Un tsunami apporte des espèces marines jamais vues dans les eaux de la côte ouest


Vous souvenez qu’en 2011, avait eu lieu à un tsunami monstre au Japon. 4 ans après, à l’ouest de l’Amérique du Nord. Au Canada, des espèces étrangères et du plastique se sont retrouvé dans nos eaux. Depuis, les scientifiques essaient de trouver si ces nouveaux venus sont des espèces invasives et cela ne semble pas causer de problème pour le moment. Cela montre que l’océan ne connait pas de frontières
Nuage

 

Un tsunami apporte des espèces marines jamais vues dans les eaux de la côte ouest

 

Des limaces de mer

Des limaces de mer prisonnières d’un bateau japonais qui a dérivé jusqu’en Oregon à la suite du tsunami de 2011.   Photo : John W. Chapman/Associated Press

Des débris du tsunami de 2011 au Japon ont migré jusqu’en Amérique du Nord, livrant ainsi une vie marine jamais observée dans les eaux de la Colombie-Britannique.

Des matériaux de plastique qui ont mis quatre ans à traverser l’océan Pacifique transportaient sur eux des poissons et des invertébrés, explique le scientifique James Carlton, dont la recherche a été publiée dans le journal Science.

Son équipe a trouvé 289 invertébrés marins et deux espèces de poissons étrangers à l’écosystème de la côte ouest. Les chercheurs se doutaient que certains arriveraient à parcourir les 7500 kilomètres qui séparent les côtes japonaises de celles du Canada, mais n’avaient aucune idée du nombre d’entre eux qui survivraient à la traversée de quatre ans.

« C’est fascinant d’observer la rencontre et le mélange d’espèces de deux écosystèmes marins », raconte James Carlton.

On a trouvé des étoiles de mer, des éponges, une grande variété de mollusques, des crabes, une sélection surprenante d’espèces qui ont survécu au voyage. James Carlton, scientifique maritime

Deux étoiles de mer japonaises dans la main d'une personne

Des étoiles de mer japonaises trouvées sur un quai en provenance de Misawa échoué près de Newport en Oregon   Photo : John W. Chapman/Associated Press

 

Les chercheurs croient que les changements climatiques qui accroissent la gravité des tempêtes pourraient aider à propulser la vie marine à l’extérieur de ses frontières habituelles.

Des traces d’Orient à Ucluelet

Les premières trouvailles provenant du tsunami ont été aperçues en Oregon en 2012 et par la suite sur la côte de l’île de Vancouver.

En 2013, la responsable des services d’urgence d’Ucluelet, en Colombie-Britannique, Karla Robison, a installé une station d’observation. Son équipe a découvert des débris en provenance du Japon et sur eux une petite moule.

« J’ai compris que c’était un moment important. »

La plupart des espèces trouvées n’avaient jamais été vues ni en Amérique du Nord ni dans les îles hawaïennes. James Carlton, scientifique maritime

Des dizaines de milliers de moules

« Quand le premier quai est arrivé, il était entièrement couvert de moules, des dizaines de milliers de moules japonaises drapées dans les algues, raconte James Carlton. On ne sait pas combien d’espèces ont entamé le grand voyage et combien ont été détruites par le tsunami. »

Un quai japonais couvert d'espèces marines échoué sur la côte de l'Oregon

Un quai japonais couvert d’espèces marines échoué sur la côte de l’Oregon   Photo : James Carlton

Tâche ardue pour les scientifiques : déterminer quelles espèces étrangères pourraient menacer la survie de la vie marine indigène de la côte ouest nord-américaine.

« C’est une roulette écologique, avoue James Carlton. Des espèces qui n’ont jamais manifesté de tendance à l’invasion peuvent devenir une menace dans un nouvel environnement avec de nouveaux prédateurs et compétiteurs. »

Pour l’instant, aucune espèce invasive n’a été observée et cela pourrait prendre des années pour qu’un tel phénomène se produise ou que les scientifiques puissent le détecter.

