Le changement climatique a déjà un impact «clair» sur notre santé


Les changements climatiques sont visibles autant pour les effets environnementaux et sur notre santé. Le pire, c’est convaincre les gouvernements et l’économie a participer activement a atténuer ces changements. Oui, cela coûte cher, mais ne rien faire coûte encore plus cher et il faut penser aux générations suivantes
Nuage

 

Le changement climatique a déjà un impact «clair» sur notre santé

 

Par exemple, entre 2000 et 2016, le nombre... (Photo Isabelle Levesque, archives Le Nouvelliste)

Par exemple, entre 2000 et 2016, le nombre de personnes affectées par les vagues de chaleur a augmenté d’environ 125 millions, atteignant un record de 175 millions de personnes exposées en 2015.

PHOTO ISABELLE LEVESQUE, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Agence France-Presse
Paris

Coups de chaleur, pertes de productivité, expansion des maladies transmises par les moustiques… Le changement climatique a déjà un impact concret sur notre santé, avertit un rapport publié mardi, qui invite à «accélérer la transition vers une société bas carbone».

Les «symptômes» provoqués par l’augmentation des températures moyennes et la multiplication des «événements climatiques extrêmes» sont «clairs depuis quelques années, et les impacts sur la santé sont bien pires qu’on ne le pensait auparavant», souligne le document, publié dans la revue médicale britannique The Lancet.

Par exemple, entre 2000 et 2016, le nombre de personnes affectées par les vagues de chaleur a augmenté d’environ 125 millions, atteignant un record de 175 millions de personnes exposées en 2015,

 les conséquences pour la santé allant «du stress thermique ou coup de chaleur à l’aggravation d’une insuffisance cardiaque préexistante ou à un risque accru d’insuffisance rénale liée à une déshydratation».

Sur la même période, la hausse des températures a réduit de 5,3 % la productivité des travailleurs dans les zones rurales, estime le rapport.

Le réchauffement du climat a par ailleurs élargi le champ d’action du moustique porteur de la dengue, augmentant son aptitude à transmettre la maladie de 9,4 % depuis 1950, tandis que le nombre de malades était presque multiplié par deux tous les dix ans.

Baptisé «Compte à rebours sur la santé et le changement climatique», ce rapport entend mesurer tous les ans jusqu’en 2030 les progrès réalisés pour 40 indicateurs clés concernant ces deux sujets.

Lancé en 2015, il est élaboré par 24 organismes de recherche et organisations internationales, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Ses auteurs reconnaissent qu’il est difficile de démêler les impacts liés au changement climatique de ceux causés par la démographie, la pauvreté ou encore la pollution.

Entre 2000 et 2016, le nombre de catastrophes climatiques (ouragans, inondations, sécheresses…) a augmenté de 46 %, observent-ils.

Si l’on ne peut pas encore attribuer de façon certaine ce phénomène au changement climatique, le lien est «plausible», et il y a peu de doute qu’il y aura à l’avenir une hausse de la «fréquence et de la gravité» de ces épisodes, ajoutent-ils.

Après 15 ans d’«inaction relative», les progrès vers une société bas carbone et pour s’adapter au changement climatique se sont accélérés ces cinq dernières années, notamment à l’occasion de l’accord de Paris sur le climat, reconnaissent-ils.

Mais au vu de la multiplication prévisible des phénomènes climatiques extrêmes, de nombreuses «barrières technologiques, financières et politiques» restent à franchir, en particulier dans les pays à faible et moyen revenu, pour s’adapter et limiter l’impact sur la santé avertit le rapport.

http://www.lapresse.ca

Survivre à la chaleur extrême


Nous avons eu peu de répit de chaleur accablante du moins ce soir avec cette pluie. Il est important pendant ces moments que l’on puisse prévenir les coups de chaleur, la déshydrations.
Nuage

 

Survivre à la chaleur extrême

 

Environnement Canada lance des avertissements de chaleur accablante... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Environnement Canada lance des avertissements de chaleur accablante lorsque la température atteint plus de 30 °C et que l’indice humidex dépasse 40.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

OLIVIA LÉVY

L’été s’annonce chaud, très chaud même, selon certaines prévisions. Quelles sont les activités que nous devons privilégier? Doit-on ralentir lorsque la chaleur devient «accablante»? Comment survivre à des chaleurs extrêmes et quelles sont les mesures à adopter?

