Il est maintenant possible de faire cloner son chien après sa mort


Si on commence à cloner des animaux de compagnie qu’est ce qu’ils vont cloner demain.
Nuage

 

Il est maintenant possible de faire cloner son chien après sa mort

 

Une société de biotechnologie sud-coréenne appelée Sooam Biotech propose un service unique, celui de cloner son chien après sa mort pour une somme moyennant 90 000€, rapporte le site Maxisciences.

Perdre son animal de compagnie est souvent une véritable tragédie. L’entreprise Sooam Biotech a trouvé une solution. Elle propose à ses clients de cloner leur chien après son décès, donnant ainsi naissance à un second animal en tout point identique. Le tout pour la modique somme de 100 000 dollars, soit environ 90 000€.

Le riche milliardaire japonais Junichi Fukada est un des clients qui a tenté l’expérience. Il est devenu l’heureux propriétaire d’une femelle chiot carlin de couleur noire et nommée Momotan. Sa particularité est d’être le clone parfait de l’ancienne chienne de Fukuda, Momoko.

« J’ai divorcé de ma femme quand Momoko avait six ans et après cela, ça a été juste Momoko et moi », a raconté Junichi Fukuda à un journaliste de Tech Insider. « C’était le meilleur animal au monde pour moi ».

Fukuda a donc déboursé 100 000 dollars pour cette opération. Sooam Bitotech explique que l’animal doit être mort depuis au moins cinq jours pour que le clonage réussisse, et qu’il ait été emmené chez un vétérinaire pour y pratiquer une biopsie qui est ensuite envoyée à la firme.

Sooam Biotech a évalué son taux de réussite de clonage à 40%. Pourtant, ces travaux ne manquent pas de susciter la controverse. Certains scientifiques s’inquiètent des dérives potentielles auxquelles ils pourraient mener.

http://www.ladepeche.fr/

Les coréens, adeptes de chirurgie esthétique pour… leurs animaux


Non mais, qu’est-ce que les gens peuvent bien penser ?? Déjà que les concours de toilettages et de colorations des animaux sont grotesques voilà que des vétérinaires acceptent avec coeur (faut dire que c’est payant) que des chiens subissent des chirurgies esthétiques selon la fantaisie de leur maitre
Nuage

 

Les coréens, adeptes de chirurgie esthétique pour… leurs animaux

 

Ce chien avant et après on opération de chirurgie esthétique.

Par Sylvie Riou-Milliot

 

En Corée du Sud, les propriétaires d’animaux de compagnie raffolent de plus en plus de la chirurgie esthétique. Au menu, raccourcissement de queue, chirurgie des paupières et autres bizarreries…

 

Le propriétaire de Quasi Modo, le chien honoré récemment du titre de « plus laid du monde », succombera-t-il à son tour à la dernière mode ? Fera-t-il remodeler le physique pour le moins ingrat de son fidèle compagnon ?

Selon le quotidien sud-coréen Chosun Ilbo, la chirurgie esthétique pour animaux est en effet en plein essor… du moins à Séoul (Corée du Sud). Ce qui n’est pas si surprenant quand on sait que les Coréens détiennent déjà le record du monde des actes de chirurgie esthétique pour humains avec 16 opérations pour 1000 habitants ! C’est donc au tour de leurs compagnons à 4 pattes de faire connaissance avec le bistouri et le botox. Parmi les interventions les plus demandées, on compte le raccourcissement de queue, l’effacement des rides, l’aspiration de la graisse, le remodelage des oreilles ou encore chirurgie des paupières.

Par exemple, ce chiot a subi une intervention… pour élargir ses yeux !

Ces opérations se pratiquent à des prix souvent prohibitifs, plusieurs milliers de dollars, à la plus grande satisfaction des vétérinaires locaux, qui assument totalement l’intérêt de ces pratiques !

Comme le Dr Yoon Sin Geun, cité par le quotidien, qui assure que « cette chirurgie est médicalement sans risque, les propriétaires ayant tout à fait le droit d’améliorer l’apparence de leur animal de compagnie ».

