Cannabis au volant: dangereux longtemps après la consommation


Mercredi, le 17 octobre, la marijuana à des fins récréatives sera légale au Canada. Bien, des gens sont contents alors que d’autres sont inquiets. Une étude a été faite pour la conduite au volant après avoir consommé du cannabis. Même après 5 heures, il semble que l’effet est toujours présente. Que ce soit le téléphone, l’alcool ou la drogue, c’est incompatible avec un volant dans les mains
Nuage

 

Cannabis au volant: dangereux longtemps après la consommation

 

L'usage du cannabis à des fins récréatives deviendra... (Photo DARRYL DYCK, PC)

L’usage du cannabis à des fins récréatives deviendra légal mercredi, au Canada.

PHOTO DARRYL DYCK, PC

 

CAROLINE ST-PIERRE
La Presse Canadienne

Prendre le volant sous l’effet du cannabis est un comportement qui demeure dangereux longtemps après la consommation de la substance.

À deux jours de la légalisation du cannabis à des fins récréatives au Canada, une étude de l’Université McGill et de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), financée par l’Association canadienne des automobilistes (CAA), révèle qu’un conducteur est plus à risque d’être impliqué dans un accident de la route, même cinq heures après avoir consommé du cannabis.

Les chercheurs ont recruté des jeunes conducteurs de 18 à 24 ans qui étaient déjà des consommateurs récréationnels de cannabis. Ils ont ensuite subi une série de tests sur des simulateurs de conduite automobile à quatre moments distincts : une fois alors qu’ils n’avaient pas consommé de cannabis, puis une heure, trois heures et cinq heures après leur consommation.

Sous l’effet du cannabis, les participants ont démontré une certaine capacité à maintenir le cap, mais se sont montrés moins doués pour réaliser certaines manoeuvres courantes.

«Et (ce n’était) pas des manoeuvres complexes là, on parlait de s’insérer entre deux véhicules, pareil comme si on stationnait dans la cour du centre d’achats. On parlait de traverser une intersection, donc de s’immobiliser, de s’assurer que la voie est libre, de traverser l’intersection et de continuer sa route, d’éviter les piétons, d’éviter les cyclistes… Et il y a eu beaucoup de conducteurs […] qui ont participé au test et qui n’ont pas réussi ces manoeuvres-là, qui sont quand même très simples», note le directeur de la Fondation CAA-Québec, Marco Harrison.

La majorité des participants à l’étude ont indiqué qu’ils ne se feraient pas confiance pour prendre le volant dans les cinq heures suivant leur consommation de cannabis.

M. Harrison souligne que la quantité de marijuana consommée par les participants était moins élevée que celle que l’on retrouve généralement dans un «joint» ordinaire.

L’une des chercheuses de l’étude confirme par ailleurs qu’on ne remarquait pas nécessairement une différence entre les habiletés des conducteurs une heure après la consommation et cinq heures plus tard.

«À tous les niveaux, on ne voyait pas nécessairement une différence marquée, même après cinq heures. Les capacités étaient quand même assez altérées, nous faisant dire qu’on ne peut pas prendre le volant, même après cinq heures», affirme la Dre Isabelle Gélinas, professeure à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill, spécialisée en recherches associées à la conduite automobile.

Elle précise également que le cadre de l’étude n’allait pas au-delà des cinq heures, de sorte qu’on ne peut conclure qu’une personne serait nécessairement apte à conduire une fois ce laps de temps écoulé.

Un profil différent

Par ailleurs, une deuxième étude soutenue par la Fondation CAA-Québec et pilotée par le Dr Jacques Bergeron, de l’Université de Montréal, a dressé un portrait type des conducteurs consommateurs de cannabis en faisant remplir des questionnaires aux participants.

Les chercheurs ont demandé aux participants s’ils avaient déjà pris le volant après avoir consommé. Ceux qui ont admis avoir conduit sous l’effet du cannabis ont présenté un profil différent de ceux qui avaient déjà fumé, sans toutefois avoir conduit avec les capacités affaiblies, souligne l’étude.

Ainsi, ceux qui reconnaissent avoir conduit sous l’effet du cannabis avaient généralement une consommation plus importante, et ce, depuis un plus jeune âge, des habitudes de conduite plus téméraires, dangereuses et risquées, une tendance à être très influencés par leurs pairs en ce qui a trait aux comportements dangereux, des amis qui, eux aussi, conduisent sous l’effet du cannabis, plus d’émotions et de comportements associés à la conduite dangereuse et une plus faible perception du risque lié au cannabis.

