Les aveugles voient avec leurs oreilles


Beaucoup ont sans doute déjà entendu dire que les non-voyants ont une meilleur ouïe, comme s’ils pouvaient voir avec les oreilles. C’est vrai, ils peuvent avoir une ouïe plus aiguisée qui leur permettent de se mouvoir dépendant des informations décodés par le cerveau.
Nuage


Les aveugles voient avec leurs oreilles

La cécité induit une plasticité du cortex auditif. | Jeff Pachoud / AFP

La cécité induit une plasticité du cortex auditif. | Jeff Pachoud / AFP

Repéré par Peggy Sastre

Le cerveau des personnes non voyantes s’adapterait pour développer une ouïe plus fine.

Repéré sur Journal of Neuroscience, PNAS, Université de Washington

Ce n’est pas une idée reçue: une abondante littérature scientifique observe que les personnes aveugles de naissance (et celles qui le sont devenues très tôt dans leur vie) ont une ouïe plus fine que les voyant·es, que cela se traduise sur le plan musical ou par une meilleure aptitude à se repérer dans l’espace.

Deux études publiées au printemps 2019 décryptent ce phénomène intervenant au plus profond du cerveau.

La première, parue dans le Journal of Neuroscience et dirigée par Ione Fine, chercheuse en sciences du comportement, en imagerie médicale et en ophtalmologie à l’université de Washington, relève que le cortex auditif des aveugles traite les sons dans un spectre plus étroit et donc plus précis que celui des personnes malvoyantes.

«Il s’agit de la première étude à montrer que la cécité induit une plasticité du cortex auditif –ce qui est important, car cette zone du cerveau reçoit des informations auditives très similaires que vous soyez aveugle ou non, commente Fine. Les individus aveugles, par contre, doivent extraire davantage d’informations du son, et cette région semble par conséquent développer une meilleure sensibilité.»

Pas besoin de signaux visuels

La seconde étude, publiée dans les PNAS et elle aussi dirigée par Fine, analyse comment les aveugles de naissance se représentent des objets en mouvement dans l’espace. Pour ce faire, l’équipe de recherche s’est penchée sur une zone précise du cerveau, dite hMT+, à la jonction occipito-temporale.

Les scientifiques ont pu montrer que chez les aveugles, cette zone manifeste une activité neuronale liée à la fois à la fréquence auditive et au mouvement des objets (simulé par une modification du volume), alors qu’elle ne répond qu’au mouvement chez les voyant·es.

Cette découverte laisse entendre que le cerveau des personnes atteintes de cécité n’a pas besoin de signaux visuels pour faire jouer un rôle analogue à cette zone et que les aveugles sont assez littéralement capables de voir avec leurs oreilles, comme le formule d’ailleurs un participant de l’étude.

Détail des plus intéressants, l’expérience impliquait deux individus nés aveugles et ayant recouvert la vue à l’âge adulte grâce à une opération neurochirurgicale. Comme les aveugles, leur zone hMT+ semblait servir une double fonction et elle leur permettait de repérer des objets en mouvement à la fois grâce à des informations visuelles et auditives.

Selon Fine, ce résultat indique que l’adaptation cérébrale à la cécité survient très tôt dans le développement et se conserve une fois la vue restaurée. Cette hypothèse aura cependant besoin de recherches supplémentaires pour être confirmée.

http://www.slate.fr/

Les smartphones empêchent notre cerveau de comprendre les sciences


Avec la rentrée qui s’en vient, il est intéressant de savoir les effets des appareils électroniques chez les étudiants. En 2017, il a été démontré que ces appareils tels que le téléphone portable, tablette etc, nuirait à la compréhension des textes scientifiques. Voilà que grâce à l’IRM, cela est confirmé que ceux qui utilisent beaucoup comme les textos, lire sur la tablette, semblent avoir des difficultés en science.
Nuage


Les smartphones empêchent notre cerveau de comprendre les sciences


Nathalie Mayer
Journaliste
 

Depuis la rentrée 2018, les portables et autres smartphones sont interdits d’usage dans l’enceinte des écoles et des collèges de France. Une plutôt bonne nouvelle si l’on en croit les derniers résultats d’une étude menée aux États-Unis. L’usage de ces appareils électroniques rendrait en effet difficile la compréhension des textes à caractère scientifique.

