15 Animaux tellement rares qu’ils paraissent irréels


Parmi les animaux terrestres et marins, certains ont un physiques vraiment impressionnant et vraiment différent de ce que nous sommes habitués de voir
Nuage

 

15 Animaux tellement rares qu’ils paraissent irréels

D’après les scientifiques, notre planète abrite environ 8,7 millions d’espèces de plantes et d’animaux. Si 86% des espèces connues sont terrestres, 91% des espèces non encore découvertes sont marines. Il est difficile de croire qu’après des centaines d’années d’études biologiques, on n’ait pas encore répertorié tous les animaux, oiseaux, insectes et poissons qui peuplent notre planète. Certaines de ces créatures sont si uniques qu’il est difficile de croire qu’elles viennent du même monde que nous, et il semble que la nature ne cessera jamais de stimuler notre imagination et de nous surprendre par sa créativité !

1. Le poisson à tête transparente vit dans les profondeurs de l’océan et a des yeux en forme de tonneaux — n’a-t-il pas l’air fantastique ?!

© sallyzseashore / Instagram

2. Le Bec-en-sabot du Nil est un oiseau reconnaissable entre tous grâce à son grand bec.

© birokasago / Instagram

3. Cette race de cheval bicolore appelée Appaloosa est très populaire aux États-Unis. Il est très apprécié pour ses motifs fascinants qui défient l’imagination.

© avalonappaloosas.com

4. As-tu déjà vu un lémurien volant ? On dirait un croisement entre une chauve-souris et un koala.

© wildernesstravel / Instagram

5. Les attrape-mouches royaux peuvent se vanter d’avoir une crête colorée qui leur donne cet aspect si particulier.

© ravin.mclean / Instagram

6. S’agit-il de boutons de fleurs ou de champignons ? Non, il s’agit de Umbonia spinosa, une espèce d’insectes qui ressemblent à des extraterrestres !

© animalsofthisplanet / Instagram

7. La fourmi à crochet est une créature plutôt dangereuse. Son crochet arrière peut piéger n’importe quel prédateur.

© loo3111 / Instagram

8. Quelle est cette créature à l’allure étrange et aux yeux globuleux ? C’est la crevette mante, l’un des animaux les plus colorés de l’océan.

© malapascuaexotic / Instagram

9. La couleur de ce poisson perroquet bleu est tout simplement incroyable !

© IntotheBlueTv / Twitter

10. Le visage rouge est le trait distinctif de l’uakari chauve, un singe à l’apparence unique.

© the.ethogram / Instagram

11. Le charançon-girafe doit son nom à son long cou.

© animals_forever_care / Instagram

12. Le poulpe-mante est un véritable chef-d’œuvre de la nature, à en juger par la forme de son corps !

© octopusobsessed / Instagram

13. N’aie pas peur ! C’est juste un tatou de type “fée rose”. Aussi mignon qu’inoffensif !

© wildlife_sensation / Instagram

14. Ce lézard semble venir d’une autre planète !

© ScarLizard / Imgur

15. Le poisson chauve-souris à lèvres rouges pourrait être la star d’une publicité pour le rouge à lèvres ! Il est tout simplement magnifique !

© calmoudulina / Instagram

https://sympa-sympa.com/

L’extrême mobilité des yeux des crevettes-mantes sous la loupe


Les crevettes-mantes ont des yeux exceptionnel et d’une grande complexité. Ils peuvent rouler leurs yeux autant a l’horizontale que la verticale, sans pour autant déstabilisé dans leur vision. En plus, leurs yeux peuvent se déplacer indépendamment de l’autre.
Nuage
 

 

L’extrême mobilité des yeux des crevettes-mantes sous la loupe

Les yeux extraordinaires de la crevette-mante sont capables d'une rotation indépendante dans les trois degrés de liberté, ce qui conduit à un comportement complexe de stabilisation du regard.

