Ces deux chiens se battent contre un cobra pour sauver un bébé


Les chiens savaient que ce serpent était dangereux qu’ils s’étaient livrés au combat au péril de leur vie pour protéger les habitats de la maison. Le serpent, aurait-il pu attaquer le bébé qui dormait sous la surveillance de la gardienne ? Peut-être, les chiens n’ont pas pris de chance. Malheureusement, un des chiens a été mordu mortellement et l’autre, le teckel blanc est devenus aveugles après avoir reçu du poisson dans ses yeux, alors que le cobra est mort.
Nuage


Ces deux chiens se battent contre un cobra pour sauver un bébé



Deux chiens héroïques se sont battus contre un cobra pour l’empêcher de pénétrer dans la chambre où dormait le bébé de leurs maîtres. L’un a succombé à une morsure du reptile, l’autre a perdu la vue mais ils ont eu la peau du serpent.

Alors qu’un cobra mortel venait d’entrer dans la maison familiale où dormait Skye, une fillette d’un an, à Kidapawan, aux Philippines, les deux chiens du foyer se sont livrés à un combat sans merci pour l’empêcher d’attaquer le bébé. Leur bravoure aura bel et bien sauvé la fillette même si, hélas, ils n’en sont pas sortis indemne,

Le combat a été filmé par la caméra de vidéosurveillance de la maison où l’on voit les deux chiens en pleine lutte contre le reptile au poison mortel.

Dans la vidéo, on voit Moxie, le Teckel blanc âgé de 2 ans, qui se jette sur le serpent, puis Miley, 4 ans, qui l’attaque et le mord. Une lutte acharnée qui dure plusieurs minutes avant que les chiens ne finissent par l’emporter bravement, tuant le cobra.

Au moment de l’incident, les parents de Skye étaient au travail et leur fillette faisait la sieste surveillée par une gardienne également présente à l’intérieur de la maison.

Les parents choqués en découvrant la vidéo du combat


« Lorsque nous sommes arrivés, notre assistant nous a raconté ce qui s’est passé et a examiné les caméras. Nous avons été choqués mais aussi si fiers des chiens » confie Jaime Selim, le père de Skye.

Hélas, Miley, mordue par le cobra est décédée des suites de ses blessures. Quant à Moxie, elle a survécu, mais a été aveuglée après avoir reçu du venin empoisonné du serpent en pleine face.

Le père de Skye précise qu’il ne pourra jamais assez remercier ses chiens d’avoir protégé son bébé et que Miley va beaucoup leur manquer. Skye, elle, peut remercier ses anges gardiens poilus de l’avoir protégés envers et contre tout.

https://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ► Top 10 des serpents les plus dangereux de la planète


Beaucoup de personnes ont peur des serpents même s’ils en ont jamais vu. C’est inné ! Quoi que ce n’est pas tout les serpents qui sont dangereux. Par contre d’autres, il faut se méfier de certains qui sont très dangereux et donc à éviter.
Nuage


Top 10 des serpents les plus dangereux de la planète

par Clara Zerbib, journaliste animalière

Il existe plus de 600 espèces de serpents venimeux dans le monde. Mais seules 200 d’entre elles peuvent être dangereuses pour l’Homme.

Petit tour d’horizon des serpents les plus meurtriers !

1. Le mamba noir

Considéré comme le serpent le plus rapide du monde, le mamba noir (Dendroaspis polylepis) peut se déplacer jusqu’à 23 km/h. Il peut mesurer jusqu’à 4 mètres de long et tire son nom de la coloration noire de l’intérieur de sa bouche.

Il s’agit d’un reptile très dangereux. Et pour cause, sa morsure peut tuer un être humain en moins de 2 heures… Heureusement, il ne se rencontre que dans certaines parties de l’Afrique.

mamba noir

Crédits : iStock

2. Le Taïpan du désert

Le venin du Taïpan du désert (Oxyuranus microlepidotus) est 25 fois plus toxique que celui du cobra. Une seule morsure pourrait ainsi tuer pas moins de 100 personnes.

En effet, son venin a pour effet de paralyser les muscles, ralentir la respiration et provoquer des hémorragies dans les vaisseaux sanguins. Cette espèce n’est toutefois visible à l’état sauvage qu’en Australie.

taïpan du désertCrédits : XLerate/Wikimedia Commons

3. La vipère heurtante

Avec ses 2 mètres de long, la vipère heurtante n’est pas le plus grand serpent qui soit. Mais il a une autre particularité : c’est le serpent à l’attaque la plus rapide au monde. Toutefois, il prend toujours la peine de prévenir de son attaque en émettant des sifflements bien reconnaissables.