Nous en avons discuté avec le Dr David Kaiser, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive à la direction régionale de santé publique.

Il faut savoir qu’Environnement Canada lance des avertissements de chaleur accablante lorsque la température atteint plus de 30 °C et que l’indice humidex dépasse 40.

«À la direction régionale de santé publique, on a une définition des épisodes de chaleur extrême qui est différente de la chaleur accablante. La définition à Montréal de la chaleur extrême est une période où, pendant trois jours consécutifs, il fait plus de 33 °C le jour et que la température ne descend pas en dessous de 20 °C la nuit. Ça peut être aussi deux jours consécutifs où la température la nuit ne descend pas en dessous de 25 °C, explique le Dr David Kaiser. On fait beaucoup de prévention sur la chaleur et je pense que les gens sont de plus en plus informés.»

Le Dr David Kaiser donne les consignes à respecter lorsqu’il fait très chaud, car dans ces périodes de grande chaleur, «le corps a plus de difficulté à se refroidir et a du mal à récupérer un certain équilibre», dit-il.

S’hydrater

«Il faut s’hydrater de façon préventive, ne pas attendre d’avoir soif, boire de l’eau régulièrement, et c’est d’autant plus important pour les personnes âgées, les jeunes enfants et les bébés [les bébés doivent être allaités régulièrement]», dit-il.

Rester au frais

Il est important de passer du temps au frais quelques heures par jour pour donner du répit au corps.

«Ça peut être dans un endroit climatisé chez soi ou chez des amis qui ont l’air conditionné. Il y a aussi les bibliothèques, les centres commerciaux, les cinémas. On cherche l’ombre dans un grand parc, on se baigne dans une piscine et on préfère les coins ombragés», précise le Dr Kaiser.

Oublier l’entraînement

Il faut réduire les activités physiques selon la chaleur et les capacités de chacun.

«Les jeunes enfants et les personnes âgées sont plus sensibles à la chaleur et à la déshydratation et doivent se reposer», estime le Dr Kaiser.

Penser aux autres

Lorsqu’il y a une canicule, la solidarité est primordiale. Le Dr Kaiser suggère d’aller voir les personnes âgées vulnérables qui vivent seules.

«En 2010 et 2011, lors des deux dernières périodes de chaleur extrême à Montréal, on s’est rendu compte que beaucoup de personnes étaient isolées et n’avaient pas le soutien nécessaire pour passer à travers ces journées chaudes. Ce sont des personnes à risque et l’exemple de la grande canicule française de 2003 [près de 15 000 morts] nous a conscientisés à faire preuve de solidarité et à protéger les plus vulnérables qui ont besoin de nous lors de ces périodes difficiles», dit-il.

Attention aux coups de chaleur

Le Dr Kaiser estime qu’il est important de surveiller l’épuisement lorsqu’il fait très chaud. Si on ne se sent pas bien, qu’on a des maux de tête, qu’on se sent déshydraté, il faut tout de suite se mettre au frais, boire beaucoup d’eau et se reposer. Le Dr Kaiser met en garde contre les coups de chaleur.

«Ils sont moins fréquents, mais très sérieux. Lorsqu’on a les symptômes suivants: de la fièvre [plus de 39,5 °C], la peau est sèche, on ressent de la confusion, une perte de connaissance, des hallucinations, des vertiges, un malaise généralisé, il faut immédiatement appeler le 911», souligne le Dr David Kaiser.

http://www.lapresse.ca/

Coup de chaleur, potentiellement fatal !


Nous vivons notre première vague de chaleur, il est donc important de se préserver des coups de chaleur.
Nuage

Coup de chaleur, potentiellement fatal !

Coup de chaleur, potentiellement fatal !

     

    En été, lorsque les températures grimpent, le redoutable coup de chaleur guette.

    Véritable urgence médicale, il peut en effet être fatal.

    On ne le dira jamais assez : si les températures grimpent, restez à l’ombre et au frais !

    Quand le corps surchauffe

    Le coup de chaleur résulte d’une exposition prolongée à la chaleur, en voiture par exemple.

