C’est le résultat quand on ne lave pas sa taie d’oreiller depuis cinq ans


Comment peut-on ne pas laver sa taie d’oreiller pendant 5 ans ? Avec tout est microscopique qui circule dans notre lit, c’est épouvantable. Ouach !!! Un petit conseil en passant pour l’oreiller. Tous les oreillers ne se lavent pas à la machine à laver, on peut toujours mettre l’oreiller dans le congélateur pendant 24 heures et les acariens n’y résistent pas. Personnellement, je les met dans un sac, car même s’ils sont microscopiques, cela me dégoute beaucoup
Nuage

 

C’est le résultat quand on ne lave pas sa taie d’oreiller depuis cinq ans

 

La raison? Xu n’avait pas lavé sa taie d’oreiller depuis cinq ans. Le diagnostic a été double pour elle: une blépharite et une conjonctivite. © Oriental Daily.

Christophe Da Silva

Selon Shape Magazine, une Chinoise a retrouvé des centaines de mites dans ses cils.

Si vous passez bientôt à table, cette information insolite n’est pas pour vous. Xu, une femme originaire d’Hubei en Chine, a retrouvé des mites dans ses cils. Elle avait environ dix acariens sur chaque cil, soit des centaines au total.

Les médecins n’en ont pas cru leurs yeux. Xu a expliqué au personnel de l’hôpital que ses yeux la démangeaient depuis presque deux ans. Selon Shape Magazine, elle ne s’était pas aperçue des pellicules blanches formées par les centaines de mites qui s’étaient déposées sur ses cils.

Une blépharite et une conjonctivite

La raison? Xu n’avait pas lavé sa taie d’oreiller depuis cinq ans. Le diagnostic a été double pour elle: une blépharite et une conjonctivite.

La blépharite est une inflammation des paupières et des cils. Généralement sans gravité, elle touche aussi bien les enfants que les adultes. Elle n’est pas contagieuse et n’entraîne pas de dommages oculaires permanents, mais elle peut être très invalidante. La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive, membrane qui recouvre la face interne des paupières et des globes oculaires. Elle est provoquée par une infection bactérienne ou virale ou par une allergie.

http://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► 7 maladies des yeux que vous devriez connaître


Il est important de faire vérifier nos yeux pour prévenir des problèmes de visions, des infections ou quand on est atteint du diabète
Nuage

 

7 maladies des yeux que vous devriez connaître

 

Cataracte

La cataracte consiste en une opacité du cristallin, lentille située à l’intérieur du globe oculaire, ou de sa capsule. Sans douleur, cette maladie n’en progresse pas moins, conduisant à une vision floue, un changement dans la perception des couleurs et à la myopie.

Une fois apparue, la cataracte est permanente. Cependant, il est possible de rétablir la vision en enlevant le contenu opaque de la cristalloïde, ou capsule du cristallin, qui redevient transparente. Si la cataracte n’est pas traitée, elle risque, au bout de plusieurs années, de causer la rupture de la capsule, entraînant le glaucome, ou inflammation de l’œil interne. Autrefois commun, ce problème est aujourd’hui rare grâce aux avancées dans le traitement de la cataracte.

Crédit photo: Thinkstockphotos.ca/iStockphoto

Conjonctivite

La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive. Elle peut provoquer des démangeaisons, des douleurs, une gêne et des picotements. De plus, les rougeurs et la présence de pus dans l’œil ne sont pas vraiment esthétiques. Cette inflammation des muqueuses qui bordent les paupières est généralement bénigne, mais elle peut avoir des conséquences sur la vue ou se propager si une bactérie ou un virus sont responsables. Il est important de consulter un médecin, qui vous prescrira des gouttes oculaires antibiotiques si vous souffrez d’une infection bactérienne. En attendant, vous pouvez prendre des mesures pour soulager les démangeaisons et contrôler la formation des croûtes.

L’hygiène est capitale. Nettoyez les écoulements dus à l’inflammation plusieurs fois par jour à l’aide d’un coton ou d’une compresse imbibés de sérum physiologique.