Les yeux extraordinaires de la crevette-mante sont capables d’une rotation indépendante dans les trois degrés de liberté, ce qui conduit à un comportement complexe de stabilisation du regard.  Photo : Université de Bristol/Michael Bok

Le fonctionnement des yeux les plus mobiles du règne animal, ceux de la crevette-mante, est maintenant mieux compris grâce aux travaux de biologistes britanniques.

Un texte d’Alain Labelle

Les yeux de ces crevettes, également connues sous le nom de squilles (Odontodactylus scyllarus), sont hors du commun tant par leur vision des couleurs que par leur capacité à capter la polarisation de la lumière.

Leurs yeux sont extrêmement mobiles et semblent ne jamais s’arrêter de bouger. Ils tournent indépendamment dans toutes les directions.

Si la plupart des animaux présentent des mouvements oculaires minimums pour éviter le flou, ces crevettes se démarquent par le mouvement constant de leurs yeux.

Leurs yeux sont constamment en mouvement, vers le haut, vers le bas, d’un côté à l’autre. Ilse Daly, Université de Bristol

En fait, chaque œil est capable d’une rotation indépendante dans les trois degrés de liberté de rotation :

  • Le tangage (de haut en bas);
  • Le lacet (d’un côté à l’autre);
  • Le roulis (torsion autour de la tige de l’œil).

Le saviez-vous?


Les squilles ont aussi les coups de poing les plus puissants de l’océan. Utilisant leurs membres antérieurs comme des massues, ces petits crustacés donnent des coups si rapides et avec une telle force qu’ils ne causent que destruction dans leur sillage, brisant les coquilles d’escargots et les vitres d’aquarium et blessant même les doigts humains.

La chercheuse Ilse Daly et ses collègues de l’Université de Bristol ont voulu tester les limites de cette incroyable mobilité afin d’établir à quel « réglage » ces crevettes stabilisent leur regard.

Comme d’autres animaux, les crevettes-mantes réalisent des mouvements latéraux stabilisateurs qui les aident à garder leur vision stable pendant qu’elles se déplacent.

L’équipe britannique a découvert que, même en se stabilisant dans la direction horizontale, ces crevettes continuent de rouler les yeux.

Ce qui peut paraître contre-intuitif, puisque le but du regard stabilisateur est de maintenir l’apparence du monde alentour. Le simple fait de rouler leurs yeux vers le haut devrait donc compliquer cette tâche.

Mais, étonnamment, cela n’a aucun effet chez la crevette-mante. Quelle que soit la position de leurs yeux ou la vitesse à laquelle elles roulent leurs yeux, la crevette-mante peut toujours suivre avec fiabilité et précision un mouvement.

C’est comme si vous basculiez la tête sur les côtés, puis reveniez à la normale et essayiez de suivre une cible à tous les angles entre les deux. Ilse Daly

« Comme si ce n’était pas assez compliqué comme ça, les deux yeux peuvent se déplacer complètement indépendamment l’un de l’autre, de sorte qu’un œil pourrait être orienté horizontalement, tandis que l’autre pourrait être complètement tordu sur le côté, à 90 degrés », explique Mme Daly.

À la suite à cette découverte, l’équipe a voulu comprendre comment la crevette-mante répondrait si le monde autour d’elle commençait à rouler.

Elle a construit un bassin d’essai avec des caméras à grande vitesse installées au-dessus des animaux pour enregistrer leurs mouvements oculaires.

Elle a placé un tambour autour de l’aquarium, comme si les crevettes étaient à l’intérieur d’un tunnel. Les chercheurs ont fait tourner le tambour comme la roue de voiture, et on regardé si les crevettes stabilisaient leur regard pour suivre le tambour.

Chez les humains, un tel stimulus provoquerait un gros vertige.