«Malgré le fait que (ça deviendra) légal à des fins récréatives, il ne faudra pas banaliser les effets surtout sur la capacité de conduire et (il faudra) éviter de prendre le volant après avoir consommé, tout comme on le fait pour l’alcool», fait remarquer Marco Harrison.

«Conduire avec les capacités affaiblies par le pot, ça, ce n’est pas légal, c’est criminel même.»

https://www.lapresse.ca/

En six ans, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie


Les égoportraits tuent plus que les attaques de requins dans le monde. On pense mettre des zones interdites pour des égoportraits, cela fera-t-il réfléchir pour autant, sachant que la plupart des victimes ont moins de 30 ans, donc plus téméraire
Nuage

 

En six ans, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie

 

La première cause de mort par selfie est la noyade | Ben_Kerckx via Pixabay CC License by

La première cause de mort par selfie est la noyade | Ben_Kerckx via Pixabay CC License by

Repéré par Nina Pareja

Repéré sur VICE

Des scientifiques indiens ont fait les comptes.

 

Vous avez peut-être déjà posé vos yeux sur un article indiquant que les selfies sont plus meurtriers que les attaques de requins. C’est vrai. En moyenne, chaque année six personnes trouvent la mort à cause d’une attaque de requin. Entre octobre 2011 et novembre 2017, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie.

Une équipe de recherche indienne est parvenue à obtenir ce résultat, publié dans un journal indien de médecine et recherche, en analysant les données de la presse mondiale avec les mots-clef «mort par selfie», «accident de selfie», «mort et mobile», etc. Comme les selfies ne sont jamais indiqués comme cause de mort dans les bases de données officielles, les scientifiques pensent même sous-estimer le nombre de morts. En revanche, d’après eux, leur nombre ne cesse d’augmenter, trois en 2011, deux en 2013, treize en 2014, cinquante en 2015, quatre-vingt-dix-huit en 2016 et quatre-vingt-treize en 2017.

Passé 30 ans, le risque de mourir par selfie diminue

Certaines de ces morts par selfie ont fait couler beaucoup d’encre. En mai, un homme est mort en tentant de faire un selfie avec un ours blessé, certains médias osent même le diaporama des photos capturées avant le drame.

En moyenne, les victimes ont entre 22 et 23 ans, selon les scientifiques. Passé 30 ans, le risque de mourir à cause d’un selfie diminue drastiquement. Il est également plus élevé pour les hommes, qui comptabilisent les trois quarts des décès.

L’équipe de recherche s’est également penchée sur l’origine géographique des personnes décédées: le plus grand nombre d’accidents et de morts ont eu lieu en Inde, suivie de la Russie, puis des États-Unis et enfin du Pakistan.

L’Inde comptabilise à elle seule 50% des décès, sûrement à cause de la jeunesse de sa population estiment les scientifiques. Le pays compte en moyenne deux victimes par accident mortel, contre une pour le reste des pays concernés, «ce qui devrait être attribué au fait que les selfies de groupe sont plus à la mode en Inde que dans les autres pays», peut-on lire dans l’étude.

«No selfies zones» nécessaires?

L’étude indique également les différentes causes de morts et les classifie. En premier, on trouve la noyade, suivie des accidents de transports –surtout à cause des trains car certaines personnes posent directement sur les lignesdevant un train à l’approche– et des chutes. Sans grande surprise, les États-Unis comptabilisent le plus grand nombre de morts par armes à feu en prenant une photo.

Pour les auteurs et autrices de l’étude, il est nécessaire de renforcer les «no selfies zones», ou zone sans selfies, que l’Inde a déjà commencé à mettre en place dans plusieurs grandes villes.

«Les selfies en eux-mêmes ne sont pas dangereux, mais le comportement humain qui accompagne les selfies l’est. Les individus ont besoin d’être éduqués face à certains comportements à risques et endroits risqués où sont pris des selfies», conclut l’étude.

Pour les scientifiques indiens, les «no-selfies zones» doivent comprendre les zones touristiques avec de l’eau, les sommets des montages et les très haut bâtiments.

http://www.slate.fr/

Notre smartphone est devenu notre troisième cerveau


Sommes-nous des homo smartphonicus ? Personnellement, je trouve le téléphone très pratique sans pour autant devenir une obsession. Comparer le cellulaire comme un troisième cerveau n’est pas exagéré à voir l’ampleur, le comportement des gens, pour une technologie qui n’est quand même pas si vieille.
Nuage

 

Notre smartphone est devenu notre troisième cerveau

 

© thinkstock.