En 2017, une étude avait montré que les personnes utilisatrices de smartphones et autres équipements électroniques connaissaient des difficultés à comprendre les textes au contenu scientifique qui leur étaient donnés de lire. Aujourd’hui, de nouveaux travaux viennent le confirmer et donner une possible explication du phénomène.

Des chercheurs de l’université de l’État de Pennsylvanie (États-Unis) ont eu recours à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour explorer l’activité cérébrale de leurs volontaires. Ils ont découvert que l’envoi fréquent de textos avec un smartphone ou la lecture sur tablette sont corrélés négativement avec l’activité de zones du cerveau essentielles à l’intégration de textes complexes tels que les textes scientifiques.

L’usage fréquent d’appareils électroniques semble réduire l’activité de certaines régions de notre cerveau : le cortex insulaire gauche et le gyrus frontal inférieur. Deux zones parmi les plus importantes pour le traitement de l’information, car elles permettent, entre autres, de prêter attention et de comprendre le langage. © geralt, Pixabay License

L’usage fréquent d’appareils électroniques semble réduire l’activité de certaines régions de notre cerveau : le cortex insulaire gauche et le gyrus frontal inférieur. Deux zones parmi les plus importantes pour le traitement de l’information, car elles permettent, entre autres, de prêter attention et de comprendre le langage. © geralt, Pixabay License

Un lien de cause à effet qui reste à confirmer

Les textes à contenu scientifique, en effet, contiennent généralement des informations interconnectées. Qui doivent être liées les unes aux autres par le lecteur afin qu’il en comprenne le sens général

Or « ceux qui utilisent quotidiennement et de manière excessive leur smartphone semblent développer des difficultés à hiérarchiser et à structurer les concepts scientifiques », explique Ping Li, professeur à l’université de l’État de Pennsylvanie.

Les chercheurs soulignent malgré tout que des travaux supplémentaires devront être menés pour établir un lien de cause à effet. Cependant, ces travaux pourraient dès à présent avoir des implications pour l’éducation.

« À l’heure actuelle, nous n’avons en effet que peu de connaissances sur la manière dont le cerveau d’un collégien réagit face à des concepts scientifiques fondamentaux », conclut Ping Li.

https://www.futura-sciences.com/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi nos cerveaux ont-ils des plis ?


Notre cerveau est ratatiné mais cela lui permet de contenir plus de neurones ce qui permet à des  »cerveaux plus avancés avec des capacités cognitives accrues » Ce pliage du cerveau commence dans l’utérus pour se finaliser vers 1 an et demi.
Nuage

 

Pourquoi nos cerveaux ont-ils des plis ?

 

 

 

Crédits : iStock

par Brice Louvet

La plupart d’entre nous ont depuis longtemps accepté que nos cerveaux ressemblent à des noix ratatinées. Mais pourquoi nos cerveaux ont-ils ces rides révélatrices ?

Le cortex, ou la surface externe du cerveau – ce qu’on appelle familièrement la “matière grise” – se développe et se plie ensuite « lorsque notre cerveau se développe dans l’utérus », explique Lisa Ronan, du Département de psychiatrie de l’Université de Cambridge, en Angleterre.

En substance, « cette expansion provoque une augmentation de la pression dans cette surface extérieure, qui est ensuite atténuée par le pliage ».

Imaginez deux plaques tectoniques s’écrasant l’une sur l’autre : la pression au cours de la collision devient finalement si grande que ces plaques connaîtront un pli géologique.

Ces circonvolutions seraient donc le résultat d’une simple compression mécanique. Celles-ci permettraient ensuite aux humains d’emmagasiner plus de neurones, ce qui, à son tour, est synonyme de cerveaux plus avancés avec des capacités cognitives accrues. Cependant, les cerveaux pliés ne sont pas la norme. Le cortex des souris et des rats par exemple, ne s’agrandit pas suffisamment au cours du développement pour conduire à ce “pliage” : leurs cerveaux présentent ainsi des surfaces complètement lisses.

