Trump va limiter l’utilisation de la science au ministère de l’environnement


Aux États-Unis, les scientifiques ont de plus en plus les mains liés. Les données, par exemple, des personnes malades à cause de la pollution ne pourront plus être les confidentiels. En plus des autres dossiers devront être partagés par le ministère de l’environnement, qui est dirigé par un ancien lobbyiste du charbon. Et même des décisions anti-pollution antérieurs pourraient être annulées. Tant pis pour l’environnement, pour la santé publique ce qui compte pour le gouvernement, c’est l’argent et les industries .. Au lieu d’avancer, ils risquent de reculer des années en arrière.
Nuage


Trump va limiter l’utilisation de la science au ministère de l’environnement

Centrale à charbon en Utah. | George Frey / Getty Images North America / AFP

Centrale à charbon en Utah. | George Frey / Getty Images North America / AFP


Repéré par Claire Levenson

Repéré sur The New York Times

De nouvelles règles empêcheront certaines recherches scientifiques d’être utilisées pour guider la législation anti-pollution.


L’administration Trump prépare de nouvelles règles qui limiteront l’influence de la science dans la politique de santé publique. Suivant ces mesures, les scientifiques devront partager toutes leurs données, y compris les dossiers médicaux confidentiels utilisés dans leurs recherches. S’ils ne révèlent pas ces informations, le ministère de l’environnement, qui est dirigé par un ancien lobbyiste du charbon, ne pourra pas mobiliser ces recherches pour proposer des lois de régulation des émissions industrielles.

Comme l’explique le New York Times, la mesure compliquerait la mise en place des régulations sur la qualité de l’air et de l’eau car de nombreuses études sur l’impact de la pollution se servent des informations médicales de personnes qui ont signé des accords de confidentialité. De plus, puisque la règle proposée est rétroactive, des régulations anti-pollution pourraient être annulées si elles reposent sur des travaux qui utilisent des données médicales confidentielles.

Nombre de scientifiques et d’expert·es en santé publique ont vivement critiqué ce tournant.

«Cette proposition n’a rien à voir avec la science. Ils veulent que ce soient les politiques, pas les scientifiques, qui évaluent les dangers pour la santé publique, a dénoncé Michael Halpern de l’Union of Concerned Scientists. Cet exercice a pour but d’exclure certaines études qui démontrent que la polution rend les gens malades.»

En effet, une des études principales sur le lien entre pollution de l’air et mort prématurée, publiée en 1993, ne pourrait plus être utilisée pour guider la législation américaine car les chercheurs avaient fait signer des accords de confidentialité afin de suivre les trajectoires médicales de 22.000 personnes dans six villes. Cette recherche avait influencé la règlementation du gouvernement sur la pollution et permis de sauver de nombreuses vies.

http://www.slate.fr

Un brouilleur pour lutter contre les indiscrétions des assistants connectés


 

Je considère qu’il ne devrait pas y avoir d’assistant intelligent s’il n’y a pas de brouilleur pour l’accompagner. L’assistant écoute en permanence ce qui se passe dans l’environnement où il est placé au cas qu’il y aurait des commandes vocales à répondre. Qui nous dit ce que l’assistant entends n’est pas utilisé pour mieux cibler les consommateurs ou pour d’autres choses. Si a chaque fois qu’on fait une recherche sur Google, on voit des publicités ailleurs sur le web qui ont un rapport avec notre recherche alors rien n’empêche que ce soit la même chose avec l’assistant intelligent, et qui serait, je crois plus inquiétant pour notre vie privée
Nuage

 

Un brouilleur pour lutter contre les indiscrétions des assistants connectés

 

Félix Marciano

Un technologue a mis au point un dispositif astucieux permettant de brouiller l’écoute permanente des assistants intelligents.

S’ils sont très à la mode, les assistants intelligents du type Amazon Echo ou Google Home soulèvent quelques inquiétudes en termes de confidentialité. En effet, grâce à leur micro intégré, ces enceintes connectées sont en mesure d’écouter en permanence ce qui se dit autour d’eux, de façon à réagir dès qu’on les sollicite. Pratique, certes, mais malgré les garanties avancées par leurs constructeurs, on peut légitimement se demander ce que deviennent les informations récoltées au fil de la journée, informations éminemment personnelles, évidemment…

Pour lutter contre les indiscrétions potentielles de ces charmants assistants, un groupe de technologues réunis autour de Bjørn Karmann a mis au point un dispositif particulièrement astucieux.