Le smartphone prend une telle place dans nos vies aujourd’hui qu’il devient un « troisième cerveau », estime le chercheur français Pierre-Marc de Biasi.

Nous sommes tous devenus des « homo smartphonicus ». L’expression est de Pierre-Marc de Biasi, auteur du livre consacré: « Le troisième cerveau. Petite phénoménologie du smartphone« .

Influence réciproque

Comme le sous-titre l’indique, ce chercheur du CNRS écarte toute interprétation abstraite du phénomène et se limite à sa description et à son analyse stricte. Il s’attarde également à observer l’influence réciproque entre l’innovation technique/technologique et la culture, le comportement des individus, l’impact sur la société dans son ensemble.

Conscience, ventre et smartphone

Désormais, nous avons trois cerveaux, explique-t-il, relayé par L’Express. Le premier dans notre tête, le deuxième dans notre système digestif, siège du désir corporel, et le troisième dans notre téléphone: la conscience, le ventre et le smartphone. Il pointe les dangers de l’hyperconnexion et le pouvoir incroyablement addictif de l’outil:

« Le smartphone n’est pas seulement un médiateur confortable du réel, il devient notre point de vue, notre cadrage, la focale qui construit notre vision des choses », analyse-t-il. 

L’iPhone n’existe que depuis 10 ans

Il y a dix ans, seulement, Steve Jobs présentait le premier iPhone, une « révolution« .

« Depuis, le smartphone a su se rendre aussi indispensable que l’air que l’on respire », dénonce l’expert. « On ne l’éteint que forcé et contraint, on ne s’en sépare jamais, au point que certains parlent de pathologie addictive, d’amnésie, d’hyperconnexion et de confusion mentale », commente-t-il.

« Sujétion aveugle »

Selon Pierre-Marc de Biasi, le smartphone nous a appris à désapprendre mais la 5G fera carrément de nous « des assistés », des manipulés et « les sujets d’un véritable empire de la surveillance ». Mais « Le troisième cerveau » se veut surtout une réflexion sur un « comportement à risque »: la soumission aveugle et totale à cet objet fétiche.

https://www.7sur7.be/7s7/fr

La manière de boire votre café peut révéler votre héritage culturel


Transformer un café en laboratoire, pour étudier l’héritage culturel. En effet, il semble que notre comportement dans un café puisse dévoiler des attitudes individualistes ou communautaristes.
Nuage

 

La manière de boire votre café peut révéler votre héritage culturel

 

Quatre personnes boivent du café autour d'une table.

Des scientifiques ont observé des gens en train de boire leur café dans six grandes villes de la Chine afin d’étudier leur comportement en public. Photo : iStock

Votre comportement en public dans un café peut en dire long sur qui vous êtes. C’est ce qu’ont montré des scientifiques américains et chinois qui ont étudié les traces de certains héritages culturels en observant le comportement d’individus dans des enseignes Starbucks.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Prendre le temps d’observer des gens entre deux cafés permet de remarquer un nombre surprenant de détails. Pour des chercheurs, cette observation aurait permis de vérifier la validité de certaines théories reliant l’héritage culturel à des attitudes individualistes ou communautaristes. C’est la surprenante conclusion d’une nouvelle étude publiée dans le journal Science Advances.

La communauté scientifique a déjà montré qu’une partie de notre héritage culturel a un rôle à jouer dans notre façon d’agir. Étonnamment, un aspect qui revient souvent dans ces études est la façon dont nos ancêtres produisaient leur nourriture.

La comparaison peut avoir l’air étrange, puisque de nos jours plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes. Il faut toutefois rappeler que pendant une bonne partie de l’histoire de l’humanité, la plus grosse activité quotidienne était de produire de la nourriture par l’agriculture ou l’élevage. Après 9000 ans, ces activités ont pu influencer le comportement des habitants d’une région.

En Chine, où l’étude a été réalisée, on retrouve une distinction assez tranchée entre les populations du nord et du sud du pays. Historiquement, le nord est une région productrice de blé, dont la culture traditionnelle ne nécessite pas un très grand nombre de personnes.

De leur côté, les régions du sud sont davantage impliquées dans la production de riz. Cette culture nécessite un énorme travail d’irrigation et ne peut être réussie que si plusieurs familles travaillent ensemble.

Ces différences pourraient laisser des traces, même auprès de familles ayant délaissé l’agriculture depuis plusieurs générations.