Ce qui se passe dans l’océan montre notre interconnectivité. Les frontières sont une illusion.

Karla Robison, responsable des services d’urgence d’Ucluelet

Karla Robison affirme que les nouveaux venus dans les eaux de la côte ouest illustrent qu’il n’y a qu’un seul environnement planétaire et démontrent aussi l’importance de réduire la production de plastique.

ici.radio-canada

Publicités

Pourquoi les laboratoires pharmaceutiques saignent plus de 500.000 «crabes fer à cheval» par an


La limule est un crabe qui a une particularité d’avoir le sang bleu. Il a survécu aux dinosaures, mais dans les mains de l’homme rien n’est moins certain. Son sang permet de détecter des bactéries Gram négatives qui se retrouvent dans l’E.coli qui pourrait se retrouver dans des médicaments, des genoux de remplacement des outils d’hôpitaux, etc. Sauf que, la demande a beaucoup augmenter. Le crabe fer à cheval risque d’être en voie disparition si ce rythme continue à augmenter
Nuage

 

Pourquoi les laboratoires pharmaceutiques saignent plus de 500.000 «crabes fer à cheval» par an

 

Limules | Didier Descouens via Wikimédia CC License by

Limules | Didier Descouens via Wikimédia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Repéré sur Populare Mechanics

Le prix de leur sang bleu s’élève à 14.000 dollars le litre.

Le limule (surnommé «crabe fer à cheval» à cause de sa forme arrondie) est un arthropode fascinant. En plus d »avoir survécu aux dinosaures, son sang, bleu, regorge de qualités exceptionnelles.

Popular Mechanics écrit à son sujet: «Leur sang bleu distinctif est utilisé pour détecter des bactéries Gram négatif dangereuses comme l’E. coli dans des médicaments injectables comme l’insuline, sur des appareils médicaux implantables comme les genoux de remplacements, sur des outils d’hôpitaux intraveineux et sur les scalpels.»

La capacité de détection de ce sang est telle que l’industrie pharmaceutique tue 500.000 crabes fer à cheval par an et que le litre s’achète 14.000 dollars.

La demande ne faisant qu’augmenter (le marché américain devrait grimper de 25% d’ici 2020), les scientifiques commencent à se demander si cela ne pose pas un risque pour la survie des limules.

«Le nombre de crabes pêchés par l’industrie biomédicale américaine est passée d’une estimation de 200.000 à 250.000 dans les années 1990 à plus de 610.000 en 2012», note Popular Mechanics.

L’International Union for Conservation of Nature a lancé un comité en 2012 pour surveiller cette population et a décidé l’année dernière de placer le limule américain sur la liste des espèces «vulnérables», un cran en dessus des espèces «en danger». D’ici quarante ans, la population de ces crabes pourrait chuter de 30%.

«Survivent-ils? Sont-ils toujours les mêmes?»

De plus, s’ils ne prélèvent que le tiers du sang de chaque crabe avant de le relâcher dans la mer, il n’y a pour l’instant aucune limitation sur la quantité de sang que l’on peut prendre sans le mettre en danger.

«Personne ne sait vraiment ce qui arrive aux crabes quand ils sont relâchés dans la mer. Survivent-ils? Sont-ils toujours les mêmes?» L’homme, après tout, a toujours déconsidéré ce qu’il se passait sous l’eau, estimant que cela ne le concernait pas. Les industriels assurent que les crabes survivent, mais peut-on s’en sortir sans séquelle quand on vient de perdre un tiers de son sang et de subir un stress notable hors de son milieu naturel?

«Citez-moi une autre créature marine qui respire sous l’eau et qui peut survivre sur la terre comme eux, demande Win Watson, neurobiologiste de l’université de New Hampshire. Vous ne pouvez pas faire ça avec un poisson, ou avec un homard. Ils sont très vigoureux. Mais je pense qu’ils en paient le prix.»