Baptisé Alias, ce « parasite connecté comme le désignent ses concepteurs, se compose d’une coque en polymère imprimée en 3D qui se place directement sur l’enceinte, comme un chapeau. Surtout, il abrite un micro, deux mini haut-parleurs et un nano ordinateur Rasperry Pi programmé pour générer en continu un bruit blanc permettant de neutraliser l’écoute permanente de l’assistant tout en laissant laisser néanmoins passer les commandes vocales. Alias se contrôle avec une appli mobile, qui permet notamment de définir un nouveau mot clé pour désactiver le brouillage et commander l’assisstant.

Pour l’heure, même si un prototype fonctionne, Alias n’en est qu’au stade de projet collaboratif. Son développement s’effectue en open source et tous les plans pour le réaliser sont disponibles gratuitement sur le site Instructables. Nul doute que cette initiative originale et utile intéressera de très nombreux utilisateurs

.


Illustration : © Project Alias

https://www.commentcamarche.net/

Un jouet connecté peut enregistrer des informations sur votre enfant


Aujourd’hui, les enfants ont de plus en plus des jouets connectés, il faut donc être prévoyant pour aller dans les paramètres pour protéger les données personnelles.
Nuage

 

Un jouet connecté peut enregistrer des informations sur votre enfant

 

Un paramétrage peut vous permettre de contrôler les données de votre enfant© getty.

« Un jouet connecté présente plus de risques en matière de protection des informations personnelles pour vos enfants qu’un jouet ordinaire », avertit jeudi l’Autorité de Protection des Données (APD) à l’approche des fêtes de fin d’année.

Sur son site internet http://www.jedecide.be, elle a décidé de prodiguer quelques conseils afin de guider les parents dans leurs achats.

« Nous conseillons dans un premier temps aux parents de prendre le temps de réfléchir au jouet connecté qu’ils souhaitent offrir à leurs enfants », indique l’APD.

 « Il est important que vous vous renseigniez d’abord sur le jouet en question, sur le fabricant ainsi que sur la politique de confidentialité de ce dernier. Tenez compte du fait que la poupée connectée pourrait enregistrer des informations sur votre enfant, ou sa montre pourrait enregistrer ses mouvements sans qu’il n’en soit conscient. »

L’importance du paramétrage

Et de poursuivre:

« Parfois, un paramétrage efficace suffit pour éviter cela. C’est la raison pour laquelle il est important que vous veilliez à bien paramétrer les jouets avec votre enfant. »

Des conseils pour les enfants

La campagne d’information vise dans une premier temps les parents lors de leurs achats, mais assiste également les enfants en leur prodiguant les conseils nécessaires lors de l’utilisation de ces jouets, précise l’APD.

https://www.7sur7.be/

Qui surveille l’accès aux dossiers médicaux électroniques ?


L’informatisation des dossiers médicaux est sûrement une avancée qui permet d’avoir tout les renseignements  plus facilement accessible  lors de la visite d’un médecin, spécialiste … Mais que ces informations confidentielles soient utilisées pour d’autres raisons comme la publicité, des informations pour un besoin personnel ou par curiosité du personnel médical sur un patient alors qu’il n’a pas de besoin sont des dérives qui doivent être corrigées
Nuage

 

Qui surveille l’accès aux dossiers médicaux électroniques ?

 

Aucun mécanisme, humain ou informatique, ne permet de... (Photo Scott Eells, archives Bloomberg)

Aucun mécanisme, humain ou informatique, ne permet de signaler systématiquement les consultations inopportunes d’informations médicales confidentielles.

PHOTO SCOTT EELLS, ARCHIVES BLOOMBERG

 

SIMON-OLIVIER LORANGE
La Presse

Bien qu’il soit possible d’identifier qui accède à son dossier médical électronique, encore faut-il se donner la peine de le faire.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Une enquête de La Presse révélait vendredi que des entreprises exploitent à des fins commerciales le contenu de dossiers de millions de Québécois dont l’identité a été « anonymisée ». Or, des accès abusifs aux dossiers ont lieu quotidiennement à une tout autre échelle par l’entremise de travailleurs de la santé, et ce, sans qu’aucun mécanisme de surveillance ne les en empêche.

