Les traces de plus de 60 000 structures édifiées par les Mayas révélées


LiDar est un radar qui peut passer à travers la végétation reflétée par le sol et les structures rocheuses. Grâce à cette technologie, il a été possible de trouver des structures de la civilisation Maya. Des découvertes qui auraient pris plusieurs dizaines d’années à trouvées. Cependant, il faut maintenant que les archéologues confirment en temps réel ces découvertes … Imaginez, ils ne sont qu’à 8 % de la surface étudiée.
Nuage

 

Les traces de plus de 60 000 structures édifiées par les Mayas révélées

 

On voit en trois dimensions des traces de constructions (maisons, forts, temples) de différentes formes.

Vestiges de constructions mayas au Guatemala révélés par la technologie LiDAR.  Photo : Francisco Estrada-Belli/PACUNAM

 

Des images sans précédent ont permis à une équipe de chercheurs étrangers de révéler des détails inconnus de l’empire maya. Leurs résultats, récemment publiés, pourraient changer notre façon de voir cette civilisation mystérieuse.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Pendant longtemps, partir à la recherche d’une civilisation perdue impliquait la réunion de spécialistes prêts à s’aventurer au cœur de territoires inconnus pendant de longues périodes. De nos jours, bien que le travail sur le terrain demeure irremplaçable, l’observation radar peut révéler l’étendue d’une civilisation avec une précision et une rapidité jamais obtenues auparavant.

Ce type d’observation a mené à une découverte révolutionnaire au mois de février dernier. Une équipe de chercheurs américains et guatémaltèques a révélé au monde des images préliminaires saisissantes de l’ampleur de la civilisation maya, qui a prospéré pendant 2500 ans à travers la péninsule du Yucatan, qui couvre le sud du Mexique ainsi que plusieurs pays d’Amérique centrale.

Lever le voile sur le passé

Les œuvres et les connaissances du peuple maya ont piqué la curiosité des archéologues et du public pendant des décennies. Malheureusement, tout ce qui nous reste d’eux sont des ruines ensevelies sous la jungle et difficilement accessibles.

Utilisant la technologie du LiDAR (Light Detection And Ranging), dont le principe est similaire à celui du radar, mais qui utilise des rayons laser au lieu d’ondes radio, les scientifiques ont pu voir à travers la végétation qui recouvre une bonne partie du territoire anciennement contrôlé par cet empire. Des mois d’analyses plus tard, le fruit de leurs recherches a été publié dans un article de la revue Science.

Ces impulsions laser ont la propriété de passer à travers la végétation, mais d’être reflétées par le sol et les structures rocheuses.

La façon dont les ondes sont altérées au contact du sol permet de révéler les changements topographiques et les structures artificielles, créant ainsi des images 3D de la surface, comme si la forêt y avait été coupée à blanc.

Animation montrant l’utilisation de la technologie LiDAR sur le site de Tikal, au Guatemala

Un empire complexe et interconnecté

Au total, les chercheurs ont survolé et cartographié plus de 2144 kilomètres carrés de la péninsule, ce qui leur a permis de repérer le chiffre impressionnant de 61 480 structures inconnues à ce jour. Parmi ces dernières, on retrouve des maisons, petites et grandes, des temples et des pyramides, mais aussi des territoires agricoles, des canaux d’irrigation et même des fortifications et autres structures défensives.

Bien que la densité moyenne des bâtiments soit estimée à 29 structures par kilomètre carré, ces derniers n’étaient pas uniformément répartis et étaient divisés en centres urbains de toutes tailles, de la région rurale jusqu’aux grandes villes, le tout entrecoupé de plus petits centres urbains. Plus de 106 kilomètres de routes reliaient entre elles les différentes régions découvertes.

Les chercheurs estiment que si la configuration des structures observées dans leur échantillonnage aérien était représentative des 95 000 kilomètres carrés qui formaient l’empire maya à son zénith, cette civilisation aurait pu abriter 7 à 11 millions de personnes entre les années 650 et 800 de notre ère.

Les relevés effectués ont aussi montré que les Mayas étaient capables de travailler en profondeur leur environnement et la géographie de la région, ce qui leur permettait de produire l’agriculture intensive qui aurait été nécessaire à la survie d’une telle population. Parmi les observations, on a même constaté l’utilisation d’agriculture en terrasses, un mode de culture en paliers permettant d’exploiter les flancs de montagnes.