Par exemple, d’autres études ont déjà permis d’observer une tendance intéressante en Chine : les personnes qui avaient été élevées dans le nord présentaient certains traits jugés plus individualistes, tandis que celles en provenance du sud semblaient plus communautaristes.

Transformer un café en laboratoire

Les chercheurs ont associé ces différences à l’héritage culturel, mais il est difficile de voir le véritable comportement d’individus au travers de questionnaires et d’études en laboratoire.

Pour confirmer ces données dans des situations réelles, les chercheurs ont observé l’attitude de gens dans des cafés Starbucks de six grandes villes : Pékin et Shenyang, au nord, ainsi que Shanghai, Nanjing, Guangzhou et Hong Kong, au sud.

Les environnements très similaires présents dans chacun des établissements de la multinationale ont permis aux chercheurs d’éliminer une importante cause de variabilité entre les régions, laissant plus de place à l’héritage culturel.

Dans un premier temps, 9000 personnes ont été observées. Dans les régions du nord, près de 10 % de personnes fréquentent seules les cafés, par rapport aux enseignes situées dans le sud. Ce constat suggère un plus haut degré d’individualisme.

Pour poursuivre leur analyse, les chercheurs se sont basés sur d’autres études psychologiques montrant que, lorsqu’il est confronté à un problème, un individualiste tentera de changer la situation alors qu’un communautariste s’y adaptera

Des chaises pour étudier les comportements

Un homme se glisse entre deux chaises

Pour passer, une personne doit obligatoirement déplacer la chaise ou se glisser entre les deux.  Photo : Science Advances

Pour observer cette différence dans un lieu public, les chercheurs ont conçu un piège. Deux chaises ont été placées entre des rangées de tables. Pour passer, une personne devait soit déplacer une chaise, une attitude où l’on prend contrôle de l’environnement, soit se glisser entre les deux, ce qui témoignerait d’une attitude plus effacée.

Là encore, il y avait trois fois plus de personnes qui déplaçaient les chaises dans le nord que dans le sud.

Les chercheurs ont remarqué que l’urbanisation n’était pas la source des comportements plus individualistes. Même les personnes vivant dans des mégapoles du sud, comme Hong Kong, avaient plus tendance à aller prendre des cafés en groupe, par rapport à des villes du nord, comme Pékin.

Cette uniformité des comportements régionaux semble montrer un lien entre les normes culturelles et notre attitude en public.

Cette étude à elle seule n’est toutefois pas suffisante pour prouver que le mode de vie de nos ancêtres peut avoir de telles répercussions dans notre comportement.

Par contre, passer du temps dans des cafés reste une façon agréable d’essayer de confirmer des études en laboratoire.

https://ici.radio-canada.ca/

C’est scientifiquement prouvé: les riches n’en ont rien à faire des autres


 

Je ne sais pas si c’est le comportement pour tous les riches, enfin, j’espère que non, il semblerait que le fossé entre les plus riches et les plus pauvres a clairement un fossé. Les riches ne sont pas préoccupées par les autres classes sociales
Nuage

 

C’est scientifiquement prouvé: les riches n’en ont rien à faire des autres

La Grande Bellezza | Gianni Fiorito via Allociné License by

La Grande Bellezza | Gianni Fiorito via Allociné License by

Repéré par Aurélie Rodrigues

Repéré sur Quartz

Une étude démontre qu’avoir de l’argent change notre comportement et notre façon d’aborder le monde qui nous entoure.

C’est un fait, personne n’est capable de faire attention à chaque petit détail du monde qui nous entoure –notre cerveau ne pourrait pas assimiler autant d’informations.

La plupart d’entre nous font malgré tout des efforts pour prêter attention aux personnes qui partagent notre quotidien: un regard furtif dans le métro, un sourire à un coin de rue…

Moins de préoccupation pour les autres

Un nombre croissant d’études démontrent que nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne. Être riche changerait notre façon de voir le monde: plus on a d’argent, moins on prêterait attention aux autres et à leurs problèmes.

Un article publié en 2016 dans la revue scientifique Psychological Sciences a chargé soixante-et-un participants affublés de Google Glass de marcher le long d’un bloc de quartier new-yorkais. Résultat: les personnes aisées regardent moins les autres que celles provenant d’une autre classe sociale.

«Les études réalisées en ligne, sur le terrain et en laboratoire aboutissent toutes à la même conclusion: les riches se préoccupent moins d’autrui que les autres classes sociales», déclare Pia Detze, la principale auteure de l’étude relayée par Quartz.

