S’ennuyer, c’est bon pour l’esprit


Ça vous arrive encore de vous ennuyer ? L’ennui avant les tablettes, les téléphones portables, était probablement plus fréquent. Pourtant, l’ennui aurait certains avantages qui sont positifs sur la productivité et la créativité.
Nuage

 

S’ennuyer, c’est bon pour l’esprit

 

Quand l'ennuyeux devient innovant.| Niklas Hamann via Unsplash CC License by

Quand l’ennuyeux devient innovant.| Niklas Hamann via Unsplash CC License by

Repéré par Jasmine Parvine

Vous ne verrez peut-être plus vos moments de paresse de la même manière.

— Repéré sur Time

La prochaine fois que vous trouverez le temps long dans le train ou la salle d’attente de votre médecin, dites-vous que ces longues minutes d’ennui vous font du bien.D’après une étude, publiée dans le magazine Academy of Management Discoveries, l’ennui pourrait stimuler votre productivité et votre créativité. Ce sont les résultats d’une étude pour laquelle des scientifiques ont constitué deux groupes de personnes: le premier devait effectuer une tâche ennuyeuse, comme trier des haricots par couleurs, le deuxième une activité artisanale intéressante et stimulante. Ils ont ensuite été soumis à un test: trouver des réponses à des questions du genre «Quelles excuses utiliser lorsque vous êtes en retard, sans passer pour une mauvaise personne?». Résultats: celles et ceux qui se sont ennuyés ont triomphé en termes de quantité et de qualité d’idées.

«L’ennui repose sur la recherche d’une simulation neuronale qui n’est pas satisfaite», a déclaré au Time Sandi Mann, maître de conférence en psychologie à l’Université de Central Lancashire au Royaume-Uni et autrice de The Upside of Downtime: Why Boredom Is Good.

Elle explique que si nous ne trouvons pas de stimulus, notre esprit en créera un. Cette créativité spontanée, en laissant vagabonder son esprit, permettrait également de trouver des solutions à nos problèmes. Les moments aptes à la rêverie peuvent être difficiles à trouver dans notre quotidien: écrans, travail et autres facteurs de stress nous empêcheraient de nous ennuyer vraiment. Il faudrait s’éloigner suffisamment longtemps de la vie moderne pour que ça marche, souligne Mann. Prendre une pause pourrait donc être une occasion précieuse de se ressourcer.

S’ennuyer de la bonne manière

Attention à ne pas confondre relaxation et ennui. Une activité délibérément tranquille, telle que le yoga ou la méditation, ne correspondrait pas à la définition de «ne pas trouver de stimulation». Marcher, nager, ou être assis les yeux fermés, sans rien pour nous guider, permettrait en revanche de profiter de ce spleen créatif. Pour que ça marche, il est crucial de se déconnecter. Sandi Mann explique que nos smartphones détruisent notre capacité à nous ennuyer et empêchent un vrai divertissement:

«Nous essayons de balayer et de faire défiler l’ennui, mais en faisant cela, nous nous rendons plus enclins à l’ennui, car chaque fois que nous sortons notre téléphone, nous ne laissons pas notre esprit vagabonder et résoudre notre problème».

Ne reste peut-être plus qu’à créer une appli pour s’ennuyer…

http://www.slate.fr/

3 km à pied, ça booste la créativité


Ceux qui ne sont pas sportif pourraient quand même s’adonner à la marche à pied comme ont fait les génies tels que Rousseau, Tchaïkovski, Beethoven, Socrate et bien d’autres. Sans savoir vraiment pourquoi, la randonnée a un effet bénéfique sur la créativité
Nuage

 

3 km à pied, ça booste la créativité

 

On évoque souvent les bienfaits de l’activité physique sur la santé physique et mentale. En voici une nouvelle preuve avec cette étude sérieuse qui suggère que la marche à pied, même à faible intensité, stimule la créativité.

Musiciens, écrivains, philosophes ou scientifiques : ils sont nombreux à s’être livrés à leur art après leurs promenades quotidiennes, si bien qu’on en arrive à se demander si le secret de leur inventivité ne vient pas de ces randonnées. Peut-être bien que si, à en lire une étude parue en 2014 dans Experimental Psychology : Learning, Memory and Cognition.