Décollement rétinien

La rétine est la couche intérieure de l’arrière du globe oculaire. Elle transforme la lumière en signaux que le cerveau utilise pour former les images. Le décollement rétinien se produit lorsque la rétine se décolle du mur arrière de l’œil. Le docteur David Maberley, professeur en ophtalmologie à l’Université de Colombie-Britannique, explique qu’avec le vieillissement, le vitré gélatineux qui couvre l’arrière de l’œil peut se contracter.

«Les recherches démontrent que les changements hormonaux peuvent provoquer l’affaissement du vitré.»

 Si l’affaissement se produit brusquement, la rétine peut se déchirer. Du liquide provenant du vitré gélatineux peut passer par le trou ou la déchirure, soulever la rétine et la décoller de la surface arrière de l’œil.

Chaque année, une personne sur 10 000 souffre de décollement rétinien, plutôt chez les hommes que les femmes et généralement après 40 ans. Le risque est plus élevé si vous êtes myope ou si vous avez été opéré pour des cataractes. Un coup sur un œil peut aussi faire décoller la rétine.

Glaucome

Le glaucome survient lorsque, en raison d’une pression intraoculaire (pression des liquides dans le globe oculaire) élevée, le sang n’alimente plus le nerf optique, qui se détériore. Des taches aveugles, une vision floue, une mauvaise vision périphérique et, parfois, des céphalées apparaissent à mesure que les lésions progressent.

L’œil possède deux chambres remplies de liquide. Le nerf optique est situé dans la rétine, derrière la chambre postérieure, qui est remplie d’un liquide gélatineux portant le nom de «humeur vitreuse». La chambre antérieure est remplie d’un autre liquide, l’humeur aqueuse. Normalement, l’œil produit continuellement de l’humeur aqueuse et l’évacue par une issue (ou angle) située entre l’iris et la cornée. En cas de glaucome, l’humeur aqueuse s’accumule dans la chambre antérieure, exerçant une pression sur la chambre postérieure et le nerf optique. L’accumulation est causée par une surproduction de liquide ou par une évacuation déficiente.

Apprenez-en plus sur le glaucome.

Dégénérescence maculaire

La macule, qui a en gros la taille d’une gomme de crayon, occupe le centre de la rétine de l’œil. Malgré sa petite taille, elle joue un rôle de premier plan dans la vision centrale; c’est à elle qu’on doit la netteté et la haute définition qui permettent de lire, de conduire, de reconnaître les visages et de distinguer les fins détails. En cas de dégénérescence maculaire, on assiste à une détérioration irréversible de la macule. La vue est alors trouble. Une tache aveugle peut se développer au centre du champ visuel rendant difficile, voire impossible, des activités telles que la lecture et l’écriture. Par contre, la vision périphérique n’est pas touchée.

On ne sait pas ce qui cause la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMA), mais certains estiment qu’environ le quart des personnes âgées de plus de 65 ans et le tiers de celles qui ont plus de 80 ans en souffrent. Dans près de 90% des cas, il s’agit de la forme sèche (non exsudative ou atrophique): les cellules de la macule sensibles à la lumière se dégradent lentement et des drusen, petites excroissances jaunes composées d’un dépôt graisseux, apparaissent. La DMA sèche est la moins grave des deux formes, évoluant lentement et se stabilisant parfois pendant un certain temps. Vous pourriez même ne pas vous rendre compte que votre vue a baissé, particulièrement si un seul de vos yeux est atteint, l’autre compensant la perte.

Poches sous les yeuxPhoto prise par: lipoptoses

Vous vous demandez ce qui provoque les cernes et les poches sous vos yeux? Voici une énumération des causes de ce phénomène.

Eh oui, ce n’est pas votre nuit agitée qui vous fait ce matin des yeux de panda. C’est un héritage que vous ont transmis vos parents et vos grands-parents.