Ces observations aériennes ont permis aux archéologues de gagner des années de recherches , mais devront quand même être confirmées par une observation directe sur le terrain, ce que les scientifiques ont pu faire jusqu’à maintenant avec 8 % de la surface étudiée.

L’utilisation du LiDAR pourrait permettre d’accélérer les découvertes dans un grand nombre de régions archéologiquement importantes à travers le monde.

https://ici.radio-canada.ca/

Les Mayas à l’origine d’une catastrophe écologique durable?


L’histoire humaine devrait nous apprendre sur nos erreurs pour éviter de refaire les mêmes et pourtant …. Au Mexique, la déforestation a commencé par les Mayas et même 1000 après, même si les forêts ont repris de terrains, les conséquences continuent à se faire sentir. Imaginez dans 1 000 ans avec toutes ces forêts qui sont décimées.
Nuage

 

Les Mayas à l’origine d’une catastrophe écologique durable?

 

La civilisation maya apparaît à la base de... (Photo fournie par Peter Douglas)

La civilisation maya apparaît à la base de la péninsule du Yucatán 2000 ans avant Jésus-Christ. Moins de 1000 ans plus tard, les forêts sont décimées.

PHOTO FOURNIE PAR PETER DOUGLAS

 

MATHIEU PERREAULT
La Presse

Les Mayas ont appauvri les sols du Mexique en procédant à une vaste déforestation bien avant l’arrivée des Européens, selon une étude montréalaise. Cet impact négatif sur les sols se ferait d’ailleurs toujours sentir près de 1000 ans après la disparition de cette culture précolombienne. C’est une mauvaise nouvelle pour les changements climatiques.

DÉFORESTATION

La civilisation maya apparaît à la base de la péninsule du Yucatán 2000 ans avant Jésus-Christ. Moins de 1000 ans plus tard, les forêts sont décimées.

« Dans les sédiments des lacs, on passe d’une concentration de 90 % de pollen de forêt à 40 % », explique Peter Douglas, biogéochimiste à l’Université McGill et auteur principal de l’étude publiée hier dans la revue Nature Geoscience. « C’est comme passer du nord des Laurentides à la Montérégie, en termes de couverture végétale. La forêt tropicale commençait à l’époque à seulement 100 km au sud de Cancún, et s’étendait sur tout le Guatemala, le territoire des Mayas. »

Les chercheurs ont analysé les sédiments de trois lacs, un au Mexique et deux au Guatemala.

CARBONE

Outre l’absence d’ombre et d’absorption du CO2 de l’atmosphère par les arbres par l’entremise de la photosynthèse, la déforestation a comme conséquence de diminuer la capacité des sols à emmagasiner du carbone.

« Avec la déforestation, il y a une perte de minéraux comme le fer et l’aluminium, qui se lient au carbone et empêchent les microbes de le manger, dit M. Douglas. De plus, le sol devient plus meuble, il n’y a plus de mottes de terre qui protègent aussi le carbone des microbes. Ces microbes, éventuellement, évacuent le carbone dans l’atmosphère sous forme de CO2. Nous avons découvert que 1000 ans après la disparition des Mayas, les terres qu’ils habitaient n’ont toujours pas regagné la capacité d’emmagasiner beaucoup de carbone, même si les forêts sont revenues. C’est une mauvaise nouvelle pour la déforestation qui sévit actuellement en Amazonie et en Asie du Sud-Est, qui aura des impacts à très long terme sur les changements climatiques. »

La quantité de carbone dans les sols est très importante dans l’équilibre du climat, parce que le CO2 est un gaz à effet de serre.

« Les sols contiennent deux fois plus de carbone que l’atmosphère, dit le biogéochimiste montréalais. La déforestation est la deuxième contribution humaine au réchauffement de la planète. C’est beaucoup moins que la combustion de carburants fossiles, qui produit des gaz à effet de serre, mais c’est très important. »

SÉCHERESSE

Peter Douglas a commencé à travailler sur le sujet durant son doctorat à l’Université Yale.

« J’ai travaillé sur l’impact des sécheresses sur les Mayas. Nous nous sommes rendu compte que les molécules qui sont emmagasinées pendant longtemps dans les sols déformaient nos résultats. Je me suis intéressé à ces molécules et j’ai réalisé qu’elles étaient importantes pour le stockage du carbone. »

POPULATION

La prochaine étape des recherches de M. Douglas est l’évolution de la population maya.

