Viols et douches avec des serpents: le calvaire des soldates nord-coréennes


Partout, au monde, les femmes engagées dans l’armée subissent du harcèlement sexuel, et même des viols. En Corée du Nord, les femmes sont obligées de s’enrôler pour 7 ans. Et ce qu’elles subissent sont très graves tel que harcèlement sexuel, viol, des mauvais traitements sans compter dans des conditions difficiles
Nuage

 

Viols et douches avec des serpents: le calvaire des soldates nord-coréennes

Mardi passé, Lee So Yeon a accordé une interview à la BBC où elle a raconté son calvaire. Exemple: l’armée nord-coréenne n’avait pas pris de dispositions pour les menstruations. © (capture d’écran).

Christophe Da Silva
Source: BBCa

Pendant plus de dix ans, Lee So Yeon a servi comme sergent dans l’armée nord-coréenne. Son calvaire, elle l’a raconté à la BBC.

« Il n’y avait pas d’eau chaude. Le commandant de la compagnie restait dans sa chambre après les heures de présence et violait les femmes soldats sous son commandement », se souvient la femme de 41 ans.

Lee So Yeon, qui a quitté l’armée nord-coréenne à 28 ans, a servi comme sergent dans une unité près de la frontière sud-coréenne. En 2008, l’ancienne soldate a fui vers la Corée du Sud. Elle a passé une année dans un camp de prisonniers après avoir été capturée à la frontière avec la Chine. La quadragénaire a réussi à s’échapper une nouvelle fois vers la Corée du Sud en traversant la rivière Tumen en 2009.

Un vrai calvaire

Son témoignage est précieux. Mardi passé, Lee So Yeon a accordé une interview à la BBC où elle a raconté son calvaire. Exemple: l’armée nord-coréenne n’avait pas pris de dispositions pour les menstruations.

« Une période de vulnérabilité pour les femmes »

« La période de famine a entraîné une période de vulnérabilité pour les femmes. Elles ont été nombreuses à y entrer et elles ont été soumises à de mauvais traitements », se souvient Lee So Yeon.

© photo news.

Pendant une décennie, Lee So Yeon a dormi sur la couchette du dessous d’un lit superposé, dans une pièce qu’elle partageait avec plus d’une vingtaine de femmes. Aucun espace privé. Juste une petite armoire pour stocker les uniformes.

« Il n’y avait pas d’eau chaude »

« Nous transpirions beaucoup. L’uniforme n’était pas en coton et ce n’était pas agréable. Le lavage des vêtements était aussi problématique. En tant que femme la chose la plus difficile à vivre c’était que nous ne pouvions pas nous doucher correctement. Il n’y avait pas d’eau chaude. L’eau arrivait directement d’un ruisseau. Il y avait parfois des grenouilles et des serpents », poursuit-elle dans des propos traduits par 20 Minutes.

Les abus sexuels faisaient également partie du quotidien de Lee So Yeon et de ses camarades.

Harcèlement sexuel

« Le commandant de la compagnie restait dans sa chambre après les heures de présence et violait les femmes soldats sous son commandement », conclut la femme de 41 ans.

En Corée du Nord, les soldates doivent servir au moins sept ans dans l’armée et les hommes 10 ans. C’est le service militaire le plus long sur la planète. Quasiment 40% des femmes âgées de 18 à 25 ans portent l’uniforme.

© ap.

http://www.7sur7.be/

Publicités

Pour priver Trump de la bombe atomique, il faudra lui enlever la présidence


Quand j’étais petite, on savait qu’il y avait un bouton rouge qui lançait une bombe nucléaire et on y a pensé qu’il suffit qu’un fou pèse sur ce bouton pour entrer dans une nouvelle guerre. Généralement, il y a une procédure pour lancer une bombe, mais si une décision doit être prise rapidement, il ne faut qu’une personne, le Président qui peut décider de lancer les missiles nucléaires en seulement 3 à 7 minutes. Les prochaines élections américaines sont seulement en 2020, c’est long quand on entend toutes les stupidités de ce Président. Espérons que d’ici là, il se tiendra tranquille et défait au prochaine élection
Nuage

 

Pour priver Trump de la bombe atomique, il faudra lui enlever la présidence

 

Des activistes antinucléaire grimés en Donald Trump et Kim Jong-un, le 13 septembre 2017 à Berlin. BRITTA PEDERSEN / DPA / AFP.