    Comme tous les mammifères, l’être humain vit avec une température corporelle constante de près de 37°C. Quand les températures extérieures grimpent, nous transpirons pour refroidir notre corps. Mais si nous nous déshydratons, la transpiration s’arrête brutalement, la température du corps monte en flèche. Notre cerveau et notre coeur sont alors gravement mis en danger.

    Les symptômes du coup de chaleur :

  • Fièvre supérieure à 40°C,

  • Vertige,

  • Fatigue inhabituelle, confusion.

  • Transpiration abondante qui peut soudainement s’arrêter

  • Perte de connaissance dans les cas les plus graves

  • Augmentation du rythme cardiaque

  • Respiration rapide et de faible amplitude

  • Chute de la tension artérielle

    Des signes à prendre au sérieux ! Le taux de mortalité est estimé à 10% (1).

    Coup de chaleur : quelles sont les personnes à risque ?

    Les personnes les plus à risque sont celles qui se déshydratent le plus facilement : les enfants et les personnes âgées.

    Par ailleurs, les enfants disposent de réserves d’eau plus faibles et les ainés ressentent moins la soif et la chaleur.

    Les personnes fragilisées souffrant de maladies cardiovasculaires, neurologiques, métaboliques (diabète) sont également plus à risque.

    Les sportifs ou les personnes qui ont un travail physique peuvent également souffrir de coups de chaleur. Les efforts intenses et prolongés peuvent aussi entraîner une augmentation importante de la température corporelle. La cause est alors plus « interne » qu’ »externe ».

    Comment prévenir les coups de chaleur ?

    Pour éviter les coups de chaleur, respectez quelques conseils simples :

  • Evitez les expositions prolongées au soleil, et notamment aux heures les plus chaudes (de 11h à 16 h).

  • Buvez beaucoup, au minimum 1,5 litre d’eau par jour.

    Assurez-vous que les enfants et les personnes âgées de votre entourage en fassent autant.

    S’il fait chaud, buvez très régulièrement : toutes les 15 à 30 minutes.

  • Des vêtements amples (ils favorisent la circulation d’air et l’évaporation de la sueur) et clairs seront plus confortables.

  • Si vous avez un ventilateur ou un climatiseur à disposition, utilisez-le !

  • Sportifs, buvez de l’eau avant, pendant et après l’effort.

    En cas de sensations anormales, arrêtez-vous : aspergez-vous d’eau fraiche et mettez-vous à l’ombre.

  • Prenez des précautions plus attentives encore avec les tout petits.

    En voiture, veillez à ce qu’ils soient à l’ombre et couverts. Ne les laissez en aucun cas seuls dans une voiture à l’arrêt, même quelques minutes.

  • Soyez attentifs aux signes d’une montée de la température corporelle : fatigue, maux de tête, nausées ou vomissements…

    Les gestes qui sauvent en cas de coup de chaleur

  • Transportez la victime d’un coup de chaleur à l’ombre ou dans un endroit frais.

    Déshabillez-la au maximum et enveloppez-la dans un drap humide et frais pour la rafraichir ou appliquez-lui un linge humide sur le visage ou le corps.

  • Si elle est consciente, faites lui régulièrement boire de petites quantités d’eau.

    Vous pouvez aussi lui administrer un soluté de réhydratation. Il contient des sels minéraux et du sucre immédiatement absorbables par l’organisme.

  • Dans tous les cas, appelez les urgence

Isabelle Eustache
Créé initialement par Thérèse Dupont, journaliste santé

Sources : Croix rouge française http://www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers/Les-accidents-de-l-ete/Coup-de-chaleur
Document de l’institut national de prévention et d’éducaton pour la santé (INPES).
Guide de prévention des coups de chaleurs, commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSSTQ), 2008.

http://www.e-sante.fr/

5 conseils pour protéger son chien de la chaleur


Quand il fait chaud, il fait chaud pour tout le monde, même les enfants et les animaux. Chaque année, des gens laissent leur enfant où leur animal (surtout des chiens) dans l’auto, se disant qu’il en a pour quelques minutes. Ils laissent la fenêtre entre ouverte croyant que cela sera suffisant pour atténuer la chaleur. Malheureusement, des malheurs arrivent.
Nuage

 

5 conseils pour protéger son chien de la chaleur

 

chien chaleur soleil été

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Ted Winder – Flickr

Quelques précautions vous permettront de préserver votre chien de la chaleur et de passer de belles journées d’été en sa compagnie.