« On estimait généralement qu’au maximum, on parlait d’une population de 1 ou 2 millions, de 10 à 20 villes de 100 000 habitants, mais les nouveaux relevés radars permettent de voir les traces d’un nombre beaucoup plus grand de villes, et certains arrivent à 20 millions. Je veux utiliser des techniques géochimiques pour mesurer une molécule produite par les intestins humains, qui se retrouve dans les sédiments des lacs. On voit là aussi une population plus grande qu’avec les techniques classiques de l’archéologie. »

L’étude du stockage de carbone est donc périphérique au principal domaine de recherche de M. Douglas.

« Pour ces recherches, j’ai besoin de technologies assez avancées auxquelles je n’ai pas accès ici », dit-il.

PERGÉLISOL, ANGKOR ET AMAZONIE

L’impact à long terme de la déforestation sur la capacité des sols à stocker du carbone pourrait être étudié au Cambodge avec la civilisation khmère d’Angkor, qui a existé du IXe au XVIe siècle, et en Amazonie, où des relevés radars montrent que des réseaux de villes importantes ont existé à l’époque précolombienne, selon M. Douglas.

« Je fais aussi des recherches sur la capacité du pergélisol à stocker le carbone dans le Grand Nord canadien. »

QUELQUES DATES CLÉS

2600 avant Jésus-Christ

Premières traces de la civilisation maya dans la péninsule du Yucatán

2000 avant Jésus-Christ

Premières villes mayas

800

Début de la disparition des cités mayas

1200

Fin de la civilisation maya, dont les héritiers seront des micro-États et villes souvent en guerre les uns contre les autres

1300

Les Aztèques s’imposent dans le centre du Mexique

1519

Hernán Cortés conquiert l’empire aztèque

Sources : Université McGill, Smithsonian

http://www.lapresse.ca/

Les Mayas ont-ils succombé à une sécheresse prolongée ?


Les scientifiques discutent encore des causes de l’effondrement des cités mayas. La sécheresse est évoquée plusieurs fois, mais il semble que de nouvelles études viennent renforcer cette hypothèse en ajoutant les conflits et la perte de confiance à l’élite qui était supposée communiquer avec les dieux.
Nuage

 

Les Mayas ont-ils succombé à une sécheresse prolongée ?

 

Laurent Sacco

Journaliste

 

La civilisation maya s’est effondrée rapidement, il y a environ 1.000 ans. Pourquoi ? Les archives géochimiques d’un lac au Yucatán, en plein pays Maya, gardent les traces d’une sécheresse prolongée à cette époque. C’est peut-être l’une des principales causes de cet effondrement.

La civilisation maya nous fait rêver depuis longtemps… On oublie souvent, que malgré ses aspects raffinés – les prêtres mayas étaient de bons astronomes et des mathématiciens suffisamment brillants pour avoir découvert le concept du zéro -, c’était aussi un monde très barbare avec des sacrifices humains horribles et une société finalement peu démocratique. Les Mayas n’étaient pas unis et la population était divisée en cités-États, souvent en guerre les unes avec les autres.

Reste que l’on connaît tous des noms de cités mayas comme Palenque, Chichén Itzá et que toutes sortes de légendes leur sont associées, allant de la fameuse prophétie de la fin du Monde pour 2012 à l’arrivée des fameux astronautes extraterrestres, quand ce n’est pas en relation avec le mythe de l’Atlantide ou celui du continent perdu de Mu que les fans de la série Les mystérieuses cités d’or connaissent bien.

L’architecture maya est tout aussi mystérieuse et inspirante et on aimerait bien comprendre pourquoi brutalement, vers l’an mille de notre calendrier, les cités-États ont été désertées et les constructions qu’elles abritaient ont cessé d’être entretenues ou multipliées. Plusieurs hypothèses ont été proposées sans que les débats ne permettent de trancher.

 

Il semble cependant que l’occurrence de sécheresses vers cette période, causant l’effondrement physique et culturel du monde maya, soit une hypothèse qui prend de plus en plus de poids les années passant. Nous en avons un nouvel exemple avec une publication dans le journal Scienced’un article provenant d’une équipe de chercheurs des universités de Cambridge (Royaume-Uni) et Floride (États-Unis).