Des activistes antinucléaire grimés en Donald Trump et Kim Jong-un, le 13 septembre 2017 à Berlin. BRITTA PEDERSEN / DPA / AFP.

Jean-Marie Pottier

Les menaces du président américain envers la Corée du Nord ont relancé le débat  complexe sur la procédure de déclenchement des frappes nucléaires.

 

Deux images de Donald Trump. La première, à la tribune de l’Onu mardi, annonçant qu’il est prêt si besoin à «détruire totalement» la Corée du Nord. La seconde, le même jour, caricaturé en une du magazine Rolling Stone, poitrine en avant et bouche grande ouverte, sous le titre «La folie de Donald Trump».

Un fou a-t-il la main sur le bouton nucléaire de la première puissance mondiale? Sans être toujours posée aussi crûment (mais parfois, oui), la question agite les milieux politique et militaire américains depuis la campagne présidentielle.

Le week-end dernier encore, dans une tribune publiée dans le New York Times, deux experts, dont un ancien conseiller de Barack Obama pour l’Asie, estimaient qu’il est temps pour les États-Unis de s’assurer «que le président ne puisse pas simplement fournir les codes à son aide de camp porteur de la mallette nucléaire et lancer une attaque de sa propre autorité».

 Ils suggéraient que cette attaque ne puisse résulter que d’une décision unanime d’un petit groupe qui pourrait inclure le vice-président, le secrétaire à la Défense, le chef d’état-major des armées et les dirigeants des deux grands partis au Congrès. Un autre spécialiste des affaires militaires estime lui aussi que toute décision d’ouverture du feu nucléaire devrait dans l’idéal d’abord passer par le secrétaire à la Défense, le conseiller pour la sécurité nationale ou le chef de cabinet de la Maison-Blanche.

Toutes les procédures permettant le lancement des missiles nucléaires nécessitent l’action de deux personnes: c’est ce qu’on appelle la two-man rule. Toutes, sauf la plus importante: la prise de décision elle-même. Le secrétaire à la Défense, l’autre membre de l’autorité de commandement nationale, doit confirmer que l’ordre vient bien du président, mais cette confirmation ne constitue pas une validation et ne donne pas un droit de veto. Sous Nixon, le secrétaire à la Défense James Schlesinger, confronté à un président dépressif et alcoolique, avait contourné la loi en demandant au Pentagone de passer par lui ou par son homologue du Département d’État Henry Kissinger en cas d’ordre de mise à feu nucléaire.

Une proposition de loi visant à empêcher le président des États-Unis d’utiliser l’arme nucléaire sans autorisation expresse du Congrès a été déposée en janvier par deux élus démocrates, et s’accompagne d’une campagne de communication intitulée No Red Button («pas de bouton rouge»). Mais elle ne porte que sur le droit du président de lancer une frappe nucléaire préemptive, pas sur celui de réagir à une attaque contre les États-Unis. Un scénario où le temps de réaction interdit tout débat entre une dizaine de personnes.

Selon Bruce G. Blair, cofondateur de l’ONG Global Zero, si une attaque nucléaire étrangère est imminente, le président doit pouvoir être briefé sur le sujet en trente secondes et a cinq minutes pour se décider. En novembre 1979, Zbigniew Brzezinski, le conseiller pour la sécurité nationale de Jimmy Carter, avait failli réveiller son patron en pleine nuit après deux alertes (finalement fausses) d’attaque nucléaire soviétique: le laps de temps dont aurait disposé Carter pour trancher était alors évalué entre trois et sept minutes…

Le débat n’est donc pas seulement entre folie et raison, mais entre réactivité et lenteur. Il n’est pas uniquement de savoir si l’on risque de confier l’arme atomique à un fou, il est de décider si on veut pouvoir être prêt à l’utiliser en quelques minutes au milieu de la nuit –une question classique des campagnes électorales américaines.