1. De l’eau fraîche

La gamelle d’eau de votre chien doit toujours être remplie d’eau fraîche. Pensez donc à la changer régulièrement sans toutefois remplacer l’eau tiédie par de l’eau glacée.

Pensez aussi à la fontaine à eau, qui permet au chien d’avoir toujours à de l’eau à sa disposition et à ses maîtres de ne pas avoir à la changer sans arrêt !

2. De l’air

A la maison, installez dans une pièce bien aérée et fraîche un petit coin où il pourra se prélasser à l’abri du soleil et de la chaleur. Si vous avez un jardin, préparez-lui un nid douillet dans un endroit ombragé.

En cas de fortes chaleurs, mieux vaut éviter les balades aux heures de plus grande chaleur. Préférez les promenades matinales et en fin d’après-midi. Entre 11h et 16h, votre compagnon sera plus à l’aise dans un endroit frais et aéré.


© Flickr – Josh Liba

3. On ne laisse jamais un chien seul dans une voiture

On ne le répètera malheureusement jamais assez. Chaque année des chiens sont victimes de l’irresponsabilité de leurs propriétaires qui les laissent mourir de chaud dans leur voiture.

Vous ne quittez votre voiture que quelques minutes ? Peu importe ! Par temps chaud, un chien, comme un enfant d’ailleurs, ne doit jamais rester seul dans une voiture, même avec les fenêtres entrouvertes.

4. En cas de coup de chaleur

Si malgré toutes ces précautions, votre chien est victime d’un coup de chaleur, il n’y a pas de temps à perdre.

Une respiration rapide voire des halètements, une température corporelle très élevée, des vomissements et diarrhées, des tremblements musculaires, un état léthargique, des mouvements inhabituels ou encore une perte de conscience sont autant de signes qui doivent vous alerter.

Tentez de réduire sa température en le mouillant avec de l’eau fraîche (mais jamais glacée) et en l’installant dans un lieu frais avec un ventilateur ou n’importe quel objet qui pourra en faire office.

Si vous ne constatez pas d’amélioration rapide, n’attendez pas pour vous rendre chez le vétérinaire.

5. Attention à l’hydrocution !

Si vous souhaitez emmener votre chien au bord de la mer, d’un lac ou d’une rivière pour qu’il puisse s’y baigner et se rafraîchir, restez très vigilants.


© Flickr – Judy van der Velden

Ne laissez pas votre compagnon courir dans l’eau. Mouillez-le un peu avant la baignade afin d’éviter l’hydrocution puis rincez-le à l’eau douce après afin de lui éviter des irritations dues au sel.

http://wamiz.com/

Quels sont les symptômes d’une insolation ?


L’été est agréable quand nous pouvons profiter de la belle température, mais quand il fait trop chaud, cela peut devenir un ennemi pour notre santé. Il est important de se prémunir de la chaleur extrême pour éviter les insolations
Nuage

 

Quels sont les symptômes d’une insolation ?

 

    L’insolation, ou le coup de chaleur provoqué par une exposition trop longue au soleil, peut être grave, voire mortelle.

    Il ne faut donc pas hésiter à contacter un médecin ou les urgences au moindre doute.

    Quels sont les symptômes qui doivent inquiéter ?

    Les symptômes de l’insolation

    • La température du corps est anormalement élevée.

    • La personne se déshydrate, avec parfois une forte sensation de soif.

    • La transpiration s’arrête et ne joue plus son rôle de régulateur.

    • La peau devient sèche, chaude, avec des rougeurs et une forte sensation de chaleur notamment au niveau du visage.

      Les lèvres et la langue sont également sèches.

        A savoir : une peau trop sèche reste plissée un certain temps après l’avoir pincée. Pour savoir si une personne est déshydratée, pincez sa peau.

        • Apparition de nausées, vomissements.

        • Crampes et douleurs musculaires (jambes, bras, fessiers, ventre).

        • Fatigue, faiblesse, état de somnolence.

        • La respiration devient rapide et saccadée.

        • Accélération du rythme cardiaque.

        • Chute de la tension artérielle.

        • Sensation d’oppression.

        • Difficultés à parler, une confusion.