Par exemple, La Presse a publié fin janvier l’histoire d’une inhalothérapeute radiée de son ordre professionnel après voir consulté les dossiers de patients en fin de vie afin de tenter d’acheter leur maison à bas prix. Selon l’Association des gestionnaires de l’information de la santé du Québec (AGISQ), qui regroupe quelque 600 archivistes médicaux de la province, c’est un heureux hasard si un tel stratagème a pu être mis au jour, car aucun mécanisme, humain ou informatique, ne permet de signaler systématiquement les consultations inopportunes d’informations médicales confidentielles.

« Il n’y a pas de règle qui oblige un établissement à faire de la journalisation des accès dans ces systèmes-là. Les systèmes informatiques permettent de laisser des traces comme un petit Poucet, mais s’il n’y a pas de vigie, ça ne sert à rien », estime Alexandre Allard, président de l’AGISQ.

« Un dossier de santé électronique, c’est quelque chose d’hyper sensible, alors nécessairement, on devrait faire plus de validation. »

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue de La Presse à ce sujet.

Cas de figure

Les cas de figure d’abus sont nombreux. Si certains sont moins choquants à première vue – pensons à un professionnel de la santé qui consulte le dossier d’un membre de sa famille -, d’autres utilisations frauduleuses de données donnent des frissons dans le dos.

Avocat spécialisé dans la défense des patients, Jean-Pierre Ménard donne en exemple le cas de femmes qui ont reçu des publicités d’entreprises funéraires peu de temps après avoir reçu un diagnostic de cancer du sein.

« Des cas comme ça touchent directement la relation entre les patients et les professionnels, et on ne peut pas tolérer ça », dit Me Ménard.

« Les règles déontologiques sont strictes, mais avec les dossiers informatisés, beaucoup de monde a accès à beaucoup de choses, et c’est difficile à contrôler. Le problème, c’est que l’application des règles est inégale et dépend de la culture des différents milieux. Certains établissements sont très prudents, d’autres, non. »

Selon Alexandre Allard, il ne devrait y avoir aucune zone grise.

« Si vous êtes une infirmière en pédiatrie et que vous êtes en train de consulter le dossier de votre père aux soins palliatifs, vous n’avez pas d’affaire là », illustre-t-il.

L’AGISQ interpelle depuis plusieurs années le gouvernement du Québec à ce sujet. L’Association s’est d’ailleurs présentée devant la commission parlementaire sur l’accès à l’information, en août dernier.

« Mais on n’en a jamais entendu parler depuis », déplore M. Allard.

La Commission d’accès à l’information a toutefois déclenché une enquête à la suite de la publication de notre dossier sur la commercialisation des renseignements des dossiers médicaux électroniques, vendredi dernier.

Radiation temporaire pour une médecin

L’été dernier, le Collège des médecins a radié pour une période de trois mois la Dre Elena Claudia Minca après avoir découvert que celle-ci avait consulté le dossier médical d’une amie dont elle avait perdu la trace.

La Direction des enquêtes du Collège des médecins a par la suite publié une note à l’attention de ses membres leur rappelant que « ces puissants outils [informatiques] doivent être exclusivement utilisés dans le cadre de leurs fonctions, c’est-à-dire la dispensation des soins »

http://www.lapresse.ca/

Nous ne serons pas resté anonyme bien longtemps


L’anonymat est devenu presqu’impossible si on utilise Internet. Que ce soit pour la sécurité publique, on peut le comprendre jusqu’à un certain degré, mais pour nous analyser pour de la publicité ciblée, cela dérange fortement, sans compter que si nous utilisons le GPS de Google par exemple, il comptabilise tous nos déplacements.
Nuage

 

Nous ne serons pas resté anonyme bien longtemps

 

Anonymous | Ibai via Flickr CC License by

Anonymous | Ibai via Flickr CC License by

Repéré par Mathilde Dumazet

Repéré sur BBC

L’essor des villes a donné son sens à la notion d’anonymat, avec internet, elle risque de devenir obsolète.