Le problème, comme l’explique le juriste Stephen L. Carter, est que les États-Unis n’ont pour l’instant pas trouvé de meilleure procédure pour assurer une réponde rapide et maintenir la primauté du pouvoir civil (le président) sur le militaire:

«La seule vraie façon de restreindre la capacité d’un président de lancer une guerre est d’élire quelqu’un en qui vous avez confiance», conclut-il.

Autant dire que le plus sûr moyen de mieux dormir, pour ceux qui cauchemardent Trump le doigt sur le bouton rouge, est de s’assurer qu’il soit battu en novembre 2020.

http://www.slate.fr

Le dernier essai nucléaire nord-coréen plus puissant qu’Hiroshima


Aux nouvelles LCN au Québec, ils disaient que le tremblement de terre d’une magnitude de 6,3 a permis de déterminer l’emplacement de l’explosion tout près du site d’essai de la Corée du Nord, et cela a été détecté partout sur la planète. L’histoire de la guerre est pour une leçon importante pour les dirigeants. Mais quand ce sont des personnes dépourvus de toute morale .. Il ne faut pas se surprendre si des évènements tragiques refait surface
Nuage

 

Le dernier essai nucléaire nord-coréen plus puissant qu’Hiroshima

 

Après ce sixième essai nucléaire de Pyongyang, le... (REUTERS)

Après ce sixième essai nucléaire de Pyongyang, le plus puissant à ce jour, les États-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier à l’ONU de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord mais la position de la Chine et de la Russie, qui disposent d’un droit de veto, restait incertaine.

REUTERS

Agence France-Presse
Tokyo

 

Le dernier essai nucléaire nord-coréen était d’une puissance estimée de 120 kilotonnes, soit huit fois supérieure à celle de la bombe américaine qui a dévasté Hiroshima, a déclaré mardi à des journalistes le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera.

Le Japon avait dans un premier temps évalué à 70 kilotonnes l’énergie produite par l’explosion de dimanche attribuée par la Corée du Nord à une bombe à hydrogène. Pyongyang pourrait avoir désormais la capacité de mettre une bombe atomique sur un missile pouvant atteindre les États-Unis, mais les Occidentaux n’en ont pas pour le moment la certitude absolue.

Selon le ministre japonais, la révision à la hausse de la puissance de cet essai se fonde sur une nouvelle estimation de la magnitude du séisme qui a suivi l’explosion faite par l’organisation responsable de l’application du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO).

«Nous pouvons en conclure que l’essai nucléaire a produit une énergie supérieure» aux évaluations initiales, a déclaré M. Onodera.

120 kilotonnes, c’est huit fois plus que la puissance de la bombe américaine qui a ravagé la ville japonaise d’Hiroshima en 1945 (15 kilotonnes).

Cette valeur dépasse également l’estimation faite au Conseil de sécurité des Nations unies par le chef des affaires politiques de l’ONU, Jeffrey Feltman, qui a évoqué une fourchette de 50 à 100 kilotonnes.

Après ce sixième essai nucléaire de Pyongyang, le plus puissant à ce jour, les États-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier à l’ONU de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord mais la position de la Chine et de la Russie, qui disposent d’un droit de veto, restait incertaine.

