Les ânes menacés par la médecine chinoise


Pauvres animaux ! Il y a des médecines traditionnelles que je respecte, car ils sont basés sur des plantes. Mais quand c’est des animaux comme la médecine traditionnelle chinoise, cela devient grotesque. Cette médecine affirme de guérir nombres de maladies et qui pourtant aucune preuve ne peut appuyer leurs dires.
Nuage


Les ânes menacés par la médecine chinoise


© getty.

Un abattage massif qui préoccupe de nombreuses associations…

La gélatine de peau d’âne, ou « ejiao », est abondament utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise. Bien que son efficacité ne soit pas scientifiquement prouvée, elle est prescrite pour soigner les problèmes d’anémie, l’insomnie ou encore l’infertilité. Elle s’obtient en faisant bouillir la peau de l’animal.

Or, la Chine ne possède pas un cheptel suffisamment large pour contenter la demande nationale. Le pays importe donc en masse des ânes d’Afrique et d’Amérique du Sud, au grand dam des défenseurs des animaux, relate NPR, relayé par Slate

Ainsi, en Afrique, ils commencent à manquer dans le travail de la terre:

« Le taux de déclin auquel nous assistons dans les populations d’ânes de certains pays africains est dramatique et insoutenable », dénonce Geoffrey Dennis, directeur général de SPANA, une organisation caritative qui cherche à améliorer le bien-être des animaux de travail dans les communautés pauvres. 

En effet, dans certains pays comme le Burkina Faso, le Mali, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et le Botswana, la population de ces équidés a chuté de 39%. La demande chinoise entraîne également une augmentation des vols d’animaux ensuite vendus à des abattoirs clandestins. 

La résistance s’installe désormais. Face au risque de pénurie, le Niger, en 2016, le Botswana et la Tanzanie, en 2017, ont décidé d’interdire les exportations. eBay a ensuite interdit la vente de l’ejiao sur sa plateforme.

Conséquence cocasse de la demande chinoise, la contrefaçon explose: selon un rapport de l’agence de presse Xinhua, 40% des produits labellisés « ejiao » sont en réalité conçu sans gélatine de peau d’âne. Les principaux concernés ne risquent pas de s’en plaindre…

https://www.7sur7.be/

« L’argent sale » et la résistance aux antibiotiques


Généralement manipuler de l’argent, n’est pas trop dommageable, en autant qu’un se tiennent à une bonne hygiène, car l’argent est un vrai nid de microbe dont la population de bactérie est plus élevée dans un billet que dans la nature. Certaines bactéries peuvent apporter de l’acné,. E.Coli, le C difficile et une résistance aux antibiotiques
Nuage

 

« L’argent sale » et la résistance aux antibiotiques

 

Photo : iStock

Les billets de banque en polymère ne protègent pas uniquement de la contrefaçon. D’une certaine manière, ils nous protègent aussi… des bactéries. Et c’est un avantage important à l’ère des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Les microbes résistent plus longtemps sur le papier-monnaie que sur les billets en plastique. Même si le papier semble peu hospitalier, une bactérie peut facilement y survivre pendant trois semaines et même davantage, si le climat est propice, comme dans une région chaude et humide.

Cette survie des microorganismes sur l’argent en papier peut entraîner plusieurs problèmes, comme le montre une récente étude publiée dans le journal Frontier in Microbiology. En plus de constituer un véritable nid de bactéries, cela peut même contribuer au développement de résistances aux antibiotiques.

Une surface peu recommandable

L’étude a été menée avec des billets de banque de la ville de Hong Kong. Les chercheurs ont sillonné la métropole de 7 millions d’habitants pour y récolter des billets dans 12 hôpitaux et 3 stations de métro.

Ils ont aussi recueilli des échantillons bactériens dans différents milieux aux quatre coins de l’île, afin d’évaluer les types de populations microbiennes qu’on y retrouve. Sans surprise, ils ont constaté que les écosystèmes bactériens changeaient en fonction des régions. Par exemple, les bactéries récoltées dans des sédiments marins étaient très différentes de celles trouvées dans un métro.