L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde sort en 1886. À la même époque, les capitales européennes commencent à se développer et deviennent des métropoles. Or, dans les petites villes, tout le monde se connaissait; mais, à la fin du XIXe siècle, les tueurs en série peuvent se perdre dans les foules urbaines sans être immédiatement démasqués.

«L’anonymat, “le fait de ne pas avoir de nom” en grec ancien, est une expérience unique de la psychologie humaine», écrit Bryan Lufkin pour la rubrique Future de la BBC, «c’est l’idée que nous avons tous plusieurs identités et que, dans certaines circonstances, on peut tout éteindre et se déplacer en toute discrétion».

Mais cela ne fonctionne désormais que lorsque l’on voyage, se déconnecte et que l’on se retrouve dans un environnement complètement étranger.

Un droit à l’anonymat?

Les différents chercheurs interrogés par le journaliste mettent en avant la nécessité pour chaque individu de conserver une part d’anonymat. Un droit qui peut s’inscrire dans la continuité du droit à la déconnexion. Chacun aurait le droit d’avoir son M. Hyde intérieur, pas pour faire le mal, mais pour «exprimer des idées sans avoir peur d’être jugé».

Le professeur de droit et d’éthique Peter Swire –qui a participé à la commission sur le renseignement et les technologies de la communication sous Obama– précise même que «nous avons besoin de garder un espace privé où nos rêves les plus enfouis et nos fantasmes les plus sombres sont cachés des autres».

Mais l’anonymat a «son côté sombre», explique le journaliste de la BBC.

En particulier sur les questions de sécurité, de harcèlement et de terrorisme. L’article cite un sondage du Pew Research Center de 2015 qui montrait que 56% des Américains étaient partagés entre la protection de la vie privée et les exigences de sécurité. En France, ce n’est pas un dilemme: dans un sondage de 2015 réalisé pour le JDD, 74% des personnes interrogées considéraient que l’anonymat sur internet représente un «danger pour la société».

Est-on blasé de l’anonymat?

La plupart des personnes interrogées s’insurgent tout de même que leurs données personnelles soient collectées, notamment pour la publicité ciblée. C’est ce que Paul Ohm, professeur de droit, appelle la différence entre «l’anonymat intentionnel et l’anonymat inférentiel». On est d’accord pour que les autres aient accès à ce que l’on veut bien montrer, mais on préfère que Google ne sache pas trop ce qu’il y a dans notre historique de recherche.

À moins de ne jamais utiliser d’ordinateur ou de téléphone portable, l’anonymat complet semble ainsi impossible désormais (à quelques exceptions près).

«Ce n’est pas une bonne période pour devenir espion», explique Peter Swire.

Et c’est précisément cette fatalité qui nous rend «blasé» de l’anonymat. Beaucoup d’internautes ne prennent même plus la peine de lire les conditions d’utilisation des sites et applications en matière de confidentialité des données.

Le seul conseil qu’il reste à donner aux internautes (mais aussi aux services de renseignement), vient de Peter Swire:

«n’ajoutez pas de commentaires, même dans un texto ou dans un mail, qui vous dérangeraient s’ils étaient imprimés en première page d’un journal»… ou d’un site d’information.

http://www.slate.fr/

Le paiement mobile : une mine d’or pour le commerçant


Personnellement, je ne paie pas avec mon téléphone, et a lire ce billet, je ne suis pas prête à faire ce choix.
Nuage

 

Le paiement mobile : une mine d’or pour le commerçant

 

Une femme paie son cappuccino avec son téléphone intelligent.

Une femme paie son cappuccino avec son téléphone intelligent.   Photo : iStock / DragonImages

Rapide et simple, en plus de permettre d’accumuler des points et des récompenses, le paiement par téléphone intelligent est très pratique pour le consommateur. Mais attention, les avantages sont encore plus nombreux pour les marchands. Annik Krams-Bélanger, d’Option consommateur, nous met en garde contre l’étendue des données recueillies par ces applications.

