Écosse : un monument mégalithique datait en réalité… des années 1990


Un cromlech est un cercle de pierres qui généralement a plusieurs millénaires. Tous les cromlechs ? Non, un archéologue s’est trompé avec une imitation fait par un fermier, il y a quelques années.
Nuage 

 

Écosse : un monument mégalithique datait en réalité… des années 1990

 

Ces cercles de pierres ont souvent entre 3 500 et 4 500 ans (photo d'illustration).

Un cercle de pierres découvert en Écosse et supposé millénaire est en réalité une réplique construite dans les années 1990, rapporte « The Guardian ».

 

Par LePoint.fr

Ils le pensaient millénaire, il n’a même pas trente ans. Un monument mégalithique découvert en Écosse, et qu’un archéologue supposait âgé de plusieurs millénaires, a en réalité été construit dans les années 1990, rapporte The Guardian. Ce cromlech, cercle de pierres en alignement circulaire, se trouve à Aberdeenshire, dans le nord-est du pays et avait été authentifié.

Voir l'image sur Twitter

Le monument posait tout de même plusieurs questions, précise The Guardian, notamment à cause de sa petite taille et de la faible hauteur de ses pierres. Mais les archéologues de la région ont poursuivi leurs recherches sur le monument, jusqu’à ce que la vérité éclate grâce à un fermier, ancien propriétaire du lieu. Ce dernier a en effet avoué avoir construit le monument dans le milieu des années 1990, comme une réplique d’un véritable cromlech.

« Un grand atout pour le paysage »

Un camouflet pour les spécialistes  ? Pas du tout selon Neil Ackerman, archéologue dans la région d’Aberdeenshire :

« C’est évidemment embêtant d’apprendre cela, mais ça ajoute tout de même un élément intéressant à cette histoire. Une réplique aussi réaliste montre que la communauté locale connaît et apprécie l’archéologie de la région. »

Si le monument n’est pas authentique, Neil Ackerman affirme qu’il reste « un grand atout pour le paysage ».

Ces cercles de pierres ont souvent entre 3 500 et 4 500 ans, précise The Guardian et sont difficiles à dater.

https://www.lepoint.fr/