Pourquoi les dirigeants étrangers ne vident pas leur sac devant Trump


M. et Mme tout le monde peuvent dire ce qu’il pensent de Donald Trump, mais il est malheureux de voir nos dirigeants raser le plancher pour ne pas blesser Trump qui lui ne ce gène pas pour insulter, voir humilier les autres. Ce n’est pas digne d’un dirigeant. L’horreur d’un 2e mandat qui plane n’aide en rien pour les pays qui malheureusement dépendent de l’humeur du pire président des États-Unis. Ce qui nuit au respect des autres face aux États-Unis
Nuage


Pourquoi les dirigeants étrangers ne vident pas leur sac devant Trump

Justin Trudeau, Boris Johnson, Emmanuel Macron, la princesse Anne et Jens Stoltenberg lors d'une réception à Buckingham Palace (Londres) à l'occasion des 70 ans de l'OTAN, le 3 décembre 2019. | Yui Mok / POOL / AFP

Justin Trudeau, Boris Johnson, Emmanuel Macron, la princesse Anne et Jens Stoltenberg lors d’une réception à Buckingham Palace (Londres) à l’occasion des 70 ans de l’OTAN, le 3 décembre 2019. | Yui Mok / POOL / AFP

Joshua Keating— Traduit par Bérengère Viennot

Une vidéo virale montre Trudeau, Macron et Johnson se moquer de Trump dans son dos pendant un cocktail au cours du sommet de l’OTAN. Mais aucun d’entre eux n’osera jamais rien lui dire en face.

À l’échelle des péchés de Donald Trump, la longueur de ses conférences de presse est plutôt vénielle. Mais dans une vidéo désormais virale montrant des dirigeants de grandes puissances mondiales en train de papoter entre eux, on entend le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, s’émerveiller que Trump soit «en retard parce qu’il fait une conférence de presse inopinée de quarante minutes» pendant le sommet de l’OTAN de début décembre, et ajouter «vous auriez vu la tête de son équipe», faisant apparemment allusion à l’annonce surprise du président américain que le prochain sommet du G7 aurait lieu à Camp David [lieu de villégiature officiel du président des États-Unis, ndlr].

Trump a réagi à cette vidéo en taxant Trudeau «d’hypocrite» et, vexé, en quittant le sommet plus tôt que prévu. Ce n’est pas la première fois que le président américain s’emporte à la suite de quelque remarque espiègle de la part de Trudeau lors d’un sommet mondial.

Cette fois, les commentaires du Premier ministre canadien ont été captés au cours d’une discussion informelle avec Emmanuel Macron, le Premier ministre britannique Boris Johnson, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et la princesse Anne (la présence de Johnson, ami et allié de Trump, et le fait qu’il semble rire avec les autres, pourraient bien être la plus grande source de contrariété pour Trump).

La raison pour laquelle cette vidéo a causé un tel barouf n’est pas ce qui s’y est réellement dit –Trump a entendu bien pire. Il est rare que la véritable opinion des alliés de l’Amérique au sujet de Trump parvienne à nos oreilles. Si compte tenu de son comportement au cours des trois dernières années, il n’est pas particulièrement étonnant qu’ils en aient ras-le-bol et soient déroutés par Trump, ils n’en font jamais état publiquement et laissent les journalistes tirer leurs propres conclusions à partir de leur langage corporel.

Sourire et serrer les dents

Si Trump a pu se sortir impunément de nombreuses situations où il maltraitait ses alliés, c’est tout simplement parce que leurs gouvernements ne peuvent pas se permettre de protester. Pensez à l’ancienne Première ministre britannique Theresa May essayant à maintes reprises de rester dans les petits papiers de Trump dans l’espoir d’un accord commercial post-Brexit favorable, malgré le fait qu’il ne cessait de la critiquer publiquement.

Ou au président Muhammadu Buhari cautionnant Trump après qu’il avait classé son pays, le Nigeria, dans la catégorie des «pays de merde». Si vous dirigez l’Iran ou la Corée du Nord, vous êtes libre de dire autant d’horreurs sur Trump que ça vous chante. Mais si vous dépendez de l’aide, du commerce ou du soutien militaire des États-Unis, il ne vous reste qu’à sourire et à serrer les dents.