Distance émotionnelle

D’autres travaux menés sur le sujet dévoilent que la richesse agirait également sur la capacité à ressentir de la compassion. 

En 2012, des étudiants ont été soumis à un test mis en place par des psychologues à l’université de Berkeley, en Californie. Les étudiants les plus aisés exprimaient moins d’empathie à la vue d’une vidéo montrant des enfants atteints de cancers que les autres participants à l’étude.

Comment expliquer cette distance émotionnelle? Selon Daniel Keltner, professeur en psychologie à Berkeley, le fait de pouvoir engager du personnel pour servir leurs besoins coupe les plus aisés de toute relation de dépendance vis-à-vis de l’autre –en somme, les riches payent pour obtenir un service plutôt que de demander de l’aide à un voisin.

Cette disparité entre les classes aisées et les autres classes sociales pose un réel problème au niveau économique: si les plus riches continuent à devenir de plus en plus riches et qu’ils continuent d’ignorer les plus pauvres, les inégalités ne cesseront de croître.

Dans une tribune pour le New York Times, le psychologue Daniel Goleman déclarait qu’il est impossible de réduire le fossé économique sans s’occuper du fossé empathique. 

http://www.slate.fr/

Même dans une colonie de clones, chaque fourmi a ses propres goûts


Il y a des espèces de fourmis que les femelles peut se reproduire par parthénogenèse et donc avoir une colonie de clone (La science n’a rien donc inventée) Cependant, il semble que fourmi on quand même leur propre personnalité et leur propre goût malgré qu’elle soit un clone.
Nuage

 

Même dans une colonie de clones, chaque fourmi a ses propres goûts

 

Fourmi de l'espèce Strumigenys membranifera

Une fourmi de l’espèce Strumigenys membranifera utilisée durant l’expérimentation.

© EISUKE HASEGAWA

Par Anne-Sophie Tassart

Des chercheurs ont étudié une colonie de fourmis clonées pour découvrir si tous les spécimens sont autant identiques d’un point de vue comportemental que génétique.

Certaines espèces de fourmis sont capables de produire de nouveaux individus par parthénogenèse, c’est-à-dire uniquement à partir d’un gamète femelle non fécondé. Grâce à cette reproduction asexuée, les fourmis produisent des ouvrières mais également de nouvelles reines, formant une colonie de clones. Mais ces insectes sont-ils pour autant semblables d’un point de vue comportemental ? Des chercheurs japonais de l’Université d’Hokkaidō ont tenté de répondre à cette question.

Soda classique ou allégé ?

Après avoir vérifié que les fourmis d’une colonie de l’espèce Strumigenys membranifera étaient effectivement des clones, les chercheurs ont soumis 82 d’entre elles à une expérience simpliste. Ils leur ont fait goûter des solutions contenant des concentrations variables de sucre ( à 1% ou à 10%) afin de déterminer lesquelles avait leur préférence, mettant ainsi en lumière une caractéristique de leur individualité. Les chercheurs nippons révèlent dans une étude publiée le 14 février 2018 dans la revue Royal Society Open Science, que les 82 insectes ont eu des réponses très variables. Certaines ont préféré la solution sucrée à 1%  – ce qui équivaut à un soda allégé – quand d’autres se sont montrés plus gourmandes : elles refusaient de boire tant que le liquide ne contenait pas un niveau de sucre équivalent, pour nous humains, à un soda classique.

Des goûts qui peuvent changer un mois sur l’autre

Cette variation entre chaque spécimen a été baptisé par les scientifiques « seuil de réponse ». Trois hypothèses ont ensuite été posées, servant à définir ce seuil : pour les écologistes, soit celui-ci est défini durant le stade larvaire et demeure inchangé, soit il varie avec l’âge en gardant toujours la même tendance (il augmente ou il diminue) ou encore, il est déterminé par des facteurs extérieurs à l’âge adulte. Selon les premières constatations, les jeunes fourmis préfèrent les solutions plus sucrées que les autres. Autre découverte intéressante faite par les chercheurs : 44% des insectes adultes étudiés ont changé de « seuil » entre les deux tests qui se sont déroulés à 1 mois d’intervalle. Suivant la métaphore précédente, certains se sont mis à préférer les sodas classiques quand d’autres se sont tournés vers des boissons de moins en moins sucrées. D’autres enfin ont conservé leur goût.