Le président russe Vladimir Poutine a fermement mis en garde mardi contre toute «hystérie militaire» pour contrer le régime de Kim Jong-Un, agitant la menace d’une «catastrophe planétaire» face aux États-Unis qui ont évoqué «une réponse militaire massive».

http://www.lapresse.ca/

Mais c’est où, la Corée du Nord? Il a demandé à des Américains…


Je peux comprendre qu’on tous ne savent pas leur géographie des pays par coeur, mais qu’un Américain (e) ne connaisse pas quel pays qu’il y a en Amérique du Nord, cela craint ! Franchement, 3 pays en Amérique du Nord, ce n’est pas compliqué et dire qu’un coin du Canada serait la Corée du Nord, c’est franchement inquiétant. De plus, on parle beaucoup dans les médias de la Corée du Nord et de ses voisins, donc beaucoup d’indices sur sa situation géographie. À moins, que les nouvelles et des décisions de Donald Trump ne soient pas vraiment leurs préoccupations
Nuage

 

Mais c’est où, la Corée du Nord? Il a demandé à des Américains…

 

YOUTUBE / JIMMY KIMMEL LIVE

Si Donald Trump, décide d’attaquer la Corée du Nord, espérons qu’il sera mieux renseigné que ses compatriotes rencontrés dans cette vidéo.

Plus tôt cette semaine, Jimmy Kimmel a présenté cet amusant (?) vox pop durant un segment de son émission de fin de soirée. Évidemment, comme toujours dans ce genre d’exercice, on ne nous montre que les réponses les plus drôles.

N’empêche. Ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle. Voyez ici…

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez-Vous ► Voici les 20 pires prisons de la planète.


 

Je ne connais pas les conditions carcérales au pays, mais je crois qu’aucun prisonnier n’échangerait leur place avec une de ces prisons
Nuage

 

Voici les 20 pires prisons de la planète.

1. La prison de Diyarbakir

852123d30a88197fc9badb58f387db2b

La prison de Diyarbakir, au sud de la Turquie a été construite en 1980. Depuis lors, elle a emprisonné la plupart des plus violents des criminels de ce pays, c’est pourquoi elle est l’une des pires au monde. Cette prison est connue, non seulement pour les tortures physiques, mais aussi pour les tortures mentales infligées à ses détenues. Il existe deux sections au sein de l’établissement : l’E-type qui a la capacité de contenir 744 prisonniers, et le D-type qui peut contenir 688. Cependant, actuellement les deux sections contiennent de prisonniers plus qu’ils ne devraient.

2. La prison de Sabaneta

La prison de Sabaneta se trouve au Venezuela et est considérée comme l’une des pires prisons au monde. C’est l’un des centres correctionnels les plus brutaux en Amérique du Sud, c’est pourquoi ses détenus veulent sortir le plus vite possible quand ils y sont envoyés. Plusieurs maladies y sévissent et très peu de soins dispensés aux détenus. Cela combinée à l’insuffisance de pénitenciers provoque de violents crimes au sein de la prison.

3. La prison ADX Florence Supermax

supermaxinteriorban

La prison ADX Florence Supermax est connue pour abriter les plus dangereux criminels des États-Unis. Située dans le comte de Fremont, en Colorado, elle compte actuellement juste 439 détenus, mais détient la plus haute sécurité dans tout le pays. Nombreux détenus se suicident à cause de l’isolation totale ; isolés de tous, y compris des autres détenus et des gardes. L’Alcatraz des rocheuses a ouvert ses portes en 1994.

4. La prison de Tadmor

Carandiru-Penitentiary

La prison de Tadmor est située à Tadmor qui se trouve dans la région désertique de Syrie, a 200kilometres de Damas. À l’origine, la prison était destinée à être un centre de détention militaire. Cependant, durant les années 1980, elle a commencé à abriter toutes sortes de criminels. En 1980, le président Hafez al-Assad a ordonné l’exécution de tous les prisonniers, ce qui a fait un total approximatif de 2400 morts. La prison a été fermée en 2001, mais a rouvert ses portes en 2011.

