Le Saviez-Vous ► Coccinelle : 6 choses étonnantes à savoir sur cet insecte


Les coccinelles sont les préférés des insectes de beaucoup de personnes. Elles sont très utiles dans les jardins, les cultures, car elles sont des insecticides naturels. On connaît surtout les rouges, et les jaunes, mais il y en a de d’autres couleurs, faut dire qu’il existe 5 000 espèces de ces petites bestioles dans le monde.
Nuage


Coccinelle : 6 choses étonnantes à savoir sur cet insecte

Coccinelle rampant sur une fleur

par Clara Zerbib, journaliste animalière

Contrairement à de nombreux insectes qui inspirent de la peur, voire même du dégoût, les coccinelles, elles, sont simplement jugées trop mignonnes.

En effet, tout le monde aime les coccinelles, et notamment les enfants. Et pour cause, avec leur jolie couleur rouge surmontée de points noirs, ces insectes ressemblent à des personnages de dessins animés. Et si une coccinelle atterrit sur votre main, cela est même considéré comme porte-bonheur ! Mais, malgré que la coccinelle soit l’insecte le plus populaire au monde, elle reste très mystérieuse pour la plupart d’entre nous… Voici donc quelques informations essentielles permettant de lever un peu le voile sur ce petit animal vraiment pas comme les autres !

1. Ses points noirs sont des moyens de défense

Contrairement à ce que sous-entend la croyance populaire, le nombre de points que possède une coccinelle sur son dos ne dépend pas de son âge. En revanche, les points peuvent permettre d’identifier à quelle espèce appartient une coccinelle. En effet, certaines espèces de coccinelles ne possèdent pas du tout de points, tandis que d’autres possèdent des taches qui ressemblent davantage à des rayures.

Par ailleurs, les points d’une coccinelle ainsi que sa couleur vive sont avant tout des moyens de défense. En effet, cela indique aux prédateurs que la coccinelle est toxique, et donc qu’elle n’est pas bonne à manger. Elle est d’ailleurs capable de sécréter un liquide jaune au goût désagréable lorsqu’elle est attaquée. Encore mieux, elle sait faire le mort ! Pour cette raison, les coccinelles n’ont que très peu de prédateurs, le plus souvent des grenouilles et des araignées.

coccinelle

Crédits : iStock

2. Elle est une alliée du jardinier

La coccinelle fait partie de ces rares insectes particulièrement utiles au jardin. En effet, elle a tendance à se nourrir de pucerons, d’acariens et même de cochenilles. Une coccinelle peut, à elle seule, manger plus de 5000 pucerons au cours de sa vie! De plus, l’avantage est que les coccinelles pondent leur oeufs dans les colonies de pucerons. Or, lorsque les larves écloses, elles commencent immédiatement à se nourrir.

Ainsi, la coccinelle élimine les insectes nuisibles aux plantes tout en préservant les cultures. Un véritable insecticide naturel, en somme !

3. Elle n’est pas toujours rouge

Il existe près de 5 000 espèces de coccinelles dans le monde. Et, comme vous pouvez vous en douter, toutes les coccinelles ne sont pas rouges. Certaines peuvent être jaunes, oranges, marrons, grises, bleues, roses ou même noires.

coccinelleCrédits : Wendy-Baars/Pixabay

4. Elle est un coléoptère

Même si la coccinelle appartient à la grande famille des insectes, elle est avant tout un coléoptère. Tout comme les scarabées ou encore les hannetons. Elle possède d’ailleurs des ailes fines bien cachées sous sa carapace et qu’elle doit déplier pour s’envoler.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est très répandue. En effet, on retrouve des coccinelles sur tous les continents !

5. Elle hiberne

La coccinelle est, le plus souvent, associée aux belles journées d’été. Mais une fois que l’hiver arrive, elle ne meurt pas, elle hiberne.

Ainsi, la plupart du temps, les coccinelles se blottissent en groupe sous des bûches de bois ou sous des feuilles ou des rochers. De cette façon, elles peuvent vivre environ un an.

coccinelleCrédits : cocoparisienne/Pixabay

6. Elle peut être cannibale

Malgré son petit air mignon et inoffensif, la coccinelle possède aussi ses côtés sombres… En effet, en cas d’absence de nourriture, elle est tout à fait capable de manger les larves de ses congénères pour survivre.

