Trouble obsessionnel compulsif (TOC) : 8 signes à identifier


On peut avoir des petites manies qui passent et qui viennent, mais quand une personne a un trouble obsessionnel et compulsif, cela devient compliqué, stressant autant pour cette personne et ceux qui l’entourent
Nuage

 

Trouble obsessionnel compulsif (TOC) : 8 signes à identifier

 

Aimer l’ordre et la propreté est normal. Mais, quand cela devient compulsif, il peut s’agir d’un symptôme de TOC.

PAR TERESA DUMAIN

Signe de trouble obsessionnel-compulsif:

Vous vous lavez les mains encore et encore

L’idée de toucher une poignée dans une salle de bains publique ou un porte dans le métro dégoûte la plupart des gens. Mais, si vous avez un trouble obsessionnel-compulsif (TOC), vous désinfecter les mains ne suffit pas à se sentir mieux après avoir touché la rampe du métro. Vous pensez :

 « cette rampe est couverte de microbes. S’ils sont sur moi et qu’ils entrent dans mon organisme, je risque de tomber malade. J’ai trois enfants, je ne peux pas être malade. Que va-t-il se passer si je ne peux pas aller travailler ? Et si j’en meurs ? Que va-t-il arriver à mes enfants ?»

Toutes ces pensées importunes et ces images négatives que vous repassez dans votre tête sont une obsession, explique Jeff Szymanski, Ph. D. et directeur général de l’International OCD Foundation. Les obsessions recouvrent souvent les mêmes thèmes. Celle-ci est la peur irrationnelle d’être contaminé, le plus souvent par des microbes. Pour faire disparaître votre inquiétude, vous vous lavez les mains… 50 fois. Et le lavage systématique de vos mains peut être tellement élaboré que vous arrivez en retard au travail ou que vous vous disputez avec les membres de votre famille. Ce comportement compulsif est maladif, dit Jeff Szymanski, parce qu’il cherche à contrer une obsession, qu’il est excessif et qu’il interfère avec votre vie quotidienne.

Vous DEVEZ faire le ménage

Pas parce que votre belle-mère va arriver d’une minute à l’autre ni parce que vos enfants ont marché dans la maison avec leurs souliers pleins de boue, ni que la maison en a vraiment besoin. Si vous avez un TOC, vous croyez que vous n’avez pas d’autre choix que de faire le ménage, sinon quelqu’un va attraper une salmonelle et ce sera de votre faute. Comme le lavage des mains, ce grand ménage bascule dans le pathologique s’il est motivé par une peur déraisonnable, qu’il prend beaucoup trop de votre temps et qu’il vous stresse. Et vous n’avez même pas besoin de passer des heures à faire le ménage, dit Reid Wilson, Ph. D. et professeur agrégé adjoint de psychiatrie à l’University of North Carolina. Le nettoyage peut ne prendre qu’une heure, mais si les conséquences vous obsèdent beaucoup plus longtemps et si vous vous inquiétez que votre famille tombe malade, de ne pas avoir assez bien nettoyé, ou si vous vous demandez combien de temps le ménage vous prendra le lendemain, cela relève tout de même d’un TOC.

Vous vérifiez plusieurs fois si la porte d’entrée est fermée à clé

C’est un signe classique du TOC. Vous vérifiez aussi si les fenêtres sont bien fermées, si la cuisinière est éteinte, si le grille-pain est débranché pour ne pas être responsable d’un cambriolage, d’un incendie ou d’autre chose également affreuse. Ces vérifications à répétition peuvent aussi trahir une peur de faire du mal à quelqu’un par imprudence. Par exemple, si vous frappez en auto une bosse sur la route, vous pouvez vous imaginer avoir heurté une personne, explique Reid Wilson. (Il est l’auteur d’un livre sur les bruits dans la tête, Stopping the Noise in Your Head).

« Quelqu’un qui a un TOC va se retourner et même revenir avec son auto 10 ou 15 fois pour vérifier qu’il n’a frappé personne. »

Vous êtes très très perfectionniste

C’est beau d’avoir des standards élevés. C’est correct d’aimer faire les choses d’une certaine façon. Et puis, il y a des gens plus exigeants que d’autres. Dans le cadre d’un TOC, ces traits perfectionnistes sont exagérés, explique Jeff Szymanski. Vous êtes en train de remplir un formulaire et vous n’aimez pas la façon dont les mots occupent l’espace. Vous effacez et recommencez  mais ça ne va toujours pas. Vous le refaites jusqu’à 10 fois. Ce n’est jamais à la hauteur de vos attentes.