Pour observer le phénomène de manière non invasive (pour des questions éthiques), Tuomas Tallinen, de l’Université de Jyvaskyla (Finlande), et ses collègues de l’Université de Harvard (États-Unis) ont construit en 2016 une maquette en suivant l’imagerie à résonance magnétique (IRM) d’un cerveau de fœtus humain. Ils ont alors découvert que le “pliage” du cerveau se produit à partir de la 20e semaine de gestation du fœtus, et se poursuit jusqu’à la première année et demie de l’enfant. Selon les chercheurs, si on “dépliait” un cerveau, il couvrirait alors une surface entre 1 à 2 mètres carrés, alors que le volume de notre crâne est de 1 100 à 1 700 cm³.

Ces “plis” de notre cerveau ont donc une utilité, et non des moindres : accroître notre puissance cérébrale dans une même quantité d’espace de crâne.

Source

https://sciencepost.fr/

Une zone du cerveau est inactive chez les "égoïstes"


Grâce à un questionnaire, les chercheurs ont détecté les égoïsmes et les altruismes, puis passer à l’IRM et détecté une différence notable dans la région du cortex. Alors que l’activité des altruismes étaient visible,  des égoïsmes l’activité était absente. Il sera peut-être possible que des traitements puissent aider dans certains cas les égoïsmes.
Nuage

Une zone du cerveau est inactive chez les « égoïstes

« 

© Thinkstock.

Des chercheurs genevois ont constaté par neuro-imagerie qu’une zone cérébrale permettant de se projeter dans l’avenir est inactive chez des personnes jugées « égoïstes ». Ils ont soumis les participants à un questionnaire sur les conséquences du réchauffement.

« Nous nous sommes demandé ce que l’imagerie à résonance magnétique (IRM) peut nous apprendre sur la manière dont le cerveau traite les informations sur les conséquences du changement climatique dans le futur, et comment ce mécanisme diffère en fonction du caractère auto-centré ou non de la personne », explique Tobias Brosch, professeur à la Section de psychologie de l’Université de Genève (UNIGE), cité mercredi par l’Université.

Pour ce faire, les psychologues genevois ont relevé dans le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) certaines prédictions comme la diminution des réserves d’eau potable, l’augmentation des conflits aux frontières ou encore les catastrophes naturelles.

Ils ont attribué une date plus au moins éloignée à chacune de ces conséquences: vers 2030 pour certaines, vers 2080 pour d’autres. Les chercheurs ont ensuite fait remplir un questionnaire standardisé pour mesurer des hiérarchies de valeurs à un panel de 36 participants, marquant les tendances égoïstes ou altruistes de chacun.

Les sujets ont été placés un par un dans l’IRM et confrontés aux conséquences datées. Ils devaient répondre à deux questions sur une échelle de 1 à 8: Est-ce grave? Avez-vous peur?

« Le premier résultat que nous avons obtenu est que pour les personnes à tendance égoïste, le futur proche est beaucoup plus préoccupant que le futur lointain qui se déroulera après leur mort, alors que chez les personnes altruistes, cette différence disparaît, la gravité étant perçue comme identique », indique Tobias Brosch.

Les psychologues se sont concentrés sur l’activité du cortex ventromédian préfrontal (VMPFC), une zone du cerveau située au-dessus des yeux et utilisée lorsque le sujet se projette dans l’avenir et tente de le visualiser.

« Nous avons constaté que chez les personnes altruistes, cette zone cérébrale s’active plus fortement lorsque le sujet est confronté à des conséquences d’un futur lointain par rapport au futur proche, alors que chez une personne égoïste, il n’y a pas d’augmentation d’activité entre une conséquence dans le futur proche et une autre dans le futur lointain», ajoute le Pr Brosch.

Cette région cérébrale est principalement utilisée pour se projeter dans un avenir lointain, de l’ordre de plusieurs décennies, rapportent les scientifiques. L’absence d’augmentation d’activité chez une personne auto-centrée indique l’absence de projection et le fait que celle-ci ne se sent pas concernée par ce qui se passera après sa mort.

Applicables à d’autres domaines que le changement climatique, ces résultats démontrent l’importance de pouvoir se projeter dans un futur lointain afin d’adapter son comportement aux réalités du monde.

Les chercheurs suggèrent un entraînement psychologique qui ferait travailler cette zone cérébrale, par exemple grâce à la réalité virtuelle, capable de rendre visible à tout un chacun le monde de demain, et de rapprocher l’être humain des conséquences de ses actes.