        • Etourdissements, vertiges, bourdonnements dans les oreilles.

            Bien évidemment, dès que l’on ressent les tout premiers signes de l’insolation : chaleur au niveau du visage, sensation de malaise et maux de tête, il faut vite se mettre à l’ombre et idéalement dans un endroit frais.

            Insolation : que se passe-t-il exactement ?

            L’organisme n’arrive plus à réguler sa température interne et celle-ci augmente, c’est l’hyperthermie.

            Cette chaleur corporelle trop élevée est à l’origine de nombreux symptômes, lesquels sont d’autant plus marqués que la température corporelle est importante. En l’absence de prise en charge rapide, il existe un risque d’atteintes neurologiques, des reins et du cœur, voire un risque de coma.

            Dans tous les cas, au-delà de 40,5°C, l’insolation est mortelle. L’insolation est donc une urgence vitale !

            Quand et qui ?

            L’insolation survient surtout en cas d’exposition excessive au soleil, mais aussi lorsqu’il fait très chaud, en cas de canicule ou dans une voiture fermée restée en plein soleil, ou encore lors d’un effort physique intense avec des pertes hydriques non compensées.

            Les personnes les plus à risque sont les personnes âgées en raison de leur faible sensibilité à la soif, les jeunes enfants qui se déshydratent très vite et dont le système de régulation thermique est encore immature, et les sportifs. Mais nous pouvons tous être victimes d’une insolation en exposant trop longtemps notre tête à un fort soleil.

            L’alcool, en perturbant la régulation de la température, et certains médicaments comme les vasoconstricteurs, augmentent le risque d’insolation.

            Les bons réflexes en cas d’insolation

            Il est primordial de faire baisser le plus rapidement possible la température de la victime :

            • L’installer à l’ombre ou encore mieux dans un endroit frais et ventilé, équipé d’un ventilateur ou d’un climatiseur.

            • La rafraîchir en l’aspergeant d’eau, avec des linges mouillés, à l’aide d’un brumisateur, voire en lui donnant une douche tiède ou un bain.

            • La réhydrater en lui donnant de l’eau à boire par petites gorgées.

                Au moindre doute, s’il s’agit d’une personne âgée ou d’un jeune enfant, contacter un médecin ou les urgences

                Les urgences doivent être contactées immédiatement en cas d’insolation grave : les yeux enfoncés, la langue et les lèvres sèches, confusion, et bien entendu en cas d’absence ou de perte de connaissance.

                Conseils de bon sens pour se prémunir d’une insolation

                • Ne pas s’exposer longtemps au soleil ni aux heures les plus chaudes.

                • S’hydrater très régulièrement, même si l’on n’a pas soif.

                • Se mettre dans un endroit frais dès que l’on ressent une forte sensation de chaleur corporelle.

                • Ne jamais laisser un enfant, une personne âgée ou qui que ce soit en plein soleil ou dans une voiture en plein soleil.

                • En cas de canicule : ventiler les pièces, utiliser un climatiseur, un ventilateur, un brumisateur, porter des vêtements amples, légers et de couleur claire, éviter les activités physiques.

                • Sportifs : porter des vêtements adaptés qui ne retiennent pas la chaleur, respecter ses limites (dictées par l’entraînement régulier), éviter les stimulants… 

                par Isabelle Eustache

                Sources : Ministère de la Santé, « Canicule : recommandations pour la population », http://www.sante.gouv.fr/canicule-recommandations-pour-la-population.html, mai 2014. Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), « Canicule et fortes chaleurs : comprendre les risques ».

                http://www.e-sante.fr

                Comment protéger un rongeur, un furet ou un lapin de la chaleur ?


                Même si je trouve que certains animaux ne devraient jamais être des animaux domestiques mais être libre dans la nature, il est quand même important pour ceux qui en possèdent de savoir prévenir les coups de chaleur de ces animaux tels que lapins, furets ….
                Nuage

                 

                Comment protéger un rongeur, un furet ou un lapin de la chaleur ?

                 

                Si nous pouvons enlever nos couches de vêtements pour avoir moins chaud lorsque les températures montent, les animaux, eux, ne peuvent pas retirer leurs poils ! Pour éviter le coup de chaud, il faut alors les aider. Voici donc quelques conseils pour éviter à votre rongeur de souffrir de la chaleur.