Toujours est-il que sa morsure peut occasionner des hémorragies internes ainsi que des nécroses. Mais si vous ne vivez pas en Afrique ou en Arabie, vous n’avez aucune chance de le rencontrer.

vipère heurtanteCrédits : Bernard DUPONT/Wikimedia Commons

4. Le Fer de lance commun

Le Fer de lance commun (Bothrops atrox) vit dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud, et notamment en Guyane. Mesurant environ 2 mètres, il est aussi à l’aise dans les arbres que sur terre ou même dans l’eau.

Ce qui rend ce serpent dangereux, c’est sa morsure extrêmement venimeuse mais également sa capacité à se camoufler, notamment dans les plantations de café et de banane

fer de lanceCrédits : Bernard DUPONT/Flickr

5. Le cobra indien

Aussi appelé serpent à lunettes, le cobra indien (Naja naja) se rencontre principalement en Asie du Sud, et notamment en Inde.

Mesurant environ 2 mètres, il possède l’un des venins les plus puissants au monde pour la simple et bonne raison qu’il peut en injecter beaucoup en une seule morsure. L’effet paralysant est alors immédiat, entraînant la mort par arrêt cardiaque ou par arrêt respiratoire.

cobra indienCrédits : Gopal Venkatesan/Wikimedia Commons

6. L’anaconda géant

L’anaconda géant n’est pas venimeux. En revanche, il a pour caractéristique d’être constricteur, c’est-à-dire qu’il s’enroule autour de ses proies pour les étouffer.

Avec ses 5 à 9 mètres de long et ses 130 kilos, l’anaconda peut faire peur. Mais en réalité, ses attaques sur l’être humain sont rares. D’autant plus qu’il vit la plupart du temps dans l’eau, plus particulièrement dans le bassin amazonien.

serpent anacondaCrédits : Jeff Kubina/Flickr

7. L’Échide carénée

L’Échide carénée (Echis carinatus) est un tout petit serpent vivant en Asie. Difficilement détectable de par sa petite taille, il a la réputation d’être très rapide. Et sa morsure est particulièrement venimeuse, son taux de mortalité pouvant atteindre les 90%.

Lors d’une morsure, la personne atteinte a tendance à saigner des oreilles, du nez ou encore des yeux et à déclencher des complications rénales. Sympathique, non ?

serpent echis carinatusCrédits : Dr. Raju Kasambe/Wikimedia Commons

8. Le Bongare indien

Le Bongare indien (Bungarus caeruleus) est considéré comme le serpent le plus dangereux d’Inde. Et pour cause, son puissant venin paralysant a tendance à attaque le système nerveux. Et le problème, c’est que les anti venins sont inefficaces…

Heureusement, sa morsure est indolore. C’est déjà ça !

bongare indienCrédits : Jayendra Chiplunkar/Wikimedia Commons

9. La vipère de Russel

La vipère de Russell (Daboia russelii) se rencontre en Asie du Sud et est réputée pour son tempérament quelque peu agressif. En effet, ce serpent d’environ 1,20 mètre a tendance à mordre tout ce qui passe. Or, sa morsure est particulièrement dangereuse et très douloureuse.

Ce serpent tuerait pas moins de 25 000 personnes par an. Autant dire qu’il vaut mieux s’en méfier…

vipère de russellCrédits : AChawla/Wikimedia Commons

10. Le cobra royal

Le cobra royal (Ophiophagus hannah) est considéré comme le plus long serpent venimeux du monde. En effet, il peut mesurer jusqu’à 5,5 mètres de long, pour un poids d’environ 10 kilos.

Présent en Asie du Sud, ce serpent est capable d’injecter une quantité impressionnante de venin à chaque morsure, ce qui le rend particulièrement dangereux. La mort intervient rapidement, le plus souvent par asphyxie.

cobra royalCrédits : antriksh/Pixabay

Source

https://animalaxy.

Le Saviez-Vous ► Pourquoi certains serpents sont-ils plus venimeux que d’autres?


Il y a des serpents plus venimeux que d’autres. Pourquoi cette différence ? La nourriture disponible, la taille du serpent ?
Nuage

 

Pourquoi certains serpents sont-ils plus venimeux que d’autres?

 

 Pas touche au crotale  | Cloudtail the Snow Leopard via Flickr CC License by

Pas touche au crotale | Cloudtail the Snow Leopard via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

Tout (ou presque) est une question de nourriture

.