Le contexte : des génies adeptes de la balade

Qu’ont en commun Rousseau, Tchaikovsky, Beethoven, Dickens, Socrate ou Darwin ? Peut-être doivent-ils leur génie à leur goût pour la marche à pied. Tous aimaient déambuler plusieurs fois par jour dans les rues de la ville ou à la campagne. À tel point qu’une légende est née autour des bienfaits de la randonnée sur la réflexion et la créativité.

Mais jamais cette idée reçue qui traverse les âges n’a été vérifiée selon un protocole scientifique. Au mieux, des études ont effectivement montré que l’activité physique préserve les fonctions cognitives sur le long terme. Sans parler des bienfaits pour le reste de la santé.

Alors, Marily Oppezzo, de l’université Stanford (San Francisco, États-Unis), a voulu confronter cette hypothèse populaire à des méthodes rigoureuses. Avant de la valider devant les évidences constatées.

L’étude : de la marche à pied née l’idée créative

En tout, 176 étudiants de la prestigieuse université californienne ont joué le jeu. Plusieurs petites expériences ont été menées afin de tester l’aptitude de ces jeunes à la pensée divergente, processus permettant de tester la créativité, avant ou après une petite balade, à l’intérieur ou en plein air. Ces exercices, décrits plus bas, ont été réalisés assis, ou après une session sur un tapis roulant, tandis que d’autres se promenaient sur le campus, sur leurs pieds ou poussés dans un fauteuil roulant, pour tester si l’air extérieur constituait un facteur stimulant.

Parmi les expérimentations proposées, l’une d’elles consistait à trouver un maximum d’utilisations à un objet en 4 minutes. Exemple : à quoi peut servir un bouton ? À boutonner. Mais pas seulement. Il fait office de poignée de porte dans une maison de poupée, ou peut aussi bien remplacer un œil manquant sur une peluche. D’autres peuvent s’en servir comme passoire de poche, ou les laisser tomber derrière pour retrouver son chemin, comme les cailloux du Petit-Poucet. L’imagination pouvait suivre son libre cours, mais dans une certaine limite. Celui qui répondait qu’un pneu pouvait faire office de bague de fiançailles n’était pas pris au sérieux. Avoir marché dans une pièce exiguë sur un tapis roulant accroissait la créativité de 60 %.

Une autre tâche demandait même une inventivité plus poussée encore, au cours de laquelle il était demandé aux participants de former une analogie complexe à partir d’une expression. Ainsi, lorsque la suggestion était un « coffre-fort volé », les volontaires devaient trouver une belle métaphore associée. Ceux qui pensaient à un soldat revenu traumatisé, marquant le sentiment de perte et de violation de l’humanité, marquaient davantage les esprits que ceux qui ne songeaient à rien d’autre qu’à un portefeuille perdu. Dans ce cas de figure, 100 % des cobayes ayant fait quelques pas ont trouvé au moins une analogie de qualité, contre 50 % pour ceux qui n’ont pas bougé de leur chaise.

Enfin, autre expérience, de pensée convergente cette fois. Dans ce cas, il n’y a qu’une seule bonne réponse à trouver. L’exercice consistait à trouver le point commun entre une suite de mots. L’exemple repris dans cette étude est celui de trois mots : cottage (petite maison), Swiss (Suisse) et cake (gâteau). La bonne réponse était cheese, le fromage, pour fromage blanc (cottage cheese), fromage suisse et cheesecake, les célèbres gâteaux au fromage. Et, à cet exercice, les marcheurs ont fait moins bien que les sédentaires.

L’œil extérieur : un lien entre activité physique et créativité ?

La créativité semble générée par une succession d’étapes, depuis la génération de l’idée jusqu’à son exécution. Néanmoins, ne deviendra pas Léonard de Vinci qui veut. Mais en cas de besoin, une petite promenade au fil de l’eau pourrait bien générer un concept spontané et prometteur.

Constat frappant… mais qui ne s’explique pas encore. Les auteurs manquent d’imagination pour trouver les causes cachées derrière ce phénomène. Et se demandent si d’autres activités physiques de faible intensité peuvent produire un tel flot de créativité. Mais quel protocole utiliser ? Marchons un peu, cela devrait aider…

https://www.futura-sciences.com/

Les mille bienfaits du coloriage


Que l’on prend des livres à colorier pour adulte, que l’on dessine sur une feuille ou un simple gribouillage cela suffit pour relaxer. En effet ce simple geste créatif fait réagir la zone cérébrale de la récompense donc du bonheur. D’ailleurs, pour me concentrer lors des cours à l’école quand le professeur parlait, je gribouillais mes cahiers et cela m’aidait
Nuage

 

Les mille bienfaits du coloriage

 

coloriage

© Africa Studio / shutterstock.com

Colorier ou dessiner active le circuit cérébral du plaisir et gonfle la confiance en ses propres capacités créatives. Ces bienfaits s’ajoutent à ceux déjà constatés sur le stress et l’humeur.