5. Le pénitencier de Carandiru

carandiru-original

Le pénitencier de Carandiru se trouve au Sao Paulo, au Brésil et a ouvert ses portes en 1920. Elle n’a accueilli ses premiers criminels qu’en 1956 et a éventuellement été fermée en 2002. À cause de l’insurrection, il eut une grande émeute/massacre au sein de la prison en 1992, ou 111 prisonniers furent tués. Outre les problèmes majeurs de cette prison qui détenait à un moment jusqu’à 8000 prisonniers, il eut une grande épidémie de SIDA, une des raisons pour laquelle elle a été détruite.

6. Camp 22

north-korean-prison-camp

Camp 22, situé en Corée du Nord peut-être la pire prison dans le monde entier. Le nom officiel du camp des prisonniers politiques est au fait Kwan-li-so No. 22 et est complètement isolé du monde extérieur. Des prisonniers et même parfois leur famille sont détenus à vie ici. Il y a plus de 50000 détenus dans le camp 22.

7. La prison centrale de Bang Kwang

273659

La prison centrale Bang Kwang se situe dans la province de Nonthaburi, en Thaïlande à environ sept miles de Bangkok. Ce centre de détention pour hommes est considéré comme étant la pire des prisons en Extrême-Orient. La surpopulation et le manque d’effectif en terme d’officier sont les raisons pour lesquelles cette prison est considérée comme le pire endroit au monde. Cette prison héberge des détenus étrangers ainsi que d’autres détenus qui eux attendent d’être exécutés.

8. El Rodeo

pb-110617-el-rodeo-prison-03.photoblog900

La prison EL Rodeo se trouve à Guatire, au Venezuela, elle est considérée comme étant la pire des centres de détention au Venezuela ainsi que dans le monde. Environ 50000 prisonniers sont détenus dans ce centre à sécurité maximum. En 2011, une énorme guerre de gang éclata ce qui requerra l’assistance des forces armées pour l’arrêter. Cette prison fait vraiment tout pour que les gens qui y sont admis n’aient plus envie de revenir s’ils sont assez chanceux pour être relâcher.

9. La prison centrale de Gitarama

Rwanda. Jail

La prison centrale de Gitarama se trouve en Rwanda et est connue à travers le monde comme étant l’une des pires des prisons pour y être à l’intérieur. Les conditions y sont tellement mauvaises que pour rester en vie, les prisonniers en arrivent à se manger la chair entre eux. Plusieurs prisonniers qui y sont incarcérés la décrivent comme étant « L’Enfer sur Terre » en parlant des conditions de vie. À l’origine, elle a été conçue pour ne détenir que 400 prisonniers, cependant à la suite du génocide de Rwanda en 1994, la population a augmenté aux environs de 7000 dans les années 1990.

10. La prison de Rikers Island

rikers-island

Rikers Island est le complexe pénitencier principal de New York et détient les criminels les plus féroces des Etats-Unis. La prison se trouve littéralement sur une île, entre les arrondissements du Queens et Bronox, et est adjacent aux pistes d’atterrissage de l’aéroport LaGuardia. Communément appelée « The Island » par les Newyorkais, et est connue comme ayant les gardes le plus brutaux y travaillant. C’est la autre raison pour laquelle elle est considérée comme l’une des pires des prisons au monde.

11. San Juan de Lurigancho

Lurigancho

Situé à Lima, au Pérou, San Juan de Lurigancho est connu de tous comme étant la plus dure des prisons en Amérique du sud. Ayant été construite pour ne contenir que 2.500 prisonniers, elle est surpeuplée et elle abrite plus de 7000 détenus actuellement. L’environnement au sein de cette prison étant très laxiste, il permet à nombreux crimes tels que la vente de drogue, le viol ou encore le meurtre d’exister. Le fait que les gardes ne soient pas totalement attentifs à ce qui s’y passe, fait de cet endroit la pire des prisons au monde.