Repéré sur Ecology Letters, Université nationale d’Irlande à Galway

La phobie des serpents est l’une des plus courantes au monde et n’a, à la base, rien d’irrationnel: leurs morsures venimeuses en font de redoutables prédateurs. Reste que certaines espèces, comme les cobras, les boomslangs ou les crotales possèdent une réserve de venin bien supérieure à leurs besoins –capable de tuer des milliers de leurs proies naturelles et une bonne tripotée d’humains– quand d’autres, à l’instar du serpent marin Aipysurus eydouxii, ont un venin si faible qu’il le rend quasi inoffensif. Pourquoi la capacité létale ou paralysante du venin de serpent varie-t-elle autant d’une espèce à l’autre?

Une étude, menée par des scientifiques de l’Université nationale d’Irlande à Galway, de l’Université de St Andrews, du Trinity College de Dublin et de la Société zoologique de Londres, révèle pourquoi certains serpents sont beaucoup plus mortels que d’autres. Le secret est évolutionnaire: les venins ont évolué pour être les plus efficaces contre les animaux phylogénétiquement les plus proches de ceux que les serpents ont l’habitude de manger.

Ce que Kevin Healy, l’auteur principal de l’article, résume en ces termes:

«Ces résultats sont logiques d’un point de vue évolutionnaire car on pouvait s’attendre à ce que l’évolution ait façonné les venins pour les rendre les plus mortels vis-à-vis des proies les plus fréquentes des serpents. Vous ne trouverez pas beaucoup de souris dans la mer alors il ne fallait pas s’attendre à ce qu’un serpent marin développe un venin plus efficace pour tuer les souris que les poissons».

Un travail qui montre aussi que la quantité de venin qu’un serpent renferme dépend autant de sa taille que de son milieu. Les glandes venimeuses les plus prolifiques sont celles des serpents terrestres, suivis par les serpents arboricoles puis les serpents marins. Une différence qui pourrait être déterminée par l’abondance des proies disponibles dans leurs environnements respectifs. Les opportunités alimentaires des serpents terrestres, vivant en général dans des régions chaudes et arides, étant les plus rares, l’évolution les a dotés de la meilleure assurance boustifaille.

Prochaine étape pour l’équipe du Dr. Healy: voir si son modèle est capable de prédire la dangerosité du venin des serpents extérieurs à la centaine d’espèces analysées et comparées dans leur étude. Une base de données écologiques et évolutionnaires susceptible, par ailleurs, d’identifier des venins aux propriétés biomédicales intéressantes pour l’industrie pharmaceutique.

http://www.slate.fr/

Inondations en Inde: alerte aux serpents avec la baisse des eaux


Quand chez moi, nous avons une inondation, le pire que l’on peut trouver a la baisse des eaux est du poissons. Dans un état de l’Inde, l’inondation a fait beaucoup de dégâts plus de 50 mille maisons et 10 milles km de détruit. Cependant, malgré la baisse des eaux, ils risquent quand même d’autres ennuis, des serpents qui peuvent se cacher partout dans les demeures encore debout.
Nuage

 

Inondations en Inde: alerte aux serpents avec la baisse des eaux

 

Getty Images/iStockphoto

Les hôpitaux de l’État indien du Kerala, touché par des inondations, préparent des sérums antivenimeux et la population a été mise en garde par les autorités face à la profusion de serpents lors du reflux des eaux, ont indiqué vendredi les autorités locales.

Les médias locaux ont alerté la population de la présence possible de serpents «cachés dans les placards», sous les tapis, dans les vêtements ou dans les machines à laver dans les maisons inondées par la mousson qui a ravagé une grande partie de la région et fait au moins 420 morts.

«Des serpents ont été repérés dans beaucoup de maisons inondées et des messages d’alerte ont été envoyés pour prendre des précautions en retournant chez soi», a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement du Kerala à l’AFP.

«Les hôpitaux ont été équipés pour faire face à la situation», a-t-il ajouté. «Des sérums antivenimeux et des médicaments sont stockés dans tous les hôpitaux, particulièrement dans ceux qui couvrent les zones touchées par les inondations.»

Selon les médias locaux, les hôpitaux du nord et du centre de l’État – les zones les plus touchées par les inondations – ont signalé une augmentation du nombre de patients pris en charge en raison de morsures de serpent.

Vava Suresh, un dresseur de serpents de la région, a déclaré au journal Hindustan Times avoir reçu 22 appels d’habitants inquiets, et avoir capturé cinq cobras dans la commune d’Ernakulam.

«L’un d’entre-eux a été retrouvé dans une armoire au deuxième étage d’une maison, un autre dans un placard», a-t-il indiqué.