Vous avez besoin d’être rassuré

La compulsion de continuellement demander l’opinion des autres vient d’un manque de confiance en soi et de la peur de faire des erreurs, explique Reid Wilson. Ça va beaucoup plus loin que de parler d’un projet à un ami ou de demander à un collègue de lire votre rapport. La personne exige tout le temps de la rétroaction, répète la même question et cherche à être rassurée avant d’aller plus loin.

Vous avez des pensées violentes et importunes

Et vous croyez qu’elles signifient quelque chose. Cette attitude permet de distinguer quelqu’un qui a un TOC d’une personne qui n’en a pas. Disons que vous êtes en train de conduire et que vous voyez les phares de voitures qui viennent dans votre direction ; il vous passe soudain par l’esprit l’idée de vous mettre dans cette voie à contresens. La plupart des gens vont penser que c’est étrange et l’oublieront aussitôt, explique Reid Wilson. Mais pour la personne qui aurait un TOC, la même idée folle va lancer une cascade de préoccupations : pourquoi ai-je eu cette idée ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Est-ce que je suis suicidaire ? Est-ce qu’on peut me faire confiance ? Cela vous inquiète sur le moment, plus tard dans la soirée, et pendant les jours à venir. Ce type de pensée peut aussi porter sur la religion ou sur un comportement sexuel perçu comme inapproprié et déclencher différentes compulsions : répéter une prière pour effacer une pensée blasphématoire, éviter les situations qui déclenchent ces pensées, chercher à se faire rassurer, etc.

Vous faites tout quatre fois

Vous ouvrez et fermez la porte de votre auto quatre fois avant d’y entrer, vous secouez les oreillers quatre fois, vous prenez la quatrième boîte de conserve sur l’étagère du supermarché. Le nombre peut être deux ou sept, mais l’idée est la même : vous faites tout le même nombre de fois. Si vous sortez de votre habitude, vous vous sentirez mal, explique Reid Wilson, ou vous aurez le sentiment vague qu’il va arriver un malheur.

« D’autres personnes qui souffrent de TOC vont tout simplement compte le nombre des pas qu’elles font en marchant, le nombre de carreaux au plafond, etc

Les pots du garde-manger sont parfaitement alignés

Ils sont aussi organisés par type d’aliment et de couleur, ils sont tournés dans la même direction. Moins courante que les autres obsessions, celle-ci vient d’un besoin d’ordre et de symétrie. Elle peut porter sur la façon de pendre vos vêtements, sur la symétrie de vos lacets de souliers, sur le besoin de ranger parfaitement votre bureau avant d’aller manger ou d’entrer en réunion, indique Reid Wilson. Lorsque le TOC se manifeste, si les choses ne sont pas « parfaites », vous devenez anxieux ou préoccupés.

http://selection.readersdigest.ca

Téléphone portable : du plaisir immédiat à la dépression


Le téléphone portable change notre façon de vivre, mais peut aussi entraîner une isolation sociale pouvant aller jusqu’à la dépression. Il y a des signes qui peuvent nous alerter qu’il serait temps de consulter
Nuage

 

Téléphone portable : du plaisir immédiat à la dépression

 

schankz/Shutterstock.com

Notre téléphone portable chamboule nos neurones ! A travers toutes les applications qu’il nous propose, ce compagnon nous aurait habitués à une satisfaction immédiate. Laquelle est susceptible de générer des troubles du comportement voire de désocialiser les accros au mobile. Les femmes seraient davantage exposées.

Le Dr Issac Vaghefi et son équipe de la State University of New York (Binghamton – Etats-Unis) ont interrogé par questionnaire 182 lycéens et lycéennes sur leur rapport au téléphone portable. Un premier travail qui a permis d’en dégager 12% considérés comme « fanatiques » et 7% comme « addicts ».

« Dans les deux cas, les jeunes gens avaient un rapport compulsif au téléphone portable, au point d’entraîner des troubles dans la relation à l’autre », a constaté Vaghefi.

 Il évoque des signes de dépression, d’isolation sociale, de timidité, d’impulsivité, de faible confiance en soi. En particulier, chez les jeunes femmes, plus exposées à l’addiction et à ce type de conséquences.