L’objectif du scientifique et de son équipe n’est pas d’interdire les prélèvements sanguins. Mais ils espèrent, avec les recherches qu’ils ont lancé sur les limules, que les industriels réaliseront enfin que leur quête du sang bleu ne peut pas continuer ainsi.

http://www.slate.fr/

Ce crabe est presque aussi fort qu’un lion


Ce n’est jamais une bonne idée de mettre un  doigt entre les pinces d’un crabe et encore moins les crabes de cocotier. La force de sa pince à une pression très proche du lion. Alors, vous imaginez ce qui arriverait à votre doigt ?
Nuage

 

Ce crabe est presque aussi fort qu’un lion

 

Un conseil, ne serrez jamais la pince d’un crabe de cocotier. Ces crustacés, également appelés crabes «voleurs», car ils pénètrent parfois dans les maisons à la recherche de nourriture, sont surtout connus pour leur taille gigantesque, qui peut dépasser un mètre.

Des chercheurs japonais ont voulu en savoir plus sur cette espèce de paguroidea et a notamment mesuré la force de ses énormes pinces, rapporte le Christian Science Monitor. Dans un article publié dans la revue scientifique Plos One, ils expliquent que celle-ci exerce une pression énorme, plus de quatre fois supérieure à notre propre poigne.

En fait, c’est le crustacé le plus fort du monde. La force exercée par ses pinces se rapproche de celle de mâchoires de lions ou de tigres (3300 newtons pour le crabe contre 4450 pour les félins), précise le journal. Surtout, sa force semble totalement disproportionnée par rapport à sa taille. Shin-ichiro Oka, auteur principal de l’étude, explique au Christian Science Monitor que s’il avait la même force que le crabe avec ses 65 kg, sa poignée de main aurait une force équivalente à 6 tonnes.

Pour mesurer la pression exercée par les crabes, les chercheurs ont placé un capteur en forme de cylindre dans la pince. Une expérience qui n’a pas été sans mésaventure :

«obtenir ces données n’a pas été simple, car les larges pinces du crabe nous ont pincé à plusieurs occasions», affirment les scientifiques.

crabe cocotier

Il faut dire que le crabe voleur utilise notamment ses pinces pour casser des noix de coco, c’est l’origine de son nom.

«Ils peuvent ainsi monopoliser des aliments terrestres rigides comme les noix de coco, qui ne sont pas accessibles aux autres animaux, et peuvent également éloigner les prédateurs», expliquent les chercheurs dans leur étude, suggérant que ces pinces font partie de l’évolution naturelle de cette espèce.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► 20 animaux gigantesques qui sont bien réels.


La plupart des animaux, nous les connaissons, mais ceux-ci dépassent les normes de grandeurs
Nuage

 

20 animaux gigantesques qui sont bien réels.

Si quelqu’un vous demande de penser à un animal de grande taille, à quel animal pensez-vous? Un éléphant ou une baleine bleue peut-être?

Mais il existe également des animaux gigantesques, même parmi les autres espèces, des animaux qui ont dépassé la taille standard…

Dans cette liste, nous rendons hommage à ces animaux. Vous trouverez, entre autres choses, un lapin géant et un cochon qui pèse plus de 900 kg! Quand nous disons que ces animaux sont gigantesques, ils sont vraiment gigantesques.

# 1. Le Crabzilla crabe-araignée de mer du Japon.

Ce crabe gigantesque, surnommé Crabzilla, mesure plus de 3 mètres de long. Il a plus de 40 ans, mais n’a toujours pas cessé de croître. On estime qu’il mesure plus de 4,5 mètres de long.

enorma-djur-15

DARCUNCLE

# 2. Weta géant.

Deinacrida est l’un des plus gros insectes dans le monde, et cet insecte en particulier a été trouvé sur Little Barrier Island en Nouvelle-Zélande.

enorma-djur-2

BUZGER

# 3. Achatina fulica.

Achatina fulica ou escargot géant africain, est la plus grande espèce d’escargot et peut atteindre plus de 20 centimètres de long.

enorma-djur-3

VIVAS

# 4. Cheval Moose.

Ce cheval, qui porte bien son nom Moose, est un Percheron. Les Percherons sont très intelligents et travailleurs.

