Le Saviez-Vous ► Top 10 des douleurs les plus intenses


Les douleurs, certains sont plus douillets que d’autres, mais certaines douleurs sont pires et difficile à tolérer
Nuage

 

Top 10 des douleurs les plus intenses

 

Par Antoine Besse, Futura

 

Brûlantes, insupportables, intolérables… voici les pires douleurs qu’il est possible de ressentir. Aïe !

L’université de McGill (États-Unis) ( je crois qu’il y ai une erreur, cette université est à Montréal au Canada nldr ) a établi une échelle des douleurs en recoupant des questionnaires soumis à des malades. Voici donc le classement des douleurs les plus intenses ; elles sont ici classées de la plus tolérable à la plus insupportable.

10. Névralgie du trijumeau

Cette maladie appelée aussi « tic douloureux » se caractérise par des crises brutales et inattendues d’intenses douleurs sur la moitié du visage entre la paupière et la lèvre supérieure qui provoquent des contractions involontaires. Cela est souvent dû à une compression d’une partie du nerftrijumeau qui part de l’arrière du crâne pour innerver le visage.

9. Migraine

Les crises migraineuses sont dues à une inflammation des vaisseaux sanguins de la dure-mère provoquée par un dysfonctionnement du système nerveux central. Cette maladie héréditaire se caractérise par des douleurs intenses dans la moitié du crâne, des vomissements, une hypersensibilité à la lumière

8. Colique néphrétique

L’obstruction d’un canal d’excrétion urinaire par un calcul rénal provoque le gonflement du rein et des douleurs unilatérales très intenses et brutales qui partent des lombaires et rayonnent vers l’aine. Aucune position ne soulage, ce qui fait dire en faculté de médecine : « colique néphrétique, patient frénétique ».

7. Fibromyalgie

Cette maladie entraîne des douleurs diffuses tant au niveau articulaire que musculaire. Comme aucune lésion ou inflammation ne sont détectables, les médecins ont mis longtemps à reconnaître la réalité de la fibromyalgie pourtant très incapacitante. Ses causes sont encore mal connues. 

6. Polyarthrite rhumatoïde

Le système immunitaire du malade s’attaque à la membrane des articulations qui, en réponse, gonfle et fabrique des enzymes inflammatoires provoquant de vives douleurs qui sont encore ravivées par le contact (celui d’un vêtement suffit…). L’inflammation continue finit par endommager tendons, cartilages et os…

5. Maladie de Crohn

Cette inflammation, probablement auto-immune, du tube digestif entraine des crises de douleurs aiguës semblables à une crise d’appendicite qui ne pourrait être traitée. Les causes semblent être génétiques et environnementales.

4. Amputation d’un doigt

Le doigt étant la partie du corps la plus richement innervée, son amputation sans anesthésie provoque une douleur très intense. D’autant que la victime souffre souvent ensuite des douleurs dites du « membre fantôme ».

3. Accouchement

Un premier accouchement est souvent décrit comme une expérience non seulement douloureuse, mais également très longue (parfois plus de 6 h) avec des douleurs dues aux contractions brutales du muscle utérin puis par l’extension du périnée au moment du passage de la tête du bébé.

2. Piqure de Paraponera

Cette fourmi vivant en Amazonie délivre par son dard un venin neurotoxique extrêmement douloureux. Une sensation d’intense brûlure irradie dans tout le membre touché et provoque des contractions involontaires des muscles pendant plusieurs heures.

 

La piqure de Paraponera est considérée comme la plus douloureuse du règne animal. © Didier Descouens, CC sa 4.0

La piqure de Paraponera est considérée comme la plus douloureuse du règne animal. © Didier Descouens, CC sa 4.0

1. Syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

 

Ce syndrome se déclare le plus souvent après une lésion (fracture, opération bénigne) qui lèse un nerf et entraînerait son dysfonctionnement. Le malade ressent alors des douleurs cuisantes avec une hypersensibilité, des œdèmes… Une crise peut durer plusieurs mois et il n’existe pas de traitement du SDRC…

https://www.futura-sciences.com/

J’AI MAL EN BAS DU VENTRE ! C’EST GRAVE DOCTEUR ?


Les maux de ventre sont désagréables, mais certaines douleurs demande une attention particulière dont certain doivent être vue en urgence.
Nuage

 

J’AI MAL EN BAS DU VENTRE ! C’EST GRAVE DOCTEUR ?

 

Le mal au ventre est un symptôme particulièrement fréquent chez les femmes. Très banal, il peut révéler de nombreuses affections, bénignes ou plus graves. Quelles peuvent être les principales causes d’une douleur dans le bas ventre ?

Parallèlement, on retiendra qu’une douleur qui dure dans le bas ventre doit amener à consulter afin d’en identifier la cause avec certitude.

Parce que les causes peuvent être très diverses et parfois graves, toute douleur du bas ventre doit entraîner une consultation plus ou moins urgente. Le médecin procèdera à des explorations (examen clinique, analyses biologiques, imagerie) afin d’en déterminer la cause. Il pourra souvent vous rassurer et vous soulager.

Règles douloureuses, retard de règle…

Des règles douloureuses à chaque cycle et des rapports sexuels douloureux, ce n’est pas normal. Il peut s’agir d’une endométriose. Vous devez consulter un gynécologue pour écarter cette cause.

Une douleur au niveau du bas ventre après un retard des règles impose de consulter rapidement. Il peut s’agir d’une grossesse extra-utérine ou d’une fausse couche.

Un kyste de l’ovaire ou un cancer de l’ovaire sont aussi des affections qui peuvent se traduire par des douleurs aiguës au niveau du bas ventre.

Douleur violente

Une douleur intense qui tend à gagner le côté droit du bas de l’abdomen peut suggérer une crise d’appendicite. Avec ou sans fièvre, la douleur peut s’accompagner de vomissements. C’est une urgence.

Une douleur extrêmement violente comme un coup de poignard peut indiquer une péritonite (perforation d’une partie de l’intestin). C’est aussi une urgence !

D’autre part, un caillou qui descend le long des voies urinaires s’accompagne de douleurs intenses. Les douleurs peuvent siéger dans le dos, d’un côté, et irradier dans le bas ventre, jusque dans les testicules pour les hommes. Il s’agit d’une colique néphrétique. Là encore, la douleur tellement forte peut provoquer des vomissements.

Température, brûlures urinaires, constipation…

Des douleurs accompagnées d’une constipation et d’une absence d’émission de gaz depuis plus de 24 heures permettent de suspecter une occlusion intestinale.

Des douleurs dans le ventre, associées à de la température, peuvent laisser suspecter une salpingite (infection des voies génitales). Il faut consulter rapidement pour écarter cette cause. Des douleurs accompagnées de brûlures urinaires et de fièvre indiquent une possible infection de l’appareil urinaire qui est en train de s’étendre.

par Isabelle Eustache, journaliste Santé

http://www.e-sante.be/