Les autorités locales et les experts ont formé des équipes pour aider ceux qui trouvent des serpents dans leur maison.

Selon l’agence de presse PTI, le gouvernement a embauché un spécialiste des serpents qui conseille aux habitants d’utiliser un bâton pour trier leurs affaires et de ne pas manipuler les appareils électroménagers à mains nues.

Plus d’un million de personnes sont toujours hébergées dans des abris temporaires alors que le niveau des eaux baisse rapidement.


Les autorités affirment que 50 000 habitations et 10 000 km de routes ont été détruits.

http://journalmetro.com/

La police ontarienne recherche plus d’une dizaine de dangereux serpents


Pour ma part, je n’aime pas les animaleries et encore moins l’exploitation des animaux exotiques. Et pire encore, quand ces animaux peuvent être dangereux pour la vie d’une personne. Alors, imaginez quand il y a une dizaine qui peuvent être n’importe où …
Nuage

 

La police ontarienne recherche plus d’une dizaine de dangereux serpents

 

Un crotale diamantin, cinq cobras de variétés différentes,... (Photo fournie par La Presse canadienne)

Un crotale diamantin, cinq cobras de variétés différentes, plusieurs vipères et une femelle boa constricteur albinos enceinte sont au nombre des serpents disparus.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRESSE CANADIENNE

Plus d’une dizaine de dangereux serpents qui ont été volés dans le sud de l’Ontario posent un risque autant pour le public que pour eux-mêmes, a indiqué la police locale, mardi, alors qu’elle poursuit sa recherche des reptiles subtilisés au cours du week-end.

La police régionale de Niagara affirme que les serpents ont été volés dans une maison rurale de Thorold, en Ontario, dans la soirée de samedi.

Les reptiles disparus forment un large éventail, a dit l’agent Phil Gavin, spécifiant que la plupart d’entre eux sont venimeux. Chacun de ces serpents a le potentiel de tuer des humains, a-t-il ajouté.

Un crotale diamantin, cinq cobras de variétés différentes, plusieurs vipères et une femelle boa constricteur albinos enceinte font notamment partie du lot.

Selon les informations de la police, il semble que le propriétaire de la résidence où le vol s’est produit a élevé et nourri ces serpents dans le but de les vendre, une pratique tout à fait légale en Ontario.

Si les raisons qui ont poussé le ou les suspects à commettre leur méfait ne sont pas encore connues, il est clair pour M. Gavin que le ou les malfaiteurs n’ont pas agi de façon aléatoire.

«L’individu moyen qui entre (par infraction) et fait des affaires avec ce genre de serpents ne frappe généralement pas un foyer de cobras sans avoir un certain niveau de connaissance», a relevé l’agent.

La taille des reptiles saisis varie, allant de 12 à 106 cm de long pour les serpents venimeux, alors qu’elle est estimée à 200 cm de long pour le boa. Ce dernier n’est pas venimeux, mais peut mener des attaques mortelles avec sa force légendaire, a insisté M. Gavin.

La possession d’animaux exotiques est controversée, mais légale dans plusieurs régions du Canada. L’Ontario dispose des lois jugées les plus souples à ce chapitre. Le gouvernement de la province a interdit la possession de seulement deux espèces, soit l’épaulard et le pitbull.

Les autorités municipales peuvent ensuite choisir d’instaurer leurs propres restrictions. Ainsi, les villes de Toronto et d’Ottawa tiennent des listes fréquemment mises à jour des animaux bannis de leur territoire. Un tel registre n’existe toutefois pas à Thorold, a précisé la police régionale de Niagara.

Zoocheck, un groupe de surveillance des traitements réservés aux animaux, rapporte une hausse significative du nombre d’entreprises qui vendent des animaux dans la région depuis cinq ans.

De telles entreprises sont faciles à mettre sur pied, estime le directeur général de Zoochek, Rob Laidlaw, accusant un manque de réglementation en la matière.

«Aujourd’hui, tout ce dont vous avez besoin est d’un éventail d’animaux dans votre sous-sol, votre garage ou votre cour, ainsi que d’un ordinateur», observe-t-il, ajoutant qu’il est possible, selon lui, de se lancer dans la vente animalière en l’espace de deux heures.

L’enquête sur le vol de la dizaine de serpents n’en est qu’à ses débuts, a de son côté fait savoir l’agent Gavin. Le nombre de suspects n’est pas connu, a-t-il précisé.