12. La prison de San Quentin State

pb-120711-sanquentin-da-02.photoblog900

La prison de San Quentin n’est pas seulement la plus vieille prison de l’état de la Californie, mais elle est aussi l’une des plus dangereuses. Elle a ouvert ses portes en 1852, et est le plus grand centre de détention des hommes condamnés à mort aux États-Unis. La chambre à gaz existe toujours à l’intérieur de la prison, mais depuis 1996 les détenus sont exécutés par injections létales. Le nombre de détenus actuel est de 4000.

13. Alcatraz

6779394293_e29f699e72_z

Alcatraz peut être la plus populaire des prisons au monde, mais elle est aussi la plus effroyable n’ayant jamais détenue des prisonniers en captivité. Située à San Francisco, Californie, communément appelée « The Rock », elle a ouvert ses portes en tant que centre correctionnel fédéral en 1933 et a fermé ses portes de prison en 1963.

14. La Sante

France-Paris-Prison-Sante-1-8

La prison de Sante se trouve à Paris, France, et a ouvert ses portes en 1867. Durant la deuxième guerre mondiale, la prison à détenu les pires criminels ainsi que les criminels de guerre. La Sante abrite autant de parasites tels que des rats et poux que de prisonniers. Ces conditions rendent le fait d’y être détenu encore plus horrible, c’est pourquoi chaque année de nombreux détenus mettent fin à leur vie.

15. La prison de Stanley

f04da2db11220f369cc90e

La prison de Stanley se situe dans la ville de Hong Kong et y sont détenus la plupart des plus violents et plus brutaux des délinquants du pays. Elle a été construite en 1937 et est l’une des six prisons de Hong Kong à sécurité maximale. Permettant la peine de mort, plus de 600 prisonniers y ont été exécutés, et ce depuis l’ouverture de ses portes, environ 7 décennies plus tôt. Elle abrite généralement 3.500 détenus.

16. La prison de Petak Island

5076714_f520

Considérée comme l’Alcatraz de Russie, la prison de l’île de Petak est un enfer. Chaque détenue est isolé, coupé des autres détenus et des gardes, dans une cellule toute la journée. La plupart des détenus meurent à cause de la température glaciale vu que la prison se situe près des chutes d’eau et des chutes de neige. LA prison se trouve isolée de la Russie par le lac White et abrite les plus dangereux prisonniers du pays.

17. La prison de Butyrka

FFF1BF19-D766-A916-68633F2D85BF614D

La prison de Butyrka se trouve à Moscou, en Russie et est un endroit très dangereux. Étant surpeuplée, il arrive qu’une cellule qui ne peut contenir que 10 prisonniers détienne plus de 100 prisonniers. Les maladies telles que le SIDA et la tuberculose y sont très rependues. Elle est connue comme étant la plus grande prison en Russie, et a été surpeuplée à 20.000 prisonniers à un moment.

18. Camp 1931

Slide2232

Camp 1931 est une prison de Défenses à haut risque israélienne située dans le nord de l’Israël. Cette prison n’a été connue de tous qu’en 2003. Considérée comme l’une des plus dangereuses prisons du monde, elle se trouve à moins d’une heure de Tel Aviv. Les détenus de cette prison restent secrets même si cette prison à sécurité maximale est maintenant connue du monde entier.

19. LA prison à sécurité maximale de Kamiti

Kamiti-Maximum-Security-Prison-Nairobi-Kenya

La prison à sécurité maximale de Kamiti se trouve à Nairobi, Kenya où il est très dur d’y être emprisonné. Des rumeurs et des plaintes que des détenus sont sodomisés et battus à mort chaque jour ont couru un certain temps dans l’enceinte de cette prison. La malnutrition le choléra et les ulcères sont le quotidien de cette prison. La plupart des détenus qui y sont placés sont des prisonniers politiques, ce qui veut dire que tous les coups y sont permis.

