Ils découvrent un conservateur naturel plus efficace que les conservateurs chimiques !


Un conservateur naturel pour les aliments qui serait meilleur que les conservateurs chimiques ? Il semble que cela soit possible et donc moins dommageable sur la santé.
Nuage

 

Ils découvrent un conservateur naturel plus efficace que les conservateurs chimiques !

 

 

jus d'orange

Crédits : PxHere

par Yohan Demeure

Une équipe de chercheurs basée à Singapour a mis en évidence les propriétés des flavonoïdes (pigments végétaux) afin d’améliorer naturellement la durée de conservation des aliments. Or il s’avère que ce moyen naturel est plus efficace que les méthodes chimiques !

Pouvez-vous imaginer un seul instant que les conservateurs chimiques puissent devenir obsolètes afin de faire durer les produits alimentaires plus longtemps ?

Il s’agit justement de l’objectif que se sont donné des chercheurs de la Nanyang Technological University (Singapour), qui pensent tenir une piste très sérieuse. Selon un communiqué de l’établissement publié le 16 août 2018, les scientifiques estiment avoir trouvé un conservateur aux performances inégalables et surtout, naturel : les flavonoïdes. Ceux-ci sont des métabolites secondaires des plantes présents naturellement dans les fruits et légumes, et font office d’antioxydants.

Utilisés pour conserver la nourriture, ces flavonoïdes seraient – selon les chercheurs – plus efficaces que les conservateurs chimiques. Ces recherches, qui feront l’objet d’une publication dans la revue Food Chemistry en janvier 2019, sont plutôt une bonne nouvelle dans le paysage alimentaire actuel. En effet, les conservateurs chimiques sont présents un peu partout, comme c’est le cas des nitrates de sodium et autres nitrites, dont l’impact négatif sur la santé est fortement soupçonné.

Les scientifiques ont testé les flavonoïdes afin de montrer leur efficacité, notamment à température ambiante (sans réfrigération) sur de la viande et des jus de fruits. Les résultats ont montré que la nourriture enrichie en flavonoïdes pouvait être consommée durant deux jours à température ambiante, contre seulement 6 heures dans le cas des conservateurs artificiels ! Par ailleurs, les scientifiques ont indiqué que la méthode pourrait également s’appliquer dans la conservation des médicaments et autres cosmétiques.

Sources : Science DailyChannel NewsAsiaConsoGlobe

https://sciencepost.fr/

Le Saviez-Vous ► Voici pourquoi les Nord-Américains mettent leurs oeufs au réfrigérateur et pas les Européens


Avec les échanges sur Internet, on apprend que les Européens gardent leurs oeufs à la température ambiante. Peut-on faire la même chose en Amérique du Nord ? Pas vraiment, pour la bonne simple raison, avant d’être mise sur le marché, il y a des techniques différentes entre l’Europe et l’Amérique du Nord pour éviter la salmonellose
Nuage

 

Voici pourquoi les Nord-Américains mettent leurs oeufs au réfrigérateur et pas les Européens

 

Voici pourquoi les Nord-Américains mettent leurs oeufs au réfrigérateur et pas les Européens

LIGHTFIELD STUDIOS / SHUTTERSTOCK

L’essentiel est d’isoler les bactéries dangereuses. Mais le frigo est-il absolument nécessaire ? Pas d’après les Européens.

PAR ALEXA ERICKSON

En Amérique du Nord, on met traditionnellement presque tout au frigo et même des aliments qui devraient être conservés sur le comptoir de la cuisine ou dans le garde-manger. Et c’est là qu’on apprend cette chose invraisemblable : les Européens gardent leurs œufs sur le comptoir ! Ils sont absolument contre leur réfrigération. Qui a raison ? Il semble qu’on se trouve devant deux approches différentes d’un même mal.  Pour en apprendre sur la conservation des aliments: Les meilleurs trucs pour bien conserver ses aliments

Au cœur de l’enjeu se trouve la salmonellose, l’une des causes d’intoxication alimentaire les plus courantes. Elle couve dans les élevages avicoles et se retrouve sur les coquilles par contamination avec la saleté et les excréments. Mais le danger s’accroît lorsque la bactérie se trouve dans l’œuf après une infection bactérienne des ovaires de la poule. Pour mettre fin à ce problème, les Américains ont instauré dans les années 70 une nouvelle technique de nettoyage des œufs au savon et à l’eau très chaude après la ponte. Cette douche bouillante élimine bien toute trace de salmonelle, mais décape également l’œuf de sa fine couche protectrice appelée cuticule. Cette perte le prive de sa réserve d’eau et d’oxygène, ainsi que de sa protection contre les bactéries nuisibles. D’où la réfrigération pour prévenir l’infection.

Les experts européens en sécurité alimentaire, de leur côté, ont fait un autre choix : la préservation de la cuticule, l’interdiction aux producteurs de laver les œufs et de les réfrigérer (pour éviter la moisissure et la contamination bactérienne d’œufs mouillés remis à température ambiante). Ils ont mis en place un programme efficace de vaccination des poules contre la salmonelle. Ainsi, la quantité d’empoisonnements alimentaires liés aux œufs en Grande-Bretagne en 2000 était de 14 000 cas pour 8000 aujourd’hui, après le déploiement extensif de mesures préventives. Aux États-Unis, on compte 79 000 cas pour une population nettement supérieure.

Les deux approches ont toutes deux leurs défauts et leurs mérites. On sait que les œufs se conservent plus longtemps au frigo, soit 50 jours, plutôt que 21 sur le comptoir. Cependant, ils absorbent des odeurs et des goûts provenant des aliments voisins. Les adeptes du comptoir affirment que leurs œufs ont nettement meilleur goût. Mais des œufs conservés dans leur boîte au frigo sans autre aliment odoriférant ne subissent pas d’altération du goût. Et pour certains chefs, les œufs destinés à la pâtisserie devraient toujours être à température ambiante. Ce qui peut expliquer cette exigence dans certaines recettes.

Si vous choisissez de conserver vos œufs hors du frigo, commencez par en discuter avec des producteurs avicoles au marché fermier du coin. Vous pourriez alors trouver des œufs non lavés et non réfrigérés avec une cuticule intacte, ce qui vous permettrait de les conserver sur le comptoir. Essayez de voir la différence. Mais soyez conséquent : un œuf non lavé qui a fait un passage au frigo doit y rester jusqu’au moment où il sera consommé.

http://selection.readersdigest.ca