Les politiques de confidentialité : difficiles à comprendre et à trouver

Ces conditions d’utilisation sont de plus en plus exhaustives et utilisent de très petits caractères, ce qui n’est pas vraiment adapté aux petits écrans . Elles sont souvent cachées, manquent de clarté, comportent certaines omissions sur les renseignements recueillis et leur confidentialité.

Des applications gourmandes d’informations

Le commerçant doit obligatoirement informer l’utilisateur des données qui seront recueillies sur lui et de l’usage qui en sera fait. Annik Krams-Bélanger s’est penchée sur une quarantaine de politiques de confidentialité et considère que certaines d’entre elles sont inquiétantes, car elles recensent bien plus d’informations que nécessaire qui sont, dans certains cas, partagées avec un tiers pour des fins de marketing.

Par exemple, une chaîne de café recense vos nom, nom d’utilisateur, mot de passe, courriel, numéro de téléphone, renseignements financiers, date de naissance, ville de naissance… à l’achat d’un simple café

.

http://ici.radio-canada.ca/

Facebook Des confidences qui peuvent vous nuire


Que ce soit public ou confidentiel, il est préférable d’éviter de mettre des photos ou des statuts, qu’on ne voudrait pas que tout le monde puissent voir. Car même confidentiel, ils peuvent être téléchargés par des personnes  »amies » puis partager ou du moins informer des tierces personnes qui n’ont pas accès
Nuage

 

Facebook

Des confidences qui peuvent vous nuire

 

Vous lui racontez vos états d’esprit souvent sans aucune retenue, vous lui montrez des photos ou en maillot de bain ou de votre soirée bien arrosée et vous l’informez des lieux que où vous vous rendez. Non, il ne s’agit pas de votre meilleur ami, mais bien de Facebook qui fait chaque jour office de confident pour des millions de personnes.

Mais êtes-vous pleinement conscient de ce que vous publiez et surtout à qui vous le montrez? Il semble que certains utilisateurs ne maîtrisent pas parfaitement les paramètres de confidentialité qui permettent de s’adresser à un groupe précis alors que d’autres font carrément le choix de publier statuts et photos en mode «public».

Un test qui en dit long

Équipé d’une tablette numérique, un journaliste de tvanouvelles.ca a fait le test avec des gens rencontrés au hasard dans les rues de Montréal.

Les résultats sont éloquents: en quelques minutes à peine, nous avons trouvé des gens dont le compte Facebook était ou totalement ou en partie ouvert au public.

Parmi eux, une touriste française qui ignorait que l’ensemble de ses statuts et photos était accessible à tous.

«Je pensais que c’était un peu plus sécurisé. Je pensais que c’était plus mes amis qui voyaient ça», a-t-elle dit.

«Moi, je pensais que c’était juste pour les gens que je connais. Il va falloir que je regarde ça», a quant à lui répondu un jeune homme après que nous ayons eu accès à plusieurs de ses photos.

À quel prix?

Bien que ces informations paraissent inoffensives, elles pourraient avoir de fâcheuses conséquences sur votre vie.

Les statuts et les photos que vous avez exposés au monde entier pourraient entre autres nuire à vos chances de décrocher un nouvel emploi et même vous valoir des sanctions dans le cadre de l’emploi que vous occupez déjà.

C’est que les services de ressources humaines n’hésitent pas à scruter à la loupe votre identité virtuelle (lisez notre autre texte) pour en savoir plus à votre sujet.

Quant aux lieux où vous vous identifiez, par exemple lorsque vous êtes en vacances à l’étranger, ils ouvrent toute grande la porte aux voleurs qui chercheraient un endroit désert pour commettre leur crime.

Solution

Il existe pourtant un outil bien simple permettant de vérifier les paramètres de confidentialité de votre compte. En cliquant «voir en tant que» sur votre page personnelle, vous serez en mesure d’afficher votre profil tel qu’il apparaît aux gens qui ne sont pas «amis» avec vous.


(Capture d’écran de Facebook)

Comme il n’est jamais trop tard pour modifier le public auquel s’adresse une publication, vous serez en mesure de faire un tri entre ce que vous laissez visible pour tous et ce que vous réservez pour vos «amis».

Pour le reste, la règle demeure la même: si vous hésitez avant de publier ou une photo ou un statut, peut-être vaut mieux tout simplement vous abstenir.

http://tvanouvelles.ca