Plaisir de courte durée

« Grâce à leurs nombreuses applications, ces appareils nous ont habitués à obtenir une satisfaction quasiment instantanée, à telle ou telle requête », poursuit-il.

Sur le plan physiologique, cela se caractérise par « une libération de dopamine » voire « d’enflamment des neurones » !

Au final, ces phénomènes entraînent des moments de plaisir de courte durée. Lesquels, avec le temps, peuvent générer frustration et ennui.

En conclusion Issac Vaghefi alerte sur quelques comportements « qui doivent amener à consulter ». Notamment lorsque :

« Vous recourrez à la technologie pour fuir des problèmes et vous soulager face à des sentiments de dépression, d’anxiété ou de culpabilité ;

Vous ne faites plus trop la différence entre la vie virtuelle et réelle ;

Vous surveillez constamment votre smartphone, y compris lorsqu’il ne vibre ou ne sonne pas ;

Vous paniquez quand vous ne l’avez plus auprès de vous ».

https://destinationsante.com/

Pourquoi a-t-on envie de ce qui n’est pas permis quand on est au régime ?


C’est humain, ce qui nous interdisons pour perdre du poids est encore plus tentant. Plus l’interdit est strict, plus la tentation de succomber est forte. Si nous tombons, il s’installe un sentiment de culpabilité, et les régimes ne fonctionnent tout simplement pas.
Nuage

Pourquoi a-t-on envie de ce qui n’est pas permis quand on est au régime ?

Craquera, craquera pas, telle est la question.

Craquera, craquera pas, telle est la question.

Photo : FOTOLIA

PSYCHO – Les gâteaux, le fromage et les fritures sont passés au rang d’ennemi public n°1. Exclus de votre assiette, ces aliments non grata sont pourtant bien ancrés dans votre esprit. A tel point que vous en rêvez la nuit ! Et hier, n’y tenant plus, vous avez craqué, ramenant dans le même temps le compteur de l’estime de soi à zéro ! La loose.

Laurence Plumey, médecin nutritionniste, diététicienne à l’hôpital Necker et auteure du grand livre de l’alimentation, aux éditions Eyrolles décrypte en trois points ces pénibles moments de solitude.

► Ce que l’on ressent tous

« Chasser la notion vitale qu’est le plaisir de manger revient un peu à chasser une bulle d’air. Etouffée un temps, elle finira par ressurgir ailleurs ou sous une autre forme, traînant avec elle son lot de frustrations. » explique Laurence Plumey.

Alors, à quoi bon ne manger que des haricots verts/blancs de poulet pendant 8 jours, si c’est pour avaler en 15 minutes un plateau de charcuterie le 9ème jour ?

► Ce qui se passe

« Un mécanisme psychologique s’installe de façon mécanique, dès lors que l’on supprime des aliments. Tout simplement parce qu’interdire totalement le sucre par exemple donne encore plus envie d’en consommer. Ne nous mentons pas. Plus les régimes sont sévères, moins ils marchent. D’autant que les comportements restrictifs amènent forcément des frustrations puis des compulsions. Le besoin de compensation étant proportionnel à la restriction, immanquablement à un moment donné, on craque pour se jeter sur ce qui a été proscrit. »

C’est un peu comme un barrage qui cède. Si le Nutella, le saucisson ou le fromage sont au menu de nos craquages, la culpabilité l’est aussi. A coup sûr !

► Comment s’en sortir

« Il ne faut rien s’interdire, mais apprendre quelles sont les quantités raisonnables dont on a besoin. Mieux vaut manger un peu de tout pour être sûr de ne manquer de rien. Dans le cadre d’un amaigrissement, faire de la place aux légumes, aux laitages, la viande, le poisson va de soi. Sans toutefois bannir le pain, les féculents ou les sucreries, que l’on peut consommer mais, dans des quantités à minima. La mode du  »sans » sucre, lactose, gluten, viande etc. est une tendance dévastatrice car très restrictive, qui touche au plaisir, à la variété et à l’équilibre alimentaire de façon néfaste. L’heure est à la réconciliation avec nos assiettes. »

Sur ce, je retourne déjeuner chez Mamie dès demain, parce que chez elle de l’entrée au dessert le plaisir est partout, n’en déplaise à mon jean.

http://www.metronews.fr/