Une pluviosité réduite en moyenne de 41 à 54 % en pays Maya

On peut penser en effet que des famines provenant de sécheresse et frappant à répétition sur une assez longue durée ont non seulement exacerbé les conflits entre cités-États mais aussi sapé la confiance dans les pouvoirs des prêtres et des nobles censés être capables d’intercéder avec les dieux.

Pour consolider cette hypothèse, il faut être en mesure de prouver que ces sécheresses se sont bien produites mais surtout qu’elles étaient bien suffisamment fortes pour provoquer la chute de la civilisation maya de l’époque classique terminale (800-1000 après J.-C.). Pour cela, des géochimistes se sont attaqués à la détermination des abondances de plusieurs isotopes de l’oxygène et de l’hydrogène présents dans le gypse de couches sédimentaires déposées pendant cette époque au fond du lac de Chichancanab, au Yucatán, en plein pays Maya.

Le saviez-vous ?

La civilisation maya est divisée en quatre périodes principales : la préclassique (2000 avant notre ère – 250 après Jésus-Christ), la classique (250 après J.-C. – 800 après J.-C.), la classique terminale (800 – 1000 après J.-C.) et la postclassique (1000 après J.-C. – 1539). La période classique a été marquée par la construction d’une architecture monumentale, le développement intellectuel et artistique et la croissance des grandes cités.

L’idée derrière la méthode est la suivante. En cas de sécheresse, le taux d’évaporation du lac augmente et les eaux se concentrent du fait de la diminution des apports d’eau. Les isotopes légers de l’oxygène et de l’hydrogène quittent les eaux du lac plus facilement que les isotopes plus lourds, comme l’oxygène 18 et le deutérium, de sorte que la formation du gypse (une roche évaporitique formée de sulfate dihydraté de calcium de formule CaSO·2HO) se déroule avec un enrichissement en ces isotopes.

L’étude du gypse a permis d’établir solidement que les précipitations annuelles ont diminué de 41 % à 54 %, avec des pics de réduction de 70 % pendant la période où la civilisation maya s’effondre. Voilà une base sur laquelle on va pouvoir discuter pour évaluer l’impact réel de ces sécheresses sur la population maya.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Il y a environ mille ans la civilisation des cités mayas s’effondre.
  • Une explication possible est celle d’une sécheresse persistante accentuant les tensions et les guerres entre les cités concurrentes et sapant la confiance dans l’élite censée communiquer avec les dieux.
  • Les isotopes lourds de l’oxygène et de l’hydrogène retrouvés plus nombreux dans les cristaux de gypse au fond d’un lac démontrent en effet la survenue à cette époque d’une grande sécheresse.
  • Reste à montrer qu’elle était suffisante pour provoquer un effondrement total, économique et culturel.

https://informacionde.info/

Des archéologues découvrent la plus grande tombe Maya


Des pyramides dans le monde latino sont connues de tous, malgré les mystères qu’ils renferment encore aujourd’hui. Mais qu’une tombe sous une grande pyramide est plutôt rare. Elle dévoile une partie de l’histoire de la dynastie du Serpent, une époque qui n’est pas très connue
Nuage

 

Des archéologues découvrent la plus grande tombe Maya

 

 

Des

Découverte de la plus grande tombe Maya jamais trouvée

 

Une tombe récemment découverte vient de révéler ses mystères aux scientifiques. Sa particularité : c’est la plus grande tombe Maya jamais trouvée. Les archéologues l’ont mis au jour au Belize en Amérique centrale, plus précisément à Xunantunich, ville qui servait de centre cérémonial pour les Mayas.

La tombe se situe en dessous de l’escalier d’un temple.

«En d’autres termes, il semble que le temple ait été érigé dans un premier temps pour fermer la tombe», explique à The Guardian Jaime Awe de l’Université d’Arizona qui a dirigé les fouilles. «Excepté pour quelques rares cas, ce n’est pas vraiment typique de l’ancienne architecture des Mayas».

UN HOMME ADULTE NON IDENTIFIÉ

L’édifice présente d’autres caractéristiques exceptionnelles.

Longue de 4,5 mètres et large de 2,4 mètres, elle constitue «l’une des plus grandes chambres funéraires jamais découvertes au Belize».

Les fouilles ont permis de découvrir qu’elle recèle le corps d’un homme adulte qui était musclé et athlétique au moment de sa mort et avait entre 20 et 30 ans.