                Placer la cage au frais

                Vivre dans l’espace restreint d’une cage en pleine canicule n’est pas facile pour les rongeurs. C’est pourquoi il faut impérativement rafraîchir son habitat. Gardez en tête que les rongeurs supportent difficilement des températures supérieures à 25°C. 

                – Placez la cage dans la pièce la plus fraiche de la maison.

                – Fermez les volets de la pièce pour que la chaleur n’y entre pas.

                – Aérez bien pendant les moments les moins chauds de la journée (la nuit notamment).

                – Utilisez un ventilateur pour faire circuler l’air.

                Attention toutefois, le ventilateur ne doit jamais être braqué sur la cage du rongeur car cela pourrait l’enrhumer. De plus, il ne faut pas non plus que le rongeur soit dans un courant d’air car cela peut également le rendre malade.

                Rafraîchir le rongeur

                Le rongeur doit boire au maximum. Veillez à ce qu’il ait toujours de l’eau à disposition, et n’hésitez pas à la changer régulièrement. Attention : jamais d’eau glacée !

                Vous pouvez placer dans la cage un linge humide essoré pour apporter une source de fraiîheur à votre rongeur. Si celui-ci est en liberté dans la maison, il existe des tapis rafraîchissants pour chiens et chats qui pourront également lui convenir.

                Si le rongeur vit en extérieur, il faut impérativement qu’il ait accès à un coin à l’ombre.

                Sachez que certains animaux, comme les lapins, régulent leur température corporelle par les oreilles. Vous pouvez donc vaporiser un peu d’eau fraîche dessus. Appliquer une éponge humide sur ses poils lui fera également du bien.

                Si votre rongeur ou votre lapin a les poils particulièrement longs (notamment les races angoras), brossez-le régulièrement. Vous pouvez également le tondre : rassurez-vous, les poils repousseront vite !

                Voyager avec un rongeur

                Si vous voyagez avec votre rongeur, votre furet ou lapin en voiture, évitez de prendre la route aux heures les plus chaudes. Préférez le matin ou le soir, une fois le soleil couché.

                S’il fait chaud dans la voiture, aérez-la avant d’y placer votre animal.

                Pendant le voyage, laissez la fenêtre ouverte ou la climatisation pour votre confort et celui de votre poilu.
                Et surtout :
                ne laissez jamais votre animal dans la voiture, même à l’ombre, et même si ce n’est que pour quelques minutes.

                Les signes d’un coup de chaleur

                Les mesures citées ci-dessus éviteront à votre petit compagnon de trop souffrir de la chaleur. Toutefois, on n’est jamais à l’abri d’un coup de chaleur lorsque la température dépasse 30°C ! Quels  sont les symptômes qui doivent vous alerter ?

                – Respiration rapide et haletante

                – Prostration

                – Tremblements musculaires

                – Coma

                En cas de coup de chaleur, si l’animal est en état de choc, il faut réagir vite et le conduire chez un vétérinaire en urgence. Il risque de mourir.

                http://wamiz.com

                Le chat et la chaleur : comment le protéger ?


                Les chats supportent mieux la chaleur que les chiens, mais il faut quand même les protéger lors de la canicule. Des petits gestes simples qui permettront à passer l’été
                Nuage

                 

                Le chat et la chaleur : comment le protéger ?

                 

                Les chats, dont les ancêtres vivaient dans le désert, sont moins sensibles à la chaleur que leurs compagnons canins. Mais s’ils supportent mieux les fortes températures, ils ne sont pas à l’abri d’un coup de chaleur.

                Comment protéger son chat de la chaleur ? Que faire en cas de canicule ? Quelques conseils à suivre pendant l’été.

                De l’eau, et de la fraîcheur

                Il faut savoir que les chats ne transpirent pas, comme nous autres humains. Lorsqu’il fait très chaud, c’est en haletant qu’ils régulent leur température corporelle.

                Par temps de canicule, ils ont tendance à dormir plus encore que d’habitude. Ils réduisent leur activité.

                Pour aider votre animal, laissez-lui accès aux pièces les plus fraîches de la maison, mais aussi et surtout,veillez à ce qu’il est toujours de l’eau à disposition. Changez-la régulièrement, et n’hésitez pas à ajouter des glaçons, pour vous assurer qu’elle restera bien fraîche.