Rien à voir avec les résultats obtenus à la surface des billets de banque. Tous les billets abritaient des populations bactériennes semblables, comme si, en circulant d’une personne à l’autre, leur surface constituait une palette de toutes les bactéries de la région.

Les chercheurs ont identifié pas moins de 164 espèces différentes de bactéries. La plus commune est Propionibacterium acnes (4,6 % des espèces), une bactérie qui peut être à l’origine de poussées d’acné chez l’humain. Par ailleurs, on en a retrouvé certaines susceptibles de provoquer des problèmes de santé plus sérieux, comme E. coli (1,96 %) ou C. difficile (0,88 %).

Les bactéries présentant un danger pour la santé étaient cinq fois plus nombreuses sur le papier-monnaie que dans l’environnement. Malgré cela, le risque d’attraper une maladie en manipulant de l’argent demeure négligeable tant qu’une hygiène de base adéquate est maintenue.

Un trafic de gènes

Il existe cependant un autre problème : certaines bactéries peuvent mutuellement se transmettre des gènes pour se défendre contre les antibiotiques, de la même manière qu’on échangerait des technologies entre pays alliés en temps de guerre.

Cette technique se nomme le transfert horizontal de gènes. Les chercheurs ont retrouvé cinq fois plus de gènes de résistance aux antibiotiques dans les bactéries des billets de banque que dans la nature, et le mélange homogène des bactéries augmente de 16 fois le risque que de tels transferts aient lieu.

Ceci dit, tout n’est pas négatif : les chercheurs voudraient aussi se servir de ce vecteur à notre avantage, en surveillant les types de microorganismes à la surface des billets de banque d’une région pour avoir une meilleure idée de ce qu’on pourrait appeler « le microbiote d’une ville ».

En comparant les billets de Hong Kong avec des billets venant du centre de l’Inde, les chercheurs ont noté plusieurs différences, non seulement dans le nombre et le type de bactéries, mais aussi dans les antibiotiques auxquels ces bactéries sont résistantes.

Il y aurait donc une possibilité d’utiliser ces informations pour rapidement faire un bilan des bactéries pathogènes d’une région et évaluer les risques pour la population et les stocks d’antibiotiques.

http://ici.radio-canada.ca

Arnaques : comment les Canadiens se font piéger


De plus en plus des fraudes via internet ou par téléphones se font faisant miroiter beaucoup d’argent, de l’amour ou des menaces pour des revenus non payés auprès du gouvernement. La BBB a fait un palmarès des fraudes au Canada, mais ces mêmes arnaques sont aussi dans d’autres pays. Malheureusement beaucoup se font prendre
Nuage

 

Arnaques : comment les Canadiens se font piéger

 

Des billets canadiens de 50 et 100 $

Des billets canadiens de 50 et 100 $   Photo : CBC

L’organisme Better Business Bureau (BBB) de la Colombie-Britannique a publié le palmarès annuel des 10 principales escroqueries enregistrées dans tout le Canada en 2016. L’arnaque à l’embauche, qui a coûté aux victimes plus de cinq millions de dollars, figure au sommet de la liste.

Radio-Canada avec La Presse canadienne

Bien que la somme d’argent perdue soit loin d’être la plus importante au classement, les fausses campagnes de recrutement ont constitué le plus grand nombre d’escroqueries à travers tout le pays l’année dernière, indique Danielle Primrose, directrice du BBB.

Le principe est simple : un escroc prétend embaucher un candidat par téléphone ou par Internet et lui demande ses informations bancaires afin de pouvoir être payé. Le faux employeur peut ainsi se servir allègrement dans le compte en banque de la victime.

« Les escrocs sont de plus en plus ingénieux, note Danielle Primrose. Ils font remplir tout un tas de papiers et de documents aux victimes pour rendre les choses très similaires aux procédures similaires. Ils vont jusqu’à vous envoyer une prime à la signature qu’ils vous demandent ensuite de rembourser ou de transférer à un autre employé ».