La peau des paupières est quatre fois plus fine que celle du reste de notre corps. Or l’eau a tendance à s’accumuler dans les zones les plus délicates. Qu’est-ce qui occasionne la rétention d’eau? Parmi les coupables, dénonçons: les drogues, les problèmes rénaux ou hépatiques, la surconsommation de sel et, très souvent, les allergies. Ce sont les produits cosmétiques – surtout le mascara et le ligneur – qui fournissent le plus de travail aux dermatologues et aux allergologues.

Diabète et perte de vision

Le diabète peut provoquer une obstruction ou une croissance anormale des vaisseaux sanguins de la rétine. Ces perturbations peuvent provoquer des problèmes de vision et même la cécité. Les diabétiques sont plus à risque de contracter des maladies graves aux yeux, comme des cataractes et du glaucome.

Pour diminuer les risques: passez un examen annuel de la vue. Lorsque c’est le cas, mentionnez à votre médecin que des taches bizarres ou des points troubles sont apparus. Et, vous le saviez déjà, maintenez votre taux de glucide sanguin à un niveau normal.

http://selection.readersdigest.ca/

Gare aux pièges de l’été


Nous n’avons peut-être pas eu de printemps, mais l’été est moins pire et certaines journées sont très chaudes et humides.. Ce qui par contre est malheureux, c’est d’avoir des soucis de santé qui arriver souvent pendant la saison estivale, que ce soit l’intoxication alimentaire, les piqûres d’insecte, l’herbe à pouce et encore bien d’autres maux, savoir les symptômes et surtout comment les éviter les pièges de l’été permet de mieux passer les dernières  semaines de vacances
Nuage

 

Gare aux pièges de l’été

 

La chaleur peut être responsable d'une multitude de... (PHOTO MASTERFILE)

La chaleur peut être responsable d’une multitude de malaises et maladies. Il faut donc demeurer attentif aux différents symptômes.

PHOTO MASTERFILE

 

MÉLISSA PROULX

Collaboration spéciale

La Presse

Comment traiter et, surtout, comment prévenir les problèmes de santé qui nous font la vie dure durant la belle saison ? Le Dr Laurent Vanier, médecin d’urgence à l’hôpital Charles-LeMoyne et à la superclinique Azur, explique les bons gestes à faire pour passer un été en toute quiétude.

Intoxications alimentaires

« Le premier coupable de la hausse des intoxications alimentaires durant l’été, c’est le barbecue. Les gens ont tendance à laisser leurs viandes ou condiments trop longtemps à la température ambiante, et il y a de nombreuses contaminations croisées au contact d’instruments ayant servi à manipuler la viande crue. »

Comment les traiter ?? 

« Les désordres gastro-intestinaux peuvent durer d’un à dix jours. Il n’est généralement pas nécessaire de consulter un médecin, sauf si l’état général est trop affecté, s’il y a persistance des symptômes ou présence de sang dans les selles. Sinon, il s’agit simplement de se garder bien hydraté. »

Comment les prévenir ? 

« Garder les aliments au frais aussi longtemps que possible. S’assurer que la viande est bien décongelée avant de la faire cuire. Éviter la contamination croisée. »

Pour distinguer les différentes intoxications alimentaires: https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/intoxication-alimentaire.html

Otite externe (du baigneur)

« Cette infection de l’oreille est causée par l’eau qui stagne dans le canal auditif externe en raison des baignades. Après un certain moment, les bactéries prolifèrent et créent l’infection. On la reconnaît par la douleur causée par le déplacement de l’oreille et parfois par la présence de pus. »

Comment la traiter ? 

« Des gouttes conseillées par le pharmacien suffisent la majorité du temps. Or, lorsque l’infection est bien installée, il faut consulter un médecin pour obtenir des gouttes antibiotiques plus ajustées. Dans un endroit isolé, on peut mettre quelques gouttes de vinaigre quatre fois par jour pour dépanner. »

Comment la prévenir ? 