C’est ce qui s’est produit dans le cadre des bourdes les plus récentes de Trump en politique étrangère. Les Kurdes syriens qui ont jeté des cailloux et de la nourriture pourrie sur les soldats américains quittant la région en octobre dernier représentent sûrement un symbole assez exact de la réaction du public kurde face à la décision de Trump de donner le feu vert à une violente offensive militaire turque dans le nord de la Syrie. Les chefs kurdes syriens, en revanche, se sont abstenus de critiquer la décision initiale de Trump et l’ont couvert de louanges après que les États-Unis ont aidé à sceller un accord de cessez-le-feu qui a cimenté le contrôle turc de la plus grande partie de ce qui avait été le territoire kurde:

«Nous REMERCIONS le président Trump pour ses efforts soutenus qui ont arrêté la violente attaque des Turcs et des groupes djihadistes contre notre peuple.»

Les dirigeants du petit cercle de moqueurs de l’OTAN ont davantage de marge de manœuvre que l’Ukraine ou les Kurdes.

Aussi peu fiable que soit Trump en tant qu’allié, il reste avantageux pour les Kurdes syriens de maintenir un quelconque niveau de soutien de la part des États-Unis. Et comme on pouvait s’y attendre, le retrait des troupes américaines de Syrie ne s’est pas avéré aussi complet que ce qui avait été annoncé au départ. Il aurait pu en être autrement si les dirigeants kurdes avaient accusé haut et fort Donald Trump de les avoir trahis.

Prenez sinon le cas du président ukrainien Volodymyr Zelensky qui, malgré des preuves abondantes et ostensibles, continue de soutenir qu’il n’a subi aucune pression pour enquêter sur le fils de Joe Biden en échange d’une aide militaire américaine. Pendant les auditions au Congrès dans le cadre de l’enquête de destitution du président, les Républicains ont utilisé le silence de Zelensky comme une preuve d’absence de pression, mais Zelensky n’est pas vraiment en position de dire autre chose.

Trump a fini par accepter d’accorder une aide militaire à l’Ukraine –après, découvre-t-on, qu’il a appris l’existence de la plainte du lanceur d’alerte au sujet de ses échanges avec Zelensky– mais qui peut affirmer qu’il ne changera pas à nouveau d’avis? Zelensky ne peut se permettre d’être vu par la Maison-Blanche comme complice de l’entreprise de destitution.

Les dirigeants du petit cercle de moqueurs de l’OTAN ont davantage de marge de manœuvre que l’Ukraine ou les Kurdes. Et après quelques tentatives de flatterie qui ont échoué à conquérir Trump, Macron est devenu un peu plus critique en public –toutefois, les pays de l’OTAN veulent continuer de faire ce qu’il peuvent pour garder Trump à l’intérieur de l’alliance. Quant au Royaume-Uni et au Canada, ils ont à cœur de maintenir toute la bonne volonté possible dans l’optique de pourparlers commerciaux. Si cette exaspération s’est exprimée en aparté lors d’un cocktail plutôt que dans le cadre d’une conférence de presse, il y a une raison.

Frustration

Cette dynamique s’explique en partie simplement parce qu’il s’agit du dirigeant d’une grande puissance mondiale. La Chine aussi est traitée avec déférence par des pays plus petits. En outre, les gouvernements étrangers sont bien conscients que Trump est capable de changer de politique en fonction de son humeur, et qu’il associe souvent ses intérêts personnels à ceux de son pays. Flatter Trump ne fonctionne pas toujours, mais ce qui est certain, c’est qu’il n’y a aucun avantage à provoquer son courroux.

Tout cela est fort frustrant pour les Démocrates qui essaient de construire une critique nourrie de la politique étrangère de Trump. La plupart des candidat·es à l’élection présidentielle lui reprochent de s’aliéner les alliés de l’Amérique, et c’est une critique qui se tient. Le problème, c’est que ces alliés savent pertinemment qu’il sera peut-être encore président après 2020 et qu’ils ne peuvent pas se permettre d’aider les Démocrates à démontrer cet argument.

Les candidat·es démocrates se sont déjà emparé·es de l’incident de l’OTAN pour montrer le danger qui existe à laisser Trump gérer la politique étrangère du pays. Comparée à la réaction du président américain, la déclaration de Trudeau était plutôt modérée, mais c’est probablement ce qu’ils auront de mieux à se mettre sous la dent.

http://www.slate.fr/

Critique


Quand on déteste une personne, c’est facile de critiquer, mais si on apprend à la connaître alors la critique peut être différente. Quand on aime une personne, généralement la critique est souvent pour mieux la guider.
Nuage

 

Critique

 

 

Pour critiquer les gens il faut les connaître, et pour les connaître, il faut les aimer.
 