enorma-djur-1

UPPYDAYAGAIN

# 5. George le géant.

Ce Grand Danois nommé George le géant est décédé en 2013, il était consacré le chien le plus grand du monde, il mesurait 1,09 mètres au garrot. Il pesait 111 kg et dormait dans son propre lit queen-size.

enorma-djur-4

ODDEE

# 6. La roussette de Malasie.

On l’appelle aussi renard volant, c’est la plus grande chauve-souris du monde. Vous pouvez la trouver sur l’île de Nouvelle-Guinée et ils pèsent en moyenne 1,5 kg et son envergure peut atteindre 1,5 à 1,8 mètres.

enorma-djur-5

PHOTOMONDE

# 7. Roi des Harengs.

Ce poisson géant s’appelle Roi des Harengs et ce poisson en particulier de 5,5 mètres a été trouvé en Californie, USA. Il a fallu 16 personnes pour le sortir de l’eau.

enorma-djur-6

EWN

# 8. Vache Blossom.

La vache Blossom mesure 1,9 mètres de la pointe su sabots jusqu’au garrot – elle est la vache la plus grande au monde. Elle est malheureusement décédée l’année dernière, âgé de 13 ans.

enorma-djur-7

GUINNESS WORLD RECORDS

# 9. Crabe de cocotier.

Le crabe de cocotier est la plus grand arthropode terrestre, il peut grimper dans les arbres. Il peut atteindre jusqu’à 40 centimètres de long et peser jusqu’à 5 kg.

enorma-djur-18

YOUTUBE

# 10. Ligre Hercules.

Non, ce n’est pas un lion ni un tigre. Hercules est un hybride né de l’union d’un lion mâle et d’une tigresse et vit dans un zoo à Miami. Il détient le record du félin le plus grand au monde, il mesure 3,3 mètres de long et pèse 418,2 kg.

enorma-djur-8

GUINNESS WORLD RECORDS

# 11. Salamandre géante de Chine.

La salamandre géante de Chine est le plus grand amphibien vivant au monde, et peut atteindre jusqu’à 1,8 mètres de long. En moyenne, ils atteignent un poids d’environ 25-30 kilogrammes.

enorma-djur-9

PRETTY AWFUL THINGS

# 12. Cochon « The Big Pig. »

Ce cochon, nommé « The Big Pig, » pèse environ 900 kilogrammes. Il mesurait 2,5 mètres de long.

Mais le plus gros cochon du monde est « Big Bill », un cochon qui a vécu jusqu’en 1933. Il pesait 1157 kg!

enorma-djur-10

DAILYMOTION

# 13. La méduse de Nomura.

Cette espèce de méduses vit dans les eaux marines de Chine et Japon. Ils mesurent en moyenne 2 mètres de long et pèsent près de 200 kg.

enorma-djur-11

CAPTFIREPANDA

# 14. Le lapin Darius.

Ce lapin détient le record du lapin le plus grand au monde. Il mesure 1,3 mètres de haut et pèse 22,2 kg. Sa famille dépense plus de 3.000 euros par an pour sa nourriture.

enorma-djur-12

PO-CO

# 15. Morpho Hercules.

Morpho Hercules est considéré comme l’espèce de papillon la plus grande au monde. Les femelles, qui sont plus grandes que le mâle, ont une envergure de plus de 20 centimètres.

enorma-djur-13

PROJECT NOAH

# 16. Grenouille Goliath.

La grenouille Goliath est considérée comme la plus grande grenouille de la planète, elle peut mesurer entre 17 et 33 cm de long et pèse 0,6 à 3,25 kg.

enorma-djur-14

PLANETSAVE

# 17. Crocodile marin.

Le crocodile marin est la plus grande espèce de crocodile actuel et le plus lourd reptile vivant.