Le plus rentable : la fraude amoureuse

Le stratagème qui s’est avéré être le plus rentable pour les criminels est celui des fraudes amoureuses : 17 millions de dollars dérobés aux Canadiens. Les fraudes envers les Canadiens ont totalisé 91 millions de dollars en 2016, soit près de 30 millions de dollars de plus que l’année précédente, précise le BBB.

Malgré ces chiffres en augmentation, l’organisme affirme que la plupart des arnaques ne sont pas rapportées aux autorités.

« Nous estimons que les 91 millions ne représentent qu’environ 5 % des vraies pertes. Si vous faites le calcul, ça peut porter le chiffre à 1,8 milliard », commente Danielle Primrose qui explique que de nombreuses victimes ont honte ou bien ne savent qu’il est utile de rapporter une fraude.

En 2016, le Bureau de la concurrence et le Centre antifraude du Canada ont reçu près de 90 000 plaintes, comparativement à un peu moins de 70 000 en 2015.

LE PALMARÈS

  1. Les fausses offres d’emploi (5,3 millions $) – Un employeur, que vous n’avez probablement jamais contacté, vous fait miroiter un emploi. Il vous demande de déposer un chèque, en précisant que l’argent vous sera éventuellement retourné. Aucun employeur ne vous fera pareille demande, précise le Bureau de la concurrence.

  2. Les fraudes amoureuses (17 millions $) – Un fraudeur utilise une fausse identité et de fausses photos pour séduire en ligne. Ces arnaqueurs gagnent la confiance des personnes qu’ils rencontrent en ligne, leur font la cour, et ensuite les manipulent pour leur soutirer de l’argent. Souvent, l’arnaqueur prétend qu’il voyage à l’extérieur du pays pour expliquer pourquoi un rendez-vous en personne ne peut avoir lieu. Et pour soutirer des sous, il peut faire valoir, par exemple, qu’un membre de sa famille a besoin de soins médicaux urgents.

  3. Vols d’identité (11 millions $) – Le fraudeur dérobe votre identité de toutes sortes de façons, parfois par piratage informatique et aussi en trouvant des factures et des relevés bancaires dans votre bac à recyclage. Il se sert ensuite de ces précieuses données pour obtenir des cartes de crédit ou louer une propriété. Même les enfants peuvent se faire voler leur identité. Il est recommandé de changer fréquemment les mots de passe.

  4. Un prêt accordé, mais avec des frais payables à l’avance (1,1 million $) – Ces fraudeurs profitent de gens qui ne peuvent obtenir de prêt autrement dans un établissement financier.

  5. Fraudes lors d’achats en ligne (8,6 millions $) Les possibilités sont illimitées selon ce qui est recensé par le Bureau de la concurrence. Produits contrefaits, de faux sites web, des objets achetés qui n’arrivent jamais, des essais gratuits trompeurs ou des cadeaux d’échantillons — avec par la suite des frais mensuels sur les cartes de crédit du consommateur qui a accepté de les recevoir.

  6. Fausses demandes de virement (13 millions $) – Les entreprises sont gravement touchées par le harponnage. Le fraudeur va utiliser l’identité d’un membre de la direction d’une entreprise et demande qu’un virement soit effectué à une fausse adresse de courriel de cette même entreprise. Le consommateur reçoit alors un courriel qui semble légitime et transfère des fonds.

  7. Fraude d’option binaire (7,5 millions $)On vous promet un rendement élevé pour votre argent si vous l’investissez. En fait, il ne s’agit pas d’un investissement, mais d’un pari non réglementé où vous avez une chance sur deux de perdre. Les gains se feront attendre — mais pas les pertes.

  8. Faux gains de loterie (3 millions $)Sans avoir acheté de billet, vous êtes contacté par quelqu’un qui vous annonce que vous avez gagné un gros lot! On vous informe que vous n’avez qu’à payer l’impôt ou des frais d’assurance et la cagnotte est à vous. Souvent, il s’agit d’une importante loterie américaine.

  9. Faux appels de l’Agence du revenu du Canada (4,3 millions $) Un agent vous contacte par courriel ou par téléphone: il vous explique que vous devez de l’argent, parfois menace de lourdes sanctions ou pénalités si l’argent n’est pas immédiatement transmis ou encore demande des renseignements personnels prétextant vouloir vérifier votre identité. L’Agence ne fera jamais de menaces au téléphone et ne vous demandera pas d’informations personnelles par courriel ou par téléphone, précise le Bureau de la concurrence.