Pour l’instant, seuls les chiens semblent concernés. Mais déjà un groupe de défense des droits des animaux a demandé à ce que ces pratiques soient reclassées en « actes de cruauté envers animaux » et sanctionnées

http://www.sciencesetavenir.fr/

Corée du Sud : L’étrange condition de l’homme qui ne vieillit pas


 

Déjà enfant, nous avions hâte d’être plus grands. Jeune adulte le temps passe et plus tard, nous aimerons paraitre plus jeune. Mais ce enfant n’est pas un enfant, mais un adulte qui doit souvent prouver son âge
Nuage

 

Corée du Sud : L’étrange condition de l’homme qui ne vieillit pas

(capture d’écran, YouTube, enews24.net)

Hyomyung Shin ressemble étrangement à un enfant, mais a atteint depuis longtemps sa puberté.

Cet homme de Corée du Sud est atteint d’une rare maladie, appelé le«syndrome d’Highlander», ralentissant le vieillissement de son corps.

Celui qui a aujourd’hui 26 ans doit constamment montrer ses cartes d’identité pour prouver qu’il est bien né en 1989, rapporte le Mail Online.

Selon le site de nouvelles koreaboo.com, ce n’est pas uniquement son apparence qui lui donne des airs de jeunesse. Le jeune homme a une petite voix, n’a pas de pilosité, et a les joues bien rondes.

Difficile pour lui d’être accepté dans les bars et les clubs de nuit pour faire la fête comme les jeunes de son âge.

Surnommé le «Peter Pan» de Corée du Sud, Hyomyung Shin, a été en vedette dans un documentaire présenté à la télévision.

La condition étonnante de ce Sud-Coréen devrait lui rester toute sa vie. Les gens atteints de ce syndrome meurent en ayant l’air beaucoup plus jeunes que leur âge.

http://tvanouvelles.ca/

 

Les pays où les enfants sont les plus heureux (et ceux où ils le sont le moins)


Ce sont les pays les plus pauvres que les enfants ont cette certitude d’avoir une vie pleine de sens. Alors que les pays les plus riches, les enfants auraient une tendance à être insatisfaits de leur apparence. À la réflexion, les résultats ne me surprennent pas vraiment
Nuage

 

Les pays où les enfants sont les plus heureux (et ceux où ils le sont le moins)

 

Bataille de tomates dans le département de Boyaca en Colombie. REUTERS/John Vizcaino (COLOMBIA SOCIETY)

Bataille de tomates dans le département de Boyaca en Colombie. REUTERS/John Vizcaino (COLOMBIA SOCIETY)

Repéré par Jean-Laurent Cassely

Un sondage auprès de 53.000 enfants de 15 pays, âgés de 10 à 12 ans, mené en 2013 et 2014 (PDF), révèle que ceux-ci sont en majorité heureux quand ont leur demande d’évaluer leur bien-être sur une échelle de 0 à 10. C’est en Turquie, en Colombie et en Roumanie que les scores de satisfaction sont les plus élevés, alors que la Corée du Sud et l’Afrique du Sud sont en bas de tableau. Un aspect intéressant est la comparaison avec les sondages réalisés sur des adultes d’un même pays, qui montrent que les enfants ont tendance à être plus optimistes que ces derniers.

C’est dans les pays d’Europe du Nord que les enfants sont les moins satisfaits de leur apparence et s’avouent avoir le moins confiance en eux. Alors que filles et garçons reportent des niveaux équivalents sur l’ensemble des questions du sondage, c’est sur ces aspects d’apparence que l’écart est le plus important, les filles étant moins satisfaites que les garçons.

Les questions sur le bien-être matériel et les relations amicales montrent que c’est dans les pays aisés que les enfants sont les plus satisfaits. La satisfaction vis à vis de l’école est en revanche plus élevée dans les pays africains qu’en Europe.

Les enfants sud-coréens, bien qu’ayant accès à un confort matériel très élevé en moyenne, ont montré des niveaux d’insatisfaction importants, plus élevés que ceux des adultes de leur pays. Ce qu’on pourrait selon Quartz attribuer à la pression scolaire intense qui caractérise le système éducatif sud-coréen.

