Première compétition dans dix jours Trisomique, il s’entraîne pour être culturiste


Je ne suis vraiment pas une adepte du culturisme, mais de voir que de plus en plus des personnes atteintes de trisomie peuvent de plus en plus aller au bout de leur rêve est vraiment encourageant, car tranquillement, les mentalités changent
Nuage

 

Première compétition dans dix jours

Trisomique, il s’entraîne pour être culturiste

 

(Capture d’écran, CNN)

S’entraîner pour les compétitions de culturisme n’est pas de tout repos, mais pour Collin Clark il s’agit d’un défi personnel.

L’Américain de 22 ans s’est imposé une routine extrême d’entraînement avec une diète stricte dans les derniers mois. Le résultat: il a perdu 60 livres.

Mais Collin Clark est atteint de trisomie 21. Pour l’encourager, il s’entraîne avec un culturiste de renom dans la région afin de participer à sa première compétition le 14 novembre.

«Je me sens tellement bien», dit Collin à une chaîne locale. Le culturisme fait partie de mon identité. J’ai toujours rêvé de le faire puisque je regardais les plus grands à la télévision lorsque j’étais enfant».

Lors de sa compétition, il aura une minute pour impressionner les juges, mais Collin n’est pas nerveux.

«Je ne vais jamais abandonner. Il faut toujours pousser ses limites et donner tout ce qu’on a», dit-il.

http://tvanouvelles.ca/

 

La corde à sauter : un sport complet


Quand nous étions jeunes, garçons et filles sautaient à la corde à danser, a l’école ou sur les trottoirs. Aujourd’hui, je remarque que j’ai vu une seule fois une corde dans les mains d’un enfant..en 10 ans. La corde à danser ne devrait jamais être mise au rancart ni pour les enfants, ni pour les adultes D’ailleurs, il y a des compétitions de sauts à la corde et des chorégraphies impressionnantes fait avec des cordes à danser. En France, on incite même les enfants à sauter pour la santé.
Nuage

 

La corde à sauter : un sport complet

 

Auteur:  Sylvie Dellus

Les championnats du monde de Double dutch, une variante de la corde à sauter, se tiennent cette semaine à Paris. Le Dr Sarah Dobrowolski nous en explique les bienfaits.

La finale du championnat du monde de corde à sauter aura lieu le 25 juillet 2015, à la Halle Carpentier à Paris. L’occasion de redécouvrir ce sport de cours de récréation dans une version de compétition : le Double dutch. Des Hollandais auraient introduit ce sport à New York, d’où ce nom énigmatique.

Il se pratique soit en individuel, soit en équipe, chaque participant ayant une corde dans chaque main. À haut niveau, les sauts deviennent des figures tout à fait spectaculaires.

Bon pour le cœur et la mémoire

Mais pour ceux qui veulent pratiquer, juste pour le plaisir, la corde à sauter reste un sport complet.

« Nous avons beaucoup de preuves scientifiques de son efficacité sur le système cardiovasculaire, assure le Dr Sarah Dobrowolski, médecin canadien spécialisée en médecine physique et réadaptation. Mais, on sait moins que les personnes qui sautent à la corde ont des aptitudes cognitives meilleures que les autres, au niveau de la mémoire, de l’organisation, de la créativité et de la coordination. C’est également excellent pour développer la vitesse et l’équilibre. »

Au niveau articulaire, il n’y a pas de données qui laissent penser que cette activité soit néfaste. Toutefois, il vaut mieux éviter si on a mal au dos ou des problèmes de ligaments.

« Il n’y a pas de contre-indications dans 99 % des cas, à condition de ne pas pratiquer de façon trop intense et sans entraînement », précise le médecin.

Prévenir l’ostéoporose en sautant à la corde

Sauter à la corde est excellent pour brûler des calories et permet de développer les muscles des mollets, des cuisses et des fesses. C’est également un bon moyen de prévenir l’ostéoporose, cette perte de densité osseuse qui apparaît chez les femmes après la ménopause.

D’ailleurs, de plus en plus de mamans qui accompagnent leurs enfants à un cours de Double dutch se renseignent pour elles-mêmes.

« Des programmes de prévention de l’ostéoporose se mettent en place pour des femmes de 40-50 ans », confirme le Dr Dobrowolski.

Pour commencer, il faut choisir une corde en plastique, assez longue (lorsqu’on pose les pieds joints sur la corde, elle doit monter jusqu’aux aisselles).

« On commence par cinq sauts, puis une série de trois fois cinq. Ensuite, on augmente la vitesse. On peut aussi sauter en avançant et en croisant les pieds », suggère le Dr Dobrowolski.

Le programme « Sauté santé » pour les enfants

Pour les enfants, la Fédération française de Double dutch met en place à partir du mois de septembre le programme « Sauté santé ». Il s’agit de mettre à disposition des établissements scolaires, des maisons des jeunes et des clubs sportifs, des cordes à sauter et des documents pédagogiques (renseignements sur www.doubledutch.fr).

Tous les enfants peuvent pratiquer, même s’ils sont en surpoids.

« S’ils ne peuvent pas sauter, ils peuvent tourner les cordes. Cela facilite la sociabilisation », assure Christine Bourdel, attachée de presse de la fédération. 

http://www.santemagazine.fr/

Atteint d’une paralysie cérébrale, ce garçon laisse tomber sa marchette pour finir son triathlon !


Je n’aime pas les sports professionnels … Mais ce genre de sport ou de vrais héros réussissent des exploits exceptionnels sans drogues ni tricheries, avec courage et ténacité mérite beaucoup plus d’encouragement et de fierté
Nuage

 

Atteint d’une paralysie cérébrale, ce garçon laisse tomber sa marchette pour finir son triathlon !

 

 

« C’est mon garçon », s’écrit le père du petit Bailey Matthews lorsque son fils a terminé le triathlon d’une façon absolument incroyable.

Le petit Bailey Matthews, huit ans est atteint d’une paralysie cérébrale. Il a récemment participé au Castle Howard Triathlon avec sa marchette sous la main. Le jeune a complété le 100 m à la nage, une course 4 km de vélo et 1,3 km de course, ses parents ont dit qu’ils étaient « dépassés » par le soutien de la foule, qui était restée dernière pour regarder Bailey terminer l’un des parcours de triathlon les plus difficiles du pays.

Vers la fin du parcours, Bailey a décidé de laisser sa marchette de côté et de terminer la course debout. Malgré qu’il a trébuché 2 fois avant de se rendre jusqu’à la ligne d’arrivée, son exploit a été acclamé par la foule qui n’en croyait pas ses yeux.

Ce garçon a beaucoup de courage et une détermination extraordinaire. Attendez de voir le papa tenir son fils dans ses bas à la toute fin… Un moment rempli d’émotions!

http://www.tropcute.com/