  10. Fausses recommandations en ligne et contenu commandité (montant indéterminé) – Les critiques positives et recommandations de produits ou de services sur les médias sociaux ne sont pas toujours véridiques, et souvent sont formulées par des personnes rémunérées dans ce but, est-il indiqué par les partenaires de ce palmarès.

Le Bureau de la Concurrence rappelle que si une offre semble « être trop belle pour être vraie », c’est probablement le cas.

http://ici.radio-canada.ca/

La prison pour avoir triché à un examen?


L’Université de Concordia à Montréal, ne rit pas avec les tricheurs qui se font passer pour un autre. C’est un acte criminel qui est punissable par la loi.
Nuage

 

La prison pour avoir triché à un examen?

 

Un étudiant et son tuteur risquent une amende maximale... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Un étudiant et son tuteur risquent une amende maximale de 5000 $ ou un emprisonnement maximal de six mois, ou les deux, pour avoir triché lors d’un examen à l’Université Concordia.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

 

GABRIELLE DUCHAINE
La Presse

L’Université Concordia a pris les grands moyens pour punir un étudiant tricheur et son complice : appeler la police.

John Karras se serait fait passer pour l'étudiant... (Photo tirée de LinkedIn) - image 1.0

John Karras se serait fait passer pour l’étudiant de Concordia Abdullaziz Emad Almuhaidib, carte d’étudiant à l’appui, à l’examen de ce dernier.

PHOTO TIRÉE DE LINKEDIN

L’homme avait demandé à un autre de passer un examen à sa place. Les voilà tous les deux accusés au criminel. Ils pourraient même se retrouver derrière les barreaux.

Une porte-parole de l’université a refusé de dévoiler dans quel programme l’étudiant est inscrit ou de commenter le dossier de quelque manière que ce soit parce que l’affaire est maintenant devant la cour.

Selon des documents judiciaires consultés par La Presse, le 27 avril dernier, alors que la fin de la session universitaire arrivait à grands pas, l’étudiant aurait demandé à un tuteur de passer un examen à sa place.

FONDATEUR DE MONTREAL TUTORING

Le tuteur en question, John Karras, se présente sur l’internet comme le fondateur de Montreal Tutoring, une entreprise qui offre des cours privés ou de groupe aux étudiants de Concordia et de la John Molson School of Business, affiliée à l’université. M. Karras ne nous a pas rappelée.

Selon la police, il se serait fait passer pour l’étudiant Abdullaziz Emad Almuhaidib, carte d’étudiant à l’appui, à l’examen de ce dernier. Le duo s’est fait prendre.

Plutôt que de simplement sanctionner ou renvoyer son étudiant, comme le prévoit son règlement, Concordia a alerté la police. 

Pourquoi une telle mesure ? L’université ne veut pas commenter ce cas précis.

« Cependant, nous sommes toujours vigilants en ce qui concerne les questions d’intégrité académique. Lorsque nous croyons qu’il y a eu des activités criminelles sur le campus et que nous croyons qu’il est dans l’intérêt de la communauté de le faire, nous communiquons avec les autorités locales qui interviennent au besoin », note la porte-parole Cléa Desjardins.

Karras et Almuhaidib ont été arrêtés et accusés, le premier de complot, de fraude à l’identité, d’avoir représenté faussement un autre à un examen et d’avoir utilisé un document contrefait, le deuxième de complot et d’avoir bénéficié du fait qu’un autre le représente faussement à un examen.

Ils risquent une amende maximale de 5000 $ ou un emprisonnement maximal de six mois, ou les deux.