Ces travaux sont publiés dans la revue Cognitive, Affective & Behavioral Neuroscience.

http://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► Votre cerveau en 15 chiffres clés


Le cerveau est une vraie machine très perfectionné et qui fonctionne avec une étonnante capacité.
Nuage

 

Votre cerveau en 15 chiffres clés

 

Par Janlou Chaput, Futura

 

Êtes-vous incollable sur le cerveau ? Indispensable à la vie humaine, il fait partie des organes alimentés en priorité en oxygène. Le cerveau nous permet de percevoir notre environnement, de réfléchir, de commander des mouvements, de stocker des informations ou d’éprouver des émotions. Alors que la semaine du cerveau touche à sa fin, révisons ensemble ses caractéristiques : poids, nombre de neurones, vitesse de l’influx nerveux… Voici quelques-uns des secrets de notre encéphale.

La nature ne s’y est pas trompée. Derrière une boîte crânienne lourdement solidifiée se trouve le processeur de nombreux organismes animaux : le cerveau. D’aspect et de forme très différents selon les espèces, il joue le rôle de chef d’orchestre, recevant toutes les informations sensorielles, centralisant les souvenirs et générant les actions. On dit aussi de lui qu’il a fait l’Homme, qui est devenu l’espèce qui règne sur la planète grâce à son potentiel intellectuel. Voici en quelques chiffres l’étendue de ses caractéristiques.

302

Le cerveau ne se limite pas aux gros animaux. Exemple : le ver microscopique Caenorhabditis elegans, long d’environ un millimètre, possède également des neurones spécialisés dans les sensations, la rétention d’informations et l’action. Ils sont même très précisément 302 dans ce qui est inéluctablement l’un des plus petits cerveaux du monde. À titre comparatif, les insectes en ont approximativement un million.

7,8

À l’autre extrême : le grand cachalot. Figurant parmi les animaux les plus imposants de la planète, cette baleine à dents est dotée du plus gros cerveau du règne animal, dépassant même celui de la baleine bleue du fait de sa tête hypertrophiée. Il pèse environ 7,8 kg. Il est tellement gigantesque qu’on n’a pas encore pu estimer le nombre de neurones.

86 milliards

Parmi les têtes les plus remplies : celle de l’Homme moderne. Les premières estimations considéraient qu’il y avait approximativement 100 milliards de neurones dans le cerveau humain. Mais une étude plus récente semble trouver ce nombre un peu trop rond. Les effectifs ont été revus à la baisse. Nous disposerions en moyenne d’environ 86 milliards de neurones au meilleur de notre forme.

1,5

Tant de cellules, auxquelles il faut rajouter les cellules gliales (des cellules nourricières de soutien) qui représentent chez l’homme un poids moyen de 1,5 kg. Chez la femme, le cerveau est un peu plus léger : aux alentours de 1,3 kg. Ce qui ne le rend pas moins efficace : il se pourrait même que la machine tourne légèrement plus vite chez la gent féminine.

250.000

Ces milliards de neurones n’apparaissent pas spontanément. Il faut les fabriquer par des divisions cellulaires successives. Notre organisme fabrique son cerveau au taux le plus élevé entre le troisième et le septième mois de la grossesse. À plein régime, il génère environ 250.000 neurones par minute.

Les neurones sont interconnectés par des synapses, qui leur permettent d’échanger les informations. © Benedict Campbell, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les neurones sont interconnectés par des synapses, qui leur permettent d’échanger les informations. © Benedict Campbell, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

85.000

À titre de comparaison, on perd chaque jour environ 85.000 neurones du néocortex, soit l’équivalent de 31 millions par an. Ou de quasiment un par seconde.

70

Ce nombre très important de cellules neurales synthétisées est limité par le taux de disparition. Les neurones peuvent vivre des décennies, mais s’ils ne sont pas utilisés, ils disparaissent. Ce phénomène s’observe également avec l’âge. Ainsi, à 80 ans, le cerveau ne représente plus que 70 % de ce qu’il était aux alentours de 20 ou 25 ans.

10.000 milliards

Tous ces neurones forment un vaste réseau interconnecté. Dans 1 cm3 de cerveau humain, on dénombre pas moins de 10.000 milliards de synapses, ou connexions nerveuses.

120

L’information nerveuse doit transiter de neurones en neurones. Dans les fibres nerveuses les plus larges, elle circule jusqu’à 120 m/s, soit 430 km/h. Une vraie autoroute de l’information.

