Cet aven­tu­rier est le premier homme à avoir traversé l’An­tar­c­tique seul et sans assis­tance


Ça prend beaucoup de courage et d’endurance . En Antarctique, deux hommes séparés de quelques kilomètres on traverser un territoire ou le climat est extrême. Chaqu’un de leur côté, ils devaient traverser seul sans aucune aide autres que leurs muscles pour tirer leur traîneau en Antarctique C’est un Américain qui est arrivé avant un Britannique
Nuage

 

Cet aven­tu­rier est le premier homme à avoir traversé l’An­tar­c­tique seul et sans assis­tance

 

Crédits : Colin O’Brady

par  Ulyces

 

Selon son signal GPS qui le suit depuis son départ le 3 novembre dernier, Colin O’Brady a atteint la barrière de Ross, plus grande barrière de glace de l’An­tar­c­tique, répu­tée pour son climat extrême

Le 26 décembre dernier, le maga­zine Natio­nal Geogra­phic célé­brait sa victoire : cet explo­ra­teur né aux États-Unis est désor­mais le premier à avoir effec­tué une traver­sée de l’An­tar­c­tique seul, en survi­vant unique­ment avec le contenu de son traî­neau et en utili­sant simple­ment sa propre force muscu­laire (sans s’ai­der de machines, de chiens ou du vent).

Durant 54 jours, O’Brady a parcouru à ski près de 1 500 km, tirant par –40 degrés un traî­neau de 135 kg. Pour mener à bien son expé­di­tion, cet athlète de 33 ans, origi­naire de l’État de Washing­ton, a dû consom­mer envi­ron 8 000 calo­ries par jour. En attei­gnant la plate-forme de glace de Ross ce 26 décembre, l’Amé­ri­cain a inscrit son nom dans l’His­toire et accom­pli son « Impos­sible First ».

Crédits : Colin O’Brady

En même temps que O’Brady, Louis Rudd — capi­taine de l’ar­mée britan­nique de 49 ans — s’est lui aussi lancé dans l’aven­ture, selon les mêmes moda­li­tés. Pour débu­ter leurs traver­sées respec­tives (aux parcours toute­fois légè­re­ment diffé­rents), les deux explo­ra­teurs avaient été placés à quelques kilo­mètres l’un de l’autre.

Ces derniers jours, Rudd avait l’avan­tage. Après un mois et demi de ski et de camping dans ces paysages imma­cu­lés où le soleil ne se couchait jamais, leur jour­naux de bord affi­chaient des hommes émaciés et frigo­ri­fiés. O’Brady a alors réalisé qu’il ne lui restait plus que 129 km à parcou­rir. Pour rempor­ter la course, il s’est décidé à la termi­ner d’une traite et, après plus de 30 heures d’ef­fort, l’Amé­ri­cain a achevé sa traver­sée histo­rique.

Rudd, quant à lui, a annoncé durant la nuit de Noël qu’il pensait atteindre la ligne d’ar­ri­vée trois jours plus tard, « si les condi­tions, la surface et la météo le permettent ».

Source : Natio­nal Geogra­phic

 

https://www.ulyces.co/