Par ailleurs, les scientifiques ont découvert que les coccinelles pondaient délibérément des oeufs stériles afin que leurs larves puissent s’en nourrir dès leur éclosion. Ainsi, lorsque les temps sont durs, les femelles peuvent pondre plus d’oeufs stériles que de coutume afin de donner les meilleures chances de survie à leur progéniture.

Source

https://animalaxy.fr/

Le Saviez-Vous ► Ces 10 ingrédients inusités et bizarres que contiennent nos produits de beauté


Quoiqu’il y a quelques ingrédients synthétiques, cela me rappeler quand j’étais petite des dessins animés avec des sorcières qui préparaient des potions magiques avec de la bave, du venin, serpent, etc.
Nuage


 

 

Ces 10 ingrédients inusités et bizarres que contiennent nos produits de beauté

 

Par Andréa Sirhan

Ils font de petits miracles sur notre peau, mais d’où proviennent-ils vraiment? Voici 10 ingrédients inhabituels qui se retrouvent dans nos petits pots.

1. La salive d’escargot

Il était commun de traiter les brulures et les ulcères avec de la bave d’escargot au Moyen Âge; les Coréens profitent maintenant de ses propriétés régénératrices pour la peau. Elle accélère le renouvellement cellulaire, améliore la texture et le teint de la peau, aide à conserver l’hydratation dans les tissus et stimule la production d’élastine et de collagène.

2. La carmine

Cet ingrédient dont le pigment est rouge écarlate est utilisé dans les rouges à lèvres, les fards à joues et les vernis à ongles. Il est obtenu à partir de l’acide carminique, qu’on retrouve dans le corps et les œufs de la femelle cochenille… un insecte d’Amérique latine. Les insectes sont récoltés, séchés et broyés, puis sont mélangés à des sels d’aluminium dans une eau bouillante.

3. Constituants de cellules humaines

Des chercheurs ont brisé des cellules cutanées cultivées en laboratoire pour récolter les facteurs de croissance et les protéines (cytokines et interleukines) essentielles à la peau. Les études ont démontré que ce mélange réduit significativement les signes visibles du vieillissement comme les rides et les ridules, et qu’il améliore aussi la texture et le teint de la peau.

4. Les enzymes de poisson

Ces enzymes sont utilisés dans les produits de beauté pour leurs propriétés exfoliantes s’apparentant à l’acide glycolique, sans l’effet asséchant et irritant qu’il peut laisser sur la peau.

Fait cocasse: c’est le Dr Perricone qui a découvert ces bienfaits, en constatant que les mains des travailleurs qui récoltaient les œufs de poisson d’élevage rajeunissaient à vue d’œil!

5. Le venin de serpent synthétique

On l’appelle le botox sans les aiguilles: cet ingrédient imitant le venin de serpent bloque les signaux nerveux indiquant au muscle de se contracter, réduisant l’apparition des rides. Comme le corps l’élimine beaucoup plus rapidement que le véritable botox, l’effet est beaucoup moins prononcé et on doit l’utiliser quotidiennement pour maintenir son efficacité.

6. L’urée

Bien que cette molécule se retrouve dans l’urine des mammifères, c’est une version synthétique qu’on utilise dans les produits de beauté. L’urée permet aux couches supérieures de la peau de retenir l’hydratation, en plus de conserver la teneur en eau des crèmes en cours d’utilisation. Côté formulation, elle aide à conserver un pH optimal pendant la fabrication.

7. L’or

Ce métal est connu pour ses propriétés anti-inflammatoires, d’où son intérêt pour les produits de beauté. La diminution de l’inflammation limite significativement la dégradation des fibres de collagènes et d’élastines, provoquant les rides et la perte de fermeté. En bonus, il reflète la lumière, une caractéristique qu’il conserve une fois dissoute sur la peau.

8. Le caviar

Les œufs de poissons contiennent une tonne d’éléments nutritifs: des omégas-3 et -6 réduisant l’inflammation et augmentant la production de collagène, des antioxydants et des vitamines (A et E) protégeant des radicaux libres et des facteurs de stress environnementaux, et finalement, du potassium et sélénium, améliorant l’élasticité et la réparation de la peau.