180.000

Pour gagner en vitesse, les fibres nerveuses sont recouvertes d’une gaine isolante appelée myéline. Si l’on mettait bout à bout toutes ces fibres myélinisées, on obtiendrait un segment long de 150.000 à 180.000 km selon les estimations. De quoi faire quatre fois le tour de la Terre

20

Le cerveau représente environ 2 % du poids total d’un Homme. Mais par le rôle central qu’il occupe, il consomme 20 % de l’énergie totale. Un véritable gourmand qui a un fort appétit de sang

41

Le cerveau se compose de quatre lobes au niveau de la couche supérieure appelée cortex. À lui tout seul, le lobe frontal représente 41 % de ce cortex. Les lobes temporaux, pariétaux et occipitaux comptent respectivement pour 22, 19 et 18 %.

12

Le système nerveux central au sens strict se compose de l’encéphale (cerveau, tronc cérébral et cervelet) et de la moelle épinière, desquels part un réseau de nerfs. Douze paires sont directement reliées au cerveau : les nerfs crâniens.

150

Le cerveau doit son volume à environ 1.400 cm3 de cerveau… et 300 ml de liquide : 150 ml de sang, et 150 ml de liquide cérébrospinal dans lequel cerveau et moelle épinière baignent.

7,33

Très majoritairement composé d’eau (99 %), le liquide cérébrospinal comporte aussi des protéines, du glucose, et des ions inorganiques, comme les ions sodium, potassium, calcium, magnésium ou chlorure. Le tout lui confère un pH de 7,33.

https://www.futura-sciences.com/

Vieux corps, jeune cerveau: quel est le secret des super aînés ?


A défaut de trouver des traitements sur la maladie d’Alzheimer, une autre piste est étudier, celle des super ainé. Le cerveau de ces personnes se dégrade plus lentement et ils ont une bonne mémoire.À leur mort certaines personnes peuvent avoir des signes d’Alzheimer, pourtant, ils l’ont évité. Les chercheurs ne savent pas trop pourquoi, surtout que cela peut être dans toutes les couches de société et encore plus surprenant, c’est que certains ont vécu des traumatismes comme les rescapés de l’holocauste, des fumeurs, des non-fumeurs etc ..
Nuage

 

Vieux corps, jeune cerveau: quel est le secret des super aînés ?

 

Il est extraordinaire de voir des octogénaires et même des nonagénaires avoir... (Photo Thinkstock)

PHOTO THINKSTOCK

 

LAUREN NEERGAARD
Associated Press
Washington

Il est extraordinaire de voir des octogénaires et même des nonagénaires avoir la même mémoire que des gens beaucoup plus jeunes, et les scientifiques peuvent maintenant jeter un coup d’oeil à l’intérieur du cerveau de ces «super aînés» pour tenter de percer leurs secrets.

Ces recherches découlent des tentatives pour le moment décevantes de trouver de nouveaux médicaments pour prévenir et combattre la maladie d’Alzheimer.

Au lieu de ça, «pourquoi est-ce qu’on n’essaie pas de comprendre ce qu’on doit faire pour maximiser notre mémoire ?», demande la neuroscientifique Emily Rogalski, qui dirige une étude sur les super aînés à l’université Northwestern.

Des portions du cerveau rétrécissent avec l’âge, ce qui explique pourquoi la majorité des gens perdent un peu de mémoire en vieillissant, même s’ils évitent des problèmes comme la maladie d’Alzheimer.

On sait maintenant que le cerveau des super aînés rétrécit plus lentement que celui des autres. L’autopsie des premiers super aînés décédés depuis le début de l’étude démontre qu’ils ont nettement plus d’un certain type de cellules nerveuses dans une région reculée du cerveau cruciale à l’attention, a dit Mme Rogalski lors d’une rencontre récente de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS).

Ces aînés ne sont pas seulement «une curiosité ou une rareté», prévient la neuroscientifique Molly Wagster, de l’Institut national sur le vieillissement, qui finance en partie cette étude. «On peut potentiellement en apprendre beaucoup et s’en servir pour aider tout le monde, même ceux qui semblent se diriger vers une maladie neurodégénérative», a-t-elle dit.