Guillaume Jacquemont

 

Vous vous sentez stressé  ? Dépassé par les événements  ? En panne d’idées  ? Un petit coloriage, un dessin ou même un simple gribouillage pourrait vous aider, selon une équipe de psychologues américains, qui a analysé l’impact de ces activités sur le cerveau.

Les chercheurs ont demandé à 26 personnes de s’adonner à ces diverses pratiques artistiques pendant quelques minutes et ont mesuré l’activité d’une zone particulière de leur cerveau : le cortex préfrontal médian, impliqué dans le circuit de la récompense, à l’origine du sentiment de plaisir. Ils ont constaté que l’activité de cette région augmentait quand les participants coloriaient, dessinaient ou laissaient juste le crayon courir au fil de leurs envies.

« Cela suggère qu’il y a un plaisir inhérent à l’activité artistique, indépendamment du résultat final », déclare Girija Kaimal, l’un des auteurs de l’étude.

Un questionnaire a confirmé que les participants avaient trouvé ces pratiques agréables et relaxantes. Cette découverte cadre bien avec d’autres observations, ayant montré que les activités artistiques entraînent une réduction de la concentration sanguine de cortisol, l’hormone du stress, et améliorent l’humeur. Ou encore qu’elles augmentent la présence d’ondes cérébrales dites alpha, caractéristiques d’un état de relaxation.

Les participants ont aussi évalué leur propre créativité, en estimant leur degré d’accord avec cinq affirmations, telles que  :

« J’ai de bonnes idées », et  : « Je sais résoudre les problèmes ».

Le point intéressant est que cette évaluation était réalisée avant et après les activités artistiques, qui ont entraîné une nette amélioration de la note. Quelques minutes de dessin, de coloriage ou de gribouillage suffisent donc à nous faire sentir plus créatifs.

Ces résultats restent à confirmer, notamment en vérifiant que d’autres facteurs que le plaisir n’interviennent pas dans l’augmentation d’activité du cortex préfrontal médian, zone très polyvalente. Ils n’étonneront en tout cas pas les adeptes de coloriage, de plus en plus nombreux hors des cours d’école !

http://www.pourlascience.fr/

Emploi: savoir faire ce que la machine ne fait pas


Avec les robots et l’intelligence artificielle de plus en plus perfectionné que sera l’avenir pour les futurs adultes aptes au travail.? Dans quel domaine, ils pourront se démarquer ? Quels sont les atouts que l’être humain surpassent les robots et l’intelligence artificielle ?
Nuage

 

Emploi: savoir faire ce que la machine ne fait pas

Le Huffington Post Québec  |  Par Laurence Houde-Roy

Alors qu’au moins 5 millions d’emplois seront remplacés par des robots ou par des services d’intelligence artificielle d’ici 3 ans dans le monde, plusieurs travailleurs tenteront de sauver leur emploi et d’échapper à cette transformation du milieu.

Pour affronter cette situation et éviter de se faire remplacer par la technologie, il ne suffit pas que d’être prêt pour le marché du travail («job ready»), ont fait valoir des experts du milieu universitaire lors d’une conférence au dernier Forum économique mondial, à Davos, il faut carrément être prêt pour le futur («futur ready»).

Les tâches dans le milieu industriel sont depuis longtemps remplacées par l’automatisation, et plus récemment, même l’analyse de données dans le milieu financier et médical a été remplacée par l’intelligence artificielle. Sans parler que la voiture autonome, qui semblait être une lubie de l’esprit il y a 3 ans, se promène déjà dans certaines villes à travers le monde.

Pourtant, le secret n’est pas de compétitionner contre la robotique, disent les experts, mais plutôt de perfectionner ce que la machine ne pourra jamais faire : être un humain.

«Parce que ce qui va compter, c’est cette capacité de voir un peu plus loin que le robot; cette créativité qui est encore très difficile à codifier dans un logiciel, précise Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière de l’Université McGill, qui était l’une des conférencières. Alors on sait très bien que la créativité va demeurer un atout de l’être humain par rapport au robot.»