Comme le note encore le site, l’étude n’a pas établi de corrélation entre le niveau de confort matériel et le bien-être, ce qui relance l’éternelle question économique de la relation entre richesse des pays et bonheur ressenti de ses habitants.

Comme nous l’expliquions ici, le niveau de bien-être croit avec le PIB, mais en revanche ce bonheur déclaré va de pair avec un moindre sentiment de vivre une vie ayant un sens. Dans une précédente étude internationale, c’est au Sierra Leone, au Togo ou au Laos, autant de pays qui font partie des plus pauvres en termes de PIB par habitant, que les répondants déclaraient avoir une vie plus «riche» de sens.

Ce paradoxe n’est qu’apparent: les pays pauvres sont aussi plus religieux, et la croyance religieuse fournit des moyens spirituels de supporter une vie qui peut être matériellement difficile. Les structures familiales plus étendues, les relations sociales plus denses des systèmes sociaux traditionnels sont eux aussi responsables du sentiment de plénitude constaté dans les pays matériellement pauvres.

La France ne faisant pas partie du panel du sondage sur le bonheur des enfants, nous ne pouvons malheureusement pas vérifier si les légendaires insatisfaction et pessimisme de nos compatriotes s’observent aussi chez ses plus jeunes membres.

http://www.slate.fr/

Des jumelles séparées à la naissance se retrouvent de manière incroyable


Avec Internet, nombres de familles et amis se sont retrouvé et même ceux qui ne savaient même pas qu’il avait un frère ou une soeur, car séparé pendant leur enfance, leur naissance.
Nuage

Des jumelles séparées à la naissance se retrouvent de manière incroyable

Anaïs et Samantha, soeurs jumelles. -   - ABC News

Anaïs et Samantha, soeurs jumelles. ABC News

C’est un hasard fou qui les a réunies. Anaïs et Samantha, deux jeunes femmes âgées de 25 ans, ont découvert grâce à Youtube qu’elles étaient sœurs. Ces jumelles séparées à la naissance avaient en effet été confiées à deux familles adoptives différentes, l’une aux États-Unis et l’autre en France.

Une coïncidence qui n’en est pas une

Tout commence en décembre 2012, lorsqu’une amie d’Anaïs lui envoie le lien d’un court-métrage. L’étudiante en arts n’en croit pas ses yeux : l’une des actrices lui ressemble comme deux gouttes d’eau ! Après quelques recherches, la jeune femme découvre que toutes les deux sont nées le même jour à Busan, en Corée du Sud…

Elles tournent un documentaire

Anaïs et Samantha rentrent en contact via Skype et font un test ADN qui leur confirme ce qu’elles soupçonnaient : elles sont jumelles. Leurs parents respectifs leur ont juré qu’ils n’étaient pas au courant.

« Aujourd’hui, nous ne pouvons plus vivre sans l’autre », raconte Anaïs au journal Ouest France.

« Notre relation devient de plus en forte. C’est presque comme si nous étions… de vraies sœurs ».

Les deux jeunes femmes ont tourné un documentaire sur leur histoire, Twinsters, dont le premier trailer vient d’être dévoilé.

http://www.ladepeche.fr/

Une lettre d’amour a été découverte sur ce corps vieux de cinq siècles.


Quand un couple s’aime d’un grand amour, et que l’un d’eux meurt, c’est tout un univers qui s’effondre qu’importe l’époque où il est vécut
Nuage

 

Une lettre d’amour a été découverte sur ce corps vieux de cinq siècles.

lettre amour 1

Lorsque l’on aime quelqu’un, on part en voyage avec cette personne, tout au long de sa vie. Mais parfois la mort nous sépare de notre partenaire avant que ce voyage ne soit achevé.

Cette lettre d’amour a été écrite par une veuve enceinte, et adressée à son compagnon décédé, Eung-Tae Lee. Elle a été découverte dans une tombe ancienne, à Andong, en Corée du Sud.

L’homme, un membre du clan Goeseong Yi, a vécu au 16ème siècle, et est décédé bien avant sa compagne, à l’âge de 30 ans.