20. Centre correctionnel Attica

prison-8

Le centre correctionnel Attica se trouve à New York et fait partie de pires des prisons au monde. C’est une prison à sécurité maximale qui détient les délinquants les plus violents. Construite en 1930, nombreuses émeutes y ont déjà éclatés. En 1971 a éclaté une grande émeute où les 33 membres du staff n’ont pu contenir les 20.000 détenus.

http://www.histoiresdunet.com/

La Corée du Nord diffuse la vidéo d’une attaque nucléaire sur Washington


Kim Jong-un a sûrement une maladie mentale, malheureusement personne dans son pays ne semble vouloir l’affronter. Faut dire qu’il est sans merci pour ceux qui lui semble un traitre à ses yeux et ce même dans sa propre famille. Une propagande de terreur, voulant tout détruire, une dictature sans merci, je plaint la Corée du Sud qui doit vivre avec une épée de Damoclès sur leur tête
Nuage

 

La Corée du Nord diffuse la vidéo d’une attaque nucléaire sur Washington

 

La vidéo de quatre minutes diffusée par Pyongyang... (Image tirée de la vidéo)

La vidéo de quatre minutes diffusée par Pyongyang montre un missile nucléaire tiré depuis un sous-marin dévastant Washington, puis un drapeau américain en flammes.

IMAGE TIRÉE DE LA VIDÉO

Agence France-Presse
PAJU

La Corée du Nord a diffusé samedi une nouvelle vidéo de propagande montrant une attaque nucléaire sur Washington et menacé son voisin du sud d’une «attaque militaire sans merci» pour avoir calomnié son leader Kim Jong-un.

Intitulée La dernière chance, la vidéo de quatre minutes diffusée par Pyongyang montre un missile nucléaire tiré depuis un sous-marin dévastant Washington, puis un drapeau américain en flammes.

La fin du film montre un missile surgissant des nuages, et revenant sur terre pour s’écraser devant le Lincoln Memorial, monument en l’honneur du 16e président des États-Unis dans la capitale américaine.

Le Capitole explose alors et un message apparaît sur l’écran, en coréen:

«Si les impérialistes américains bougent d’un pouce en notre direction, nous les frapperons immédiatement avec notre force nucléaire».

La Corée du Nord a diffusé des vidéos similaires par le passé, dont une en 2013 montrant la Maison-Blanche dans le viseur d’un tireur, ainsi que l’explosion du Capitole.

La dernière vidéo a été publiée par le site internet de propagande DPRK Today.

Depuis le quatrième essai nucléaire du Nord le 6 janvier, le climat s’est particulièrement dégradé sur la péninsule, Kim Jong-un menaçant de procéder à de nouveaux essais nucléaires et à des tirs de missiles, en réponse à des manoeuvres militaires entre la Corée du Sud et les États-Unis.

Par ailleurs, l’artillerie de l’Armée populaire de Corée a posé un «ultimatum» samedi à la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, exigeant qu’elle s’excuse après des déclarations à Séoul sur l’opportunité de «décapiter» la direction nord-coréenne.

«Si la traître Park Geun-Hye et sa bande ne répondent pas… l’artillerie de longue portée de l’armée coréenne lancera une action militaire sans merci», assure un communiqué diffusé par l’agence de presse officielle de Corée du Nord KCNA.

Des transfuges nord-coréens s'apprêtent à relâcher des ballons transportant... (Photo Ahn Young-joon, AP) - image 4.0

Des transfuges nord-coréens s’apprêtent à relâcher des ballons transportant des milliers de tracts anti-Kim Jong-un.

PHOTO AHN YOUNG-JOON, AP

Envoi de tracts

De leur côté, des militants sud-coréens ont lancé samedi vers la Corée du Nord des dizaines de milliers de tracts s’en prenant au régime de Pyongyang, une initiative qui risque d’aggraver des tensions déjà exacerbées dans la péninsule.