Qu’est-ce qui fait un super aîné ? Un cerveau jeune dans le corps de quelqu’un âgé d’au moins 80 ans. L’équipe de Mme Rogalski a fait passer des tests à plus d’un millier de personnes qui se croyaient qualifiées, mais seulement 5 % d’entre elles ont été retenues. Le principal test de mémoire consistait à entendre 15 mots sans lien entre eux, puis à en réciter au moins neuf 30 minutes plus tard.

C’est la norme pour un quinquagénaire, mais l’octogénaire moyen s’en souvient de cinq. Certains super aînés les ont tous nommés.

«Ça ne veut pas dire que je suis plus intelligent», a dit le super aîné William Gurolnick, qui aura bientôt 87 ans et qui participe à l’étude depuis deux ans.

Il ne peut pas non plus attribuer tout ça à son code génétique: son père a commencé à souffrir de la maladie d’Alzheimer avant d’avoir eu 60 ans. Il croit plutôt que son agenda chargé est responsable de sa mémoire exceptionnelle: il fait du vélo, il joue au tennis et au volleyball aquatique, il fréquente des amis et il s’implique auprès d’une association d’hommes dont il est le fondateur.

«Je pense absolument que c’est un facteur critique pour garder toute sa tête», a-t-il dit au lendemain de sa partie de cartes mensuelle.

Les super aînés de Mme Rogalski sont habituellement des gens extrovertis qui disposent de réseaux sociaux robustes; ils proviennent autrement de toutes les sphères de la société, ce qui complique l’identification d’un facteur unique pour expliquer leur cerveau remarquable. Certains sont allés à l’université et d’autres pas; certains ont un QI élevé, d’autres un QI moyen.

Elle compte parmi ses participants des gens qui ont subi des traumatismes indescriptibles, notamment des survivants de l’Holocauste; des fanatiques de la santé physique et des fumeurs; des gens qui ne consomment aucun alcool et d’autres qui prennent un martini chaque soir.

Mais c’est au plus profond du cerveau qu’elle découvre des signes qui démontrent que les super aînés semblent mieux résister que les autres aux assauts du temps.

Les premiers examens ont révélé que le cortex des super aînés – une couche extérieure du cerveau essentielle à la mémoire – est plus épais que la normale pour leur âge. Il ressemble davantage au cortex en santé de quinquagénaires et de sexagénaires.

On ne sait pas si les super aînés sont nés comme ça. Mais Mme Rogalski et son équipe ont trouvé une autre explication possible: le cortex des super aînés rétrécit plus lentement. Sur une période de 18 mois, l’octogénaire moyen perdait deux fois plus de cortex.

Un autre indice: creux dans le cerveau, une région importante pour l’attention est aussi plus costaude. Des autopsies ont révélé que cette région regorge de «neurones de von Economo», un type de cellule nerveuse encore mal compris, mais qui jouerait un rôle dans le traitement social et la conscience de l’environnement.

Les super aînés disposaient de quatre ou cinq fois plus de ces neurones que l’octogénaire moyen, a dit Mme Rogalski – soit même plus que le jeune adulte moyen.

À l’Université de la Californie à Irvine, la docteure Claudia Kawas étudie les plus vieux des aînés, les gens âgés de 90 ans et plus. Certains souffrent de la maladie d’Alzheimer. D’autres ont encore une excellente mémoire. D’autres sont quelque part entre les deux.

Environ 40 pour cent de ses sujets ne présentaient aucune indication de démence pendant leur vie, même si leur cerveau donnait des signes évidents de maladie d’Alzheimer au moment de leur décès, a-t-elle dit lors du congrès de l’AAAS.

Mme Rogalski a elle aussi trouvé différents signes de maladie d’Alzheimer dans les cerveaux de ses super aînés. Les chercheurs veulent maintenant savoir comment ces aînés échappent aux ravages de la maladie.

«Ils vivent longtemps et bien, a-t-elle dit. Est-ce qu’il y aurait des choses modifiables qu’on pourrait identifier aujourd’hui, dans notre vie de tous les jours, (pour faire de même) ?»

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► À partir de quel âge peut-on avoir des souvenirs ?