Bien qu’il ait été momifié, sa mort reste tragique et émouvante.

La lettre était posée sur son torse, tel un symbole d’amour qui l’a accompagné depuis 1582. Sa femme, enceinte, l’a écrite pour lui alors que son quotidien s’effondrait autour d’elle.

Ces sandales l’accompagnaient aussi dans la tombe, des sandales tressées avec amour, et faites d’écorce de chanvre, et des cheveux de son épouse éplorée.

lettre amour 2

Voilà ce qui est écrit :

Au père de Won

1er juin 1586

Tu m’as toujours dit : “Ma chérie, vivons ensemble jusqu’à ce que nos cheveux soient gris, et que nous mourions le même jour.” Et pourtant tu m’as abandonnée. Mon petit garçon et moi n’avons plus personne à écouter, et nous ne savons plus comment vivre. Comment as-tu pu partir sans moi ?

Ne m’as-tu pas offert ton cœur, et n’ai-je pas fait de même ? Lorsque nous nous allongions côte à côte, tu me disais toujours “Ma chérie, est-ce que les autres couples s’aiment vraiment autant que nous ? Sont-ils comme nous ?” Comment as-tu pu laisser tout ça derrière toi, pour partir sans moi ?

Je ne peux pas vivre sans toi. Je veux te rejoindre. Emmène-moi avec toi, où que tu sois. Je ne peux pas oublier mes sentiments pour toi, et mon désespoir est immense. Que puis-je faire de mon cœur, désormais, et comment pourrais-je vivre avec notre enfant qui te regrette ?

Je t’en prie, lis cette lettre, et réponds-moi dans mes rêves. Si je t’écris cette lettre, et que je la mets ici, c’est parce que je veux t’entendre dans mes rêves. Lis-la bien, et parle-moi.

Lorsque j’accoucherai de notre enfant, qui pourra-t-il appeler Père ? Quelqu’un peut-il comprendre ce que je ressens ? Cette tragédie est incommensurable.

Toi, tu es simplement dans l’au-delà, et tu ne ressens pas toute la peine que j’éprouve. Ces tourments que je te décris maladroitement, ils sont immenses. Lis attentivement cette lettre, et viens à moi dans mon sommeil, montres-toi en détail, et parle-moi. Je crois que je peux te voir en rêve. Viens à moi en secret, et montres-toi. Je pourrais continuer à te parler jusqu’à la fin des temps, mais je vais m’arrêter ici.

L’amour transcende le temps. L’amour que ce couple a partagé il y a des siècles de cela était tout aussi fort que celui que l’on peut ressentir de nos jours. C’est vraiment quelque chose d’incroyable.

http://bridoz.com

En Corée du Sud, un immeuble à appartements flexibles qui peuvent se diviser en cas de divorce


Pas sûr que pour un couple qui divorce ce soit la joie de séparer un appartement, pour un groupe qui se séparent cela pourrait être une option
Nuage

 

En Corée du Sud, un immeuble à appartements flexibles qui peuvent se diviser en cas de divorce

 

Une vue de l’immeuble imaginé par SsDarchitecture

Divorcer (ou se séparer) peut coûter très cher. Pendant les pires années de la récession, de nombreux couples sont restés ensemble pour des raisons principalement financières. Partager un deux-pièces est moins coûteux que louer chacun son studio, et quand on aime son appartement plus que son colocataire, il peut être particulièrement difficile de renoncer à son logement.

Songpa Micro Housing, un immeuble qui vient d’être construit à Séoul en Corée du Sud a peut être une solution: des appartements composés d’unités modulables à souhait.

Un des architectes a expliqué au site FastCodesign comment ces logements peuvent évoluer au fil des années. Imaginons un couple qui habite dans un appartement composé de deux unités reliées par un couloir. S’ils ont des enfants (et que les unités voisines sont libres), ils peuvent aggrandir leur appartement en annexant les studios adjacents. Et quand ils ne se supportent plus, ils peuvent facilement séparer ces unités pour en faire deux logements séparés. Ce n’est certes pas idéal d’être le voisin de son ex, mais cet arrangement peut permettre une transition relativement pratique entre vie de couple et vie de célibataire.