                Un chat en surpoids supportera moins bien la chaleur. D’une manière générale, pour sa santé, il est important de veiller à l’alimentation de son chat, et de lui faire suivre un régime s’il est trop gros.

                Les signes d’un coup de chaleur chez le chat

                Si votre chat halète beaucoup, s’il peine à respirer, si son appétit est en berne, et qu’il est dans un état léthargique, ne perdez pas de temps pour l’emmener chez le vétérinaire. Il est probable qu’il soit victime d’un coup de chaleur.

                Pour le soulager, vous pouvez le mouiller avec de l’eau froide, en commençant par la tête, et l’aérer avec un ventilateur si vous en avez un, ou n’importe quel autre objet qui fera office d’éventail.

                http://wamiz.com

                Canicule → Comment éviter de transformer votre toutou en hot-dog


                Les journées sont chaudes et comme plusieurs ont recherchent des endroits plus frais. Mais il ne faut pas oublier nos animaux qui eux aussi peuvent avoir des coups de chaleurs
                Nuage

                 

                Comment éviter de transformer votre toutou en hot-dog

                 

                Canicule - Comment éviter de transformer votre toutou en hot-dog

                Photo Fotolia

                Le mercure monte dans l’hémisphère nord et les vétérinaires en profitent pour rappeler quelques conseils pour prendre soin des chiens par temps de canicule.

                 

                «La plupart d’entre nous adorons profiter du soleil, mais la chaleur peut avoir un impact négatif sur votre santé et celle de votre animal domestique», rappelle Carolynn MacAllister, vétérinaire à Oklahoma State University, dans un communiqué publié lundi.

                «Les coups de chaleur sont tout aussi dangereux pour les animaux que pour les humains».

                Promenez-vous à la fraîche

                 

                Privilégiez les promenades pendant les heures les plus fraîches de la journée et laissez votre chien à la maison en cas d’humidité.

                «Les chiens ne suent pas comme nous les humains», ajoute la spécialiste. «Ils ont besoin d’haleter pour rester au frais».

                Cela veut dire qu’il faut laisser votre chien dans un endroit frais et bien aéré (pas une voiture ou un garage).

                Si votre chien halète de façon excessive, s’il vacille un peu ou se met à vomir, ce sont des signes qu’il souffre de la chaleur. Lorsque vous constatez ces symptômes, appliquez une éponge imbibée d’eau froide sur le cou et l’entrejambe de votre chien afin de faire baisser la température de son organisme. Appelez votre vétérinaire immédiatement si cela ne suffit pas.

                Non à la tonte

                 

                Carolynn MacAllister rappelle également qu’une coupe au ras des poils peut entraîner d’autres problèmes, comme les coups de soleil. Et certaines races de chiens possèdent un pelage qui retient l’air frais plus près de la peau.

                «Je ne recommande pas la tonte des chiens, sauf pour certaines races qui possèdent une épaisse fourrure», ajoute Carolynn MacAllister,

                 »Parlez à votre vétérinaire pour savoir quelle longueur convient le mieux».

                http://fr.canoe.ca

                Fortes chaleurs: les gestes à adopter


                Il fait chaud au Québec et il semble que nos cousins Français commence a être éprouvé eux aussi par la chaleur intense .. Peu importe car en temps de canicule il est important de prendre des précautions pour évité des malaises
                Nuage

                 

                Fortes chaleurs: les gestes à adopter

                 

                Fortes chaleurs: les gestes à adopter

                Photo Fotolia

                Si le Québec connaît ses premiers pics de chaleur de l’été, la France n’est pas en reste. De l’autre côté de l’Atlantique, l’Institut de veille sanitaire (InVS), en association avec le ministère de la Santé, délivre ses conseils pour prévenir les risques Tous sont notamment appelés à porter une attention particulière aux personnes âgées et aux jeunes enfants.

                Premier mot d’ordre: l’hydratation

                Petits et grands doivent impérativement s’hydrater de façon régulière en cas de fortes chaleurs. Les nourrissons, les jeunes enfants et les adultes sont les populations les plus concernées par la déshydratation. Ces derniers doivent donc boire abondamment de l’eau, de préférence, et surtout des boissons non alcoolisées. À noter, les sportifs et les travailleurs en plein air sont également appelés à boire régulièrement de l’eau tout au long de la journée en cas de vague de chaleur.