Un mécanisme épigénétique soupçonné

Ces résultats signifient que les seuils ne sont finalement pas fixés et peuvent changer, ou non, tout au long de la vie de l’insecte. Même si de prochaines études devraient le confirmer, les chercheurs supposent que le mécanisme sous-jacent de ces changements est épigénétique : des modifications chimiques de l’ADN qui permettent de changer l’expression d’un gène. Mais quel serait l’intérêt pour la colonie ? L’équipe japonaise a déjà, en partie, répondu à cette question dans une étude précédente. Ils avaient prouvé que les colonies contenant un mélange de fourmis actives et de fourmis plus passives avaient certes, une productivité plus faible sur le court terme, mais démontraient également une meilleure survie.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Se plaindre est mauvais pour notre santé mentale et physique


Notre cerveau réagit à nos pensées. Si elles sont négatives, elles peuvent déclencher des réactions psychologiques, et même physiques maladies cardiaques, gain de poids, entre autres ainsi que des difficultés d’apprentissage et de mémorisation … Il faut apprendre a canalisé nos pensées pour qu’elles deviennent positives et se protéger des gens trop négatifs
Nuage

 

Se plaindre est mauvais pour notre santé mentale et physique

 

Se plaindre n’est pas un comportement inoffensif pour notre santé mentale et physique. Il y aurait même un danger de mort selon Steven Parton du site Psychpedia. Démonstration.

Nous avons dans notre cerveau une multitude de synapses séparées par une fente synaptique. Chaque pensée déclenche la production d’un produit chimique qui s’écoule à travers cette fente afin de relier les synapses entre elles. Ainsi un signal électrique contenant les informations peut circuler. Chaque fois que cette charge électrique se déclenche, les synapses se rapprochent pour faciliter la vitesse de transfert. Ainsi, nos pensées sont à l’origine d’un remodelage des circuits synaptiques en temps réel dans notre cerveau. Les pensées influent donc vraiment sur la réalité  ! Première information de taille !

science-305773_960_720

Steven Parton continue sa démonstration :

    Au plus nous sollicitons les mêmes connexions synaptiques (donc au plus nous avons les mêmes pensées), au plus le transfert de l’information est rapide via un réseau qui est choisi par défaut lorsque d’autres pensées/informations arrivent. C’est comme si des chemins de terre se transformaient en autoroutes au fur et à mesure que des véhicules les empruntaient. Par conséquent, les mailles de ce réseau synaptique à grande vitesse forme tout simplement notre personnalité (intelligence, aptitude, compétences) !

    Et là, on pourrait se dire :

     « chouette, j’ai toutes les cartes pour devenir un puissant optimiste en m’entrainant à penser positif ! »

    Ben non, car les humains sont des créatures sociales et la présence de neurones miroirs (outil de l’empathie) dans notre cerveau le confirme. Nous imitons nos semblables et nous nous imprégnons de leur « mode de pensée » et de leurs émotions.

    Ainsi, on ne pourra devenir un super-optimiste que si nous sommes au contact de personnes optimistes.  Or, si nous entendons des plaintes à longueur de journée, nous plongerons fatalement vers le pessimisme… Heureusement, on peut inverser la tendance ! Et ne tardons pas trop car nous sommes en danger de mort si nous cédons au négativisme.

    Pourquoi se plaindre tue ?

    Si nous éprouvons souvent de la colère ou de la tristesse, les circuits synaptiques adéquats se renforcent car ils sont de plus en plus empruntés. Or, ces émotions désagréables créent du stress que l’on peut mesurer par le taux de cortisol (son hormone) dans notre organisme.

    Ce cortisol a des effets très négatifs à moyen terme : baisse des défenses immunitaires, augmentation de la pression artérielle, maladies cardiaques, gain de poids, réduction de la longévité… mais aussi : blocage des capacités d’apprentissage, dégradation de la faculté de mémorisation, etc.

    Pour résumer :

  • nos pensées façonnent notre cerveau via un réseau synaptique qui s’optimise à mesure de son utilisation (les chemins de terre deviennent des autoroutes)

  • nos modes de pensée créent des habitudes (les réseaux autoroutiers sont empruntés en priorité car plus rapides)

  • notre environnement influe sur notre mode de pensée (neurones miroirs)

  • les pensées négatives provoquent des émotions désagréables qui augmentent notre niveau de stress (cortisol)

  • le cortisol dégrade nos capacités et diminuent notre longévité

    Des solutions ?

  • s’entourer de personnes positives

  • prendre conscience de notre mode de pensée (via la méditation par exemple)

  • acquérir des techniques pour lutter contre le stress (voir cet article)

  • pratiquer la gratitude (voir cet article)

http://anti-deprime.com/