9. La gelée royale

Cette gelée pâteuse et épaisse, fabriquée par les abeilles ouvrières pour nourrir la reine, est l’une des substances les plus nutritives du monde. Elle contient tous les acides aminés essentiels, des lipides, des minéraux, des vitamines, de l’acide folique, de la niacine et de la biotine. Elle améliore l’élasticité, la fermeté, la régénération, l’hydratation et l’éclat de la peau.

10. Le venin d’abeille

En plus des propriétés réparatrices, nettoyantes et antioxydantes qu’il partage avec le miel, le corps réagit à l’apitoxine (le venin d’abeille) comme à une réelle piqure. Résultat? Il augmente la circulation sanguine et la production de collagène, repulpant la peau instantanément et améliorant l’apparence des rides et ridules avec l’utilisation prolongée.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-vous ►Top 6 des trucs horribles qu’on mange sans le savoir, les pires secrets de la bouffe industrielle


  • Ce n’est pas la première fois que je mets un billet du même genre, car il a déjà été question de poil, bois, etc. mais encore quelques nouveautés pas très ragoutantes … On jalouse un peu la cuisine des grands-parents ou tout était fait maison
    Nuage

  •  

  • Top 6 des trucs horribles qu’on mange sans le savoir, les pires secrets de la bouffe industrielle

  • Et si c’était vrai qu’on bouffe « que de la merde » et que le moindre aliment entouré de plastique est artificiellement conservé avec des saloperies, non seulement chimiques, mais provenant des parties les plus dégueulasses des animaux les plus dégueulasses (oui à ce point).
  • D’après ce qu’on a pu en lire, c’est un peu vrai, et on a presque envie de se mettre aux pommes vertes. Parce que souvent on mange…

     

    1. De la glande anale de castor

      757px-Castoreum_01

      Crédits photo (creative commons) : H. Zell

      Et on ne parle pas de cette soirée arrosée où vous avez joué à action ou vérité et que vous ne vouliez pas passer pour « un mec qu’est pas cap », mais bien d’un additif bien crado qu’on retrouve dans les sucreries. La prochaine fois que vous mangez un bonbon, pensez au scientifique qui a broyé une glande anale de castor pour en extraire une huile odorante afin d’en badigeonner votre sucrerie, vous verrez, c’est plus efficace qu’un régime. Si vous voulez repérer les aliments qui en contiennent, cherchez « castoréum » -c’est écrit en petit-petit sur l’étiquette (en même temps ils n’allaient pas mettre huile de fion de castor… ça aurait fait un peu brut).

      2 Des insectes

      cochenille

      Crédits photo (creative commons) : indiabirds

  • Les M&M’s rouges sont vos préférés ? Vous adorez Timon et Pumbaa ? Rendez-vous à l’évidence mon vieux vous raffolez des insectes, ou en tout cas de l’acide carminique E120. Présent dans les sucreries type Malabar et M&M’s, cette petite saloperie provient en fait de cochenilles et d’autres petites bestioles. Pour faire simple, il n’est pas rare qu’on mange de la bouillie d’insectes. Vraiment peu rare d’ailleurs, puisqu’on en retrouve aussi dans certains yaourts, les chips, la charcuterie, le tarama, et même… le dentifrice. Oui, même quand on essaie de faire un truc sain, on se fait avoir: si ça c’est pas vicieux…

  •  

  • 3. Du poil de porc ou de canard. Voire du cheveux

  • 800px-Sow_with_piglet

    Crédits photo (creative commons) : Scott Bauer, USDA

  • Cystéine » dit comme ça le mot est plutôt joli, on aurait tort de s’en méfier. Et pourtant si vous le voyez sur une étiquette de pain ou de bagel ou d’un aliment du genre, vous aurez vite fait envie de recracher ce que vous avez dans la bouche. Car la cystéine est un acide aminé obtenu à partir de poils d’animaux ou de cheveux. Vous vouliez du pain qui ne durcit pas au bout d’un jour ET ne pas bouffer de poils… Restez sérieux on ne peut pas tout avoir dans la vie.

     

  • 4. Du bois..

  • bois

    Crédits photo (creative commons) : Jos.