Cette image a été prise aux Philippines, le crocodile mesure 6,4 mètres du nez jusqu’à la queue. Il a fallu trois semaines et 100 hommes pour chasser l’animal.

enorma-djur-16

RECREOVIRAL

# 18. Le chat Stewie.

Il était le chat le plus long au monde. Malheureusement, il est décédé d’un cancer en 2013.

enorma-djur-19

COONOSAIT

# 19. Taureau « Field Marshall ».

Le plus grand taureau au monde, Field Marshall, pèse 1,6 tonnes et vit sur une ferme au Royaume-Uni.

enorma-djur-23

VIVANEWS

# 20. Géant des Flandres.

Les lapins géants des Flandres sont très facile à élever, et beaucoup disent que, comme les chiens, ils deviennent attachés aux gens. Le lapin dans cette photo pèse 10 kg.

enorma-djur-22

WAROSU

http://incroyable.co/

Des milliers de "crabes rouges" retrouvés morts sur des plages de Californie


À chaque année des crabes rouges immigrent pour se reproduire. Cette année, des milliers de crabes rouges ont échoué sur les plages, non pas pour se reproduire, mais pour y mourir
Nuage

 

Des milliers de « crabes rouges » retrouvés morts sur des plages de Californie

 

En 2015, sur des plages mexicaines, des milliers de crabes et de homards avaient aussi retrouvés morts. Même cause ? © CHINE NOUVELLE/SIPA

En 2015, sur des plages mexicaines, des milliers de crabes et de homards avaient aussi retrouvés morts. Même cause ? © CHINE NOUVELLE/SIPA

Par Félix Gouty

Plusieurs plages du comté d’Orange en Californie ont été surnommées les « plages rouges », à cause des milliers de crustacés rougeâtres qui s’y sont échoués. Le coupable ? Probablement le climat.

« PLAGES ROUGES ». Voici le surnom donné récemment à une dizaine de plages californiennes, aux États-Unis. La raison ? Des milliers de « crabes rouges » s’y sont échoués, en seulement quelques jours. Ces crustacés, des Galathées pélagiques (Pleuroncodes planipes), y achèvent généralement leur migration pour se reproduire. Il y a quelques mois, en avril 2016, un nombre aussi incommensurable de ces animaux avaient été vus marchant sur le fond au large du Panama – peut-être les mêmes qui ont trouvé la mort sur les plages de Californie aujourd’hui. Plus particulièrement, ces échouages massifs ont été observés dans le comté d’Orange, sur le littoral de Corona del Mar ou encore de Laguna Beach.

« Ces larges échouages de crustacés sont souvent causés par une hausse des températures marines du Pacifique », a déclaré Linsey Sala, chercheuse à l’Institut d’océanographie de San Diego, dans un communiqué.

« Cette espèce est vraiment unique, parce qu’elle passe toute sa vie dans différents niveaux de la colonne d’eau. Elle est donc très susceptible aux changements de température, des vents et des courants marins », a-t-elle expliqué par la suite.

La cause de ce phénomène morne et étrange serait ainsi toute trouvée : « l’effet El Nino », conséquence d’un des plus forts épisodes climatiques El Nino jamais constatés, en 2014-2015. Pour résumer, cet « effet » peut engendrer de rapides hausses des températures et modifications de la direction des courants, perturbant tout l’écosystème marin. En juin 2015, par exemple, El Nino avait induit des échouages de crustacés similaires sur les plages mexicaines. Autrement dit, les milliers de ces Galathées pélagiques retrouvées aujourd’hui ne seraient pas mortes du fait de l’activité humaine, mais d’un événement climatique encore mal expliqué à ce jour. Pas de quoi s’en réjouir pour autant…

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Les plus belles espèces animales découvertes en 2015


Encore en 2015, des découvertes de nouvelles espèces animales sont venus s’ajouter à ceux que l’on connait déjà
Nuage

 

Les plus belles espèces animales découvertes en 2015

 

Cette nouvelle espèce d'araignée-paon a été baptisée "Sparklemuffin". ©Jürgen C. Otto

Cette nouvelle espèce d’araignée-paon a été baptisée « Sparklemuffin ». ©Jürgen C. Otto

RÉTROSPECTIVE. L’année 2015 a été riche en nouvelles espèces animales. Des reptiles colorés,tels les dragons nains d’Amérique du Sud, des poissons surprenants, comme ce poisson qui marche de l’Himalaya, des crustacés originaux, à l’image des crabes vampires de Java, des batraciens translucides ou encore métamorphes,telle cette grenouille dont la peau du dos se hérisse de pics, des araignées « costumées », parmi lesquelles deux araignées-paons, mais aussi quelques mammifères, et non des moindres puisqu’il s’agit principalement de singes, dont deux Titi.