Mme Fortier nomme également d’autres habiletés humaines comme le leadership, la capacité à prendre des décisions, l’évaluation du risque et la résilience qu’il faut cultiver afin de se démarquer du robot et devenir un complément essentiel.

«Il y a la compassion, aussi. Un robot peut nous sembler très sympathique, mais pour comprendre l’être humain, avec sa complexité, ce n’est pas encore quelque chose qu’on peut facilement codifier. Et dans le domaine médical, notamment, c’est nécessaire», ajoute-t-elle.

Même son de cloche du côté d’Erik Brynjolfsson, directeur de l’Initiative on the Digital Economy au Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui était également panelliste.

Selon lui, «suivre des instructions, mémoriser des faits, c’est ce que les machines font. Ce que les humains ont de plus, c’est la créativité, une intelligence émotionnelle, la capacité de penser différemment. Pour vous démarquer, vous devez faire des choses que les machines ne font pas bien», explique l’expert.

Suzanne Fortier résume son idée par trois lettres qui distingue l’Homme de la machine : RDD (Recherche, Développement et Design).

«L’homme a d’abord cette forte capacité de rechercher encore plus profonde, plus précise, que la machine. Il peut ensuite développer son idée avec leadership et en analysant le risque. Enfin, le design permet de faire le pas entre la découverte et l’être humain, de développer son idée en l’adaptant aux besoins de l’être humain», précise la vice-chancelière.

Ainsi, elle estime qu’un étudiant devrait choisir un domaine qui lui plaît réellement, dans lequel il a envie d’apprendre plus quotidiennement.

«Et dans ce qui l’intéresse, il lui faut regarder les types d’emplois qui font appel aux RDD, afin de rester toujours indispensable et complémentaire à la machine», explique-t-elle.

Pour cela, une large connaissance du monde qui nous entoure est nécessaire, rappelle-t-elle, en incluant les arts et l’étude d’autres cultures.

«C’est ce qui fait mousser la créativité, et nous rend «futur ready»», précise Suzanne Fortier.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les gauchers pensent et ressentent les choses différemment


Il existe de 10 à 15 % de gaucher (Mon petit frère en fait partie) et cela existe depuis fort longtemps donc, cela serait génétique.Le cerveau ne fonctionne pas comme un droitier, les scientifiques émettent bien des hypothèses. Cependant, ils sont certains qu’il y a des différences physiologique et neurologique en rapport aux droitiers
Nuage

 

Les gauchers pensent et ressentent les choses différemment

 

Le Huffington Post  |  Par Carolyn Gregoire

    Jusqu’à une époque relativement proche, la particularité des gauchers était considérée comme un défaut, voire une tare. Ils étaient obligés d’apprendre à écrire de la main droite, ce qui les plaçait souvent dans une position très défavorable.

    Bien entendu, nous savons aujourd’hui qu’il n’y a rien de mal à être gaucher. Comme le psychologue Stephen Christmas, de l’université de Toledo, l’a expliqué au magazine Scientific American, rien ne prouve que les gauchers soient naturellement désavantagés sur le plan physique ou psychologique. D’abord ils constituent environ 10 à 15 % de la population mondiale depuis des milliers d’années. Le fait que cette particularité se soit transmise de génération en génération suggère qu’elle ne constitue pas un handicap au niveau évolutif, comme le pensaient naguère beaucoup de spécialistes.

    Cependant, la main avec laquelle on écrit est liée à certaines spécificités physiologiques et neurologiques. La recherche est alors incomplète, mais voici ce que nous savons sur les particularités cognitives et psychologiques des gauchers :

    Ils réfléchissent peut-être plus vite

    Les gauchers pourraient accéder aux hémisphères de leur cerveau plus rapidement et plus efficacement.

    D’après une étude australienne publiée en 2006 dans la revue Neuropsychology, les connexions entre les hémisphères du cerveau sont plus rapides chez les gauchers, ce qui se traduit par un traitement plus rapide de l’information. Les auteurs de l’étude en question ont confié aux participants une tâche qui leur permettait de mesurer le temps de transfert entre les hémisphères, et une autre qui nécessitait de se servir des deux hémisphères en même temps.

    Ces travaux ont démontré que les gauchers traitaient l’information plus rapidement d’un hémisphère à l’autre, un atout cognitif qui pouvait les avantager dans des activités comme les jeux vidéo ou le sport.