  • En minuscule fragments certes mais du bois quand même. La « cellulose » est utilisée pour donner aux aliments un aspect plus crémeux. Donc si un yaourt onctueux, c’est un yaourt qui envoie du bois… en vrai. On en trouve aussi dans le gruyère puisqu’il sert à ce que les bouts de fromages ne s’agglutinent pas entre eux. Un problème capital donc.

     

  • 5. Du sable

  • sable

    Crédits photo (creative commons) : Urban

  • Le sable est utilisé dans les plats industriels, sous l’appellation « dioxyde de silicium ». Comme pour le bois, il a une action « antiagglomérat », c’est-à-dire qu’il empêche les plats d’être tout collés. Cet additif est notamment très utilisé dans les chili con carne vendus en boite. On se demande pourquoi ils se donnent tout ce mal. Quand on achète du chili en boite c’est juste que c’est la fin du mois, pas qu’on a super envie d’en manger et qu’on risque d’être déçu s’il est tout collé. Il faut leur dire aux mecs : « on le mange parce qu’on a rien d’autre, donc allez y mollo sur le sable ».

     

  • 6. Des « flavor pack » (oui nous non plus on savait pas ce que c’était mais c’est expliqué en dessous)

  • orange

    Crédits photo (creative commons) : Tropicana

  • Les jus de fruits vendus comme 100% naturels proviennent la plupart du temps de fruits vieux d’une bonne année qu’on laissé dans des cuves sans air afin qu’ils soient conservés. Le problème étant qu’au bout d’un an, ils ont plus le goût de vieux slips que de fruits, et c’est là qu’on vient y ajouter des petits additifs appelés « flavor pack ».

  • Ces « flavor pack » sont en fait produit par les laboratoires qui fabriquent artificiellement les parfums et ne sont pas considérés comme des « ingrédients »… Et donc on ne prend pas la peine de le préciser et de les faire apparaître sur la boite. Vous vous êtes déjà demandé comment un produit entièrement constitué de fruits frais pouvait toujours avoir le même goût ? Ben voilà, maintenant vous savez.

     

  • Bonus : Pas de crabe (du tout)

  • surimi

    Crédits photo (creative commons) : Frrrrred

  • « Miam miam le bon poisson, c’est important les protéines, pour devenir comme papa ! ». Vous mangerez beaucoup de choses en ingérant du surimi, mais ne pensez pas manger du crabe. Le mot « surimi » provient du japonais et signifie « poisson haché ». Ce qui décrit bien le produit : des chutes de poisson (n’importe lequel) reconstituées et du colorant orange. Ni plus, ni moins. Alors oui, ça passe avec de la mayonnaise, mais on devrait ça du pudding

  • http://www.topito.com

Le saviez-vous ► 6 additifs alimentaires dégoûtants que vous mangez sans le savoir


Savons-nous vraiment ce que nous mangeons ? Même si c’est inscrit dans la  listes des ingrédients d’un produit, il n’est pas certains que nous ne savons même pas l’origine … quoiqu’il en soit, certains additifs sont vraiment inquiétant .. juste a penser a la glande de la région anale du castor Alors qu’on accuse certains pays de prendre des ailerons de requin ou défense d’animaux .. sommes nous guère mieux ?
Nuage

 

6 ADDITIFS ALIMENTAIRES DÉGOÛTANTS QUE VOUS MANGEZ SANS LE SAVOIR

 

La glu rose, un additif que l’on retrouve dans la viande hachée, n’est que la pointe de l’iceberg : voici 6 autres additifs qui pourraient bien se retrouver dans votre assiette.

Par Beth Dreher

 

1. Ammoniac

Crédit photo: IStockphoto/Elena Elisseeva

Vous avez entendu parler de la controversée pink slime ou « glu rose », un agent de remplissage du bœuf haché, traité à l’ammoniac. On l’a servi dans les cafétérias scolaires et en restauration rapide depuis. Le retour de bâton contre la « glu rose » (également connue sous le nom de lean finely textured beef(LFTB) et boneless lean beef trimmings (BLBT), plus tôt cette année, a conduit à des mises à pied chez Beef Products, un des plus importants fabricants de ce produit et à des annonces par de nombreuses commissions scolaires américaines qui ont banni le LFTB de leurs cafétérias.