Coluche

Encouragement


C’est tellement important les encouragements autant les adultes que les enfants. C’est un besoin pour l’épanouissement de soi. Attention, les encouragements ne devraient pas être accompagnés des mots, mais et si. Comment de fois, j’ai entendu bravo, mais tu aurais pu faire mieux. C’est bien, si tu aurais … Tu aurais eu mieux.
Nuage

 

Encouragement

 

Soyez une personne qui encourage les autres. Le monde est déjà plein de critiques

Inconnu

Le saviez-vous ► Vous n’aimez pas les jeunes? C’est normal. Ça fait 2.500 ans qu’on les critique


Ah, cela me fait sourire !!! Je me dis souvent qu’on a oublié que nous avons nous aussi été jeune, confronté à l’autorité des parents. Comment jugez-vous les jeunes d’aujourd’hui ? On entends tellement de critiques envers eux, alors que nous avons également subi des critiques de la part des plus vieux. Dans mon temps … Enfin du compte depuis des lustres que les générations critiquent les comportements des plus jeunes, Comme si la jeunesse était toujours en tort
Nuage

 

Vous n’aimez pas les jeunes? C’est normal. Ça fait 2.500 ans qu’on les critique

 

/

Les millenials, une génération qu’on adore détester | Hajran Pambudi via Unsplash License by

Repéré par Aurélie Rodrigues

Repéré sur Quartzy

Les millénials, la génération qu’on adore détester, ne serait pas la seule à avoir subi des critiques de la part des générations précédentes.

La génération suivante? Elle est forcément critiquable. La preuve:

«Les jeunes gâchent tout», «La génération Y est narcissique», «Ils ont ruiné le langage écrit» ou encore «Les millennials sont fainéants».

D’après Quartzy, cette haine envers les jeunes ne serait pas nouvelle. Des écrits remontant à l’époque de la Grèce antique illustraient déjà cette tendance. Sélection des meilleurs exemples reproduits par nos confrères américains.

IVe siècle avant J-C

«Les jeunes ont l’âme élevée parce qu’ils n’ont jamais été humiliés par les misères de la vie, ni pressés par le besoin… Ils pensent tout savoir, et soutiennent leur opinion avec force; ce qui vient aussi de ce qu’ils font tout avec excès.»La Rhétorique d’Aristote

Ier siècle avant J-C

«Le jeune imberbe ne voit pas ce qui est important: il dilapide tout son argent.» Horace

«Que n’altère pas le temps destructeur? Nos pères étaient pires que leurs aïeux, nous sommes plus méchants que nos pères, et notre postérité sera plus dépravée encore.»Horace, Odes, Livre troisième

XVIIe siècle

«Où est passé la virilité et l’allure athlétique de nos aïeux disparus? Ces jeunes gens peuvent-ils être leurs héritiers légitimes? Certainement pas, cette génération de fainéants efféminés, narcissiques et émaciés ne pourrait pas descendre de la lignée des héros de la bataille de Poitiers ou Azincourt.»Extrait de lettre du magazine Town and Country réédité dans le livre Paris Fashion: A Cultural History (1771)

XVIIIe siècle

«Ce sont des sauvages ignorants et peureux… Les garçons ont des chiens aux talons et se livrent à toute sorte d’habitudes dissolues. Les filles, elles, conduisent des wagons à charbon, montent les chevaux à califourchon, boivent, se battent, fument, sifflent et ne se préoccupent de personne. La morale des jeunes est dix fois pire qu’autrefois.» Anthony Ashley Cooper, le 7ecomte de Shaftesbury lors d’un discours à la Chambre des communes du Royaume-Uni en février 1843.

Années 1920

«L’attitude émanant de la part des jeunes ne peut être décrite que comme irréfléchie, grossière et purement égoïste, comme jamais auparavant.» – «The Conduct of Young People», Hull Daily Mail, 1925.

Années 1950

«De nos jours, les jeunes sont tellement gâtés qu’ils en oublient le simple fait que l’on puisse marcher pour se rendre quelque part.» – Scottish Rights of Way: More Young People Should Use Them, Falkirk Herald, 1951.

Années 1990

«Ce qui différencie cette génération des précédentes c’est qu’elle est la première génération de l’histoire américaine à vivre aussi confortablement et à s’en plaindre aussi amèrement.»«The Boring Twenties», Washington Post, 1993.

Années 2000

«Ils ont du mal à prendre des décisions. Ils préféraient gravir l’Himalaya plutôt que de gravir les échelons de l’entreprise. Ils recherchent le divertissement/à être divertis, ils ont « soif de » mais leur capacité d’attention est aussi courte/faible/fidèle au zapping machinal avec la télévision.» – «Proceeding with Caution», Time, 2001.