L’année s’est même terminée sur une jolie trouvaille : une nouvelle espèce de requin des profondeurs bioluminescent, surnommé « requin ninja ». Et quelques semaines auparavant, les scientifiques s’interrogeaient sur la possible émergence naturelle d’une nouvelle espèce de canidé sauvage : mi-coyote, mi-loup, un hybride baptisé « coywolf ». Pour le plaisir des yeux,Sciences et Avenir vous propose de (re)découvrir en images certaines de ces richesses de la biodiversité terrestre et aquatique. Couleurs magnifiques, forme étrange, propriétés hors du commun, la Nature nous offre une fois de plus un spectacle époustouflant.

Hyalinobatrachium dianae est une « grenouille de verre » puisque son ventre est transparent. Elle mesure environ 3 cm et habite les forêts humides du Costa-Rica, entre 400 et 800 m d’altitude.

©Brian Kubicki, Costa Rican Amphibian Research Center

Découverte l’été 2015, cette nouvelle espèce de « pieuvre Dumbo » a fait fondre les scientifiques… qui ont proposé de l’appeler « Adorabilis ».

(Capture d’écran YouTube/Science Friday)

Cette nouvelle espèce d’araignée-paon a été baptisé Maratus jactatus. Elle mesure à peine 4 mm et vit dans le nord-est de l’Australie.

©Jürgen C. Otto

Skeletorus (Maratus sceletus) est aussi une araignée-paon. Elle a été découverte en même temps et dans la même région que Maratus jactatus.

©Jürgen C. Otto

Le coywolf, fruit des amours entre le coyote de l’ouest (Canis latrans), le loup de l’est du territoire américain (Canis lycaon) et le chien (Canis lupus familiaris).

©L. David Mech et al.

Ce crabe vampire Geosesarma dennerle, originaire de l’île de Java, tient son nom de ses yeux jaunes. Mais le plus impressionnant reste ses belles pinces mauves.

© Chris Lukhaup

La peau de cette grenouille (Pristimantis mutabilis) passe de lisse à recouverte de pics en quelques minutes. Elle vit dans les Andes, en Equateur.

© nationalgeographic.

Cette nouvelle espèce de requin des profondeurs bioluminescent a été surnommée « requin ninja ». Quant à son non nom scientifique, Etmopterus benchleyi, il s’agit d’un hommage à Peter Benchley, l’auteur du livre Jaws.

©Dave Ebert

Enyalioides altotambo est un dragon nain trouvé non loin du village d’Alto Tambo, en Equateur.

© Luis A. Coloma / Zookeys

Le poisson-chat Peckoltia greedoi, découvert au Brésil, a été nommé ainsi en l’honneur de Greedo, un personnage de Star Wars. La ressemblance est frappante !

© Capture d’écran Youtube

Cherax pulcher est une écrevisse d’eau douce Indonésienne, aux couleurs chatoyantes.

© Christian Lukhaup

Les Titis de Milton (Callicebus miltoni) vivent en petits groupes familiaux dans les forêts du sud du Brésil.

© Adriano Gambarini

Phyllopteryx dewysea, alias le dragon de mer rubis, évolue au large des côtes australiennes. Sa découverte a porté au nombre de 3 les espèces de dragons de mer existant

©Western Australian Museum

L’araignée mâle de l’espèce Eresus hermani ressemble à une coccinelle tandis que la femelle est brune. Les spécimens ont été découverts en Hongrie.

© Gábor Kovács

http://www.sciencesetavenir.fr/