« Assécher le canal après chaque baignade à l’aide d’une serviette ou d’un séchoir à main pour les personnes susceptibles de faire des otites à répétition. »

Plus d’information sur l’otite externe aiguë: http://www.cps.ca/fr/documents/position/otite-externe-aigue

Réactions aux herbes

« Le pollen de l’herbe à poux affecte les personnes allergiques vers la fin de l’été avec des symptômes de rhinite, conjonctivite ou asthme allergique. Dans le cas de l’herbe à puce et de la berce du Caucase, le contact direct avec la plante cause des lésions douloureuses sur la peau qui s’apparentent à une brûlure au deuxième degré. »

Comment les traiter ? 

« Après un contact avec l’une de ces deux plantes, laver abondamment la région affectée avec un savon gras et laver ses vêtements. Sur les lésions, on peut appliquer un baume de crème hydratante ou antibiotique offert en vente libre. Si les symptômes sont importants, on consulte un médecin, car un traitement antibiotique peut être indiqué. »

Comment les prévenir ? « Savoir reconnaître les plantes et les éviter. »

Reconnaître et limiter l’herbe à poux: http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/reconnaitre-et-limiter-l-herbe-a-poux/

Reconnaître et éliminer l’herbe à puce: http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/reconnaitre-et-eliminer-l-herbe-a-la-puce/

Brûlures causées par la berce du Caucase: http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/brulures-causees-par-la-berce-du-caucase/

Maladies liées à la chaleur

« Il existe tout un spectre de maladies liées à la chaleur dont les atteintes peuvent aller de mineures à sévères. Les crampes de chaleur et l’oedème de chaleur se caractérisent respectivement par des douleurs ou de l’enflure dans les membres inférieurs. Il y a également la syncope de chaleur qui est une perte de conscience brève. Ensuite, l’épuisement par la chaleur entraîne des symptômes de fatigue, de maux de tête, de nausée et de douleurs musculaires. L’atteinte la plus sévère, l’AVC de chaleur (coup de chaleur), avec ses symptômes de confusion, de perte de conscience et de paralysie, nécessite l’hospitalisation, peut avoir des conséquences neurologiques et même causer la mort. »

Comment les traiter et les prévenir ? 

« Demeurer à l’affût des symptômes, savoir s’arrêter, se mettre au frais lorsque possible et s’hydrater. À noter que l’usage de certains médicaments comme des décongestionnants et des antihypertenseurs augmente les risques de réactions à la chaleur. »

Pour plus d’information sur la chaleur accablante et extrême: http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/prevenir-les-effets-de-la-chaleur-accablante-et-extreme/

Réactions aux piqûres d’insectes

« La plupart des réactions aux piqûres d’insectes disparaissent au bout d’une à deux journées. Or, si une rougeur persiste, réapparaît ou se propage de façon significative, il peut s’agir d’une surinfection. »Comment les traiter ? « Lorsqu’il y a progression d’une infection, il faut consulter, car un traitement antibiotique oral peut être nécessaire. »

Comment les prévenir ? 

« Après une piqûre de guêpe ou d’abeille, il faut veiller à retirer le dard s’il est resté coincé. Ensuite, je conseille d’appliquer de la glace ou une crème antihistaminique pour soulager la douleur et éviter la propagation du venin. »

Pour plus d’information sur les piqûres de moustiques et de tiques: http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/se-proteger-des-piqures-de-moustiques/

Maladie de Lyme

« Le premier symptôme de cette infection bactérienne transmise par une tique infectée est une lésion cutanée rouge circulaire (dans 80 % des cas). Ensuite, il peut y avoir des maux de tête, une raideur à la nuque, de la confusion, des douleurs musculaires. La maladie non traitée peut entraîner des complications neurologiques, articulaires ou cardiaques. »

Comment la traiter ? 

« La tique met 24 heures pour transmettre la maladie, alors si on la retire à temps, les risques de transmission sont presque nuls. En haut de cette période de 24 heures, il faut consulter un médecin pour recevoir une dose d’antibiotique prophylactique. Un traitement prolongé est indiqué dès l’apparition des symptômes de la maladie. »

Comment la prévenir ? 