CE QUE DIT LA LOI

Saviez-vous qu’au Canada, certaines formes de plagiat sont punissables en vertu du Code criminel ? Il est notamment illégal de représenter faussement un autre à un examen. C’est l’article 404. Il dit :

« Est coupable d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire quiconque, faussement, avec l’intention d’acquérir un avantage pour lui-même ou pour une autre personne, se fait passer pour un candidat à un examen de concours ou d’aptitudes tenu en vertu de la loi ou relativement à une université, un collège ou une école, ou sciemment tire parti du résultat de cette supposition de personne. »

http://www.lapresse.ca/

Saisie record d’aliments dangereux dans 57 pays


Quand on est rendu à faire de la contrefaçon d’aliments ou vendre des aliments frelatés, c’est descendre très bas dans l’idiotie humaine.
Nuage

Saisie record d’aliments dangereux dans 57 pays

Saisie record d'aliments dangereux dans 57 pays

Plus de 10 000 tonnes de nourriture ont été saisies.Photo Fotolia

Intestins de poulet au formol, olives recouvertes de sulfate de cuivre, viande de singe: plus de 10 000 tonnes de nourriture frelatée ou contrefaite ont été saisies dans 57 pays lors d’une opération menée conjointement par Interpol et Europol.

Cette opération baptisée «Opson V» constitue un record en quantité de matières saisies, a annoncé mercredi l’organisation policière internationale dans un communiqué. L’an dernier, «Opson IV» avait permis de saisir 2500 tonnes d’aliments contrefaits.

Plusieurs arrestations ont été menées à travers le monde et des enquêtes se poursuivent, ajoute Interpol, sans en préciser le nombre.

Près de neuf tonnes de sucre contaminé par des engrais ont ainsi été saisis à Khartoum, au Soudan. En Italie, la police a mis la main sur 85 tonnes d’olives «repeintes» par une solution de sulfate de cuivre afin d’embellir leur aspect, relate Interpol, dont le siège est à Lyon, en France.

En Thaïlande, la police a pu remonter une filière lors de l’arrestation d’une personne qui transportait quatre tonnes de viande importées illégalement d’Inde. Les enquêteurs ont pu ensuite détruire plus de 30 tonnes de viandes de bœuf et buffle impropre à la consommation qui étaient destinées à être vendues dans des supermarchés.

DES OPÉRATIONS DEPUIS 2011

Les douanes de l’aéroport de Zaventem, en Belgique, ont découvert plusieurs kilogrammes de viande de singe, tandis qu’en France plusieurs kilos de criquets et chenilles ont été saisis.

Parmi les nombreux exemples cités dans le communiqué, Interpol relate la saisie, en Indonésie, de 70 kg d’intestins de poulet conservés dans du formol, normalement interdit dans les additifs alimentaires.

Lancées pour la première fois en 2011, les opérations «Opson» ont évolué jusqu’à impliquer progressivement une soixantaine de pays dans le monde entier.

«La nourriture et les boissons frelatées et de mauvaise qualité sont une menace réelle pour la santé et la sécurité», a commenté Michael Ellis, chef de l’unité dédiée à la lutte contre le trafic de marchandises illicites au sein d’Interpol, cité dans le communiqué.

http://fr.canoe.ca/

Musée chinois : Un employé remplaçait les oeuvres par ses propres copies


Hiiiiiiiii des employés comme ça, ce n’est pas très rassurant sur la qualité des objets présentés surtout dans un musée et encore plus quand les copies sont remplacées à l’insu de tous par d’autres copies. Mais la Chine est reconnu pour ses contrefaçons en tous genre
Nuage

 

Musée chinois : Un employé remplaçait les oeuvres par ses propres copies

Un employé remplaçait les oeuvres par ses propres copies

Crédit photo : Archives Agence France-Presse

Oeuvres du peintre Qi Baishi

Un employé chargé de la conservation des peintures dans un musée du sud de la Chine a volé 143 oeuvres d’art, les remplaçantpar des copies réalisées par sa propre main, avant de se rendre compte un jour que ses contrefaçons étaient elles-mêmes remplacées par d’autres copies.

Xiao Yuan, archiviste en chef de l’Académie des beaux-arts de Canton, a livré cette étonnante confession devant un tribunal qui l’accuse d’avoir réalisé 35 millions de bénéfice (5,15 millions d’euros) en revendant les toiles originales.