                Le cas des personnes âgées

                Particulièrement sujettes à la déshydratation et à l’hyperthermie, les personnes âgées doivent absolument se protéger de la chaleur. Dans un premier temps, les seniors sont invités à passer plusieurs heures par jour dans une zone fraîche ou climatisée en cas de fortes chaleurs. Il est également recommandé de se passer un linge humide sur le visage, le cou, les bras et de vaporiser régulièrement de l’eau sur le visage. Par ailleurs, les personnes âgées doivent boire près d’1,5 litre d’eau par jour et manger suffisamment pour réduire les risques de déshydratation, d’hyperthermie et d’hyponatrémie.

                Éviter les longues expositions au soleil

                En cas de forts pics de chaleur, les usagers doivent éviter de passer du temps à l’extérieur, notamment entre 12h et 16h. Nourrissons, jeunes enfants, adultes et seniors sont invités à rester le moins possible exposés à la chaleur. Il est également préconisé de fermer les volets et les fenêtres de son habitation afin de se protéger de la canicule et de passer un maximum de temps dans une pièce rafraîchie.

                Ne pas sortir sans crème solaire!

                Si le soleil peut être, à petites doses, bénéfique pour la santé, il est également responsable de coups de soleil, de vieillissement cutané et de certains cancers tels que le mélanome. Ainsi, les particuliers sont invités à appliquer régulièrement de la crème solaire adaptée à leur type de peau lorsqu’ils s’exposent au soleil. Il est recommandé de porter des vêtements légers de couleur claire, un chapeau et des lunettes pour chaque exposition. À noter, l’Agence nationale de sécurité sanitaire appelle régulièrement les consommateurs à la plus grande prudence quant à la consommation de compléments alimentaires «solaires». Selon l’Agence française, les allégations affirmant qu’ils préparent la peau au soleil ne reposent sur aucune preuve scientifique.

                Une alimentation adaptée aux fortes chaleurs

                Les particuliers sont invités à consommer des aliments riches en eau tels que les fruits (melon, pastèque, fraises ou pêches) et les crudités (concombres, tomates ou courgettes) afin de réduire les risques de déshydratation. Seules les personnes victimes de diarrhées ne doivent pas suivre ce régime alimentaire riche en eau. À noter, il est recommandé d’accompagner la prise de boissons non alcoolisées d’une alimentation solide.

                Des conseils à l’attention des automobilistes

                Qu’ils partent ou reviennent de vacances, les automobilistes vont être amenés au cours de cette semaine à effectuer des trajets longs. L’InVS rappelle qu’il est important de faire des pauses fréquentes à l’ombre, de s’humidifier et de boire régulièrement. Les automobilistes sont également appelés à ne jamais laisser un enfant seul dans un véhicule.

                Protéger les animaux domestiques

                Les animaux domestiques peuvent également être victimes de déshydratation. Ainsi, chacun ne doit pas négliger l’alimentation de son animal de compagnie durant la période estivale. En outre, il est impératif que les animaux aient toujours à boire.

                Ne pas hésiter à consulter un médecin

                Selon l’InVS, les fortes chaleurs peuvent provoquer une aggravation de pathologies préexistantes ou d’un état de santé fragile et même entraîner un décès. Si des symptômes tels qu’une grande fatigue ou une faiblesse inhabituelle surviennent, il est fortement conseillé de contacter un professionnel de santé, pour une prise en charge précoce. En outre, les patients suivant un traitement ne doivent pas l’arrêter en raison de la chaleur. Néanmoins, il est préconisé de consulter un médecin ou un pharmacien si les usagers ressentent des symptômes inhabituels.

                À noter, les personnes âgées présentent des signes d’alerte lorsqu’elles sont déshydratées. En cas de grande fatigue ou faiblesse, de comportement inhabituel, de difficulté à se déplacer, de maux de tête, d’étourdissements, de vertiges, de troubles de la conscience, de convulsions, de crampes musculaires, d’élévation de la température corporelle ou d’agitation nocturne, il est important d’adopter les gestes indispensables à une bonne hydratation et de consulter un professionnel de santé.

                http://fr.canoe.ca