    Ils privilégient peut-être le côté gauche quand ils doivent prendre une décision

    Votre préférence manuelle pourrait influer sur la façon dont vous analysez des concepts abstraits, comme les valeurs, l’intelligence et l’honnêteté. Selon une étude de 2009 de l’université de Stanford, gauchers et droitiers favorisent peut-être leur côté dominant. Les participants étaient invités à regarder deux colonnes d’illustrations, puis dire lesquelles leur paraissaient les plus joyeuses, honnêtes, astucieuses et séduisantes. Les gauchers choisissaient spontanément les illustrations de la colonne de gauche, et les droitiers, celles de la colonne de droite.

    «Les gauchers pensent implicitement que les choses agréables sont du côté gauche, et les mauvaises, du côté droit, même quand la langue et la culture leur disent exactement le contraire», indiquait l’auteur principal de cette étude, Daniel Casasanto.

    Ils sont meilleurs dans certains sports

    Bien que les gauchers représentent moins de 15 % de la population, 25 % des joueurs de baseball professionnels sont gauchers. Pourquoi? Peut-être parce qu’ils ont un temps de réaction inférieur à celui des droitiers, comme l’a démontré l’étude australienne de 2006 citée plus haut.

    Mais il y a une autre raison. Différents chercheurs se sont aperçus que les gauchers semblaient avoir beaucoup plus de facilité dans les sports interactifs, comme la boxe, l’escrime, le tennis et le baseball, mais pas les activités solitaires, comme la gymnastique ou le plongeon. Peut-être parce qu’en raison de leur posture physique singulière, ils parviennent à décontenancer les droitiers qui ont l’habitude d’affronter d’autres droitiers.

    Leur cerveau gère peut-être les émotions différemment

    Votre préférence manuelle pourrait déterminer la manière dont votre cerveau traite les émotions. Une étude de 2012 publiée dans la revue PlaS ONE indique que la motivation des gauchers se traduit par une plus grande activité dans l’hémisphère droit, contrairement à ce qui se passe chez les droitiers.

    Ceci pourrait avoir des conséquences importantes dans le traitement de l’anxiété et des troubles de l’humeur, que l’on soigne parfois en stimulant le cerveau pour augmenter l’activité neuronale dans l’hémisphère gauche.

    «Au vu de nos conclusions, ce traitement, qui soulage les droitiers, pourrait faire du tort aux gauchers, ce qui n’est évidemment pas du tout l’effet recherché», a déclaré l’un des auteurs de l’étude, Geoffrey Brookshire.

    Les gauchers pourraient être plus créatifs

    De nombreux experts et diverses études suggèrent l’existence d’un lien entre le fait d’être gaucher et la créativité. Est-ce vraiment le cas? Certaines études ont en tout cas démontré que les gauchers étaient plus doués pour la pensée divergente (la capacité à trouver plusieurs solutions pour un même problème), une caractéristique cognitive de la créativité. Cependant, il convient de noter que ces études établissent une corrélation, et non une causalité. Ces conclusions ne sont donc pas véritablement probantes.

    Une autre possibilité, avancée par le psychologue Chris McManus, de l’University College de Londres, dans son livre «Right-Hand, Left-Hand», est que l’hémisphère droit du cerveau des gauchers est plus développé, ce qui influerait sur la créativité.

    Enfin, une théorie tout à fait fascinante avance qu’en grandissant dans la minorité des gauchers, ce qui les distingue de la plupart de leurs camarades, certains enfants finissent par acquérir une construction mentale privilégiant l’individualité. Cet état d’esprit peut les prédisposer à développer des traits de caractère comme l’indépendance et l’anticonformisme, que les psychologues associent à la créativité et l’innovation.

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/

15 bonhommes de neiges vraiment créatifs


Les bonshommes de neige et autres sculptures éphémères font partie des paysages d’hiver. Certains laissent leur créativité en pleine liberté pour faire quelque chose de différent
Nuage

15 bonhommes de neiges vraiment créatifs

1- Pourquoi toujours le faire à l’endroit?

k

RUNEMAN412

2- Des fois un seul bonhomme de neige ne suffit pas et une foule en délire (ou en colère) donne son petit effet

b

JUSTSOMETHING

3- Ne sont-ils pas mignons? J’adore le sourire du bonhomme

m

JUSTSOMETHING

4- Vous aussi vous vous amusiez à faire des anges dans la neige?