Park Sang-Hak, un Nord-Coréen devenu militant, et ses amis, ont envoyé 50 000 tracts attachés à trois gros ballons depuis un terrain situé près de la ville de Paju, près de la frontière nord-coréenne, afin de marquer l’anniversaire du torpillage de la corvette sud-coréenne Cheonan en 2010, qui avait causé la mort de 46 marins sud-coréens.

Séoul avait à l’époque accusé Pyongyang de ce drame et interrompu son commerce et ses investissements avec le Nord.

Un des trois ballons lâchés par les militants était relié à une grande banderole portant une image du leader nord-coréen Kim Jong-un souriant, avec en toile de fond un missile en cours d’assemblage et le slogan

«Faites tomber un déluge de feu sur le forcené nucléaire Kim Jong-un».

«Nous prévoyons de lancer au total 10 millions de tracts vers le Nord dans les trois prochains mois pour condamner les essais nucléaires de la Corée du Nord», a expliqué M. Park à la presse.

http://www.lapresse.ca/

L’ONCLE DE KIM JONG-UN A-T-IL ÉTÉ EXÉCUTÉ POUR N’AVOIR PAS APPLAUDI ASSEZ FORT?


Vous avez surement entendu parler de ce président Kim Jong-un qui semble faire la loi pourtant aller contre toute moralité ?Je trouve inquiétant que ce genre de personnage soit en tête d’un pays et a illuminer tout ce qui semble faire ombrage a sa personne qu’ils soient étrangers ou de la famille
Nuage

 

L’ONCLE DE KIM JONG-UN A-T-IL ÉTÉ EXÉCUTÉ POUR N’AVOIR PAS APPLAUDI ASSEZ FORT?

 

Kim Jong-un lors d’une réunion du parti; photo non datée diffusée par l’agence de presse officielle KCNA le 9 décembre 2013. REUTERS/KCNA.

Considéré jusqu’à présent comme le numéro deux du régime nord-coréen, «l’un des hommes les plus craints du régime» souligne Le Monde, l’oncle de Kim Jong-un, Jang Song-thaek, a été condamné à mort par un tribunal militaire spécial et exécuté, jeudi 12 décembre, selon l’agence de presse officielle KCNA.

Comment cette condamnation a-t-elle été prononcée? Que s’est-il passé pour que celui qui fut le menton de Kim Jong-un se transforme en condamné à mort?

Selon NPR, la radio publique américaine, il semble y avoir eu beaucoup d’animosité personnelle entre Kim et son oncle. Kim «pourrait avoir été furieux que son oncle lui ait manqué de respect. (…)

Selon l’agence de presse officielle, Jang avait applaudi « sans enthousiasme » l’élection de Kim au poste de vice-président de la commission militaire centrale du pays».

Dans L’Archipel du Goulag, Soljenitsyne rappelait l’importance des applaudissements en dictature. Il rapportait cette phrase d’un commissaire du régime:

«Ne soyez jamais le premier à vous arrêter d’applaudir».

Il l’avait dite à un homme qui venait d’être arrêté et condamné à dix ans de prison. On avait trouvé divers motifs pour cette condamnation, mais le véritable était qu’à l’issue d’une réunion d’ouvriers après l’adoption d’une motion de fidélité à Staline, et après presque dix minutes d’applaudissements, il avait été le premier à se rasseoir.

Avertissement

 

Kim pourrait aussi avoir voulu se servir de cette exécution que personne n’était à l’abri de ses sanctions, pas même les plus proches…

«un avertissement clair dans le cénacle du pouvoir, précise Le Monde.Personne ne peut porter ombrage à l’autorité du dirigeant suprême, fût-il un de ses proches». Le quotidien ajoute:

«L’élimination de celui qui passait pour être le « numéro 2 » du régime témoigne de la mise à l’écart sans ménagement de la vieille garde, ces personnalités civiles ou militaires qui formaient une sorte de conseil de régence autour de l’héritier. Jang Song-taek l’a été de la manière la plus radicale, lors d’une opération menée par le ministère de la sécurité d’Etat.»

http://www.slate.fr/