Une fois retrouvés, les serpents seront probablement remis à leur propriétaire d’origine, a-t-il ajouté, invitant quiconque détenant de l’information sur ce dossier à se manifester.

ww.lapresse.ca

Ce cobra a deux têtes… qui essaient de s’entre-dévorer


Un cobra, non deux cobras avec un seul corps, à comparer à d’autres animaux dont l’homme, les serpents ne sont pas très copains et semblent être des rivaux de temps à autre
Nuage

 

Ce cobra a deux têtes… qui essaient de s’entre-dévorer

 

Ce serpent est polycéphale © My Univers@ Video News / YouTube

Ce serpent est polycéphale © My Univers@ Video News / YouTube

Début août, un serpent d’un genre particulier est né en Chine : il s’agit en effet d’un cobra venimeux à deux têtes.

 

MUTATION. Un serpent à deux têtes : le tableau évoque l’Hydre de Lerne de la mythologie grecque, terrassée par Hercule, et ses multiples excroissances céphaliques. Ce cobra n’est pourtant pas une créature de fiction, mais est bel et bien né pour de vrai en Chine, au sein d’un élevage de serpents. Cette malformation est nommée polycéphalie (« plusieurs têtes », dérivant du grec ancien κεφαλη, « tête »). Elle n’est pas spécifique au reptile : on peut la retrouver sur tout organisme vivant, y compris l’homme. Pourtant, cette cause de tératogénie (du grec τερατος, ou « monstre », désignant la production de malformation) est le plus souvent mortelle : les êtres vivants n’y survivent guère longtemps, quelques mois au mieux dans la plupart des cas. Ces deux têtes de serpents sont pourtant bien vivantes : elles s’agitent, tentent de se déplacer dans deux directions à la fois (chaque tête étant dotée de son propre cerveau, ce qui peut aboutir à des signaux moteurs contradictoires), et tentent même… de s’entre-dévorer. Charmant, n’est-ce pas ?

L’heureux propriétaire d’une telle curiosité l’a d’ores et déjà prêtée à des experts en herpétologie (il s’agit de la science qui s’intéresse aux reptiles) au Zoo de Nanning, afin qu’ils l’étudient de plus près. Li Keqi, gardien du zoo, a indiqué au Daily Mail n’avoir aucune idée sur le pronostic de survie du petit monstre venimeux chinois.

« Le cobra est en vie depuis 10 jours, et a déjà mué plusieurs fois. »

 

http://www.sciencesetavenir.fr/

Décapité depuis vingt minutes, un cobra tue un cuisinier


Quelle idée de manger de la soupe au serpent au restaurant ? On peut dire que la soupe est faite de denrées fraiches. Sauf qu’il faut se méfier des reptiles même découper en morceaux
Nuage

 

Décapité depuis vingt minutes, un cobra tue un cuisinier

 

Le cobra cracheur d’Indochine peut cracher son venin jusqu’à 3 mètres de distance, il vise alors les yeux pour essayer d’aveugler son agresseur. Photo : CB2/ZOB/WENN.COM/SIPA

CHINE – Un chef cuisinier s’est fait mordre par un cobra cracheur d’Indochine auquel il avait pourtant coupé la tête 20 minutes plus tôt. L’homme a succombé à la morsure dans les minutes qui ont suivi.

Que tout le monde se rassure, c’est extrêmement rare. Un chef cuisinier chinois est mort après une morsure de serpent survenue dans ces circonstances tout à fait exceptionnelles. L’homme avait coupé la tête de l’animal, un cobra cracheur d’Indochine (naja siamensis de son nom savant, aussi appelé cobra cracheur noir et blanc) pour en faire une soupe. Mais voilà que vingt minutes après lui avoir tranché la tête, il se fait mordre la main par le reptile – ou plutôt ce qu’il en reste -, rapporte le Daily Mirror

Venin très violent

Les clients du restaurant ont alors entendu des cris provenant de la cuisine. Quelqu’un a appelé les secours mais le temps qu’ils arrivent, l’homme était déjà mort. Le serpent lui avait en effet injecté un venin neurotoxique très violent et qui peut être fatal si on n’agit pas très vite. Comment l’animal a-t-il pu mordre tout en ayant la tête coupée ?

« Les reptiles peuvent bouger jusqu’à une heure après avoir été découpés. Ils ont la capacité de mordre et d’injecter leur venin même une fois décapités », selon un spécialiste des cobras, cité par le Mirror.

« Il est parfaitement possible que la tête ait encore été vivante au moment où elle a mordu la main du cuisinier. Même en mort cérébrale, le serpent aurait cependant pu réagir par réflexe », ajoute l’expert.

 Quoi qu’il en soit, la police a confirmé qu’il s’agissait d’un accident très rare couplé à une bonne dose de malchance.

http://www.metronews.fr/