« Il faut porter des vêtements longs si on s’aventure dans les herbes hautes ou les boisés. Surtout, il faut être en mesure de voir la tique qui s’est accrochée, alors on inspecte ses membres inférieurs lorsqu’on visite une zone à risque. »

Retrait d’une tique en cas de piqûre: http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/retrait-de-la-tique-en-cas-de-piqure/

Carte et liste des municipalités à risque d’acquisition de la maladie de Lyme, 2017: https://www.inspq.qc.ca/zoonoses/maladie-de-lyme

http://www.lapresse.ca/

COP21 :le changement climatique, un « accélérateur » d’allergies


On s’aperçoit qu’il y a plus d’allergies qu’avant. Il y a le pollen en cause, mais aussi l’activité humaine et les changements climatiques
Nuage

 

COP21 :le changement climatique, un « accélérateur » d’allergies

 

©Phovoir

©Phovoir

La pollution – intérieure comme extérieure – est considérée comme l’un des principaux facteurs de risque allergique. Composée entre autres de fortes concentrations de pollens, cette même pollution est accentuée par le réchauffement planétaire. Explications, à l’occasion de la COP21 qui se déroule à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

« Entre 12% et 45% des problèmes allergiques, seraient causés par le pollen », indique l’INSERM.

Leur nombre est d’ailleurs en constante augmentation. En France, ils ont même triplé en 20 ans, touchant près de 20% des adolescents et plus de 30% des adultes. L’allergie au pollen se manifeste par des rhinites et des conjonctivites, parfois avec une toux et respiration sifflante, des eczémas et des urticaires. La forme la plus sévère est la crise d’asthme.

Chaleur et ozone mènent au pollen

Les émissions dudit pollen, son transport et ses dépôts sont étroitement liés aux conditions climatiques.

« On peut donc s’attendre à ce que les conséquences du changement climatique (augmentation de la température, modification des précipitations, augmentation de la concentration en CO2 atmosphérique) modifient sensiblement les problèmes d’allergie liés au pollen », estime l’INSERM.

Un exemple est particulièrement évocateur : il s’agit de l’ambroisie. Cette plante originaire d’Amérique du Nord, a déjà colonisé la Bourgogne, l’Auvergne et la région Rhône Alpes. Son pollen est très allergisant et provoque des rhinites, conjonctivites, trachéites voire des crises d’asthme sévères.

« Selon une étude récente, la concentration dans l’air du pollen d’ambroisie pourrait quadrupler en Europe à l’horizon 2050. Le changement climatique serait responsable des deux tiers de cette augmentation. Les activités humaines favorisant la colonisation de la plante sont aussi en cause », poursuit l’INSERM.

Autre effet du changement climatique en matière d’allergènes : l’ozone.

« Les températures élevées, comme celles rencontrées lors des canicules, favorisent sa formation. Les effets de l’ozone sur la santé humaine sont liés à son pouvoir oxydant et inflammatoire », explique l’INSERM. Ainsi, « le gaz pénètre facilement jusqu’aux voies respiratoires les plus fines et favorise le passage d’autres allergènes ou polluants. Les effets les plus immédiats (irritation, inflammation des yeux, de la gorge, du nez et des bronches, toux) conduisent à une diminution de la fonction respiratoire, une augmentation de la susceptibilité aux infections et une fatigue cardiaque. »

  • Source : INSERM, décembre 2015

https://destinationsante.com/

Herpès oculaire : quels symptômes ?


L’herpès est un virus très contagieux et une personne peut elle-même se contaminer les yeux et sans soin, l’état de l’oeil s’aggrave,
Nuage

 

Herpès oculaire : quels symptômes ?

 

L’herpès est un virus bien connu pour provoquer le fameux bouton de fièvre (herpès labial) ou encore pour toucher les parties génitales (herpès génital).

Mais il peut aussi atteindre les yeux. On parle alors d’herpès oculaire ou d‘herpès ophtalmique.