e

JUSTSOMETHING

5- Totoro!!!!!!! Même en neige il est adorable

d

ABILIOT

6- Si vous prenez cet auto-stoppeur n’oubliez pas d’éteindre le chauffage!

f

MEXICANOSENMIA

7- Mini-bonhommes de neige zombies? On a mal pour lui le pauvre

g

MIKE_PANTS

8- Qui a dit que les bonhommes de neige étaient gentils?

h

NORTH NEWS

9- Cherchez le vrai du faux

i

FERLINKA BORZOI

10- La Venus de Milo vraiment revisitée

j

AORYO

11- Tout le monde passe vraiment trop de temps sur les smartphones dis donc

a

BEAUREMONT

12- Chacun son style, il en jette le bonhomme de neige punk

l

JUSTSOMETHING

13- Dans la nuit noir ça doit faire un petit peu peur

c

IBLEEEDORANGE

14- Tous contre le bonhomme de neige géant! Comme dans Gulliver

1

MPBURROWS

15- Un peu de douceur dans ce monde si froid

o

SLEEPLESSASIAN

http://incroyable.co/

Le froid d’hiver peut aussi stimuler votre créativité


Bien qu’en ce moment, la température est plus haute que la normale, certaines journées nous rappellent que nous sommes en automne et bientôt en hiver. Le froid n’a pas juste des côté négatif sur notre corps et notre créativité
Nuage

 

Le froid d’hiver peut aussi stimuler votre créativité

 

Le HuffPost  |  Par Marc Bonomelli

À moins d’être de ceux qui s’épanouissent avec la venue des journées froides, la période hivernale est synonyme pour beaucoup d’entre nous de maladies et de déprime.

« Le blues de l’hiver » est d’ailleurs connu dans la communauté scientifique sous le nom de « trouble affectif saisonnier ».

Provoqué par la baisse de l’ensoleillement, le raccourcissement des jours et la chute des températures, ce syndrome s’accompagne de symptômes tels que la perte de tonus, les troubles de la concentration, l’irritabilité, voire l’angoisse, le désespoir ou l’asocialité.

Mais il ne faut pas blâmer le froid pour tous les maux. Saviez-vous par exemple qu’il aide à la circulation du sang, qu »il est propice à la perte de poids et favorise le sommeil ?

La créativité chaude et la créativité froide

Mais l’une des vertus les plus surprenantes et méconnues du froid tient à ce qu’il peut stimuler la créativité, selon certains chercheurs.

D’après une étude parue en 2014 dans Acta Psychological, en effet, la température peut éveiller différents types de créativité. L’étude a été menée sur des enfants et des jeunes adultes provenant d’Europe ou d’Asie. Dans le cadre d’une série d’expériences, les scientifiques de l’Université de Tilburg à Singapour ont relevé que des individus ayant bu une tasse de thé chaude, ou se trouvant dans une pièce chauffée étaient meilleurs pour dessiner, trier des objets ou penser à des idées de cadeaux.

En revanche, le froid peut améliorer la créativité quand celle-ci se rattache à des compétences plus abstraites telles que saisir des métaphores. Les chercheurs singapouriens ont aussi demandé aux participants de trouver des noms de pâtes originaux et ceux exposés au froid ont eu de meilleures idées que les participants « chauds ».

En bref, l’étude, la seule sur le sujet pour l’instant, a conclu que la chaleur favoriserait une créativité plus relationnelle, quand le froid améliore des compétences créatives qui demandent une certaine prise de distance intellectuelle et des capacités d’abstraction.

Les pays du nord champions en créativité

Est-ce un hasard si dans le top 10 du Global Creativity index 2015, on retrouve le Danemark, la Suède, l’Islande, le Canada, les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande?

Bien qu’aucune étude n’établisse officiellement de liens entre pays froid et créativité, (et que l’Australie se hisse en première place du top), cet article du Stockholm Invest argue que la capitale de la Suède doit pour beaucoup son effusion créative à la rudesse de son climat.

Y sont interviewés des startupers qui abondent en ce sens, à l’instar de Victoria Bastide, CTO de Lifesum, une application de santé et remise en forme.

«Comme tant de temps est passé à l’intérieur à cause du froid, il laisse beaucoup de temps pour arriver à des idées créatives et passionnantes», dit-elle.

L’excuse du froid pour justifier votre manque de créativité au bureau n’est plus valable, à moins de la brandir pour esquiver les conversations de machine à café.

http://quebec.huffingtonpost.ca/