Les scientifiques pensent qu’il avait un rôle important mais ils cherchent encore des informations pour en savoir plus sur son identité ainsi que son histoire. Avec lui, les os d’un jaguar et d’un cerf, des perles de jade qui devaient former un collier, 13 lames obsidiennes et 36 vaisselles céramiques ont été trouvés.

La liste des artéfacts découverts comptent également 9 lames taillée dans de l’obsidienne et 28 figurines en silex représentant des symboles et des animaux, tous contenus dans une boite destinée aux offrandes.

Les archéologues ont fait dans la tombe une autre découverte fascinante, si ce n’est plus importante que la dépouille de l’homme : des hiéroglyphes appartenant à  la Dynastie des Serpents. Cette famille a régné pendant des décennies sur l’empire Maya il y a 1 300 ans et utilisait des têtes de serpents comme emblème. D’où leur nom.

DES PANNEAUX DE HIÉROGLYPHES QUI EN DISENT LONG

Les inscriptions ont été identifiées sur des panneaux qui appartenaient peut-être à des escaliers originellement construits plus au sud. Elles donnent des informations sur les conquêtes de K’an II, le dirigeant Maya de l’antique cité de Caracol, selon Christophe Helmke, chercheur qui étudie les hiéroglyphes à  l’Université de Copenhague. Les panneaux montrent aussi un ancien dirigeant inconnu du site mexicain Calakmul.

Christophe Helmke explique que les hiéroglyphes «nous affirment l’existence d’un roi de la même dynastie qui était trouble-fête, et qui était clairement nommé Waxaklajuun Ulbaah Kan».

Ce roi a régné entre 630 et 640 après JC et a pu être un demi-frère de la dynastie.

«Cela veut dire qu’il y avait 2 prétendants au trône, tous deux voulant occuper le même titre».

Une information précieuse sur la dynastie des Serpents qui reste méconnue.

D’après le spécialiste, les panneaux illustreraient une «phase tumultueuse de cette dynastie» et expliqueraient comme elle s’est séparée entre les villes avant de dominer la vie politique de l’empire Maya dans la région.

D’autres mystères de l’histoire de la famille royale et de cette civilisation restent encore à être élucidés mais nul doute que l’étude approfondie de la tombe apportera d’autres réponses.

http://fr.canoe.ca/

Le mystère s’éclaircit sur la disparition des Mayas


On se doute bien que la disparition des Mayas est due à une suite d’évènements et il semble qu’on pourrait prendre pour acquis que ce fut des trop longues périodes de sécheresse qui ont eu raison d’eux
Nuage

 

Le mystère s’éclaircit sur la disparition des Mayas

 

Grand Trou Bleu

Ci-dessus, une photographie aérienne du Grand Trou Bleu, un gouffre sous-marin situé près des côtes d’Amérique centrale, dans lequel des analyses sédimentaires ont été réalisées afin d’éclaircir les raisons de la disparition de la civilisation Maya. Crédits : U.S. Geological Survey (USGS)

L’hypothèse selon laquelle la disparition de la civilisation Maya a été causée par des vagues de sécheresse vient d’être pratiquement confirmée par des analyses sédimentaires menées dans un gouffre sous-marin.

En analysant les sédiments situés dans le Grand Trou Bleu, un gouffre sous-marin situé au large de la monarchie du Belize (Amérique centrale), des chercheurs ont vraisemblablement réussi à confirmer la théorie qui prévalait jusqu’ici pour expliquer la disparition de la civilisation Maya, laquelle avance que des vagues de sècheresse sont à l’origine de la disparition de cette ancienne civilisation.

Comment ces scientifiques ont-il procédé pour confirmer cette théorie ? Pour comprendre, il faut d’abord savoir que lorsque de fortes pluies s’abattent dans la région, les roches volcaniques sont pour ainsi dire « laver » du titane qu’elles contiennent, lequel se déverse alors dans le Grand Trou Bleu.

Or, en analysant la composition chimique des sédiments situés à l’intérieur de ce gouffre sous-marin, les auteurs de ces travaux se sont aperçus que les pluies avaient été particulièrement peu importantes entre l’an 800 et 1100 de notre ère. Ce qui renforce donc considérablement l’hypothèse selon laquelle la sécheresse serait à l’origine du déclin des Mayas. Ces périodes de sécheresse auraient en effet entraîné d’importantes famines, provoquant la disparition de cette civilisation.