Le point sur cette affection herpétique qui, non soignée précocement, peut être très grave…

L’herpès, un virus très contagieux

 

Chez une personne infectée par l’herpès, le virus est non seulement présent dans les vésicules au niveau des lésions, mais également dans la salive. Donc si l’on porte des lentilles de contact, raison de plus de ne surtout pas les humidifier avec sa salive !

L’herpès est un virus très contagieux.

Il se transmet par contact direct avec la peau ou les muqueuses d’une personne infectée. Mais on peut également se l’auto-inoculer dans l’œil, par exemple en se frottant les yeux après avoir touché une lésion infectée (un bouton de fièvre par exemple…).

Enfin, lors de l’accouchement, une mère qui présente un herpès génital peut le transmettre à son bébé qui développera une infection oculaire.

Quels sont les symptômes de l’herpès oculaire ?

 

L’herpès oculaire (HSV1 ou Herpes simplex virus de type 1) est fréquent : chaque année 60.000 Français sont touchés.

Les premiers signes ressemblent à une conjonctivite (mais contrairement aux conjonctivites virales ou allergiques, seul un œil est atteint) :

  • œil rouge,
  • sensation de sècheresse oculaire,
  • sensation de sable dans l’œil,
  • picotements,
  • larmoiements,
  • paupières gonflées,
  • de petites vésicules peuvent aussi être présentes autour de l’œil ou sur la paupière.

Mais attention, en l’absence de traitement adapté, l’herpès peut se propager à la cornée (membrane qui recouvre l’œil) et provoquer une kératite herpétique (inflammation de la cornée).

S’ajoutent alors d’autres symptômes : rougeurs autour de la cornée, œil douloureux, photophobie, diminution de la vision.

La kératite peut rapidement se compliquer et devenir très grave en entraînant une baisse irréversible de l’acuité visuelle.

C’est alors une urgence ophtalmologique. L’herpès oculaire est l’une des premières causes de cécité dans les pays industrialisés.

C’est pourquoi, devant des signes de conjonctivite, il est important d’y penser (surtout si l’on est sujet à l’herpès labial) afin d’intervenir précocement.

Dans tous les cas : un œil rouge, douloureux et une baisse de l’acuité visuelle constituent des signaux d’alerte. Il faut consulter en urgence un ophtalmologiste.

Comment traite-t-on un herpès oculaire ?

 

Jamais d’automédication !
Appliquer un collyre (notamment contenant des corticoïdes) en pensant bien faire peut se révéler désastreux en amplifiant la crise d’herpès et les lésions. Il est impératif de
consulter un médecin afin de porter le diagnostic.

Un herpès oculaire simple et une kératite superficielle se traitent très bien à l’aide d’un antiviral local appliqué sous forme de pommade ou d’un collyre.

Ce n’est qu’en cas de récidive que l’on instaure un traitement antiviral par voie orale.

En revanche, les kératites compliquées ayant provoqué des lésions irréversibles peuvent nécessiter une greffe de cornée. L’herpès oculaire est responsable de 10 à 20 % de ce type de greffes.

Attention : virus récidivant !

L’herpès est un virus dormant, c’est-à-dire qu’après une première infection, il reste toujours présent dans l’organisme (dans un ganglion nerveux), prêt à se réactiver et à provoquer une nouvelle crise d’herpès sous l’effet de facteurs déclenchants : stress, fatigue, rhume, exposition au soleil, traumatisme oculaire, baisse de l’immunité…

Autrement dit, après un premier herpès oculaire, le risque de récidive est très important. Selon le Syndicat national des ophtalmologistes de France

« 25 à 45 % des patients vont récidiver dans les deux ans suivant la première kératite ».

Or chaque récidive augmente les risques de complications.