Quel est votre plus ancien souvenir ? Avez-vous des flashs d’images quand aviez 4 ou 5 ans ? En fait, c’est grâce à la maturité de l’hippocampe et du cortex frontal que notre mémoire garde des souvenirs passés. Je suis certaine que je me rappelle certaines choses avant 4 ans, un tracteur à pédale orange, une robe bleu pâle avec ruban, et encore bien des choses. À 5 ans par contre, j’ai beaucoup plus de souvenirs, comme des 3 couettes que ma soeur Céline me faisait assise sur la sécheuse, ma rentrée à la maternelle, mon petit frère qui venait me chercher après la classe etc
Nuage

 

À partir de quel âge peut-on avoir des souvenirs ?

 

Souvenirs des enfants

Un enfant joue au memory

©CATHERINE DELAHAYE / PHOTONONSTOP

Demandez à un enfant de trois ans s’il a apprécié sa fête d’anniversaire six mois plus tôt et, potentiellement, il peut vous en relater certains éléments. Reposez lui la question quelques années plus tard et vous constaterez qu’il n’en a plus aucun souvenir.

 Eh oui, les enfants perdent bel et bien la mémoire. Ce phénomène appelé « amnésie infantile », repéré vers la fin du 19e siècle, a opposé de nombreux scientifiques tentant de l’expliquer, dont Freud qui en faisait une problématique œdipienne.

Les enfants perdent la mémoire

Les philosophes ont été les premiers à émettre des hypothèses sur l’amnésie des enfants. Selon eux, le manque de perception de soi et l’acquisition encore imparfaite du langage empêcherait la création d’un souvenir. Etre capable de se poser en tant qu’individu est nécessaire pour forger une histoire, que le langage permettrait par la suite d’ordonner dans l’espace et dans le temps.

De nos jours les neuroscientifiques apportent d’autres explications. Notamment le fait qu’à la naissance, le cerveau du nouveau-né n’est pas tout à fait mature : l’hippocampe, une aire cérébrale nécessaire à la formation des souvenirs, ne finit de se développer qu’à l’âge de quatre ans. Situé dans les lobes temporaux (partie proche de la boîte crânienne, derrière les tempes), il permet de consolider la mémoire, participe aux processus d’apprentissage, à la gestion et à la production des états émotionnels et enregistre les évènements autobiographiques. Or le rôle majeur de l’hippocampe dans le processus de la mémoire n’est assuré que de manière imparfaite lorsque ce dernier est immature.

De récentes études américaines menées par les neuroscientifiques Paul Frankland et Sheena Josselyn ont démontré que les souris et les singes perdaient aussi les souvenirs de leur jeunes années. Ils estiment que la rapide croissance des neurones dans l’hippocampe, alors que celui-ci se développe encore, perturberait le circuit cérébral. D’une certaine manière, les anciens souvenirs stockés dans la mémoire à long terme s’enfouissent dans les abysses du cerveau jusqu’à devenir inaccessible. Le cortex préfrontal, une autre aire cérébrale importante pour la mémoire, est lui aussi sous-développé chez le jeune enfant et constitue le deuxième facteur de l’amnésie infantile.

Alors, à partir quel âge peut-on avoir des souvenirs ?

En 2014, Sciences et Avenir se posait déjà des questions sur cet étrange phénomène. Pour savoir à partir de quel âge nos souvenirs d’enfant s’effacent, l’université Emory d’Atlanta aux Etats-Unis a réalisé une étude statistique sur 83 enfants. Les chercheurs leur ont fait passer des tests de mémoire annuels pendant cinq ans. Résultats : alors que les enfants de 5 à 7 ans se souviennent de 63 à 72% de ce qu’ils ont vécu avant leur trois ans, ceux âgés de 8 à 9 ans ne se remémorent plus que de 35% de ces évènements. Leur conclusion est que l’enfant possède une faculté naturelle qui lui fait oublier ses anciens souvenirs, afin de mettre en place une mémoire autobiographique plus aboutie.

En conclusion ? Pour se remémorer un épisode de sa vie, il faut avant tout que le cerveau et les zones cérébrales associées à la mémoire finissent de se développer, vers quatre à cinq ans. Toutefois, il se peut que l’on se remémore des souvenirs pouvant remonter à plus tôt, tout comme il n’est pas certain que nous gardions tous les souvenirs à partir de cinq ans. Cela peut dépendre de l’intensité des évènements vécus et de la fréquence à laquelle les souvenirs nous sont remémorés. 

https://www.sciencesetavenir.fr