Les appartements de Songpa Micro Housing sont très petits (une unité mesure 11 mètres carré) car l’immeuble a de nombreux espaces communs, notamment un café et un auditorium. L’idée des architectes était de créer une sorte de colonie d’artistes où les résidents interagissent entre eux hors de leurs studios. De plus, les unités de logement ne sont pas nécessairement résidentielles, elles peuvent aussi être transformées en bureau ou en galerie d’art.

Les deux idées de ces architectes -pouvoir séparer un appartement en cas de rupture et créer des espaces communs conviviaux- sont plutôt incompatibles, mais la possibilité de moduler son logement sans déménager est un concept qui a de l’avenir. Il permettrait en effet de résoudre un des plus épineux problèmes des couples qui veulent se séparer: au fait, qui garde l’appartement? 

http://www.slate.fr

Ces vêtements qui indiquent la quantité d’alcool ingéré


L’alcotest ne sera pas le seul outil pour mesurer le taux d’intoxication d’alcool d’une personne, les vêtement aussi. La technologie s’installe vraiment partout et franchement, pourquoi ne pas prendre nos responsabilités face à l’alcool
Nuage

 

Ces vêtements qui indiquent la quantité d’alcool ingéré

 

Ces vêtements qui indiquent la quantité d'alcool ingéré

Metamorphosis se décline aussi bien en top pour les femmes qu’ici en veste pour hommes.Photo Younghui Kim

Un nouveau cap a été franchi dans l’histoire encore toute fraiche des vêtements intelligents avec la démonstration, à l’occasion d’un hackaton à Séoul (Corée du Sud) de Metamorphosis, d’un prototype capable de réagir en fonction de la quantité d’alcool ingurgité par la personne qui le porte.

Développé par un collectif d’artistes emmené par Younghui Kim, Metamorphosis se décline pour l’instant en un chemisier pour femmes et une veste pour hommes.

Sur le chemisier, les manches se soulèvent et gonflent au fur et à mesure que le taux d’alcoolémie de la personne qui le porte augmente, en temps réel. En ce qui concerne la veste, c’est son col qui se relève peu à peu.

Cet étonnant procédé apparait donc à la fois comme utile et artistique. De cette manière, les autres personnes peuvent facilement déterminer le degré d’alcoolisation de leur interlocuteur. Le porteur de Metamorphosis montre quant à lui à quel point il est désinhibé.

Ces deux prototypes ont été présentés à Séoul dans le cadre d’un rassemblement réunissant des développeurs informatiques et des artistes.

http://fr.canoe.ca/

Drogué aux jeux vidéo, il laisse son fils mourir de faim


Quand tu joues à oublier tes obligations face a un jeune enfant, alors là, il est grand temps de se faire soigner et de se déconnecté complétement des jeux et d’internet
Nuage

 

Drogué aux jeux vidéo, il laisse son fils mourir de faim

 

Drogué aux jeux vidéo, il laisse son fils mourir de faim

Photo Fotolia

SÉOUL – La police sud-coréenne a indiqué mardi avoir arrêté un homme, soupçonné d’avoir laissé son enfant mourir de faim tandis qu’il passait ses journées sur des jeux vidéo.

Cette nouvelle affaire devrait alimenter le débat en Corée du Sud sur l’addiction présumée aux jeux vidéo. Le parlement envisage le passage d’une loi classant cette activité dans la catégorie des activités pouvant devenir addictives, comme les drogues, l’alcool et les paris.

Le joueur, identifié par la police sous le nom de Chung, 22 ans, a été arrêté lundi après la découverte du corps décomposé de son fils de deux ans dans un sac poubelle, près de Daegu, a précisé la police.

En 2009, le pays avait été choqué par une affaire semblable: un jeune couple avait laissé son bébé de trois mois mourir de faim, alors qu’ils passaient des heures à jouer sur internet, notamment un jeu qui consistait à élever un enfant virtuel.

Fin février, l’épouse de Chung avait trouvé un travail dans une usine, loin du logement conjugal, et elle avait laissé son mari, sans emploi, s’occuper de l’enfant.