Il faut donc être réactif en consultant dès les premiers signes, surtout s’ils sont en relation avec certains des facteurs déclenchants cités ci-dessus…

par Isabelle Eustache, journaliste Santé

Sources : Syndicat national des ophtalmologistes de France, http://www.snof.org/encyclopedie/herpes-oculaire.

http://www.e-sante.be

Un nouveau fétichisme sexuel se répand au Japon


Ils ne savent plus quoi inventé. Comment il se fait que ces personnes cherchent autant de sensations pour arriver a faire plus de tord que de bien .. Vous imaginez tous les microbes de la bouche qui se retrouvent dans l’oeil ?? C’est dégoutant
Nuage

 

Un nouveau fétichisme sexuel se répand au Japon

Un nouveau fétichisme sexuel se répand au Japon

Photo Fotolia

TOKYO – Les jeunes Japonais sont aux prises avec une épidémie de conjonctivite et de problèmes oculaires, à cause du nouvel engouement pour le léchage de globe oculaire.

Le fétichisme sexuel appelé aussi oculolinctus, qui consiste à lécher l’œil grand ouvert de son partenaire pour l’exciter, peut non seulement transmettre une conjonctivite, mais aussi l’herpès, et dans les cas extrêmes, causer la cécité à cause d’une blessure de la cornée.

Dans une école japonaise, on a évalué à 10 par classe le nombre d’élèves portant un cache-œil à cause d’une maladie causée par cette pratique.

Selon le site japonais Naver Matome, un tiers des élèves d’une classe d’école primaire disent avoir léché ou s’être fait lécher le globe oculaire.

Cette étrange pratique serait d’ailleurs en train de se répandre à travers le monde, à la faveur de vidéos placées sur YouTube, montrant des jeunes en train de lécher le globe oculaire de leur partenaire.

Entrez la légende de la vidéo ici

http://fr.canoe.ca/

Mon animal a des problèmes d’yeux, que faire ?


Il arrive que nos animaux de compagnies ont une infection a l’oeil. Certains auront peut-être envie de soignée eux-même alors qu’ils pourraient empirer l’infection … Il serait probablement mieux de rendre visite au vétérinaire
Nuage

 

Mon animal a des problèmes d’yeux, que faire ?

 

Aujourd’hui en vous réveillant, vous avez remarqué quelque chose d’étrange dans le regard de votre chien ou chat. Il n’est pas comme d’habitude.

Peut-être a-t-il un œil plus fermé que l’autre ? Peut être est-ce cet écoulement qui vous inquiète ? A moins que ce ne soit cette espèce de « peau » qui recouvre son œil ?

Bref, quelque chose ne va pas !

Quelle est la conduite à tenir ?

Un problème ophtalmologique est à mon sens une urgence. Pensez un peu à vous. Comment réagissez-vous lorsque vous avez une petite irritation dans l’œil ? Rappelez vous la douleur et l’agacement que cela procure. Vous comprenez donc aisément que si votre animal souffre de ce genre de problème, il ne faut pas traîner et foncer chez son vétérinaire.

L’œil ne votre animal ne sera pas forcément rouge et il n’y aura pas forcément d’écoulement à l’aspect peu engageant, mais le moindre changement objectivé dans son regard et une cause légitime de consultation.

La « peau » que vous voyez sur son œil peut être la troisième paupière. Généralement, si vous la voyez c’est que l’animal a une douleur à l’œil, qui peut être causée par un ulcère. Si vous ne faites pas soigner votre animal…il peut perdre son œil !

N’utilisez jamais de médicaments sans l’avis du vétérinaire !

Surtout en cas d’ulcère ! Si votre animal a déjà été soigné pour des soucis ophtalmologiques, peut-être avez-vous gardé les collyres. Ne les réutilisez pas, surtout.

Imaginez que votre animal a un ulcère et vous décidez d’utiliser ce vieux médicament qui traîne chez vous parce que le chien a déjà eu à peu près les mêmes symptômes il y a un mois…Abstenez vous !

L’animal souffrait peut-être d’une conjonctivite, traitée à la cortisone il y a un mois, or si vous utilisez la cortisone sur un ulcère, vous empirez la situation !

La seule chose que vous pouvez utiliser est du sérum physiologique et des compresses, jamais de coton.

Dr François, vétérinaire

http://wamiz.com