Les millennials vont-ils perpétuer, à leur tour, cette haine envers les nouvelles générations? Oui, évidemment.

http://www.slate.fr/

Ceux qui critique


Les critiques qui nous vise sont parfois difficiles à gérer. Ils arrivent souvent que ceux qui critiquent le fait par jalousie et ne voient pas leurs propres actes
Nuage

 

Ceux qui critique

 

Oublie ceux qui parlent dans ton dos. Ils critiquent ta vie pour éviter de régler la leur

Inconnu

Les lourdes conséquences du harcèlement illustrées par des plantes


Je trouve que c’est une belle expérience pour les enfants sur les conséquences de le harcèlement, l’intimidation à l’école envers les victimes. Si les plantes réagissent aux paroles blessantes, intimidations, alors que penser d’une personne
Nuage

 

Les lourdes conséquences du harcèlement illustrées par des plantes

 

 

Ikea a utilisé deux plantes pour montrer aux enfants de plusieurs écoles des Émirats arabes unis les effets du harcèlement scolaire.

À l’occasion de la journée contre le harcèlement qui se tenait le 4 mai au Moyen-Orient, Ikea a tenu à montrer aux enfants les effets dévastateurs que peut avoir le harcèlement sur le bien-être d’une personne. Pour cette expérience, deux plantes ont été disposées dans différentes écoles des Émirats arabes unis. Elles ont chacune reçu les mêmes soins à la différence près que l’une d’entre elle était complimentée tous les jours par les enfants tandis que l’autre était critiquée et insultée. 

Les étudiants ont en effet été invités à enregistrer des mots gentils et encourageants pour une plante, et des phrases blessantes pour l’autre. Un mois plus tard, les résultats parlent d’eux-mêmes. La plante qui a reçu des messages positif de la part des élèves est restée en bonne santé. Quant à l’autre, elle a vu son état se détériorer en peu de temps.

Malgré une quantité identique d’eau, d’engrais et de soleil, ce sont finalement les paroles qui ont eu une importance cruciale dans le développement de ces plantes. Si on savait déjà que les mots doux et la musique pouvaient avoir un effet positif sur les plantes, cette campagne prouve surtout la force que peuvent avoir certains mots sur le bien-être d’un individu.

http://www.7sur7.be/

Trump veut changer les lois américaines sur la diffamation


Il y a quoi en rire ! Même s’il est peu probable que la loi change pour la diffamation, une question est de mise si le Président des États-Unis serait au-dessus des lois ? Cela fait de la bonne publicité pour l’auteur de Fire and Fury
Nuage

 

Trump veut changer les lois américaines sur la diffamation

Donald Trump a multiplié les annonces sur le sujet... (Photo Carlos Barria, Reuters)

Donald Trump a multiplié les annonces sur le sujet de la diffamation depuis la publication vendredi dernier du livre controversé du journaliste Michael Wolff Fire and Fury.

PHOTO CARLOS BARRIA, REUTERS

 

Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a fait part mercredi de son intention de changer les lois américaines en matière de diffamation, après la publication d’un livre controversé, très critique de la présidence et de la personnalité du milliardaire républicain.

«Nous allons revisiter les lois de notre pays en matière de diffamation», a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche après une réunion avec ses ministres, ajoutant qu’il souhaitait dorénavant que «quand quelqu’un dit quelque chose de faux et diffamatoire sur une personne, cette dernière puisse avoir des recours significatifs devant la justice».

«Nos lois actuelles sur la diffamation sont une escroquerie et une honte, elles ne représentent pas nos valeurs américaines», a-t-il continué.

Le milliardaire de 71 ans a multiplié les annonces sur le sujet de la diffamation depuis la publication vendredi du livre du journaliste Michael Wolff Fire and Fury qui dresse un portrait au vitriol de l’ancien magnat de l’immobilier.

Par voie d’avocat, Donald Trump a demandé à ce que le livre ne soit pas publié, en vain.

 «On veut de l’équité. Vous ne pouvez pas dire des choses fausses, en sachant qu’elles sont fausses, et sourire alors que l’argent tombe sur votre compte», a-t-il déclaré.

Il est cependant peu probable que son annonce de mercredi se traduise par des actions concrètes. Changer les lois américaines sur la diffamation impliquerait une bataille judiciaire qui finirait sûrement devant la Cour suprême du pays, ces lois n’étant pas fédérales mais du ressort des États.

Depuis la nomination par Donald Trump du juge Neil Gorsuch à la Cour suprême, la haute juridiction est à majorité conservatrice, mais rien n’indique qu’elle se prononcerait en faveur de l’Exécutif américain.

http://www.lapresse.ca/