Mais l’homme, qui avait un casier judiciaire, passait ses journées dans des cafés internet et ne rentrait que tous les deux à trois jours pour nourrir le garçonnet.

Le 7 mars, le père a trouvé l’enfant mort dans l’appartement, a ajouté la police. Il a laissé le corps pendant plus d’un mois, avant de le placer dans un sac à poubelle et de le jeter dans un jardin à quelques centaines de mètres.

Il a rapporté la disparition de son enfant à la police, avant de reconnaitre s’être débarrassé du corps.

Une étude nationale conduite en 2013 par le ministère des Sciences a conclu que 7% des 50 millions de Sud-Coréens sont considérés comme présentant «un risque élevé» d’addiction à l’internet. Le pourcentage grimpe à 11,7% chez les adolescents.

L’addiction est définie par plusieurs symptômes, dont une anxiété aigüe en cas d’absence d’accès à internet, et une utilisation de l’internet qui rend difficile de mener une routine quotidienne normale.

La Corée du Sud est un des pays les plus connectés au monde. Il affiche en outre un des taux de pénétration les plus élevés pour les téléphones  (75%).

http://fr.canoe.ca/

Il participe à un concours, et gagne un clone de son chien


Comment peut-on faire un concours de clonage d’un animal de compagnie et que des participants s’inscrivent ? Même si cela pouvait être tentant de reproduire un animal qui est spécial rien ne dit qu’il aura son caractère et la même affinité. De plus, me semble qu’il y a assez d’animaux dans les refuges qui ne demandent que d’avoir un foyer que le clonage est vraiment immoral
Nuage

 

Il participe à un concours, et gagne un clone de son chien

 

Par Sophie Le RouxCrédits photo : Flickr – WhiteWhiskersMC

Cloner un chien, c’est aujourd’hui tout à fait possible. Pratique posant naturellement de sérieuses questions d’éthique, le clonage d’animaux de compagnie est même proposé comme un service, très onéreux, en Corée du Sud.

400 chiens clonés

Il s’agit du seul pays au monde offrant cette possibilité à des particuliers souhaitant retrouver leur chien disparu. Une pratique très polémique dont nous parlions déjà voilà quelques semaines suite à la diffusion d’un reportage de 30 Millions d’Amis (voir notre article).

L’entreprise Sooam Biotech affirme avoir déjà cloné avec succès 400 chiens, dont des chiens policiers et sauveteurs pour le gouvernement, et des dizaines de chiens de compagnie pour de riches Américains. Chaque propriétaire doit débourser entre 50 000 et 80 000 euros pour obtenir une réplique de son animal bien aimé.

Mais la société coréenne, dont le directeur a été condamné en 2009 pour violation des lois sur la bioéthique, a organisé un concours l’année dernière en Grande-Bretagne. En jeu, un cadeau vraiment inhabituel : le grand vainqueur a remporté un clone de son compagnon à 4 pattes.

« Nous pouvons cloner n’importe quel chien« 

Comme le rapporte le Dailymail, l’heureux gagnant s’apprête à s’envoler pour la Corée du Sud afin de suivre le processus de clonage, qui sera filmé dans le cadre d’un documentaire dont la diffusion est prévue l’année prochaine sur Channel 4.

« Nous pouvons cloner n’importe quel chien«  se félicite Insung Hwang, le directeur de la UK Dog Cloning Competition, avant de se réjouir du succès de ce concours étonnant auquel se sont vivement opposés défenseurs des animaux et généticiens britanniques.

Un morceau de tissu de l’animal sera prélevé, pour fournir son ADN. Les chercheurs utiliseront ensuite une chienne porteuse, dont un ovocyte sera à son tour prélevé, avant que l’emprunte génétique du chien à cloner y soit injectée.

L’embryon pourra alors être réinjecté dans l’utérus de la chienne, qui mettra au monde un ou plusieurs chiots deux mois plus tard. Mais rien n’assure que ces chiens soient vraiment semblables au « modèle original », surtout en matière de caractère.

http://wamiz.com