Nous nous attendions à ce que, en réponse au monde qui les entoure, les crevettes roulent les yeux pour suivre leur environnement. Elles ne l’ont pas fait. Ilse Daly

« Le système visuel de la crevette-mante semble entièrement à l’abri des effets négatifs du roulement des yeux. Le roulis n’a absolument aucun effet sur leur perception de l’espace : le haut est toujours en haut, même lorsque leurs yeux ont roulé complètement de côté. C’est sans précédent dans le règne animal », explique la chercheuse.

La prochaine étape pour les chercheurs sera de confirmer l’existence d’un tel système unique de détection de mouvement et de comprendre comment il permet à ces crevettes d’obtenir une vision claire de leur environnement, quelle que soit la vitesse à laquelle elles roulent les yeux.

En outre, les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B (en anglais)veulent comprendre pourquoi les squilles ont besoin de rouler les yeux en premier lieu.

https://ici.radio-canada.ca/

L’INCROYABLE CREVETTE-MANTE QUI FAIT BOUILLIR L’EAU LORSQU’ELLE FRAPPE


Une crevette assez spéciale qui a des propriétés étonnantes pour se défendre contre ceux qui voudraient se mesurer à elle. Elle peut faire penser à une mante religieuse, mais elle semble encore plus meurtrière et ses victimes auront une mort affreuse
Nuage

 

L’INCROYABLE CREVETTE-MANTE QUI FAIT BOUILLIR L’EAU LORSQU’ELLE FRAPPE

 

Le prédateur de plus agressif des océans n’a pas les mâchoires des Dents de la mer et possède la meilleure vision du règne animal.

 

Mantis shrimp par Nazir Amin via Flickr CC

Par Pamela Duboc

L’étrange animal peut mesurer jusqu’à 38 cm et, contrairement à ce que son nom anglais (shrimp mantis) suggère, ce n’est ni une crevette, ni une mante. En français, elle s’appelle squille mais la référence aux mantes religieuses fait meilleur état du risque d’amputation digitale que vous encourez si vous tentez d’en faire votre quatre-heures lors d’une ballade dans les eaux tropicales peu profondes de l’Océan Indien ou de l’Océan Pacifique (essentiellement).

La crevette-mante paon (en raison des « yeux » au bout de sa queue) par Charlene McBride via Flickr CC

 

Les squilles possèdent, à l’instar des mantes, des pattes ravisseuses. Mais les leurs sont si résistantes qu’elles inspirent les militaires pour la fabrication des armures du futur. Et surtout, leur rapidité et leur force de frappe relèvent des superpouvoirs. Comme le raconte en BD The Oatmeal, les pattes ravisseuses de la squille se déplacent à la vitesse d’une balle tirée par un calibre 22 et peuvent frapper une proie en 1/3.000e de seconde, avec une force de 1.500 Newtons. Un dixième de cette vitesse, déployée par un bras humain, «suffirait à envoyer une balle de baseball en orbite».

Une vitesse telle qu’elle fait bouillir l’eau autour des pattes ravisseuses et crée une onde de choc susceptible de tuer une proie manquée par la frappe.

Gardés dans un aquarium, les crustacés font des carnages en démembrant et en dévorant crabes, crevettes, poulpes, escargots et coquillages (dont ils brisent les coquilles). Ils seraient même capables de casser les vitres des aquariums trop fragiles.

Les squilles possèdent également la vision en couleur la plus développée du règne animal, avec dans leur rétine 16 types de cônes récepteurs aux couleurs. Nous n’en possédons que trois (rouge, bleu, vert) et notre cerveau serait incapable de traiter l’information visuelle perçue par les 13 cônes supplémentaires des squilles. Leur exceptionnelle perception des couleurs rentre probablement en jeu dans leurs parades nuptiales, ce qui justifierait les superbes palettes affichées sur leurs carapaces.

Un montage par Roy Caldwell, spécialiste des squilles à l’Université de Berkeley, Californie

 

Squille contre crabe. A partir de 2’40, des crevettes sont capturées avant d’avoir vu venir le danger.

http://www.slate.fr