Peu importe la supposée innocuité de l’ammoniac dans le bœuf, vous n’avez probablement pas envie d’ingérer un produit corrosif utilisé pour nettoyer les planchers. On retrouve de l’ammoniac en quantités infimes dans le beurre d’arachide, les croustilles et d’autres aliments.

À la vérité, plusieurs aliments transformés contiennent toutes sortes d’ingrédients incongrus, mais jugés sûrs par la Food and Drug Administration (FDA) et le United States Department of Agriculture (USDA.) En voici un aperçu.

2. Glandes de castor

Crédit photo: IStockphoto/ Thinkstock

Vous trouverez du castoréum, une sécrétion huileuse odorante obtenue par broyage d’une glande de la région anale du castor, utilisée comme arôme de fraise, de framboise ou de vanille dans certains bonbons, la gomme, la gélatine et le pouding.

3. Poils de porc, poils humains et plumes de canard

Crédit photo: Hemera/Thinkstock

Quand vous lisez cystéine sur l’étiquette des ingrédients du pain ou des bagels, sachez que c’est un acide aminé obtenu à partir de poils ou de plumes.

4. Virus en vaporisation

Crédit photo: IStockphoto/Thinkstock

Pour lutter contre la listériose, la FDA permet aux producteurs d’aliments de pulvériser les charcuteries avec les mêmes bactériophages utilisés dans les hôpitaux pour tuer les germes pathogènes.

5. Parties d’insectes

Crédit photo: IStockphoto/Thinkstock

La femelle du dendroctone nous donne une laque (shellac, en anglais), aussi appelée « glaçage du confiseur ». Elle est utilisée pour rendre les bonbons et les fruits (et les meubles) brillants. Le pigment rouge carmin, couramment utilisé comme colorant alimentaire dans les jus de fruits et les bonbons, est fabriqué à partir de carapaces de cochenilles.

6. Pâte de bois

Crédit photo: IStockphoto/Thinkstock

De minuscules fragments de fibres végétales et de bois, la cellulose en poudre, sont utilisés pour faire en sorte que certains types de crème glacée, faibles en gras, semblent plus crémeux. La cellulose est également utilisée pour éviter que le fromage râpé ne s’agglutine.

http://selection.readersdigest.ca

Starbucks n’utilisera plus de colorant à base d’insectes


Je ne suis pas végétalienne mais j’approuve ce changement … J’avais appris que plusieurs aliments comme certains bonbons était colorer avec ces cochenille dans une série télévisée … de quoi qu’on peut apprendre presque tout partout
Nuage

 

Starbucks n’utilisera plus de colorant à base d’insectes

 

PHOTO: AP

Associated Press
New York

L’entreprise américaine Starbucks a annoncé, jeudi, qu’elle renonçait à utiliser dans ses boissons un colorant alimentaire rouge fabriqué à partir d’insectes broyés, pour ne pas déplaire aux végétaliens.

L’entreprise américaine Starbucks a annoncé, jeudi, qu’elle renonçait à utiliser dans ses boissons un colorant alimentaire rouge fabriqué à partir d’insectes broyés, pour ne pas déplaire aux végétaliens. La chaîne basée à Seattle a expliqué dans un message mis en ligne dans la section blogue de son site internet qu’elle avait pris cette décision après avoir reçu des plaintes de certains consommateurs et effectué une évaluation rigoureuse.

La compagnie a précisé qu’elle remplacerait l’extrait de cochenille, fait du jus de minuscules coléoptères, par le lycopène, un pigment à base de tomate.

L’extrait de cochenille est fréquemment utilisé dans la fabrication de produits alimentaires et cosmétiques comme le yogourt, le rouge à lèvres et le shampoing. Starbucks l’employait pour colorer ses boissons à la fraise ainsi que certaines de ses pâtisseries.

Selon l’entreprise, la transition sera complétée d’ici la fin du mois de juin.

Une pétition mise en ligne sur le site change.org demandant à la chaîne d’arrêter d’utiliser le colorant de cochenille a recueilli plus de 6000 signatures. Elle avait été lancée par une femme de la Caroline du Sud qui voulait informer le public que les boissons aux fraises de Starbucks n’étaient pas végétaliennes.

http://www.cyberpresse.ca