Ce résultat a été présenté lors de la conférence annuelle de l’Union Américaine de Géophysique, qui se tenait du 15 au 19 décembre 2014 à San Francisco. Un résumé de ces travaux (en anglais) est disponible ici : « Centennial and Extreme Climate Variability in the Last 1500 Year from the Belize Central Shelf Lagoon (Central America): Successive Droughts and Floods Linked to the Demise of the Mayan Civilization »

http://www.journaldelascience.fr

Une sécheresse a mis fin à des civilisations méditerranéennes il y a 3200 ans


Nous sommes vraiment peu de chose devant la nature. On croit être maitre des éléments alors qu’en fait, c’est le contraire. L’Histoire de la Terre nous montre comment des civilisations ont disparu. Il n’est pas exclu que cela se reproduise, mais contrairement au passé, par nos activités, notre pollution, nous faisons qu’accélérer le processus
Nuage

 

Une sécheresse a mis fin à des civilisations méditerranéennes il y a 3200 ans

 

La disparition de civilisations florissantes dans l'est du bassin méditerranéen... (Photo: AP)

PHOTO: AP

JEAN-LOUIS SANTINI
Agence France-Presse
Washington

La disparition de civilisations florissantes dans l’est du bassin méditerranéen il y a 3200 ans aurait résulté d’une longue sécheresse, selon des chercheurs français, qui soulignent le rôle clé du climat dans l’histoire des sociétés humaines.

L’effondrement politique et économique de certaines des civilisations les plus avancées, mycénienne, minoenne ou du vaste empire Hittite à la fin de l’âge de bronze avait jusqu’à maintenant surtout été attribué à des destructions humaines consécutives pour partie aux invasions dans le delta du Nil, les côtes turques ou en Syrie et en Palestine.

Les auteurs de ces travaux, publiés dans la revue américaine PLOS ONE, ont analysé les grains de pollen retrouvés dans des sédiments du lac salé de Larnaka sur l’île de Chypre.

Le changement des isotopes de carbone, la «signature chimique» des plantes locales et de la région montre que le lac a connu une période humide avant de s’assécher progressivement. Cette période correspond à une sécheresse de quatre siècles à l’origine de l’anéantissement de ces civilisations.

Combinant ces données avec des indices archéologiques comme des tablettes cunéiformes et des correspondances entre monarques, les chercheurs concluent que la crise de la fin de l’âge de bronze en Méditerranée orientale a simplement été «un épisode complexe ayant résulté d’une sécheresse provoquée par un changement climatique. Ce dernier a entraîné des famines, des invasions étrangères et des conflits politiques».

Selon ces chercheurs, dont David Laniewski de l’Université Paul-Sabatier à Toulouse, le principal auteur, l’effondrement de ces civilisations méditerranéennes met en lumière la vulnérabilité climatique des sociétés dépendantes de l’agriculture.

«C’est l’un des meilleurs exemples montrant comment une entité économique et commerciale internationale, composée de multiples Etats, peut s’effondrer en raison du changement climatique», estime Lee Drake, professeur d’Archéologie à l’Université du Nouveau-Mexique au sud-ouest des Etats-Unis. «Cela nous donne une idée de la manière dont cela se produit», ajoute l’archéologue qui n’a pas participé à cette étude.

La fin de la civilisation Maya est également attribuée à une longue sécheresse. Les historiens estiment aussi qu’un événement climatique pourrait avoir été l’un des déclencheurs de la Révolution française en 1789.

Mais dans le cas de la sécheresse dans l’est du bassin méditerranéen à la fin de l’âge de bronze, les causes ne sont pas totalement établies.

Les températures de surface de la Méditerranée se sont rapidement refroidies durant cette époque réduisant l’évaporation et les précipitations dans les terres, selon Lee Drake.

Cela a correspondu à un refroidissement général de deux degrés dans l’hémisphère nord, précise-t-il.

«La grande question est de savoir pourquoi un important changement de la température globale a pu provoquer une réaction aussi rapide en Méditerranée» relève ce chercheur.

«Je pense qu’il est très important de comprendre ce mécanisme car il n’est pas inconcevable qu’un tel phénomène se reproduise», dit-il à l’AFP.

«Le plus grand danger au Proche-Orient n’est pas nécessairement représenté par un Etat ou un dictateur mais plutôt par le changement climatique», juge-t-il.

http://www.lapresse.ca