Le moustique tigre pique vers le nord de l’Europe


Si on prend des hiver plus doux, des échanges commerciaux, quelques intrus qui se sont glissé dans des pneus usagés on obtiens quoi ??? Des beaux petits moustiques peuplant en immigrants illégaux .. En plus c’est charmantes bestioles … les femelles sont assoiffées de sang ..et peut laisser un petit cadeau, c’est gentil non ? Oui une petite marque de tendresse .. de maladies infectieuses … En Europe,ils commencent a connaitre le terrain et semble s’y plaire .. j’ai lu qu’USA,  ils affectionnaient aussi nos voisins cow boys… Espérant qu’ils ne soit pas friand des québécois ..
Nuage

 

Le moustique tigre pique vers le nord de l’Europe

 

Le moustique tigre pique vers le nord de l'Europe

© Shutterstock

Par Véronique MARTINACH

Les régions du nord de l’Europe risquent de devenir plus favorables à la propagation du moustique tigre, vecteur de nombreuses maladies infectieuses, selon des modèles d’évolution climatique présentés mercredi dans la revue Interface de la Royal Society britannique.

 

Aedes albopictus, communément appelé «moustique tigre», véhicule la dengue ou le chikungunya, mais aussi la fièvre jaune ou encore le virus du Nil occidental, entre autres.

Depuis quelques décennies, il est en forte expansion dans le monde, en zone non-tropicale.

Arrivé en Europe à la fin des années 1970 par le biais de marchandises (notamment des pneus usagés), il est désormais implanté dans 17 pays européens dont la France.

Des cas autochtones de dengue et de chikungunya ont été déclarés en 2010 dans les départements du Var et des Alpes-Maritimes. À l’été 2010, un cas de dengue a également été diagnostiqué chez un touriste allemand de retour de Croatie.

En France, le moustique tigre a réussi à s’établir dans les Alpes-Maritimes (2004), en Haute-Corse (2006), en Corse-du-Sud et dans le Var (2007), ainsi que dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Bouches-du-Rhône (2010), aussi dans le sud-est.

Il a été identifié en septembre 2011 dans la région Aquitaine. Les autorités sanitaires ont annoncé le 13 avril qu’il allait faire l’objet d’une surveillance renforcée sur la façade Atlantique.

Sa reproduction est favorisée par les eaux stagnantes (soucoupes des pots de fleurs, vases, gouttières mal entretenues, etc.).

Des hivers plus doux

Selon des chercheurs de l’université de Liverpool, qui ont examiné les relevés météorologiques européens depuis 1950, la combinaison de conditions climatiques (température, humidité, précipitations) et de facteurs environnementaux peuvent avoir favorisé l’expansion du moustique tigre.

Des années 60 aux années 80, le sud de la France, le nord de l’Italie, le nord de l’Espagne, la côte est de la mer Adriatique et l’ouest de la Turquie ont présenté des conditions climatiques propices à son installation.

«Pendant les deux dernières décennies, les conditions climatiques sont devenues plus propices sur le centre du Nord-Ouest de l’Europe – Benelux, ouest de l’Allemagne – et dans les Balkans», avertissent les chercheurs.

Dans ces deux régions, les hivers sont devenus progressivement plus doux et les étés plus chauds et plus humides. Parallèlement, avec une atmosphère plus sèche, le sud de l’Europe est devenu moins accueillant pour l’insecte.

Les chercheurs ont utilisé un outil de modélisation informatique pour simuler les tendances météorologiques pour 2030-2050.

«Des tendances similaires sont vraisemblables à l’avenir, avec un risque simulé accru sur le nord de l’Europe et en légère diminution sur le sud», expliquent-ils.

«Ces changements sont liés à des conditions plus humides et plus chaudes favorisant l’hivernage d’A. albopictus dans le nord, et des étés plus secs et plus chauds qui pourraient limiter son expansion vers le sud», ajoutent-t-ils.

L’étude souligne cependant que l’implantation du moustique dépend d’autres facteurs que les seuls facteurs météorologiques. Les chercheurs n’ont par exemple pas tenu compte des types de végétation ou de sols, déterminants pour la reproduction de l’insecte.

http://fr.canoe.ca

Un musée pour les coeurs brisés


Un musée des coeurs brisées pour voir des souvenirs souvent brisés pour conclure la rupture d’un couple. Je sais pas .. mais je trouve ca bien bizarre d’entretenir ce genre d’articles c’est un instant négatif qu’on laisse pour la postérité …
Nuage

 

Un musée pour les coeurs brisés

Un musée pour les coeurs brisés

Le nain de jardin du Musée des coeurs brisés a volé au-dessus de la voiture d’un mari devenu «arrogant et sans-coeur». Il a rebondi sur le bitume et son visage a été fracassé.

Photo: AP

Associated Press
ZAGREB

Que faire d’un nain de jardin jeté avec colère au moment d’une rupture houleuse? D’un ourson offert pour la Saint-Valentin? Ou d’une hache utilisée pour réduire en miettes les meubles d’un briseur de ménage? Tous ces objets, témoignages d’amours désormais éteints, sont réunis au Musée des coeurs brisés, à Zagreb, la capitale de la Croatie.

Et à chaque Saint-Valentin, sa fréquentation double. «Tous les objets présentés ici représentent toutes les étapes d’une rupture», explique Drazen Grubisic, un artiste qui a cofondé le musée en 2010 dans la capitale croate. «On pourrait dire que c’est un musée de l’amour, mais à l’envers».

Les souvenirs proviennent du monde entier et sont très variés. Chacun est accompagné des dates et lieux de la relation, et de messages des donateurs, anonymes. Certains sont amusants, comme cette note à côté d’un porte-jarretelles:

«Je ne les ai jamais portés. La relation aurait peut-être duré plus longtemps dans le cas contraire».

D’autres sont amers. Ainsi, le nain de jardin a volé au-dessus de la voiture d’un mari devenu «arrogant et sans-coeur». Il a rebondi sur le bitume et son visage a été fracassé.

Une hache avait été utilisée par une Berlinoise pour réduire en miettes les meubles laissés derrière elle par son ex-compagne.

«Plus la pièce se remplissait de copeaux de meubles, mieux je me sentais».

Le musée, situé non loin de la mairie de Zagreb, où les couples viennent s’unir, présente une centaine de «reliques» sur le millier recueillis dans le monde entier. Ainsi, certains objets sont arrivés de Manille, de Londres et de Singapour.

Une prothèse de jambe, actuellement exposée en Angleterre, a été donnée par un ancien combattant qui était tombé amoureux de sa kinésithérapeute. Le message d’accompagnement précise qu’elle a tenu plus longtemps que la relation elle-même, car elle était fabriquée avec un «matériau plus robuste».

Le musée lui-même est le fruit d’une rupture. Lorsque Drazen Grubisic et Olinka Vistica, une cinéaste, se sont séparés, ils ont dû déterminer qui gardait quel souvenir. Ils refusaient de s’en séparer et ont donc créé le musée.

«Peut-être qu’à un moment de la vie, on voudra se souvenir de certains bons moments de la relation», souligne M. Grubisic. Pour les donateurs, ce peut être un geste thérapeutique. «Cela leur permet d’avancer. Ils veulent aussi montrer quelque chose d’universel: nous avons tous eu le coeur brisé au moins une fois».

http://www.cyberpresse.ca