Parmi les artistes copiés et revendus par M. Xiao figurent le peintre Qi Baishi (1864-1957), dont le prix des oeuvres flirte avec lesmontants atteints par Picasso ou Andy Warhol.

Le faussaire, qui réalisait lui-même des peintures sur toile ou des calligraphies, a vendu 125 oeuvres aux enchères, les policiers en saisissant 18 autres à son domicile.

L’homme de 57 ans a affirmé au tribunal qu’il n’était pas le seul à agir ainsi dans le musée.

«Durant l’enquête, les policiers m’ont montré des photos de mes copies et j’ai réalisé que certaines avaient été remplacées, car la qualité du travail de ces gens était très médiocre», a-t-il expliqué devant les juges, selon une séquence vidéo du procès rendue publique.

La maison de vente aux enchères China Guardian, deuxième plus importante de Chine, a confirmé à l’AFP compter parmi ses sources Xiao Yuan et avoir lancé des investigations sur les oeuvres vendues par son intermédiaire.

Les scandales liés aux contrefaçons sont courants dans le marché de l’art et les musées chinois.

En 2013, les autorités de la province du Hebei (nord) avaient ainsi ordonné la fermeture d’un musée rempli d’objets contrefaits, dont un vase orné d’une pieuvre hilare prétendument daté de la dynastie Qing (1644-1911).

http://tvanouvelles.ca/

Plus de 20 millions de faux médicaments saisis


C’est un beau coup, que les autorités de divers pays ont fait avec cette saisie de contre-façon. Je ne comprends pas qu’on veuille acheter des médicaments par internet sans pouvoir vérifier l’authenticité du médicament
Nuage

 

Plus de 20 millions de faux médicaments saisis

 

Plus de 20 millions de faux médicaments saisis

L’opération «Pangea VIII» a été menée entre le 9 et le 16 juin. Photo Fotolia

Plus de 20 millions de médicaments contrefaits ont été saisis en juin lors d’une vaste opération policière impliquant 115 pays, a annoncé Interpol jeudi, après plusieurs opérations similaires les années précédentes.

Menée entre le 9 et le 16 juin, l’opération «Pangea VIII» a permis l’arrestation de 156 personnes à travers le monde et la saisie de 20,7 millions de médicaments contrefaits d’une valeur estimée à 81 millions de dollars, a précisé l’organisation internationale de coopération policière, basée à Lyon, en France, dans un communiqué.

Les saisies record de «Pangea VIII», qui visait notamment la vente de ces faux médicaments via des officines illégales sur internet, représentent plus du double de celles réalisées en 2013 lors d’une précédente opération. L’action des différentes polices mondiales a permis la suspension de 550 publicités en ligne pour des produits pharmaceutiques illégaux et la fermeture de 2414 sites internet.

À côté de ces actions sur internet qui ont également permis de démanteler des systèmes de paiement électroniques et de livraison, des perquisitions sur le terrain ont abouti à la découverte d’entrepôts remplis de médicaments contrefaits ou périmés, par exemple en Indonésie où ces produits étaient destinés à approvisionner les rayonnages de pharmacie.

Ailleurs, les policiers ont mis la main sur des faux médicaments contre l’hypertension artérielle, pour soigner les troubles de l’érection, le cancer ou des compléments alimentaires.

«Acheter des médicaments sur des sites internet non-réglementés peut être risqué – vous jouez avec votre santé», a mis en garde l’un des responsables de l’agence du médicament britannique, Alastair Jeffrey, cité dans le communiqué d’Interpol.

La collaboration internationale entre le Canada, la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, Interpol et des acteurs du secteur privé, comme le fournisseur d’accès à internet Google, a permis la fermeture de deux noms de domaine vendant un produit de régime illicite et potentiellement mortel, le 2,4 dinitrophenol (autrement appelé DNP), célèbre chez les adeptes du culturisme et des régimes.

À la demande des autorités françaises, Interpol avait lancé une alerte en mai, via une «notice orange», sur les dangers de cette substance qui a provoqué la mort d’une femme au Royaume-Uni et a rendu un homme gravement malade en France après avoir acheté ce produit sur internet.

http://fr.canoe.ca/