de son corps touche majoritairement les hommes.

Hugo Gauthier souffre de bigorexie. En mars dernier, le jeune homme de 18 ans a traversé une période de profonde tristesse après une rupture amoureuse.

Pour y remédier, il a décidé de se mettre en forme et de sculpter son corps.

L’étudiant du Cégep de Victoriaville s’adonne alors à la course à pied de façon intensive et modifie son alimentation. Le plaisir de l’entraînement devient petit à petit une fixation.

La transformation de son corps n’a pas l’effet escompté sur son estime de lui-même.

« Quand j’ai remarqué mes abdos, les fameux abdos, j’en voulais plus. Là, j’ai réduit mes portions et je courais tous les jours et c’est devenu l’enfer. » – Hugo Gauthier

Hugo avant d’entamer une psychothérapie.

Changement d’attitude

En six mois, Hugo passe de 68 à 54 kg (150 à 120 lb). Il ne mange plus que du blanc de poulet et des légumes. Son corps lui plaît, il se sent valorisé par ses muscles, mais ne se trouve pas encore assez « découpé ». Le pèse-personne est son meilleur ami, mais aussi son pire ennemi.

« Je ne faisais plus rien, je ne voyais plus d’amis, ma famille. J’étais vraiment faible, j’avais de la difficulté à marcher après l’entraînement. » – Hugo Gauthier

La mère d’Hugo observe les changements dans la vie de son fils. Celui-ci ne veut plus voir ses amis et s’isole. En août, les démarches de sa mère permettent d’établir un diagnostic de bigorexie.

Un trouble mental dans la mire

Récemment ajouté dans l’ouvrage de référence de l’Association américaine de psychiatrie, le « dysmorphisme musculaire », ou bigorexie, se manifeste plus tard que l’anorexie, vers le début de la vingtaine.

La psychologue Nathalie Saint-Amour de Lévis se spécialise dans le traitement de cette maladie. Hugo Gauthier l’a consultée pour obtenir de l’aide, même s’il habite à Victoriaville, à plus de 100 kilomètres de la clinique.

La psychothérapeute observe que les gens touchés sont souvent des perfectionnistes, animés d’un désir de plaire.

« Dans notre société, la perfection par rapport au corps est très importante. Les idéaux de beauté masculine rattrapent ceux des filles. »

Mme Saint-Amour ajoute que l’utilisation du corps masculin dans les publicités n’est pas étrangère à la recrudescence des cas de bigorexie.

Il ne faut pas se laisser berner par l’apparence de santé de ces jeunes hommes, affirme la spécialiste.

« Si on ne traite pas, il peut y avoir de graves conséquences sur le foie, les reins et le système cardiovasculaire. »

http://quebec.huffingtonpost.ca/

La chirurgie esthétique pour les chiens et chats interdite à Rio


Je pense que le Brésil pourrait donner une bonne leçon sur la protection animale sur les lois qui visent a les protéger de l’être humain a vouloir soit en faire une race soi-disant parfaite ou être utilisé pour tests et expériences
Nuage

 

La chirurgie esthétique pour les chiens et chats interdite à Rio

 

L'assemblée législative de Rio de Janeiro, une ville où le culte du corps frise... (Photos.com)

PHOTOS.COM

Agence France-Presse
RIO DE JANEIRO

L’assemblée législative de Rio de Janeiro, une ville où le culte du corps frise l’obsession, vient d’approuver en première instance un projet de loi qui interdit la chirurgie esthétique sur… les chiens et les chats.

À l’initiative de la députée Graça Pereira, de la petite formation de droite Parti rénovateur brésilien (PRTB), la proposition de loi interdit les interventions destinées à modifier l’apparence de l’animal à des fins non curatives, telles que la caudectomie (le fait de couper la queue des chiens); l’onyxectomie (l’ablation des griffes du chat); ou encore l’otectomie (la coupe des oreilles d’un chien) entre autres.

En juillet 2013, le Conseil national de médecine vétérinaire du Brésil avait publié une résolution dans le Journal officiel stipulant que ce type d’interventions chirurgicales de convenance (fondées sur des critères esthétiques) étaient désormais «illégales».

Depuis, les vétérinaires contrevenants encourent le risque de se voir radier de la profession.

En janvier, l’État de Sao Paulo avait interdit l’utilisation d’animaux pour les tests et expériences dans l’industrie des cosmétiques et des parfums, mais pas dans celle des médicaments.

En octobre dernier, un groupe d’activistes avait envahi un laboratoire situé à Sao Roque (à 60 km de Sao Paulo) et libéré 200 chiens, tous de la race beagle, qui servaient de cobayes pour des tests pharmaceutiques.

Les chiens étaient tous rasés et l’un d’eux avait été retrouvé congelé dans de l’azote liquide. Plusieurs autres avaient été mutilés.

http://www.lapresse.ca/

Mefiez-vous des belles promesses


Je crois qu’on ne le dira jamais assez, il n’y a pas de miracle pour maigrir. Ce n’est pas en suivant des régimes bidons et rester sédentaire qu’on peut maigrir a long terme Car oui, on peut perdre du poids mais maigrir trop vite n’est pas mieux et peut être dangereux pour la santé et on reprend vite le poids perdu et plus encore … En général, une bonne alimentation et de l’exercice est le meilleur moyen
Nuage

 

Méfiez-vous des belles promesses

 

Méfiez-vous des belles promesses

Photo: FreeDigitalPhotos.net

Il n’existe aucune recette miracle pour perdre du poids, alors méfiez-vous de tout ce qui est trop beau pour être vrai.

 

En cette période estivale où le culte du corps est à son maximum en raison des journées à la plage ou à la piscine, l’Agence de sécurité sanitaire en France rappelle de se méfier des belles promesses.

Perdre du poids a des conséquences sur la santé. Ainsi, pour que cela soit sans danger et efficace, la prise en charge médicale et des conseils professionnels sont grandement recommandés. L’approche doit être individualisée et prévue à long terme.

Attention aux produits amaigrissants qui représentent souvent un danger pour la santé ou sont sans effet. Les médicaments comme la sibutramine et le rimonabant sont à proscrire, car ils sont trop nocifs.

En cas de nécessité médicale, certaines approches peuvent être envisagées lorsque le changement d’alimentation et les exercices physiques ne suffisent pas.

Ainsi, sous supervision médicale, on pourrait opter pour des médicaments comme orlistat ou Xenical, mais leur efficacité est plutôt modeste.

Une chirurgie bariatrique pourrait aussi être recommandée dans les cas lourds d’obésité, mais à condition également de changer son mode de vie, donc avoir une meilleure alimentation et faire des activités physiques.

http://fr.canoe.ca/